[ Clos ] Grabuge orageux riche en émotions [solo / contrainte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Grabuge orageux riche en émotions [solo / contrainte]

Message par Matao Kiyiya le Dim 7 Jan 2018 - 12:52

HRP : Rp solo soumis à la contrainte numéro 2 : insister sur la psychologie du personnage.

Ah la liberté ! Merveilleuse liberté. Pouvoir aller partout, faire ce que l'on souhaite sans aucune contrainte... Oui j'aime la liberté. Comment peut-on vivre dans un tout petit appartement situé en plein cœur d'Omashu ? Je n'arrive pas à comprendre. Certes il y a tout à côté : il suffit de sortir de chez soit pour trouver un commerce ou des amis contrairement à ma ferme ou tout est loin tout demande travail et efforts mais il n'y a aucune vraie liberté. Partout des murs, partout des contraintes, partout des millions de règles qu'il faut respecter. Et comment font-ils pour se nourrir alors qu'il leur faut acheter de quoi manger à des fermiers comme mes parents ? Comment font-ils pour faire du sport ou pour s’entraîner à la matrise des éléments ? Je ne comprend pas comment on peut être heureux lorsque l'on vit en ville.

Assis au sommet d'une colline, adossé contre un arbre, Koda et moi observions le monde. La ligne d'horizon se trouvait très loin nous offrant un superbe spectacle. C'était le début d'après midi et je respectais le petit instant sieste de mon meilleur ami. La vie est partout. Des Roucool et autres oiseaux chantent, par la c'est un Keunotor qui patauge dans la rivière, un peu plus loin il y a deux Pachirisu qui semblent faire la course d'arbre en arbre. La nature est tellement plus belle que la ville. Ah comme j'étais heureux d'être ici. Et mon petit Rocabot qui dors paisiblement contre moi. Il est mignon mon petit Koda.

Loin, si loin de l'agitation de la ville le monde est paisible. Fermant les yeux, je me laissai bercer par le chant naturel et la musique terrestre que ma maitrise de la terre me permet d'entendre. C'est alors qu'un soudain grabuge réveilla mon Koda, le faisant grogner de mécontentement. Au pied de notre colline se déroulait un bien étrange spectacle : un couple d'Elecsprint ainsi qu'une bonne dizaine de Dynavolt faisait face, menaçant, à un autre Dynavolt qui semblait triste et malheureux. Les Dynavolt grondaient, l'air crépitait d’électricité.

De tous les Pokémon, les canidés ont toujours été mes préférés. Fasciné par le comportement Pokémon, j'adore les observer, essayer de les comprendre. Que se disent-ils en agissant de la sorte ? Pourquoi un mouvement de queue de cette façon à cet instant ? Pourquoi aboyer à cet instant ? Pourquoi cet aboiement est différent des autres ?  Quelles sont précisément leur stratégie de chasse ? Est-ce une parade amoureuse ? Et ça, est-ce un jeu ou un début de combat ? Je rêve de pouvoir communiquer avec les Pokémon, je sais que c'est possible nous le faisons déjà au quotidien. Je rêve un jour d'atteindre un tel niveau de compréhension des Pokémon que la communication soit possible quasiment au même niveau qu'avec un autre humain. C'est pour cela que je veux devenir Chercheur Pokémon !

Pauvre petit Dynavolt... D'ici je pouvais entendre ses couinements, ses gémissements. Il débordait de tristesse. Il fit un pas en avant mais l'un des Elecprint claqua des machoires et une dizaine d'arcs électriques frappèrent le sol comme un barrage entre la meute et le petit. Ce dernier se recroquevilla sur lui même en couinant de terreur. La scène était absolument déchirante, j'entendais les pleurs du Dynavolt d'ici. La scène se répéta une seconde fois. Puis à ma grande surprise, le Dynavolt fit un pas en avant. Elecsprint réagit aussitôt : il lui sauta dessus, l'attrapa en gueule et le jeta plus loin. J'étais choqué, affreusement horrifié par ce que je voyais. Pourquoi se comportaient-ils ainsi ? Ce petit avait l'air si gentil, si triste, pourquoi était-il chassé avec tant de violence ? La nature est parfois cruelle, j'avais envie de l'aider, de le prendre dans mes bras et de le consoler.

Dynavolt se releva péniblement et s'approcha à nouveau des autres. Aussitôt un concert de grondements déchira les collines accompagnés d'arcs électriques. Soudain Koda s'élança et avant que je n'ai pu comprendre quoi que ce soit, il se plaça devant le Dynavolt. Mon petit Rocabot montra les crocs et se mit à aboyer furieusement. Le petit pokémon électrique était de nouveau recroquevillé sur le sol et l'observait avec la même surprise que les autres. Un véritable dialogue plein de tension s'engagea entre Koda et l'Elecsprint puis après quelques minutes, ce dernier se retourna et s'éloigna accompagné de sa meute. Le Dynavolt poussa un gémissement plaintif. Il se releva pour les suivre mais trébucha et s'écrasa la truffe dans la boue. Je n'avais jamais vu un Pokémon pleurer si fort. Mon petit Koda essaya de le consoler, le rassurer : le Rocabot s'était approché du chiot électrique et l'aidait à se relever.
C'est alors que je remarquai les blessures du Dynavolt ! Il boitait et ne posait plus l'une de ses pattes, il saignait à plusieurs endroits. Je l'avoue je n'ai pas réfléchi, je n'ai fait qu'écouter mon amour des Pokémon et la tristesse qu'il m'inspirait : je me suis précipité. Arrivé à quelques mètres de lui j'ai ralenti le pas et tout doucement, avec le plus de douceur dont j'étais capable je m'adressai à lui :

« N'ai pas peur, je ne te veux pas de mal. Je veux t'aider. »

La réponse fut clairement négative : mon apparition sembla être pour le Dynavolt la cerise maléfique sur le gâteau ténébreux. J'en fus chagriné mais pas surpris : c'est un Pokémon sauvage, je suis peut être le premier humain qu'il rencontre. De plus je sais que les Elecsprint sauvages évitent la compagnie des humains. Avec patience je me suis agenouillé et commençai à attendre. Koda vint me faire un câlin et encourageai le Dynavolt à venir me voir. Ce dernier pleurait toujours et semblait complètement perdu.

« Je ne sais pas pourquoi tes amis t'ont chassés ainsi. C'était méchant. Méchant et cruel. Viens n'ai pas peur, je voudrai essayer de te soigner, de te consoler. Je suis tellement triste pour toi. »

Tout ceci se prolongea de longues minutes. Dynavolt était trop mal au point pour rejoindre ses amis qui étaient déjà loin, trop choqué pour prendre la fuite et ne savait pas du tout quoi faire. Il était indubitable qu'il était encore très jeune si ce n'est presque bébé, c'était un chiot. Un jeune chiot blessé, chassé cruellement par sa famille et abandonné seul au cœur d'une nature hostile. Comme il devait avoir peur... Finalement il s'approcha de moi, Koda lâcha un aboiement de victoire et multiplia les encouragements. Puis finalement Dynavolt se jeta dans mes bras et éclata véritablement en sanglots.

« Là. C'est fini maintenant. C'est fini, tout vas bien » Lui disais-je en le caressant doucement.

Il était en piteux état. Nous sommes restés jusqu'au lendemain soir au pied de cette colline ou je consacrai mon temps à soigner et consoler ce chiot. Je m'attachai beaucoup à lui, il était vraiment adorable. Ceci couplé à mon affection pour les Pokémon canidé... J'avais très envie qu'il prenne la décision de m'accompagner, de devenir mon ami. Je n'osais pas le lui proposer moi même : le pauvre venait de traverser une si terrible épreuve je ne voulais pas lui en imposer une nouvelle. Mais je ne pouvais pas partir, le laisser sans être sur qu'il allait bien, qu'il irait bien, qu'il s'en saurait se débrouiller. Alors le deuxième matin :

« Je vais devoir partir. Est-ce que tout ira bien ? »

Après quelques secondes d'hésitations, la petite queue du Dynavolt s'agita. Je pris cela pour un oui, j'étais un peu rassuré mais toujours inquiet. C'était un véritable déchirement pour moi de le laisser là.

« Alors Koda et moi allons partir. Prends soin de toi, tu me manqueras. Au revoir »

Quelle surprise pour moi que ce soit si difficile. Je savais que ce n'était pas un au revoir mais un adieu. Les larmes débordèrent et tracèrent un chemin sur mes jours. Voir Koda lui faire un câlin du museau aggrava ma tristesse. Avec une dernière caresse, je me levai et reprenais ma route. Mais à peine eus-je fait dix mètres qu'un aboiement me fit me retourner : Dynavolt me suivait et me sauta dans les bras. Tombant à genoux, je l'attrapai et le serrait contre moi. Je ne pleurais plus de tristesse mais de joie. Lui et moi n'avions pas besoin de mots pour savoir que plus jamais nous ne laisserions quelque chose nous séparer. J'avais un nouvel ami et le torrent de bonheur qui m'envahissait était en crue.

J'ai décidé de l'appeler Rouky et c'est avec lui et Koda que je me dirigeai vers Fla'or bien décidé à rendre heureux cet adorable chiot.

_________________
Matao écrit ainsi et parle en bleu
K oda écrit ainsiet parle en Vert
avatar
Matao Kiyiya
Informations
Nombre de messages : 12

Fiche de personnage
Points: 3
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum