La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Trellia Farron le Mer 21 Juin 2017 - 20:52

eu après le passage de son épreuve, Trellia quittait enfin le village. À vrai dire, elle attendait ce moment depuis la fin de son « diplôme ». D’abord parce qu’elle était enfin guérie de son empoisonnement à cause de l’autre dinosaure à feuille là et ensuite parce que la forêt les arbres, c’était sympa, mais plutôt en peinture hein… En bref, l’épéiste n’aimait pas vraiment les grands espaces, ayant une très nette préférence pour les villes. Les vraies, les grandes quoi. Elle avait rassemblé ses affaires, remercié les gens du village et avait essayé de suivre leurs instructions pour sortir de cette forêt. Malheureusement, ils parlaient vite, avec un accent qui rendait difficilement compréhensibles leurs explications pour Trellia. C’était là tout son problème, jusqu’à il y avait deux heures, elle pensait avoir bien compris. Mais ce n’était plus le cas et la carte qu’elle avait trouvé ne servait à rien. Déjà parce qu’il y avait des arbres tous les deux mètres, avec des feuilles partout là, qu’on ne voyait rien, que les chemins se ressemblaient tous et qu’elle se demandait combien de temps il lui restait avant que le soleil se couche. Parce que là, il lui semblait bien qu’elle en avait pour un moment à galérer dans cette forêt. Trellia tira sur les rênes, arrêtant Sara et soupira.

« Attends… Je crois que c’est par là. »

Trellia avisa un passage. Pas un chemin à proprement parler, mais l’espace était assez dégagé pour y ressembler. Ou pas. En fait, elle ne savait rien. Et comme rien ne ressemblait plus à un chemin, qu’un autre chemin…

« Ou alors… »

En même temps que Sara, elle tourna la tête vers l’autre passage. Il y avait de la terre battue, ce qui était bon signe, mais la végétation semblait un peu morte par là, il faisait sombre et il y avait de la brume. Ce qui le rendait passablement inhospitalier… D’ailleurs, elle ne se souvenait pas d’avoir emprunté une telle route pour venir. L’ennui, c’est qu’elle ne se rappelait pas de grand-chose… Comme son instructrice avait laissé une piste odorante, elle s’était contentée de suivre Giselle, mais maintenant l’épreuve terminée, et l’orage qui avait balayé le village et ses environs la veille, elle ne risquait pas trouver autre chose que l’odeur de la pluie… Ou de la boue. En avisant une flaque boueuse à cette pensée, elle regarda Giselle, perchée sur le dos de Sara. Le regard que le blaireau lui envoya était sans appel, et plein de menaces. Si jamais elle osait l’envoyer là-dedans… Ce qui n’était pas dans les intentions de Trellia. Enfin, pas pour l’instant en tout cas. Le chemin de brume lui déplaisait, elle remit Sara en route, sur l’autre, plus étroit, mais plus avenant aussi. Sara marcha encore longuement avant de retomber sur un autre croisement. Sur le sol, il y avait des traces de pas. Vu le nombre de bestioles qui grouillait dans cette forêt, ça pouvait être n’importe quoi. Comme ça pouvait être les empreintes de Sara ; ce chemin ressemblait beaucoup trop à celui d’avant.

« Merveilleux. On est perdues. »

Elle aurait dû prendre l’une des montures volantes de la base, en prévision de son retour. Le bon côté des choses, c’est qu’en étant en permission, elle avait encore plusieurs mois pour retrouver son chemin ! D’un air maussade, Trellia décida de prendre le chemin moche, cette fois-ci. On ne savait jamais, il la sortirait peut-être de cette mélasse. Enfin il valait mieux avant la fin de sa permission, parce qu’elle n’était pas certaine de pouvoir compter sur ses talents de survie dans un endroit comme celui-là… N’importe quelle ville ou même des ruines d’une ville ne lui posaient aucun problème, mais là… Elle ne pouvait pas non plus compter sur Sara, elle était née en captivité et avant qu’elle ne la choisisse, elle n’était jamais sortie de la base. Pour Giselle, c’était différent, mais elle n’avait jamais vécu ailleurs que dans une ville et ses décombre. Même si elle était restée un moment dans la montagne, ça ne voulait pas dire qu’elle pouvait la guider. Et puis la montagne, ça n’avait rien à voir avec une forêt. Ici, il n’y avait aucun promontoire pour y avoir une vue dégagée. C’était même tout le contraire. Et c’était même de pire en pire, plus elles avançaient, moins il faisait clair et plus le brouillard était épais. Les arbres semblaient un peu plus morts aussi. C’était drôle, mais vu comme ça, on aurait pu croire qu’une malédiction s’était abattu sur cette partie de la forêt, tant elle lui paraissait bizarre. Trellia eut un rire bref et, il fallait l’avouer, un peu jaune.

« Je déteste cette forêt. » Décréta t-elle avec un sourire faux.



[En fait, j'ai oublié de poster ah ah ah XD]
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 148

Fiche de personnage
Points: 25
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Sam 24 Juin 2017 - 8:46

Impassible, la mante rouge taillada sec un amas de branchages morts qui lui barrait la route, avant de jeter un coup d’œil à sa patronne. Celle-ci, la mine contrariée, se fraya un chemin dans la végétation dense et touffue à grands coups d’épée, puis s’arrêta net, balayant les alentours du regard.

Après avoir obtenu sa qualification de Chevalier, elle avait longuement discuté avec son père, et elle lui avait fait part de ses prochains objectifs, à savoir parfaire sa maîtrise élémentale pour la coupler avec sa force de guerrière de l’Ordre de Regirock. Benedict avait approuvé, sans surprise, et il lui avait demandé comment elle comptait s’y prendre. Abby avait d’abord hésité, puis s’était finalement convaincue qu’il valait mieux être parfaitement honnête avec lui si elle voulait éviter les représailles. Elle lui avait donc expliqué qu’elle comptait améliorer son don en partant à la recherche d’Anthere, son amie mizuhanienne, en sillonnant Terros dans un premier temps et en commençant par longer la côte ouest du pays, quitte à descendre jusqu’à Flamen pour remonter par la suite. Bien sûr, au début, le Général de l’Ordre de Groudon avait affiché une moue dubitative, craignant que cette recherche ne détourne sa fille de son but premier. Mais après mûre réflexion, il avait décidé de lui faire confiance et de la laisser procéder comme elle l’entendait. Après tout, elle était partie seule en voyage, et elle avait récolté des faits d’armes, une équipe digne des plus grandes terreurs de Terros et un accès au troisième Galon de Private. Elle était aussi Élémancienne et Lieuse, et il savait qu’à terme, elle serait capable de parvenir au « sommet de ses arts », alors pourquoi pas ?

Benedict avait donc laissé sa fille partir à la recherche de son amie, dont Abby était convaincue qu’elle avait des problèmes sans pouvoir se l’expliquer, tout en lui recommandant fortement d’entraîner les plus chétifs de ses Pokémon. Il avait constaté que certains d’entre eux étaient encore à la traîne, alors que son Drattak, son Cizayox et son Steelix avaient déjà une puissance convenable.

Après avoir fouillé Omashu de fond en comble, Abigaël avait donc longé la côte jusqu’à Palma, qu’elle avait quittée pour explorer les Collines Siffl’herbe, sans succès. En fin de compte, elle s’était engagée dans la Forêt d’Agata, non sans se souvenir de son expérience avec Soriu et l’énergumène qui leur avait servi de guide dans leur mission d’investigation. Elle avait découvert que la puissance de la Méga-Évolution pouvait bel et bien être canalisée et maîtrisée à l’envi, et après un combat et un sauvetage de mômes, elle avait obtenu cette aptitude pour Hagane et Sennen. Néanmoins, elle savait désormais qu’Uramu et Gyorai étaient également sensibles à cette transformation qui surpassait et transcendait l’évolution normale, et parvenir à leur offrir cet augment de pouvoir faisait partie de ses objectifs à moyen terme.

Pour l’heure, en tout cas, elle était bien loin de ces considérations et tentait tant bien que mal de se créer une route dans la végétation dense et fournie de cette foutue forêt. Dans une poussée d’impatience et d’exaspération, elle fit jaillir du sol une énorme plante carnivore qui faisait deux fois sa taille et qui croqua à pleines dents tout ce qu’elle avait à sa portée. Satisfaite du résultat, Abby avança et continua sa progression, jusqu’à ce qu’elle aperçoive, plus loin, une silhouette humaine. Ladite silhouette venait de laisser échapper un rire qui en disait long sur sa situation, et le commentaire qu’elle fit confirma l’impression de la Terrosienne : elle était perdue. S’avançant donc vers la jeune femme, la fille de Benedict engagea la conversation.

« Besoin d’aide ? J’ai un Pokémon qui peut nous donner une bonne vision d’ensemble depuis les airs, mais il faut grimper jusque là-haut pour que je puisse le lâcher sans qu’il se cogne aux branches, le pauvre. »

Conscient du côté saugrenu de cette improbable rencontre en plein cœur de la forêt, Hagane n’en oublia pas de saluer la femme aux cheveux noirs, avant de reporter son attention sur sa patronne, qui fit à son tour un salut de Terros à son interlocutrice.

« Abigaël d’Alma, Private de Galon Trois et Chevalier de l’Ordre de Regirock. Je cherche des indices sur quelqu’un, tout en m’entraînant pour améliorer ma maîtrise élémentale. »

Laissant l’autre jeune femme se présenter à son tour, Abigaël balaya les alentours du regard, avant de s’arrêter sur un détail qui attira son attention.

« Hé, là-bas, y’a un truc bizarre. »

Rangeant son arme dans son dos, Abby se baissa pour avancer sans bruit et discrètement, jurant avec son habituelle manie de se faire remarquer malgré elle par son comportement – et son arme monstrueuse. Écarquillant ses yeux d’ambre devant le spectacle qui s’offrait à eux, elle fit signe à l’inconnue de s’approcher pour mieux voir ce qui avait éveillé sa curiosité : un rassemblement de Bulbizarre, avec quelques Herbizarre, autour d’un énorme Florizarre qui fixait un petit spécimen du Pokémon Graine faisant figure de nain à côté de lui.


[Ah là là xD L’essentiel c’est que ce soit fait maintenant Razz]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 149

Fiche de personnage
Points: 33
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par PNJ le Sam 24 Juin 2017 - 16:17

[Message d'intervention du PNJ suite à la demande de Trellia ici]

L'imposant Florizarre regardait de haut son petit congénère, qui était un peu intimidé d'être ainsi au centre de l'attention. En plus des deux humaines, plusieurs Mystherbe et Céribou observaient la scène de loin, se demandant ce qui pouvait bien être à l'origine de ce rassemblement. Au loin, un rugissement de Cerfrousse retentit, alors qu'il se bagarrait probablement contre un autre de son espèce qui avait osé s'aventurer sur son territoire. Quelques Capumain agitèrent les arbres, passant à toute allure de branche en branche, profitant de cette belle journée d'été.

[Il n'y avait aucun nouveau Pokémon à découvrir dans la Forêt d'Agata.]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 965

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Trellia Farron le Sam 15 Juil 2017 - 15:11

n poussant un soupir qui tenait plus du grognement exaspéré, Trellia remit Sara en avant, mais pour deux pas à peine. Elle se retourna, interpellée par une femme, de son âge environ, aux cheveux bruns, avec une claymore dans le dos. Elle lui proposait son aide en la personne de l’un de ses Pokémon, pour être honnête, Trellia n’allait pas refuser, plus vite elle serait rentrée et mieux ce serait ! Quand elle se présenta, sous la forme mécanique de tous les militaires de Terros, Trellia sauta de sa monture et fit de même. Mais dès les premiers mouvements, elle avait reconnu les origines de son interlocutrice. C’était une habitude maintenant…

« Trellia Farron, Soldat de Galon Deux de l’Ordre de Regirock, en permission. »

Les manières de Trellia… Étaient sans trop de manières justement et sa manière de s’habiller non plus, avec ses vêtements courts et originaux pour ce monde. Enfin au moins, aujourd’hui elle ne portait pas sa combinaison orange fluo ! Si elle avait reconnue Abigaël comme appartement à l’armée de son pays, elle n’avait en revanche jamais entendu parler d’elle, mais après tout, il n’était pas possible de connaître tout le monde, hormis les plus grandes figures, peut-être… Ce qui n’était pas trop dans les préoccupations de Trellia. L’épéiste intima à Sara de ne pas bouger, quand la femme attira son attention plus loin devant elle. D’un air calme et peu alarmé, Trellia suivit le regard de sa monture qui avait redressé la tête, intéressée. Dans le dos d’Abigaël, Trellia baissa la tête d’un air las et blasé, en soufflant légèrement. Encore ces espèces de dinosaures de fougère, de liane, de ce que vous voulez, gros, moches, susceptibles et très gênants quand on voulait juste marcher tranquilles ! Elles n’auraient pas pu tomber sur un nid de Chenipan à la place ? C’était tout moche pareil, mais au moins, sans problème !

« C’est juste un nid de Bulbizarre, avec leurs très embêtantes évolutions. » Commenta Trellia.

Elle parlait d’un ton lent. De toute évidence, Trellia n’avait aucune intention d’aller les enquiquiner. Elle les avait assez croisé sur le chemin de l’aller, ainsi que pendant son épreuve, elle n’avait aucune envie de réitérer l’expérience. Sans compter que c’était précisément un Pokémon Plante qui lui avait valut de se retrouver dans un sale état d’empoisonnement ! L’un de ces monstres verts pouvait tout aussi bien faire de même. Souhaitant se faire discrète, elle se retourna, prenant garde aux arbustes et branches environnantes et toujours malvenues, pour rappeler Sara. Vu son gabarit… Trellia commença à se frayer un chemin parmi les broussailles, tentant tant bien que mal de faire le moins de bruit possible, quand elle remarqua qu’Abigaël ne la suivait pas. Comme cette merveilleuse journée n’était pas terminée, elle imagina sans mal qu’elle devait faire partit de ces gens qui se disait que c’était trop cool de capturer le plus de Pokémon immondes possible…

Et bien, avec encore plus de chance, elle allait jeter son dévolu sur ces espèces de lézards. Et de préférence le plus gros ! Et bien sûr, toute la tribu de Pokémon allait se fâcher et elles devraient s’échapper sans se manger les coups de lianes, les spores empoisonnées… Combien y avait-il de ces choses dans la forêt ? Y avait-il une chance pour qu’en plus, ils soient parmi les seules espèces solidaires ? Le pire dans tout ça, c’est qu’elle pouvait difficilement faire croire qu’elle « devait y aller », vu qu’Abigaël représentait pour l’instant, sa meilleure chance de sortir le plus rapidement possible de la forêt. Elle était donc plus ou moins obligée de la suivre…

Journée de merde.
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 148

Fiche de personnage
Points: 25
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Ven 28 Juil 2017 - 16:23

Sans prêter attention à la remarque de Trellia, qui avait décliné son identité, Abby resta tapie dans les feuillages, observant avec intérêt cette drôle de réunion. Elle était loin d’être passionnée par les Pokémon en temps normal, à part s’ils pouvaient lui apporter quelque chose en termes de puissance pure. Le Florizarre était clairement un gros morceau, trop gros pour la Terrosienne, non pas à cause de son gabarit, mais parce qu’il avait toute sa tribu avec lui et que malgré sa force, elle ne pourrait pas gérer autant de sauriens verts à la fois. Même pour la fille de Benedict, c’était clairement de l’inconscience que de vouloir s’attaquer à autant de créatures d’un coup. Mais cette espèce en particulier avait retenu son attention pour une raison bien précise...

En effet, Bulbizarre, en plus d’être un Pokémon Plante et Poison dès son second stade d’évolution, faisait partie des compagnons de vie d’Anthere et de sa famille. Jusqu’à présent, le Chevalier avait fait chou blanc, et une potentielle nouvelle piste qui s’offrait à elle ne se refusait pas ! Elle ne connaissait pas grand-chose de ces Pokémon-là, mais peut-être qu’en posséder un l’aiderait à localiser une quelconque fragrance égarée sur un vêtement... C’était un bien maigre indice potentiel, Abby le reconnaissait volontiers, mais elle ne devait rien négliger si elle espérait retrouver la Mizuhanienne. Et puis, les Florizarre étaient de puissantes créatures capables d’attaques dévastatrices qui combleraient les lacunes de l’équipe d’Abby. Elle qui n’avait pas encore de type Plante avec elle, elle avait là une occasion rêvée d’ajouter à sa petite armée la pièce qui, pour l’heure, manquait à son funeste tableau.

La question était donc de savoir comment s’y prendre pour en isoler un et l’attraper, de gré ou de force, sans s’attirer les foudres du reste de sa famille. Alors qu’elle allait se lancer dans un plan plus ou moins élaboré pour parvenir à ses fins, Abigaël se rendit enfin compte que sa fascination pour les sauriens n’était pas du tout au goût de Trellia. Dans un murmure, elle expliqua :

« Il m’en faut un pour m’accompagner dans mon entraînement élémental, et la personne que je veux retrouver en a un aussi, ça pourra m’aider dans mes recherches. »

Bon, ce n’était pas tout à fait exact : le Bulbizarre appartenait à la mère d’Anthere, et aux dernières nouvelles, ce n’était pas l’amour fou entre la jeune femme et ses parents, qui avaient cherché à la marier de force. Mais bon, aussi mince soit-elle, c’était une piste à exploiter. Elle espérait malgré tout trouver quelque chose de plus consistant en arpentant les grandes villes de sa coalition.

« Je vais me débrouiller pour en récupérer un avant qu’on se barre d’ici. Je te laisse mon Cizayox au cas où ça tournerait mal, il te sortira de là sans problème. »

Mais elle n’eut pas le loisir d’aller plus loin dans ses projets : les sauriens verts avaient commencé à entonner une drôle de mélopée dissonante tout en effleurant le petit Bulbizarre au milieu avec leurs lianes. Comme prises dans une transe envoûtante, les créatures s’agitèrent dans un bruissement, puis cessèrent net quand le patriarche souleva le cadet de la tribu d’une liane pour le montrer à ses congénères. Décontenancée par cette scène, Abigaël se figea.

« Hein ? »

Dans la seconde qui suivit, le Florizarre fit jaillir l’une de ses lianes dans la direction de l’humaine, qui érigea un petit mur de ronces pour se protéger dans un réflexe bienvenu. Mais le doyen stoppa son mouvement à quelques centimètres d’Abby, son fouet végétal droit comme un i. Elle rêvait où il la pointait de la liane ? Ok, il l’avait vue, mais elle n’avait (encore) rien fait pour le contrarier... Néanmoins, sa surprise fut plus grande encore lorsque le géant de la forêt avança le membre qui retenait prisonnier le petit Bulbizarre pour déposer ce dernier dans les bras de la Terrosienne. Euh... Quoi ? La tribu entière se tourna pour dévisager l’humaine qui, pour la première fois de sa vie, se sentit mal à l’aise. C’était quoi, ce contrôle de la milice d’Agata, là ? Elle n’avait rien demandé, elle ! Enfin si, elle comptait bien en prendre un, mais pas comme ça ! C’était carrément plus facile que prévu, en fait... Lorsque l’énorme Florizarre passa ses lianes sur le visage d’Abby, elle protesta fermement.

« Non mais ça va, faut pas se gêner ! Profite bien parce que j’ai les mains prises, parce que sinon j’en fais des juliennes, de tes lianes ! HÉ, tu m’écoutes ?! »

Visiblement, le dinosaure n’avait que faire de la désapprobation de l’humaine. Pour toute réponse, l’imposant Pokémon créa une feuille tranchante qu’il manipula habilement avec ses extensions végétales, avant de la fourguer à la Terrosienne sans autre forme de procès. Interdite, la guerrière fut forcée de s’asseoir par la poigne ferme du monstre, et au contact de la feuille, elle eut un sursaut. Ça alors, c’était totalement inédit pour elle : non seulement elle se faisait carrément maîtriser, mais en plus, elle venait de découvrir qu’on pouvait communiquer via les plantes, en laissant des messages dans les rainures et dans la sève. Pas banal, tout ça ! Les yeux écarquillés, elle se tourna vers Trellia.

« Je te jure que c’est fou. Dans la feuille, y’avait un message, ça dit que dans cette tribu, ils choisissent toujours trois petits par an pour partir en voyage de leur côté et convaincre qu’il faut protéger la forêt quoi qu’il arrive. Si possible, ils confient les Bulbizarre à des natifs de Terros pour qu’ils se développent auprès de maîtres élémentaux partageant la même maîtrise. Le gros dit qu’il voulait me tuer au début, mais que comme j’ai montré que je maîtrisais les plantes, il m’a choisie pour embarquer ce petit-là, qui s’appelle « Daga Devos », « le dieu bon ». Du grand n’importe quoi. Hagane, dis-moi que je suis en plein délire et que je vais me réveiller, parce qu’à moins d’avoir respiré du pollen hallucinogène, je pense pas qu’un truc pareil soit possible. »

Peu à peu, les sauriens se désintéressèrent de la situation et retournèrent vaquer à leurs occupations, maintenant que le compagnon de leur élu avait été désigné. Tout content d’avoir trouvé si vite un maître humain pour l’aider à remplir sa mission, le Bulbizarre se frotta contre le visage d’Abby, qui fixa Hagane sans comprendre. Même le Cizayox sérieux et dévoué dut détourner le regard pour éviter d’exploser de rire.

« Ah, et il dit que si tu en veux un, tu peux en emporter toi aussi. »


[Abby totalement dépassée par ce qui lui arrive xDDD]

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 149

Fiche de personnage
Points: 33
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Trellia Farron le Jeu 17 Aoû 2017 - 15:23

bby, tapis dans les broussailles, resta silencieuse. Comme elle ne semblait pas désireusse de lui emboîter le pas, mais au contraire de rester pour observer les Pokémon, Trellia fit demi-tour à contrecoeur et s’accroupit a sont tour et quelques instant plus tard, Abigaël lui confia vouloir précisément l’un de ces Pokémon. Ses raisons semblaient être bonnes, elle voulait entraîner ses pouvoirs, bien que Trellia ne fasse pas de lien entre avoir des pouvoirs magique et un Pokémon capturé pour un entraînement… Et retrouver quelqu’un. Plutôt étrange comme procédé, car si elle-même devait posséder les même Pokémon que tous les bandits sur qui elle enquêtait, ce ne serait plus ni une équipe, ni une ménagerie, mais un véritable zoo dont elle serait propriétaire ! Quel que soit ce criminel, Trellia était certaine que Giselle saurait le retrouver, tout autant que n’importe quel autre Pokémon. Puis Abigaël se glissa un peu plus en avant, en lui laissant un insecte rouge de bonne taille. Trellia lui adressa un regard circonspect. Elle savait se défendre quand même…

Trellia resta malgré tout en léger retrait, n’ayant pas envie d’attirer l’attention des sauriens vers elle. Devant elles, la scène se révéla vite assez bizarre, quoique, Trellia n’y connaissait rien de toute façon, alors elle ne pouvait pas en juger. Le spectacle, cependant, fixa son attention d’un coup, quand l’un des Pokémon envoya l’une de ses lianes vers elle. Comme l’épéiste avait déjà eu un aperçu de ce dont ces Pokémon étaient capable, sa main se colla à la garde de sa Gunblade, dans un geste automatique, attendant le bon moment pour frapper, si besoin était. Doucement, sans geste brusque, elle empoigna la crosse et referma sa main dessus. Un mur de ronces se souleva de terre, façon sorcière maléfique, pour les protéger du monstre. Trellia n’avait toujours pas dégainer et attendait la suite des événements. Elle ne comptait pas se jeter sur le Pokémon, bien au contraire, si elle pouvait rester invisible et attendre la bonne occasion… Les mouvements des uns et des autres se suspendirent, chacun analysant et toisant son adversaire. Le Pokémon guettait Abigaël, Trellia guettait le Pokémon…

La Terrosienne ne pouvait pas anticiper la réaction du monstre… Trellia se dissimula un peu plus en bougeant très légèrement. La créature n’avait pas l’air de vouloir passer à l’attaque, mettant Trellia relativement mal-à-l’aise… Elle frôla le bouton de la Pokéball qui laissa apparaître Giselle à qui Trellia fit signe de se disperser. D’ici, elle ne pouvait pas voir toute la tribu, elle voulait s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une embuscade… Elle n’avait aucune envie de finir en kébab pour une salade sur pattes. D’autant plus qu’elle n’aimait même pas ça la salade ! A la place, quand le Florizarre prit enfin une décision, il cala dans les bras d’Abigaël, le petit dinosaure qu’il tenait dans ses lianes. La jeune femme protesta démonstrativement. Trellia s’accroupit et Giselle revint à ses pieds au même moment. Les monstres, malgré les gesticulations d’Abigaël, avaient l’air calme, Giselle aussi, très détendue même… Elle était complètement maîtrisée par le Pokémon et visiblement, n’en avait pas l’habitude. Bon, a priori, il n’y avait rien d’agressif dans tout ce manège. Trellia relâcha la crosse de son arme et se rapprocha.

Giselle n’avait pas l’air tendue, elle lui faisait donc confiance. D’ailleurs, la famille Bulbizarre se moquait totalement des menaces de la militaires, c’était dire s’ils avaient l’air de se sentir menacés, envahit ou quoi que ce soit. Complètement hébétée, Abigaël se tourna vers elle, une feuille de Florizarre dans les mains. Alors qu’elle lui partageait le contenu du message, Trellia resta parfaitement flegmatique, imperturbable. En fait, Trellia se demandait un peu où était la surprise, après tout, elle trouvait tous les habitants de ce pays (voir de cette planète) complètement dingues avec leurs manières autour des Pokémon. Est-ce que cette scène devait vraiment encore l’étonner ? Par contre, à en voir l’expression franchement ahuri d’Abigaël, ça aurait peut-être dû. Elle avait déjà vu tellement de trucs bizarres, alors un peu plus ou un peu moins, Trellia pouvait l’accepter… Ce monde était un vaste hôpital psychiatrique. Aucun doute. C’est parfois l’impression qu’elle avait.

« Je te remercie, mais non merci. » dit-elle.

Elle en avait deux à charge, encore que pour Giselle, c’était tout à fait spécial, mais elle n’avait aucune envie de devoir traîner une de ces bêtes là partout où elle allait. Comme les Pokémon sauvages les ignoraient à présent et tout en les gardant à l’œil, Trellia aida Abigaël à se relever. Elles allaient enfin pouvoir sortir de cette forêt.

« Tu es obligée d’en avoir un comme ça pour retrouver le type que tu cherches ? Il est connu, il est fiché ? » Demanda alors Trellia.

Étant donné qu’elle enquêtait la plupart du temps sur des meurtres, plus rarement sur des vols, elle pouvait facilement accéder aux fichiers judiciaires. Ça bien sûr, Abigaël ne pouvait pas le savoir. Et puis, quelques uns des collègues de son service avaient de bons contacts, ça pouvait toujours être  utile.
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 148

Fiche de personnage
Points: 25
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Mer 23 Aoû 2017 - 0:05

Près d’elle, Trellia semblait tendue, prête à bondir et à sauter sur la moindre fougère suspecte. En même temps, une telle attitude était compréhensible, si elle avait eu des problèmes avec les Pokémon locaux... Mais cela, Abby ne pouvait pas le savoir, bien sûr. Encore interloquée par le Bulbizarre dont elle venait d’hériter, et qui avait un bulbe un peu bizarre, la Terrosienne lui montra une sphère, projetant de se lancer dans une explication du pourquoi du comment elle allait devoir l’enfermer là-dedans. Mais elle n’en eut pas le temps : curieux, Daga Devos toucha le mécanisme d’ouverture de la Ball et fut englouti à l’intérieur sans opposer la moindre résistance. Ok... Lorsqu’il ressortit, il avait les yeux ouverts en grand, carrément fasciné par le phénomène, et il pénétra de nouveau dans la balle, avant d’en sortir, répétant le cycle avec un ravissement croissant.

Déjà excédée par cette dernière recrue, Abigaël rangea la sphère et se releva en empoignant la main de Trellia, jetant un coup d’œil circulaire aux alentours. Le soldat la questionna alors sur ses motivations. Le Chevalier réfléchit un instant à sa réponse, songeant qu’elle ne pouvait trop en dire. Même si Anthere était son amie, elle restait Mizuhanienne avant tout, et le Duc ne la laissait tranquille avec elle que parce qu’elle ne représentait aucune menace pour le pays. Si la fille avait été Guerrière, nul doute que Benedict aurait été bien moins conciliant...

Toutefois, la Terrosienne ne pouvait pas se permettre d’être trop évasive. Elle parlait à une compatriote appartenant au même corps d’armée qu’elle, et ne rien dire serait probablement perçu comme une omission suspecte, voire comme une tentative d’obstruction à enquête officielle. Sous l’œil admiratif de Daga Devos, elle expliqua donc d’une voix posée :

« Rien ne m’oblige à en avoir un, mais comme je ne peux pas la contacter pour le moment, je ne peux que me fier à des pistes, des intuitions. Ce n’est pas une personne fichée, du moins pas que je sache, elle est plutôt fragile et vulnérable en ce moment et je ne tiens pas à aggraver ses ennuis. Et puis, comme je te l’ai dit, Bulbizarre est un point commun entre elle et moi, alors... Je sais pas. En plus, comme c’est un Pokémon Plante et Poison, et que je maîtrise déjà les plantes tout en cherchant à en savoir plus sur les poisons, je me suis dit qu’il pourrait m’aider, quelque part. »

Abigaël se savait Lieuse depuis quelques années maintenant, même si elle n’avait appris que tardivement la nature de ce Lien qui existait entre la plupart de ses Pokémon et elle. Même si, pour l’heure, elle visait plutôt l’amélioration de sa maîtrise élémentale, elle n’avait rien contre le fait d’en apprendre davantage sur ces forces occultes par la même occasion !

« Ah, et la personne que je cherche n’est ni une criminelle, ni une voleuse, au cas où tu te poserais la question. C’est une amie. »

Voilà. En dire assez pour ne pas passer pour une avare d’informations, sans en dire trop pour ne pas éveiller le moindre soupçon sur la nationalité d’Anthere. C’était pas mal. Elle évita également soigneusement de parler de la rumeur qui concernait Abby, à savoir qu’elle avait terrassé un troupeau entier de Tauros (encore que, un tel racontar ne la dérangeait pas vraiment, au contraire) et utilisé la glace à grande échelle. Après tout, personne d’autre ne pouvait avoir fait courir un tel bruit, sciemment ou pas, et vu la galère niveau maître dans laquelle Anthere s’était fourrée, mieux valait ne pas trop s’étaler sur le sujet. Bien évidemment, la Terrosienne ignorait l’avis de recherche concernant Ourasi qui circulait dans la capitale de Flamen...

« Enfin, pour le moment, je pense qu’on a assez vu les Bulbizarre et autres Pokémon du coin. On devrait essayer de sortir d’ici, ça ne m’empêchera pas de chercher des indices sur le chemin. »

Hagane, jusqu’alors silencieux et enfin calmé de son irrépressible fou rire, désigna avec sa pince le Bulbizarre aux pieds de la patronne. Le saurien la regardait avec un air de ravi qui ne plut pas vraiment au Chevalier. Qu’est-ce qu’il lui voulait encore, celui-là ? Sans éprouver la moindre peur, Daga Devos glissa sa liane dans la paume de la main d’Abby, puis enroula l’extrémité autour de son poignet.

« Tu vas quand même pas me prendre par la main non plus quoi, faut pas dé... HÉ ! »

Tirée en avant par le Pokémon enthousiaste, la Terrosienne dégagea violemment sa main de l’étreinte de la créature.

« Oui, ça va, on va te suivre, si tu connais le chemin pour partir, mais pas besoin de faire ça, j’ai pas deux ans non plus. »

Pour quelqu’un de normal, cette manière de parler était parfaitement naturelle, mais pour Abby, ça l’était déjà beaucoup moins ! En effet, jamais son père ne l’avait prise par la main pour l’emmener quelque part, puisqu’elle n’était jamais sortie de son château avant ses vingt ans. Cette expression, elle l’avait entendue dans la bouche d’un enfant estimant que sa mère le couvait un peu trop, et elle en avait déduit par la suite qu’un tel comportement induisait une forme de rébellion chez certains gosses. Hagane dévisagea sa patronne, comme s’il n’était pas bien sûr d’avoir entendu ce qu’elle avait dit. Finalement, il se détourna, fixa Daga Devos et échangea un regard avec la Terrosienne.

« Ouais, t’as raison, on sait jamais. »

On ne pouvait pas dire que la confiance régnait entre le Chevalier et son Pokémon fraîchement acquis car, après concertation avec le Cizayox, elle glissa la main vers l’une de ses sphères pour libérer l’Abo fan de paris en tout genre. Après s’être lovée autour du cou du ninja rouge, Kuchimi darda sa langue à droite, puis à gauche, histoire de capter une éventuelle source de chaleur – et donc un potentiel ennemi.

« On devrait marquer notre passage pour pas se paumer, parce que quelque chose me dit que celui-là va nous faire faire une visite touristique en faisant quelques détours. »

Sortant un coutelas caché dans ses vêtements, Abigaël entreprit donc de faire des croix sur le tronc des arbres, en prenant soin de ne pas trop appuyer. Depuis qu’elle « entendait » la voix de la Terre, elle préférait éviter d’avoir les oreilles cornées par ces gémissements plaintifs décidément bien trop bruyants.

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 149

Fiche de personnage
Points: 33
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Trellia Farron le Jeu 24 Aoû 2017 - 22:19

evant le spectacle de protestations d’Abigaël, Trelia, un sourcil plus haut que l’autre esquissa un sourire en coin, mais amusé, qui disparut aussitôt que la jeune femme se tourna vers elle. Trellia avait de l’entraînement à ce petit jeu. Mais pendant qu’elle se faisait  traîner à travers buissons et feuillage, Abigaël répondait à ses questions. C’était plutôt curieux, ne pas pouvoir la contacter et devoir suivre des pistes pour le faire ? Trellia ne se laissa pas berner, cette fille avait disparu (fuite ou enlèvement ?). Ces informations ne révélaient rien de très bon, une personne fragile apparemment, livrée à elle-même… Si elle était dégourdie encore, mais, d’après ce qu’elle croyait comprendre, Trellia pensa qu’elle avait plutôt l’air d’être dans une sacré mélasse ! Trellia réfléchissait, tout en essayant de ne pas tomber. Abigaël essayait de créer une sorte de connexion entre elles non ? Pour le reste, Trellia n’avait aucune raison de mettre sa parole en doute et à vrai dire, toutes les raisons de ne pas le faire. Il y avait donc une jeune femme perdue, quelque part, potentiellement en danger… Enfin plus que probablement, quand on ne voulait pas « aggraver les ennuis » de quelqu’un, c’est qu’il y était déjà bien dedans !

« Et ses parents, la famille, ses autres amis ? La garde n’a pas été avertie de sa disparition ? » Dit Trellia d’un ton plus neutre. Elle se doutait un peu de la réponse… Celle qui devait dire que si ça avait donné quelque chose, qu’Abigaël n’aurait as été obligée de s’en mêler. «  Si tu as un portait, je peux essayer de la faire diffuser. » Là aussi, elle pensait connaître la réponse.

Trellia ne se sentait pas l’âme d’un héros du peuple, mais elle avait été bien contente, quand, quelques années avant, des personnes s’étaient souciés de ses problèmes, qui n’étaient pas les leurs. Trellia acquiesça, elle n’attendait que de partir. Abigaël émit l’idée de marquer leur passage – ce que Trellia aurait dû faire en arrivant en fait-. Trellia répondit à cette idée :

« Règle numéro neuf. »

Pour illustrer et notamment éclairer la lanterne d’Abigaël, qui ne connaissait probablement pas son patron, l’épéiste se baissa et sortit de sa bottine un couteau de l’armée, qu’elle prit à pleine main et entama l’écorce des arbres, de manière à faire un signe bien distinctif et reconnaissable. Elle ne se posa absolument aucune question, sur l’éventualité où son geste pourrait mettre de travers les Pokémon de la forêt. Au même moment, sa collègue avait eu la même réaction, en sortant un couteau et laissant une croix en surface des écorces. Elle connaissait peut-être Tibbs finalement. Maintenant qu’elle y pensait, elle était certaine  que leur service n’était pas le seul à se faire remettre à l’ordre à coup de règles.

« Ton amie, tu as une idée d’où elle aurait pu aller ? Un refuge ou autre… Où le dernier lieu où elle ait pu se sentir en sécurité. »

Encore une fois, ces questions étaient normalement les premières qu’avaient dû se poser Abigaïl, mais il lui paraissait incroyable que personne n’ait pas la moindre petite idée de l’endroit où elle aurait pu aller. Et d’ailleurs, comment s’était-elle mise dans la m…mélasse ?

«  Au fait, qu’est-ce qui lui est arrivé pour s’évaporer comme ça ? »

Trellia s’était arrêtée. Mine de rien, elle conduisait un véritable interrogatoire, comme le lui avait appris Tipps… Elle ne posait pas simplement des questions des questions innocentes, mais un peu malgré elle, Trellia vérifiait aussi sur le propre visage d’Abigaïl l’effet des réponses, plus que les réponses elles-mêmes. Elle avait peut-être l’air de ne pas vraiment croire la terrosienne, mais Trellia était encore très loin de manier le très subtile art du visage peut-être incrédule que savait si bien afficher son patron, de sorte qu’on ne savait jamais vraiment s’il vous croyait ou non… Connaissait-elle la règle numéro trois ? Avait-elle déjà tout personnellement vérifié ? Trellia n’avait pas de raison de penser que ça n’était pas le cas. Mais elle, elle allait vérifier, c’était certain. Restait maintenant à lui arracher le nom de sa fameuse amie, mais Trellia avait l’impression étrange que ça la rebuterait. Abigaël ne voulait pas lui créer plus d’ennui. Mais si elle n’avait rien fait, il n’y avait pas de raisons… Mais Trellia en venait à la conclusion facile qu’il s’était forcément passé quelque chose qui lui portait un lourd préjudice.

La question maintenant, était de savoir si elle allait s’en mêler ou pas. Est-ce qu’elle « devait » s’en mêler ? Il n’y avait pas de règle pour répondre à cette question et elle voyait déjà le visage de Tipps, passer devant elle avec son regard et son air si caractéristique, sans lui répondre…Malgré la certitude qu’il ne lui donnerait effectivement pas son avis, Trellia le ferait, tout en sachant également, en son fort intérieur, « qu’à l’époque », elle n’aurait pas refusé de se mêler d’une histoire aussi délicate. Elle avait appris plus d’une fois, que ce genre de situations cachait toujours bien plus de choses qu’on ne le pensait. Et puis qui sait ? Courir à travers le pays lui apprendrait peut-être des choses intéressantes. Peut-être même des réponses à ses propres questions ? Après tout, la toute première d’entre-elle avait été posée pour Terros. Trellia eut un air un peu plus sérieux à cette idée et se remit en marche.

« Tu sais d’où tu vas partir ? » Reprit-elle un peu plus doucement.
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 148

Fiche de personnage
Points: 25
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Abigaël d'Alma le Sam 2 Sep 2017 - 23:47

Progressant lentement dans la forêt, Abby et Trellia conversaient toujours à propos d’Anthere, que la Terrosienne évitait soigneusement de nommer. La cadette interrogea à nouveau son aînée, qui fit non de la tête d’un air désolé.

« Je ne sais pas si elle a d’autres amis en dehors de ses Pokémon. Je la connais depuis plusieurs années, mais j’ignore ce qu’elle a vécu dans son enfance. Peut-être que d’autres gens se soucient de son sort, je n’en sais rien. J’ai l’impression qu’elle est un peu seule, quelque part. Quant à sa famille... Aux dernières nouvelles, elle était en très mauvais termes avec elle. Oui. Je ne pense pas qu’ils lui auraient fait du mal, ils tiennent à elle. Enfin, à leur façon. »

Hagane écoutait en silence, épaté par les progrès de la patronne, notamment en termes de vocabulaire affectif. « Faire du mal », « tenir à quelqu’un », « se soucier de quelqu’un », tout cela avait longtemps été absent de son vivier de mots. Il était néanmoins navré qu’elle ait dû les employer pour la première fois en de telles circonstances. Puis, étonné par la fameuse « règle numéro neuf » évoquée par Trellia, il la regarda marquer le passage à son tour en acquiesçant. Elle était aussi pragmatique qu’Abby, elle était Terrosienne et faisait partie de l’Ordre de Regirock, comme elle... Sans compter qu’elle était assez laconique, elle aussi. Finalement, elle avait beaucoup de points communs avec la patronne ! Cette dernière manqua d’ailleurs de se prendre les pieds dans une racine et jura, gratifiant la coupable d’un coup de pied en guise de punition. Comme si elle voulait ajouter à sa colère – même si ce n’était probablement pas le cas -, Trellia lui demanda si elle avait une idée de l’endroit où elle aurait pu se réfugier.

« Non, bien sûr que non. C’est une voyageuse, elle ne reste généralement pas longtemps où elle passe. Chez elle, en tout cas, je suis certaine qu’elle n’y est pas, pas après ce qu’on lui réservait là-bas. À ma connaissance, elle n’aime pas trop rester en plein milieu d’une foule compacte, même si elle apprécie la compagnie des gens en petit comité. Je crois. Peut-être qu’elle a cherché un refuge loin de tout, le plus loin possible... »

Comme soudainement et irrésistiblement attirée par le ciel, Abigaël leva la tête, cherchant la trace du continent flottant au-dessus d’elle. Malheureusement, la Forêt d’Agata était bien trop dense, dans cette partie-là, pour laisser filtrer un pan bleuté ou nuageux. Le Chevalier se demanda où Tenkei se trouvait actuellement, et si Anthere y était. Elle-même n’y était encore jamais allée, d’ailleurs. Mais pour le moment, elle préférait se concentrer sur Érasia, car il fallait bien commencer quelque part, après tout.

« J’ai bien pensé à retourner chez elle, mais je crois que ce serait une mauvaise idée. Je ne connais pas ses parents, mais l’accueil serait musclé, voire... Pas agréable. »

Subitement, un « zaaarre » attira son attention, et en baissant les yeux vers le sol, elle constata qu’elle avait failli écrabouiller un Balignon qui lui jeta un regard circonspect. Ouais, bon, il était couleur sol et feuille, celui-là, quelle idée aussi ! Comment il voulait ne pas se faire piétiner, hein ?! Avec un grognement, Abby enjamba le Pokémon, tout en prenant garde à ne pas trébucher sur une éventuelle racine traîtresse. Le petit groupe continua sa progression encore quelques minutes avant que Trellia ne pose la question fatidique, du moins l’une des questions inévitables qui constituaient le nœud du problème. Aussitôt, le visage d’Abigaël changea, passant de la colère à autre chose de plus subtil. Un mélange de contrariété, d’incompréhension et de compassion se peignit sur sa figure, alors qu’un soupir las trahissait ce qu’elle pensait de cette histoire.

« Quand elle m’a invitée chez elle, elle m’a expliqué qu’elle était coincée depuis un an sur place parce que, suite à la Catastrophe de Mewtwo, ses parents avaient dû renoncer à leur ancien métier et se reconvertir. Ils n’avaient plus l’argent pour la laisser voyager à sa guise et ils l’ont empêchée de continuer sa quête pour atteindre ses objectifs : plus de maîtrise élémentale, plus de combats Pokémon, plus rien de tout ça. Ils voulaient qu’elle se débarrasse de ses Pokémon inutiles au travail à la ferme... Et pour finir, ils voulaient la marier de force à quelqu’un qu’elle ne connaissait pas. Je trouve que ça fait beaucoup d’un coup, hein. »

Prenant un instant pour marquer un nouvel arbre, Abby marqua une pause avant de reprendre.

« Comme je l’ai un peu poussée au cul pour qu’elle refuse de se faire avoir comme ça et qu’elle se rebelle, et vu l’impact que ça a eu chez elle, elle a dû m’écouter et s’enfuir (en tout cas je l’espère, parce que sinon ça va barder la prochaine fois que je la vois !). Quelqu’un m’a dit qu’elle s’était échappée, mais impossible de savoir où elle a pu se planquer... »



C’était bien la première fois qu’Abigaël d’Alma, fille d’un des membres du prestigieux Ordre de Groudon, se sentait impuissante face à une situation. Elle qui avait l’habitude de résoudre la majeure partie de ses soucis avec son arme ou son élément... Voilà qu’elle se retrouvait coincée avec les problèmes de quelqu’un d’autre et dans l’incapacité de lui venir en aide, du moins directement. Elle ne savait pas vraiment par où commencer ses investigations...

« D’où je vais partir... J’ai déjà fouillé Omashu et Palma de fond en comble, et j’ai ratissé les zones entre ces villes. Si je ne trouve rien ici, eh bien... Je repartirai vers le nord de Terros pour prendre une autre direction, par exemple. »

Un éclair vert rapide et bourdonnant passa alors devant elles, et Abby se tendit, prête à dégainer maîtrise comme claymore. Lorsqu’elle vit l’Insécateur s’arrêter net et fixer Hagane, elle eut un regard curieux vers son Pokémon, qui se livra à un échange muet avec la mante. Se connaissaient-ils ? Était-il menaçant ? Que voulait-il de particulier ? Si le Cizayox était sur le qui-vive et alerte, Daga Devos, lui, n’avait pas bougé d’un pouce, ne considérant pas la créature sauvage comme un danger potentiel.

_________________
† Cœur de soldat †† Beauty of the Beast †

1 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Abigaël d'Alma
Informations
Nombre de messages : 149

Fiche de personnage
Points: 33
Âge du personnage: 27 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Trellia Farron le Jeu 14 Sep 2017 - 11:35

’était un long récit finalement, auquel eu droit Trellia pour répondre à ses questions, accentués par ses expressions ou ses propres remarques. Ainsi, Trellia commença à se faire un portrait de cette amie égarée, changeant au fur et à mesure des informations que lui donnait Abigaël. Elle s’en fit d’abord un portrait solitaire, sans beaucoup d’amis, préférant la compagnie de ses Pokémon. Trellia, qui avait surtout vécu avec des humains comprenait mal ce comportement. Car n ca de besoin, c’était sur un semblable qu’on pouvait compter, non sur une bête. Mais surtout il en ressortait que la terrosienne ignorait une partie de sa vie. Où lors cette amie ne lui aurait pas parlé de sa vie chez elle, dans sa région d’origine, son village, ses amis, sa famille ? Ou peut-être faisait-elle partie de ces gens qui vivent surtout en famille, mais comme elle l’apprenait, si elle était subitement en mauvais termes avec elle…

« Hmm… Ça serait sans doute par là qu’il faudrait commencer, même indirectement, sa famille ou ses amis d’enfance savent forcément quelque chose… »

Pour couronner le tout, cette demoiselle était une voyageuse. Elle leur mettait une véritable épine dans le pied, elle pouvait donc être n’importe où… Et curieusement, elle rencontrait beaucoup de personnes sur son chemin, quelqu’un se souviendrait forcément d’elle, mais quant à savoir où ! C’était un curieux portrait. Trellia avait l’impression d’avoir tout et son contraire.

« Ça complique tout. Quelqu’un qui ne veut vraiment pas être retrouvé… Elle va donc éviter les grandes villes, mais les villages et les auberges, ne serait-ce que pour refaire ses provisions, elle va devoir y aller à un moment ou un autre… »

Trellia suivit le regard d’Abigaël, comme si cette fille allait lui tomber des branches. Trellia marcha un moment un silence, évitant les broussailles, les branches, les racines, prenant garde à ne pas piétiner les Pokémon. Après un moment, elle en oublia un peu sa propre situation, et au temps qu’elle perdait dans cette forêt, beaucoup trop grande à son goût. Pour le moment, son esprit était tout occupé à cette drôle de disparition.

« D’après ce que tu me dis, elle a de sacrés ennuis, alors un petit interrogatoire en règle ne ferait pas de mal, surtout s’ils l’ont fait portée disparue, ils ne vont pas s’en plaindre… » Trellia marqua une pause avant de prendre, un peu de plein fouet, les révélations suivantes. « How... Quand même. C’est idiot de leur part, les gens d’ici aiment bien les Pokémon, c’est un métier qui peu rapporter si elle s’y connaissait un peu. La magie aussi, c’est très vendeur. » Fit-elle d’un ton entendu.

Elle aurait pu vendre ses services. Ou se joindre a une entreprise quelconque et faire d’une pierre deux coups, reprendre sa liberté et aider sa famille… Pourquoi avoir choisi la fuite ? L’épéiste partagea cette pensée.

« Pourquoi n’a-t-elle pas cherché du travail ? Si elle est magicienne, il y a bien du travail qu’elle aurait pu trouver, peut-être même plus qu’avec les Pokémon. Les Pokémon, il suffit de pas grand-chose. Je ne connais pas beaucoup, mais dans les élevages ou les arènes, il y a du travail. Même dans l’armée, sans forcément être un soldat à la base… »

Après tout, ne côtoyait-elle pas quelques personnes qui s’occupaient principalement de relayer les informations entre différents services ou utiliser leur magie que ce soit pour la milice urbaine ou autre ? Trellia ne connaissait pas vraiment tous ces postes, elle-même ne pratiquait pas la magie… Et quand bien même cette fille n’y aurait pas trouvé sa place, il y avait bon nombre de métier où elle n’avait pas besoin d’être spécialement douée. Finalement, elle trouvait cette histoire de plus en plus bizarre.

« Ah bah… Elle t’as prise au sérieux quoi. Mais c’est quand même un peu fort. Si tu la connais bien, tu devrais savoir si son choix est normal, où s’il a dû se passer quelque chose.
Dis donc ce bonhomme là, il n’aurait pas voulu aller chercher et ramener sa blonde lui-même par hasard ? Si elle a cherché à s’enfuir… Ça vaudrait le coup d’aller vérifier. Imagine qu’il vive dans un endroit un peu à part et qu’il l’empêche de sortir ou de parler à des gens, de revoir sa famille ou ses amis ; ça serait pas la première fois que ça arrive. »


Prise dans l’histoire, Trellia s’essayait au jeu des théories. L’enlèvement et la séquestration, ce n’était pas si rare… Ça arrivait en tout cas et le gars s’était peut-être débarrassé de ses Pokémon, pour l’empêcher de s’en servir contre lui ou la menaçait de le faire… Le silence s’installa en fin de compte, comme Abigaël n’avait plus d’information –ou gardait le reste pour elle- Trellia ne pouvait pas plus aider. Humm… Lui remettre la main dessus n’allait pas être simple, mais si cette affaire arrivait dans le cadre de son travail, elle commencerait certainement par la famille et les amis d’enfance, son village, pour un interrogatoire en bonne et due forme. Pour un mariage d’intérêt… Il s’agissait sans doute d’un fiancé de bonne famille au moins, qu’il lui avait trouvé. Pas joli-joli… Il fallait espérer maintenant qu’il ne lui soit rien arrivé de dommageable. Cherchant toujours dans le fil de ses pensées, une histoire ou une anecdote qu’elle aurait entendu ou lu ou vu passé au bureau, Trellia ne prit pas garde et manqua de percuter un projectile vert, fonçant sur eux comme une flèche.

« Mais qu’est-ce que c’est que cette horreur ? » dit-elle à voix basse.

Un gros insecte vert, du genre aussi gros qu’elle, leur passait devant et se postait en face de l’insecte rouge de sa collègue. Il n’avait pas l’air comode et à sa façon de les aborder, lui sembla assez agressif. Elle fit glisser d’un geste rapide ses deux chakrams de la lanière qui les retenaient à sa hanche et les prit en main.

« Y’a vraiment n’importe quoi dans cette forêt, à quoi elle sert en plus, à part se perdre ? » murmura t-elle pour elle-même.

Le ton qu’elle employa pouvait laisser passer le doute sur ses pensées, était-elle sérieuse ou bien était-ce une plaisanterie ?
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 148

Fiche de personnage
Points: 25
Âge du personnage: 23
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: La forêt : les arbres, les fougères, l'égarement, tout ça quoi [Abigaël]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum