[ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Mer 29 Mar 2017 - 8:42

C’est officiel : j’ai froid ! Je crois pas avoir jamais mis les pieds dans un coin aussi froid ! Même dans les montagnes d’Aliphyr, ya moyen de trouver des grottes avec une température intérieure à peu près convenable ! Mais ici, rien ! Rien du tout ! Pourtant, c’est pas faute d’avoir mis un manteau !

« Miaou ? »

Non Song, tu bouges pas ! Tu es consignée au rôle d’écharpe vivante sur mon cou jusqu’à nouvel ordre ! On peut donc dire que tu es une é-chat-rpe ! Merde, je peux même pas rire tellement je claque des dents ! Bon après c’est vrai que j’ai un peu merdé sur la question. A la base, c’était pas mon idée de venir ici, mais celle de Luce, et vu que maintenant, je suis plus ou moins sa garde du corps jusqu’à nouvel ordre, il a bien fallu que je la suive ! Mais ça en soit, c’est pas un souci. La gamine est adorable et les voyages ne me font pas peur. Au contraire même, j’aime bien ça !

Non, mon erreur a été de demander à la gamine s’il faisait froid là-haut tout au nord en cette période de l’année. Après tout, on est censé être au printemps, pas vrai ? Et elle m’avait répondu avec un grand sourire – comme toujours en fait – que j’avais pas à m’inquiéter parce qu’il faisait moins froid en hiver !

Non d’un Poichigeon, je jure sur le cul sacré de Reshiram que je viendrai jamais ici en hiver ! Il doit faire moins cinq là, je me gèle, alors en pleine saison froide, j’ose même pas imaginer la température qu’il fait ! Et bien sûr j’avais totalement oublié que quelle que soit la saison, Luce ne souffre jamais du froid ! Bordel, ya des fois j’aimerais vraiment ressembler davantage à cette gamine !

Et bien entendu, impossible pour moi d’allumer un feu dans toute cette neige, pas plus que rentrer dans ce foutu village. Luce en avait eu le droit en tant que membre de leur communauté – comme quoi elle plaisantait vraiment pas quand elle affirmait être une ninja – mais je n’avais pas cet honneur, aussi l’accès au village m’était pour le moment interdit en attendant que le comité des anciens ou un truc du genre statue sur mon autorisation éventuelle à entrer !

Luce m’avait promis de plaider ma cause auprès de son professeur, une ninja apparemment très expérimentée que la petite était très heureuse de revoir. Ca faisait seulement cinq minutes que j’attendais devant les portes de Loukai mais j’avais déjà l’impression que mes os se changeaient en glace. Enfin « portes »… Luce m’avait laissée non loin de l’entrée secrète qui menait au village, sans rien me révéler de plus à son sujet, logique, puisqu’elle était secrète. Dorénavant, je devais attendre qu’elle ou un autre ninja vienne me chercher. A première vue, j’étais seule dans cette forêt hormis un petit Marcacrin qui reniflait le sol non loin de moi, complètement indifférent à ma présence… A première vue seulement car je me doutais que les arbres qui m’entouraient étaient loin d’être vides.

Quoique naturellement discrets, les ninjas qui nous avaient suivies Luce et moi d’arbre en arbre depuis notre entrée dans la forêt n’avaient fait aucun véritable effort pour passer inaperçus. Vu l’habileté dont il faisaient preuve, nul doute qu’ils auraient réussi sans problème, pourtant. Mais ils étaient ici sur leur territoire, et apparaître de temps en temps à la vue de l’ennemi avant de disparaître aussitôt devait être pour eux une manière d’intimider et de décourager les importuns…
« Dites, vous là-haut ! Gueulai-je en direction des arbres. Vous pourriez pas m’apporter une couverture ? »
Mon attitude est probablement très stupide, mais bon s’ils avaient voulu me tuer, ils auraient déjà essayé, donc puisqu’ils sont plutôt pacifiques, autant pousser ma chance… Seule une bourrasque de vent – glacé bien sûr – me répondit. C’est ce qui s’appelle se prendre un vent j’imagine !

Et je continue de grelotter en croisant mes mains devant ma poitrine tout en frictionnant mes bras tremblant de toutes mes forces… Luce, dépêche-toi…

En réponse à mon appel, des bruits retentissent au-dessus de ma tête. Les ninjas auraient accepté à ma requête ? Nan, les bruits sont trop légers pour des adultes, on dirait les pas d’un enfant… Luce qui vient me chercher ? Je lève la tête et je vois une tâche noire dans les hauteurs… Qui me saute dessus !

Heureusement, contrairement au reste des ninjas à ce qu’elle m’a expliqué, Luce porte quasi exclusivement du vert, si bien qu’au premier coup d’œil, je réalise que l’être noir ne peut pas être ma petite protégée et par réflexe, je dégaine mon katana… Qui me permet de bloquer une paire de griffes particulièrement affûtées qui visait mon visage !

Song saute aussitôt au sol pour me laisser le champ libre, mais elle n’est pas d’humeur à combattre, et le froid de la neige sous ses pattes lui arrache un miaulement de surprise. Elle grimpe ensuite sur l’arbre le plus proche où elle est relativement à l’abri de la neige… Et du combat en cours.

Durant notre épreuve de force, lame contre lame, j’ai tout le temps nécessaire pour étudier mon adversaire. C’est un Farfuret, un Pokémon petit, rapide, agile… Et potentiellement mortel. Un peu comme moi… Mais en plus petit !

« Je sais pas pourquoi tu veux m’attaquer mon gars, mais ca va chauffer pour toi ! »

Enfin, accessoirement, j’aimerais aussi que ça chauffe pour moi aussi ! J’ai froid mais un bon exercice physique ça devrait activer mes muscles et produire de la chaleur, non ? Sauf qu’en attendant, avec ce froid, je suis moins agile que d’habitude, et le furet furtif l’a bien compris puisqu’il saute dans tous les sens pour esquiver mes assauts et espérer me fatiguer. Mais j’ai pour moi l’avantage de la force… Donc bah que la force soit avec moi… Pour que je lui casse la gueule !

Finalement, je réussis à acculer la bête noire contre un tronc pour la troisième fois. Sauf que cette fois-ci, j’ai un plan pour pas qu’il s’échappe : je donne un grand coup d’épée dans le tronc, que le furet évite de justesse en se déportant sur la droite, assez loin pour esquiver ma lame… Mais pas le gros tas de neige qui, dérangé par mon coup, lui tombe dessus depuis la branche supérieure !

Transformé en bonhomme de neige, le lutin est à ma merci, mais il a pas l’air de comprendre ce qui lui arrive et il reste hébété face à moi. Eh bah, même lui il souffre d’hypothermie ou quoi ?

Finalement, je le regarde droit dans les yeux et je lui dis :

« Ouais, t’as pas de couverture toi non plus… Tss, y’en a pas un pour rattraper l’autre dans cette forêt ! »

Et je me détourne de lui. Le tuer ne m'intéresse pas. Si jamais il fait mine d’attaquer par derrière, Song lui tombera dessus avant qu’il n’ait quitté son cocon de neige. Mais la fin du combat marque aussi la fin de l’exercice et le froid qui revient… En même temps, c’était normal de pas trouver beaucoup d’aide dans cette forêt : par ici, quoi de plus normal que de trouver des hommes froids ? Et je rigole, ravie de ma propre blague. Ok, j’ai déjà fait bien mieux -ou pire, c’est selon, mais au moins ça réchauffe !

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Ven 31 Mar 2017 - 16:40

[ Contrainte n°2, insister sur la psychologie du personnage ]

« Désolé mon garçon, j’ai eu un imprévu. Mais t’en fais pas, je m’occupe de ta commande. »

Bayel observait alors le forgeron travailler son acier encore chaud, les poings serrés. Il ne savait pas trop comment prendre tout ça. Non seulement cela faisait plus d’une semaine qu’il avait demandé à ce qu’on lui forge ses chaînes de dompteur mais cet idiot osait l’appeler « mon garçon » alors que physiquement, il faisait adulte ?! Un imprévu ? S’il parlait de la dernière commande faite, on ne pouvait pas spécialement appeler cela un imprévu. Juste que cet idiot avait été amadoué avec de l’argent supplémentaire pour passer une commande avant la sienne. Mais Bayel n’allait pas se faire avoir aussi facilement. Il avait exigé avoir ses chaînes, il les aurait et dans les délais !

Deux jours passèrent. Quand Bayel revint à la forge, il constata une nouvelle fois que sa commande n’avait été traitée. Et on lui sortit comme excuse que le forgeron s’était blessé et que par conséquence, il devait reposer son bras. Les inconvénients du métier, songea le garçon qui s’en alla mais pas moins énervé qu’on l’ait à nouveau traité de petit garçon. Et à la maison, ce n’était pas mieux. Sandovan était de retour d’une cavale encore secrète et Bayel n’avait nullement besoin que son père vienne lui chercher des noises pour ci ou pour ça. C’est pourquoi le gris se montra très irritable mais veilla à ne pas trop se lâcher sous peine de se faire « battre » comme avant. Quoique, depuis qu’il avait réussi son épreuve de Dompteur, Sandovan semblait le laisser tranquille. Du moins pour l’instant.

Plusieurs jours plus tard. Bayel n’était pas retourné à la forge sachant qu’une brûlure ne se guérissait pas en deux voire trois jours. Mais perdre du temps inutilement l’enrageait encore plus. Cela faisait maintenant deux semaines, presque trois qu’il avait réussi son test et obtenu le grade mais à cause de cet idiot de forgeron, il devait rester ici ! Bayel n’avait qu’une envie, retourner à Nalcia pour tirer tout cette histoire au clair avec Jia Miano, sauf s’il décidait d’une nouvelle contrainte. Non, il avait promis ! Les poings serrés, le Terrosien fut reçu à la forge :

« J’ai commencé ta commande mais tu sais… des soldats sont venus et ont demandé à ce que je leur fasse de nouvelles épées et… »

Bayel n’écoutait déjà plus son interlocuteur. Il bouillait en lui. Tous ses muscles se contractèrent et il était à deux doigts de lui foutre un poing dans la figure. Mais il savait aussi que cette méthode n’allait pas marcher, mais au contraire, qu’il ne ferait qu’aggraver son cas. Bayel baissa la tête et relâcha tout. Le forgeron comme son collègue se regardèrent sans trop comprendre avant que l’un ne reprenne :

« Mais ne t’en fais pas, tu es vraiment le prochain sur la liste, tu auras ce que tu demandes demain. »

Demain ? Ce mot eut un effet sur le Terrosien qui redressa sa tête, un sourire étrange sur son visage. Il s’approcha du gringalet qui prenait la plupart du temps les commandes, posa sa main sur son épaule et approcha doucement son visage. Un visage quelque peu terrifiant ;

« Demain sans faute. »

Les deux énergumènes sursautèrent devant cette soudaine attitude mais acquiescèrent. Cependant, le lendemain, rien n’était fait quand Bayel revint. Ils lui trouvèrent une excuse encore plus idiote que toutes celles déjà énumérées précédemment. Ils avaient bien dit demain ? Bayel ferma la porte de la forge derrière lui avec force et s’approcha du gringalet.

« Eh oh, tu fais quoi là ? »

D’un geste rapide, le gris choppa le plus jeune et menaça son confrère de lui casser les bras :

« Travaille ! Vous aviez dit demain, on est ce fameux demain. J’ai été clément au début mais là, c’est plus possible.

- Non mais t’es sérieux là ?!

- Très sérieux. »

Bayel avait mis ses gantelets incomplets mais une lame en était sortie, pointée sous la gorge du gringalet. Il n’aimait pas spécialement passer par ça mais là clairement, il avait été trop gentil, il était temps qu’on s’occupe de sa commande. Sous la menace d’y passer, le plus jeune demanda alors à son collègue de faire ce qu’il demandait. Ainsi le forgeron s’occupa des chaînes du gris. Il les monta également sur les gantelets et lorsque Bayel fut satisfait du travail, il s’éclipsa sans donner son reste.

Dehors, il s’arrêta sans pour autant se retourner.

« Tu as eu ce que tu voulais. Tu aurais pu les avoir encore plus tôt si tu les avais menacés avant. »

Sandovan. Ce dernier était adossé contre le mur de la forge. Dans ses dires, Bayel en déduisit que ces deux idiots avaient été payés par lui pour repousser à chaque fois et le forcer à s’en prendre « physiquement » à eux. Le garçon se tourna finalement pour faire face à son père :

« Et me mettre la milice de Terros à dos, c’est ce que vous auriez voulu ?! »

Sandovan ne répondit point et s’approcha de son fils pour déposer une main sur son épaule. Juste un regard entre eux et Bayel comprit qu’il ne lui arriverait visiblement rien. Dépendre de lui ? Il en était hors de question ! Mais maintenant, il avait ses gantelets opérationnels, il pouvait se rendre à Nalcia.


« J’suis désolé mon garçon mais les vents sont violents sur l’océan. On va devoir faire un détour…. Ouep, un sacré détour ! Je vais pas pouvoir te déposer à Nalcia mais à Mizuhan. Il vaut mieux prendre la route que la mer en cette période de l’année. M’en veux pas, je veux pas mourir jeune ! Et toi non plus je suppose ahaha ! »

Ça n’allait pas… Rien n’allait !! Bayel fut contraint alors de faire la suite de son voyage à pied, retardant encore plus son retour et l’origine de Vajra. Pourvu que Jia Miano l’attende parce que là, ce ne serait pas possible de supporter toutes ces emmerdes pour que dalle ! En plus de ça, il faisait froid et il neigeait ! Heureusement, Bayel avait songé à prendre une tenue duveteuse étant donné que le climat Nalcien n’était pas le même que celui de Terros mais quand même, c’était insupportable ce froid ! Il veilla à ce que la scelle de Guesserith soit bien mise et grimpa sur l’insecte. Cette dernière semblait mieux supporter le froid que lui.

« Apparemment, il y’aurait un village dans cette forêt, d’après le capitaine. Nous pourrons nous reposer et reprendre la route le lendemain. »

Guidée par son maître, la Brutapode se fraya un chemin dans la neige. Malgré les temps plus cléments, la poudreuse était bien profonde et limitait les déplacements. Cependant, deux ombres apparurent devant le duo et ne semblaient guère être coopératives avec le Terrosien. Et pour cause, cet idiot de matelot avait omis qu’il s’agissait du village caché Loukaï ! Que seule une poignée d’élus pouvaient entrer librement ! Bayel eut terriblement envie de les envoyer tous valser mais se retint. Décidément, ce retour vers Nalcia s’avéra être plus chiant !

« N’y a-t-il donc aucun moyen d’entrer dans votre village juste pour une nuit ? »

Une tentative qui se révéla être un pur échec. Bayel en avait plus que marre et sentait la colère bouillir en lui. Il passa doucement sa main derrière son dos pour y sortir sa lance pliée mais sa monture bougea la tête si bien que le garçon faillit perdre l’équilibre et se retrouver dans la neige. Guesserith lui fit comprendre alors que ce n’était pas se battant que les choses allaient s’arranger. Sous le refus incontesté des Ninjas, Bayel s’excusa et prit une autre direction tout en sentant les regards appuyés de ces deux gardes dans son dos tant qu’il serait dans leur champ de vision.

Mais à quelques mètres, le gris entendit les deux gardes se moquer de lui si bien qu'il quitta la scelle et fit demi-tour. La Brutapode accourut rapidement pour faire barrage. Face à cette menace, les deux Ninjas avaient sorti leurs lames par réflexe et parce qu'ils pouvaient sûrement sentir la colère envahir l'étranger. Cependant, Bayel n'avait ni sorti sa lance, ni ses chaînes...


_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Anthere Osarian le Mer 12 Avr 2017 - 14:04

A l’intérieur de la grotte des glaces, dans la forêt enneigées, le Marill s’avançait sur la langue de gel. L’intérieur ressemblait à une grande mâchoire avec les stalactites et les stalagmites. Mais le chemin discontinuait, devant lui ; il y avait à intervalles réguliers, des gouffres. Le Marill ne pouvait pas sauter très loin et il risquait de tomber… En contrebas, le gouffre était avalé par les ténèbres, même la chute d’eau gelée avait l’air de se faire dévorer. Le Marill ne trouva pas l’endroit très accueillant et il trouva malgré tout que cette cachette était excellente. Il était presque certain d’y arriver … La souris aquatique s’avança alors et descendit le premier palier, qui formait une sorte de grande marche. Ce n’était pas facile car la glace tait très glissante et il n’était pas vraiment habitué à ce genre d’exercice. D’ailleurs, il ne trouva pas de prise très stable, glissa et fut emporté par son propre mouvement (et probablement aussi par son propre poids). Le Pokémon tomba sur un chemin gelé qui se dessinait comme un toboggan, se perdant dans les profondeurs de la grotte. Sans jamais pouvoir s’arrêter, le Marill fit un roulé-boulé. Comprenant qu’il ne pourrait rien faire pour sortir de cette rampe naturelle, il s’enroula sur lui-même et se renforça comme il put en lançant à plusieurs reprises un Boul’Armure. Il espérait que ça le protégerait de ce qui pourrait se trouver sur son chemin.

Autant le Marill sentait les virages et les loopings, autant, il ne voyait rien de la « route » qu’il avait emprunté, du décor et encore moins vers où il pouvait bien aller comme ça. Tout ce qu’il savait, c’est que sa longue chute ne le faisait pas décélérer. Au bout d’un moment interminable il sentit à nouveau le vent dans son pelage qui n’avait rien à voir avec la vitesse. Dans un grand élan, il risqua un tout petit coup d’œil et se déroula. Il poussa un cri aigue et se remit en boule. Le choc qu’il ressentit le sonna ; il venait de s’écraser sur un tronc. Heureusement, protégé par son pouvoir, c’était l’arbre qui avait le plus souffert, lequel craqua à plusieurs reprises, avant de se pencher dangereusement et finalement, se déraciner, noyant la souris bleu sous une bonne couche de neige. Reprenant peu à peu ses esprits, Horizon gratta la neige devant son visage, pour finir, il se mit à creuser, se retourna et parvint à ressortir de cette avalanche dans le bon sens, en revanche, il avait encore les yeux perdus à l’extrémité de leur orbite, louchant légèrement. Il se sentit un peu coupable en voyant dans l’état où il avait mit cette arbre, mais franchement, qu’est-ce qu’il faisait sur son chemin celui-là ? Horizon se retourna, mais il ne voyait ni grotte ni rampe de glace… La sortie devait l’avoir propulsé assez loin… Où était-il maintenant ? Il fit un pas ou deux. Dans quel sens repartir ?

Le jour se levait, en fait, le soleil réchauffait déjà l’atmosphère. Il avait dû passer un sacré bout de temps dans cette grotte à essayer de la traverser ! Mais c’était trop bête, il était sûr que ce qu’il cherchait s’y trouvait. Un doute le saisit, est-ce qu’il devait retourner dans la grotte ou continuer sa route ? S’il partait, il risquait de louper son coup et revenir trop tard. Mais s’il restait le temps de retrouver cette grotte… Elle ne pouvait pas être si loin que ça. Enfin il l’espérait. La seule chose de sûre, c’est qu’il venait dans le sens contraire de l’arbre. Comme il ne pouvait pas faire mieux, il se mit en chemin, appréciant la chaleur du printemps sur son pelage mouillé. Il y avait encore plus de neige que la veille et pour finir il décida de choisir la solution de facilité : il prit de l’élan, se roula en boule et se laissa porter. Son avancée se fit plus rapidement, creusant un sillon dans la neige, voir carrément un tunnel quand la couche était très haute. Horizon s’arrêtait de temps en temps, grimpait sur une souche ou une pierre et se dressait sur ses pattes arrière pour voir les alentours. Evidemment, comme il n’avait rien vu, il ne pouvait pas reconnaître cet endroit… Et la grotte restait invisible. Il continua son chemin un moment, si on pouvait dire, jusqu’à ce qu’une descente l’entraîne beaucoup plus vite en amont de sa chute. Il sentit faire une remonter et… Décoller. Mais cette fois, il se déroula pour voir où il allait et faire cesser une autre éjection.

Manque de chance, il percuta quelque chose de mou, ne sachant pas vraiment de quoi il en retournait, le Pokémon se débattit de toute ses forces et se retrouva projeté un peu plus loin, rebondissant légèrement sur un tronc, il s’agrippa comme il put à un arbre, glissa, la branche cassa, entraînant avec lui Horizon qui percuta à nouveau quelque chose de mou. Ce n’était vraiment pas son jour… Horizon émit un grognement, la fourrure en bataille, les yeux hagards.


[Je vous laisse décider de qui je percute et dans quel ordre Razz ]

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 964

Fiche de personnage
Points: 95
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Jeu 20 Avr 2017 - 20:07

… C’est quoi cet éclair violet qui vient de passer devant moi ?

« Tu l’as vu toi aussi ? » Demandai-je à Song en levant les yeux vers la branche sur laquelle elle était perchée. Pour toute réponse, elle sauta sur mes épaules. Donc elle voulait que je reprenne la route… Il s’agissait peut-être d’un cavalier de Loukai qui rentrait chez lui ? Auquel cas je n’avais qu’à le suivre pour me rendre à destination ! Bon par contre, je suis pas sûre d’être assez discrète pour le filer à de loin, mais pour le moment, il fallait surtout que je ne me laisse pas distancer !

Oubliant le froid grâce à cette perspective de bientôt me retrouver au chaud, je me mis à courir pour rattraper la bête que je voyais loin devant moi… Qui soudain s’arrêta… Alors c’était là que se trouvait l’entrée secrète du village ? J’étais devant depuis tout ce temps et je le savais même pas ?! Mais quelle forêt pourrie !

Alors que je me demandais ce que j’allais faire avec lui, je l’entendis discuter avec d’autres personnes. Risquant un œil, je vis que ces personnes, elles, ressemblaient bien à des ninjas. L’homme à la tête nue n’en était probablement pas un. Et l’homme leur demandait justement s’il pouvait passer la nuit dans leur village.

Pas la peine d’essayer mon gars, pensai-je… J’avais suffisamment insisté moi-même pour savoir que cela ne marcherait pas avec eux.

Une fois le Pokémon stabilisé, je me rendis compte que l’insecte était en fait un gros Brutapode… Qui commença une manœuvre pour faire volte-face. Je me cachai alors en vitesse derrière un arbre en espérant ne pas me faire remarquer…

Mais l’attention de l’homme semblait plus portée sur les deux guerriers vêtus de noir, car l’un d’eux eut la brillante idée de rire de la déconvenue du jeune homme qui s’échauffa et sauta de sa selle. Le voyant approcher, les ninjas dégainèrent leurs armes et la chenille se plaça alors entre les habitants de Loukai et son dresseur…
Ce mec est complètement dingue ! Il est prêt à affronter tout un village de guerrier bien entraînés pour une blague stupide ?! J’aime cette mentalité ! Je valide ! Bon par contre, j’ai mieux à faire en ce moment que de bastonner, comme protéger la petite par exemple.

« On va essayer de calmer le jeu OK Song ?
-Miaou ! »


Un Miaou narquois et moqueur qui signifiait probablement :

« Oh oui, j’ai hâte de te voir toi jouer les négociatrices ! On va bien s’amuser ! »

Bon… Je vais pas dégainer tout de suite… Ca vaut mieux… Ah mais j’y pense… S’il faut, ils sont là pour moi !
Et je sors de derrière mon arbre en lançant d’une voix forte :

« ATTENDEZ ! »

Les deux ninjas se tournèrent alors vers moi, arme au clair. Je lève les mains pour montrer que je ne suis pas là pour me battre… Pas tout de suite en tout cas.
« Je m’appelle Victoria, expliquai-je u duo costumé, j’accompagne la petite Luce… C’est bon, je peux entrer ? »
Les deux guerriers échangent rapidement un regard tout en continuant de braquer leurs yeux sévères toujours braqué sur le dresseur du Brutapode et moi. Finalement, le plus grand des deux me demanda d’un ton sec :

« Luce ? Connais pas. Qui est-ce ?
-C’est une petite fille habillée en vert, elle est l’apprentie de… De… De… »


Raaaaaaah merde ! Mémoire pourrie, c’est pas le moment de me jouer un tour pareil ! S’ils connaissent pas Luce, ce qui est un sacré exploit vu tout le bruit qu’elle fait autour d’elle, mais passons, ils connaissent peut-être son professeur, dont elle me parle tout le temps ! C’est mamzelle… Mamzelle… Mamzelle…

« De… Euuuuh… »

Devant mon hésitation, les ninjas redressent encore plus leurs lames alors que ni moi ni l’homme aux cheveux gris n’avions dégainé. Ils plaisantent pas ceux-là… Alors que ma main se glisse instinctivement vers le pommeau de mon propre katana, un des deux ninjas fait un mouvement brusque… derrière lui. Une boule bleue vola alors dans les airs, propulsée par un bon coup de pied.

« Vous deux ! Intima-t-il. Prenez votre Pokémon et partez ! »

Song s’approcha alors doucement de la boule bleue qui s’avéra être un Marill pour le renifler. Heureusement pour le rongeur, ma chatte préférait largement les cuisses d’oiseaux aux souris.
« C’est pas mon Pokémon » tentai-je d’expliquer aux gardes qui avaient l’air de se fiche royalement de mon avis sur la question. Je jetai alors un coup d’œil au cavalier descendu de sa monture pour voir s’il prêtait attention à la souris…

Puis la situation en resta là pendant de longues secondes. Les ninjas ne bougeaient pas mais ne rengainaient pas non plus, et ma main était toujours à quelques centimètres de mon arme sans que je ne la touche. Si je le faisais, les hommes attaqueraient, pour sûr, et la Brutapode ne les ralentirait pas très longtemps. Ils étaient dans leur élément…
Un nouvel arrivant brisa cet équilibre fébrile. Un ninja qui arriva dans le dos des deux autres. Il leur parla quelques secondes, me désigna du doigt puis repartit par là où il était venu. Les deux guerriers restants échangèrent entre eux puis le plus grand daigna s’adresser à moi :

« On dirait bien que tu ne mentais pas… Tu peux venir… Je m’excuse, je ne savais pas que tu connaissais une des anciennes de notre village… »

Une ancienne ? Ah ouais, non, c’est pas moi qui la connaissais, c’est Luce en fait ! Mais ça , mieux valait le garder pour moi !

« Toutes nos excuses, enchaîna alors le plus petit des deux qui nous parlait pour la première fois. Pour nous faire pardonner, nous t’autorisons exceptionnellement à amener ton ami avec toi. Mais sache que vous serez surveillés en permanence !
-D’accord ! »


L’arrangement me semblait équitable. Par contre… Cet homme n’était pas mon ami. Mais lui aussi semblait crever de froid et la nuit n’allait pas tarder à tomber. Je pouvais pas le laisser là ! Pour le moment, mieux valait jouer le jeu !

Je m’approchai donc du jeune homme et lui fis le sourire amical-mais-néanmoins-sadique-en mode-ça-va-dépoter que je réservais pour mes amis et lui dis d’une voix enjouée :

« Bon bah vu que tout est réglé… On y va ? »

[Je laisse Bayel gérer le 2e coup reçu par horizon. MP si souci]

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Lun 24 Avr 2017 - 19:09

Bayel lança un regard mauvais envers les deux ninjas. Vu leur réactivité, il supposa qu’un petit souci s’était produit au village pour que ces deux lascars s’alarment aussi vite tandis que le gris n’avait sorti aucune de ses armes. Guesserith s’interposa entre les deux ninjas et son dresseur, s’assurant qu’aucun d’eux ne sauterait sur l’autre. Par chance, son dresseur leva les bras de façon à leur montrer qu’il n’était pas armé mais aussi pour leur signaler qu’il n’attaquerait pas. Malgré cela, les deux ninjas ne baissèrent pas leur sabre et gardèrent une position offensive. Le garçon ne connaissait pas spécialement le niveau des ninjas de Loukaï et il serait trop idiot de se frotter à eux dans de telles conditions de terrain. Il reprit donc les rênes de sa monture et s’apprêta à remonter dessus quand une voix s’éleva.

Bayel stoppa net son élan pour poser son regard sur une demoiselle sortie de nulle part. Etait-elle déjà présente sur les lieux ? À première vue, elle ne semblait pas appartenir à ce clan mais pourquoi se montrer dans un moment aussi tendu ? Visiblement, elle avait vu et entendu la scène entre Bayel et les deux gardes, si bien qu’elle tenta une autre approche pour entrer dans le village caché. Le dompteur suivit du regard la fameuse Victoria puis les deux ninjas qui apparemment ne connaissaient pas cette « Luce ». Etait-ce un code ?

« Pas terrible comme tentative. » murmura Bayel, rigolant légèrement en voyant la guerrière se démener pour trouver un nom.

Et soudain, un petit individu fit son entrée. Roulant sur elle-même, la boule bleue dépassa les deux gardes pour finir sa course par un coup de pieds. La boule fit un petit sur-place dans les airs avant de tomber dans les mains de Bayel. Cependant, n’ayant pas envie de se faire mordre par ladite créature, le Terrosien la laissa tomber dans la poudreuse, à côté de lui. Après tout, il ne connaissait pas ce Pokémon sortit de nulle part et il avait encore moins envie de chopper une saloperie.

« C’est pas le mien non plus… » répondit-il à l’ordre du ninja.

Malgré cela, aucun changement de comportement vis à vis des ninjas ; ils avaient toujours leur sabre de sorti et semblait être prêt à se jeter sur eux, qu’importe la raison. Bayel ne put s’empêcher de soupirer et hésita à leur annoncer son départ mais comment pourraient-ils le prendre hein ? Déjà qu’ils semblaient un brin susceptibles et sur les nerfs… C’est alors qu’une ombre apparut juste derrière les gardiens du village. Un troisième en renfort ? Mais sérieusement ?! Bayel n’appréciait pas trop la situation et passa doucement sa main derrière son dos, au niveau de sa ceinture pour y dégainer sa lance pliée. Mais l’ombre disparut aussi vite qu’elle était apparue.

Suite à cette brève entrevue, il semblerait que la fameuse Victoria soit acceptée à entrer au village. Bayel ressentit comme une certaine jalousie en lui : il s’était suffisamment montré poli et on l’avait envoyé valser ? Non, il ne devait pas se comporter ainsi et s’en prendre à cette inconnue. Après tout, elle était sûrement déjà autorisée à pénétrer dans le village bien avant que Bayel ne tente quelque chose. Ou peut-être que cela n’était qu’une mascarade… En tout cas, le garçon s’apprêta à monter encore une fois sur Guesserith quand il entendit  « à amener ton ami avec toi ». Plait-il ?

Bayel reposa son pied gauche sur le sol neigeux et porta son attention sur la guerrière. Sérieusement ? Ils pensaient que c’était son amie ? Mais ils avaient quoi dans le ciboulot ?! N’avaient-ils pas saisi qu’ils (Bayel et Victoria) ne se connaissaient absolument pas ? Qu’importe ! Le jeune homme pouvait entrer et se reposer, n’était-ce pas ce qu’il voulait ? Guesserith donna un coup de museau dans le coude de son dresseur, inquiète.

« On ne va pas refuser un accueil aussi chaleureux… »

Bayel prit le même chemin que les deux ninjas. Cependant, Guesserith ne le suivit pas tout de suite et souffla sur le Marill afin de prendre de ses nouvelles et suivant son accord, l’autorisa à monter sur sa scelle. Cette petite boule de poils ne semblait pas venir de cet endroit et s’était probablement perdue, elle sera mieux dans une maison chauffée que dehors sous la neige.

Le village était enseveli sous une neige compacte et malgré cet environnement et ce climat, les habitants vivaient avec. L’habitude. Bayel eut plusieurs fois des difficultés à marcher puisqu’il n’avait pas non plus le super équipement. Et par-dessus tout, il ne savait pas spécialement où on les emmenait. Pourvu que ce ne soit pas un piège… Il pourrait s’enfuir avec sa monture, vu les regards des habitants dans leur direction, il en déduit que ces derniers n’avaient jamais vu une Brutapode de cette taille. Soudain, on les planta là, visiblement au centre du village. Bayel observa les environs et ne se sentit pas spécialement apprécié ; parce qu’il était Terrosien ? Sûrement parce que c’était un étranger, point. Mais comme ils étaient étroitement surveillés et qu’ils étaient « amis », le mieux serait de rester ensemble pour la suite ?

« Tu sembles être plus appréciée dans ce village que moi, ça te dérange si on reste ensemble un petit moment ? »

Ce n’était qu’une simple proposition. Après, la demoiselle intrépide avait d’autres projets et tout ce que le gris voulait, c’était se reposer avant de reprendre la route.


[ Hrp : Tout le monde est le bienvenu au village ! (ou pas) ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par PNJ le Mar 25 Avr 2017 - 16:05

[Message d'intervention du PNJ suite à la demande de Bayel ici]

Isolé dans sa hutte à quelques mètres à peine des inconnus qui venaient - à tort ou à raison – de s’inviter dans le village ninja, l’un des espions du Pays de l’Eau faisait travailler à ses Kécléon leurs aptitudes à disparaître dans le paysage. Au même moment, un Éleveur nourrissait ses Ponyta, dans l’espoir que leur flamme puisse réchauffer davantage les habitants par ce grand froid. Chacun vaquait à ses occupations, respectant le rythme traditionnel journalier.

[Il n'y avait aucun nouveau Pokémon à découvrir à Loukaï.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 965

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Anthere Osarian le Mar 2 Mai 2017 - 15:08

Quand le Marill termina sa course, il tomba dans la neige dans un « pof » et disparu un instant sous une couche de flocons, il se hissa tant bien que mal sur une pierre, dans un équilibre précaire. Recouvrant peu à peu ses esprits, la souris aquatique se releva, contrariée. Non mais c’était quoi ces manières de sauvages ? Il n’aimait pas les bagarres et pour ça, il n’était pas le mâle de la situation, mais il y avait des limites.  Horizon faisait la gueule et se tourna vers le gugus qui avait osé lui donner un coup de pied et lui jeta au visage ses plus belle Bulle d’O, tout en prenant bien soin d’éclabousser au passage, celui qui avait eu le culot de le balancer dans la neige. Non mais c’est vrai ça, il le prenait pour de la vermine ou quoi ? Comme ça, ils seraient mouillés et auraient froid, bien fait pour eux ! Ils mettraient des heures a se réchauffer et frissonneraient pendant des heures. S’esclaffant de son plan machiavélique –il avait pensé à tout-, Horizon ne bougea plus et observa un peu la scène. Il se rendit compte qu’il y avait d’un côté des autochtones à l’air agressif et de l’autre, un jeune homme et son Pokémon et aussi, une fille avec son chat… Et un Farfuret en embuscade. Bizarre, il se passait quoi par ici ?

L’un des habitants du village (facile à reconnaître avec sa manière de s’habiller), lui jeta un regard limite méprisant. Il cherchait quoi là ? Il voulait se battre c’est ça ? Il cherchait l’embrouille, il voulait sla donner ? Horizon n’était pas bagarreur, mais il en avait marre de cette matinée pourrie, du froid et de ne pas trouver de piste sérieuse pour retrouver Anthere. En bref, il n’en faudrait pas beaucoup plus pour qu’il lui jette à nouveau un jet d’eau, ce qui se voyait nettement sur son visage rond. A l’occasion, il avait son petit caractère… Un troisième homme intervint alors et alla parler aux deux sauvages. Ils changèrent sensiblement de comportement et persuadé de ne pas y être étranger, Horizon prit un petit air supérieur et satisfait. Un bon coup de jet d’eau, ça vous remet les idées en place ! Cela dit, il ne s’intéressa pas beaucoup plus aux bavardages de ce troupeau d’humains, ce n’était pas son affaire après tout. En tout cas, la tension sembla s’évanouir quelque peu. Alors que les humains s’en allaient tous vers leur terrier, le grand Pokémon, d’une espèce qu’il n’avait encore jamais rencontré, se pencha sur lui et lui souffla dessus.  Curieux, le Marill le flaira. Il n’aurait jamais parié qu’un insecte puisse atteindre cette taille formidable. Ça n’arrivait jamais dans sa vallée natale.

Il était sympa ce grand là et lui proposait de les accompagner, s’il comprenait bien, dans le village d’humains. Horizon accepta, il avait l’habitude des humains maintenant et rester un peu au coin d’un bon feu ne lui ferait pas de mal.  Il ne craignait pas le froid, mais il n’était pas non plus un Pokémon de glace. Disons qu’il pouvait résister un bon moment, mais il avait ses limites et puis bon, Anthere ne le laissait jamais dormir dehors ni même dans les écuries. Il était un peu un Pokémon de salon en fait. Un peu grassouillet, il eu du mal à grimper sur le dos du Brutapode. A son premier essai, il s’élança, s’accrocha à la bête avant de glisser pitoyablement le long de son long corps musculeux. Il ne pouvait pas rougir d’embarras, mais c’était tout comme. Il sautilla sur place, avant de réussir à prendre suffisamment d’élan pour monter en selle. Il était agréable de pouvoir se percher sur quelqu’un et se laisser porter, en plus, le Brutapode avançait plus vite que lui. Puis, sa monture s’arrêta brusquement, le Marill passa devant et roula jusqu’au sol en lui dévalant dessus. Horizon se redressa. Les gens du village les avaient laissés sur place et les deux Dresseurs semblaient perdus. Horizon remercia le Brutapode et s’intéressa aux Pokémon du coin.

Il y avait moins de neige, voire plus du tout à certains endroits, mais ce n’était pas étonnant, car les Ponyta étaient assez nombreux ici. Il ne savait pas ce que comptaient faire les deux Dresseurs, mais lui alla sympathiser avec les poneys de feu. Ils se ressemblaient tous et il remarqua qu’ils étaient plus petit qu’Ourasi, l’un de ses compagnons. En tout cas, ils avaient l’air de mieux supporter la présence des humains que lui. Un sympathique poney l’invita lui et ses « amis » à venir se réchauffer près de ses flammes. Son soigneur s’était éloigné, mais il n’avait rien contre les étrangers, il était même plutôt content de voir des têtes nouvelles. En remerciement, le Marill se dirigea vers l’énorme insecte pour lui proposer de se dégeler les pattes, après tout, les insectes eux non plus n’étaient pas trop dans leur élément dans toute cette neige… Comme il ne pouvait pas inviter le Brutapode sans son ami chat, il s’adressa également au félin. De retour près des poneys, Horizon se laissa envahir par la douceur des flammes. Il en profita également pour mener sa petite enquête, avait-il vu ou entendu quelque chose à propos d’une jeune femme de la région des Piémonts, aux très longs cheveux noirs ? Il savait qu’elle était déjà venue ici, peut-être reviendrait-elle… D’autant qu’elle avait passé de longues semaines dans ce village, avec son grand Ponyta…

Horizon conversa longuement avec le poney, il se souvenait d’elle, mais il ne l’avait plus revue depuis qu’elle était partie, il y avait plusieurs années de cela. C’était trop bête… Bizarrement, Anthere semblait éviter les meilleurs endroits où elle aurait pu trouver refuge. Une toute petite fille arriva alors, emmitouflée dans des vêtements chauds et s’intéressa à eu. Elle plongea la main dans l’auge des Ponyta, pour leur donner leurs grains, qu’ils saisirent avec délicatesse. Puis, elle crapahuta jusqu’à lui, lui présentant des choses diverses, des cailloux (Ta ?), du bois (Ta ?), de la neige (Ta ?) avant de sortir des biscuits de sa poche (Ta ?). Trouvant ce dernier cadeau plus plaisant que les autres, Horizon, les yeux bizarrement ressortit de leur tête (la gourmandise), saisit le gâteau et le grignota. Ravie, la petite, alla droit vers le Brutapode, un véritable géant à côté d’elle, sans aucune crainte. Les yeux exorbités, Horizon se demanda avec quoi elle allait essayer de le nourrir.


[Son sport préféré sera pas le bowling je crois x) ]

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 964

Fiche de personnage
Points: 95
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Mer 3 Mai 2017 - 19:21

Le troisième ninja, suivi par les deux autres, nous guida jusqu’au village, dont l’entrée était dissimulée dans une trappe creusée à même le sol et dissimulée sous un énorme tas de neige. Même en ayant un excellent sens de l’orientation, je n’étais pas du tout sûre de retrouver cette trappe si j’en avais envie : dans cette forêt, les arbres et les amas de neige se ressemblaient tous…

Pourtant, le passage était assez large pour laisser passer le Brutapode du garçon… Ouais en fait il était peut-être même un peu TROP large : la galerie, bien qu’éclairée par des torches se perdait en une multitude d’embranchements dans lesquels notre guide s’engagea d’un pas sûr. De nombreux voyageurs qui n’avaient pas eu la chance d’être accompagné par un local avaient dû errer ici sans fin… A condition qu’ils aient trouvé la trappe et que les ninjas ne les aient pas exterminés avant, bien sûr !

Sans un mot, notre accompagnateur nous lâcha au centre du village, et les deux gardes firent de même. C’est alors que Bayel mentionna mon « traitement de faveur ».

« Oh tu sais je suis pas si bien acceptée que ça ici. Pas besoin d’avoir des pouvoirs psy pour deviner qu’on est surveillé. D’ailleurs, c’est pour ça qu’ils t’ont accepté je pense, alors qu’ils n’ont jamais entendu parler de toi. Ils savent très bien que tu ne représentes aucun danger pour eux, pas plus que moi… Bon, Raymond, on bouge ? Ya des Ponyta là-bas, on sera plus au chaud ! »

En fait, pour être plus précise, les deux gardes avaient probablement plus à perdre à rejeter un potentiel ami de leur ancienne qu’à accepter un voyageur visiblement seul et perdu. Il ne représentait pas une grande menace. Enfin, un jeune homme et un Marill belliqueux et bien dodu qui ne lui appartenait pas.

Je regardai un moment les Ponyta manger tout en réfléchissant à la suite. Le plus simple était peut-être de rester ici, près de chevaux dont le pelage ardent pouvait facilement me réchauffer, tout en jetant un coup d’œil à la place du village histoire de voir si Luce arrivait. Si elle voulait partir à ma recherche, elle passerait forcément par là.

C’est alors qu’une gamine arriva dans l’abri où nous étions et commença à essayer de nourrir les chevaux. Sa façon de faire me rappelait beaucoup Luce, même s’il me semblait bien que cette petite était plus jeune qu’elle. Elle semblait fascinée par les chevaux de feu, et me rappelai un jeune garçon, prénommé Iban que j’avais rencontré autrefois à Torcan. Un jeune mendiant malicieux dont les yeux pétillants et le sourire charmeur masquaient à merveille les mains baladeuse capable de chiper tout et n’importe quoi en un temps record.

Il avait fini par me faire confiance et j’avais fini par l’utiliser comme mouchard et guetteur en échange d’une juste rémunération. Il était d’ailleurs très doué à ce petit jeu. Mais un jour, il était tombé sur une mission plus difficile que les autres. Je lui avais laissé le choix : accomplir sa mission contre le triple de son salaire habituel ou renoncer. Il avait accepté sans sourciller, attiré par l’argent. A l’époque, je n’avais pas la même… Conception que la vie que maintenant. Aujourd’hui, j’aurais tenté de le dissuader.

Iban avait tenté sa chance, et il était mort. Bien évidemment, je l’avais vengé mais sa mort n’avait jamais vraiment quitté ma conscience. Stricto sensu, je n’étais pas responsable. Mais quand même…

Cette gamine me faisait penser à lui. Au sein d’un village de ninjas, l’utilisation d’espions semblait logique. Sans compter que des étrangers à espionner au sein même de Loukai semblait être un excellent moyen d’entrainer les plus jeunes en toute sécurité. Certes, la jeune fille semblait adorer s’occuper du cheval… Mais l’un n’empêchait pas l’autre. Mais j’étais peut-être trop suspicieuse, et l’ambiance du village n’aidait pas à se mettre en confiance.

Song décida soudain que mes épaules n’étaient pas assez chaudes, et elle sauta sur le dos d’un Ponyta, bien décidée à profiter de la chaleur de son corps. Le cheval sursauta, surpris par le poids qu’il sentit tout à coup sur son dos, mais il accepta bien vite cette masse de poils chaud sur son dos lorsqu’il constata qu’elle n’était pas hostile : ma chatte s’était déjà roulée en boule sur son dos tandis que la gamine allait saluer la Brutapode. Au passage, je lui fis un sourire sans pour autant chercher à engager la conversation avec elle.

A la place, je descendis mon paquetage de mos dos avant de m’asseoir au sol et de sortir de mon sac… Un paquet de cartes à jouer. Puisque je n’avais rien à faire de spécial et que vagabonder dans le village ne me semblait pas indiqué, autant tué le temps.

Je lançai donc joyeusement à Raymond :

« Ca te dit une petite partie ? »
Tout en brandissant le paquet.

Quoi de mieux qu’un petit strip-poker, histoire que le perdant se transforme en glaçon humain ? Mais non, je plaisante ! MOUAHAHAHA !

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Mer 10 Mai 2017 - 18:38

L’entrée tout comme le village entier, était cachée et malgré cela, aucun des deux ninjas n’avaient suggéré à Bayel de faire rentrer dans sa monture dans sa balle. Il trouva d’ailleurs ce « passage » bien étrange car bon, Guesserith n’était pas une petite bête… Enfin bon, malgré cette étrange péripétie, les deux jeunes gens en charmante compagnie d’un Marill purent pénétrer dans Loukaï. Evidemment, les habitants les regardaient avec des grands yeux et certains n’hésitèrent pas à murmurer des choses sûrement désagréables envers les étrangers. Bayel s’en fichait royalement, tant qu’on ne venait pas l’embêter pendant son court séjour ici. Tout ce qu’il voulait, c’était passer une nuit au chaud avant de reprendre la route vers le Sud.

Guesserith s’arrêta brusquement faisant comme son dresseur et attendit qu’il reparte ou bien qu’il décide simplement de la faire rentrer. Faut dire que certains regards fusèrent dans sa direction, la mettant mal à l’aise. Ces humains n’ont sûrement jamais vu une telle créature dans les environs, et de cette taille. La monture se sentit légèrement plus légère et tourna sa tête sur le côté pour constater que la petite boule de poils bleue était tombée. La Brutapode se pencha en avant pour la renifler une seconde fois, s’assurant que le Marill n’avait rien mais visiblement non puisqu’il la remercia avant de se diriger vers les Pokémon vivant dans le village. Soit, après tout, il n’était ni à la jeune fille ni à Bayel. Peut-être voulait-il tout simplement rentrer au village pour y retrouver son dresseur…

« Raymond… ? » répliqua-t-il en faisant une mine dégoutée.

Mais Guesserith lui donna un coup de museau dans le coude pour lui faire signe que les gens les regardaient toujours et qu’ils étaient « soi-disant amis ». Le Terrosien haussa les épaules et devra faire avec. Du moins, s’y faire mais aussi bien répondre quand on l’appellera « Raymond ». Sérieusement, elle ne pouvait pas trouver plus « jeune » comme prénom ? Puis soudainement et sans trop comprendre le pourquoi au début, le regard de la jeune femme se posa sur les Ponyta présents dans un enclos. Il vit cependant le Marill de toute à l’heure et une petite fille s’intéresser à lui. Etait-il son Pokémon ? Calmement, Bayel s’approcha de l’enfant :

« Est-ce ton Pokémon petite ? »

La gamine, les joues rouges par le froid, posa son regard sombre sur le Terrosien. Elle n’avait sûrement pas tout bien saisi à cause des différents dialectes, aussi Bayel tenta de lui expliquer avec des gestes si ce Marill était sa créature (ou peut-être qu’elle se fichait simplement de lui…). Toujours le regard inquiet posé sur le gris, elle fit un non de la tête avant de quitter l’enclos des Ponyta. Soit, tant pis. Le garçon n’insista pas et s’installa sur le foin, en face de Victoria. Contre toute attente, Guesserith n’alla pas s’installer avec les équidés mais préféra se mettre en boule autour de son jeune dresseur, le faisant sursauter : il ne s’était pas attendu à autant de sympathie et câlinerie, encore moins de sa plus jeune créature. Est-ce que Morgrim l’aurait influencée ?!

La Brutapode tourna sa tête vers Bayel et semblait attendre quelque chose de sa part. N’aimant pas être le centre d’attention et encore moins être fixé ainsi, le garçon leva sa main afin d’offrir une caresse à sa monture qui apprécia le geste avant d’allonger son long pour prendre congés. Suite à cela, Victoria suggéra une partie de cartes en attendant. En attendant quoi ?

« Je ne suis pas un très bon joueur mais pour quoi pas. »

Pendant que Victoria battait les cartes avant de les distribuer, et au préalable ayant expliqué les règles du jeu auquel elle voulait jouer, dehors, quelque chose se rapprocha. Des créatures bipèdes dans les mains semblaient avoir été remplacées par des lames taillaient les troncs d’arbre. Un premier tronc succomba dont le bruit fut étouffé par l’épaisse couche de neige. Cependant, cette anomalie semblait avoir alerté des ninjas éclaireurs.

« J’ai encore perdu… Mais dis moi, ne tricherais-tu pas ? Remarque, ça ne me dérange pas puisqu’on ne parie rien. » lâcha le Terrosien, ne comprenant pas forcément tout du jeu de carte.


[ Hrp : court désolée ^^’. Du coup, faut bien que j’introduise mon futur Pokémon XD (qui sera un Scalproie) Un groupe de Scalpion avec un Scalproie en tête taillent des arbres sans aucune raison pour le moment (pour faire du feu après ? x)) mais cela pourrait déranger les villageois car ils se rapprochent de Loukaï ; le village serait alors facilement repérable et il serait plus aussi bien caché. S’il y a un souci, vous savez où me trouver ^^ ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Anthere Osarian le Sam 20 Mai 2017 - 18:18

Horizon se lécha les pattes,  les passa plusieurs fois derrière ses oreilles et se frotta le museau. D’un air intéressé,  il rejoignit la petite fille. Elle ne devait pas avoir plus de deux ans et baragouinait dans son coin en ramassant des feuilles et les empilant sur la neige. Comme elle ne semblait pas vouloir lui donner d’autres biscuits, Horizon se retourna, sa queue-ballon balayant la pile de feuille. Un éclat de rire franc le fit se retourner. La petite, prise de fou rire devant l’envolée des feuilles les ramassa en hâte et les lui jeta au visage. Était-ce les feuilles qui la faisaient rire ? Pour éviter une grosse feuille de lui coller au visage, Horizon cracha un petit jet d’eau, l’envoyant un peu plus loin. Nouvel éclat de rire. Le jeu dura un moment et après de longues minutes à envoyer valser les feuilles, le Marill se lassa et s’éloigna. La petite en fit autant. Maintenant qu’il était rassasié par le biscuit et la nourriture des Ponyta qu’il leur avait chipé, et réchauffé par leurs flammes, il se sentit quelque peu fatigué. Après tout, il marchait depuis de longues heures, avait déambulé toute la nuit dans la grotte et n’avait pas dormi depuis longtemps.

Horizon ne se souciait pas trop d’être surveillés par les éclaireurs du village et identifié comme l’un des Pokémon des deux humains. Il fallait dire qu’en tant que Pokémon, ces histoires-là lui passaient au-dessus des deux oreilles. Tout ce qu’il avait compris, c’est qu’il pouvait circuler dans une zone protégée et que donc, il pourrait s’y reposer en toute quiétude. Comme les deux Dresseurs qui venaient d’arriver en même temps que lui, Horizon se dirigea vers le tas de foin. A présent, le Brutapode était couché sur le foin et les deux humains jouaient avec des feuilles. Elles étaient bizarre ces feuilles d’ailleurs. Intrigué, il s’approcha en hésitant. Mais comme les deux Dresseurs semblaient absorbés dans leur occupation, Horizon en chipa une en douce. Il a tourna dans des sens différents en la flairant. Elle ne sentait pas vraiment comme une feuille normale et en plus, elle avait une forme toute bizarre. En bon rongeur, il ouvrit la bouche et commença à la ronger. Pouah ! Il la recracha, se frotta les pattes sur le foin, cette feuille-là avait un goût atroce !

Par acquis de conscience, il se glissa sous le foin et attendit le bon moment pour en chiper une autre. Après tout, il était peut-être tombé sur la seule mauvaise feuille du paquet. Une petite bosse de foin se déplaça et une ou deux (ou trois quatre) cartes disparurent soudainement. Tombant sur une figure (et donc particulière colorée… et pleine d’encre), Horizon eut la réaction de la recracher à coup de jet d’eau. Au même moment, il entendit un lourd craquement, qui le surprit, le fit bondir et dévia largement son jet. Aux aguets, il dressa les oreilles. Son ouïe fine lui permit de percevoir à bonne distance, des chutes de troncs d’arbres. Il en était certain, c’était trop sourd pour être de simples branches et il avait déjà vécu une déforestation, à l’époque où il avait connu, rencontré, soigné  et capturé par Anthere d’ailleurs. Anthere ! Il avait perdu trop de temps  ici. Pressé, il lâcha les cartes (elles étaient mauvaises ces feuilles de toute façon) et ressortit du village. Il avait perdu un temps monstrueux en restant jouer au village.

Ragaillardit, il chercha un moment sa route. Par où est-ce qu’il devait partir pour aller vers le sud maintenant ? Il tourna en rond un moment avant de se décider, il l’ignorait lui-même, mais instinctivement, il savait où trouver le sud. Le problème était… d’éviter les troncs d’arbres ?! Ouvrant de grands yeux, sans vraiment comprendre ce qui se produisait, Horizon se sauva pour aller se cacher où il pu. Un énorme tronc tomba, là où il se trouvait quelques secondes plus tôt. Il resta immobile, méfiant, les yeux rivés sur les arbres.  Si les arbres eux aussi se mettaient à attaquer… Il sortit d’un mouvement extrêmement lent et flaira l’air, finissant par se lever sur ses pattes. Il vit alors passer une ombre, derrière les arbres et un autre tronc tomba, encore plus près cette fois. Une fois encore, Horizon sauta pour esquiver l‘attaque de tronc.  Puis un autre et un autre… Le Marill avait pris la fuite, essayant de distancer les arbres qui lui sautaient dessus. Et puis, passablement agacé, il se tourna et cracha un grand coup de jet d’eau. Le petit tronc qui lui tombait dessus se fracassa en deux ; une partie retomba presque à ses pattes quant  l’autre moitié, elle alla finir sa course un peu plus loin.

Horizon vit passer des silhouettes dans l’ombre des arbres et cracha un jet d’eau, tirant à vue. Cette forêt, était habitée, par des fous. Ils lançaient des troncs sur les gens !

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 964

Fiche de personnage
Points: 95
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Lun 22 Mai 2017 - 18:18

Ouah, ya pas à dire, je suis trop forte ! Bon, c’est vrai que Raymond ne connaît pas le jeu, mais quand même ! Plus sérieusement, quand un jeu comme celui-ci fait intervenir des probabilités, il est toujours utile de savoir quelles cartes n’ont pas été piochées par l’adversaire pour en déduire les siennes, histoire de maximiser ses chances ! Et vu que le Marill s’amusait à retirer des cartes du paquet de façon plus ou moins discrète… Enfin, tant que ça me permettait de gagner, je n’avais rien contre !

« Mais non je triche pas ! C’est juste que t’es pas encore habitué à ce jeu ! Bon, on recomm… Tiens, c’est quoi ces Scalpions ? »

Des Scalpions, ainsi que des Scalproie avaient soudain envahi le village en formant un drôle de troupeau étrangement compact. Alors qu’ils étaient finalement arrivés au centre de la place, certains Pokémon en armure se séparèrent du gros du groupe et commencèrent à couper les arbres alentours en utilisant leurs redoutables lames.

Captivée par le spectacle, je laissai tomber le paquet de cartes que j’étais en train de battre à nouveau sur la petite botte de foin qui nous servait de table. Bizarrement, les ninjas ne semblaient pas intervenir. Les gardes présents se contentaient d’observer le groupe de Pokémon, tout en bloquant de leur corps certaines rues du village.

Les Scalpion et Scalproie ne semblaient pas agressifs envers les humains. Seuls les arbres les intéressaient. Ils ne se contentaient pas de les abattre, mais débitaient également les troncs en petit morceaux une fois ceux-ci au sol. Néanmoins, il y avait parfois quelques dérapages, comme cet arbre qui était à la périphérie de mon champ de vision et que je vis s’abattre non loin du Marill qui nous accompagnait. Ce dernier, visiblement énervé par cette agression, répliqua par un jet d’eau en direction du bûcheron coupable.

Actuellement, la plupart des Scalproie étaient sur la place centrale du village, mais certains commençaient déjà à se diriger vers les rues adjacentes. Bizarrement, certaines étaient bloquées et d’autres non. Alors que je me demandai le pourquoi de ce phénomène, un bruit que je connaissais très bien. Quelqu’un venait de dégainer son katana pas très loin de moi. Un des ninjas qui gardait une des rues pour être exact. Il ne quittait pas des yeux le groupe central de Pokémon, que certains quittaient pour se diriger vers lui. Les plus petits abandonnaient quand ils voyaient que le robuste ninja ne bougerait pas, mais les plus grands essayaient de passer malgré tout. Ceux-là étaient repoussés sans ménagement par le garde qui ne cherchait toutefois pas à les blesser.

Inutile de dire que tout cela m’avait bien intrigué. Je ramassai alors mes cartes, y compris celles avec lequel le Marill avit fait mumuse, puis je délaissai un peu Raymond pour me rapprocher du gardien ninja. Alors que les Scalproie semblaient s’être un peu calmé, je tentai ma chance pour en savoir un peu plus ce qu’il se passait. Je ne voyais plus Song. Sans doute s’était-elle cachée dans le foin en compagnie du Marill pour éviter les combats. Chat perché, pas toucher et tout et tout.

« Excusez-moi mais… C’est quoi tout ça ? Un assaut ? »

Le ninja masqué haussa les épaules. J’eus alors peur qu’il pratique le jeu du silence, un jeu dans lequel tout le village de Loukai était apparemment passé maître ! Mais finalement, il se décida à parler, sans doute parce qu’il s’ennuyait sans combattre !

« On dit qu’il s’agit d’un rituel nuptial. Les femelles restent au centre et observent les mâles qui leur démontrent leur force en coupant et en débitant les arbres. Mais certaines femelles participent aussi au découpage. Ce sont les plus féroces et les plus puissantes du lot et donc les plus dures à conquérir.
-Et vous les laissez faire ?
-Ils ne viennent pas ici tous les ans. Et sans eux, les arbres de Loukai seraient tellement touffus qu’il serait impossible de circuler au sol. Le tout est d’éviter qu’ils ne coupent les arbres qui contiennent des habitations. D’où les barrages. Depuis le temps, il existe une sorte d’entente entre ces Pokémon et nous et nous les laissons faire à partir du moment où ils ne saccagent pas tout. En retour ils acceptent de partir quand on les repousse… Plus ou moins gentiment »


Eh bah ! Une question et il m’expliquait tout ! En fait il suffisait juste de tomber sur le bon pour avoir des informations ! Ou alors…

« D’ailleurs, puisque vous êtes là ton ami et toi et que vous êtes armés, donnez-nous un coup de main ! Bloquez donc ces chemins là et là. »

Il désigna deux voies qui partaient de la place centrale. La manœuvre était logique en fait. Plus le temps avançait, moins il y avait de bois à couper, et plus il fallait condamner de passages. Et bien entendu, nous allions devoir déloger les derniers Scalproie qui erraient encore dans les chemins que nous devions condamner.

Je retournai alors vers Raymond, ravie d’avoir trouvé l’occasion de faire un peu d’exercice pour se réchauffer !

« Ca te dit ? Lui demandai-je avec un grand sourire. Si c’est pas ton truc, c’pas grave, je devrais pas avoir besoin d’aide pour m’occuper de deux petites ruelles ! Mais d’un autre côté… Tu pourrais en profiter pour prendre ta revanche ! Celui qui dégage le plus vite tous les scorpions de son chemin a gagné !? »

Et avec un grand sourire et le plus grand fair-play du monde, je dégainai mon sabre et foncé dans le chemin que j’avais choisis. Je rattrapai rapidement un Scalproie un peu plus traînard que les autres. Comme ils étaient en pleine cérémonie d’accouplement, ils devaient être assez jeunes et donc pas forcément très expérimentés dans le maniement des lames… Pas vrai ? Sauf si j’étais tombé sur une femelle… Et si le ninja ne m’avait pas raconté de craques, bien entendu !

Et je commençai alors à échanger quelques coups avec lui (ou elle ?). Le Pokémon visait plutôt bien et repérait instinctivement les parties vulnérables de mon corps, mais il avait néanmoins encore beaucoup à apprendre, notamment pour repérer les feintes de ses ennemis.

Comme c’était mon premier adversaire, malgré mon pseudo-concours avec Raymond, je n’essayais pas forcément d’abréger l’assaut le plus possible : plus j’en saurais sur la manière de combattre des Scalproie, plus je pourrai aller vite ensuite.

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Sam 27 Mai 2017 - 11:17

Malgré ses défaites successives, Bayel aurait pu déclarer forfait mais étrangement, il avait terriblement envie d’en gagner une. Au moins une partie. Il éprouvait sûrement une certaine jalousie à cause de mademoiselle qui avait choisi le jeu. SON propre jeu (certes avec ses cartes). Par ailleurs, le petit Marill n’aidait pas en chipant quelques cartes sous sa botte de foin mais bon, comme il n’y avait pas d’enjeu particulier, c’était plus une distraction qu’autre chose. Un passe temps car il faisait trop froid pour tenter une sieste. Et tandis qu’ils allaient en recommencer une nouvelle, Victoria s’arrêta dans sa distribution. Bayel qui au début était irrité par cette attitude, pensant à un arrêt du jeu parce qu’elle s’ennuyait en gagnant trop souvent, tourna sa tête vers la sortie de l’écurie pour y voir passer un troupeau de Pokémon bien étranges. Comme sa camarade, il délaissa ses cartes pour s’approcher de cet étrange phénomène.

Aucun ninja ne semblait prendre les armes pour chasser ces créatures mais plutôt à bloquer certaines ruelles du village. En même temps, les Scalpion ne semblaient guère s’en prendre aux humains mais plutôt aux arbres... Guesserith s’était redressée, s’adaptant à la hauteur de l’écurie pour mieux observer le phénomène mais aussi, elle s’était rendu compte que la petite souris bleue avait quitté les lieux. Avait-elle eu peur de ces Scalpions et évolutions ? Ne voulant pas de situation qui dégénère, le Terrosien rappela sa monture dans sa noigrume. Ne connaissant pas le caractère de ses Pokémon sauvages, sa Brutapode pourrait attirer leur attention et faire monter les hostilités.

« Tiens, ce serait pas notre ami la boule de poils bleue là-bas ? »

Bayel montra du doigt le Marill qui essayait de se frayer un chemin parmi les Scalpion. Il manqua par ailleurs de se faire écrabouiller par un tronc d’arbre ! Ce petit avait de l’agilité et en le voyant se mouvoir ainsi, le gris se demanda alors s’il était vraiment sauvage. Peut-être appartenait-il à un habitant du village qui l’avait perdu dans la forêt enneigée ? Mais apparemment, personne ne semblait se manifester pour l’aider donc non… Pris d’une légère compassion, Bayel tenta une approchée pour aller récupérer le Marill. Quelques Scalproie le regardèrent dégainant leurs lames  :  le Terrosien savait qu’il s’aventurait dans un terrain miné mais tant qu’il ne sortait pas les armes, il n’avait rien à craindre ? Du moins jusqu’à ce qu’un Scalproie s’interpose devant lui. Peu confiant, Bayel préféra reculer pour retrouver sa place initiale en levant les bras ; il n’avait pas spécialement envie de se faire découper en petits morceaux. Le Marill peut très bien se débrouiller tout seul finalement.

Bon, c’était bien joli tout ça mais qu’est-ce qu’il se passait exactement ? Pourquoi certaines rues étaient bloquées avec acharnement et d’autres pas ? Pourquoi il y avait un troupeau au centre tandis que d’autres s’amusaient à faire coupette avec des arbres ? C’était un tournoi de Pokémon ? C’est alors que Victoria eut la brillante idée de demander. Apparemment, il s’agissait d’un rite nuptial. Au moins ça expliquait pas mal de choses là maintenant. Mais bon, n’était-ce pas un peu « délicat » de faire entrer de tels Pokémon dans le village ? Certes cela avait ces avantages comme l’avait si bien dit le ninja mais si jamais l’un de ces Pokémon se loupait et qu’un tronc tombait accidentellement…  

Hein ? La réplique suivante du ninja interpella Bayel. Quoi ? Ce dernier voulait que les deux étrangers participent à ce rite nuptial ? Et puis quoi encore ! Ah non ! Bloquer les voies !! Ah, ouf. L’espace d’un instant, le gris avait cru entendre autre chose. Ne voulant montrer sa gêne, il évita de croiser le regard de Victoria l’espace d’un instant pour reprendre ses esprits.

« Je peux le faire… Décidément, tu vois tout comme un jeu toi ? » lança-t-il, sur le ton de la plaisanterie « Mais d’accord, je te suis ! »

Victoria sortit alors son sabre avant de se choisir une ruelle à protéger. A peine avait-elle dégainé son sabre qu’elle échangea quelques coups avec un Pokémon. Bayel hésita à choisir sa lance ou ses gantelets pour défendre son coin. Il pouvait tenter les chaînes mais qui sait comment cela pourrait se finir sir les lames des Scalpion venaient à s’accrocher dans un anneau ou alors s’il pouvait tout simplement les casser. Rah ! Pourvu que ces deux forgerons ne lui aient pas fait de la merdouille !!

Bayel choisit alors sa lance qu’il déplia. La plus grande lame noire brilla, attirant l’attention d’un Scalpion. Visiblement, ce Pokémon semblait dégager une certaine jalousie que l’humain puisse avoir une lame aussi belle que les siennes. Cependant, le Pokémon était trop prévisible et le Dompteur réussit à le bloquer mais aussi à l’inciter à rester avec les autres. Comme le suivant. Le Guerrier sentit que ces petits Pokémon n’étaient que des novices et qu’ils avaient été attirés par les femelles (sûrement une histoire de phéromone) pour mieux les séduire. Ayant repoussé les Pokémon qui s’intéressaient un peu trop à son côté, Bayel se relâcha quelques secondes. Juste quelques secondes car derrière lui, une ombre sauta pour s’en prendre à lui. Vif, le gris évita l’attaque et observa son adversaire : ce Scalproie dégageait quelque chose d’étrange contrairement à ses confrères. Ses lames étaient abimées mais elles restaient suffisamment coupantes pour faire peur à son adversaire.  Plusieurs coups s’échangèrent entre eux et Bayel semblait peinait. Faut dire que son adversaire ne lui laissait guère de temps pour retrouver son équilibre.

Le Scalproie fit briller ses lames et se jeta sur le garçon. L’espace d’une seconde, Bayel crut voir un assaut de Sandovan. La peur le paralysa mais il parvint à se défendre avec sa lance contre l’attaque, l’éraflant sur le torse. Le Pokémon lame prit une certaine distance avec son ennemi, le regardant alors le cul par terre : l’achever dans cette position était lamentable. Aussi, il attendit que ce dernier se relève pour lancer un nouvel assaut. De son côté, Bayel ne voyait pas comment « tenir tête » à ce Pokémon qui s’acharnait sur sa personne. Tout ce qu’il voulait, c’était empêcher que les créatures ne viennent tout couper. Mais ses enchaînements ne lui faisaient que revivre de sombres souvenirs, le déstabilisant grandement.

Mais soudain, un Pokémon attira son attention sur le toit d’une maison. Bayel reconnut Morgrim et se demanda alors comment il était sortit de sa sphère ? Non en fait la question ne se posait même plus puisqu’il le faisait à chaque fois… Mais pourquoi avait-il une noigrume dans sa gueule ?! Le félin se positionna derrière le Scalproie et semblait attendre que son dresseur l’immobilise quelques secondes. Sérieusement ?! Jugeant le moment opportun, Morgrim sauta sur le Pokémon lame et lui jeta la noigrume, qui l’avala dans un flash lumineux.

Libéré de son oppresseur, Bayel pouvait souffler un peu. Mais son attention restait cependant concentrée sur la sphère qui vibrait. À tout moment, le Scalproie pouvait ressortir et s’en prendra méchamment à eux. Confiant, le Chaffreux posa sa patte sur la balle qui cessa de bouger la seconde d’après. Ce dernier regarda son maître, l’air fier tandis que Bayel tirait une tête pas possible tout en se mettant à genoux :

« Mais t’es pas sérieux ?! T’as vu comment ce Pokémon m’a attaqué et tu voudrais qu’il vienne avec nous ?! »

Morgrim pencha sa tête sur le côté comme s’il ne comprenait pas son dresseur. Pourtant, il le comprenait très bien mais bon, il n’avait pensé qu’à cette option pour que son dresseur s’en sorte bien. D’ailleurs, le félin posa sa patte sur le torse de son dresseur, lui rappelant alors sa blessure superficielle. La colère se dissipa doucement en Bayel et tout en se redressant, il ne put s’empêcher d’offrir une caresse à son Pokémon.

« Désolé… et merci… » murmura-t-il.

Du côté du village, le rite nuptial semblait se terminer progressivement, certaines femelles avaient visiblement choisi leur mâle, rendant certains légèrement hostiles de n’avoir été choisis. Bayel ramassa la noigrume qu’il accrocha à sa ceinture, replia sa lance qu’il attacha également à sa ceinture mais dans le dos et rejoignit Victoria ;

« Il semblerait que tu aies encore gagné. Je m’incline. » termina-t-il, souriant.

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Anthere Osarian le Sam 27 Mai 2017 - 17:18

A vrai dire, Horizon n’y comprenait rien. Le village était assiégé par les Pokémon sauvages et les humains qui l’habitaient semblaient tantôt prêts à se défendre, tantôt ne pas l’oser ! Quand un autre tronc la manqua, Horizon prit le partit de retourner dans le village, là au moins il y avait du monde et même si personne ne lui prêtait spécialement attention, il savait que par nature, les humains défendaient leurs habitations ; tant qu’il resterait à proximité, il ne risquait pas grand-chose. Enfin, il l’espérait. Avec de la chance en restant dans les pattes de l’un d’eux, qui tiendrait l’un de ces prédateurs loin de lui, ça irait… C’est ce qu’il fit. Malheureusement pour lui, peut-être les humains avaient-ils trop peur des Pokémon sauvages ou bien peut-être n’aimaient-ils pas les Pokémon des autres, mais à chaque fois, le Marill se fit rembarrer plus moins froidement (ou durement). Toujours en proie à la malchance, Horizon se rendit compte que les Scalpion l’avait suivit. Est-ce que l’une de ses attaques les avait atteints ? Où est-ce qu’ils étaient particulièrement bagarreurs ? Ils ressemblaient à des Insécateur, qu’il connaissait, mais ce n’était pas des Insécateur… Il les assimila à une espèce semblable, mais dans tous les cas, il se sentait sans défense contre cette horde. C’était bien sa veine, pourquoi est-ce qu’il tombait toujours sur des adversaires qui ne craignaient pas l’eau ?

Quand il se fit jeter de tous les côtés, en désespoir de cause, il chercha le Brutapode. Il était sympa et en plus, il était bien plus grand que lui. Il pourrait toujours rester prudemment dans son sillage… Le grand insecte cependant, avait disparu de la circulation. Où était-il allé ? Une créature de cette taille pourtant, ne pouvait pas passer inaperçue… Étant lui-même Pokémon de compagnie, il comprit assez vite (compte tenue de la peur qu’il commençait à ressentir au fur et à mesure que les prédateurs s’approchaient de lui) ; il était certainement dans sa Pokéball. C’est ce que faisaient les Dresseurs, en général. Alors, Horizon se mit en quête du Dresseur de la bête. Était-ce la fille ou le garçon ? Il tourna sur lui-même à plusieurs reprises. Ils étaient où d’ailleurs ? Il se retourna une dernière fois pour tomber nez à pince avec l’un des Pokémon sauvage, il fit un bond, lança des Bulle d’O dans un geste qu’il prit pour une attaque. Le Scalproie se tourna vers lui et tenta de le taillader. Il prit le premier coup de plein fouet et voyant la seconde lame s’abaisser vers lui, il cracha un Pistolet A O pour contrer. La force du jet d’eau empêchait l’insecte de baisser sa patte vers lui. Mais pour combien de temps ? Il commençait à fatiguer. Il voyait nettement le Scalproie forcer vers lui, mais pour l’instant, la force de son jet d’eau l’en empêchait. Horizon donnait tout ce qu’il avait, mais pour être honnête, il n’était pas certain qu’il lui restait grand-chose.

Il entendit alors un bruit qu’il avait déjà entendu plus tôt dans la journée, enfin, la veille, pour être exact. Horizon reconnut le cri et les grognements et ce n’était pas que la panique envahissait un courageux Marill comme lui, mais… Comme la « chose » le pistait depuis un bon bout de temps et sentait se rapprocher de lui et que lui-même, l’entendait très –beaucoup trop- proche de lui, il réagit. Il intensifia son jet, s’arrêta reprit son souffle et lança à nouveau un Pistolet A O, en plein visage du Scalproie cette fois, pour l’aveugler. Quand a créature secoua la tête, les yeux plein d’eau, Horizon se sauva. Compte-tenu de son expérience des dernières heures, il se roula en boule, se protégea et fit la roulade aussi vite et loin que possible. Ce faisant, il assomma un ou deux Scalpion, fut déporté par un ou deux coups de pieds et se perdit dans une petite ruelle, après avoir passé une paire de jambes, un autre Scalproie et un autre Pokémon. Légèrement étourdit, Horizon se déroula et alla se glisser en hâte derrière une caisse. Par un petit trou, il vit débouler un Férosinge. Le dernier de la bande d’hier, qui avait disparu. Ce vilain singe l’avait suivit jusque dans la grotte… Mais il n’avait sans doute pas osé s’approcher du feu, à quelques exceptions près, les Pokémon sauvages avaient peur du feu. Lee singe laissa éclater sa colère contre le Scalproie qu’il avait mit en colère. Les Férosinge n’étaient pas trop réfléchit et au lieu de s’allier pour le trouver, ils commencèrent à se battre l’un contre l’autre.

Ca c’était une chance ! En bon Pokémon, il sentait que les ruelles empestaient le Scalpion, maintenant, le Férosinge ne risquait plus de le retrouver, à condition qu’il ne le voit pas. Le Marill se retourna et se figea. Il avait sous les yeux un affrontement entre un Scalproie et l’un des Dresseurs, le garçon. Ca ne se présentait pas très bien pour lui d’ailleurs, mais ne voulant pas attirer l’attention de l’insecte géant sur lui, il resta derrière sa caisse. Le Dresseur avait sûrement besoin d’aide, où étaient ses Pokémon ? Peut-être que le sauvage était trop fort pour eux ? Un bruit feutré attira son attention, Horizon papillonna des oreilles et leva le museau, il y avait un grand félin au-dessus d’eux. Horizon vit lui aussi qu’il avait une Pokéball dans la gueule. Tiens c’était marrant ça… Il se rappela très clairement le jour où Anthere l’avait soigné. En fait, il avait à peine rencontré celle-ci que Khan avait utilisé ses pouvoirs pour le capturer, sans demander l’avis d’Anthere. Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est que Khan et lui avaient eu une petite conversation mentale. Mais Anthere ne pouvait pas le savoir, d’ailleurs il était certain qu’elle ne le savait toujours pas. Horizon encouragea le chat à lâcher la Pokéball sur le sauvage. Il avait le sentiment qu’ils seraient utiles l’un à l’autre.

Il y avait moins d’agitation, derrière les caisses et Horizon se risqua à sortir de sa cachette. Il n’avait pas vu le Férosinge non plus, vu le nombre de prédateur, il avait dû rebrousser chemin. Horizon se dirigea vers le garçon et flaira autour de la balle, sans trop s’approcher du chat. On ne savait jamais. Il ne savait pas trop ce qu’il attendait d’eux, mais ce voyage s’annonçait bien plus compliqué qu’il ne l’avait pensé ! Un peu d’aide ne serait pas de refus, et si entre Pokémon, ce n’était en général pas un problème, Horizon connaissait maintenant assez les humains pour savoir qu’ils étaient un peu durs d’oreilles et comprenaient parfois très mal les Pokémon. Il frappa d’une de ses pattes avant sur la noigrume, qui ne semblait pas bouger. Le Dresseur attrapa sa balle et s’en alla. Tout allait vite pour la souris, qui lui emboîta le pas. S’il était capable de mettre K.O un prédateur de cette taille, il était peut-être l’humain de la situation ! Ils rejoignirent l’autre Dresseur. Il s’agissait maintenant de se faire comprendre. Horizon fit quelques bonds en avant et se planta devant eux.

Immobile avec une bouille sympathique et placide, il attendait d’avoir toute leur attention. Il commença à leur parler, en deux fois (prononcées très lentement, les humains étaient un peu lents à la détente…). Il fit un pas en avant, ramassa un minuscule galet qu’il fit rebondir sa queue. Le caillou s’envola de quelques centimètres et retomba sur sa tête. Horizon prit à nouveau la parole. … C’était clair là non ?

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 964

Fiche de personnage
Points: 95
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Dim 28 Mai 2017 - 15:49

Yeah ! Un de plus au sol ! En fait, les Scalpions n’étaient pas très durs à vaincre si on les observait bien. En fait, j’aurais dû y penser plus tôt ! Ils étaient experts en maniement des armes doubles. Avec leurs deux bras-épée, c’était logique. Du coup, ils utilisaient beaucoup de feintes et d’astuces visant à bloquer l’assaut adverse avec une lame pendant que l’autre infiltrait vicieusement les défenses de leur opposant. En revanche, cette stratégie avait un point faible : la portée de leurs coups.

Ces Pokémon étaient habitués dès leur plus jeune âge à affronter leurs semblables, et ils étaient donc habitués à affronter des épéistes qui possédaient les mêmes armes qu’eux. Mais mon sabre, lui, était bien plus long que les bras des Scalproie. Ainsi, lorsque je fonçais sur eux, la plupart des Scalpions méjugeaient la distance qui les séparaient de mon arme et me fonçaient dessus pour attaquer à un moment où ils auraient dû commencer à bloquer ou à esquiver. Les Scalproie, eux, étaient plus réfléchis que leurs cadets, mais ils commettaient malgré tout cette erreur d’appréciation des distances de temps en temps ce qui me permettait de prendre le dessus sur eux. Le Farfuret que j’avais affronté un peu plus tôt avait lui aussi ce défaut de portait trop courte, mais il le compensait avec sa grande vitesse, vitesse dont les scorpions bipèdes ne disposaient pas.

J’assommai ensuite le troisième et dernier Pokémon de la ruelle d’un bon coup bien placé avant de revenir sur mes pas en tirant le Scalproie par les pattes. Les deux premiers Scalpions avaient fui quand ils avaient compris que je tapais plus fort et plus vite qu’eux, mais celui-là était plus coriace, le bougre. Bayel revint lui aussi à son point de départ quelques secondes après moi accompagné d’un Chaffreux qui semblait être le sien. Il admit même de bonne grâce sa défaite face à moi… Un peu trop facilement d’ailleurs !

« Bah, j’ai pas gagné graand chose à part un peu d’exercice ! Bon, et maintenant on fait… »

Je fus interrompue dans ma question par le retour du Marill, qui semblait absolument vouloir partager quelque chose avec nous. Quelque chose… Que je ne comprenais absolument pas ! Je le regardai donc s’échiner pendant plusieurs secondes à crier et à sauter histoire de nous faire passer un message, sans succès.
En désespoir de cause, je me tournai vers Raymond :

« J’ai absolument aucune idée de ce dont il cause, l’aqua-mulot ! Tu y comprends quelque chose ? T’aurais pas un Pokémon psy ou spectre avec toi, pour lire ses pensées par hasard ? »


Je réfléchis encore à tout ça deux bonnes minutes, mais rien ne se produisit dans mon cerveau. Papoter comme ça avec des Pokémon, c’était tout simplement pas mon truc. J’étais pas Luce moi ! Je préférais de beaucoup avoir une discussion avec eux via ma lame ou mes poings. Cette préoccupation écartée, je revins alors à ma mission de chasse aux scorpions.

« Et voilà ! lançai-je triomphalement au ninja qui m’avait confié ma tâche. Mission accomplie ! »

Pour toute réponse, il me toisa, hocha la tête en guise d’assentiment et… Dégaina de nouveau son arme pour aller corriger un Scalpion trop curieux qui s’approchait un peu trop de nous. C’est ça, connard, dis pas merci surtout !, Chuis ton Pokémon de toute façon, je vis pour obéir à tes ordres ! Abruti !
Au fond ces ninjas étaient comme les charlatans sur les marchés : ils ne parlaient aux gens que pour se servir d’eux et ensuite ils les oubliaient complètement. Mouais… Sacré village quand même ! Je me demande bien comment des mecs pareils ont pu accepter Luce parmi eux ! Remarque, j’aimerais bien voir un gaillard dans le genre de monsieur le ninja mal élevé lui servir de professeur. Vu que leurs temps de parole respectifs étaient à l’exact opposé l’un de l’autre, je ne donnais pas une heure à l’homme avant de crier grâce devant le feu nourri de questions de la demoiselle !

D’ailleurs en parlant de demoiselle… Ca prenait si longtemps que ça de déterminer si j’étais apte ou non à pénétrer dans ce village ? Merde, j’espère que c’est pas un mauvais présage… Encore que… avec l’attaque des Pokémon en armure, je suppose que les anciens avaient d’autres Léopardus à fouetter que de déterminer si une rouquine avait le droit d’entrer chez eux…
Mais du coup, j’avais plus grand-chose à faire… Oh il restait encore quelques pseudos samouraïs à chasser, mais la froideur de la réponse du gugusse en noir m’avait un peu découragée. Ca m’amusait plus de les aider. Dépitée, je retournai donc vers Raymond, et j’allais lui demander ce qu’il comptait faire maintenant lorsque je m’aperçus que Song était là elle aussi. Apparemment, elle avait senti que les combats étaient bientôt finis et qu’elle pouvait sortir de sa cachette. Néanmoins, ce n’était pas sa présence qui était étrange mais bien son attitude : apparemment, le chat de Raymond l’intéressait beaucoup puisqu’elle tournait autour de lui, en adoptant une démarche… lascive ? Quasi obscène en fait, tandis qu’elle laissait sa queue traîner sur le museau du gros mâle de façon assez suggestive !

Par respect pour Raymond et son Pokémon, je parvins à réprimer mon envie de grimacer… Mais quand même… Putain Song, je suis désolée mais celui-là, faut dire ce qui est, il est peut-être très gentil mais il est surtout trop gros et trop moche pour toi, quoi !

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Ven 30 Juin 2017 - 16:09

Le garçon ne s’était pas attendu à attraper une telle créature dans un tel endroit ! Mais avant de récupérer la noigrume qui avait cessé de vibrer sur le sol gelé du village, il scruta les environs en espérant qu’aucun villageois ne l’ait vu faire (bien qu’il s’agisse d’une action réalisée par son chat mais c’était le sien). Sait-on jamais des fois que ce serait interdit… Inutile d’attirer la colère des villageois en plus d’être jugé simplement parce qu’il était étranger… Avant que le gris ne récupère sa noigrume qui contenait le Scalproie, la petite boule de poils bleus réapparue. Bayel le laissa faire mais remarqua de plus en plus ses comportements : ce Marill n’était clairement pas sauvage. Sauf qu’il n’appartenait à aucun membre du village. Avait-il perdu son dresseur ? Ou bien ce dernier l’avait-il tout simplement abandonné dans la nature ? Cette triste réalité attrista le garçon. Aux pieds de son maître, Morgrim regarda la souris et était prêt à bondir si cette dernière venait à piquer le trophée durement acquis mais elle n’en fit rien et suivit le gris.

À quelques pas plus loin, il retrouva Victoria et quelques ninjas du village qui s’assuraient de la sécurité des habitants. Tandis qu’elle allait entreprendre une suite à cet exercice, elle fut interrompue par le Marill qui gesticuler dans tous les sens. Intrigué par son comportement, Bayel posa ses yeux sur lui et observa ses mouvements. Morgrim s’assit aux pieds de Bayel et regarda la souris s’agitée. Victoria ne semblait rien comprendre à ce qu’il essayait de leur faire comprendre. Par contre, l’attitude de Bayel l’étonne lui-même : il s’accroupit pour se mettre à une hauteur raisonnable :

« Je n’ai aucun Pokémon de ce type mais… Ce galet qui retombe sur sa tête ainsi… On pourrait l’interpréter comme une noigrume. Mais après… »

Mais à part ça, le guerrier ne voyait pas trop où il voulait en venir. Souhait-il rejoindre leur équipe ? Ou alors il voulait dénoncer le Terrosien d’avoir capturé une créature au sein du village ? N’ayant plus d’informations, Victoria préféra retourner à sa préoccupation primaire : la chasse aux Scalpion. Elle lança fièrement avoir réussi de son côté mais n’eut pour seule réponse qu’un regard singulier. Bon au moins, cette histoire de Pokémon et de cérémonie nuptiale était terminée. Plutôt bien.

De son côté, le cas du petit Marill intéressait plus Bayel que les quelques Scalpion qui restaient. Les Ninjas s’en débrouillaient bien mieux sans lui et la guerrière. Morgrim lui, remarqua la silhouette d’une créature féline et svelte dont la fourrure violette était tachetée de beige. Cette beauté semblait avoir remarqué la présence du gros et imposant Chaffreux. S’attendant à converser avec la jeune chatte, il écarquilla les yeux en la voyant se trémousser devant lui. Jamais aucune créature féline n’avait fait ça devant lui et POUR lui ! S’en suit des miaulements rauques et forts qui interpelèrent Bayel. Ce dernier se retourna :

« Victoria… c’est ton Pokémon ? » commença-t-il en montrant la Léopardus du doigt. « Désolé mon ami mais tu deviens trop bruyant et tu effraies notre amie la souris. » dit-il à l’attention de son félin.

Une seconde après et le Chaffreux disparut. Bayel appréciait de plus en plus son gros chat mais là, ses miaulements devenaient insupportables puisqu’il voulait se concentrer sur la souris bleue. Après tout, cette dernière semblait vouloir leur dire quelque chose. Dommage qu’ils n’aient aucun Pokémon pouvant lire dans les esprits, au moins, la compréhension se ferait plus rapidement.

« Ce Pokémon est perdu et vu comment il réagit en notre présence, je doute qu’il soit sauvage. Il a peut-être perdu son dresseur et voudrait qu’on l’aide à le retrouver… non ? » s’adressa-t-il au Marill, espérant avoir saisi son message.

Cependant, Bayel désirait retourner à Nalcia au plus vite puisqu’il avait entreprit ce voyage dans cet unique but. Mais voir ce Marill donner de lui-même pour qu’on l’aide et s’intéresse à lui l’avait « touché ». Ou peut-être qu’il désirait tout simplement autre chose mais dans tous les cas, ce Pokémon avait besoin d’eux. Encore fallait-il savoir le pourquoi ? En espérant qu’il ne désire quitter le village ce soir car les deux jeunes gens avaient eu du mal à y entrer… ressortir serait stupide de leur part…

[ Hrp : désolée du délai. ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum