[ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par PNJ le Lun 12 Juin 2017 - 10:19

[Message d'intervention du PNJ suite à la demande de White ici]

Au milieu des courses, des éclairs et des explosions, le désert était animé comme cela lui arrivait rarement. Des Cacnéa suivaient avec soif de revanche leurs « proies », des Ponyta hennissaient de peur et de stress,  et des humains tournaient en rond dans l’espoir de canaliser la situation. Fuyant le tumulte inhabituel, des Galvaran et Hippopotas s’emmitouflaient profondément dans les dunes de sable, espérant qu’on ne les remarquerait pas et que toute cette agitation se calmerait rapidement.

[Il n'y avait aucun nouveau Pokémon à découvrir dans le Désert de Lamakan.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1001

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par White Tama le Sam 15 Juil 2017 - 19:17

Ils auraient du être plus gentils avec eux… White aurait dû peut-être montrer plus d’attention pour cette boule piquante qu’il n’en donnait à ses Pokémon mais avait-il jugé le lieu et le moment propices pour ça ? Ainsi poursuivis par une bande de Pokémon sortant leur dards et prêts à les lancer à tout moment parce que justement, ils s’étaient pas suffisamment montrés compatissants, le duo progressa en direction des mercenaires dans l’espoir de les mettre en déroute et peut-être de tenter une approche vers le Ponyta. Ils étaient si prêts du but que malheureusement, l’intervention de Molly pour les détourner de leur cible se retourna contre eux ; Ourasi prit peur de l’explosion provoquée par l’alchimiste et manqua de se retrouver les quatre fers en l’air, complètement terrorisé. Par chance, dans cette petite « erreur », un des mercenaires disparut laissant alors les deux autres à la merci de Molly et White qui s’en prirent avant tout à leur monture.

Cependant, le Ponyta se détacha des cavaliers et prit une direction opposée. White n’avait plus la même vitesse que précédemment et vit s’éloigner le cheval de feu sans pouvoir y faire grand-chose. Vu les circonstances, il se demanda s’ils avaient bien agis. White remarqua que l’équidé prenait la direction du Nord mais pour le coup, il se demanda si cela avait quelque chose d’important étant donné son état mental actuel. Malheureusement, d’autres cavaliers s’étaient cachés derrière des dunes de sable et attendaient que la bête se présente sous leurs yeux. Ils se mirent à leur poursuite, prenant de court les deux jeunes gens pour l’entraîner dans un corral.

Impuissants, Molly et White virent que trois autres individus attendaient le cheval pour l’immobiliser avec des lassos. Pour le moment, Ourasi était trop énervé pour qu’ils y parviennent mais le temps pressait et il fallait le libérer. Ils avaient beau essayer, la bête ouvrait grand la gueule pour les chiquer et semblait être bien déterminé à leur déchirer quelques doigts s’ils venaient à être trop tentés… White courut dans leur direction mais s’arrêta quand il remarqua que le sable s’était changé en une roche sèche et craquelée. Ils avaient plus les pieds enfoncés dans le sable et pouvaient ainsi se mouvoir plus facilement mais le plus dur était en face d’eux : ils étaient maintenant six à tenter de calmer Ourasi, coincé dans une cage provisoire.

« On a vraiment merdé… rah… »

White attendit donc que Molly le rejoigne pour tenter quelque chose. Ils devaient élaborer un plan d’évasion à deux ! Cependant, il remarqua un Cacnéa qui se trouvait sur le chemin des cavaliers rejoignant leurs confrères un peu plus loin. S’il ne bougeait pas, il allait se les prendre et… C’était ce qu’il arriva ; le Pokémon vola quelques mètres avant de rouler sur le sol durci du désert. Envahi par une soudaine compassion et de la pitié que les cavaliers ne l’aient remarqué, White accourut vers le petit Pokémon plante qui se remettait de sa collision. Un genou à terre, il tendit ses mains chaudes pour soigner les égratignures mais il se stoppa en se rappelant que le feu ne résoudrait pas forcément les choses.

« Est-ce que… ça va ? » murmura-t-il, sachant pertinemment qu’il n’aurait aucune réponse.

Mais soudain, un flash lumineux enveloppa le Cacnéa, forçant le guerrier à reculer de plusieurs pas. Il observa alors l’évolution du Pokémon et se retrouva en face d’un Cacturne qui n’hésita pas à juger l’humain de son sombre regard. Malgré cela, quelque chose attira le garçon.

« Molly, je vais tenter quelque chose avec lui... J’espère que ça marchera. »

Malgré les conseils avisés de sa Magirêve, le Lieur tenta de s’immiscer dans l’esprit du Pokémon Ténèbres. Au début, le garçon eut du mal à entrer dans l’esprit du Pokémon mais il força étant donné que les circonstances n’y prêtaient pas.

* Tu nous as sûrement trouvés un peu brusques tout à l’heure mais nous étions pressés. Car vois-tu, si nous poursuivons ce Ponyta, c’est uniquement pour l’aider ! Ces cavaliers qui étaient à sa poursuite et les nouveaux ne sont là que pour en faire une monture ou lui faire subir je ne sais quoi… Alors que nous… mon amie et moi voulons l’aider pour retrouver sa dresseuse. Tu as dû voir qu’il avait des rênes donc il n’est pas sauvage par nature… *

La concentration lui demandait énormément d’efforts étant donné qu’il ne s’agissait pas de sa créature mais aussi parce que le Cacturne ne semblait guère enjoué qu’un humain communique avec lui via cette méthode sournoise. Pourtant, c’était là la seule possibilité que le Flamenois avait trouvé et il devait miser dessus pour que cela marche.

* Je t’avoue que ce n’était pas dans notre intérêt de t’ignorer, toi et ta colonie mais nous étions tellement pressés que dans le coup, nous n’avons pas réfléchi non plus à la méthode employée pour les distancer d’Ourasi Et nous avons bien merdé en le rendant fou. *

En prononçant le nom du poney, le Cacturne eut une réaction. Bonne ou pas, White eut du mal à la discerner mais le Pokémon Ténèbres ne rompit pas le lien entre eux. Il attendait sûrement à ce que le garçon s’explique encore mais le temps pressait : la colonie de Cacnéa fonçait sur eux et les cavaliers se rapprochaient dangereusement du corral.

* Tu n’as rien à craindre de nous. Mais le temps presse et si nous ne faisons rien, ces cavaliers vont emmener Ourasi et nous n’aurons plus l’occasion de le secourir ! Ce qu’il serait bien c’est que tu expliques tout ça à tes amis et - *

* J’ai compris. *

La réponse du Cacturne planta le garçon. Ces quelques mots suffirent pour le rassurer : le Pokémon allait les aider. Du moins, calmer sa patrie pour qu’ils ne poursuivent plus les deux jeunes Flamenois. Après, White aurait aimé qu’il les aide en effrayant les cavaliers mais c’était peut-être trop leur demander. Après tout, le brun les avait complètement ignorés précédemment donc déjà si le Cacturne pouvait convaincre ses amis… À moins que Molly trouve les mots pour que l’aide soit possible.

« Je viens de communiquer avec le Cacturne, il va convaincre ses camarades de ne plus nous poursuivre. » commença-t-il en se rapprochant de Molly. « Maintenant, il va falloir s’occuper les tortionnaires d’Ourasi. Je peux m’occuper des éleveurs prêts du corral avec Hime. Je te laisse les autres ? »

Avec l’accord de son amie, le duo se sépara et s’attaqua à sa tâche attribuée. White communiqua ses directives à sa Magirêve qui disparut dans le sol pour réapparaître à côté de l’un des éleveurs qui tentait d’attraper le poney fou avec son lasso. Les yeux de la sorcière brillèrent intensément tout en fixant sa proie et lorsque ce dernier lança sa corde, elle traversa le corral pour s’enrouler autour d’un autre éleveur situé en face. La confusion les déstabilisa quelques secondes, ce qui permit à White de se rapprocher du piège. Il en profita pour faire basculer le premier éleveur de sa monture tandis que Hime s’occupait du troisième qui lança son lasso sur lui-même.

À terre, White l’immobilisa avec une corde nouée autour de sa ceinture et fit la même la chose avec les deux autres qui avaient été occupés de la même façon avec Hime. White se redressa et constata avec effroi qu’Ourasi était toujours dans une peur monstre et s’agitait. Le garçon lança un regard vers son amie qui s’y connaissait mieux en Pokémon en espérant qu’elle puisse trouver un moyen de le calmer. Et tandis qu’il s’approchait du corral, le Cacturne réapparut et posa sa patte sur le bras tendu du dresseur.

* Oh, encore merci de ton aide et celle de tes amis. * commença mentalement le brun, s’arrêtant dans son élan.

* Votre ami est terrorisé, il refusera de se faire approcher aussi facilement. Mais je peux te dire où il compte aller. *

White haussa un sourcil : il ne s’attendait pas à obtenir autant vu ce qu’il s’était passé précédemment. Il lança un regard vers Ourasi et savait que lui-même ne pourrait rien faire. Il posa à nouveau son regard sur le Pokémon Ténèbres et l’écouta mentalement.

* Il compte se rendre au Nord, puis vers l’Est pour terminer vers le Sud si toute fois il ne trouve pas ce qu’il cherche et je doute que ce soit vous. *

* Ourasi cherche sûrement sa dresseuse. Je te remercie pour ses informations et… encore désolé pour toute à l’heure. *

Le Cacturne échangea un dernier regard avec l’humain avant de briser le lien mental. White le salua et décida de s’approcher de Molly pour lui faire part de ses informations.

« Molly, notre ami le Cacturne vient de me dire qu’Ourasi comptait se rendre au Nord puis à l’Est et si jamais il ne retrouve pas Anthere, vers le Sud. »


[ Hrp : désolée du délai. Le changement a été vu avec Nina et Anthere ^^ ]

_________________
avatar & signature  : @yosakuh


avatar
White Tama
Admin' • Respo Partenariats & Votes
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 32
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Molly Hale le Sam 29 Juil 2017 - 1:33

La mâchoire serrée, Molly constata que les efforts qu’elle avait faits étaient en réalité vains, du moins pour la majorité des Cacnéa : la tribu épineuse les poursuivait, certes à leur rythme, mais l’intention était là. Pire encore, sa manœuvre avait eu l’effet qu’elle craignait : Ourasi, terrorisé par la petite explosion et l’éclair miniature, s’était emballé et galopait carrément dans la direction opposée. Elle savait qu’elle avait pris un gros risque et que le poney avait toutes les chances de s’enfuir à toutes jambes, mais en l’état actuel des choses, elle n’avait pas eu d’autre idée que celle-là. Évidemment, le résultat était plus que discutable. Si Ourasi avait eu encore un peu confiance en l’humain, c’était désormais fini. Le point positif, car il y en avait un, heureusement, résidait dans la panique provoquée dans les rangs ennemis : désorganisés et à la merci des réactions de leurs montures, les mercenaires et autres chasseurs de bêtes se retrouvaient en formation éclatée.

Néanmoins, leurs collègues embusqués derrière les dunes prirent Ourasi en chasse et parvinrent à l’amener exactement là où ils le voulaient. Se rétablissant en position normale sur Tamekyn, Molly pesta :


« Ma faute, je connaissais les risques et j’ai quand même essayé. »

Toujours sur sa propre monture, la rousse héla White.

« Il déteste être enfermé ! Il va falloir le sortir de là, et vite ! »

À défaut de le récupérer pour le mettre en sécurité jusqu’à pouvoir le rendre à sa maîtresse, la Flamenoise espérait au moins le libérer pour le mettre le plus loin possible de tous ces gens mal intentionnés. Même s’il ne voulait pas les suivre après cette mauvaise expérience, au moins pourraient-ils l’escorter jusqu’à un endroit plus sûr. Désormais au trot, le Galopa d’argent et d’azur décrivit un cercle assez large pour contourner l’enclos, le temps que sa maîtresse réfléchisse à un autre plan plus efficace. Mais un Cacnéa qui était parti de son côté se fit violemment envoyer valser par des cavaliers qui, tout à leur tâche, ne l’avaient vraiment pas calculé. Tout se passa alors très vite : White se précipita pour s’enquérir de son état, le cactus évolua, un échange non-verbal et silencieux eut lieu entre eux et le Flamenois assura à son amie qu’il allait essayer quelque chose. Était-ce bien le moment adéquat pour ça ? Mais vu le bien piètre résultat de sa précédente initiative, elle décida de lui faire confiance.

« Ça marche, je te couvre ! »

Tamekyn s’élança alors pour s’interposer entre un cavalier et le corral. Une fois à moins d’un mètre de l’assaillant, l’étalon se cabra, se dressant de toute sa hauteur pour impressionner et faire peur au Ponyta domestiqué. Pilant net, le poney éjecta son cavalier sans autre forme de procès. D’une tape sur la croupe, la Meneuse fit partir le Pokémon désormais bien plus léger, avant de faire pivoter son compagnon. Interceptant à temps un autre mercenaire, elle le maîtrisa d’un geste du poignet en enroulant Chante-Acier autour de son bras pour le faire tomber à terre.

« Dépêche-toi ! »

Effectivement, seule contre cette tripotée de mercenaires et d’éleveurs déterminés, et à moins de faire appel à toute son équipe, elle serait vite submergée. De plus, elle ne cherchait pas à tuer, d’abord parce que l’acte lui faisait horreur, et aussi et surtout parce qu’aucun de ces hommes n’était soldat de métier, de ce qu’elle avait pu apercevoir d’eux... Ne s’étant pas engagée dans l’armée de son pays pour massacrer des civils, elle voulait donc à tout prix éviter de leur infliger des blessures mortelles. Soudain, prise entre deux mercenaires, elle fit faire à sa monture un pas de côté pour qu’il fonce dans le tas, corne en avant. Surpris par le mouvement, ils s’écartèrent comme des quilles à la vue de la boule meurtrière.

« WHITE ! »

Le brun lui expliqua alors que sa discussion avec le Cacturne avait abouti au pire à une sorte de pacte de non-agression de leur part, et au mieux à leur soutien, devina-t-elle entre les lignes et entre deux altercations.

« Oui, entendu ! »

Alors que White partait de son côté pour s’occuper des éleveurs avec sa Magirêve, la Meneuse sauta à terre et donna un coup de pied bien placé au premier type qui passait à sa portée. Rappelant Tamekyn, elle lança une autre sphère dans les airs, libérant un véritable monstre d’acier sur le dos duquel elle bondit. Décollant dans un crissement abominable et volontaire, Steers vola en rase-mottes, cherchant sa prochaine proie. Cette dernière ne tarda pas à se présenter à lui et, impitoyable, il referma l’une de ses serres sur un agresseur d’Ourasi. Terrifié, l’homme se mit à hurler à pleins poumons, tandis que son partenaire également à pied subissait le même sort. En poussant des cris atroces pour les oreilles, l’Airmure géant sillonna les cieux en s’élevant de plus en plus haut pour susciter chez ses prisonniers la frayeur de leur vie.

« Tourne ! »

Le rapace se mit alors à décrire de grands cercles dans les airs, tantôt en montant, tantôt en descendant, frôlant parfois le sol de près. Dans ses serres, les deux pauvres hères s’égosillaient, suppliant leur tortionnaire de les lâcher ou de les achever, la perspective d’une chute qui pouvait se révéler affreusement douloureuse sans être mortelle les terrifiant au plus haut point.

« Plus un mot ! »

Aussitôt, les hommes obéirent à la sommation et se turent, malgré la peur qui leur retournait l’estomac. En vérité, Molly leur avait intimé le silence pour éviter d’ajouter à la terreur d’Ourasi, déjà effrayé à l’extrême par la situation. En contrebas, la colonie avait décidé de suivre celui qui semblait désormais être leur leader et s’était lancée dans une attaque groupée contre les éleveurs et les mercenaires. La Meneuse entendit rapidement ce que lui révéla White et mémorisa l’essentiel à toute vitesse, concentrée sur sa prochaine tentative de libération d’Ourasi. Cherchant une ouverture, la jeune femme en repéra finalement une et, dans une descente en piqué, indiqua dans un langage codé connu de ses seuls Pokémon ce qu’elle attendait de lui. Steers relâcha alors ses prisonniers à environ un mètre du sol pour saisir un morceau de la barrière enfermant Ourasi. D’un mouvement sec, le rapace broya le bois de ses puissantes serres en l’arrachant du sol, et Molly, dans la foulée, fit claquer son fouet là où la voie était à présent dégagée. Elle ignorait si sa technique de subjugation serait efficace sur le poney, vu son état mental du moment, mais elle n’avait rien à perdre à tout essayer pour calmer le poney tout en lui offrant une porte de sortie.


[Voilà ! Nous avons donc laissé la réaction finale des PNJ entre tes mains et pris quelques libertés avec le Cacnéa copinou xD]

_________________
Per aspera... Ad astra.



0 RP - 1 mission - 0 event - 0 match

Spoiler:
avatar
Molly Hale
Informations
Nombre de messages : 448

Fiche de personnage
Points: 43
Âge du personnage: 30 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Anthere Osarian le Mar 1 Aoû 2017 - 23:23


   
   
   

Uroboros Fiesta - FF 13


Lorsque Molly arriva près du corral, elle provoqua immédiatement la pagaille. Ourasi, à la vue de l’oiseau de fer, se cabra et cracha une gerbe de flamme dans sa direction, terrifié par cette ombre soudainement apparut au-dessus de sa tête. Mais ce fut lorsque la jeune femme fit claquer son fouet que c’en fut trop pour lui. Harcelé de cordes, de cris et de fouets depuis des heures, le poney était à bout nerveusement et physiquement. Il coucha les oreilles et se mit à attaquer, bouche grande ouverte, tout ce qui passait trop près de la barricade et au bout de quelques secondes, comprenant que ses efforts étaient vains et que toutes ces personnes l’encerclaient petit à petit, il poussa un cri étrange, ressemblant à un sifflement aigue et menaçant. Debout sur ses jambes de derrière,  ses sabots de devant battant l’air comme un boxeur, une lueur intense émana de son corps couvert d’écumes. En quelques secondes, son corps s’allongea et grandit d’un coup, comme devenu subitement adulte. Le petit corps du poney fit place à un cheval immense et musculeux, beaucoup plus grand que les Galopa ordinaires. Le poney était devenu un géant et sembla instantanément se rendre compte de sa taille et de sa masse. Le géant se tourna brutalement et souleva son corps musculeux, sans effort apparent, au-dessus de la barrière et s’enfuit, du même galop qui avait laissé sur place un peu plus tôt White et Molly, et disparut dans un tourbillon de sable.

Autour du corral, la disparition –et l’évolution- soudaines de l’étalon laissa place à un léger flottement. Les cowboys se regardèrent et tentèrent d’un même mouvement de se dégager de leurs assaillants pour se jeter à la poursuite de l’étalon blanc. Mais prit par Molly, White et leur Pokémon, ils perdirent du temps à trouver une solution. Ce contretemps  ne joua pas en leur faveur, car quelques instants plus tard, une véritable marée verte les rattrapait. La colonie de Cacnéa n’avait pas abandonné son avancée, malgré le Cacturne. Ils avancèrent sans dévier des éleveurs et des deux jeunes dresseurs. Il y eu cependant un changement notable dans leur comportement : ils semblaient tournés vers le groupe de mercenaires, envoyant leurs nombreuses salves d’épines, tout en ignorant les deux jeunes gens. Quand Steers relâcha ses proies qui détruisirent la barricade, et alors que le sable et la poussière étaient retombés, Ourasi avait déjà disparu. La manœuvre n’avait finalement pas servit à grand-chose, mais le but recherché était atteint : Ourasi était libre. Le seul problème maintenant, serait de le rattraper et le convaincre après toutes ces démonstrations, qu’ils n’étaient pas un danger pour lui… Une ombre rouge flottait loin au-dessus d’eux et repartit comme une flèche.

L’évadé d’ailleurs, mettait les voiles. Quittant les dunes pour le véritable désert, au sable sec et dur comme de la pierre, il avait pris le galop caractéristique de ceux de sa lignée. Aucun des cavaliers n’aurait pu le rattraper. Rapidement, une immense crevasse s’ouvrit sous ses pieds. Mais fort de sa nouvelle puissance, il bondit, sans effort, au-dessus du gouffre et passa de l’autre côté. Un mouvement dans le ciel vierge attira son attention. Ourasi pointa les oreilles. Le signal… Malgré la vie avec Anthere, il n’avait pas oublié sa précédente existence et pour l’heure, seule sa survie comptait. Paradoxalement, après toute cette folie, plus il galopait et mettait une distance considérable entre le danger et lui, plus il se calmait. Vers l’ouest, il vit de grands rocs sortir de la terre. Les oreilles droites, il repassa au trot. Il connaissait cet endroit. Il sentait la présence des hommes et du sable,  du vent, mais aussi de l’eau. Les naseaux frémissants, il s’avança vers la source. Se tenait près de l’oasis, cinq chevaux pareils à lui, légèrement plus petits –des juments-, mais leur corps harmonieux, leur taille et leur traits racés indiquait au premier coup d’œil leur appartenance au même sang. Ourasi reconnu ces chevaux là et hennit joyeusement, heureux de trouver des visages amis. La présence des hommes ne lui avait pas échappé, et même habillés des tissus de la couleur du ciel, on aurait dit qu’ils étaient soudainement apparut du sable, quand ils bougèrent enfin. Ces hommes irradiaient de tranquillité.

Comme si la venue d’Ourasi était parfaitement normale et évidente, aucun des hommes ne bougea. Ses craintes subitement évanouies, Ourasi baissa la tête, son nez rasant le sol et alla boire à longues gorgées. Les autres Galopa le regardaient tranquillement, tournant parfois la tête vers les cinq natifs du désert, en l’attente des évènements. La femme, la seule, se dirigea vers son cheval et prit une corde attachée à sa selle, puis la tendit à l’un des hommes, le seul qui n’avait pas le visage masqué par les foulards. Ils avaient tous la peau brune, les cheveux noirs et des yeux sombres. L’ombre rouge alla se poser sur son bras. Un Flambusard qui avait une patte nouée d’une lanière de cuir. Le chef de la bande alla le poser sur sa propre monture, en avant de la selle et se dirigea vers Ourasi. Confiant, tranquille, il lui adressa la parole.

« Tu as suivi le signal, bon cheval… » Dit-il en laissant sa main glisser sur la robe soyeuse du géant.

Ourasi leva la tête vers lui et flaira son odeur, les oreilles droites. C’était celle de sa terre originelle, du désert, du sable, du vent et la quiétude. Cet homme était sa maison et sa protection. Malgré les années loin de sa tribu, Sätan se souvenait parfaitement de la bienveillance de ses humains, même s’il n’avait pas toujours accepté leurs lois. Ils étaient aussi l’eau, le foyer et l’abondance de nourriture.

« Rajat, je suis heureuse que nous l’ayons enfin retrouvé. »  murmura d’une voix douce et grave la femme. Ses beaux yeux noirs brillaient.
« Oui Achala, Sätan est revenu à la tribu aujourd’hui. Dès ce soir, il marchera avec ses frères, ses mères et ses sœurs. Et bientôt, il conduira ses filles, ses femmes. »

Tout en parlant, sans hésitation et sans agitation, ni geste inutile, il noua la corde autour de la tête de Sätan, qui ne broncha pas, sa longue encolure courbée et au bout sa tête fine et racée, aux naseaux frémissants, tournée vers les mains rudes et sûres qui le conduisait près des autres chevaux. L’un des hommes pointa un doigt vers le ciel : un oiseau de proie volait en arrière, tournait et se retournait. Ourasi fourragea, malgré la corde sur les herbes qui croissaient au bord de l’eau, observé par une pierre immobile étrange en forme vague de chouette, perché sur un piédestal de roche.



**********************************************
[Mesdemoiselles…

Vos efforts finissent par payer ! Si les Cacnéa ont décidé finalement de ne pas vous attaquer, ils ont aussi décidé de chasser les mercenaires de leur territoire, ils ne s’occupent donc plus de vous. En revanche, l’utilisation excessive de fouet nuit gravement à la santé et Ourasi, poussé dans ses retranchements physiques et psychologiques, a évolué pour pouvoir s’enfuir.

En faisant sortir Steers, vous avez donné le signal pour la tribu du désert : le Flambusard à guidé Ourasi parmi les siens. Ourasi, où devrais-je dire Sätan, a retrouvé sa tribu d’origine ! Les autochtones (quatre hommes et une femme), vous attendent de pied ferme ! Leurs chevaux sont l’un des trésors du désert et ils savent que vous ne repartirez pas sans essayer de leur « voler » Sätan.

Une portion de désert et une crevasse vous sépare de Sätan. Comme ils savent d’où vous venez, vous ne pourrez pas les prendre par surprise. Ils sont très calmes, ne semblent pas hostiles, mais leurs intentions elles, sont voilés par leurs visages impassibles… Leur réaction dépendra fortement de votre première approche, bien que pour eux, vous soyez déjà des voleurs… Ou des opportunistes. Mais peut-être attendent-ils de voir ce qui va se passer et réservent-ils leur jugement ?]

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 1087

Fiche de personnage
Points: 62
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Molly Hale le Dim 13 Aoû 2017 - 18:02

Frôlant les hommes près du corral, Steers dévia brusquement quand Ourasi cracha des flammes vers lui, terrifié par le monstre d’acier. L’agitation et le stress aidant, le poney se transforma en un cheval puissant et immense, prenant tout le monde par surprise. Voyant là un moyen d’échapper à ses poursuivants, l’étalon bondit par-dessus la barrière, près du trou créé par l’Airmure, et détala aussi vite qu’il le pouvait. La Flamenoise siffla brièvement, puis fit pivoter sa monture aérienne, qui continua de semer la terreur dans les rangs ennemis pour couvrir la fuite d’Ourasi.

Libérant finalement son imposant Tauros, elle le laissa charger les éleveurs encore trop téméraires, avant de faire claquer son fouet près du pied de son Pokémon. Ce dernier rassembla les quelques individus restés debout, avant que Molly ne le rappelle dans sa sphère en jetant un regard sévère au groupe.


« Personne n’est blessé ? »

Quelques-uns d’entre eux montrèrent un bras, une jambe ou un visage où s’étalaient bleus, écorchures et contusions diverses. Visiblement, aucun des éleveurs n’avait de blessure grave, même pas ceux que la Flamenoise avait laissés tomber à moins d’un mètre du sol. D’un mouvement rapide, elle balança des bandages et un onguent au type le plus proche, qui attrapa le tout par réflexe.

« Tenez, débrouillez-vous avec ça. Le Galopa que vous avez essayé d’attraper appartient à quelqu’un, et ce quelqu’un est probablement très malheureux d’ignorer sa localisation précise à l’heure qu’il est. Ne vous avisez pas d’essayer à nouveau de le capturer, parce que je vous garantis que vous ne vous en tirerez pas avec de simples bobos, la prochaine fois. »

Mettant pied à terre, la jeune femme se dirigea vers la colonie de Cacnéa menée par leur aîné, avant de s’incliner profondément devant eux.

« Merci beaucoup pour votre aide, et encore désolée de vous avoir dérangés. »

Remontant sur l’oiseau d’acier, la Meneuse invita White à se placer derrière elle, puis décolla, suivant l’instinct de son Pokémon pour emboîter le pas à Ourasi. Exécutant parfaitement la consigne qu’elle lui avait donnée plus tôt, Steers fila dans la direction qu’avait empruntée le Galopa. Avisant une crevasse en contrebas, elle en estima la taille rapidement, avant de murmurer :

« Maintenant, il est parfaitement capable de sauter ça. Il est probablement de l’autre côté, et il a dû suivre l’oiseau rouge. White, tu l’as vu aussi ? »

À l’ouest de leur position actuelle, elle aperçut des saillies rocheuses qui se dressaient vers le ciel, et elle sentit la température diminuer légèrement. L’air devenait plus humide, aussi demanda-t-elle à Steers de ralentir et de se rapprocher du sol.

« White, je suis désolée, je t’ai embarqué dans une histoire pas possible et mes plans étaient loin d’être les meilleurs, mais dans l’immédiat, je n’ai rien trouvé de mieux. »

L’Airmure titanesque se posa avec une délicatesse surprenante, soulevant simplement un léger nuage de poussière. Avec une caresse, la Flamenoise le remercia pour son aide, avant de le faire disparaître dans sa sphère. À la place, elle fit ressortir Tamekyn, qui s’ébroua et donna un coup de tête amical à sa maîtresse.

« Je pense qu’à partir de là, il vaut mieux continuer à pied. Ourasi a peur de Steers, et après tout ce stress, je crois qu’un peu de calme lui fera le plus grand bien. Et à nous aussi, d’ailleurs. S’il est encore en danger, on pourra encore intervenir, autrement, bien sûr, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire. »

Le Galopa d’argent et d’azur, loin d’être stressé ou anxieux, était étonnamment détendu, comme si l’endroit lui était familier. Molly songea alors qu’elle ne savait pas tout du passé de son Pokémon : il avait été élevé et entraîné pour être une monture de guerre par l’armée de Flamen, mais quant à savoir où il était né... Et puis, peut-être était-il déjà venu ici, même sans y avoir vu le jour. Néanmoins, rassurée de voir son ami calme et posé, elle fit un sourire à White, avant de s’engager dans le havre de paix. Elle n’avait pas caché ses armes, qui étaient toujours enroulées à sa ceinture, estimant qu’elle ne devait pas dissimuler ses aptitudes de Meneuse. Elle préférait être honnête avec les éventuels compagnons d’Ourasi, et de toute manière, elle savait que si des humains ou des Pokémon les avait vus se battre, ils avaient constaté ses capacités. Bien sûr, elle ne chercherait pas à s’en servir contre le Pokémon d’Anthere, mais elle estimait qu’approcher en toute franchise vaudrait mieux que d’essayer d’omettre certains aspects de ce qui constituait sa personnalité.

Ce fut donc d’un pas neutre, ni trop lent, ni trop rapide, qu’elle se dirigea vers le groupe de chevaux qui buvaient ou broutaient tranquillement près du petit lac. Lorsqu’elle aperçut des humains, elle s’arrêta, Tamekyn collé à elle.


« Bonjour, parlez-vous le commun ? »

À voir leurs mines interrogatives, c’était plutôt non. S’adressant à eux dans la langue de son pays, elle tenta :

« Et le flamenois ? »

Ces mots-là, en revanche, semblèrent compris par les autochtones. Avec lenteur, la jeune femme déposa ses deux fouets au sol, invitant White à faire de même, tout en lui disant de lui faire confiance, en flamenois, afin d’être audible par la tribu du désert. Elle fit un pas dans leur direction, s’arrêtant assez loin pour ne pas être vue comme une menace, mais suffisamment près pour qu’ils l’entendent.

« Je m’appelle Molly, et voici White. Nous avons vu une affiche dans la capitale de Flamen où il était indiqué qu’Ourasi était recherché en vue d’être capturé. Ce Pokémon a une dresseuse qui s’appelle Anthere, et qui doit avoir de graves problèmes. Je la connais peu, mais je ne crois pas qu’elle aurait laissé ses compagnons courir un tel danger. Nous sommes donc partis à la recherche d’Ourasi pour empêcher sa capture par des individus mal intentionnés. Je sais que j’ai employé des méthodes qui lui ont fait très peur, et j’en suis désolée, mais je voulais simplement éviter à tout prix qu’ils ne lui mettent le grappin dessus. Je cherche simplement à réunir Anthere et son ami, ou au moins à mettre ce dernier à l’abri le temps d’en savoir plus sur elle et sur ses ennuis. »

Molly jeta un coup d’œil aux alentours et aperçut Ourasi avec les autres chevaux. Il était détendu et semblait totalement à l’aise, comme s’il était dans son élément – ce qui était le cas, mais ça, la Flamenoise l’ignorait.

« Nous l’avons suivi jusqu’ici pour s’assurer qu’il allait bien et qu’il n’allait pas retomber entre de mauvaises mains, mais il a l’air vraiment bien ici, et il est confiant, alors je n’ai aucune raison de vous le prendre. S’il désire rester avec vous, je ne le forcerai pas à venir avec nous. Par contre, je partirai à la recherche d’Anthere pour la prévenir que son ami est en sécurité et lui indiquer le lieu où il est. Mais quoi qu’il arrive, avant cela, je m’assurerai que l’avis de recherche soit retiré partout et qu’on le croie capturé pour brouiller les pistes. »

Molly avait parlé à l’homme qui n’avait pas de foulard, tout en regardant les autres tour à tour, avant de poser son regard sur l’étalon. S’il préférait rester dans cet oasis, ce qui ne l’aurait pas étonnée au vu des circonstances, elle respecterait sa décision et repartirait sans rien demander. Mais s’il décidait de venir avec eux pour retrouver Anthere, elle était prête à se lancer à sa recherche et se porterait garante de sa sécurité. La Flamenoise sortit l’affiche qu’elle avait arrachée en ville pour la montrer aux autochtones s’ils désiraient la voir ; comme elle était écrite en érasien et en flamenois, ils pourraient probablement la lire, et s’ils ne pouvaient pas, eh bien, elle ne voyait aucun inconvénient à leur expliquer ce qu’elle décrivait. L’air grave, elle échangea un regard avec White, tout en serrant doucement sa main dans la sienne pour leur donner du courage, au cas où il voudrait parler à son tour.

_________________
Per aspera... Ad astra.



0 RP - 1 mission - 0 event - 0 match

Spoiler:
avatar
Molly Hale
Informations
Nombre de messages : 448

Fiche de personnage
Points: 43
Âge du personnage: 30 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par White Tama le Jeu 17 Aoû 2017 - 12:09

Tandis que White se rapprochait du corral pour rejoindre son amie, le comportement du poney le stoppa net. La gerbe de flamme qu’il venait de cracher l’avait effrayé sur le coup et par chance, il ne s’était pas retrouvé devant, sinon dans quel état en serait-il ressorti ? Si évidemment il y avait survécu. Mais là, Ourasi s’enveloppa d’une lueur étrange et lorsqu’il parvint à s’en dissiper, il évolua en un magnifique mais puissant Galopa. Sans difficulté, Ourasi s’échappa de sa prison temporaire et prit le grand galop pour disparaître. White resta légèrement sur le cul en repensant à ce qu’il venait de se passer. Bon, Ourasi s’était libéré de sa prison et c’était là leur but premier mais le garçon ne s’était pas attendu à cette soudaine évolution mais aussi qu’il reprenne la fuite. Ils allaient donc devoir le suivre encore ? Dans cette fournaise de désert ?!

White rejoignit Molly qui malgré les circonstances, s’inquiétait des mercenaires. Apparemment, il n’y avait pas de blessés graves et tant mieux, aussi elle leur donna de quoi bander leurs blessures superficielles suite aux attaques des Cacnéa. Le Flamenois entreprit de les aider le temps que sa camarade leur explique leur présence dans le désert mais aussi pourquoi ils étaient à la poursuite du Ponyta. Sa mise en garde semblait avoir l’effet attendu. Avant que Molly n’invite White à monter sur Steers, le garçon expliqua aux mercenaires comment soigner leurs blessures sans que cela ne s’affecte à cause du sable environnant. Il salua une dernière fois les Cacnéa et notamment le Cacturne de leur aide avant de prendre place derrière la Meneuse en ayant rappelé Hime dans sa noigrume. Pendant la traversée du désert en volant, les deux jeunes gens purent voir une immense crevasse en dessous. Molly supposa qu’Ourasi l’ait sauté tout en suivant l’oiseau de feu.

« Oui je l’ai aperçu. Peut-être a-t-il proposé à Ourasi de le suivre pour trouver un coin plus calme ? » mais ce n’était que des suppositions… la réalité était sûrement tout autre… Et tandis que le paysage changeait doucement, le regard du brun s’assombrit « Ne t’en fais pas. Je me suis lancé moi-même dans cette mission, tu n’as pas à t’en vouloir. On a fait ce qu’on supposait le mieux avec ce qu’on avait. »

Peut-être que s’il avait été plus fort, les évènements ne se seraient pas passés ainsi ? Non, la force ne résout pas forcément tout et là, ils en avaient eu la preuve. Ourasi était complètement devenu fou non seulement à cause de ses poursuivants mais aussi par leur faute. Alors cette mission était perdue d’avance ? Ils ne parviendraient pas à le récupérer ? De toute façon, Anthere avait disparu… que pourraient-ils faire avec Ourasi ? Le mieux serait de le savoir dans un endroit protégé le temps de retrouver sa dresseuse plutôt que de le forcer à les suivre pour retrouver sa maîtresse…

Steers se posa sur le sable brûlant pour laisser descendre les deux jeunes gens. Molly suggéra de continuer à pieds ce que White approuva. S’ils tombaient sur Ourasi, le mieux serait de ne pas l’effrayer une nouvelle fois.

« Ne t’en fais pas pour moi, j’ai les bottes pleines de sable. Un grain de plus et je ferais pas la différence ! » lança-t-il pour plaisanter.

Aidé de Tamekyn, Molly et White progressèrent doucement dans ce nouveau paysage. Au bout de quelques minutes de marche, ils arrivèrent devant une Oasis où ils retrouvèrent Ourasi en charmante compagnie. Vu leurs habits, ils étaient des autochtones du désert. Molly entreprit de se rapprocher suffisamment pour entamer une conversation entre eux. White la suivit, pas trop rassuré : ces gens du désert connaissaient les lieux et ils pouvaient les surprendre à tout moment. Mais il se faisait sûrement des idées. Voyant que son amie n’était pas sur la défense, il se relâcha.

Pour entamer des négociations, White fit comme la Meneuse et déposa Elitiste à même le sol et ses quelques kunaïs. Etant plus à même de communiquer, Molly expliqua la raison qui les avait poussés à suivre Ourasi et leurs nombreuses tentatives pour le récupérer. White s’était légèrement incliné en avant quand la Flamenoise l’avait présenté aux habitants du désert. Puis ils s’échangèrent un regard, espérant que l’explication qu’elle leur avait fournie les satisfasse, avant de se serrer la main.

« Ourasi ne semble pas effrayé par votre présence, au contraire. » continua le garçon. « Et je vois que vos cheveux se sentent bien également. Pouvons-nous vous faire confiance pour prendre soin d’Ourasi le temps que mon amie retrouve sa dresseuse pour la prévenir ? ». White s’inquiétait pour Anthere mais il avait des obligations et contrairement à son amie, il n’était pas aussi libre qu’elle pour se de sillonner tous les pays pour se mettre à sa recherche. « Pour ma part, je ne compte pas le prendre de force parce que nous n’avons pas réussi à faire en sorte qu’il se rapproche de nous de son plein grès, et que je ne suis qu’un inconnu pour lui. Mais aussi parce que je doute que même dans cet état de quiétude, il nous laisse l’approcher après nos erreurs répétées pour le sauver des mercenaires. »

White serra un peu plus la main de son amie. Pour sa part, la mission était terminée : Ourasi avait trouvé refuge dans cette Oasis et ne semblait pas être effrayé par ces personnes. Peut-être les connaissait-il ? Après tout, le garçon ne connaissait pas réellement l’histoire d’Anthere, ils s’étaient juste rencontrés lors de l’expédition vers le Continent Céleste. En tant qu’étranger à cette histoire, il n’interviendrait plus, sauf si évidemment on attentait à sa vie.

« Molly, si Ourasi refuse de nous suivre, il ne faudra pas insister. La réalité peut être dure mais si Anthere réapparaît, elle devra y faire face. Ces personnes semblent très bien connaître Ourasi et personnellement, je ne sais pas comment ton amie a pu l’avoir mais moi, je ne ferai plus rien. » dit-il à l’adresse de son amie, avec calme mais sérieux.

_________________
avatar & signature  : @yosakuh


avatar
White Tama
Admin' • Respo Partenariats & Votes
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 32
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Anthere Osarian le Sam 19 Aoû 2017 - 19:41

Les hommes en takata écoutèrent attentivement la jeune femme, sans montrer la moindre expression, ni de surprise, ni d’autre chose.

« Partez, dans ce cas. » Leur dit Rajat, sans autre explication. Ce cheval leur appartenait, il n’était pas question de le leur donner. Cette histoire s’arrêtait donc là et ils avaient fait tout ce chemin pour rien.

Sätan, campé sur ses jambes, ronflait, naseaux grands ouverts, les oreilles pointées vers Molly. Il ne faisait aucun doute que cette femme lui faisait peur. Et puis, la statuette étrange, posée sur un amoncellement de pierres plates, s’anima. Ses yeux rosirent, mais les hommes en takata ne le virent pas. Sätan en revanche, tourna une oreille vers lui, ainsi que son attention, tout en surveillant Molly du coin de l’œil. Sa forte encolure arquée, Sätan baissa la tête vers la statuette, laissant échapper un faible grognement par les naseaux. Leur échange secret avait l’air de faire sens, pour Sätan du moins. C’est lorsque le nom d’Anthere vint dans la conversation des humains et que le  géant reporta son attention sur eux. Avec toutes ces frayeurs, il en avait oublié sa première idée : retrouver sa chère maitresse. Malheureusement pour lui, seule la personne qui lui faisait le plus peur semblait vouloir l’aider à la retrouver… Irrésistiblement attiré par le souvenir d’Anthere, il fit un pas et dépassa Rajat. Aussitôt, celui-ci le remit à sa place en maintenant fermement le bout de corde qu’il lui avait passé plus tôt sur la tête, sans tenir compte du mors de cuir et des rênes savamment attachées qu’il avait déjà. Sätan, qui n’était pas un cheval à se laisser contraindre, commença à se défendre et à tirer, Rajat ne tira pas de plus belle, mais lui tordit l’encolure, l’obligeant à se pousser et réduisant ses efforts à néant. Il avait le tour de main pour contraindre un cheval sur place… Sätan tenta de le brûler, mais Rajat absorba toutes ses flammes sans aucune difficulté.

L’autochtone ne s’occupait plus des deux étrangers et ses hommes, ainsi que sa sœur, étaient déjà remontés à cheval, n’attendant plus que Rajat. Achala avait attrapé les rênes du Galopa de son frère et attendait visiblement qu’il monte le géant, qui secouait la tête de plus en plus fort, forçant Rajat à faire des pas de côté. Agaçé, Sätan commençait à coucher les oreilles. Rajat le faisait tourner sur lui-même, contraignant fortement l’étalon, ce qu’Anthere elle, n’avait jamais fait. Sur une inspiration, le géant blanc pencha la tête sur le côté et tira si fort que la corde glissa des mains de l’homme ; Sätan en profita pour se cabrer et le dominer de toute sa hauteur. Pour échapper aux coups de pieds mortels, Rajat n’eut pas d’autres choix que de se dégager sur le côté. Presque nez-à-nez avec Molly, Sätan se mit à ronfler bruyamment, le rouge de l’intérieur de ses naseaux nettement visible. Molly put sentir alors un poids sur l’une de ses épaules, le Pokémon en forme de statuette d’argile s’était éclipsé. Il usa de ses pouvoirs, faisant sursauter Sätan et laissant à Molly une impression étrange, une présence, dans sa propre tête : il extrayait un souvenir de l’étalon pour le déposer dans les pensées de Molly. Un seul souvenir, sous forme d’une image extrêmement fugace et imprécise : une grande salle, des tables, des lustres… Mais le souvenir semblait déformé, comme vu derrière une vitre ou un cristal, on pouvait également sentir la présence vivante d’humains et celle de Pokémon, plus incertaines, dont l’une à la fois éteinte et vivante, une autre mal en point. Le souvenir disparu aussi vite qu’il était apparut.

L’atmosphère se tendit soudainement, tous les hommes mirent la main à la ceinture, sans finir leur geste. Rajat, lui tentait de s’approcher tant que l’attention de Sätan était dirigé vers Molly. Le géant avait fais un pas et les rênes de son mors de cuir avaient glissé tout près de ses oreilles. Pour l’instant, l’étalon hésitait à faire confiance à Molly en particulier. Le Flambusard décolla, faisant frissonner Sätan qui redevenait nerveux et commença à crier. Les « takatas » ne savaient pas trop bien à quoi s’en tenir. Sätan se débattait et visiblement ils s’attendaient à devoir utiliser la force (avaient-ils des armes sous leurs vêtements amples ?) D’un autre côté, ils possédaient les chevaux les plus rapides et d’après ce que l’un d’eux avait pu voir et ne s’était pas privé de partager aux autres, leurs propres montures ne pouvaient pas se vanter d’être très rapides. Alors à moins de monter Sätan, ce qui était improbable, ils n’avaient aucune chance. Ce sauvage ne laisserait personne le monter, même Rajat, aurait des difficultés à le plier. Il suffisait de voir comme ce diable remuait méchamment la tête… Ils étaient loin de penser que quelqu’un avait justement réussi à le monter et sans aucun problème, d’humeur ou d’obéissance… Ce qu’ils ignoraient, Molly le savait ; n’avait-elle pas vu arriver la jeune fille sur le poney, de manière tout à fait docile, devant la tour de Celosia ? Et cela, sans renfort de fouet, de corde ou contrainte. Sätan ne l’oubliait pas non plus. Anthere n’avait jamais fait en sorte de forcer sa volonté, ni de lui faire peur.

C’était l’un de ces moments où le temps semblait filer à toute vitesse et se suspendre à la fois, le moment où on se mettait à réfléchir aussi vite que possible, pour saisir l’occasion, le moment de la dernière chance où l’on n’avait plus le droit à l’erreur. Prêt à réagir au moindre mouvement Sätan tourna légèrement la tête, gardant Molly du coin de l’œil, vers White ; réfléchissant à la situation. Ses oreilles toutefois, étaient tournées vers l’arrière. Il ne faisait aucun doute qu’il surveillait les uns et les autres très attentivement, n’oubliant pas la présence des hommes en takata, gardant ses distances avec Molly, tout en restant peut-être un peu plus enclin à voir de plus près le dernier humain qui semblait moins effrayant que les autres, au second abord, ne reconnaissant pas vraiment la chose étrange qui lui avait filé le train sur la dune. Sätan ronflait toujours, naseaux largement ouvert et dilaté, mais ne marquait pas de mouvement de recul. Il fallait dire que cet humains-là n’était ni accompagné de monstre venu soudainement du ciel, ni d’horrible détonations. S’il faisait confiance au Balbuto d’ailleurs, il savait aussi maintenant que ce type-là avait un point commun avec Anthere. Et qui sait, peut-être plus d’un ?


**********************************************
[Mesdemoiselles…

Vous voilà dans une situation délicate, les takata ne vous laisseront pas partir avec Sätan et Rajat tente de le maîtriser tant bien que mal, essayant de le contraindre, mais sans utiliser la violence comme les éleveurs que vous avez mis en fuite… Mais Sätan ne semble pas décidé à le suivre et réagit au nom de sa maitresse.

Le Balbuto sauvé par l’un des takata un peu plus tôt à suivi de loin cette histoire avec intérêt ; il a communiqué à Sätan vos intentions et à communiqué à Molly un souvenir du Galopa : l’auberge gelée . Seulement, elle semble être vue à travers une vitre ou du gel, plutôt que d’être gelée elle-même ; la vue semble plus brouillée que pleine de givre ou de neige. Par ailleurs, ce souvenir est plein de sensations du Galopa à ce moment, l’auberge était pleine d’humain, de quelques Pokémon semblant étrangement lointain, dont l’un d’eux est blessé et un autre, entre deux états.

Il vous reste plusieurs solutions : combattre les hommes en takata, ils sont cinq et vous ne savez pas s’ils sont armés, s’ils sont plus et si le Flambusard vient de sonner une alerte. Vous savez en revanche, que Rajat possède la maîtrise du feu, probablement à haut niveau.
Vous pouvez, sinon, essayer d’attraper les rênes en cuir dont Anthere avait harnaché son cheval (le bout de la corde autour de sa tête traîne par terre, trop loin pour que vous puissiez l’attraper sans être bloqué par Rajat ou faire peur à Sätan) et voir ce que vous pouvez en faire. Si vous choisissez la fuite, il faudra faire preuve d’intelligence : leurs chevaux sont plus rapides que vos montures, à l’exception de Sätan.

Attention, vous n’avez plus droit à l’erreur : si vous faites peur à Sätan, il s’enfuira et votre mission échouera. Réfléchissez-bien à la manière dont vous allez vous y prendre et qui la prendra, car elle sera décisive. Je vous rappelle au passage qu’il n’est pas capturable puisqu’il appartient déjà à Anthere (mais pas que ! on dirait ^^) et que vous ne possédez pas sa Pokéball personnelle.]

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 1087

Fiche de personnage
Points: 62
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par White Tama le Jeu 31 Aoû 2017 - 23:48

[ Hrp : Ce post et le suivant constituent une seule et même réponse écrite à 4 mains par Nina et moi, on poste une partie chacune de taille équivalente ! ]

La réaction de Rajat fit tiquer Molly. Comme s’il ne l’avait pas écoutée, ou plutôt comme s’il se moquait de ses propos, il leur ordonna de partir, manquant d’arracher un soupir à la Flamenoise. Clairement, la négociation ne semblait pas être le fort de ces gens-là, et il allait falloir s’adresser directement à Ourasi, puisqu’ils étaient totalement hermétiques à toute discussion... Avec une certaine anxiété, Molly jeta un regard en biais à White.

Alors le débat s’arrêtait là ? Malgré les explications très claires de Molly pour leur expliquer pourquoi ils étaient ici, ce type ne leur sortait pas plus de quatre mots ? White haussa un sourcil et ressentit que quelque chose avait changé dans l’attitude de l’homme ; dès que le nom d’Anthere avait été prononcé, dès qu’il avait su que ce cheval appartenait à quelqu’un, il le sentit sur la défensive et c’était peut-être là une faiblesse à ne pas prendre à la légère.

Quelque peu désemparée par l’attitude des autochtones, la jeune femme observa attentivement la statuette qui s’était animée et qui semblait échanger en silence avec Ourasi. Bien évidemment, n’étant pas Lieuse, elle ne put intercepter ce qui se disait entre les deux créatures, mais lorsqu’elle vit le Galopa faire un pas en avant, visiblement en réaction au nom d’Anthere, elle songea que la cause des deux Flamenois n’était sans doute pas totalement perdue, du moins pour l’instant. Le tout était maintenant de convaincre Ourasi de venir avec eux malgré tout, tout en se dépatouillant des gens du désert jusqu’alors peu enclins à parlementer. Et le comportement de Rajat, qui contraignit Ourasi à reculer en le pliant à sa volonté, allait peut-être les aider dans leur tâche.

Jusque-là totalement apeuré par la présence de la Flamenoise, Ourasi se tourna vers les deux jeunes gens, ce qui attira l’attention de White. Le garçon remarqua que le fait d’avoir parlé d’Anthere avait sûrement fait resurgir des souvenirs chez lui. Il supposa alors qu’Ourasi était peut-être tout simplement perdu psychologiquement et qu’il avait senti chez ces gens en takata une échappatoire potentielle de sa solitude dans le désert. Mais voir cet homme contraindre l’équidé pour tenter de l’apprivoiser en sachant que le Galopa refusait d’être dominé énerva le Flamenois. Il fallait se rendre à l’évidence ; Ourasi avait déjà une maîtresse et il était décidé à la retrouver. Ne voulant pas faire la moindre erreur, le guerrier lança un regard vers sa compagne.

« Attends. »

Molly avait parlé dans un souffle, presque un murmure, préférant attendre de voir comment le duel silencieux entre Ourasi et l’homme se déroulerait. Les autochtones commençaient à perdre patience, et cela se ressentit dans l’attitude de celui qui leur avait intimé de partir. Le Galopa tenta de le brûler, puis se cabra. Molly, elle, resta stoïque, esquissant à peine un mouvement de recul face au géant qui s’était dressé de toute sa hauteur. Elle mit simplement un bras en arrière, contre la poitrine de White, pour le dissuader de faire le moindre pas en avant. Cela se jouait entre Rajat et Ourasi, pour le moment, et intervenir ne ferait qu’envenimer les choses. Lorsqu’elle se trouva quasiment nez à nez avec l’étalon, elle ancra son regard dans le sien, sans animosité, mais simplement pour lui permettre de lire ce qu’il voulait savoir dans ses intentions. Elle n’avait, après tout, rien à cacher.


Ne voulant réduire à néant ce qu’il avait réussi jusqu’à présent, White acquiesça simplement de la tête quand Molly lui demanda de rester en retrait. Après tout, elle était la plus apte à comprendre les comportements du cheval. Mais quand Ourasi se cabra pour intimider son adversaire, Molly dissuada son ami de faire le moindre geste. Personnellement, White n’avait pas spécialement envie de partir en avant, surtout devant les mouvements imprévisibles du cheval de feu… Il n’avait pas vraiment envie de se prendre un coup de sabot et finir ici… Contrairement à son amie qui semblait calme, le cœur du Flamenois battait fort dans sa poitrine quand le Galopa se posta devant la Meneuse, brusquement. White tenta de respirer calmement pour ne pas brusquer l’animal tout en jetant des regards autour d’eux, des fois que les autres s’en prendraient à eux.

Molly serra la main de White dans la sienne, pour le rassurer, surtout, et lui montrer qu’elle était là – même s’il en avait pleinement conscience, songea-t-elle en se disant qu’elle était un peu bête d’avoir raisonné ainsi. Jusqu’alors calme, la Flamenoise sursauta quand elle sentit un poids sur son épaule, avant d’avoir une sorte d’absence consécutive à une vision fugace et éphémère : une grande salle qui semblait conviviale et remplie, mais derrière un mur de glace transparent... Interdite, elle eut un regard pour le Balbuto, un regard où se lisait le cheminement de pensée de la jeune femme. C’était comme si elle avait trouvé de l’aide dans cette image, pour appuyer ses propos – et c’était sans aucun doute le cas. Doucement, elle s’adressa à Ourasi, sans élever la voix, pour n’être vraiment compréhensible que par White (qui se tenait tout près) et par le Galopa.

« Ce qu’il m’a montré confirme mes craintes. Je crois qu’Anthere a été attaquée, puis emprisonnée dans de la glace, ou bien qu’elle a utilisé ses pouvoirs pour se défendre contre une agression et que le résultat laisse à désirer. Quoi qu’il en soit, je suis à présent certaine qu’elle a des ennuis, et je répète ce que j’ai déjà dit : j’irai la chercher, d’une manière ou d’une autre. »

_________________
avatar & signature  : @yosakuh


avatar
White Tama
Admin' • Respo Partenariats & Votes
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 32
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Molly Hale le Jeu 31 Aoû 2017 - 23:48

Légèrement en retrait, White observa son amie et ne pouvait que lui faire confiance. Il se calma doucement sachant pertinemment qu’elle ne ferait plus rien qui pourrait effrayer la bête. Car ils étaient si proches d’Ourasi… Lui faire peur maintenant mettrait la mission en échec et ils auraient fait tout ça pour rien. Présent, White vit que l’homme en takata s’approchait doucement derrière l’étalon, profitant de son attention sur la rousse pour essayer de le récupérer.

« Ce qui pourrait expliquer pourquoi Ourasi est si loin de sa dresseuse ; il aurait pris la fuite pour trouver de l’aide ou Anthere lui aurait sauvé la vie en lui ordonnant de prendre la fuite. » murmura le garçon, le regard posé sur l’homme en face d’eux.

Qu’il essaie d’approcher lui… Cependant et même s’il avait Élitiste avec lui, l’arme pourrait effrayer le cheval… Comment faire pour que ce type comprenne enfin que cela ne mènerait à rien de contraindre le Galopa ? Cependant, l’oiseau de feu émit un cri qui alerta aussitôt Ourasi, le rendant à nouveau nerveux. Et pas seulement lui puisque la plupart des hommes montés sur leurs chevaux commençaient à ressentir des picotements de nervosité.

La Flamenoise acquiesça quand White exprima le fond de sa pensée au sujet de la vision qu’elle avait plus ressentie que réellement appréhendée. Lorsque l’homme s’approcha pour entourlouper Ourasi en le prenant par surprise, la Meneuse changea d’expression, passant de la douceur et de la compassion à la menace prête à être mise à exécution, non pas envers le Galopa, mais envers ceux qui considéraient l’étalon comme acquis. Contrairement à eux, elle n’avait absolument aucune intention de l’attraper par la bride pour le forcer à quoi que ce soit, et elle ne voulait pas les laisser faire. Mais le plus urgent était de convaincre Ourasi, tout en sachant qu’elle ne devait pas lui faire peur... Dans un geste lent, elle tendit la paume de sa main droite en avant, dans une attitude amicale invitant le cheval à les suivre s’il le désirait. Puis, elle dévisagea Rajat sans ciller, le défiant du regard de mettre son plan en œuvre pour lui faire comprendre qu’elle s’interposerait si Ourasi décidait de leur emboîter le pas. Tamekyn, lui, se rapprocha de son congénère pour dialoguer avec lui dans un langage connu d’eux seuls. L’étalon d’argent et d’azur comprenait parfaitement l’hésitation du géant, mais il voulait à tout prix qu’il soit conscient de ce qu’impliquerait pour lui un refus de suivre Molly et White.

White resta légèrement en retrait contrairement à Molly mais n’hésiterait pas à la protéger si on s’en prenait à elle. Jusqu’à présent, ils avaient fait preuve de politesse en leur dévoilant leurs intentions mais aussi, ils avaient mis en retrait leurs armes, ils en attendaient de même des hommes du désert. Tandis que les deux Galopa semblaient discuter, White se positionna de façon à être prêt à défendre aussi bien son amie qu’Ourasi (bien que jusqu’à présent il ait prouvé à tous qu’il était capable de s’en occuper seul). Cependant, le comportement de l’étalon recherché intrigua le garçon qui aussitôt se relâcha. Pourquoi le fixait-il ainsi ? Puis White comprit.

« Je t’ai sûrement paru égoïste tout à l’heure… en disant que Molly retrouverait ta dresseuse… » commença-t-il tout doucement, pour ne pas l’effrayer encore plus (et à son tour). « Mais j’ai vu comment tu as réagi lorsque nous avons parlé d’Anthere, ta dresseuse. Et j’ai également vu comment cet homme a tenté de te contraindre à lui obéir. Tu n’es pas son jouet Ourasi, tu n’es pas sa propriété. » White inspira un coup, plongeant son regard dans celui de l’étalon. « S’il le faut… Non. Je partirai moi aussi à la recherche d’Anthere, avec Molly. Parce que nous voulons l’aider. Réellement. »

Il avait compris ; Ourasi se souvenait mais il avait besoin de confiance. Après tout, il ne pouvait pas suivre de parfaits inconnus. Il avait sûrement connu Molly mais White n’avait pas le souvenir de l’avoir vu avec sa dresseuse. Et parce qu’il ne pouvait ignorer quelqu’un ayant besoin d’aide.

Même si elle ne souhaitait pas le formuler à voix haute, Molly était contente du vœu de White de l’aider à chercher la Mizuhanienne. Même si elle se sentait capable de se mettre seule à sa recherche, elle préférait quand même savoir qu’elle serait épaulée, et la perspective d’un voyage qui ne serait pas seulement d’agrément ne la contraria étrangement pas. Et puis, si c’était pour venir au secours de quelqu’un, elle n’y voyait vraiment aucun inconvénient.

L’ambiance était, hélas, tendue au plus haut point, car les autochtones étaient prêts à partir au quart de tour. Ils étaient cinq, la Flamenoise ignorait s’ils étaient armés, et rien ne disait que le Flambusard n’avait pas appelé des renforts... Sans compter qu’ils étaient en terrain connu et conquis, ici, contrairement au duo d’Élémentalistes. Lançant un dernier regard au brun pour se concerter avec lui, elle articula d’une voix douce :


« Ourasi, peu importe le passé que tu partages avec eux. Ils cherchent à te contraindre, en te considérant comme un bien qui leur revient de droit. Or, je ne pense pas que tu te voies ainsi. Nous n’insisterons pas et te laissons le choix. Tu peux rester ici si tu le désires, dans un cadre certes agréable, mais où tu es restreint par ce qu’ils voudront t’imposer. Mais tu peux également venir avec nous pour chercher Anthere ensemble. Elle a besoin de toi, mais si tu ne t’en sens pas capable, ou si tu n’as pas suffisamment confiance en nous, eh bien... Tu es libre. »

Pour illustrer ses paroles et prouver sa bonne foi, Molly fit un pas en arrière, sans quitter des yeux le type qui entendait emmener Ourasi de force. Si l’étalon les accompagnait, les autochtones ne l’entendraient probablement pas de cette oreille et se lanceraient sans doute dans un combat acharné pour les faire partir – ou pire encore – et cela, la Meneuse ne l’envisageait sous aucun prétexte. Devant elle, Tamekyn resta immobile, prêt à se jeter sur Rajat dans le cas où le Pokémon d’Anthere se tournerait vers la fuite de l’oasis. Comme sa maîtresse, il voulait avant toute chose laisser Ourasi disposer de son libre-arbitre, et habitants du désert ou pas, famille d’origine ou pas, ce serait à « Sätan » que reviendrait la décision finale.


[Ce post et le précédent constituent une seule et même réponse écrite à 4 mains par White et moi, on poste une partie chacune de taille équivalente !]

_________________
Per aspera... Ad astra.



0 RP - 1 mission - 0 event - 0 match

Spoiler:
avatar
Molly Hale
Informations
Nombre de messages : 448

Fiche de personnage
Points: 43
Âge du personnage: 30 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Anthere Osarian le Ven 1 Sep 2017 - 2:35






Eyes wide open – M’Girl


La tension était palpable, tendue à son maximum. Le temps lui-même cessa de s’écouler un instant, comme s’il attendait, lui aussi, l’issue des événements… Dans un souffle retenu, les deux jeunes Flamenois tentaient de convaincre Sätan. Le géant tendit son encolure vers White, gardant toujours Molly à l’œil. Mais il regardait par-dessus son épaule, ses oreilles tendues vers l’arrière revenant par moment lentement en avant. C’était plus que Molly et White qui lui parlaient, le Balbuto et Tamekyn également et leurs paroles faisaient sens. Grâce à l’aide du Balbuto, Sätan pu ressentir la sincérité de Molly, malgré des actes qu’il jugeait violents… Ses grands yeux rouges sombres fixés sur la statuette, il dressa les oreilles lorsque Molly fit un pas. Un pas en arrière. A vrai dire, elle n’aurait pu faire mieux. Aspiré dans ce jeu de suggestion, Sätan fit un pas vers l’avant, se rapprochant du jeune homme. Le choix que lui laissait White et Molly était plus acceptable, de son point de vue, que celle des takatas ; Anthere ou la liberté. Sans doute les deux jeunes gens ne le savaient-ils pas, mais Anthere rimait avec liberté ! En cela, Sätan ne voyait qu’une étendue infinie où son seul libre arbitre serait maître de toutes les décisions. Il n’était pas qu’un Galopa, après tout ! Et il l’avait toujours hennit, il était le cheval du vent, fusse t-il du désert ou d’ailleurs.

De leur côté, les takatas ne comptaient pas perdre leur meilleur étalon. Rajat choisit le meilleur moment, selon lui pour reprendre la corde. Loin de se laisser impressionner par une petite citadine, il se jeta sur la corde au moment où Sätan pointait les oreilles vers la fille. Aussitôt, les hommes sautèrent de cheval pour se ruer à leur tour sur la corde et lui prêter main forte. C’était sans compter sur la volonté et la sauvagerie du géant blanc. Captant l’urgence dans la posture de l’autre étalon et du Balbuto, Sätan se jeta en avant dans un grand bond. Pourquoi White choisissait-il ce moment pour un malheureux réflexe ? Mais les humains ont souvent le mauvais réflexe… Le jeune homme attrapa la rêne de la bride d’Anthere. Malgré le poids et la brusquerie que Sätan ressentit dans sa bouche, il durcit son encolure et fit la pirouette. Pour ne pas être bousculé et finir sous les pieds du cheval, White n’eut d’autre idée que d’empoigner le cheval. Entraîné par la figure de guerre de Sätan, il se retrouva à se raccrocher et devoir se hisser sur son dos, alors que le sauvage partait au galop… Rapidement, le jeune homme put sentir les muscles puissants rouler sous la peau du cheval. Ce dernier donna un grand coup de tête, qu’il secoua en tout sens en faisant une figure à mi-chemin entre le cabré et le saut ; la corde lui glissa de la tête.

Derrière, les hommes du désert crièrent, surprit par la réaction de l’étalon. La corde leur brûla les mains, les chevaux commencèrent à s’éparpiller, pensant devoir, eux aussi, faire la course. Leur propriétaire les rejoignirent d’un bond pour les retenir par les brides. Du même mouvement, tous les hommes grimpèrent sur leur Galopa qu’ils lancèrent à la poursuite des voleurs… Et du fugitif. Mais Sätan n’avait pas attendu. L’encolure tendue devant lui, il galopait comme jamais il n’en avait eu la puissance, aspirant et galvanisant derrière lui Tamekyn, dans cette joyeuse (mais très sérieuse) galopade furieuse. Sur son dos, White pouvait sentir le vent lui couper le souffle peu à peu, la vitesse lui déchirer les vêtements. Le paysage défilait si vite qu’il ne devint plus qu’une large tâche de couleur, sans forme précise. Sätan donnait de toute sa vitesse, les flammes de sa crinière s’élevant comme une bannière, bien qu’elles ne brûlèrent pas son cavalier. White qu’il le sache ou non, ne pouvait plus retenir le géant, la bride était inutile, Sätan avait la bouche verrouillée et les oreilles tournées vers l’arrière à cause de la vitesse. Galopant en toute liberté, sans aucune barrière et sans aucun maître, il savait parfaitement où se rendre pour quitter le désert. Il connaissait tous les pièges par cœur. S’ils regardaient derrière eux, les deux cavaliers pouvaient également se rendre compte de la distance qui les séparait –à chaque foulée plus grande- des takata, alors que Sätan les menaient à une cadence d’enfer. Jusqu’à ce qu’ils disparaissent derrière la dernière colline, mais il fallut longtemps encore, avant que l’étalon géant ne daigne ralentir de lui-même. A l’issu de la course, Molly put se rendre compte que le Balbuto était toujours accroché à son épaule, comme légèrement enivré. Les jours suivants, le temps de les rattraper, White aurait la surprise de découvrir un Pokémon cactus. Visiblement, la Légende des Deux Cavaliers se transmettrait encore un moment de Pokémon en Pokémon de Lamakan.



**********************************************
[Mesdemoiselles…

C’est le GG ! Grâce à ce superbe et dernier post de votre part, Sätan consent à vous faire confiance. En effet, un geste opportuniste de Rajat et un réflexe malheureux de White –très légèrement aidé- intervient pour vous permettre la dernière chose que vous n’avez pas osé faire !

White, tu te retrouves donc malgré toi accroché à un cheval qui démarre à un train d’enfer et t’y accroches donc pour ne pas être piétiné. Molly… j’ai simplement supposé que tu enfourchais Tamekyn pour suivre Sätan qui sait parfaitement vous guider hors du désert (et te donne un bonus +10 000 en vitesse). Pour ce post de conclusion, je vous laisse profiter de cette cavalcade de l’enfer, dans une merveilleuse cinématique où vous partez à fond de train, laissant loin derrière vous la tribu du désert de Lamakan. N’oubliez pas de préciser de ce qu’il advient de Sätan à l’issu de ce dernier post, en sachant qu’il ne se laissera probablement plus monter, car après tout, il est sauvage !

Vous gagnez chacun un Pokémon, White un Cacnéa (au choix, un Cacnéa de « la Horde » ou bien celui qui vous a aidé en convainquant sa tribu. Molly, tu gagnes le Balbuto ! Et un cadeau-bonus ! xD


Merci à vous deux pour cette mission où j’ai vraiment pris du plaisir et pas seulement parce que les chevaux étaient au centre de l’aventure ! ]

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 1087

Fiche de personnage
Points: 62
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Molly Hale le Ven 1 Sep 2017 - 23:02

Lorsqu’Ourasi fit un pas en avant, répondant à l’invitation silencieuse de Molly, la Flamenoise sentit son cœur rater un battement. Allait-il basculer de leur côté ? Déciderait-il finalement qu’il n’avait finalement pas confiance en elle malgré la présence de White ?

Rajat et les autres décidèrent alors de se saisir de la corde jetée sur l’encolure du cheval pour le faire définitivement revenir avec eux. Aussitôt, Ourasi se débattit et la Meneuse, captant la nervosité qui menaçait d’éclater en combat, recula prestement pour ramasser son fouet de cuir et Chante-Acier. D’un geste expert, elle enroula le premier pour le ranger à sa ceinture, mais garda le second en main pour se battre contre les autochtones si nécessaire. Dans la paume de son autre main, elle généra une boule de feu, qui alla « allumer » le bout de ses doigts un à un. Même si le type au visage découvert était un maître du feu, elle n’avait pas peur de s’interposer pour faire gagner du temps à Ourasi et à White.

Tout s’enchaîna alors très vite, et l’Alchimiste rangea Chante-Acier près de son jumeau de cuir, avant de saisir Élitiste, comme si elle sentait que son ami n’allait pas avoir le temps de la récupérer. Son intuition se révéla exacte : Ourasi décolla littéralement des quatre fers, suivi de près par Tamekyn que Molly enfourcha au vol dans un timing dangereusement parfait. Les habitants du désert, prêts à tout pour récupérer leur « propriété », se lancèrent à leur poursuite, mais rapidement, les deux cavaliers les distancèrent. En guise de cadeau d’adieu, Molly se retourna sur sa monture, agita l’index de gauche à droite pour leur faire comprendre qu’il n’en était pas question, puis claqua des doigts avec autorité. Dans la seconde qui suivit, les Galopa de la tribu du désert semblèrent perdre leur envie de continuer la course, et leurs foulées se firent de plus en plus courtes, avant qu’ils ne s’arrêtent complètement, à la stupeur de leurs maîtres. Ces derniers eurent beau les pousser, ils n’en tirèrent plus rien : Molly avait décidé qu’elle épargnerait aux chevaux une fatigue inutile, et sa technique de subjugation avait fait le reste...


« ... »

Grisée par la vitesse, la Flamenoise voulut dire quelque chose, mais elle en fut incapable, préférant s’abandonner à l’instant et apprécier la traversée du désert à fond. Le paysage défilait, comme s’ils étaient dans un tableau dont le décor serait mobile et actionné par une main invisible. Lorsque les autochtones ne devinrent qu’un ensemble de minuscules points, loin derrière eux, la rousse éclata de rire, d’un rire libérateur et soulagé, mais amusé, aussi. Elle se plaisait dans cette fuite où elle ne maîtrisait rien, pas même la vitesse de son propre étalon, qui se laissait galvaniser par la rapidité de son homologue. La crinière de Tamekyn s’embrasa, enveloppant la Meneuse dans un linceul de flammes argentées aux reflets d’azur qui la changea en comète surnaturelle, presque irréelle. D’un mouvement rapide, la jeune femme baissa le tissu qui lui couvrait le visage, tandis que sa monture accélérait pour se mettre au niveau d’Ourasi l’espace d’un instant. Le regard pétillant, l’Alchimiste dévisagea White avec malice.

« Ça ira ? Pas trop secoué ? Ah, et je l’ai ! »

La Meneuse montra brièvement la garde d’Élitiste qui trônait dans ses affaires, avant de laisser Tamekyn reprendre un rythme moins soutenu, sans lâcher Ourasi, néanmoins. La chevauchée parut durer une éternité, mais ils parvinrent finalement à sortir du désert et s’arrêtèrent, les deux étalons couverts d’écume et les humains dotés d’une coiffure à faire pâlir un Voltali hérissé. Chacun se reposa, but et mangea, petitement, toutefois : leur esprit n’avait pas encore tout à fait laissé le désert en arrière, et ils mirent plusieurs jours à rejoindre Omatsu, en compagnie du Balbuto qui semblait avoir adopté la rouquine et ne s’en séparait plus. Lorsqu’ils furent en ville, Molly se chargea de retirer toutes les affiches et d’avertir les autorités de la réussite de la mission de recherche. Devant leurs doutes, elle les invita à venir voir d’eux-mêmes « la bête », comme ils l’appelaient, mais hors de la cité, à l’écart, pour ne pas brusquer l’étalon. Insistant lourdement sur son statut de Chercheuse reconnue dans le coin et sur son lien de parenté avec Spencer Hale, elle put les convaincre de lui laisser l’animal, qui la suivit jusqu’à chez elle lors d’un trajet nocturne, afin d’éviter à Ourasi d’inutiles stimulations stressantes et négatives. Comme à leur habitude, ses parents ne posèrent aucune question et la laissèrent installer le Galopa sur le terrain vaste dont elle disposait, en lui assurant qu’il pouvait rentrer se mettre au chaud quand il le souhaiterait dans un box qui lui fut attribué. Malgré ses réticences premières, l’étalon comprit qu’en étant dans l’impossibilité de regagner sa sphère, il ne pouvait évoluer sans danger chez les humains dont il se méfiait et accepta la proposition de la Meneuse.

« À présent, je vais la chercher, et je profiterai de chacun de mes déplacements pour glaner des informations, aussi infimes soient-elles. Je te le promets. »

Les deux compagnons, fatigués mais satisfaits d’avoir accompli ce dont ils s’étaient fait un devoir s’excusèrent auprès des parents de Molly, en jurant qu’ils leur raconteraient tout le lendemain, avant de prendre une longue nuit d’un repos plus que mérité.


[Et voilà Razz]

_________________
Per aspera... Ad astra.



0 RP - 1 mission - 0 event - 0 match

Spoiler:
avatar
Molly Hale
Informations
Nombre de messages : 448

Fiche de personnage
Points: 43
Âge du personnage: 30 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par White Tama le Sam 2 Sep 2017 - 18:08

Légèrement en retrait, le garçon observa son amie et écouta attentivement son discours jusqu’à ce qu’elle recule d’un pas. Le regard se porta alors sur l’étalon ; c’était à lui, et à lui seul de décider qui suivre. Profitant de ce temps, le guerrier baissa doucement les yeux et s’imagina dans une situation identique à celle d’Anthere ; et si ses Pokémon partaient à sa recherche mais que des personnes les empêchaient ? Pourquoi avait-il mis aussi longtemps avant de prendre la décision ? Il tenta de se trouver des excuses mais elles n’étaient pas acceptables… Sûrement pas sa faute, il avait tout retardé… Mais lorsqu’il redressa les yeux, quelle ne fut pas sa surprise quand il trouva l’étalon en face de lui ! Faut dire que White n’était pas très à l’aise mais malgré cela, le garçon prit sur lui et essaya de ne pas montrer sa peur puisqu’il avait entendu quelque part que ces animaux pouvaient facilement percevoir ce genre de sentiments.  

Cependant, les hommes en takata n’attendirent pas que le cheval fasse sa propre décision et tentèrent de le dresser en tirant sur la corde. Aussitôt, l’animal se cabra qui repoussa ses assaillants avant d’entreprendre de foncer droit devant lui. Inconscient et sûrement suicidaire par ce geste, White attrapa les rênes d’Ourasi. Et tandis que le cheval partit au galop, le garçon puisa dans ses dernières forces afin de passer sur le dos du Galopa tout en tentant de se maintenir en équilibre afin d’éviter de passer sous la bête et de finir écrabouiller… Mais quel idiot ! Pourquoi avait-il attrapé les rênes ?! Pourquoi se retrouvait-il sur lui alors qu’ils avaient fait tout leur possible pour ne pas monter dessus ?! Parce qu’il ne contrôlait absolument rien du tout, White lança des « aaaahh » effrayés avec des tonalités différentes entre chaque foulée et bond de l’animal. Ça allait beaucoup trop vite et il avait bien du mal à rester en équilibre sur sa monture d’infortune.

Aussi, White ne vit pas que les autochtones avaient tenté de les suivre avec leur propre monture puisqu’il était trop « occupé » à rester sur le Galopa qui filait à une telle vitesse. Il ne prit même pas la peine de penser à son amie car après tout, s’en était-elle sortie ? Rien que le fait de regarder en arrière le décourageait. Et si elle s’était fait attraper par les Takatas ? Ou bien ils étaient encore à leur poursuite ?! Malgré cette dernière hypothèse, tout ce que le Flamenois voulait, c’était de mettre un pied à terre et continuer par ses propres moyens ! Et puis doucement, cette sensation de peur et d’angoisse s’estompa. Se sentant plus à l’aise sur le cheval de feu, White osa ouvrir les yeux et même observer les environs : ils étaient encore dans le désert. Progressivement mais surtout avec attention, il se redressa légèrement pour adopter une position un peu plus confortable, du moins pour son dos. Molly apparut alors sur Tamekyn, étrangement souriante malgré les circonstances. White ne put s’empêcher de faire un peu la tronche :

« Nnnaaaannnnn !! J’suis cassé de partout… dites moi que ça va s’arrêter un jour… » lança-t-il, sur un ton plaintif.

Malgré cela, il remercia Molly d’avoir pu récupérer son arme. En effet, il était parti tellement vite… Ourasi était parti tellement vite que White n’avait pu récupérer son sabre. Quelle idée aussi d’avoir sauté sur le cheval… Plus jamais ça ! Et si jamais ces autochtones avaient mis la main dessus ?! Cette épée était spéciale pour le jeune homme… Voilà pourquoi il la remercia, même plusieurs fois.

Les jeunes cavaliers continuèrent leur chevauchée dans le désert pour finalement le quitter au bout de quelques heures. Epuisés, ils s’octroyèrent un moment de repos au calme afin de se restaurer mais surtout boire. D’ailleurs, ce fut pendant cette courte escale que White ressentit comme des picotements sous sa cape. La cause : un Cacnéa s’était agrippé sur ses vêtements et ne semblait plus vouloir le quitter. Sous cette « contrainte épineuse », les deux jeunes gens prirent la route vers Omatsu où Molly prit les devants auprès des autorités concernant la mission. Avec l’aide de White pour l’appuyer dans ses explications, les affiches furent retirées et Ourasi avait un toit pour séjourner le temps de retrouver sa dresseuse.

Regardant l’étalon prendre ses repaires dans le domaine des Hale, Molly fit la promesse de retrouver Anthere. Voyant le regard déterminé de son amie, White ne put s’empêcher de sourire tout en lui prenant la main dans la sienne ;

« Tu pourras compter sur moi. »

Même s’il était pris par ses obligations, rien ne lui empêcher de récupérer quelques informations lors de ses séjours à Terros ou même ailleurs. Par contre ce ne sera pas pour tout de suite, White n’attendit pas la tombée de la nuit pour se coucher ; il avait tout donné aujourd’hui et pour les jours à venir…


[ hrp : mission finie ! J’avais peur qu’on n’y arrive pas >o< Merci pour le rp !! ]

_________________
avatar & signature  : @yosakuh


avatar
White Tama
Admin' • Respo Partenariats & Votes
Informations
Nombre de messages : 1745

Fiche de personnage
Points: 32
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Le prince du désert [Molly & White]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum