« Mana » [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Mana » [Solo]

Message par Anthere Osarian le Sam 6 Mai 2017 - 22:28


   
   
   

Manatu – Te Vaka

Une goutte tomba dans la rivière, brouillant sa surface, créant de légères ondes qui s’évanouirent quelques centimètres plus loin. Anthere s’était effondrée, sur les rivages de la rivière, épuisée. Elle ne faisait que fuir, le jour, s’enfuir la nuit. Chaque fois qu’elle pensait pouvoir se reposer, quelque chose l’en empêchait. Pire que les mauvais souvenirs, il y avait ses propres sentiments. Elle se regarda dans l’eau, la surface lui offrant un reflet miroitant, mais sans trop se voir. Elle avait la peau pâle et les traits tirés. Pourtant, son visage semblait moins creux. Bizarre. Avait-elle toujours eu la peau aussi pâle ? Elle eut l’horrible impression d’être malade. Ce n’était pourtant pas le cas, songeait-elle. Elle ne pourrait pas faire ce voyage si elle l’était. Elle ne se souvenait pas d’avoir eu la peau autrement que blanche, mais dans ses souvenirs confus, elle ne se souvenait pas non plus que quiconque à Yiling, soit différent d’elle de ce point de vue. Peut-être parce qu’ils vivaient à Mizuhan et qu’il n’y faisait jamais chaud. Contrairement à ici, dans la plaine embrasée de Tenkei.

Elle était restée cachée à l‘ombre des arbres pendant longtemps. Malade, c’est ça. Malade. Qu’elle épouvantable maladie avait-elle pu contracter ? Son malaise ne pouvait venir que de là. Un horrible mal-être qui l’assaillait le jour, rendant difficile ses marches et qui la nuit, l’empêchaient de dormir. Elle ne savait pas ce qui la prenait. Anthere ne regrettait pas son geste et elle ne comptait pas faire machine arrière, mais depuis quelques temps, elle sentait un poids énorme, un vide gigantesque se creuser en elle. Elle voulait rentrer au pays. Le problème, c’est qu’elle sentait que… ce n’était pas Mizuhan. Elle se sentait attirée, mais ni par Tenkei qui avait ses mystères, ni par le pays de l’eau, son foyer jusqu’à maintenant. C’était très bizarre, elle en rêvait la nuit -quand elle arrivait à dormir-. Elle se voyait sur la mer, pagaillant à la main jusqu’au désespoir et apercevant alors un changement de couleur dans la mer, lorsqu’elle levait les yeux, se sentant enfin « chez elle », elle voyait une plage et deux silhouettes se blotissant l’un contre l’autre. Elles la voyait, l’appelait en levant un bras vers elle. Et alors ….  Elle se réveillait, le cœur battant et la joie manifeste qu’elle ressentait, s’évanouissait comme un souffle de vent.

Souvent après ce rêve, Anthere se sentait glacée et tremblait. De peur ? Elle n’en savait rien, elle était trop affolée à ce moment-là et pourtant, elle faisait ce rêve souvent. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Est-ce que les rêves avaient réellement une signification ? Cette plage, elle savait instinctivement qu’elle n’était pas Mizuhan. Ces deux personnes, ça ne pouvait donc pas être ses parents adoptifs. Le problème avec les rêves et elle le savait très bien, c’est qu’ils respectaient rarement la logique du monde réel. Mais Anthere ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il pouvait très bien s’agir de ses vrais parents. La première fois qu’elle avait eu cette réflexion, quelques jours auparavant, c’était la quatrième fois qu’elle faisait ce rêve. Ça lui avait fait quelque chose de très bizarre. Parce que c’était réellement la première fois qu’elle pensait à eux. Jusque là, pas une seule fois elle s’était demandée qui ils étaient, où ils vivaient, ni même pourquoi elle n’avait pas grandi avec eux… Ça lui avait fait un choc. Elle se sentait mal…

Elle ne se sentait plus aucune force, sentant ses yeux lui brûler, elle mit la main devant son visage. Quand ce cauchemar prendrait-il fin ? Mais elle ne savait pas vers quoi elle allait, ni dans quel vrai but. Depuis le temps qu’elle était partie, on avait sûrement abandonné les recherches… Non, non, elle ne ferait pas demi-tour. Elle devait trouver un endroit sûr, où personne ne risquait de tomber sur elle et où elle ne puisse pas créer de catastrophes. Ce ne serait qu’à partir de ce moment-là, qu’elle pourrait réfléchir convenablement à sa situation. Oui, c’est ça. L’Abri d’abord, Réfléchir ensuite. De toute façon, tant qu’elle ne se sentirait pas tranquille, elle n’y arriverait pas. Quand elle y serait, elle pourrait se reposer, dormir enfin et ça irait mieux. Bien sûr, elle pensait aussi à ses Pokémon. A fe ses Pokémon. Elle pleura de plus belle, en silence. C’était horrible ! Alors qu’elle pensait son flot de larmes épuisé, elle éclata de plus belle, la douleur lui vrillant le ventre sourdement. Plus rien à faire… Ils étaient tous morts dans l’explosion de givre. Ses seuls amis désormais, étaient Spartan et Pegasus. A eux au moins, elle ne pouvait faire aucun mal…

Longtemps après, après avoir pleuré tout son soûl et s’être endormie d’épuisement, la jeune femme se réveilla. Elle n’ouvrit pas tout de suite les yeux, et se demanda pourquoi elle se sentit si malheureuse. Petit à petit, elle quitta la brume des rêves pour la réalité. Mais elle s’arrêta de penser et de chercher ses souvenirs, se concentrant sur l’endroit où elle se trouvait. Pourquoi son corps lui faisait-il si mal ? Le soleil était toujours suspendu dans l’azur et elle se trouvait au bord de l’eau, sur le lit de la rivière… Et les galets. Elle avait réussi à s’endormir sur les pierres polies, normal qu’elle se sente si courbaturée ! L’eau était limpide. Anthere se redressa et tendit la main, se mouilla le visage, but longuement. L’eau était fraîche, malgré la température de la savane… ici, elle était large et profonde. Elle aurait aimé se fondre dans ses flots, devenir une vague elle-même, pour faire disparaître sa tristesse. Hélas, elle n’avait pas ce genre de pouvoir. Sans appréhension, Anthere entra dans l’eau, elle était agréablement rafraîchissante.

Elle se tint un moment sous la surface, se laissant envelopper par son étreinte légère et ferma les yeux, allongée sur le dos. Là, elle se sentait bien, légère, comme une écume. Elle se sentait appartenir à la rivière. Mais quoi de plus normal ? N’était pas elle qui l’avait appelée, il y avait de cela plusieurs années ? Puisque c’était au lagon que ses pouvoirs s’étaient réveillés et qu’elle avait sentit le cœur de l’eau battre pour la première fois. Fermer les yeux dans l’eau, en apnée en se laissant porter, c’était comme se serrer contre lui. Ses yeux la brûlèrent à nouveau, mais pas pour les même raison qu’avant. L’émotion l’envahissait, sans aucune explication cette fois. Elle resta aussi longtemps qu’elle le put, aussi longtemps que le lui permirent ses poumons. Quand elle eut l’impression qu’ils commençaient à brûler, elle revint doucement à la surface et respira, les yeux légèrement entr’ouvert. Ses yeux se posèrent sur un rocher culminant. Il était loin, mais pas assez pour qu’elle ne distingue pas quelque chose d’étrange. Il y avait quelqu’un –un homme- habillé assez sombrement et un dragon. Elle plissa les yeux longuement pour mieux le détailler. Il avait les cheveux mi-longs, sombres (enfin peut-être… A cette distance…) Est-ce que c’était des plumes qu’il avait dans les cheveux, ces tâches blanches ? Le dragon était sombre lui aussi avec des piques. Anthere fouilla dans sa mémoire, pour poser un nom sur ce dragon. Sans y parvenir. Est-ce que ça venait d’elle, où il la regardait ?

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 980

Fiche de personnage
Points: 119
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum