Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Bayel Clonbork le Jeu 29 Mar 2018 - 21:12

Le Nord était inaccessible à cause des combats entre les deux nations, ce qui était plutôt étrange étant donné que Nalcia et Mizuhan avaient jusqu’à maintenant, exercé une politique pacifique. De ce fait, cela entravait la progression de beaucoup de voyageurs ; les jeunes guerriers comme dresseurs avaient eu la malchance d’arrivée sur les terres nalciennes en espérant affronter les champions locaux ou bien en apprendre plus sur la maîtrise de l’Air. Pour Bayel, c’était plus que contraignant ; normalement il aurait dû se rendre sur le champ de bataille étant donné son « faible » galon, du moins participer aux combats pour honorer son pacte avec sa nation mais il n’avait reçu aucune missive, ni même de l’armée terrosienne comme une lettre de sa famille. Pour le coup, il avait songé à un coup de Miano, qui lui aurait secrètement caché la fameuse lettre l’obligeant à retourner sur Terros mais non. D’ailleurs, avec toute cette histoire, il n’avait même pas eu le temps de lui soutirer des informations sur Vajra ! Quelle perte de temps oui !! Se sentant fautif de ne pas être sur les champs de bataille, Bayel avait pris son sac de voyage et avait entrepris de regagner les terres de son pays natal mais évidemment, personne n’irait s’aventurer dans le Nord compte tenu des intempéries et des combats qui continuaient sur les côtes. En suivant la Mélopée de la Nymphe, Bayel espérait trouver un bateau qui pourrait faire la transition entre les deux pays… Et puis un jour en fin d’après midi, il s’arrêta et osa regarder derrière lui. Il ne voyait pas grand-chose à par les montagnes environnantes et la flore impressionnante mais il songea au Nalcien : pourquoi n’était-il pas parti défendre son pays ? Même si le gris était présent, n’avait-il pas des obligations ? Finalement, Bayel ne savait pas grand-chose de ce type si ce n’était le fait qu’il ait fait parti de Vajra quand cette dernière était encore en fonction…

Lors de son voyage, Bayel pris la peine de ses liens avec ses Pokémon, notamment Melanya et Go-rha vu qu’ils allaient faire un bon bout de chemin ensemble maintenant, autant bien s’entendre. Malgré une première approche honteuse, le Scalproie appréciait de plus en plus la compagnie du garçon et notamment leurs entraînements ensemble. De son côté, la chienne préférait rester sur un plan affectif plutôt « amical » que de commencer à montrer des expressions et gestes trop expressifs. Après tout elle ne connaissait cet humain que depuis peu et bon, même si aux premiers abords il semblait différent des braconniers, il en restait pas moins un humain qui pouvait changer brutalement. Sur le dos de Guesserith qui commençait à bien s’acclimater de son statut de monture, Bayel aperçut enfin Eternara, la ville du Sud ! D’un mouvement du pied, le gris ordonna à sa Brutapode de descendre la colline. Malgré les conflits dans le Nord, la ville semblait encore active mais la milice était bien plus présente qu’à l’accoutumée et Bayel dût passer un point de contrôle ; il eut extrêmement de mal à avoir l’accès à la ville étant donné sa nationalité. Il pouvait très bien être Terrosien et vivre ici ! Un peu agacé, le gris se fraya un chemin parmi la foule qui stagnait dans les rues (évidemment il avait fait rentrer Guesserith dans sa sphère). Son but premier était de trouver le port et essayer de trouver un bateau qui partirait pour Terros.

Perdu dans le mouvement de foule, Bayel se retrouva sur une place, visiblement située au centre de la ville, avec une impressionnante statue d’un Draco d’or. Le garçon ne put s’empêcher d’être émerveillé devant cette merveille et fut malheureusement bousculé parce qu’il se trouvait sur le passage. Il aurait pu pester en temps normal mais vu la situation et sa chance d’avoir pu entrer dans la ville, il préféra s’abstenir. Il était préférable de pester sous silence. Aussi le gris se décala pour éviter d’être à nouveau bousculer et se mit à chercher du regard une éventuellement allée vers le port mais lorsqu’il se retourna, malheureusement il bouscula quelqu’un.

« Oh pardon ! »

Il n’avait clairement pas fait attention, à tourner autour de lui-même en essayant de trouver la bonne voie. Rapidement, les regards se tournèrent vers lui et la personne qu’il avait bousculée, comme si on le jugeait. Et c’était le cas ! D’ailleurs, deux miliciens nalciens vinrent à la rencontre du jeune homme et de la jeune femme qu’il avait renversé sans le faire exprès.

« Un problème ? déclara l’un d’eux de sa grosse voix en regardant sévèrement le terrosien.

- Encore toi ? lança le second, tu as eu la chance de rentrer à Eternara, et tu cherches les embrouilles ?! »

Bayel n’eut clairement pas le temps de s’excuser auprès de la personne ou même de s’expliquer que ça y est, on jasait autour de lui. Le gris voyait bien tous ces regards tournés vers lui mais aussi ces murmures dans la foule. Sérieusement, c’était la guerre ok mais pas entre Nalciens et Terrosiens, si ? Enfin franchement, il ne l’avait pas fait exprès ! L’un des gardes s’empressa de prendre Bayel par le bras tandis que son collègue l’inspectait. Pouvait-il espérer quelque chose de la foule pour le défendre ?

[ Hrp : j’espère que cette entrée en matière t’ira ^^ du coup, je te laisse choisir si tu as été la personne que Bayel a malencontreusement poussée ou si tu es une personne de la foule (qui voudrait le défendre ? *yeux remplis d’étoiles* XD ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 3
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Jiyuu le Sam 7 Avr 2018 - 19:12

La jeune fille avançait silencieusement, aux côtés de tous les réfugiés qui fuyaient le nord du pays. Après ses mésaventures aux cimetières de Donphan, Jiyuu avait voulu rejoindre son village natal pour avoir une discussion avec son père sur ses trouvailles, mais les intempéries et les combats qui régnaient dans cette région ne lui avait pas laisser la possibilité de les retrouver. En tant que maître du climat, on lui avait suggéré d’aider à contrer les violentes tempêtes qui tenait en otage une partie de la nation, mais elle avait fini par refuser. Non seulement considérait-elle que ce n’était pas le devoir d’un maître de lutter contre l’état naturel des éléments — si anormal que paraissait l’orage — mais elle ne voulait pas se retrouver au milieu d’une guerre avec un pays voisin. Elle ne supportait ni l’idée de prendre une vie, ni celle que quelqu’un puisse donner la sienne pour elle. De plus, elle avait d’autres choses à faire, des choses importantes.

À court d’options, elle avait gribouillé une missive à sa famille ; sa mère lui avait répondu qu’ils s’étaient réfugiés dans le temple voisin, et qu’en tant qu’institution religieuse, ils étaient — plus ou moins — en sécurité. Cela avait un peu réconforté la fille, qui espérait juste que les ennemis de la nation ne seraient pas lâches au point de s’en prendre à des civils qui avaient simplement cherché un asile neutre pour échapper aux batailles.

Jiyuu avait ensuite hésité entre rejoindre Alfen ou Eternara, pour trouver un bateau qui pourrait la conduire vers Terros. Elle se doutait que la tâche serait ardue dans ce contexte, et avait donc préféré tenter de s’éloigner au maximum du conflit — suivant les conseils de sa parente — et de se diriger vers la ville du sud. Elle était plus proche de l’océan et possédait de ce fait un vrai port, et était moins politiquement impliquée que la capitale, ce qui, elle espérait, lui laisserait plus d’opportunités pour quitter le pays. Au pire, elle lui permettrait de rejoindre la Ligue, a proximité, pour trouver un passage vers le pays de la terre.

Elle n’avait pas été la seule à avoir eu cette idée, et s’en était rendu compte assez rapidement. Les chemins étaient noirs de réfugiés, et même Payan, qui était pourtant un village assez posé en temps normal, semblait submergé par les événements. Elle n’y séjourna pas longtemps, voulant à tout prix avancer dans sa quête. Finalement, elle arriva à la cité, comme des milliers d’autres. Ne connaissant pas la ville, elle tenta de demander son chemin vers le port à de multiples personnes, mais les gens ne l’aidèrent guère ; la plupart étaient tout aussi perdus qu’elle, et ceux qui l’étaient point étaient furieux par l’état de leur bourgade et ne voulait même pas adresser la parole aux « étrangers ».

Elle finit par arriver sur ce qui semblait être une des places centrales de la cité, dominée par une large statue en or d’un beau Draco. Elle eut à peine le temps de la contempler que la personne devant elle se retourna brusquement en la bousculant ; cela surprit la jeune femme qui se retrouva par terre sur les fesses avec un Ouille ! Avant même qu’elle ne puisse accepter les excuses du garçon, qui semblait tout à fait sincère, deux policiers s’étaient avancé vers lui, avec un air fort peu sympathique. La Nalcienne devinait qu’avec toute cette agitation les pauvres devaient être sur les nerfs, mais ce n’était point une raison pour réagir au quart de tour comme ils le faisaient. Avant que cela ne dégénère, Jiyuu s’empressa de se relever — utilisant naturellement sa maîtrise pour se remettre sur ses pieds — et s’interposa entre le pauvre homme et la milice.

Ce n’est rien tout va bien, se dépêcha-t-elle d’expliquer. J’ai hum… voulu lui jouer un tour et cela l’a fait sursauter, rien de plus, c’était ma faute, tenta-t-elle, voyant le regard sévère des autres.

Si cet homme vous importune… commença un des gardes en zieutant l’autre, faisant comprendre à Jiyuu que ce n’était probablement pas la première fois que les deux se croisaient.

Oh non du tout ! raconta-t-elle rapidement, puis elle glissa sa main dans celle de son « agresseur », et se rapprocha de lui. C’est mon petit-ami, tout ceci n’est qu’une mauvaise blague qui a mal tournée…

Les deux hommes armés hésitèrent un moment, se lancèrent un coup d’œil, puis se retournèrent en lançant une menace de ne pas causer d’embrouille « ou sinon… »

Désolée, dit Jiyuu après que le type soit hors de vu, se dépêchant de relâcher son étreinte et de restaurer un espace correct entre eux — dans la mesure du possible considérant la foule. Elle se passa nerveusement la main dans ses cheveux blancs, incertaine de ce qu’elle devait faire maintenant. Peut-être reprendre son chemin comme si de rien n’était était la meilleure des choses à faire, considérant que finalement elle ne savait rien sur cet homme, et qu’elle venait de l’aider à échapper à la police en leur mentant. Elle avait agi d’instinct — à son habitude — mais se mit à se demander si justement ce genre de situation ne rentrait pas dans la catégorie des « réfléchir avant d’agir » que son père avait toujours tenter de lui expliquer.


Voilà, comme ça elle sera un peu des deux ! x)

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 126

Fiche de personnage
Points: 70
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Bayel Clonbork le Mer 11 Avr 2018 - 19:23

Lui qui aurait voulu quitter le pays en toute discrétion, c’était fichu. Même si les peuples étaient irrités par cette guerre soudaine entre les nations alliées, ce n’était pas non plus une raison pour s’en prendre aussi brutalement à un étranger ? Bayel tenta de faire valoir ses droits en tentant de repousser le garde Nalcien qui avait pris son bras en « otage » mais c’était peine perdue et cela pourrait attiser les colères encore. La meilleure des choses dans ce genre de situation serait de s’expliquer au poste de police de la ville, si on voulait bien l’écouter ! Puis il lâcha un râle quand le second s’empara de son arme pliée mais aussi de sa sacoche de voyage. De quel droit prenait-il plaisir à prendre les affaires d’autrui lui ?! Alors que Bayel allait tenter une nouvelle tentative, plus violente cette fois-ci pour s’extirper de là, la demoiselle qu’il avait accidentellement bousculée s’était interposée entre eux. Elle prit rapidement la défense du terrosien, avait-elle sentit que quelque chose de « grave » allait se passer si personne n’intervenait. S’en suit un petit échange entre elle et le milicien quand soudain, Bayel sentit une main se glisser dans la sienne. Il réalisa bien vite qu’il s’agissait de la jeune femme qui prenait sa défense en le faisant passer pour son petit ami. L’un des hommes se pencha vers le terrosien, histoire de voir si tout ceci était bien vrai. Bayel rougit légèrement et lâcha un pauvre « oui, c’était juste pour rire… ». Comme si c’était le moment de faire ce genre de blague… Les deux miliciens s’échangèrent un regard avant de rendre les affaires du garçon et quitter les lieux. Progressivement, la foule se dispersa et il était plus facile de respirer.

N’étant plus sous « haute surveillance », la demoiselle lâcha la main du jeune homme et s’empressa de prendre une certaine distance entre eux, suffisante pour éviter d’éveiller de nouveaux soupçons. D’habitude, il ne s’intéressait guère à ça mais cette jeune femme venait de lui sauver du temps ! Aussi, il se permit alors de l’observer pour se rendre compte qu’il s’agissait d’une ravissante demoiselle et vu ses habits, elle était sûrement de la région.

« Ce n’est rien… Merci de m’avoir défendu. » commença-t-il en lançant des regards vers la foule. « Cet endroit n’est pas très bien pour stationner. » remarqua-t-il à cause du monde qui ne cessait de circulait sur la place (et il n’avait pas spécialement envie que les gardes lui retombe dessus encore). « J’étais en quête du port, peut-être savez-vous où il se trouve ? »

Bayel osa lever ses yeux de la jeune femme pour regarder autour de lui. Il reconnut quelques personnes qui avaient chuchoté lorsque les deux miliciens lui étaient tombés dessus. Peut-être qu’il adoptait une attitude trop « courtoise » pour un petit ami et que cela pourrait leur attirer des ennuis futurs. Et franchement, le gris n’avait absolument aucune envie qu’on l’emmène au poste de police parce que justement, il avait menti, lui comme elle d’ailleurs. Cette innocente demoiselle pourrait, elle aussi, avoir des ennuis pour avoir « protégé » le terrosien. Essayant de ne pas paraître trop brusque, le garçon prit la jeune femme par le bras de façon « familière » afin de prendre une direction quelconque. Ils devaient fuir cette place et tous ces regards sur eux.

Le gris entreprit de marcher le plus vite possible malgré la surpopulation de la ville en cette triste et douloureuse période. Mais ce n’était pas pour autant que Bayel en oubliait la courtoisie en évitant que sa sauveuse ne se fasse bousculer ou qu’il ne la perde.

« Désolé, j’ai trouvé que la fuite serait un meilleur moyen pour éviter d’autres ennuis. Allons dans un endroit plus calme, histoire qu’on puisse nous oublier quelques temps… »

Bayel tourna son regard sur sa gauche et vit une sorte de restaurant ouvert sur la rue dont des places étaient libres. Ni une ni deux, il fit s’assoir la demoiselle et prit place à côté, sur le bar où les repas étaient servis. Essoufflé par cette sensation d’avoir été suivi, il passa sa main sur son visage et ne manqua pas de soupirer quand soudain un serveur, derrière le bar, les questionna sur leur menu à prendre.

« Votre menu du moment. Deux plats s’il vous plait. » et lorsque le serveur partit, il se tourna vers la jeune femme qui devait être tout apeurée. « Quoi de plus « naturel » que d’inviter sa compagne au restaurant ? » déclara-t-il en souriant puis il reprit son sérieux. « En fait, j’ai bien peur que notre petit mensonge ne passe. Ils ont vu que j’étais un Guerrier et même si je suis de nationalité Terrosienne, j’ai bien peur qu’ils ne me laissent tranquille avant un long moment. Et cela m’embêterait qu’il vous arrive quelque chose par ma faute. »

On vint les servir. Le fumé qui se dégageait du plat donnait envie et mine de rien, Bayel avait faim avec toute cette agitation. Il fit signe à son amie qu’elle pouvait manger, que le repas lui était offert en dédommagement. Bon, ce n’était sûrement pas le meilleur restaurant de la ville mais en ce temps de crise, pouvoir manger ici devait représenter un luxe pour ceux fuyant leur pays. Et franchement, un peu de repos cinq minutes, cela faisait tellement du bien !

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 3
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Jiyuu le Jeu 10 Mai 2018 - 20:58

Jiyuu esquissa un petit sourire aux remerciements du jeune homme, un peu rassurée. La politesse n’était pas un trait de caractère très présent chez les mécréants, et cela diminuait donc les chances qu’il en soit un. Quand il demanda la direction du port, elle oublia à nouveau ses craintes et les rapides élans de prudence qu’elle avait eu plus tôt, pour à nouveau se fier à cet étranger comme si elle le connaissait depuis toujours.

Je ne suis pas d’ici, s’empressa-t-elle de répondre, mais je suis également à la recherche d’une navette qui…

Elle s’interrompit quand elle vit son interlocuteur regarder autour de lui de manière un peu agitée, et remarqua aussi les passant qui leur faisait les gros yeux et les messes basses. Le garçon l’avait bien dit, ce n’était pas vraiment le meilleur endroit pour stationner. La Nalcienne fut légèrement surprise lorsque son désormais nouvel allié lui saisit le bras, mais ne dit rien et se laissa conduire, confiante qu’ils allaient trouver un endroit tranquille où ils pourraient mettre en place une stratégie pour découvrir cette si curieuse cité ensemble. Quand il s’excusa à nouveau, le sourire de la fille s’étira encore. Ne vous en faites pas, je ne suis pas une grande adepte des foules de la sorte, expliqua-t-elle en suivant son rythme. Elle regretta l’instant d’après de l’avoir vouvoyé — ce n’était pas ainsi qu’on s’adressait à un proche en général — mais effaça la pensée en se promettant d’être plus désinvolte dans leur prochain échange.

Ils s’arrêtèrent brusquement à un restaurant un peu à l’écart de la grande place, et Jiyuu se lécha les babines à l’odeur qui se dégageait du snack. Elle remarqua qu’ils n’étaient pas les seuls à être installés, mais malgré le monde ils avaient réussi à trouver des places sans soucis. La jeune fille ressentit un élan de tristesse pour le reste de réfugiés, probablement affamés mais trop pauvres pour se payer même un simple repas. D’autant plus que le prix des vivres avait augmenté, la guerre avait tendance à créer ce genre de pénuries. Son ventre se mit à grogner quand son guide commanda à diner, lui faisant se rendre compte à quel point elle était affamée aussi.

C’est fort aimable de ta part, répondit-elle, avec un petit sourire moqueur à son invitation. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas mangé un vrai repas, je ne m’étais pas rendu compte à quel point cela pouvait me manquer.

Il lui détailla ensuite les raisons pour lesquelles il avait été interpelé plus tôt, mais la femme ne se laissa pas impressionner par ses « excuses ». Si ton seul crime est de te promener avec une arme, alors ils n’ont pas le droit de te reprocher quoi que ce soit, vu qu’ils font de même, détailla-t-elle calmement, faisant comprendre qu’elle ne s’inquiétait ni pour lui, ni pour elle. Ils sont sur les nerfs à cause de cette guerre, et cherchent juste à protéger les pauvres réfugiés de ceux qui veulent tirer avantage de leur situation ; si tu n’es pas de ceux-là, ils finiront par s’en rendre compte et te laisseront tranquille. Sa vision du monde était très naïve, mais le garçon pourrait au moins la rejoindre sur un point : s’il n’avait rien à se reprocher, il n’avait pas de raison d’agir de manière suspecte et d’attirer les soupçons sur eux.

Je m’appelle Jiyuu, je suis originaire du nord de ce pays. Je peux te demander quel est ton nom si ce n’est pas trop indiscret ? enchaîna-t-elle, dans une tentative de mettre le garçon plus à l’aise. S’il prenait le temps d’apprécier son repas et d’entretenir une conversation normale avec elle, les gens autour finiraient bien par se mettre en confiance par sa présence. En tout cas mon amoureux, tu as de très bons goûts, ce plat est délicieux ! s'amusa-t-elle quand les plats furent servis.

Elle prit le temps de déguster son repas un peu, avant de se lancer à nouveau dans le vrai cœur du sujet. Comme je tentais de te répondre plus tôt, je ne connais malheureusement pas cette ville, mais je suis également à la recherche du port pour me rendre sur l’autre continent, énonça-t-elle, en laissant un peu volontairement de côté la racine de son intérêt pour les autres pays — elle n’avait pas de raison de le cacher, mais elle n’était pas certaine d’être capable de l’expliquer sans paraître dérangée. À deux, on aurait probablement plus de chance de trouver un vaisseau qui veuille bien de nous ? Pour ne rien cacher, je ne pense pas que ce sera une tâche facile, je crois que nous ne sommes clairement pas les seuls à vouloir fuir le pays, conclut-elle en lançant un coup d’œil par-dessus son épaule, vers les centaines de réfugiés qui se promenait plus loin dans la place.

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 126

Fiche de personnage
Points: 70
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Bayel Clonbork le Lun 21 Mai 2018 - 18:32

La masse humaine ne faisait qu’augmenter, c’était comme si toutes ces personnes s’étaient rassemblés exprès dans cette ville ! Il était normal que par moment on puisse entendre des cris de détresse, de colère… Les réfugiés s’étaient rassemblés et se mêlés dans la foule, les voleurs étaient sûrement courant. Ils profitaient de la détresse des habitants et autres voyageurs pour leur gagne pain. C’était une triste réalité. Mais en plus, cette cité donnait sur l’Océan et permettait de faire le lien avec les autres pays ! Evidemment pas pour Mizuhan songea le gris. De toute façon, ce n’était pas sa destination et vu la quantité de gardes à l’entrée de la ville, les passants étaient très vite triés ! Bayel avait eu de la chance que pour les Terrosiens, ce soit accepté mais le garçon était fiché maintenant et avec ce qu’il venait de se passer, pourra-t-il seulement avoir l’autorisation de quitter Eternara ? En attendant leur commande, Bayel jeta des regards par-dessus son épaule quelques secondes avant de reporter son attention sur la demoiselle qu’il avait « invité » (et il ne lui avait même pas laissé choisir son plat, ingrat !) – quoique, vu les circonstances, les menus étaient très limités dans les restaurants compte tenu que la plupart des voies commerciales étaient arrêtées à cause des guerres.

« Par chance, j’ai pu être logé et nourri pendant mon séjour à Nalcia. » sur le coup, Bayel se demanda si c’était réellement de la chance d’avoir rencontré Miano, ce garçon était pleins de mystère et un peu dérangé par moment. « Tu as certainement raison, mais il faudrait que quelqu’un, d’une autre nationalité, fasse une faute grave dans cette cité sous tension et cela pourrait nous attirer des ennuis. Mais bon, je vais éviter de penser négatif et profiter de ces quelques instants de répit. » termina-t-il en lui souriant.

On vint leur apporter leur plat bien chaud. Ce n’était pas une spécialité typique ou un plat très garni mais cela avait le mérite de pouvoir remplir l’estomac (et cela faisait grand bien de manger quelque chose de chaud que des aliments séchés ou froids). Bayel n’allait pas faire le difficile étant donné la situation critique du monde erasien. Alors qu’il s’apprêtait à plonger son couvert dans le plat, la demoiselle vint lui demander son nom, ce qui était logique après tout, étant donné qu’ils allaient passer un peu de temps ensembles. Mais la suite aurait presque pu l’étouffer, aussi il se reprit en toussotant légèrement, pour éviter d’attirer l’attention des consommateurs et la remercia.

« Bien sûr ! Je m’appelle Bayel et je viens de Terros, d’Omashu. » le plat était succulent mais chaud, ce qui demandait d’attendre ou de souffler dessus à chaque bouchée pour éviter de se faire brûler. « Généralement, les lieux importants sont annoncés, donc oui, on devrait pouvoir y arriver. » continua-t-il, appréciant ce repas bien chaud. « Mais il faudra être vigilent, des réfugiés sans le sous voudront sûrement s’inviter sur les navires et cela peut souvent causer des problèmes. »

Inutile de lui en rajouter une couche. Mais la prochaine étape pourrait s’avérer délicate. Suivant le geste de son amie spontanée, Bayel vit dans la rue de nombreux réfugiés dans de piteux états. Si l’un d’eux entraient en contact avec les deux jeunes gens, cela pourrait leur causer du tord et leur échappatoire pourrait leur filer sous le nez. Bayel n’avait pas spécialement envie de s’éterniser sur le continent Nalcien et encore moins qu’on le prenne pour un fuyard parce qu’il n’avait pas participé au lancement des assauts, faute de ne pouvoir quitter le sol Nalcien.

Puis son attention se reporta sur Jiyuu et il s’excusa de l’inquiéter encore. Car après tout, il était fort possible aussi que tout se passe bien, hein, il ne fallait pas forcément voir le négatif partout ! Sous prétexte que Bayel se faisait une opinion un peu trop péjorative des réfugiés, mais ça c’était parce qu’il n’aimait pas voir ces visages désespérés… Il reporta ensuite son regard sur son plat et le dégusta avec délice car un tel plat ne lui serait proposé sur le bateau. Vivement qu’il regagne Terros, sa patrie…

À la fin du repas, on leur proposé un thé. Un vrai délice puisqu’il avait été sucré comme il fallait. Bayel paya les deux plats auprès du gérant et retourna aussitôt près de Jiyuu ;

« Dirigeons-nous vers le port avant qu’il n’y ait plus de navettes. J’ai eu quelques informations du gérant et apparemment, c’est le bazar monstre là-bas. » histoire de rester poli devant une demoiselle.

Les rues restaient blindées de monde ; certains circulaient avec difficultés, d’autres stationnaient et cela faisait un désordre monstre. Gardant son sang-froid, Bayel veilla à garder la main de Jiyuu dans la sienne pour ne pas qu’ils se séparent. Il avait évidemment demandé le chemin le plus court pour se rendre au port au restaurateur, ce qui facilitait les déplacements dans toute cette cohue. Puis le garçon prit une petite ruelle et informa son amie qu’il s’agissait d’un raccourcit, qui pourrait leur faire gagner du temps. Car bon, c’était bien beau d’avoir manger dans un restaurant mais le temps filait ! Après des détours dans les ruelles plus ou moins animées, le duo arriva enfin dans le port… et leur première impression fut la surprise ; des tentes partout, des réfugiés à chaque coin mais aussi des soldats, des cargaisons stagnant sur le quai depuis des lustres, attendant sûrement l’autorisation pour partir… Il y avait aussi pas mal de monde qui se bousculait devant un guichet hurlant leur droit de passage.

« Nous pouvons toujours tenter de faire la queue à notre tour… »

Mais l’envie de faire la queue avec cette foule en colère ne l’attirait pas et qu’ils en auraient sûrement pour des heures. Et ils n’étaient même pas sûr d’avoir accès tout de suite à un navire… Il y avait forcément un autre moyen de quitter Eternara ! Peut-être que Jiyuu avait une petite idée là-dessus ou que tout simplement, il fallait attendre…  

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 3
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Jiyuu le Sam 26 Mai 2018 - 15:56

Quand le garçon lui rendit enfin son sourire, celui de Jiyuu s’élargit, contente à son habitude d’être une influence positive sur le monde – ou tout du moins, c’était ce à quoi elle aspirait. Elle n’était pas naïve au point de penser que tout était toujours rose ou qu’il était bon de rester enfermer dans une bulle à ignorer ses peines et ses douleurs – à les ignorer ils ne se résolvaient jamais –, mais une fois de temps en temps il fallait savoir se donner un peu de répits. Elle ne put retenir un pouf de rire devant la réaction du garçon à sa boutade, avant qu’ils puissent tranquillement finir leur repas.

La femme apprécia grandement le thé qu’on leur proposa, qui avait le bon goût des thés Nalciens, mentholé et sucré, contrairement à ceux noirs et trop infusés qu’ils avaient tendance à servir dans le reste du monde. La fille eut un élan de nostalgie pour sa famille alors que l’odeur de la boisson chaude lui rappelait les douces après-midis de son village, mais se força à ne pas y penser trop longtemps ; cela ne ferait que l’attrister ou la faire douter quant à sa quête, et elle avait maintenant en particulier besoin de rester concentrée.

À la fin du déjeuner, Jiyuu allait piocher quelques piécettes dans ses affaires, pour payer son repas. Quand le dénommé Bayel la devança en lui offrant sa part, elle laissa paraître une mine surprise, convaincue que la proposition qu’il lui avait fait en arrivant n’avait été que de la comédie dans la lignée de leur piètre tentative à l’innocenter devant les gardes. Comprenant que finalement il avait été sincère, elle rangea sa monnaie. Merci beaucoup, je t’en dois une ! annonça-t-elle avec un clin d’œil.

Main dans la main afin de ne pas se perdre dans la cohue de monde, Jiyuu suivait le Terrosien qui avait l’air de bien savoir où il allait. Dans la foule, la fille était assez inconfortable ; elle n’était normalement pas agoraphobe, mais l’ambiance difficile et lourde qui régnait ainsi que les regards difficiles et provocateurs faisait qu’elle était de plus en plus démangée par l’idée de bondir haut dans les airs pour échapper à toute cette oppression. Heureusement, ils purent esquiver une partie du peuple en se faufilant dans les ruelles plus méconnues, jusqu’à arriver enfin au port.

Ce dernier était encore plus blindé que la place sur laquelle le faux couple s’était rencontré, et l’atmosphère y était d’autant plus triste et désolante. Sans s’en rendre compte, Jiyuu sera plus fort la main du garçon, comme pour se donner du courage et faire face à toute cette misère. En cet instant, même si elle ne savait fondamentalement rien sur son compagnon, elle était rassurée de ne pas être seule et d’avoir quelqu’un pour l’aider dans ce cauchemar.

J’ai quelques pouvoirs basiques de Lieur qui pourraient peut-être nous permettre de nous mettre en avant plus facilement, mais nous n’avons pas plus de légitimité qu’eux pour décider qu’on devrait leur passer devant… pensa-t-elle un peu à voix haute. De plus, elle était très inconfortable avec l’idée de manipuler la pensée d’autrui, c’était une des intrusions les plus violente qu’elle imaginait, et en tant que ferveur défenseuse de la liberté, elle s’y opposait assez fermement. D’un autre côté, les choses n’avanceraient pas seules, et même en s’imposant il n’était pas garanti qu’ils auraient des places.

La seule vraie façon de prendre les devants, ce serait de voir les navires aborder et pouvoir s’y installer avant qu’ils ne se remplissent, continua-t-elle en constatant qu’il y avait en réalité très peu de bateau au port. Elle se mit à imaginer que tout devait transiter très vite, et que tous les navires avaient dû être récupéré par le pays pour mettre en place des navettes vers les autres terres ou encore l’Île de l’Étoile, qui devait être l’endroit le plus sûr de la planète, en cet instant. J’ai un Grodrive qui pourrait nous porter tous les deux sur quelques kilomètres pour rejoindre un bateau juste avant ou juste après qu’il n’accoste. Elle ne se sentait pas vraiment à l’aise d’avoir recourt à la « tricherie » pour venir à ses fins, sans compter que c’était le genre de choses qui pourraient leur attirer des ennuis – et clairement, ils n’avaient pas besoin de cela non plus.

Ou sinon on respecte la procédure et on cherche un endroit où s’installer avant la prochaine navette… conclut-elle en regardant ceux qui s’était résolu à faire ainsi. On pourrait se poser sur un toit, ça nous permettrait d’observer facilement les vas-et-viens jusqu’à trouver une ouverture.


Je laisse à Bayel le soin de choisir la solution qu’il préfère x) (ou d’en proposer une autre !)

_________________
- I am the master of my fate : I am the captain of my soul -
~ Spirit Master ~




avatar
Jiyuu
Informations
Nombre de messages : 126

Fiche de personnage
Points: 70
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Bayel Clonbork le Sam 9 Juin 2018 - 20:09

Depuis qu’il avait entrepris de voyager seul, de quitter surtout le cocon familial, Bayel se sentait complètement changé. Cela était sûrement dû à ses nombreuses rencontres lors de ses voyages. C’était à la fois réconfortant de se sentir ouvert aux autres, comme un garçon normal mais à la fois, cela l’angoissait. Sandovan allait forcément se rendre compte que son fils « prodige » avait changé cela allait sûrement mal tourner lors de leurs retrouvailles. Ou pire, Bayel devra subir à nouveau les « entraînements » de son père pour qu’il redevienne froid et distant. Sauf si évidemment il jouait la comédie, ce qui n’était pas son fort mais il pouvait toujours tenter. Mais son devoir de Dompteur l’obligeait à rentrer au pays, ce qui l’étonnait toujours de ne pas avoir reçu de missive officielle. Tandis que le couple se faufilait dans des passages plus ou moins étroits pour gagner le port, le ciel s’assombrit étrangement. Est-ce que les tempêtes du Nord étaient parvenues jusqu’au Sud du pays ? Mais pour le moment, cela ne semblait guère alerter la foule humaine.

Lorsqu’ils parvinrent jusqu’au port, le paysage était désolant ; il y avait une masse de réfugiés qui tentaient de quémander de l’argent ou de la nourriture pour survivre dans cette misère tandis que des commerçants hurlaient comme quoi ils ne pouvaient pas quitter le port pour livrer leurs marchandises. Bref, c’était la cohue générale et la plupart des règlements de compte se faisait aux poings. Les gardes ne savaient plus où donner de la tête tellement il y avait des débordements. Observant la scène (ou les scènes), Bayel sentit l’étreinte de la jeune femme se serrer dans sa main ; ce n’était pas un très joli spectacle pour une demoiselle, en effet. Mais il fallait passer par là pour continuer. Jiyuu proposa d’utiliser ses pouvoirs de Lieur pour tenter une approche furtive mais sa morale lui imposait d’être égale aux autres. Pour Bayel, il n’aurait pas hésité une seule seconde, quitte à quitter cette zone qui débordait trop, mais il ne pouvait pas non plus s’imposer.

« J’ai également un Airmure qui pourrait nous servir de monture mais je ne l’ai pas habitué à voler aussi longtemps. » répondit le Terrosien suite à l’information de Jiyuu concernant son Pokémon.

Il avait en effet pensé à se servir de Vanflare mais sa créature n’avait jamais traversé des océans et il ne se risquerait pas de se noyer parce que sa monture serait fatiguée. Voilà son entêtement à trouver absolument le port d’Eternara. Ils pourraient en effet se servir de leur monture pour gagner le prochain bateau mais cela reviendrait à tricher et visiblement, cela dérangeait quelque peu la demoiselle.

« Nous n’avons donc plus qu’à attendre… » commença Bayel en soupirant légèrement. « Nous avons déjà attiré –hum- pardon, j’ai déjà attiré l’attention des gardes, il vaudrait mieux que je me tienne à carreau. » lui lança-t-il en souriant. « Je vais faire la queue, tu n’auras qu’à m’attendre un peu plus loin, je te rejoindrai. »

Si elle l’attendait sur un toit, ce serait le must puisque visiblement, des places étaient libres. Avant que Bayel ne fasse la queue, il demanda à Jiyuu quelle étaient sa destination car ils n’allaient sûrement pas au même endroit. Après cela, Bayel entreprit de se frayer un chemin vers les cabanes où étaient vendus les fameux tickets de sortie. C’était un véritable bain de foule, les queues ne se respectaient la plupart pas du tout et il y avait souvent des bousculades qui viraient aux engueulades. Bayel essaya de garder son sang froid car il n’aurait pas hésité une seconde à faire en sorte que la discipline soit respectée ici mais ce n’était pas nécessaire de se mettre tout le monde à dos et bon, il pourrait perdre sa place.

Et puis soudain, il y eut une étrange odeur qui émana dans la foule et progressivement, les cris se firent plus bas, voire totalement absents. Impossible de savoir ce que c’était et cela piquait un peu les yeux. Mais Bayel n’en prit pas compte et continua d’avancer. Cependant, plus l’odeur persistait et plus il se sentait étrangement léger, comme s’il n’était plus vraiment ici. Mais bon, il supposa que ce parfum étrange était dû à un Pokémon usant de Doux Parfum pour calmer la foule. Et avec énormément de patience et de maîtrise de soi-même, le Terrosien parvint enfin à acheter les billets pour leur bateau respectif ! Victoire !

Alors qu’il s’apprêtait à rejoindre Jiyuu qui avait sûrement trouvé refuge sur les toits, Bayel vit une personne dont la bouche était masquée par un foulard. Son attitude lui éveilla plusieurs soupçons mais visiblement, elle n’en avait pas après lui. Le garçon la regarda déambuler parmi la foule et alors qu’il s’apprêtait à poser le pied par terre, il en vit une seconde. Même plusieurs se mélangeant dans la foule. Un peu déboussolé par le parfum qu’il avait senti, le garçon eut un méchant mal de crâne qui commença à le faire souffrir. Et puis il eut une illumination. Ce parfum lui avait paru suspect sur le coup et ces gars avec les masques… quelque chose se tramait et il en avait été sûrement la victime…


[ Hrp : hihihi j'ai eu une étrange idée en écrivant ce rp ; tout ceci ne serait qu'une mascarade pour faucher les voyageurs. Malheureusement Bayel a été touché par le Doux Parfum qui fait bobo à la tête x) du coup on risque de lui faire les poches (et lui piquer son sésame !). J'espère que ça ira ^^ ]

_________________


> <
avatar
Bayel Clonbork
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 3
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage sous pression [ Pv Jiyuu ]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum