[ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Anthere Osarian le Sam 8 Juil 2017 - 23:31

La Marill avait les yeux fixés sur le garçon, vissés, à la limite de la décérébration. Il avait bien fait d’insister un peu (beaucoup ! ) Finalement, l’humain compris enfin son interminable monologue, enfin, c’est ce qui lui sembla. Pour appuyer la bonne réponse (il faut toujours récompenser un humain qui fait un gros effort), il fit deux pas en avant en acquiesçant, tout en gardant un œil méfiant vers les chats, on n’était jamais trop prudent. L’autre humaine s’en alla, peu intéressée par lui, mais tant pis, Horizon avait appris qu’avec certains humains, au bout d’un moment, il ne servait à rien d’insister… Il se concentra alors sur le garçon, dont il avait maintenant captivé l’attention. Bien. Dans un cri entendu, il cacha son galet sous la neige et feignit de le chercher. A vrai dire, il ne savait pas comment être plus clair avec un humain, pour lui faire comprendre que son dresseur était perdu. C’était un véritable mystère de la nature, tous les Pokémon du monde pouvaient se comprendre, mais les humains étaient très mauvais en communication ; ils n’étaient pourtant pas loin d’être des Pokémon eux aussi…

A un moment il perdit Garçon. C’était la catastrophe. Mais Horizon, qui connaissait ou reconnaissait quelques mots humains, comprit qu’on parlait de lui. Après, pour faire le lien avec le reste… D’une mine interrogative, il pencha la tête et attendit. Garçon fit disparaître l’énorme félin, ce qui soulagea quelque peu la souris aquatique ; il n’avait au moins plus à craindre qu’un prédateur naturel ne lui saute dans le dos. Puis il se retourna vers lui, l’air interrogatif. Il avait entendu ces mots-là plusieurs fois à Fla’Or, Akasie lui avait soutenu que ces mots s’adressaient à Anthere. Par quel miracle d’Arceus avait-il enfin réussi à bien se faire comprendre ? Bizarrement, Anthere avait beaucoup moins de difficulté à le comprendre. Libéré de la présence de l’énorme félin, Horizon n’hésita pas à se rapprocher plus, jusqu’à se retrouver au pied de Garçon. Qu’Arceus soit loué, il avait enfin compris ce qu’il voulait. Enfin, a peu de choses près, mais avec les humains, il fallait savoir se montrer patient et ne pas trop en demander en une seule fois, au risque de les décourager !

Toute cette histoire l’avait épuisé. Il alla chercher son caillou et l’envoya vers le sud. Au moins, les Pokémon et les humains (normalement) savaient parfaitement s’orienter. A moins de directement lui chuchoter à l’oreille, Horizon ne pouvait pas être plus clair : son dresseur était au sud. Le Marill accusa le coup, il avait passé la nuit à courir, en évitant de tomber dans le vide, après avoir passé des heures au moins a essayer d’échapper à une bande de Colosinge. Près quoi, il avait atterrit au petit matin au milieu du groupe de Garçon et d’une attaque de Scalproie. Horizon n’était clairement pas entraîné, ce qui se voyait aisément dans une silhouette très ronde, même pour un Marill. Même si le froid ne l’atteignait pas, le manque de sommeil et la lutte contre des températures polaire et un vent cinglant, la faim qui commençait à lui tordre l’estomac commençait à avoir raison de lui. Il regrettait de n’avoir pas connu sa maitresse avant : il aurait pu bénéficier de leur entraînement et serait certainement plus efficace.

Totalement familier, il alla vers Garçon sans problème et se permit de lui flairer les mains, de les saisir avec ses pattes et de les retourner. On ne savait jamais, Anthere, elle, avait souvent des biscuits et autres douceurs à leur donner. Surtout quand il avait faim. Même si c’était un peu tout le temps. Horizon se laissa tomber sur son séant et attendit. Le temps déjà que Garçon intègre bien tout ce qu’il venait d’apprendre et de savoir ce qu’il allait lui dire. Est-ce qu’il consentirait à l’emmener au pays du sud ? Il fallait reconnaître que les moyens humains, étaient parfois plus efficaces que les moyens Pokémon. Dans son cas surtout ; une petite souris, qu’est-ce qu’il pouvait bien faire ? Et Fille, elle allait où elle ? peut-être connaissait-elle Anthere (les filles connaissaient toujours tout le monde), mais déjà que Garçon avait eu du mal à le comprendre alors…

« Mariiiill ? »

[Désolée d’avoir traîné, le manque d’idée, les orages à répétitions et l’irl m’ont pris du temps et empêché de faire tout ce que je voulais ces derniers jours ^^’’’]

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 978

Fiche de personnage
Points: 95
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Dim 9 Juil 2017 - 10:31

« Oui, c’est ma Léopardus. Elle s’appelle Song » répondis-je.

Ma parole, mais c’est qu’elle le chauffe en plus ! Il est pourtant un peu tard pour la saison des amours ! Raymond semble être plus ou moins du même avis que moi puisqu’il rappelle son chat dans sa ball au motif que le félin effrayait la souris qui nous accompagnait. La réaction de Song ne se fait pas attendre puisqu’elle pousse un feulement sourd et chargé de mépris à l’encontre de l’humain qui vient de faire disparaître son potentiel fiancé – enfin je présume. Puis ma chatte lui tourne le dos et revient vers moi en faisant osciller royalement sa queue, histoire de montrer à quel point la réaction du jeune homme n’était pas digne d’elle. Puis elle se couche à mes pieds en attendant des caresses. Bien sûr, il ne s’agit que d’une interprétation de ma part, mais j’ai toujours bien aimé essayer de deviner les pensées et les émotions des Pokémon qui m’entouraient.

Quant à moi, pour être honnête, il faudrait que je trouve un moyen de remercier Raymond d’avoir mis fin à cette idylle que je trouvais assez… inappropriée. Pour le reste, je laissais le jeune homme se débrouiller avec la souris. Je connaissais assez les Marill pour savoir qu’il s’agissait de Pokémon de type eau. Et l’eau et moi, ça ne faisait pas bon ménage, et je n’avais pas vraiment envie de crier « eau secours » si jamais il attaquait.

Alors comme ça il aurait perdu son dresseur et il voudrait de l’aide ? Mouais. Aider les Pokémon, c’est pas dans mes habitudes. Normalement, je m’occupe plutôt des humains. Et puis…

« Tu as une idée de ce à quoi ressemble son dresseur ? Ou sa dresseuse ? Parce que sans ça, on peut passer des années à essayer de l’aider. »

Ma remarque ne se voulait ni blessante, ni cassante, mais était un simple constat. Sans plus d’indications, autant chercher le chas d’une aiguille dans une botte de foin. Si encore le dresseur de la souris était ou avait été lié à une affaire de meurtre j’aurais peut-être pu utiliser mes connaissances dans ce domaine pour l’aider mais là, je n’avais aucun moyen de le savoir… Même les ninjas de Loukai ne connaissaient pas cette souris, donc inutile de leur demander quoi que ce soit… De toute façon, eussent-ils su quoi que ce soit, je doute qu’ils nous l’auraient révélé. Et puis, Luce n’allait plus tarder à revenir… Et ensuite ?

Avec ces ninjas, elle serait sous bonne garde, et je n’aurais plus de raison de m’attarder ici. En fait, je pouvais même lui laisser un mot et partir sur le champ. Les Scalpion avaient été repoussés et mon aide n’était plus nécessaire. Je n’avais reçu aucun remerciement de la part de l’homme qui m’avait confié cette tâche, mais je suppose que c’était normal pour eux…

D’un autre côté, si je partais d’ici, je n’aurais rien de bien spécial à faire. Je n’étais en chasse actuellement et je commençais même à éprouver un sentiment qui m’était jusque-là inconnu : de la lassitude. Je ne ressentais plus le même plaisir qu’avant à traquer les criminels. C’était d’ailleurs pour ça que j’avais préféré escorter Luce jusqu’ici plutôt que de continuer mes parties de chasse. Sa compagnie m’avait fait du bien. Mais maintenant, j’allais devoir me trouver une autre occupation… Aider cette souris ? Bah, non, pas envie. Ce qu’elle cherchait était trop vague. Pour que je l’aide, il aurait fallu que je capture d’abord un Pokémon psy histoire de savoir à quoi ressemblait celui ou celle que le Marill cherchait et pour le moment, je ne tenais pas à rajouter des Pokémon dans mon équipe.

… Elle essayait de me causer la souris ?

« Pas la peine de t’égosiller, je comprends foutrement rien à ce que tu dis, la souris. Le traducteur en chef, c’est Raymond. »
Je me tournai ensuite vers lui pour savoir ce qu’il souhaitait faire, histoire de me donner des idées :

« Et toi, tu comptes faire quoi maintenant qu’on a fini ? Tu veux aider cette souris ? Moi j’ai rien de spécial à faire… Faut que je trouve quelque chose ! »

Alors qu’il me répondait, un flocon plus gros que les autres tomba à mes pieds en faisant un bruit trop sourd pour de la neige. Intriguée, je me penchai vers lui et l’examinai. Il s’agissait en fait d’un papier froissé en boule et lesté avec une petite pierre accrochée à une pierre. Le recto ne comportait que deux mots : « Pour Victoria ».

De plus en plus intriguée, je retournai la feuille et lus l’autre côté. On me donnait rendez-vous dans trente minutes à la sortie nord du village. La lettre était signé d’une certaine « Mako » - ou d’un certain Mako ? – A priori, en dehors de Luce, personne ne me connaissait dans ce village. Pourtant, quelque chose dans le mot de l’expéditeur trahissait son identité. Son écriture, sa manière sinueuse et très particulière de former les s, j’avais déjà vu tout ça. Et j’avais du mal à y croire, bien que je n’aie jamais vraiment cru en sa mort.

Réfléchissons… Elle ne pouvait pas être prisonnière ici, sinon elle n’aurait pas pu communiquer avec moi. Une marchande de passage ? Pourquoi pas, même si ça ne correspondait pas du tout à son caractère, elle avait pu changer en trois ans… Ou alors… Il y avait ce nom, Mako, qui était typique du crû… Une sorte de nom Ninja ? Ou une simple couverture pour se faire passer pour une Mizuhanaise ?

Plus j’y réfléchissais, plus j’avais envie de tirer ça au clair, même si je n’étais absolument pas sûre d’avoir le niveau pour la vaincre si jamais elle engageait le combat. Mais bon, si elle était bien ninja – ou espionne - et qu’elle avait voulu me tuer, elle aurait déjà réussi à le faire puisqu’elle n’aurait eu aucun problème à me tendre une embuscade dans la forêt. Et si elle était devenue marchande, alors je n’avais plus grand-chose à craindre… Et si c’était elle la dresseuse du Marill ? Non, ça aurait été trop beau ! Bref, ma décision était prise !

« Bon, lançai-je à Raymond et au Marill, je vais pas tarder à vous laisser, ce papier me donne rendez-vous dans pas longtemps à l’autre bout du village… »

A moins que… Après tout, la note ne précisait pas que je devais m’y rendre seule !

« Vous pouvez m’accompagner si le cœur vous en dit, mais je vous préviens, je pense pas qu’il y aura grand-chose à voir… A moins que la femme que je vais rencontrer soit ta dresseuse, la souris ! »

[Avant-dernier post pour moi]

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Ven 14 Juil 2017 - 19:46

Visiblement, Bayel avait trouvé la bonne réponse ! Ou du moins il l’interpréta ainsi puisque le Marill s’était approché de lui comme si ce geste voulait dire « bravo tu as trouvé ! ». Malgré cela, le Terrosien se demanda s’il n’était pas temps d’investir dans une créature psychique, cela pouvait toujours aider dans ce genre de situations. Situations futures s’il y avait. Il ne put s’empêcher de sourire devant la bouille du Pokémon aquatique. C’est alors que ce dernier prit son caillou pour le planquer sous la neige. Bayel haussa un sourcil quand il vit la souris bleue chercher son trésor. Il plissa les yeux pour mieux discerner les faits et gestes du Pokémon.

« Il cherche son galet… enfin pardon, sa noigrume. » se reprit-il pour ne pas froisser le Marill qui en faisait énormément pour se faire comprendre. Cette erreur arracha même un rire à Bayel qui se reconcentra. « Soit il a perdu sa noigrume et il ne peut plus rentrer au chaud… » étant donné qu’ils se trouvaient dans un coin de Mizuhan très froid, ce n’était pas à exclure… « Ou alors… la noigrume cachée veut signifier son dresseur. »

Mais le Terrosien fut coupé par des miaulements rauques et légèrement agaçants. Morgrim miaulait d’une étrange façon qui n’était pas très agréable à écouter puisqu’il en avait déjà fait les frais et que ce n’était pas une réussite mais là, c’était pire. Aussi, il préféra le rappeler plutôt que cela dégénère encore plus. La Léopardus de Victoria ne manqua pas de montrer à quel point elle en voulait au Terrosien d’avoir rappelé son chat. Bayel s’en fichait un peu au final et c’était bien mieux ainsi, pour ses oreilles.  

Pour en revenir au Marill perdu, ce dernier semblait être plus intéressé par le jeune homme que sa camarade qui l’ignorait la plupart du temps. Même si Bayel ne savait parler un traitre mot de Pokémon, il faisait un énorme effort pour le comprendre. À moins que Victoria n’aime les Marill ? Après tout c’était son droit.

« Pour tout te dire, absolument pas. » répondit-il en se redressant, le regard posé sur le Marill à ses pieds. « Je n’ai pas eu le plaisir de côtoyer énormément de monde possédant un Marill… »

Le guerrier ne voulait pas décevoir la petite souris mais comme le soulignait Victoria, ils partaient avec un gros, très gros malus. Le monde était rempli d’un millier de Marill et le nombre de dresseurs, ce n’était même pas la peine de compter… La probabilité qu’ils trouvent le dresseur perdu était si nulle… Bayel lança un regard vers Victoria et comprit qu’elle y mettait du sien mais là, ils étaient clairement dans une impasse. Aucun membre du village n’avait reconnu le Marill donc son dresseur n’était sûrement jamais venu au village. Pourtant les ninjas de Loukaï était réputés pour tout connaître, y’avait-il une faille ? Cette pensée fit sourire le gris.

Le Pokémon aquatique récupéra son caillou et commença à le jeter. Au début, Bayel prit cela pour un abandon de sa part parce qu’ils n’arriveraient jamais à le retrouver ou parce qu’ils avaient tout faux jusqu’à présent. Mais en s’y approchant de plus prêt, le garçon comprit une nouvelle chose qui pourrait les orienter. Victoria ne garda pas longtemps sa colère en elle et la laissa éclater au grand jour afin que le Maril comprenne qu’elle ne désirait plus s’en occuper. Elle changea de sujet en posant une question à Bayel qui se redressa encore pour lui répondre ;

« Le Marill lance le caillou vers le Sud si je me trompe pas. Et justement, je compte me rendre à Nalcia. Malheureusement, je ne peux quitter le village alors que j’ai eu énormément de mal à y entrer. Je repars demain matin. »

Pendant que Victoria s’affairer à une petite commission qu’elle avait « reçue », Bayel plia ses genoux pour revenir à la hauteur de la petite bête bleue. Cette dernière sembla de plus en plus apprécier la présence de l’humain et les lui flaira même ce qui fit sourire le garçon.

« Arrête tu me chatouilles ! »

C’était bien la première fois que Bayel riait ainsi. A croire que ces récents voyages le changeaient petit à petit. Tant qu’il se trouvait loin de Sandovan, tout allait bien. Et puis il n’avait qu’une envie, c’était retrouver Miano et essayer de calmer Melanya la Luxio. Lui montrer qu’il était plus fort maintenant... Victoria revint auprès de Bayel et du Marill leur annonçant qu’elle n’allait pas tarder à s’éclipser, son rendez-vous étant finalement annoncé.

« C’est très gentil de ta part mais je vais plutôt en profiter pour me trouver un coin pour passer la nuit et me restaurer. Demain j’ai un long voyage qui m’attend et je ne voudrais pas attirer plus de regards sur moi parce que je suis un étranger. » répondit-il en se redressant une dernière fois. « Si toute fois le Marill désire te suivre qu’il peut. Mais sache petite créature que je vais vers le Sud donc si tu désires faire une partie du voyage avec moi, tu peux. » termina-t-il en s’adressa à ladite créature.

Bayel salua une dernière fois Victoria et s’éclipsa tranquillement vers une auberge en espérant trouver de quoi dormir au chaud par ce temps, mais aussi dîner. Les villageois pouvaient bien offrir le gîte et le couvert à un guerrier ayant « défendu » leur village des Scalpion et autres ? De toute façon, il ne comptait pas s’éterniser plus longtemps et le voyage jusqu’au pays de l’Air s’annonçait éprouvant…


[ Hrp : avant dernier message ou pas, je verrai suivant vos réponses ^^ ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Anthere Osarian le Sam 5 Aoû 2017 - 14:12

Il se retourna vers le Garçon, qui lui avait parfaitement compris. A vrai dire, si Anthere s’était retrouvée dans les parages, il n’aurait pas eu besoin de se démener autant pour se faire comprendre ! Par mesure de précaution, Horizon se montra particulièrement démonstratif quand il émit l’hypothèse du galet-dresseur. Il n’y avait donc plus qu’à se mettre en route, sans trop écouter les doutes des deux humains. Il ne pouvait pas comprendre qu’un humain ne puisse différencier un Marill d’un autre, alors qu’eux-même savaient très bien faire la différence entre plusieurs humains… Et puis, il n’en demandait pas tant, seulement à être amené au sud. En temps normal il se serait débrouillé, mais avec toute cette neige… Il aurait dû partir plus tôt, avant l’hiver.

Il fut cependant déçu de devoir attendre une journée entière, mais en y réfléchissant bien, il était épuisé et il avait faim. De plus, attendre demain et se déplacer avec un humain lui prendrais certainement beaucoup moins de temps que de devoir marcher tout seul. Est-ce qu’il pouvait raisonnablement penser qu’il était gagnant ? De toute façon, il était trop fatigué pour repartir et vu les circonstances de ce jour et de la veille, ce serait trop dangereux. Il ne l’avait pas encore dit, mais il était possible qu’un Colosinge lui file toujours le train ! A sa demande, il lâcha la main du Garçon, mais ne s’éloigna pas. Une pierre tomba devant la Fille, qui se baissa pour le ramasser et lire le message qui y était ficelé. Elle les invitait à la suivre et un instant, Horizon craignit que le Garçon ne la suive. Pour sa part, ni le caillou, ni le message ne portait l’odeur d’Anthere, aussi, il resta immobile à regarder la Fille.

Le Garçon prit la parole et annonça vouloir partir le lendemain, reposé et restauré. Mais Horizon lui, ne comptait pas suivre l’humaine, elle n’allait pas dans la bonne direction. A l’invitation du dresseur, le Marill acquiesça et tenta une escalade, content de trouver un allié dans son long périple, ou du moins, dans ce qui s’annonçait comme tel. Il suivit le Garçon jusqu’à l’auberge et ne se priva de dévorer tout ce qu’on lui présenta sous le museau. Le soir venu, il se pelotona au pied des couvertures et n’en bougea plus jusqu’à l’aube, ayant presque oublié à quel point il était bon et confortable de dormir sur un lit.




Horizon se réveilla très tôt le lendemain, peu avant le lever du soleil. Devait-il réveiller le Garçon maintenant pour être prêt à partir quand le soleil se lèverait ? Il attendit un moment, mais trop impatient, dix minutes plus tard, il commença à empiler les affaires de Bayel au même endroit. Noigrume, ceinture, chaussette… Et autres. Las d’attendre, il tourna autour du lit à la recherche d’un bout de Bayel qui dépassait. En désespoir de cause, il sauta sur le côté du lit, remonta vers sa tête et se faufila sous les couvertures, de manière à pouvoir atteindre ses pieds, tout en lui marchand bien le long de la jambe, et à les sortir du lit. Il se laissa tomber dans un « pof » étouffé dans le tapis et alla chercher les chaussures. Le Marill les lui enfila, à sa manière, et commença à l’appeler. Il finirait bien par ouvrir l’œil… Et sinon… Le Pistolet A O fonctionnait aussi très bien !

Dehors, le ciel palissait. Le givre avait recouvert les fenêtres, mais une épaisse couche de neige sur son rebords trahissait une longe nuit où il avait neigé pendant des heures. Avec de la chance, le ciel serait dégagé et ils auraient du soleil et un temps clément. Dès que Bayel se réveilla enfin, le Marill alla gratter avec insistance à la porte, puis entreprit de tirer son sac vers la porte, sans succès cependant, car il ne bougea pas d’un centimètre, bien que le Marill essayait vaillamment de le tracter, le front contre sur l’une des bretelles.

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 978

Fiche de personnage
Points: 95
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Victoria di Neralitha le Sam 5 Aoû 2017 - 16:43

« Bon puisque vous avez vos propres affaires à régler, je propose qu’on se sépare ici. Bonne chance pour ton voyage, Raymond… Et toi aussi la souris dans ta quête pour euuuh… retrouver ta dresseuse ! A la revoyure ! »

Et après un dernier salut de la main, je m’éloignai d’eux. Je n’avais plus grand-chose à leur dire ni à partager avec eux. En fait, je n’avais jamais eu grand-chose à faire avec eux. Les circonstances avaient fait que j’avais dû combattre les Scalpions aux côtés de Raymond et c’est tout. Je ne connaissais même pas son vrai nom ! En même temps ç’aurait été trop risqué de le lui demandé alors que j’avais prétendu bien le connaître devant les ninjas… Je le lui demanderai si jamais je le recroise. En attendant, c’était plus sûr pour lui de ne pas m’accompagner. Cette affaire ne regardait que moi après tout. Moi et ...

Et d’ailleurs en parlant de ninjas, il était temps que j’en rencontre une… Si toutefois c’était bien elle et si elle faisait partie de leur communauté. Le trajet vers la sortie du village où elle m’avait donné rendez-vous était assez éloigné de l’endroit où j’avais laissé Raymond et la souris bleue si bien qu’il me fallut une bonne demi-heure pour m’y rendre à pied.
Une fois passé la petite porte qui donnait sur le lieu de rencontre, je fus prise d’un mauvais pressentiment. J’étais dans une sorte de clairière semi-circulaire et complètement enneigée d’environ vingt-cinq mètres carrés qui était bordée de conifères géants et très resserrés à tel point que je doutais de pouvoir passer au travers. Bref, j’aurais volontiers utilisé ce lieu pour rencontrer quelqu’un en secret… Et lui tendre une embuscade !

Tous mes sens en alerte, je regardai aux alentours et notamment sur les arbres environnants à la recherche de la moindre présence suspecte. Ce fût finalement Song qui m’alerta d’un miaulement qu’elle avait repéré quelque chose. Dans les branches d’un sapin géant situé à cinq mètres devant moi, sur ma gauche, une drôle de tache bleues semblait se déplacer de branche en branche. Elle était trop petite pour qu’il s’agisse d’un être humain. Même Luce n’était pas aussi petite.

La tache passa ensuite, d’un bond plus puissant que les autres, au pin voisin. Sans le décor des aiguille blanchies par la neige dans lequel elle se confondait plutôt bien, je pus enfin identifier plus ou moins la créature. C’était une sorte de petite grenouille bleue, plus menue que les Batracné que je connaissais, et bien plus agile.
Cette dernière finit par rejoindre les hauteur d’un ultime conifère où se trouvait celle qui semblait être sa dresseuse. Et accessoirement la femme que je m’attendais à trouver. Alors c’était bien elle ! Par réflexe, je dégainai mon sabre. A l’extérieur du village, il n’y avait pas d’autres ninjas pour interpréter cet acte comme un déclaration de guerre, aussi il valait mieux que je montre que je ne me laisserais pas faire si elle avait décidé d’attaquer.

Pour autant, je ne me brandis pas ma lame devant moi pour indiquer que je cherchais le combat. Je souhaitais simplement me prémunir en cas d’attaque, et pas en déclencher une. Et bien entendu, pendant tout ce temps, je gardais les yeux rivés sur ma sœur. Physiquement, elle n’avait pas trop changé en trois ans. Les cheveux toujours aussi longs et noirs, la mine toujours aussi sévère et inexpressive… Ce qui me choquait plutôt, c’était son accoutrement et son attitude.

Elle portait le même manteau blanc que les ninjas que j’avais croisé dans le village et le même katana pendait à son côté. Je notais également un curieux cache-œil noir devant son œil gauche… Blessure de guerre ? Ou alors… Quant à son attitude… La Nox que je connaissais n’aurais jamais laissé un ennemi, même potentiel, dégainer en sa présence sans répliquer. Alors que celle qui se tenait au dessus de moi se contentait de me fixer intensément de son œil valide sans esquisser le moindre geste ni afficher une quelconque expression… Non d’un Zékrom, elle a chopé la ninjastasie ou quoi ? Elle semblait aussi morte à l’intérieur que mes « hôtes ». Pas d’erreur, elle faisait maintenant partie de leur groupe !

La grenouille bleue se trouvait maintenant sur l’épaule de Nox, et elle aussi demeurait impassible. En ça au moins, ils étaient assortis… Mais un dernier truc ne collait pas : la Nox que je connaissais était chevalier et fière, très fière de l’être. Alors où étaient passées son armure complète et sa lourde épée ? Qu’est-ce qu’elle faisait ici « à moitié à poil » selon ses critères ? Vu qu’elle ne semblait pas désireuse d’attaquer, le plus simple était encore de lui poser la question !

C’est donc avec ma classe habituelle et d’une voix chargée de l’émotion des retrouvailles que je lui demandais : « Je peux savoir ce que tu fous ici habillée comme ça ? Aux dernières nouvelles, t’étais au cimetière ! »

Si CA, ça ne la faisait pas réagir, rien ne le pouvait. Et effectivement, ma sœur réagit. D’une manière encore plus bizarre que son attitude si bien que j’en vins à douter de me trouver devant la bonne personne : elle baissa la tête pour regarder Song quelques secondes, puis elle me braqua de nouveau un instant sans même faire mine d’ouvrir la bouche avant de s’échapper en sautant de branche en branche jusqu’à regagner l’enceinte du village.

Jamais ma sœur ne m’aurait laissé vivre après ce que je lui avais fait. Jamais. Soit elle avait subi un lavage de cerveau, volontaire ou forcé, soit elle avait un sosie à Loukai… Un sosie qui avait en sus la même écriture qu’elle… Ouais, non, au temps pour le sosie.

La tête pleine de questions, je rengainai et regagnai moi aussi le village en passant par le sol, puisque cette sortie n’était rien d’autre qu’un cul-de-sac. J’avais à peine franchi les murs du villages que je tombais sur Luce, qui me demanda avec sa verve habituelle si ma rencontre avec « mamzelle Mako » s’était bien passée … Et c’est là que je percutai enfin !

Wop hop hop, temps mort ! La « mamzelle Mako » dont elle me parle non-stop au moins cinquante-huit fois par jour c’est… Ma sœur ? C’est elle son professeur ? Eh bah… Je suis un peu sur le cul là ! Mais bon, je dois reconnaître qu’elle a fait du bon boulot avec Luce ! Meilleur qu’avec moi en tout cas ! Elle a peut-être pas tant changé que ça tout compte fait… Après une courte réflexion, je décidai que ce n’était pas le moment d’avoir une interminable conversation avec la petite. Que Mako soit ma sœur ne changeait rien au fait que je n’étais pas la bienvenue ici ! Mieux valait partir maintenant.

Luce m’informa ensuite qu’elle souhaitait rester un peu au village avant de rentrer chez elle, à Seian. J’acceptai à la condition qu’elle convainque Mako de l’accompagner pour son voyage de retour. Une menace planait sur la gamine et puisque Luce avait l’air d’avoir une confiance absolue dans ma sœur, tout comme le village qui l’avait accepté. Et vu le caractère buté des spécimens que j’avais rencontrés, ce n’était pas un mince exploit ! Elle me semblait donc raisonnablement digne de confiance à l’heure actuelle, malgré certaines taches assez dégoutantes sur son CV, et puisque d’après Luce, elle prenait son rôle de formatrice à cœur, elle ne verrait pas d’inconvénient à ramener son élève, pas vrai ?

Après un dernier câlin avec moi et un autre, bien plus long, avec Song, je pris congé de la petite et du village et m’aventurais de nouveau dans le froid de la forêt enneigé afin de siffler Guardiane ... Pas bien différent du froid de Loukai en somme. Je n’avais plus qu’une seule envie : retourner à Dyrinn ou les températures étaient bien plus clémentes ! Les ninjas étaient à l’image de leur environnement tout compte fait : très froids mais aussi… assez impressionnants. S’ils avaient réussi à adoucir la furie enragée qu’était ma sœur autrefois pour la transformer en instructrice soucieuse de ses ouailles, alors ils étaient encore plus remarquables que ce qu’on en disait !

[Fini pour moi, merci pour ce RP !]

_________________

Merci à Dark pour les kits de Victoria, Sylver et Mako !
avatar
Victoria di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 78

Fiche de personnage
Points: 84
Âge du personnage: 24
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Bayel Clonbork le Dim 6 Aoû 2017 - 20:16

Visiblement, le refus de Bayel ne semblait guère affecter la guerrière. Et tant mieux car le garçon n’avait pas spécialement envie de trainer dans le village et être mêlé à des affaires qui ne le regardaient pas vraiment. Et il n’avait pas spécialement envie de se faire plus d’ennemis qu’il n’en avait déjà… Bayel devait l’entrée à cette jeune femme mais il s’était suffisamment fait repéré par les habitants pour aujourd’hui. Pas sûr qu’on lui laisse d’ailleurs se promener à sa guise dans ce village si renfermé. Aussi, le gris salua une dernière fois la demoiselle avant de prendre congés vers une auberge. Par chance, on accepta de lui prêter une chambre pour la nuit et de lui offrir le repas étant donné qu’il avait aidé au village en repoussant quelques Scalpions et leur évolution. Bayel prit ses repères dans sa chambre d’infortune, déposant ses affaires sur le lit avant de s’y assoir dans un premier temps puis de se laisser tomber en arrière. Allongé sur le dos, le Terrosien observa le plafond un long moment, se remettant les idées en place.

Le dos de sa main droite posé sur son front, le garçon ferma un instant ses yeux pour souffler. Il ne s’était pas attendu à vivre autant de choses en une journée, notamment la capture d’un Pokémon. Ce Scalproie… sa façon de combattre lui rappelait étrangement son père et l’idée de le faire sortir de sa noigrume rien qu’une seconde le terrorisait. Pour le moment, il n’était pas apte à le dompter, contrairement à Guesserith. Peut-être qu’en devenant plus fort… Non, dans l’immédiat, c’était de retrouver Jia Miano et de dompter cette Luxio qui refusait qu’il l’approche. Et puis il avait tellement envie d’en apprendre sur Vajra et sur Sandovan maintenant qu’il avait son grade… Le temps défila et doucement, le soleil se cacha derrière les épais sapins environnants. La neige tomba à nouveau, couvrant toits et routes du village. L’agitation dans le hall de l’auberge le réveilla et en se redressant, Bayel comprit que la faim se faisait ressentir. Ni une ni deux, il quitta la chambre en charmante compagnie du Marill qui une fois servi, ne rechigna pas sur les mets qu’on lui servait. Le Terrosien ne put s’empêcher de rire en voyant le petit goinfre qui l’accompagnait ce soir.

La nuit fut trop courte à son goût. Etant donné qu’il avait neigé cette nuit, il faisait bien froid dans les chambres et franchement, qu’on était bien sous la couette ! Malheureusement, un petit monstre poilu refusait que le gris fasse la grasse matinée. Non pas que le bruit d’un déménagement temporaire le dérangeait mais qu’on vienne lui chatouiller les pieds, non ! Contraint et voulant éviter de se prendre un jet d’eau bien froid dès le matin –quoique, cela le réveillerait bien plus-, Bayel se leva. Pendant que l’humain faisait sa toilette matinale et s’habillait, le Marill avait pris grand soin de mettre toutes les affaires ensembles. Il désirait vraiment quitter cet endroit le plus vite possible. En même temps, sa dresseuse devait s’inquiéter de ne plus voir son Pokémon… Une fois les préparatifs terminés, Bayel enfila un gros manteau, se dirigea vers la porte en ayant pris soin de prendre son sac.

« Tu vas finir par te blesser… » commença-t-il en soupirant. « Allez, on y va. »

Avant de se diriger vers les étables où se trouvait Guesserith et des Ponyta, Bayel entreprit d’acheter de la nourriture auprès de l’aubergiste pour le voyage. Il s’était également procuré des couvertures et une housse plus chaude pour sa monture. Lorsqu’il ouvrit la porte de l’étable, la Brutapode redressa son imposant coup et semblait être enjouée de revoir son dresseur. Avant toute sortie définitive, le garçon veilla à ce que la scelle mais aussi la grande couverture soit bien mise pour éviter à sa créature de mourir de froid lors du voyage jusqu’aux Piémonts Pluvieux où les températures seraient plus clémentes. Lorsque les derniers préparatifs furent terminés, Bayel prit les rênes de Guesserith et se dirigea vers la sortie du village. Evidemment, des ninjas veillaient jour et nuit à la protection du village, aussi il remarqua leur sourire quand le gris franchit la porte une bonne fois pour toute.

Un peu plus loin, le Terrosien monta sur sa monture et veilla à ce que le Marill soit bien installé pour ne pas qu’il tombe. Ce serait dommage qu’il quitte le voyage aussi rapidement, vu le mal qu’il s’était donné pour trouver un transport. La neige étant abondante et très peu praticable, la Brutapode marcha au pas, se frayant un chemin sûr. La traversée de la forêt fut plus longue que prévue mais en fin d’après midi, ils parvinrent enfin à quitter le froid polaire pour trouver un climat plus clément… et bientôt les plages de Comodo.


[ Hrp : fini pour moi aussi ! Merci pour le rp o/ ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Tempête de neige ! [Bayel/Anthere/Victoria]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum