[ Clos ]Transition [Solo/Capture]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ]Transition [Solo/Capture]

Message par Sylver Belister le Ven 12 Jan 2018 - 20:26

Un an plus tôt, dans un cimetière de campagne non loin de la nouvelle Gilnéas…

« Je ne comprends toujours pas ce que nous faisons devant cette tombe. »


Layla me regarda avec le plus grand sérieux, ce qui ne lui ressemblait pas. D’ordinaire, ce type de situation où je montrais mon ignorance avait tendance à l’amuser.

« Lis ce qui est gravé et essaie de deviner ».


Akilina Astrova, morte il y a un peu plus de dix ans d’après la date. Un nom Mizuhanien. Qui n’appartenait pas à l’ethnie majoritaire de ce pays, mais typiquement mizuhanien… Après tout, Layla m’avait dit qui était pour elle celle que nous allions « voir ». Je ne comprenais tout simplement pas le rapport avec moi.

« C’est ton professeur. Tu l’as dit toi-même. Mais je ne vois pas en quoi ça me concerne ».


A ma grande surprise, j’arrivais plutôt bien à conserver mon calme. Peut-être justement parce que pour une fois, je ne sentais pas l’écrasante supériorité de ma geôlière. Elle attendait sincèrement quelque chose de moi, un déclic, une révélation que je ne pouvais pas lui donnait car la scène sous mes yeux ne m’évoquait rien. Si j’avais pu savoir ce qu’elle voulait m’entendre dire, je ne le lui aurais sans doute pas révélé d’ailleurs. Elle ne le méritait pas.

Ma réponse ne la satisfit pas mais elle ne chercha pas à relancer la discussion, ce qui ne lui était pas habituel. Où était donc passée la « maîtresse d’école » qui prenait plaisir à me chapitrer ?

Elle ne répondit rien, perdue dans ses pensées. Peut-être avait-elle une discussion intérieure avec Saki, sa Gardevoir qui se tenait à ses côtés ?
Finalement, lorsqu’elle reprit la parole à mon attention, sa voix était plate et son ton comportait une note bien audible de… Déception ? Elle me parla d’une voix calme, comme résignée :

« Je ne sais pas pourquoi j’ai voulu t’emmener ici au final. Quelle idiote j’ai été. Tu n’as ni mes pouvoirs, ni mes souvenirs. Tu ne l’as pas connue. Je pensais pourtant que cela produirait quelque chose en toi… J’ai perdu mon pari… »


En d’autres circonstance, entendre Layla admettre son échec m’aurait empli de joie perverse. Mais pas aujourd’hui. Elle semblait tellement sincère que je me sentais moi-même bouleversé tandis qu’une part de moi était toujours convaincue qu’elle préparait un nouveau coup tordu visant à me manipuler. Comme elle ne prenait pas la parole, je la relançai :

« Et alors ?
-Akilina… N’était pas seulement mon mentor. Elle était également ma mère ?
-D’accord… Mais pourquoi m’avoir fait venir ? Tu voulais présenter ton futur fiancé à son cadavre ? »


Ma blague morbide était tout à fait plate et déplacée et mon ancien moi aurait frémi d’horreur à m’entendre parler ainsi. Mais il était mort, je n’avais donc pas de souci à me faire. Et Layla m’en avait trop fait baver pour que j’ai envie de me montrer ne serait-ce que courtois avec elle. Pourtant, étrangement, ma plaisanterie la fit sourire et elle enchaîna là-dessus :

« Mon fiancé ? Je ne t’ai jamais vu comme mon fiancé Sylver ! Tu ne t’es jamais dit qu’il y avait une raison qui expliquait que je veillais comme ça sur toi au lieu de te malmener comme le font M et Greystone ? Cette femme n’est pas seulement ma mère Sylver. C’est aussi la tienne. »


Encore une entourloupe signée Layla…

« Je savais que tu ne me croirais pas si facilement. Ce n’est pas grave, grand frère, j’ai plusieurs manières de te prouver que je ne mens pas. Je pourrais directement transmettre mes souvenirs d’elle à ton esprit. J’en ai un d’elle qui justement explique toute la vérité sur cette histoire et qui t’es destiné mais peut-être qu’une simple explication rationnelle te suffira ? »

Du bluff. Rien que du bluff….

« Crois que je bluffe si ça t’amuse. A mon avis tu auras changé d’avis à la fin de ma petite histoire. histoire qui va remettre en cause tout ce que tu crois au sujet de ton cher père qui n’est pas le mien, j’en ai peur. Mais passons. Il test temps que tu en apprennes plus sur ta mère.
C’était une jeune guérisseuse et maîtresse de l’esprit très douée originaire de ce village. A ses vingt ans, elle décida de parcourir le monde pour tenter d’en soulager les souffrances le plus possible. Elle était assez idéaliste, dans sa jeunesse.
Ses voyages la menèrent à Flamen où elle rencontra un jeune et riche commerçant de ce pays pour qui elle eut le coup de foudre. Ce charmant jeune homme la mit enceinte, et un bébé naquit peu après. Il s’appelait Sylver Belister. Que t’a donc raconté ton père pour expliquer le départ de notre mère ? Tu ne l’as jamais connue ?


-Il m’a parlé d’une jeune paysanne Flamenoise qu’il avait séduite puis rejetée … dans son testament. Il voulait seulement un fils pour… Prolonger sa lignée…

-Eh bien, il a été plus honnête que ce que j’aurais cru. C’était presque ça, sauf que la paysanne n’était pas flamenoise. Une sécurité supplémentaire pour que tu ne retrouves jamais sa trace j’imagine. Encore que le vieux fou n’a pas eu le courage de t’avouer tout ça AVANT de retourner à Arcéus. Il ne voulait sans doute pas que tu remettes en cause son image et son modèle de père parfait. Ca a tout de même dû faire un choc au gentleman que tu étais d’apprendre la vérité, non ?


-Le passé est le passé et tu es bien mal placée pour donner des leçons en matière d’erreurs de jeunesse !

-Certes, certes. Malgré tout, ma mère a énormément souffert de t’avoir perdu. Elle avait l’interdiction de remettre les pieds à Flamen et ton père était assez puissant pour faire respecter cet interdit en graissant les bonnes pattes. Le puissant Seigneur Belister… Et s’il n’y avait eu que ça… Tu l’ignores peut-être mais Yuu, notre sœur, est maître de l’eau elle aussi. Comme moi.

-Tu es en train de me dire que nous avons la même mère, elle, toi et moi ?

-Exactement. Et je sais ce que tu es en train de penser. Dans ce cas, pourquoi Yuu n’a été élevée ni par ton père ni par notre mère durant son enfance ? La raison est très simple. Ton père était très satisfait de toi et deux après ta naissance, lorsqu’il a sans doute vu que tu étais un petit gamin lpein d’avenir, il s’est dit qu’il lui fallait absolument un deuxième fils pour te seconder et te succéder au cas où il t’arriverait malheur. Si tu connais les règles de ta famille, alors tu sais que c’est vrai. »

Oui. C’était vrai.

« Il a donc le plus naturellement du monde fait revenir de force sa première conquête à Flamen. Après le sale tour qu’il avait joué à Akilina, elle n’avait plus aucune envie de le revoir, comme tu peux t’en douter. Mais bien sûr, il ne lui a pas laissé le choix et l’a forcée à lui donner un héritier de remplacement. Cependant, tout ne s’est pas passé comme prévu. Notre mère est bien tombée enceinte mais elle a eu une fille. Comme ton père s’en désintéressait complètement, il l’a totalement délaissée. Notre mère, enfin libre de partir a donc confié au passage cet enfant dont elle n’avait jamais voulu à des paysans qui ont plus tard revendue ta sœur à des esclavagistes. Et comme ton père n’arrivait pas à avoir d’autres héritiers mâles, il s’est finalement rabattue sur sa fille aînée. Votre père était un beau salopard, pas vrai ?

Après ce viol, notre mère s’est jurée de se venger et de détruire cet homme et tous ses rejetons maudits. Tous sauf toi, car tu étais le seul enfant fruit de l’amour et non de la duperie ou de la souffrance. Toi, elle voulait te récupérer, t’arracher aux griffes de cet homme. Il est logique qu’elle ait donc rapidement passé un pacte avec l’homme qui voulait détruire la famille qu’elle détestait tant. En échange, elle n’a demandé qu’une chose : que tu sois épargné. Mais tant que ton père et toi étiez ensemble, tu aurais pu être tué lors d’une attaque. C’est donc à toi que ton père a pu survivre aussi longtemps.

-… Et toi dans tout ça ?

-J’ai trente ans et je suis née ici alors que notre mère commençait à vieillir et à perdre de sa puissance. Elle a alors souhaité avoir une continuatrice de son œuvre. Elle a ensorcelé et hypnotisé mon géniteur afin qu’il ne se souvienne même pas de m’avoir conçue. Elle l’a choisi selon deux critères : son intelligence et la puissance de sa maîtrise. Lui aussi était originaire de Gilnéas, lui aussi a péri lors de l’attaque de Mewtwo. Mais je m’en fiche pas mal. Notre mère m’a appris tout son art et elle m’a transmis sa mission sacrée. C’est pour ça que je t’ai protégé. Je n’ai aucun désir charnel envers toi ! Tu es un peu trop vieux !

-… Et le rajeunissement de mon corps ?


-Un souhait de notre mère. Comme elle était désormais trop âgée pour bien te connaître, qu’elle ne pouvait pas appliquer cette technique extrême de guérison sur elle-même et que je ne la maîtrisais pas à l’époque de sa mort, elle m’a demandé de te le faire afin que tu puisses vivre encore quelques années en compagnie de ta véritable famille. C’est-à-dire moi !


-Et Yuu alors ? Elle aussi c’est sa fille ! Ma mère voulait l’éliminer parce qu’elle est le fruit d’un viol ?

-L’éliminer ? Non. Ne plus la revoir lui suffisait amplement. Ne plus jamais revoir le souvenir de ce viol.


-Dans ce cas pourquoi l’avoir attaquée ? Notre mère était morte depuis plusieurs années lorsque tu t’en es prise à elle ! Cet excuse ne prend pas !

-M’en prendre à elle ? Mais je ne lui ai pas fait le moindre mal !

-QUOI ? Le manoir détruit, les terres brûlées, sa cécité… Ce n’est pas lui faire du mal ça ?

-Crois-le ou non mais je ne lui ai rien fait. La seule chose que j’ai faite, c’est rajeunir son corps à elle aussi.

-Et pourquoi tant de bonté ? »

Il y eut un silence. Puis :

« Ma mère et moi n’étions pas d’accord sur le sort de Yuu. Elle ne voulait plus en entendre parler, mais moi j’estimais qu’elle méritait mieux que la vie qu’elle avait eu. Elle n’avait pas choisi de devenir esclave, ni d’être la fille d’un salaud. Donc je lui ai offert une chance de tout recommencer.

-En perdant la vue, pour que les choses soient plus faciles pour elle ?

-A la base, mes hommes devaient simplement la capturer, me la livrer, puis la lâcher dans la nature une fois mon opération terminée. Sa cécité et le viol qu’elle a subi ne faisaient pas partie de mes ordres…

-Oui, parce que toi tu ne voulais que son bien. Tu es d’ailleurs une bienfaitrice de l’humanité bien connue ! »

Je visage de Layla se ferma malgré ma colère évidente, et elle me répondit d’un ton très froid :

« J’ai fait exploser la cervelle de ces connards de l’intérieur, très, très lentement pour qu’ils puissent profiter du spectacle avant de mourir une fois qu’ils sont revenus à moi. Ca te va comme punition ou tu penses que tu aurais pu faire mieux ? Tu veux voir les images peut-être ?


-..."

Elle inspira un grand coup, se calma puis reprit:

« Sers-toi de ta tête. Je t’ai prouvé que je gardais en permanence un œil sur Yuu. Elle est maligne, mais je t’assures que je suis actuellement bien plus puissante qu’elle. Alors dis-moi POURQUOI je ne l’ai pas achevée alors que j’en avais la possibilité. J’ai eu une bonne centaine d’occasion d’en finir avec elle. Mais je ne l’ai pas fait !

-Pas même la fois où tu as envoyé Greystone la tuer ?

-Un simple test. Je savais que notre sœur était bien trop futée pour ce gamin attardé. Il lui a donné du fil à retordre, c’est vrai mais elle s’en est sortie sans dommages. D’ailleurs je lui ai fait savoir que c’était un test. Elle m’a prouvé qu’elle savait se défendre seule… Contrairement à toi ! »

Cette remarque piqua mon orgueil :

« Pardon ? J’ai surmonté un bon paquet de dangers pendant mon voyage, et ce malgré mon âge ! Puisque tu suivais apparemment tout de loin, tu as dû t’en rendre compte.

-Oui. Tu as aussi juré de te venger au début de ton voyage. Un désir de vengeance qui n’a tenu que quelques jours au final. Tu n’as jamais voulu te venger Sylver. Ce que tu voulais, et tu le sais, c’est protéger ta famille. Tu as plutôt bien mené ton enquête compte tenu de l’absence totale d’indices que Talysman avait laissé. Tu as même deviné que ton père était la cause de cette colère et tu es remonté jusqu’à ta demi-sœur à Seian. Oui, je sais pour elle aussi. Et qu’est-ce que tu as fait ?. Es-tu seulement aller la prévenir ? Non. Tu as eu peur de t’être trompé, de passer pour un fou. Tu n’étais pas prêt à te battre pour sauver les tiens. Pas prêt à agir. Et sans mon intervention, tu te serais fait tuer tôt ou tard sans avoir rien accompli. Car pour le moment, tu n’as RIEN accompli ! Tu n’es plus au chaud et en sécurité dans ton manoir ! Tu es perdu dans la nature sauvage et tu as une mission : sauver ceux auxquels tu tiens ! J’estime t’avoir donné les moyens d’y parvenir avec ma petite opération et tout ce que je t’ai fait subir en un an. J’ai fait ce que je jugeais bon pour toi et ce que notre mère aurait voulu. Maintenant tu es paré pour faire des choses. Et tu connais la vérité. J’imagine que rejoindre ma cause ne te tente toujours pas ?

-Non. Tue-moi si ça te chante. »

Je n’avais aucune envie d’accepter, mais je savais aussi très bien que je ne faisais pas le poids contre elle. Si elle m’attaquait maintenant, je périrais.

« Non. Pas aujourd’hui. Je te laisse partir.

-…Pardon ?

-Tu m’as bien entendue. Tu es libre Sylver Belister. Libre de t’en aller, libre de revenir à la vie. Plus de pseudonymes, plus de faux-semblants. M m’a confirmé que tu étais proche de devenir un Elemancien, ce qui prouve que tu as de quoi te défendre.


-… Donc tu vas m’aider ? »

Layla éclata d’un rire sans joie.

« Non. Bien sûr que non. Tu comprends maintenant, je l’espère, pourquoi j’ai une raison toute particulière d’éradiquer ta famille, mon frère. Yuu et toi serez les seules exceptions. Je ne suis pas ton alliée Sylver. Je suis ta sœur, et jusqu’ici, j’ai été ta protectrice. Mais lors de notre prochaine rencontre, tu te doutes que nous serons dans des camps opposés. Tu as donc tout intérêt à te préparer. A présent, pose ton sac sur le sol ! »

Réfléchissant toujours aux multiples implications de ses paroles, j’obtempérais sans rien dire. Elle me lança alors une bourse que j’attrapai au vol. Elle était remplie de pièces d’or. Elle reprit :

« Une bourse pleine et un Pokémon. C’est tout ce que tu auras pour ton nouveau départ. Et pour te pousser à progresser, je te lance un défi. Je te laisse trois ans pour retrouver tes Pokémon et les sauver. Sans quoi je les tuerai moi-même. Le délai est long mais Erasia est vaste. A présent Saki va te téléporter dans la ville de ton choix, ; où tu auras tout loisir de commencer ton enquête. Sans indices bien sûr. Oh et une dernière chose ! »


Elle sortit de son propre sac une fiole vide et un couteau. Elle s’entailla le bras puis remplit le récipient avec le liquide qui sourdait de la blessure.

« Ta sœur est alchimiste et comme je l’ai rajeunie, on lui donne à peu près 15 ans. Si tu la trouves, fais-lui analyser cette fiole de mon sang. Elle confirmera que nous sommes apparentés, si je ne t’ai pas convaincue jusque-là. Alors ? Où veux-tu aller ? »


Je réfléchis quelques instants puis soufflai un unique mot :

« Alfen ».

Ma vision se brouilla, puis s’obscurcit.

***

Layla m’avait dit la vérité. Je le sentais. Et ses explications se tenaient. J’en savais désormais plus sur ses motivations à défaut de connaître celles de son chef. Mais pour le moment, ceci n’était pas mon souci principal. Pour retrouver mes Pokémon à temps, j’allais avoir besoin d’aide. Et je connaissais quelqu’un qui accepterait de m’aider. J’ignorais la localisation de Yuu et j’avais autant de chance de la trouver elle que de trouver mes Pokémon, sauf qu’elle n’était pas menacée. Layla y veillerait et Yuu savait se défendre. Ma priorité était donc mes Pokémon…

« On va où ? » me demanda Lucy alors que j’avançais dans les rues de la capitale, perdu dans mes pensées.

-Au temple de l’air Boréal.

-Et c’est loin ?

-Plusieurs jours de marche.

-Mais… Pourquoi t’as pas demandé à être transporté plus près ?

-Parce que je ne veux pas qu’elle sache exactement où je vais.

-Ah d’accord… »


Qu’avais compris Lucy de toute mon histoire familiale ? Qu’(en pensait-elle ? Son avis m’importais peu à partir du moment où elle ne me considérait pas comme un homme ignoble qui était le fils d’un salaud et refuse de m’aider. Soudain, une pensée me fit tressaillir : si Layla avait décidé de m’espionner à travers les yeux de Lucy, alors toutes mes précautions étaient vaines…

***

Il me fallut presque quinze jours pour atteindre le temple à pieds. Elle était dans ce bâtiment. Je le savais. Je parcourus donc en long en large et en travers toutes les salles de l’édifice accessibles aux visiteurs -soit la quasi-totalité des salles du complexe. Comme les salles interdites aux non initiées l’étaient aussi aux Pokémon, j’étais certains qu’elle ne se trouvait pas dans les étages inférieurs après deux jours de recherches. Il était possible qu’elle soit partie, mais il me restait encore un lieu à fouiller : les étages supérieurs, inaccessibles à ceux qui ne possédaient pas de Pokémon volant.

Au matin du troisième jour, je me retournai donc au hall du temple. Il me restait une dernière carte à jouer. Je demandai donc à Lucy :

« Va dans les derniers étages, ceux où il n’y a pas d’escaliers. Dis à tous les Abra que tu croises que Sylver se trouve dans le hall. Une de ces Abra devrait réagir à cette phrase et revenir ici. Tu pourras alors revenir toi aussi. S’il te plait. »

La bougie sourit parce que j’avais été poli avec elle, puis elle s’éleva dans les airs. Les minutes passèrent. Deux heures plus tard, une Abra se téléporta devant moi. Son regard était tout aussi inexpressif que celui de ses semblables, mais ses pensées, qu’elle me transmettait, montraient qu’elle était bouleversée, voire choquée.

« Que… Qu’est-ce qu’ils t’on fait ? »

Je la laissais accéder à tous mes souvenirs, comme je l’avais fait avec Lucy un peu plus tôt. Pour que mes Pokémon puissent m’aider, il leur fallait comprendre pourquoi je me battais. Devant mon horrible histoire, la jeune Abra eut les larmes aux yeux – qui demeuraient fermés – et se précipita sur moi. Je la pris alors dans mes bras. Lucy nous rejoignit en passant par le plafond, et se joignit à notre étreinte. Cela faisait des années que je n’avais pas enlacé mes Pokémon.

***

Il m’a fallu un an pour retrouver le début d’une piste – bien incertaine – sur la localisation de mes Pokémon. J’ai pu compléter ma maîtrise des flammes. Abra Lucy et moi avions passé l’année passée entre Alfen et ce temple et je m’étais débrouillé pour survivre avec l’argent donné par Layla en devenant marchand – et à l’occasion conteur – itinérant. Je n’avais trouvé aucune piste concernant Yuu mais il me fallait retourner à Tarouga pour suivre la piste de mes Pokémon. L’arrivée de la guerre entre Nalcia et Mizuhan me força à précipiter mes plans. Je n’étais pas tout à fait prêt mais tant pis. Il était grand temps de repartir.

Lucy et l’Abra, qui s’appréciaient semblèrent heureuses le jour où je leur annonçais notre départ. Elles connaissaient les risques mais avaient choisi de m’accompagner. Elles manquaient de puissance mais elles aussi apprendraient en chemin. Il était temps pour moi de passer à l’action.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1966

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 58 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum