[ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Luce le Mer 23 Mai 2018 - 14:10

Bon j’avoue qu’au départ, j’y avais pas trop cru à cette lettre ! J’veux dire, j’sais que chuis une archère, mais bon, j’ai jamais fait passer d’épreuve moi, et j’ai pas demandé à le faire ! Mais ma maman, elle m’avait expliqué que c’était tout à fait possible : comme elle a combattu quelques arènes dans sa jeunesse, elle connaissait le règlement par cœur et d’après elle, il faut 16 ans pour devenir champion, et c’est l’âge que j’ai fêté cette année. Et puisqu’on peut devenir champion, j’pense que c’est logique qu’on puisse aussi faire passer une épreuve. Une épreuve ou un match d’arène, c’est un peu pareil, non ?

Et pour le fait de rien avoir demandé, ma maman elle m’avait expliqué que puisque mon épreuve d’archère elle avait été officielle, j’étais entrée dans les registres de l’armée qui pouvait me demander d’intervenir. En fait, ils me demandaient de former des gens à la classe de tireur en territoire forestier mais sans que ça ait l’air d’un entraînement militaire, pour pas attirer l’attention des Flamenois. Et d’ailleurs il valait mieux que le formateur soit pas militaire puisqu’on allait passer cette épreuve en plein dans Flamen ! Vu la guerre en cours, mieux valait être discret !

Mais bon, pour appuyer la couverture, j’aurais à former non seulement un soldat de Terros mais aussi une Dyrinnoise d’après la lettre. Bon après, j’dois dire que j’men fiche un peu de tout ça, moi ce qui m’intéresse c’est de faire un entraînement dans une zone où ya pleeeeeeiiiiiiiiin de kipikes ! Mooooooh les kipikes ! Pour l’occasion, j’ai revêtu ma tenue de voyage : chemise et pantalon vert pâle en toile et un chapeau de paille pour me protéger du soleil. Et ça aide bien au camouflage aussi !

Du coup j’atterris avec mon Roucarnage de location à l’entrée de la jungle. J’pense pas que ce soit très sûr de s’aventurer à l’intérieur avec lui ! Je lui demande simplement de revenir quand j’aurais besoin de lui pour le retour, puis il s’envole à nouveau et moi j’en profite pour faire sortir tous mes Pokémon de leur ball. Aussitôt, Mimitoss en profite pour grimper dans mes bras ! Faut dire qu’il est plutôt du genre peureux, mais depuis que je l’ai recueilli, sa jambe a eu le temps de guérir et il peut parfaitement marcher tout seul maintenant ! Mais non, il préfère rester dans mes bras ! Bon, ça me dérange pas, ça me rappelle quand je faisais ça avec Pyxor ou Mademoiselle, quand ils avaient pas encore évolué !

J’essaie de faire en sorte qu’il ait moins peur de tout ce qui l’entoure mais chais pas trop si ça marche… Bon, maintenant, il a plus peur de mes Pokémon, mais dès qu’il en croise un qu’il connait pas, il court se réfugier dans mes bras ! C’est cro mignon mais c’est un peu triste pour lui quand même. Faudrait que je trouve une solution… Fin bref, faut que je me dépêche de trouver un coin adéquat pour l’épreuve que je dois faire passer moi… Faudraitt un coin où ya des arbres pour tirer dessus mais pas trop non plus pour qu’on puisse progresser sans trop de mal… Une clairière quoi ! Donc je mets Mimi dans mon sac pour pas qu’il gêne pour grimper et je commence à explorer cette forêt !

Mais bon, j’connais plus la forêt d’Agata que cette jungle moi ! C’est fou ce qu’elle est touffue ! Heureusement ya plein de lianes pour passer d’un arbre à l’autre lorsque je suis bloquée d’un côté par la végétation !

Soudain, Pyxor, qui vole à mes côtés, il commence à faire plein de Bzzzz pour m’avertir ! Moooh, l’est trop fort mon Pyxor ! il vient de trouver une clairière ! Moooooooh et ya même une colonie de Chenipotte à côté qui font la queue pour escalader un arbre et manger ses feuilles c’trop bien ! Mais bon, faut aussi que je m’occupe de mon épreuve. J’attends quelques secondes que Mother nous rejoigne avec Mademoiselle et Disco, qu’elle transporte sur son dos et Boingboing qui flotte au-dessus d’elles et je leur explique à tous mon plan pour l’épreuve.

Une fois que c’est fait, je leur fais à tous un gros câlin, puis je leur demande d’aller se cacher parmi les branches. Autant laisser la surprise aux deux candidates ! Mooooh, j’ai cro envie d’aller faire des câlins aux kipikes… Mais bon, faut que je lance l’épreuve, l’heure indiquée sur la lettre se rapproche et les filles devraient être arrivées dans la jungle maintenant ! Va falloir que je les attire jusqu’à moi, et ça tombe bien, j’ai un plan pour ça ! La seule de mes Pokémon qui est pas partie, en plus de Mimi qui se cache dans mon sac, c’est Mother, parce que je lui ai dit que j’allais avoir besoin d’elle.
On grimpe donc toutes les deux en haut de l’arbre situé en face de celui où ya des Chenipotte, et là, je mets mon plan à exécution : je lance en l’air mon chou-requin, le plus haut possible, et Mother, elle réussit un super tir de Boule Elek en plein sur mon projectile alors qu’il est au sommet de sa trajectoire. Et comme mon chou-requin, bah il est en métal, il a pour effet de disperser un peu d’électricité à 360 degrés ce qui produit une toute petite explosion et surtout un joli flash lumineux ! Avec ça elles devraient me retrouver !

« Moooh c’trop bien Mother, t’es trop forte ! Merci pour ton aide, tu peux aller te cacher maintenant ! Si dans vingt minutes elles sont pas arrivées, tu pourras revenir et on recommencera jusqu’à ce qu’elles arrivent ! Mais bon, la jungle elle est dense et avec toutes ces grosses feuilles, il fait assez sombre donc notre lumière a dû bien se voir ! Allez, à tout à l’heure ! »

Et Mother fait claquer ses mandibules pour dire qu’elle est d’accord puis elle disparaît dans les fourrés. Et moi bah j’en profite pur m’asseoir plus confortablement sur le bord de cette branche parce que je sais pas trop combien de temps je vais devoir attendre. Ah tiens c’est rigolo ça ! Je pensais qu’il y avait un Armulys sur la branche au-dessus de la mienne mais en fait non ! C’est Pyxor qui a fait ce cocon avec sa sécrétion pour se cacher et se fondre dans l’environnement ! Mooooh, l’est trop fort mon Pyxor !

[Mooooooooooooooh ! Salut salut ! Bon, on vaz commencer simple puisque votre premier objectif est de retrouver Luce dans la jungle, dans la clairière où elle se trouve. Contrairement à ses Pokémon, elle n'est pas spécialement cachée et vous attend ! Vous pouvez utiliser les flashs lumineux pour la retrouver, ou autre chose si le coeur vous en dit. Pour l'ordre, je vous laisse décider entre vous ! A tout de suite ! ^^]

_________________
Finalement je garde le vert et le blanc o/

avatar
Luce
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 35
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Trellia Farron le Mer 23 Mai 2018 - 16:34

oooh ! Mais vas-yyy! Encore la chance! »

Une longue plainte s’éleva de la chambre de Trellia. Relativement spartiate, mais assez confortable, Trellia s’y tenait enfermée depuis quelques heures, un livre à la main. Un Pokémon messager venait d’arriver à la fenêtre, lui apportant une lettre, qu’elle avait décachetée de son sceau (officiel de l’armée de Terros) et lue. Sa lettre était la raison de sa plainte. La missive lui indiquait que sa demande d’obtenir un Rang de plus dans la catégorie « tir » avait été acceptée. En soi, ce n’était pas la demande qui ne venait pas d’elle, mais forcément d’Abigaël, qui lui arrachait son exclamation, mais la ligne qui lui signalait que « leur » examinateur les attendait dans la Jungle de Thâ, au sud de Flamen. Encore une forêt ! Pire que ça, une forêt pas entretenue ! Qui poussait partout avec des arbres n’importe comment ! Trellia était une vraie citadine, rien ne l’enchantait plus que des baraques cossues, de grands bâtiments et du béton. Elle n’aimait pas la vie sauvage et les forêts en particulier depuis qu’elle s’était paumée dans celle d’Agata pendant des jours. D’ailleurs, à chaque fois qu’une tuile lui tombait dessus, généralement elle arrivait dans une forêt.

La fois où elle avait faillit se faire dévorée par des Malosses –ça datait d’avant son entrée dans l’armée-, la fois où des monstres venus d’un temps depuis longtemps révolu avait manqué de faire passer son intérieur à l’extérieur (d’ailleurs, elle avait en horreur leur profil insectoïde, c’était peut-être aussi pour ça qu’elle était un peu mal-à-l’aise en présence d’Hagane qui leur ressemblait). Sa longue galère pour rejoindre le lieu de son passage à la caste des Ramasseur et la galère, modèle au-dessus, pour en sortir, l’exploration des calanques, où elle avait été obligée de passer par cette fichue jungle (et dire qu’elle devait y retourner maintenant !) et la dernière fois, une simple excursion qui avait manqué de peu de passer en exécution. La nature ne l’aimait, alors pourquoi ne pas faire un examen en pleine ville avec des briques, des tours et des bâtiments ? Quelle sale bestiole allait encore lui tomber dessus ? Trellia poussa un soupir. Cet examen, elle ne l’avait pas demandé. Comme ses supérieurs avant, ils avaient estimé que son talent au combat ne correspondait pas à son rang actuel. Pour cause, à plus d’une occasion Trellia avait remarqué qu’elle n’apprenait rien en entraînement et qu’aux moments les plus inattendu, son corps semblait se souvenir de son ancienne vie. Trellia savait se battre, manier des armes, se comporter dans certaines situations. Elle ne se souvenait pas, seulement, d’avoir appris un jour.

C’est comme cela qu’elle savait se servir de Vorpaline, sa gunblade, et avant elle de la vieille épée qu’on lui avait donné, cassée depuis, dès son réveil. Lors de la Catastrophe, elle avait découvert ses chakrams et avait découvert qu’elle savait viser. Elle avait eu l’occasion de se servir d’arc et d’arbalète à l’entrainement et certaines missions et de découvrir qu’elle savait s’en servir. Au fil du temps, elle avait appris à se servir de ses chakrams, bel et bien des armes de jet malgré leur apparence originale, qui n’étaient pas tout à fait comme un banal arc… mais elle avait aussi découvert que contrairement  Lamelune, son chakram acier et or, le Devanion (noir et cuivre) possédait une poignée et quelques fonctions… Appréciables. La dernière en date, avec la Lame-Double (le chakram se divisait en deux par la poignée), la Demi-Lune (une lame courbe rétractable sur le front du chakram), laissait apparaître quatre petites lames dissymétriques, faisant de l’arme un Boomerang extrêmement efficace et coupant comme une lame de rasoir. C’était d’ailleurs le nom qu’elle hésitait à donner à cette fonction. Mais comme elle avait failli perdre une main ou deux en essayant de la rattraper au vol, pour le moment, Trellia préférait le laisser dans sa fonction la plus simple. Qui sait quel genre de chose il pouvait encore lui réserver ?

Son Devanion-chéri, Trellia avait fini par en parler et faire une démonstration à Abigaël. D’ailleurs, peut-être était-ce suite à cela qu’elle avait eu l’idée de lui faire prendre du galon, en voyant ses qualités de tireuse… En bref, si Trellia se paumait encore dans cette fichue jungle, ce serait la faute d’Abigaël ! La patronne étant absente pour l’heure, Trellia alla dans son bureau, déchira un papier de note et laissa un mot court. Elle ne savait pas combien de temps elle partait, mais elle connaissait au moins la destination. Elle déposa la plume et le mot, qu’elle cala sous l’encrier et s’étira. Au moins, avec la bonne monture et la bonne direction, elle n’en aurait pour des semaines !


Trellia ne fit pas la même erreur deux fois. Sa précédente épreuve, elle avait monté Sara jusque dans la forêt d’Agata. Aujourd’hui, c’était hors de question. Déjà parce que ses fesses ne supporteraient pas un tel traitement, ensuite parce que c’était juste à l’opposé du continent, qu’elle ne voulait pas traverser Agata et encore moins passer à proximité des activités de Groudon. Elle se rendit dans les écuries et emprunta un bon vieux Airmure : un machin qui volait, allait vite et en prime, comme Sara, fait du métal qui lui était si familier. Elle le trouvait si naturel, comparé aux autres Pokémon… organiques. Malgré elle, Trellia ne leur trouvait pas vraiment de caractéristiques de créatures vivantes. Il lui rappelait la forme normale de Giselle, de cyber-monstre (le terme, bien qu’elle n’en saisisse véritablement le sens, sa mémoire lui faisant toujours défaut, lui était revenu au beau milieu d’une nuit d’insomnie). Trellia avait regardé sur l’un des murs du bureau la carte du monde. Il y avait environ six milles kilomètres à parcourir ! Heureusement les Airmure étaient des pro de la vitesse ! Le voyage s’annonçait long.



Le lendemain, après une vingtaine d’heures de vol (il y avait des avantages a avoir une monture de guerre !), Trellia aperçut enfin la Jungle de Thâ. Punaise. Faire six mille kilomètres en vingt heures pour se retrouver dans une jungle… Ça la tuait… Ce fut en tout cas avec bonheur qu’elle fit entamer une descente au Airmure, dès qu’elle vit les flash lumineux. Elle prenait cela comme un signal, après tout, elle était attendue au milieu de nulle part, elle croyait moyennement à une coïncidence. Ou alors, elle l’espérait. Malheureusement, elle n’était qu’une piètre cavalière et elle ne put que choisir un endroit relativement dégagé des arbres pour faire atterrir sa monture, du même coup, elle n’était pas tout proche de l’endroit où elle avait vu les éclairs… Enfin… Il fallait voir les choses du bon côté, au moins, l’endroit était indiqué cette fois ! Et dès que cette examen serait terminé, elle n’aurait qu’à enfourcher l’oiseau de métal et repartir en ligne droite vers Seian !

Mais Trellia apprécia de poser pied-à-terre. Elle s’étira, heureuse de pouvoir délasser son corps crispé, sentant sa musculature raidit par le contact avec l’acier. Son ossature craqua un peu en plusieurs endroits, soulageant l’épéiste de sa tension. Elle rappela l’Airmure et se dirigea vers la source des étincelles. Son seul problème à partir de là, fut d’avancer en ligne droite. Rapidement, cela devint « en ligne aussi droite que possible » puis, « en essayant de pas trop contourner les arbres ». Mais comme lors de sa visite pour les Calanques de Braise, les racines démesurées, les trous béants et les troncs gigantesques s’opposaient sans arrêt à elle. A un moment, Trellia voulu appeler Giselle : la Zigzaton et son flair hors pair aurait pu trouver la piste menant tout droit à son professeur, mais elle se ravisa presque tout de suite : Giselle avait une nette tendance à ne pas marcher droit et disparaître promptement. Elle risquait de la perdre, de se perdre par la même occasion, car les fougères et toutes sortes de plantes agaçantes, lianes, ronces, et autres, lui prenaient régulièrement les pieds, les jambes et les bras. Et de toute façon, ne connaissant pas les lieux, Giselle aurait du mal à saisir la piste à saisir parmi toutes les autres…

A intervalles réguliers, Trellia entendait une détonation et une lumière perçait parfois à travers le feuillage des arbres, quand celui-ci n’était pas trop épais. A chaque fois, Trellia remarquait avec soulagement qu’elle se rapprochait et qu’elle devait regarder de plus en plus haut pour le voir : elle se rapprochait. Trellia marcha longtemps, contraintes de se détourner de son chemin, attentive à tout ce qui pouvait l’aider, la détonation, les éclats de lumières, le passage d’une personne. L’ennui, c’est que la terre recouverte d’un tapis de feuilles par endroit, les racines, les fougères, buissons, nids d’insectes divers, lui tirant une grimace à chaque fois, l’empêchèrent d’utiliser ses talents de pisteur. Enfin. De Ramasseur, comme ils disaient ici. Passant à travers un épais feuillage, Trellia s’accrocha les cheveux, qui s’emmêlèrent à un buisson. Obligée de s’arrêter quand elle sentit sa chevelure tirer en arrière, elle fut contrainte de s’arrêter pour démêler une à une ses mèches de cheveux. Extrêmement longs et soyeux, l’exercice  fut fastidieux.

Grommelant, Trellia décida, sitôt sa chevelure libérée, de les nouer en une longue tresse qu’elle enroula sur sa nuque en un épais chignon. Elle l'attacha avec sa lanière marron, qu’elle resserra à mort, histoire qu’il tienne la route jusqu’à ce qu’elle rentre en ville. Voyant de nouveau le signal, elle se mit à courir, esquivant les lianes avec adresse, sautant en souplesse par-dessus les petits ravinements, escaladant agilement les énormes et hautes racines d’arbres géants, suant comme aucun citadin ne pouvait le faire dans un environnement normal et civilisé… Jusqu’à arriver, enfin, enfin, à une clairière. Cessant de courir pour reprendre son souffle, Trellia aperçu un peu plus loin une… Gamine ? Trellia afficha un air circonspect. Trellia s'approcha, en se demandant d'abord, qu'est-ce qu'elle faisait là ? Et si le signal était tout simplement, un appel au secours ?

Elle avait mal aux jambes, au bras, aux cheveux, elle était essoufflée, transpirait et sentait encore sa musculature raide par ses heures de vol et elle n’était plus sûre du tout d’être au bon endroit.



[Je sens que ça va être k’épike xD Trellia n’aime pas la nature sauvage et encore moins la forêt et elle aime pas non plus les insectes.
Pppparfait !]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 194

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Dim 27 Mai 2018 - 19:04

La Lune était déjà haute dans le ciel lorsque je sortis du camp où j'avais été forcée de me réfugier suite à l'attaque des brigands qui avait changé mon évaluation de Défenseur en véritable épreuve de survie. J'avais pris congé de nos deux examinateurs en remerciant tout particulièrement Uma, ma camarade de Dyrinn, et en souhaitant bonne chance et bonne continuation à ma coéquipière. Je n'étais restée que quelques jours sur place pour me remettre, profitant d'un repos nécessaire pour réfléchir à ce qui m'avait été reproché par nos professeurs d'un jour. J'avais également pu parler avec la Flamenoise que j'avais soignée, lui expliquant que le feu me mettait très mal à l'aise et que je lui étais reconnaissante de ne pas en avoir fait usage pendant notre aventure. Contre toute attente, elle m'avait laissé son adresse pour la joindre ou lui rendre visite si j'étais de passage à Omatsu un jour, avant de carrément me proposer de m'accompagner lorsque je lui avais fait part de mon projet de voyager vers la Jungle de Thâ. D'abord gênée, j'avais fini par accepter l'offre de la dénommée Nutan. J'avais vraiment besoin de me ressourcer dans un endroit verdoyant et si possible loin de tout conflit, et je devais avouer que voyager en compagnie de quelqu'un qui ne me serait pas hostile et qui connaissait bien le pays me rassurait un peu.

« Si vous voulez faire une halte, surtout n'hésitez pas, votre blessure était vraiment sérieuse et je n'aimerais pas qu'elle s'ouvre à nouveau. »

Touchée par ma sollicitude, Nutan me fit un sourire, avant de me proposer de voler à dos de Libégon pour ménager mon Lakmécygne de prêt. Une fois installée sur le Dragon, je la regardai enfourcher son Roucarnage avec difficulté, mais comme je l'avais prédit, elle ne me demanda rien, probablement par fierté, et nous partîmes rapidement, quittant cette zone dévastée avec un certain soulagement. Durant le trajet jusqu'au Cosmo Canyon, elle me parla de son pays, des conditions de vie qui s'étaient plus que dégradées à cause de l'insupportable sécheresse - dont la cause était encore inconnue des civils, visiblement - et de sa haine envers Terros. Je comprenais sa colère et son ressentiment, quelque part : qu'avait à perdre leur ancien allié à leur allouer une petite partie de leur précieuse forêt ? D'un autre côté, je n'étais pas certaine de réagir différemment si un jour une tribu de Midgard réquisitionnait un pan de notre Canopée. Néanmoins, déclencher une guerre de cette ampleur me semblait disproportionné et n'avait fait qu'aggraver la situation, à mon sens...

Notre escale au Cosmo Canyon fut de courte durée, mais j'en profitai pour rédiger une missive à Délas et à mes parents, en leur annonçant que j'avais obtenu une qualification officielle de Défenseur et que je souhaitais enchaîner avec une évaluation de mes capacités de tir. Je ne savais pas sous quel délai Dyrinn allait me répondre pour m'orienter vers un examinateur érasien ou m'envoyer un collègue de ma tribu, mais je ne m'attendais pas à avoir un rendez-vous aussi vite. En effet, en arrivant à Omatsu, je fus accueillie par un Pokémon que je ne connaissais pas (sans doute une espèce du coin) et qui me lâcha un message dans les mains avant de repartir aussi sec. Bon... Il était sans doute temps de prendre congé, vu le contenu de la lettre : je devais me rendre dans la Jungle de Thâ au plus vite, je n'avais donc pas le temps de tergiverser.


« Merci beaucoup de m'avoir accompagnée, Nutan. Je souhaite de tout cœur que vos deux pays retrouvent la paix, et que les citoyens puissent de nouveau vivre dans des conditions décentes. Prenez soin de vous, et si vous avez besoin d'un médecin à l'avenir... »

Après une dernière caresse au Libégon, et une brève poignée de main avec la Flamenoise, je me dirigeai vers le sud, retrouvant le sol avec un certain soulagement. Après avoir libéré Dori'thur et Darius, je décidai de m'entraîner à convoquer les forces terrestres pour m'habituer à les manipuler, tout en avançant vers ma destination. Lorsque je fus satisfaite de mes exercices du jour, je fis sortir le Lakmécygne parfaitement remis et lui demandai de m'emmener aussi près de la Jungle que possible, ce qu'il fit sans broncher. Il était finalement assez docile et m'obéissait plutôt bien, ce qui m'était vraiment agréable en sachant que mon Rocabot était parfois têtu et compliqué à gérer. Quand j'aperçus l'épaisse forêt, je rappelai le chiot et l'oiseau blanc, ne laissant que ma chouette sur mon épaule.

« Dis, tu as vu ces lumières ? Essaie de voir d'où elles viennent, je te suis. »

Tandis que Dori'thur décollait, je m'engageai dans la Jungle, dont Nutan m'avait parlé avec une certaine fierté. D'après une légende locale, Thâ serait le nom d'un énorme Torterra (un Pokémon ressemblant à une gigantesque tortue dotée d'arbres sur sa carapace, apparemment) dont la forêt ferait partie. J'aimais beaucoup cette idée, habituée à ma Canopée et aux mythes qui circulaient à son sujet, et ce fut avec un sentiment de paix retrouvée et de quiétude que j'effleurai le tronc d'un arbre. Bon sang, j'avais l'impression que j'avais quitté Dyrinn depuis des lustres, alors que j'étais partie depuis quelques mois seulement. Peut-être que j'avais le mal du pays, tout simplement. En tout cas, je me sentais enfin dans mon élément, et ce fut d'un pas décidé que je me dirigeai vers les flashs lumineux.

Contrairement à ma forêt natale, les racines n'étaient pas complètement immergées dans l'eau, même si de petites étendues liquides s'étalaient parfois sur mon chemin en m'obligeant à les contourner. En revanche, les arbres étaient immenses, ici aussi, et de nombreuses lianes se faufilaient jusqu'au sol, comme pour inviter les visiteurs à les empoigner. Confiante, j'en saisis une pour me hisser sur une énorme branche, prenant un peu de hauteur pour mieux appréhender mon environnement. Posant la paume de ma main gauche sur le bois, je sentis la sève qui pulsait à l'intérieur, et la communion des végétaux entre eux, dans une harmonie apaisante et rassurante. Il avait beau faire sombre, comme dans la Canopée, je n'avais pas peur, préférant l'obscurité et la pénombre au Soleil éclatant et aveuglant. Avisant un autre arbre à quelques mètres, je me préparai à sauter, prenant mon élan avant de m'élancer. Atterrissant en souplesse, je regardai autour de moi, cherchant un indice quelconque ou un détail qui m'aiderait à me repérer, et je vis un petit Statitik claquer des mandibules avant de se précipiter vers l'origine de la lumière à nouveau visible.


« Il y en a aussi dans cette jungle, alors... »

Amusée de constater que ces Pokémon vivaient à la fois dans cette forêt et dans la mienne, je continuai à progresser, régulièrement confortée dans mes choix par ma chouette qui me rejoignait de temps en temps. Finalement, après une bonne demi-heure à sauter de branche en branche et à valdinguer grâce aux lianes épaisses, j'arrivai dans une clairière où se tenait une gamine à peine plus vieille qu'Alice, à première vue. Perchée sur une branche, je m'apprêtai à la rejoindre, lorsque je vis une brune qui m'était familière débouler sans prévenir. Elle semblait essoufflée par l'effort et passablement énervée d'être là, mais je ne pus m'empêcher de la héler, surprise :

« Trellia ? »

Contrairement à moi, qui me sentais parfaitement à l'aise dans un tel décor, elle affichait une mine déconfite, comme si elle était particulièrement ravie d'avoir crapahuté dans la forêt pendant plusieurs heures peut-être. Si elle était là pour les mêmes raisons que moi, cela promettait d'être édifiant !

[Contraste saisissant, Tyrande la Dyrinnoise est absolument enchantée d'être dans un tel environnement Razz]

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 77

Fiche de personnage
Points: 75
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Luce le Lun 28 Mai 2018 - 23:13

Chic chic chic ! Elles sont arrivées toutes les deux presque en même temps, et chuppose qu’elles m’ont vues ! Du coup j’vais pouvoir descendre et on va pouvoir commencer ! Youpi !

« YOUPIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !! C'est PARTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !! »

Et je me laisse descendre le long de mon tronc jusqu’à toucher souplement le sol. Puis je leur fais de grands signes pour dire bonjour. Normalement, je serais déjà en train d’essayer de leur faire des câlins mais chais pas trop si ça se fait quand on est examinateur donc je vais pas le faire. Pas au début en tout cas. J’vais plutôt me présenter !

« Bonjour à toutes les deux ! Moi c’est Luce et… Bah si j’ai bien tout compris, ce sera moi votre examinatrice pour aujourd’hui ! Chuis Archère et donc bah ce sera à moi de voir si vous avez les capacités pour devenir tireuses ! Donc si j’ai bien compris ce que vous venez de dire, toi tu t’appelles Trellia, et donc toi tu es Tyrande ? Oui parce qu’on m’a donné vos noms, mais je sais pas qui est qui… Mais en tout cas, bah j’vous souhaite la bienvenue dans mon épreuve et j’pense qu’on va bien s’amuser ! Bon, c’est la toute première épreuve que je fais passer, mais chuis sûre que tout va bien se passer ! Bon euuuh… On va commencer avec les chenilles qui sont juste là ! Mooooh, elles sont trop mignonnes pas vrai ? »

Et je m’approche des Chenipotte en faisant signe aux deux mamzelles de me suivre. Les insectes,ils sont en file indienne en train de grimper le long d’un tronc pour tenter d’atteindre des grosses feuilles vertes pour les manger. Je sais déjà d’expérience que c’est pas le meilleur moment pour les caresser : elles sont trop occupées par leur nourriture pour faire attention à moi. Si on remonte la file, j’parie qu’on verra qu’elles viennent d’un autre arbre situé pas trop loin d’ici, mais c’est pas vraiment mon but !

« Comme vous pouvez le voir, ben les Chenipotte elles aiment bien faire des processions jusqu’à un seul et même arbre. C’est pratique parce que ça leur permet d’être à plusieurs en cas d’attaque ! Mais c’est pas forcément très gentil pour l’arbre qu’elles sont en train de dévorer, parce que ben mine de rien, elles mangent beaucoup !

J’ai passé pas mal de temps en forêt, et j’ai appris qu’en fait, il faut attendre un peu pour que les Chenilles osent aller se nourrir sur d’autres arbres, et comme vous voyez, ben ya plein d’autres arbres comme celui-ci autour de nous. Donc si vous voulez bien, ben on va commencer par éviter à cet arbre de perdre toutes ses feuilles ! Comme ça, il pourra continuer à pousser et il nourrira la prochaine génération de kipike !

Bon, les Chenipotte sont mignonnes, mais ce sont pas des kipikes très courageux. Bah vi, c’est normal après tout, ce sont encore des bébés. Si on leur bloque bien la route, elles vont faire demi-tour et iront voir ailleurs, elles vont pas attaquer l’obstacle, mais comme elles ont l’habitude de prendre encore et toujours le même chemin, va falloir insister un peu pour qu’elles comprennent ! Et c’est là que vous allez avoir besoin de tirer !

Voyons, on va dire cinq… Non cinq c’est trop facile, on va dire dix mètres ! Vous devez rester à dix mètres de l’arbre et tirer sur le tronc pour bloquer les kipikes ou leur faire peur. Le but, c’est de les faire redescendre et de les forcer à choisir un autre arbre. »


Heureusement, les kipikes, elles sont trop occupées par leur estomac pour écouter ce que je dis ! Bon en fait j’pense qu’elles comprennent même pas le langage humain, elles sont trop jeunes.

« Par contre z’avez pas le droit de leur tirer dessus ! Elles sont pas méchantes, pis ce sont des bébés ! Empêchez les d’atteindre les feuilles, ce sera très bien ! Pour tirer, vous pouvez utiliser votre arme si vous en avez une, sinon si vous avez besoin, j’ai apporté des dards très fin qui font la taille de mon doigt. Avec ça, si vous visez pas trop près d’elles, vous risquerez pas de leur faire mal. Ah et n’oubliez pas, si ya qu’un seul obstacle sur leur route, elles le contourneront, donc va falloir bien les arrêter.

J’ai assez de munitions pour vous deux, vous en faites pas pour ça, et j’vous laisse tout le temps que vous voulez… Ah j’ai un dernier petit truc pour vous ! »

Je fais glisser mon sac de mon dos et j’attrape mes dards que je posent par terre devant moi pour que les mamzelles se servent… Et j’attrape aussi Mimi à qui j’ai expliqué ce que j’avais en tête un peu plus tôt !

« J’vous présente mon Mimitoss ! Vous inquiétez pas, il est très gentil et il va vous aider ! Si vous voulez barrer tous les accès aux chenilles, va vous falloir bouger autour de l’arbre, et Mimi vous indiquera si jamais vous vous en approchez trop. Il vous faudra alors reculer un peu. Bon ben j’crois que j’ai tout dit ! N’hésitez pas à venir vous servir si vous voulez et bonne chance !"

[Vous devez donc bloquer l’accès aux feuilles des chenilles sans les toucher. Un barrage sera nécessaire mais attention ! Une fois le premier obstacle placé, les insectes prendront peur la procession linéaire des Chenipotte se dispersera sur toute la circonférence, et chaque chenille se dépêchera d’atteindre les feuilles, chacune de son côté et pas forcément en ligne droite. Il faudra donc vous disperser pour toutes les arrêter et leur faire rebrousser chemin. Lorsqu’une bonne partie d’entre elles aura fait volte-face, le reste de la troupe prendra peur et redescendra, mais je m’occuperai de cette partie dans mon prochain post, si vous réussissez à leur couper la route !]

_________________
Finalement je garde le vert et le blanc o/

avatar
Luce
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 35
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Trellia Farron le Mer 6 Juin 2018 - 20:07

rellia se passa une main sur le front, épongeant la sueur, qu’elle essuya ensuite sur son short. La fillette perchée sur son arbre, attendait toujours et n’eut aucun réaction en la voyant. Elle n’avait pas l’air trop perdue en fin de compte… C’est alors qu’elle entendit qu’on l’appelait, par son prénom. Trellia se retourna aussitôt, mais ne vit personne. Elle dût regarder en l’air pour apercevoir Tyrande, sur son perchoir.

« Tyrande ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? »

C’était plus un réflexe qu’une véritable question, car aussitôt qu’elle fut posée, Trellia se donna une réponse évidente : on ne pouvait pas recroiser ou même croiser tout court, quelqu’un par hasard, dans cette horrible et immense jungle. Donc, elle était forcément la personne qui comptait faire passer cette épreuve, à elle et ainsi qu’à la gamine sur son arbre. Elle ne voyait pas, cependant, son lien avec l’armée de Terros, c’était un peu bizarre, surtout que cet examen était officiel… Trellia allait sûrement avoir une réponse, mais un hurlement suraiguë la fit sursauter et prendre une posture défensive, tout en la figeant sr place. Tournant la tête simultanément, elle se rendit compte que c’était la gamine qui avait crié en se jetant du haut de sa branche.

« C’est elle qui a crié comme ça ? » fit-elle à voix basse à Tyrande, tout en sachant que cela ne pouvait venir d’ailleurs.

Trellia eut à peine le temps de se remettre du choc, car oui, un hurlement pareil, c’était un choc, que la gamine, comme elles s’approchaient, commença un long discours d’introduction, selon ce que comprenait Trellia, sans quasiment reprendre son souffle. Cette gamine n’était pas normale, visiblement, elle avait moins besoin de respirer que la moyenne des gens normaux. Éberluée, Trellia comprit rapidement néanmoins que la fillette était leur examinateur. Elle lança un regard à Tyrande, non sans penser que la petit avait encore du lait au coin de la bouche… La situation de Terros était-elle donc aussi précaire pour engager des mômes ? Trellia se sentit prise entre deux sentiments étranges, celui où Terros devait vraiment être dans l’embarras pour recruter au berceau et celui où finalement,  la dénommée Luce et elle-même n’étaient pas si différente. Qu’elle âge avait-elle, lorsqu’elle avait tiré la première fois avec une arme. Discrètement, légèrement troublée par cette question sortie de nulle part, Trellia jeta un œil discret à sa gunblade, à la crosse, plus précisément…

« Question de point de vue, je déteste ces bestioles. »

Trellia suivit Luce, constatant, au fil de ses explications, qu’elle avait un léger problème pour s’exprimer normalement. Elle espérait que ce n’était pas une plaisanterie, à moins qu’un véritable instructeur se cache dans le coin pour vérifier, si elle était disposée à obéir à une personne, quelle que soit son âge et ses compétences, du moment que c’était un ordre et ça, c’était ce qu’il y avait de plus plausible ! Le premier exercice allait débuter et pour être honnête, Trellia aurait préféré avoir eu le temps de s’échauffer. En soi, l’exercice paraissait plutôt simple, elles devaient se contenter de repousser les insectes de l’arbre. L’ennui, c’est que Trellia n’avait que deux Chakram et que sur les deux, le seul à pouvoir revenir risquait également de faire de la bouillie de Chenipotte… Elle allait donc devoir se passer des fonctions très utiles de son Devanion. Elle pouvait toujours essayer de jouer sur les ricochets… es Chakrams étaient deux armes étranges, l’un était un véritable couteau multi-fonctions et l’autre avait la faculté de ricocher. Si elle parvenait à le lancer correctement. Un de ces jours, elle découvrirait bien tous leurs secrets ! Mais d’ici là, elle aurait besoin des dards de Luce.

Trellia recula à la distance limite. Dix mètres, ce n’était pas grand-chose. En effet, même si généralement elle ne se postait pas à grande distance, lors des entraînements avec Abigaël elle n’hésitait pas à prendre du recul. A dix mètres, les chenilles étaient très visibles, surtout avec leur livrée rouge et blanche et vu leur taille, elle ne devrait pas avoir trop de mal à bien viser et puis, elles n’étaient pas spécialement rapide.  Postée à sa place, Trellia réfléchit avant de tirer. Pour l’instant, le Chenipotte étaient tous en rang d’oignons, mais dès qu’elle lancerait les projectiles, ils s’agiteraient et partiraient dans tous les sens. Elle avait besoin d’un petit test pour estimer leur vitesse de déplacement, avec de la chance, elle pourrait utiliser ses armes une ou deux fois s’ils rebondissaient correctement. Trellia saisit l’un des dards et prit son temps. Elle n’était pas spécialiste en Pokémon loin de là, mais si elle pouvait guider les Chenipotte ailleurs, plutôt que de créer une panique totale… Trellia tira. Le projectile vint s’enfoncer devant l’un des insectes, celui de tête, pas complètement de front, mais juste assez pour le surprendre. Le Chenipotte, voyant l’épine près de sa tête stoppa son avancée, puis se tortilla pour le contourner. Il n’était pas très rapide, mais il était calme pour le moment. Avant qu’il ne reprenne résolument son chemin, Trellia visa en diagonale de la première épine, à nouveau près du Chenipotte.

Cette fois, la bestiole lui parut un peu plus nerveuse, s’activa et reprit sa route, contournant toujours du même côté et un peu plus loin. Jusque-là, tout se passait comme Luce l’avait prédit. Mais Trellia ne se laissa pas démonter et  envoya deux nouveaux dards, toujours dans la même diagonale et lorsque l’insecte reprit sa route, Trellia lui envoya une nouvelle salve, plus vivre cette fois, sans lui laisser le temps de reprendre ses esprits. Comme les autres la suivait, Trellia se rendit compte que certains essayaient de contourner par l’autre côté. Elle leur bloqua le passage, tout en attaquant de front cette fois, l’insecte de tête, en lui barrant la route par quatre dards consécutifs. Il n’en fallut pas plus pour créer la confusion. Devant ses attaques ressemblant à des Dards-Nuées, d’un point de vue Pokémon, l’insecte de tête tomba au sol, laissant ses suivantes confuses et certaines légèrement effrayées. Dès lors, des Chenipotte tentaient de contourner tout en prenant la tête, certains essayaient de grimper sur les épines et d’autres cherchaient un nouveau chemin par la gauche. A droite, elles commençaient à se bousculer. Certaines tombaient et d’autres parvenaient à passer par-dessus les projectiles plantés dans l’écorce.

Tournant autour du tronc en gardant la même distance, Trellia bloqua l’accès à droite, mais désormais, les chenilles essayaient de passer par-dessus. Si elle continuait à balancer les épines, non seulement elle serait vite à court de projectiles, mais en plus, elle leur ferait une jolie passerelle vers la cime et elle ne pourrait plus rien faire… Et comme elle ne pouvait utiliser que ses capacités de tir. Évaluant un peu la situation, (les Chenipotte commençaient à partir un peu dans tous les sens et à se laisser tomber par terre), Trellia décrocha ses deux cercles d’acier. Elle avisa la position des arbres qui se trouvaient autour et préparait son angle de tir et ancra ses pieds dans le sol.

« Ne bougez pas. » dit-elle aux autres.

Trellia tira ses chakrams simultanément. Son ambidextrie lui permit de faire un tir quasi-symétrique. A sa gauche, la Lamelune fila droit devant elle, passant à un petit centimètre des Chenipotte qui se laissèrent tomber de frayeur. A droite, le Devanion fit de même, convainquant les derniers insectes que la bonne route ne se trouvait pas dans ce sens. Les deux chakrams continuèrent leur route en sifflant jusqu’à se rapprocher dangereusement l’un de l’autre. Le tir aigue qu’avait choisi Trellia se révéla de lui-même : les deux chakrams se percutèrent en créant quelques étincelles, l’effet fut instantané. Le Devanion partit à droite et alla se planter dans un tronc, alors que Lamelune partit à gauche. Sa nouvelle trajectoire n’était pas très droite, ce qui lui permit de rebondir sur un rocher, changeant à nouveau de chemin pour filer droit vers Trellia. Elle hésita un instant, refermant une main sur elle-même… Son gant était épais et bien conçu. Elle avait fait poser des plaques de métal dessus.

Se décidant rapidement, car Lamelune était rapide, elle bougea les doigts et attrapa le chakram dans sa course, par l’intérieur (histoire de compter encore tout ses doigts d’ici la fin de la journée). La brune afficha un sourire, contente d’elle-même. Elle saisit son arme de son autre main, tout en bougeant celle qui venait de la réceptionner. Visiblement les plaques de métal avaient fait leur office et le cuir n’était même pas abîmé. Pendant qu’elle constatait sa réussite, elle jeta un coup d’œil au travail de Tyrande. Maintenant qu’elles avaient semés la pagaille, il fallait les faire redescendre au plus vite. Trellia raccrocha Lamelune, en attendant. Comme les Chenipotte s’étaient dispersées tout autour du tronc, Trellia se posa en face de Tyrande et attendit ses tirs pour se caler dessus, faisant barrage aux derniers insectes en plantant les dards devant leur tête. A présent les insectes avaient peur et préféraient se laisser tomber et partir ailleurs. Pour convaincre un dernier groupe de résistante, Trellia décida de lancer une dernière fois Lamelune. Lui donnant une trajectoire volontairement tordue, le cercle frappa à plat le tronc, emprisonnant un tout petit Chenipotte et effrayant les autres : l’acier venait de claquer devant leur tête, puis bascula au pied de l’arbre, le dégageant des chenilles sur tout son diamètre.

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 194

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Dim 24 Juin 2018 - 23:13

La voix stridente de la gamine me fit sursauter, mais je ne perdis pas l'équilibre grâce à mes réflexes et à mes longues heures de garde en forêt. Sans cela, j'aurais probablement dérapé et fini par terre... Une fois remise de mes émotions, je pus regagner la terre ferme en quelques bonds souples, prenant appui sur des branches plus basses à chaque saut. Rejointe par ma chouette, qui se posa à son endroit favori, sur mon épaule, je répondis d'un air faussement détaché :

« Eh bien, la même chose que toi, je suppose. Je suis venue pour passer un examen de Tireur afin de faire valider mes compétences en la matière. Après ce que nous avons vu là-bas, ce ne sera pas du luxe, si tu vois ce que je veux dire. »

Je me rendis compte que j'étais bien plus détendue que lors de l'expédition au Chemin Sinueux, et je fus soulagée, quelque part, de pouvoir montrer à Trellia une facette de moi plus assurée et plus proche de ce que j'étais vraiment, sans le filtre de ma satanée phobie. Là, j'étais pile dans mon environnement de prédilection, entourée de végétaux - et donc de remparts ou d'aides potentiels - et forte de ma nouvelle qualification de Défenseur officiel. Je savais que j'aurais peu de chances d'être autorisée à faire la démonstration de mes pouvoirs nouvellement acquis, mais savoir qu'ils étaient là, à ma disposition, me confortait dans mon choix de solliciter une épreuve d'un autre genre.

La Terrosienne me demanda alors si c'était la petite qui avait crié de la sorte, et je lui répondis d'un imperceptible hochement de tête, tiraillée entre la confusion et la crainte de sous-estimer notre examinatrice. Enfin, la situation des deux pays qu'elle avait traversés était critique, alors peut-être que c'était tout ce que cette nation avait à leur offrir ? Non, je devais suivre le mauvais raisonnement. Si elle était là, c'était qu'elle les compétences requises, point. Luce se présenta donc et nous invita à la suivre pour nous montrer une procession de Pokémon occupés à grimper le long d'un tronc. Les Chenipotte, comme elle les avait désignés, tenaient à la fois des Venipatte et des Lépidonille qui vivaient dans ma forêt natale : ils se déplaçaient en groupe, avaient des ressemblances physiques avec les espèces de chez moi et avaient tendance à s'empiffrer de feuilles sans retenue. Mais j'espérais que lesdites ressemblances s'arrêtaient là : la morsure des Venipatte était très douloureuse, et la poudre émise par les Lépidonille paralysait ceux qui avaient le malheur de s'en prendre à eux. Avec une certaine appréhension, j'observai l'anatomie des chenilles rouges et blanches, lorgnant sur les piquants qui hérissaient leur dos. De toute manière, si tout se passait bien, je n'avais aucune raison de m'en approcher assez pour craindre une riposte...


« Je vais me mettre de ce côté. »

Avisant les dards proposés par Luce, je décidai de ne pas m'en servir, préférant utiliser mes flèches habituelles. Passant une main dans mon dos pour saisir mon arc, je cherchai mes projectiles les plus fins en promenant mes doigts sur l'empennage pour les distinguer au toucher. J'avais de nombreuses variétés de flèches dans mon carquois, et je décidai de commencer par les légères afin d'avertir les Chenipotte, dans un premier temps. Calme et posée, je préparai mon tir tout en observant ce que faisait Trellia pour réagir en conséquence. Au départ, la Terrosienne s'en prit à la créature qui menait les autres, lui barrant le passage avec des diagonales de dards qui s'alignaient. Au départ, les Pokémon tentèrent de passer par la droite en suivant leur chef du moment, mais la brune ne les laissa pas faire et continua son entreprise de blocage. D'un pas souple, prête à tirer, je me déplaçai vers la gauche, avant de décocher ma première flèche pour dissuader les chenilles d'essayer de contourner par la gauche. La première créature confrontée à mon projectile, bien différent de ceux de Trellia, eut un moment d'hésitation, intriguée par ce truc en bois qu'elle n'avait sans doute jamais vu et qui vibrait encore alors qu'il était en place depuis plusieurs secondes. Pour bien lui montrer que ce chemin n'était pas praticable, je fis partir une seconde flèche qui siffla et se planta juste à côté de la première. Dans la précipitation, la bête tenta de l'escalader, mais ripa dessus et se retrouva suspendue dans le vide, suscitant un frisson de peur chez ses congénères. Finalement, elle lâcha prise et se laissa tomber par terre, abandonnant l'idée d'aller manger ces feuilles qui devaient pourtant lui sembler succulentes.

Lorsque j'aperçus Trellia qui paraissait en difficulté et hésitante sur la suite de son opération de blocage, je bougeai légèrement pour changer mon angle de tir en attrapant une flèche plus lourde et à la hampe un peu plus épaisse. Plissant les yeux, je visai l'endroit où les Chenipotte projetaient de s'élancer et me hâtai de faire partir le projectile, qui s'enfonça dans le tronc avec un bruit sourd trahissant sa composition. Le son fit comprendre aux créatures que cet obstacle-là serait un peu plus compliqué à contourner, et elles s'arrêtèrent de nouveau, comme si elles essayaient de se concerter pour savoir quoi faire. La Terrosienne nous interpella alors pour nous demander de ne pas bouger, et je pris entre mes doigts une flèche encore différente, au bois souple et propice à des effets de trajectoire en biais. Lorsque Trellia eut effectué son double tir de chakrams, je reculai, arc bandé, avant de prendre mon élan et de courir sur quelques mètres. Prenant une forte impulsion sur le terreau de la Jungle de Thâ, je décollai pour laisser fuser mon projectile en l'orientant vers le bas. Il s'ancra dans le tronc d'arbre comme s'il avait été tiré d'une branche en hauteur, avec un angle étrange qui le collait presque à sa cible, et ce fut comme si le signal de la débandade s'était amplifié. Paniquées, les créatures rouges et blanches s'agitèrent et entreprirent de descendre, dans un désordre avéré, mais malgré le mouvement général, quelques Chenipotte essayèrent une dernière percée vers le sommet.

Empoignant rapidement une flèche très légère, je dirigeai mon arc vers le haut, imaginant en quelques instants la courbe que je devrais lui faire décrire pour la faire tomber là où je le voulais. Je n'avais aucune intention de tuer qui que ce soit dans cette forêt, je n'avais donc pas le droit à l'erreur. Mais entourée de plantes et de Pokémon arboricoles, je me sentais sereine et en confiance. Inspirant profondément, je laissai mon souffle partir en même temps que ma flèche, vers les cieux. Entraînée par l'effet que je lui avais imprimé, elle s'éleva à plusieurs mètres au-dessus du groupe de chenilles, avant d'amorcer sa descente en piqué et de se ficher un peu plus bas que mon projectile précédent. Constatant ma réussite, je reproduisis mon geste, abaissant légèrement mon arc à chaque nouveau tir pour décaler le point d'arrivée de quelques centimètres, suivant du regard la direction empruntée par la procession. Les plus peureux des insectes se jetèrent à terre par peur d'être embrochés, mais les plus courageux d'entre eux essayèrent simplement d'esquiver en anticipant. Mais je vis avec satisfaction qu'aucun des Chenipotte n'était tenté de recommencer son ascension pour atteindre son repas. Les derniers vaillants, qui s'étaient dispersés et éloignés du groupe, furent contraints par Trellia de capituler, après avoir bravement résisté sans céder à la peur. En voyant qu'ils s'apprêtaient à se laisser tomber, je soufflai avec un sourire doux :


« Allez, il faut laisser cet arbre tranquille, maintenant. »

J'ignorai totalement si ces Pokémon me comprenaient, mais cela n'avait aucune importance pour moi. Encochant une dernière flèche au cas où un rebelle déciderait de montrer sa témérité, je me tournai légèrement vers Luce, attendant son approbation ou ses remarques avant de continuer.

[Désolée pour le retard (et merci pour le délai Wink), en espérant que ça conviendra ^^]

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 77

Fiche de personnage
Points: 75
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Luce le Mer 27 Juin 2018 - 11:26

Wouah, sont trop jolis les disques de la mamzelle ! Faudra que je lui demande comment elle les a eus, j’aimerais bien avoir une arme comme ça moi aussi ! Même si je préfère quand même les choux-requins ! Bon, apparemment, les deux filles, elles savant se débrouiller avec leurs armes, c’est bien ça, on va pouvoir faire des trucs trop chouettes pour la suite ! Je pose aussi mon sac sur le sol, ce sera plus pratique pour la suite.

Finalement, les chenilles finissent par faire demi-tour et Tyrande se tourne vers moi, donc je lui fais un sourire et je reprends :

« Bravo à toutes les deux, c’est exactement ça qu’il fallait faire ! Maintenant, les Chenipotte vont errer un peu mais d’ici quelques heures, elles auront trouvé un nouveau garde-manger. Fin ça c’est ce qu’il se serait passé en temps normal, mais pour être sûr, je vais les déménager moi-même ! Vous pouvez m’aider si vous voulez, ça ira plus vite.»

Et je prends quelques Chenipotte que je dépose au pied d’un des arbres du coin avant de faire de même avec un autre groupe que je dépose en bas d’un autre arbre. Comme prévus, les kipikes, ils ont trop peur pour m’attaquer et ils se roulent en boule dans ma main en poussant de petits cris cro mignons ! Bon, jusqu’ici tout se passe bien, ça va nous servir pour la suite !

Une fois que j’ai terminé la réallocation, je reviens vers les filles et je leur dis :

« Bon, votre prochain exercice, il devrait pas tarder à arriver. En attendant, faut que je vous donne un truc ! Je vais le chercher, il est dans mon sac ! ».

Et je récupère toute une série de petites bourses qui font la taille de ma paume. Je les ai confectionnées moi-même avec de grandes feuilles, et je les ai fermées avec des bouts de lianes. Mais le plus important, c’est pas ces sachets, c’est ce qu’il y a à l’intérieur !

« Pour la suite, j’espère que vous avez des poches dans vos tenues, ou en tout cas, des endroits où stocker mes sacs, ce sera plus facile pour vous ! Ce sont de petites bombes remplies de Poudre Dodo ! Y’en a une bonne dizaine par personne. Votre but pour la prochaine épreuve va être de toucher quatre cibles chacune avec mes bombes dodo ! Mais pour ça, va vous falloir être plus mobiles ! »
Puis je crie en direction des buissons autour de moi :

« MOTHER, J’AI BESOIN DE TOI ! TU PEUX V’NIR STEUPLAIT ? »

Et mon araignée géante, elle arrive vers nous en sautant d’arbre en arbres avant d’atterrir devant nous tandis que le ciel commence à se couvrir de petits points qui se rapprochent de notre position et qui produisent un bruit de bourdonnement assez caractéristique ! Ca y est, les vlà ! Moooooooh , C’trop bien !

« Ah, ils arrivent ! Voilà vos cibles ! Vite, montez sur Mother si vous voulez pas vous faire toucher ! Et je vous conseille de rappeler vos Pokémon aussi ! Mother est très gentille, il vous suffira de lui dire où vous voulez aller pour qu’elle le fasse ! Allez, bonne chance et évitez de vous faire toucher par les dards ! Quand vous aurez atteint votre objectif, cachez-vous quelque part et attendez que ça se calme ! On se retrouvera ici, Mother saura vous y ramener ! »

Maintenant on pouvait clairement voir qui étaient les cibles : il s’agissait d’un essaim de Papinox qui étaient probablement furieux à cause de ce qu’on avait fait aux Chenipotte ! Tyrande et Trellia allaient devoir sauter d’arbre en arbre pour rester à distance des insectes furieux et de leurs Dard-Venin douloureux … Heureusement, elles allaient pouvoir compter sur Mother ! Je lui avais donné pour consigne de lancer au besoin trois attaques pour aider les mamzelles : la Sécrétion, qui ralentissait les assaillants, la Toile Elek, pour piéger l’un d’entre eux et la Boule Elek, pour en assommer un. Et pour le reste, elles devaient se débrouiller pour endormir quatre pillons chacune. J’étais curieuse de savoir comment elles allaient se débrouiller sur une monture même si chuis un peu déçue de pas pouvoir les suivre ! Ben vi, j’allais devoir éviter les Papinox moi aussi ! Faudra que je me contente du compte-rendu de Mother pour savoir si elles ont réussi ou pas.

Quant aux Papinox, normalement ils risquent pas grand-chose, la poudra va d’abord les ralentir pour leur permettre d’atterrir en douceur avant de leur faire faire un gros dodo !
« Bonne chance ! » Je leur crie avant de détaler à toute vitesse pour me mettre à l’abri non sans avoir récupérer mon sac avec Mimi dedans au passage !

[Vous pouvez aider Luce à reloger les Chenipotte mais ce n’est pas obligatoire. Pour le reste…

BIENVENUE A BORD DE LA MOTHERMOBILE tout équipée avec reconnaissance vocale, option Sécrétion, Toilé Elek et Boule Elek mais aussi Mitrailleuse et Lance-Missile ! Vous devez donc éviter les Papinox qui vous pourchassent à travers toute la jungle et en toucher quatre chacune. Mother peut aller sur tous les terrains (arbres, sol, à la verticale, ect) et est particulièrement adaptée pour crapahuter dans la jungle ! Les attaque de Mother ne sont utilisables qu’une fois et l’ennemi assommé par la Boule Elek ne pourra plus être endormi. Vous pouvez bien évidemment jouer Mother à tour de rôle pour ce tour. N’oubliez de vous trouver une cachette une fois votre quota atteint ! Bonne chance !]

_________________
Finalement je garde le vert et le blanc o/

avatar
Luce
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 35
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Trellia Farron le Lun 9 Juil 2018 - 23:35

’aider à toucher ses horreurs pour les remettre dans les arbres ? Ils le feraient bien eux-mêmes, ils avaient des pattes, après tout ! Sa bonne volonté avait des limites, celle de pousser du pied l’une de ces choses dans une direction, tout en prenant bien soin qu’elle ne vienne pas lui grimper le long de la jambe. Profitant des quelques secondes de répit, Trellia alla récupérer ses deux chakrams, ainsi que les dards, éparpillés à gauche et à droite. La petite examinatrice les félicita pour leur prestation et enchaîna directement sur leur deuxième exercice. Regarder ces « petites » bêtes courir partout la fit grincer des dents, lui donnant presque la nausée. C’était dégoûtant, ce gros corps boudinés se tortillant dans tous les sens avec tant de pattes que ça n’en avait plus aucun sens… Trellia espérait tellement que tout ça serait vite fini…

Le cauchemar pourtant, était loin d’être fini. Luce retint le suspens un moment, farfouillant dans son sac, puis leur présenta une série de « bombes dodo », telle que se le représenta Trellia. C’était assez étonnant de retrouver ce genre de chose dans les mains d’une fillette, assez dérangeant. Quel âge avait-elle réellement ? Peut-être était-ce sa posture ou sa façon de s’exprimer, mais elle avait l’air très jeune. Mais elle ne l’était peut-être pas autant qu’elle en avait l’air. Quoiqu’il en soit, elle leur distribua les petits paquets, que Trellia attacha solidement sur elle. La suite de leur épreuve n’avait pas l’air trop compliqué, toucher seulement quatre cibles avec les Bombes Dodo. Dans son cas, utiliser ses chakrams serait un peu compliqué. Lamelune serait encore le plus utile des deux, mais Trellia allait devoir faire preuve de toute son intelligence.

Trellia ne comprit véritablement la suite des explications (des dards ? Dardargnan ?) que lorsque qu’une horrible araignée de la taille de Sasori descendit des arbres. Aussitôt, Trellia eut l’impression qu’un cube de glace lui tombait dans l’estomac, alors qu’elle sentait la chair de poule et cette désagréable impression dans les dents, qui automatiquement, lui serra les mâchoires. Encore, Satori, ça allait, elle ressemblait plus à un Girafig chelou avec des couettes, mais ça non ! La gorge serrée, elle resta fixée sur l’abomination jaune, jusqu’à ce qu’un cracha dégoûtant ne lui frôle le nez ! Se retournant vivement, elle vit alors un essaim de papillons horriblement moches, ressemblant plus à des mites d’ailleurs, mais qui avaient au moins le mérite de ne pas faire partie de la classe « abomination ». Par contre, elle avait suffisamment fréquenté Abby et ses Pokémon pour reconnaître la petite poudre qui s’échappait des ailes du Pokémon. C’était de la Poudre, toxique, paralysante ou autre… Le souvenir du Florizarre de son épreuve de Ramasseur lui revint en mémoire. Elle n’avait aucune envie de retomber malade.

Tout en essayant de contrôler un puissant haut-le-cœur, Trellia sauta sur le dos de l’abomination jaune et préféra en fait, carrément retenir sa respiration aussi longtemps que possible. Pâlissant à vue d’œil rien qu’à s’en approcher, elle savait en tout cas qu’elle ne pourrait pas échapper aux papillons moches en courant. En particulier dans une jungle, qui n’était vraiment pas son terrain de prédilection. Le mouvement du corps qu’elle chevauchait ressemblait à une horrible houle poilue, la menace des poudres toxiques cependant eut le mérite de retenir suffisamment son attention pour qu’elle s’en occupe un peu moins. L’essaim se dirigeait furieusement sur eux. Comme elle avait hâte d’en finir au plus vite, Trellia fut la plus rapide à bouger. Tout en essayant de toucher le moins possible l’atroce monture, elle la dirigea vers un arbre et la fit grimper à bonne hauteur. Trellia détacha quatre bombes et les balança dans le tas. Elle voulait profiter de la formation serrée des papillons.

Ils se révélèrent moins stupides qu’elle l’aurait pensé et les bombes dodo n’eurent que l’effet de les disperser. Luce et Tyrande allaient devoir courir ! Toutefois, dans un mouvement d’esquive, l’un des papillons prit l’un des sacs par ricochet. Trellia le vit tanguer puis s’affaler lentement vers le sol, alors que les bombes dodo dégageaient un véritable voile de poudre. Pour éviter que la monture plonge dedans, Trellia lui fit faire une embardée sur le côté. La créature se précipita et fit un bond souple sur le tronc d’à côté et descendit en n’en faisant le tour. Pour Trellia, l’expérience était horrible, elle avait horreur des insectes (en particulier ceux qui avaient beaucoup de pattes) et ses déplacements étaient loin d’avoir la lourdeur, la lenteur et la puissance de ceux de Sara. Deux haut-le-cœur plus tard, la monture filait dans un passage étroit entre des troncs et des fougères, poursuivit par la moitié de l’essaim, peut-être. Trellia ne se retourna pas pour les compter.

Bougeant trop rapidement pour se laisser toucher par leurs poudres empoisonnées, les Papinox changèrent de tactique. Des sifflements inquiétant se firent entendre, dont l’épéiste ne tarda pas à découvrir la provenance. Croisant une branche, tête en bas, alors qu’ils continuaient de filer, Trellia vit des dards se planter dans le bois. Il allait vite falloir s’en débarrasser, car sa monstrueuse monture ne pourrait pas s’enfuir éternellement et finirait tôt ou tard par s’épuiser. Elle avisa un tronc énorme un peu plus loin devant elle et eut une idée, en espérant qu’elle était bonne. Se servir du chakram ne serait pas de tout repos. Mal assurée à cause de sa monture, elle l’encouragea à distancer les mites en visant l’arbre. La créature monta à la verticale sur le tronc, puis Trellia lui demanda d’en faire le tour. Les Papinox venaient de lancer une salve de dards et les plus rapides contournaient déjà l’arbre pour les viser. Apparaissant alors sur l’un des côtés, Trellia, Lamelune en main et un sac accroché dessus, visa à nouveau les papillons.

Comme la première fois, ils esquivèrent, tous cette fois. Mais c’est exactement sur ce que comptait Trellia, le chakram continua sa courbe et percuta un arbre pour ricocher dessus en revenir en sens inverse. Dans la rotation, la corde se rompit et la course du chakram rattrapa légèrement les trainards pour les asperger de Poudre Dodo. Occupée à calculer la courbe du chakram, Trellia vit à peine du coin de l’œil deux de ses poursuivants s’effondrer. En revanche, elle talonna son monstre pour lui faire faire un bond, car oui, même les bestioles moches savent sauter, surtout quand on ne voudrait pas, et Trellia elle-même se leva et fit un bond en avant pour récupérer son cercle en plein vol pour retomber  brutalement sur la monture. Derrière elle, le vrombissement furieux des ailes des Papinox se rapprochait et les dards-nués commençaient à pleuvoir, l’un d’eux se plantant dans l’avant-bras de Trellia. Serrant les dents, elle se retourna et leur lança trois sacs en pleine face, mais sans succès.

Dans le mouvement d’esquive général, l’essaim  se dispersa un peu. La monture retomba brutalement au sol, Trellia s’écrasant complètement sur son dos pour son plus grand dégoût, mais elle put voir un trou sous une souche. Indiquant l’entrée sombre au Pokémon, elle s’y engouffra et avala la longue distance que représentait le tunnel de terre et de racines en agitant ses multiples pattes. Bientôt, Trellia entendit à nouveau des bruits d’ailes ; des Papinox les avaient suivit ! Mais dans cette situation, Trellia ne pouvait ni se retourner, le tunnel était trop étroit et la forçait à rester contre le Pokémon et encore moins se servir de chakram… Se rappelant alors les dards de Luce qu’elle avait récolté un peu plus tôt, elle demanda à la bête de ralentir tout en nouant la corde à l’un d’eux et lança le tout dès qu’elle estima être a portée. Malheureusement, le poids du sac entraina le dard qui se perdit dans le tunnel. Trellia talonna à nouveau le monstre. Une idée éclair lui vint. Arrachant un morceau de ses lanières de cuir, elle noua plusieurs dards les uns aux autres comme elle put et répéta sa demande, alors que déjà, une lumière intense grandissait devant eux.

Avec sa monture, elles sortirent plus vite du tunnel que Trellia ne put mettre en joue le Papinox. Cependant, une fois dehors, elle se retourna et fit ralentir le Pokémon de Luce. Le Papinox les avaient vues et il y eu un échange de tir : Trellia lança les dards attachés en étoile où était suspendu un des derniers sacs de Bombe Dodo alors que la mite géante, lui crachait tout ce qu’elle pouvait. Quoi exactement, Trellia ne le sut pas tout de suite. Par contre, elle vit le sac exploser sur le front du papillon et l’entrainer lentement dans le sommeil. En même temps, dans les airs, le reste de l’essaim les rattrapaient.

« Toile Elek… »

Coupée dans sa phrase, Trellia eut la sensation de prendre un coup qui la propulsa loin du dos de l’horrible monture. Ce qui fut à la fois un soulagement (plus de contact), une source d’anxiété (il y avait un essaim à sa poursuite tout de même) et une douleur (le dos, les côtes…). Tout se passait trop vite, Trellia roula sur plusieurs mètres, avant de s’arrêter contre une grande racine, fort heureusement, relativement souple. C’était quoi que la mite venait d’envoyer là exactement ? Elle l’avait dégagé aussi facilement qu’une brindille sans même la toucher physiquement ! Alarmée, elle crut voir Tyrande non loin.

« Dépêches ils arrivent ! »

S’adressant aussi bien au Pokémon de Luce qu’à Tyrande, Trellia se faufila, plus pâle que jamais, aussi discrètement que possible derrière la racine et sous une grande fougère pour échapper à la vue des Papinox, tout en espérant que la Toile avait bien ralentit le reste de l’essaim, permettant ainsi à Tyrande de prendre le relais.



[J’espère que ça convient…
Et surtout que tu ne prévois pas un nid/essaim de trucs avec plein de pattes dégeu, honnêtement ça je pourrais pas...]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 194

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Dim 29 Juil 2018 - 23:55

Luce me fit un sourire en nous félicitant pour notre opération de sauvetage de l'arbre, avant de nous proposer de l'aider à déplacer les Chenipotte sur un arbre voisin. Si Trellia ne manifesta aucune envie de lui prêter main-forte (elle n'aimait peut-être pas les insectes, après tout ?), de mon côté, je ne voyais aucun inconvénient à toucher ces créatures. J'ignorai les raisons de la Terrosienne pour ne pas participer, mais si elle avait aussi peur de ces Pokémon que moi du feu et de tout ce qui pouvait s'en approcher, ma foi... Je la comprenais. Rangeant mon arc à sa place, dans mon dos, je saisis l'un des Chenipotte, qui agita les pattes dans le vide avec un petit cri qui me fit éclater de rire. Je le trouvais plutôt mignon, pour ma part !

« Ne t'en fais pas, tu seras bientôt de retour sur ton terrain favori. »

Après avoir déposé la créature au pied d'un énorme tronc, je levai les yeux vers les branches. Celui-là semblait dans la force de l'âge, il pourrait donc résister sans problème aux assauts des insectes gloutons. Je rassemblai les dernières bêtes rouges et blanches là où j'avais amené la première, puis observai un peu mieux mon environnement, tout en écoutant la suite annoncée par Luce. Un rapide coup d’œil dans la direction de Trellia me fit comprendre que plus que de la peur, les Chenipotte lui inspiraient quelque chose qui s'apparentait à du dégoût... Après tout, tous les goûts étaient dans la nature, non ? Je m'étais juré de ne jamais approcher de trop près un Pokémon Feu, alors elle pouvait bien éviter à tout prix de toucher ces créatures si elles ne lui plaisaient pas.

Lorsque j'entendis un vrombissement se diriger vers nous, je me tournai vers notre examinatrice, incertaine de l'attitude à adopter. Le bruit se rapprochait dangereusement, aussi rappelai-je Dori'thur avec prudence tout en lorgnant sur la dénommée Mother. Oh, j'avais déjà vu des Mygavolt chez moi, dans la Canopée. Forme évoluée de Statitik, l'araignée jaune était agile et adaptée aux déplacements en forêt, mais je devais avouer que je n'en avais jamais croisé de cette taille. C'était sans doute une monture entraînée pour le combat, et lorsqu'elle atterrit devant nous, le visage de Trellia se décomposa, confirmant ainsi ma théorie sur son aversion pour les insectes et autres animaux de ce genre. Songeant que je n'aurais pas aimé être à sa place, je la laissai sauter sur le dos de la bête en premier. Déjà qu'elle n'aimait pas la jungle et ses habitants... Elle aurait sans doute plus besoin de Mother que moi, du moins dans un premier temps.


« Pars devant ! »

Je ne savais pas si l'araignée pouvait nous emmener toutes les deux à la fois (la réponse était probablement oui), mais dans le doute, je préférai la laisser seule avec Trellia, qui allait devoir gérer son aversion en plus des Papinox furieux qui nous fonçaient déjà dessus. M'élançant dans la direction opposée de celle de Luce, mais parallèle au parcours de Mother, je zigzaguai entre les arbres, retrouvant mes réflexes de Sentinelle plus vite que je ne l'aurais cru. L'essaim sembla hésiter un instant sur la cible à poursuivre, pour finalement se scinder en deux, comme je l'avais espéré. Parfait ! Cela nous ferait moins d'adversaires à gérer de manière individuelle, et plus vite Trellia se chargeait des siens, plus vite je pourrais récupérer Mother et sa précieuse mobilité.

Je compris que j'allais devoir ruser et déployer des trésors d'ingéniosité lorsque la première salve de dards empoisonnés m'arriva dessus. Avisant une branche basse, je sautai pour prendre appui sur le tronc et me donner une impulsion afin de l'atteindre, laissant les projectiles se ficher dans le bois que j'entendis presque gémir de douleur. Désormais un peu plus en hauteur, je pus apercevoir une autre branche à quelques mètres de là, sur un autre arbre, et j'évaluai rapidement la distance qui m'en séparait pour bondir dessus, me réceptionnant avec souplesse. Mais déjà, les papillons en colère me rejoignaient, et je dus ouvrir précipitamment l'une des petites bourses données par Luce pour en disperser le contenu derrière moi. La poudre se mêla à celle qui tombait des ailes des Papinox, et l'un d'entre eux se fit prendre, emporté par le sommeil. Il tomba sur la branche que je venais de quitter en toute hâte, alors que je m'accrochai à la liane que j'avais repérée au dernier moment pour me laisser glisser le long du végétal. Emportés par leur élan, mes poursuivants mirent quelques instants pour freiner et faire demi-tour, instants précieux que je mis à profit pour courir à nouveau.

Dans ma fuite, je sentis la morsure d'une plante épineuse m'érafler le bras, et je grimaçai, tout en pensant que les Papinox allaient devoir éviter ce buisson épais que je venais de traverser pour me rattraper... Cela me ferait gagner un peu de temps ! À ce moment-là, je vis la Terrosienne sur Mother, à la verticale, ses assaillants quasiment sur elle, et elle gâcha trois petits sacs dans sa tentative de défense. Tout en continuant de courir, je pris mon arc, essayant de contrôler mon souffle pour le tir difficile que je m'apprêtais à faire. Enroulant rapidement la ficelle de la bourse autour de ma flèche, je ralentis légèrement en visant l'arbre sur lequel Mother évoluait rapidement, avant de décocher ma flèche en priant la Lune pour qu'elle ait la trajectoire et l'effet voulus. En se plantant dans l'écorce, elle vibra assez pour faire bouger le tissu en l'éventrant au passage, libérant la Poudre Dodo qui fit tomber le plus lent de l'essaim dans un sommeil sans rêves. J'avais donné un peu de répit à ma coéquipière, mais je devais à présent me préoccuper de ceux qui me suivaient et qui m'avaient rattrapée ! Comprenant que Trellia avait encore besoin de sa monture adorée pour l'heure, je me remis à cavaler, avisant une plante tordue et solide sur mon chemin. Au dernier moment, je freinai brusquement et tirai de toutes mes forces pour la plier vers le sol, avant de la relâcher sur mes poursuivants à quelques mètres de moi. Surpris, ils se dispersèrent tandis que je jetai trois sacs dans leur direction. Malheureusement pour moi, ils ne s'ouvrirent pas, ne trouvant aucun obstacle sur leur route pour révéler leur potentiel caché.

Je commençai sérieusement à m'inquiéter pour ma peau, car j'avais perdu de vue le duo de pattes et de cheveux jaune et noir, et il restait encore plusieurs Papinox infatigables et encore plus énervés par mes manœuvres sournoises qu'au départ. Mince à la fin, j'avais aidé Luce à changer les Chenipotte de place pour qu'ils mangent à leur faim sans détruire leur garde-manger ! Ne pouvaient-ils pas se montrer un brin plus compréhensifs ?


« Allez, soyez sympa et gardez vos forces pour protéger vos petits ! »

Ma voix était hachée par l'effort, et tandis que je me jetai au sol pour éviter une nouvelle salve de dards empoisonnés, je vis un éclair jaune dans mon champ de vision. L'un des papillons quitta l'essaim pour retourner auprès des Chenipotte, peut-être convaincu par ma supplique, mais le reste me fonça dessus ! Donnant un violent coup de rein pour faire une roulade sur le côté, je m'écriai :

« Boule Élek ! »

Un boulet de canon électrique faucha le papillon le plus proche de moi, tandis que je m'accrochai à la fourrure de Mother venue me récupérer au passage. En me hissant sur son dos, j'eus une pensée pour Trellia, qui venait de me prévenir qu'ils arrivaient, probablement par réflexe. Effectivement, la sensation était un peu particulière, mais j'étais assez pragmatique pour mettre ça de côté pour le moment. La Mygavolt crapahutait si vite qu'elle avait mis assez de distance entre nos poursuivants et nous pour me permettre de reprendre mes esprits et de réaliser l'effort que j'avais fait jusqu'à présent. Comment avais-je pu tenir aussi longtemps et ne récolter qu'une égratignure ? J'avais sans nul doute été sauvée par ma vie dans la Canopée et mon rôle de Sentinelle : sans cela, j'aurais sans doute fini clouée au sol par des dizaines de dards, harcelée par la nuée bourdonnante et empoisonnée par la poudre toxique qui s'échappait de leurs écailles. Charmant.

Prenant quelques instants pour récupérer mon souffle, je me tournai légèrement vers l'essaim bien plus clairsemé, malgré la fusion des deux escadrons aériens, et me concentrai pour lancer à la main deux bourses attachées l'une à l'autre. D'un cri, j'ordonnai à Mother de sauter, et lorsque je décollai, je projetai les deux petits sacs au loin après avoir calculé l'angle de tir. Dans la foulée, je fis partir une flèche qui siffla en trouant le tissu, mais seul un Papinox dévia de sa trajectoire en ralentissant pour se poser par terre en prenant un repos mérité. Je n'avais plus que trois réserves de Poudre Dodo à ma disposition, et je devais encore endormir un papillon... Me plaquant sur le dos de Mother pour esquiver la salve enragée des plus coriaces encore à mes trousses, je réfléchis à un moyen de mettre ma dernière cible hors d'état de nuire. Lorsque je vis un énorme tronc couché sur notre trajet, je me penchai pour chuchoter quelque chose à l'araignée jaune, qui prit son élan pour franchir l'obstacle. Alors qu'elle était presque retombée au sol, je pivotai pour me laisser tomber derrière la souche, serrant les dents quand l'impact ébranla ma hanche, et je défis rapidement l'une des bourses pour la placer dans ma paume ouverte. Le vrombissement se rapprocha de plus en plus, et lorsque j'eus compté six Papinox, je me relevai brusquement pour balancer le contenu du tissu sur le septième et dernier, qui faillit me rentrer dedans avant de s'effondrer. Me couvrant le nez pour éviter de respirer de la poudre, je jetai un œil au reste de l'essaim, qui n'avait pas eu l'air de se rendre compte qu'il avait perdu un de ses membres, et je grimpai dans l'arbre le plus proche, me plaçant le plus haut possible pour me dissimuler dans les frondaisons. Avec ce point de vue sur la jungle, je pourrais voir arriver un ennemi de loin... Et surveiller Trellia si elle était menacée, une fois repérée.


[Juste à l'heure, encore une fois ^^" Merci encore pour le délai ! Bientôt les vacances, ça ira mieux pour répondre dans les temps xD]

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 77

Fiche de personnage
Points: 75
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Luce le Lun 30 Juil 2018 - 19:24

Pour la cinquième fois depuis que j’ai commencé à courir, je regarde derrière moi… Et ya plus personne ! Ouf, c’est bon, je les ai semés ! Faut dire qu’il y en avait pas beaucoup après moi, les pillons, ils étaient plutôt effrayés par Mother parce que dans la nature, ben les Mygavolt elles mangent les Chenipotte !

Du coup j’pense que je peux retourner à la clairière de départ et attendre les deux filles ! Faudra que je leur dise deux ou trois choses avant de passer à la suite… Parce bon j’ai plus trop d’idées de trucs à leur faire faire moi ! Fin si, j’en ai bien une, mais j’aurais aimé la garder pour la fin. Bah, j’aurais sans doute une idée en revenant !

Et je retourne à la clairière en sautant d’arbres en arbres… Sauf que surprise ! Ya déjà quelqu’un ! A cause de l’attaque des Papinox, les Chenipotte se sont cachés mais ya trois nouveaux Pokémon que je reconnais : Un Melokrik et deux petits Crikzik. Mooooh, sont cro meugnons ! Les Crikzik sont en train de regarder une grosse baie qui pend d’un arbre mais le Melokrik, il fait de drôles de gestes avec son bras, il le tend puis le rétracte puis il le tend encore ! J’crois que je sais ce qu’il va faire !

Avant qu’il commence, je descends doucement de mon arbre pour laisser le temps aux trois kipikes de me voir, puis je m’assieds sur le sol, sans bouger. Le Mélokrik il suspend son geste et me regarde un petit moment avant de recommencer. Chic, ça veut dire qu’il veut bien que je reste !

Et une fois ses préparations terminées, il commence à jouer ! Moooh, c’trop bien ! On dirait qu’il joue du violon avec sa patte droite ! Il joue sa belle mélodie pendant encore un bon quart d’heure, ce qui laisse le temps à Tyrande et Trellia de revenir seules, sans Mother. Elle a dû entendre la musique, comprendre ce que c’était et les déposer un peu plu loin pour pas faire peur aux criquets !
Je fais un sourire aux filles et leur fais signe de s’asseoir elles aussi. Pour l’épreuve on verra après ! Pour le moment j’pense que c’est important d’écouter la jolie musique ! Et je remue même de la tête en rythme ! Bon elle est pas très joyeuse sa musique, mais elle est super jolie !

Musique du Melokrik

Enfin, le criquet adulte il termine par une grosse note finale qui envoie une onde de choc en plein sur la tige de la baie qui tombe au sol. Mais alors que je pensais qu’il allait la ramasser, il se tourne vers les Crikzik à côté de lui et leur fait signe. Les deux petits commencent alors eux aussi à jouer, mais moins bien que le grand. Normal, ils doivent avoir moins d’expérience. En fait, plutôt qu’une vraie mélodie, c’est plutôt un gros Brouhaha qu’ils font !

Ah j’comprends ! Eux aussi ils essaient de toucher une baie avec leurs attaques ! Mais ils sont trop faibles pour y arriver… C’est alors que, un peu par hasard, les attaques des deux petits se croisent. Là ça fait un joli son… Et une onde de choc assez grosse pour faire chuter la baie ! Aaaaah, donc l’adulte il voulait enseigner la synchronisation à ses petits ! En récompense, les deux Crikzik se précipitent sur les deux baies, sous le regard de l’adulte, qui nous remercie de l’avoir écouté en inclinant son abdomen.

En fait c’est pas très rare ce genre de comportement : quand je vivais dans la forêt d’Agata, je voyais souvent des Mélokrik s’approcher des habitations des gens à Kabana qui faisaient de la musique pour écouter leurs mélodies puis les copier. Je suppose qu’il a dû apprendre à faire ça avec un humain ! Ou bien il a peut-être un dresseur !

Je m’incline moi aussi pour le saluer, puis je m’éloigne hors de sa vue pour aller retrouver Mother et écouter son compte-rendu de l’exercice précédent. A la tête qu’elle fait, je peux voir qu’elle est un peu déçue, et je crois que je sais pourquoi. Trellia n’a pas l’air de beaucoup aimer les insectes… Bah, tant pis, ça arrive et c’pas grave ! Et pour rassurer Mother, je lui fais un gros câlin et lui dis qu’elle a été parfaite. En fait, dans ce que j’ai vu, ya juste un truc qui me dérange un peu plus, donc je pose la question à Mother qui me le confirme en hochant la tête.

Je retourne donc auprès des deux filles et je leur dis à voix plus basse pour pas effrayer les criquets kipikes :

« Bon ben bravo, vous avez réussi à toucher vos cibles ! Bon Mother est un peu déçue que vous ayez pas plus parlé avec elle, mais c’pas trop grave, ; vous pourrez toujours lui faire un câlin plus tard si vous voulez, elle adore ça ! Par contre, Tyrande, en fait c’que je voulais voir dans cette partie de l’épreuve, c’était si vous étiez capables de tirer depuis une monture. C’pas une idée à moi, hein, c’est une recommandation que m’ont faite les gens qui voulaient que je vous fasse passer une épreuve.

Du coup, comme je t’ai vue partir sans monture et tirer sur des des Papinox alors que t’étais pas sur Mother… Faut pas t’en faire pour elle, elle est bien assez grosse pour vous porter toutes les deux. Du coup Mother m’a confirmé que t’étais très agile sur les arbres et c’est très bien… Mais c’tait pas trop ce que voulais savoir en fait ! Fin bon c’est super quand même hein ? Pis c’est pas fini, il vous reste plein de choses à faire encore ! »


Je fais une pause pour réfléchir à c’que j’vais dire puis je reprends :

« Ch’uppose que vous avez vu comment les Crikzik ont fait tomber leur baie ? Ben j’vais vous demander d’en faire tomber une vous aussi ! Ce sont des baies Sitrus géantes et tous les Pokémon de la forêt raffolent de leur goût ! Sauf que ya quand même un obstacle pour vous.

Les tiges qui attachent ces baies aux arbres sont très résistantes et une seule flèche suffira pas à les trancher. Vous pourriez y arriver en tirant plusieurs fois dessus, mais c’pas rigolo, donc c’est pas c’que je vais vous demander ! Moi je veux que vous fassiez comme les Crikzik : que vous synchronisiez vos tirs pour toucher toutes les deux le même point et faire s’effondrer la baie d’un coup !
Et comme j’ai bien vu que vous savez vous servir d’un arc, j’vais rajouter deux contraintes : d’abord, vous aurez pas le droit de parler entre vous pour cet exercice ! Faudra trouver un autre moyen pour vous mettre d’accord sur le timing ! Et ensuite, j’vais vous demander d’utiliser uniquement un arc ou une arbalète, ou une autre arme qui nécessite les deux mains pour être maniée ! Donc pas de Chakram pour toi, Trellia, sauf si tu choisis d’en lancer un à deux mains !

C’pas pour être méchante hein mais pour vous empêcher de communiquer avec les mains juste au moment de tirer. Il vous faudra anticiper vos actions à chacune pour être synchro, et ça tombe bien de pouvoir compter sur quelqu’un pour garder vos arrières quand vous êtes archers !

Vous pouvez y aller, vous avez autant de temps et d’essais que vous voulez ! J’ai des arcs à vous prêter dans mon sac si vous avez besoin ! »


Et voilà ! Finalement c’est pas très compliqué de trouver un exercice pur une épreuve ! Mais alors que je regardais à nouveau le Mélokrik, j’ai vu des herbes bouger pas très loin d’eux… Tiens tiens, on est pas seul ! Et j’crois que je sais pourquoi « ils » sont ici ! Mais on verra ça après !

[Vous devez donc toucher en même temps la tige d'une baie géante pour faire tomber cette dernière, le tout sans parler et sans utiliser vos bras pour donner des indications au moment de tirer ! Bonne chance !]

_________________
Finalement je garde le vert et le blanc o/

avatar
Luce
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 35
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Trellia Farron le Dim 12 Aoû 2018 - 18:21

es mouvements d’essaims la révulsaient. Heureusement, cette épreuve fut terminée en quelques minutes, pendant lesquelles Trellia profita de la confusion due à la présence de l’araignée géante et des tirs croisés, pour se glisser hors de la zone de conflits et retourner dans la clairière où les attendaient la petite fille. Tout en marchant d’un bon pas, elle espérait sincèrement qu’elle n’aurait pas l’idée saugrenue de les faire entrer ou ne serait-ce cotoyer un essaim ou quelques abominations de ce genre. C’était déjà bien assez de la voir vouer un culte à ces horreurs… Et bizarre aussi. Comment pouvait-on aimer ces bestioles rampantes, bourdonnantes, qui venaient toujours vous enquiquiner, comme si la campagne n’était pas assez grande pour qu’elles viennent grouiller autour de vous ? Sa tolérance à l’égard des insectes était infiniment restreint, au-delà des papillons, des sauterelles et des libellules… Non c’était beurk toutes ces bestioles, il n’y avait pas à discuter là-dessus… Qui, de normalement constitué, pouvait les aimer ?

Sur ces dernières pensées, Trellia retrouva leur point de départ, ce qui tenait du miracle vu le labyrinthe que formait les arbres de cette jungle, et fut rejointe un peu plus tard par Luce et Tyrande. Luce leur fit signe de s’asseoir, non loin d’un Pokémon qui ne cessait son stridule à un décibel qui aurait dû être interdit par la loi, mais pour l’instant, Luce ne semblait pas vouloir faire autre chose.  Pendant ce temps, l’esprit de Trellia s’échappa. Dans le fond, elle n’avait aucun besoin de passer cette épreuve, c’était comme pour celle de Maître des Lames, mais s’être engagé dans l’armée exigeait quelques paperasseries de ce genre. Elle était plus sûre d’elle que lors de son réveil, il y avait de cela six ans à présent et elle connaissait parfaitement ses capacités, le seul problème étant de pouvoir les expliquer… Tout comme elle maîtrisait les lames, elle ne se souvenait pas de s’être entraînée un jour, mais en revanche, le souvenir d’avoir mené une ou des guérillas, dans un endroit qui n’avait rien à voir avec Erasia, expliquait beaucoup de choses.

Elle se rappelait avec plus moins de précision, certains moments passés avec le groupe auquel elle avait certainement appartenu, elle avait quelques certitudes, plus souvent des sensations, de différences, de manque… La plus grande difficulté, qui la ramenait au même niveau que les autres de ce monde, était toutes ces armes antiques, car c’était le mot qui lui venait à l’esprit, dont elle devait trouver le fonctionnement. Un SRS99-AM n’avait aucun secret pour elle, ni pour abattre une cible à deux, voire trois kilomètres de distance. Mais utiliser un arc, ça n’était évidemment pas la même chose. Le chant du Mélokrik devint moins fort et à la place, Trellia perçut comme des coups de tonnerre, mais bref, sourds lointains, comme si elle avait eu la tête sous l’eau. Les yeux fixes et sans expression, elle revoyait des éclats de lumière et entendait des cris, plutôt des cris zélés ou d’encouragements. Dans son souvenir, elle confondit les éclats de lumière avec la lueur qu’émit l’Aile-Esprit, qui ne l’a quittait jamais. Puis, le silence soudain la fit sursauter, la ramenant à la réalité présente. Trellia se reprit tout de suite et fit comme si de rien n’était, elle n’avait jamais de ça à quiconque.

Elle préféra ne pas relever la permission d’embrasser son Pokémon, elle préférait encore retourner dans la caverne magmatique de Groudon ! En revanche, la suite l’intéressa un peu plus, dès qu’elle eut la confirmation  qu’elles n’auraient à faire qu’à des individus isolés. Et encore, elles devaient se contenter de copier le criquet. En soi l’exercice était bien trouvé et c’était un exercice qui lui plaisait déjà mieux, un véritable exercice de tir. Sur le dernier argument de Luce, Trellia ne pouvait qu’être d’accord, les tireurs couvraient leurs coéquipiers, les protégeant des tirs ennemis ou les gardant d’attaques plus sournoises ou plus simplement, d’une embuscade. Mais lorsqu’ils étaient concentrés sur une cible en particulier, ils se rendaient eux-mêmes plus fragiles. Pouvoir compter sur ses coéquipiers et pouvoir avoir une confiance aveugle en eux, donnaient une grande synergie et surtout, des équipes redoutables. C’en était au point que ceux qui avaient l’habitude de travailler ensembles prenaient des habitudes de comportement et savaient parfaitement comment les autres agissaient, même lorsqu’ils devaient se séparer.

Cette grande confiance et cette habitude, Tyrande et Trellia allaient devoir essayer de l’entrevoir. Évidemment, en quelques minutes, elles ne pourraient développer guère plus qu’un simple tir synchronisé. Peut-être. L’exercice était beaucoup plus difficile qu’il n’en avait l’air et Trellia se demanda si Tyrande était plutôt solitaire ou pas. Il était moins facile dans ce cas de se synchroniser avec les autres. Pour sa part à elle, Trellia ne l’était pas et avait eu plus d’un coéquipier avec qui elle avait dû s’entendre très vite pour la bonne marche de ses enquêtes. Pour cet exercice, Trellia renonça à ses chakrams. Comme il s’agissait d’être à la fois léger et précis et non pas du lancé de poids, il lui était impossible de les lancer à deux mains, ce qui ne serait ni précis, ni léger, ni rien en fait ! Ils iraient s’écraser comme de vieux bout de métal. Comme le choix était restreint, elle se rabattit donc vers un des arcs de Luce. Peut-être aurait-elle préféré une arbalète, moins rapide à recharger, mais autrement plus puissante qu’un arc… Tant pis.

Trellia alla se servir et retourna à sa place. L’exercice n’allait pas être simple, Tyrande et elle ne se connaissaient pas, et même si Luce leur laissait autant de temps et d’essais qu’elles voulaient, Trellia avait la conviction que plus vite ça irait et le plus proprement possible, mieux ce serait. Prenant le temps de se préparer, Trellia jaugea le poids de l’arc et sa corde, tirant et relâchant à plusieurs reprises la corde. Sans oublier, bien sûr, le carquois et les flèches, qu’elle enfila et s’exerça à les saisir. En calant ses réflexes de saisies, elle espérait limiter les flèches qui paraient de travers et celles qu’elle ferait tomber, ou pire, qu’elle galérerait à attraper et à placer. On ne savait jamais, prise dans l’exercice… Elle prit une position stable et banda son arc, le tenant fermement d’une main et tirant la corde, tout en essayant de trembler le moins possible et va soigneusement sa cible. Tournant le regard vers Tyrande, sans trop bouger, elle ne put s’empêcher de se demander si celle-ci était prête et assez réceptive pour tenter d’avoir un feeling  primaire pour cet exercice. Pour sa part, Trellia tenterait d’être la plus attentive et prompte à réagir que possible, mais est-ce que cela suffirait ?


Dès qu’elle verrait Tyrande esquisser un mouvement, elle tournerait rapidement les yeux vers la baie et lâcherait sa flèche. Trellia acceptait de ne pas réussir du premier coup et il lui semblerait, comme dans les cas de ce genre avoir été un peu trop réactive. Au lieu d’attendre une confirmation, quelque soit sa forme, elle aurait lâché le projectile trop tôt. Elle allait parfois un peu trop vite. Elle n’aurait alors plus qu’à se préparer à un deuxième essai et saisir une nouvelle flèche. Elle viserait soigneusement, en prenant un peu plus de temps ? N’ayant droit ni à des gestes des mains, qui de toutes façons étaient occupées, ni à la parole, elle considérait toutefois qu’en l’absence d’interdiction, elle pourrait toutefois agir autrement. Alors, elle regarderait Tyrande dans les yeux et acquiescerait d’un léger signe de tête. Ce qui en soi, serait plus une interrogation pour Tyrande, afin de savoir si elle était prête et elle attendrait sa réponse silencieuse avec un peu plus de patience. Lorsqu’elle le lui rendrait, elle pourrait alors reporter son attention sur la baie et lorsqu’elle sentirait le moment où Tyrande tirerait, Trellia lâcherait la pression à son tour. Cette fois, elle se dirait que les flèches seraient un peu plus synchrone que la première fois, bien qu’il puisse y avoir un léger décalage entre les deux. La terrosienne considérait qu’on ne pouvait pas être parfait en seulement deux essais. Ce serait dommage, mais elle l’accepterait.

Si cela  ne suffisait pas, la troisième fois, tout en armant une nouvelle flèche, elle garderait alors Tyrande dans son champ de vision périphérique, non pas précisément en accordant moins d’importance à leur cible commune, mais en visant au préalable et en s’affairant surtout à ne pas bouger. L’exercice ne serait pas simple, mais en gardant un œil à la fois sur la baie et sur Tyrande, elle espérait que ce troisième essai serait plus probant. Elle garderait ainsi sa ligne de mire sur la baie et sur les mouvements de Tyrande sur lesquels elle pourrait se caler. Ainsi, Trellia espérait que cette fois, les deux flèches partiraient ensembles ou suffisamment proche dans le temps l’une de l’autre, que cela suffirait à faire tomber la baie. Mais si cela ne suffisait pas, l’épéiste aurait alors dans l’idée de se focaliser plus sur Tyrande que la baie. Elle pourrait ainsi observer le moindre changement dans son attitude. Avec les trois essais précédents, elle aurait eu assez d’exemple pour remarquer les petites mimiques indicatives, du moment où Tyrande lâcherait elle aussi sa flèche, cells qui marquerait un tir trop rapide, ou un micro-gestes d’hésitation. Et si son binôme se montrerait aussi attentive à son égard qu’elle, l’exercice devrait réussir. En cherchant de cette manière la synchronisation, Trellia elle aussi serait réceptive à une éventuelle forme de communication à laquelle elle n’aurait pas pensé.



[Voilà ! J’espère que ça convient, j’ai mis pas mal de temps à trouver la solution… Car je voulais vraiment jouer très rôleplay cet exercice, donc à aucun moment je n’ai contacté Nina pour savoir comment se débrouiller et aborder le post ; le problème étant que je ne peux pas dire quoi réussi et ce que fait Tyrande (pour des raisons évidentes), mais que je ne peux pas non plus la laisser décider… j’avais pensé à un post à 4 mains, mais dans ce cas, je n’avais plus ce côté totalement rôleplay que je voulais (et de toute façon, Nina ne m’a pas fait part d’un souhait de sa part à ce sujet). Donc, j’ai choisi le conditionnel sur comment ferait/fera Trellia, suivant ce que fera Tyrande ; et de cette manière, je te laisse juge, Sylver, du moment où mes descriptions d’essais sont le plus en adéquation avec celles de Tyrande ^^]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 194

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Mar 4 Sep 2018 - 0:24

Du haut de l'arbre dans lequel j'avais trouvé refuge, j'aperçus l'essaim bourdonnant qui s'éloignait, devenant un point de moins en moins bruyant englouti par l'horizon vert et feuillu à perte de vue. Je ne détestais pas les Papinox, mais je devais avouer que je n'étais pas fâchée de les voir s'en aller, ceux-là ! Je fis un rapide bilan de mes blessures, constatant que l'éraflure sur mon bras était vilaine, mais gérable. Ma hanche, par contre, me faisait un peu plus mal que prévu, et en soulevant ma tunique, je vis un énorme bleu sortir et grossir à vue d’œil. Ce n'était pas spécialement réjouissant, mais c'était le prix à payer si on voulait évaluer mes capacités. D'ailleurs, en ce qui concernait mes aptitudes...

« Ce n'était pas de tout repos, cet exercice. »

Je fis un sourire lourd de sens à ma coéquipière, qui ne paraissait pas mécontente d'en avoir fini avec les insectes. Mais je n'eus pas le temps de m'attarder sur son ressenti, car Luce m'expliqua en quoi ce que j'avais montré était, plutôt que décevant, assez peu adapté à ce qui était demandé. Ah. J'avais mal compris la consigne, visiblement. Je m'efforçai de ne pas afficher la mine contrite que j'arborais d'ordinaire en pareilles circonstances et me contentai de hocher la tête en m'excusant.

« Pardon, je pense que j'ai mal interprété vos propos. »

J'avais parlé à voix basse, car visiblement, Luce cherchait à préserver quelqu'un, ou quelque chose, que je ne tardai pas à découvrir. Non loin de là, deux Crikzik avaient réussi à faire tomber une énorme Baie Sitrus en synchronisant leurs tirs pour attaquer au même moment et au même endroit, et notre examinatrice attendait de nous la même collaboration pour parvenir au même résultat. Cela se corsait déjà un peu plus... J'avais eu beau participer à l'expédition qui avait permis de découvrir le Groudon disproportionné avec elle, je ne savais pas grand-chose de la Terrosienne. De son côté, à part ma peur du feu et mon aisance dans un milieu tel que celui qui nous entourait... Elle ne devait pas avoir beaucoup d'informations à mon sujet non plus. Mais c'était ce qui rendait l'exercice intéressant.

« Très bien. »

Laissant Trellia choisir son arme parmi celles proposées par Luce, je pris la mienne entre mes doigts, laissant courir ces derniers sur le bois travaillé et verni. Cet arc m'était très précieux, non pas à cause de sa valeur marchande, mais à cause du symbole qu'il représentait à mes yeux. Il m'appartenait à présent de m'en montrer digne. Préférant octroyer à la Terrosienne la priorité dans son placement, j'examinai avec attention notre cible commune. J'avais l'habitude de patrouiller avec mes camarades Sentinelles dans la Canopée, et j'avais développé avec eux des signes qui étaient devenus de simples regards avec ceux dont j'étais la plus proche. Même s'il m'était arrivé de monter la garde en pleine nuit sans croiser personne pendant plusieurs heures, signe que tout allait bien dans les environs, j'étais plutôt accoutumée à travailler en duo ou en trio, ce qui nous faciliterait probablement la tâche. La difficulté serait de s'accorder avec quelqu'un que je connaissais à peine, et encore ; nous pouvions nous estimer chanceuses d'avoir participé à la même mission peu de temps auparavant. Nous aurions tout aussi bien pu être de parfaites inconnues l'une pour l'autre.

Trellia semblait attendre un geste de ma part, plus pour me voir tirer et savoir à quoi s'attendre que pour atteindre réellement notre cible commune. Puisqu'il fallait commencer quelque part, je répondis donc à son invitation silencieuse et bandai mon arc, expirant sans précipitation en lâchant mon projectile. Mais la Terrosienne m'avait devancée de plus d'une seconde, ce qui me parut normal. Après tout, nous ne parlions même pas la même langue, au départ, il était donc naturel d'avoir des rythmes de tir et des techniques différents. Il ne tenait qu'à nous de communiquer, non pas avec des mots ou des gestes, mais avec notre maîtrise du tir. Manier un arc et s'en servir était un art à part entière, et il existait autant d'expressions de cet art que de tireurs dans les deux mondes. J'étais une Sentinelle de Dyrinn, elle était une militaire de Terros. En considérant que j'étais définitivement plus dans mon élément que mon binôme, j'en conclus que ce serait à moi de m'adapter à celle qui m'avait l'air d'une pure citadine. Non pas que je portai un jugement de valeur quelconque, loin de là. Mais dans ce cas précis, il me serait plus facile de me positionner correctement et d'apprécier tout ce qui m'aiderait à me caler sur sa façon de tirer. Absorbée dans l'observation de Trellia et de la place de ses mains sur l'arc, je laissai tout ce qui m'était inutile se fondre dans mon esprit, et j'eus la sensation de fusionner avec la Jungle.

En temps normal, ce comportement était suicidaire et proscrit si l'on était seul. S'isoler du monde pour se focaliser sur un point et un être en particulier faisait de l'intéressé une proie facile et aisée à abattre. Mais là, aucun danger ne nous menaçait, et je partais du principe qu'en conditions réelles, nous serions dissimulées et à l'abri pour tirer convenablement, couvertes par d'éventuels alliés plus doués au corps à corps. La sérénité m'envahit, et je décochai une seconde flèche après avoir cligné des yeux pour indiquer à ma coéquipière que j'étais prête. Néanmoins, cela ne suffit pas à rendre nos tirs synchrones. C'était nettement mieux, mais il manquait encore quelque chose.

Cherchant à déceler un mouvement particulier chez Trellia, je me rendis compte que sa respiration se bloquait juste avant d'agir, contrairement à moi, qui laissai filer mes flèches comme si elles étaient le prolongement de ma volonté. Peut-être qu'elle faisait preuve d'une rigueur propre à l'enseignement qu'elle avait reçu ? Si on m'avait toujours appris à me fondre dans la forêt pour donner l'impression que les projectiles étaient envoyés par les arbres en personne, il n'en était peut-être rien pour Trellia. Cette dernière parut se concentrer sur la Baie, détournant très légèrement le regard de moi pour l'ancrer sur notre cible. C'était plutôt bien tenté, mais pour ma part, je ne prétendais pas la connaître assez pour parvenir à deviner l'instant où le bois vibrerait en quittant la corde. Le fruit était suffisamment gros pour que je puisse l'atteindre sans lui accorder mon attention entière. Baissant les yeux vers le buste de la Terrosienne, je guettai le moment fatidique en faisant confiance à mon instinct, et la troisième flèche fusa un poil trop tard, mais presque au bon moment. J'avais compris le truc, et je bénis la fille aux cheveux de jais pour sa constance et sa régularité. Elle devait probablement faire un effort non négligeable pour rendre son attitude déchiffrable, et je fis de mon mieux pour être la plus lisible possible dans mon positionnement. Je me déplaçai légèrement vers la droite pour être bien en face d'elle, lui offrant une vision difficilement meilleure sur l'angle de mes bras et le schéma de mes doigts.

J'eus la sensation que ce quatrième essai serait le bon, et je restai longtemps immobile, appliquée à calquer ma respiration sur celle de la Terrosienne. Au bout d'un temps qui parut infiniment long, je vis sa poitrine se soulever au même rythme que la mienne, et lorsque je vis qu'elle avait compris l'instant que je guettais, je relâchai mon emprise sur mon arme, laissant ma flèche se ficher dans la tige de la Baie en même temps que celle de Trellia.


[Et encore désolée pour le retard x_x dur de RP en ce moment. J'ai préféré me caler sur les suppositions de Trellia en proposant autre chose pour se synchroniser, après trois essais manqués. J'espère que ça ira.]

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 77

Fiche de personnage
Points: 75
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Luce le Mar 4 Sep 2018 - 22:20

« Bravo vous avez réussi ! Pourtant c’tait pas facile ! ».

J’étais tellement contente que j’ai commencé à applaudir. Bon chais pas si c’est le rôle d’un examinateur de faire ça mais c’pas grave ! Cet exercice, je savais qu’il était plus difficile que les autres parce qu’en plus de réussir un tir techniquement difficile, elles avaient dû réfléchir à un plan pour se synchroniser !

« On va laisser cette baie aux Crizik aussi, d’accord ? »

Alors que les deux filles baissaient leurs armes, les deux kipikes, ils ont compris qu’ils pouvaient aller chercher la deuxième baie. Du coup, y’en avait ujne pour chacun ! Moooh c’trop bien ! Sauf qu’en fait, ya toujours un problème : les herbes pas loin des criquets, elles continuent à remuer !

Mince, j’crois que je sais c’que c’est, faut que je fasse quelque chose ! Par réflexe, je saute devant les Crizik, et le Mélokrik il fait pareil. Puis je tire devant les buissons avec deux de mes choux-requins. Et j’ai bien fait parce que l’instant d’après, deux ombres jaillissent du buisson.

Sauf qu’en fait, j’me suis trompée sur leurs cibles ! C’est pas les petits criquets qu’ils visaient mais les baies ! Ah mais je les reconnais ces Pokémon, ce sont des Insécateur ! En quelques secondes, les deux Pokémon verts, ils plantent une lame dans les grosses baies et ils s’enfuient avec !

Ces Pokémon, je les connais très bien pour les avoir affrontés pendant mon entraînement à Loukai. C’pas pour rien qu’on les surnomme les « Pokémon ninja » ! Mais du coup c’trop bien parce que ça me donne une nouvelle idée d’exercice ! Mais il vaut mieux attendre un peu avant de continuer, histoire d’être sûre qu’aucun autre ennemi ne va se montrer. J’pense que la maman Mélokrik, elle pense comme moi puisqu’elle reste en alerte, ses bras croisés devant ses petits. Mais apparemment, les Insécateur n’ont pas l’intention de revenir, ils voulaient simplement voler les baies. Parfait, je vais pouvoir lancer l’exercice !

Du coup je me retourne vers les deux mamzelles et je leur dis :

« Bon, pour la suite, on va voir si vous savez pister des trucs et les chasser ! Le but sera de ramener les baies qui ont été volées par les Insécateurs. Avec leurs baies plantées dans leurs bras, ils doivent être pas mal ralentis et moins agiles que d’habitude, donc ils ont dû laisser des traces que vous pourrez suivre.

Mais comme c’est une épreuve de Tireur et pas de soldats avec des épées, je vous demande pas de les affronter directement. Votre but ce sera de les piéger pour récupérer les baies. Donc il faut soit que vous les forciez à poser les baies pour qu’ils puissent s’enfuir plus vite, soit que vous les forciez à poser les baies pour qu’ils vous attaquent ! Mais j’vous demande pas de contre-attaquer. Vous avez le droit de leur tirer dessus pour les effrayer ou les bloquer, pas pour leur faire mal. Fin vous pouvez attaquer pour de vrai s’ils vous attaquent en premier si vous voulez mais c’pas obligatoire parce que j’interviendrai pour les faire partir de toute façon ! Votre objectif, c’est de les retrouver et de récupérer la baie avant qu’ils la mangent. Mais comme ce sont des Pokémon sauavages, ils doivent pas être tranquilles de savoir qu’il y a des humains sur leur territoire donc ils devraient fuir pendant encore un bon moment ! Bon j’crois que j’ai tout dit ! Vous pouvez y aller ! »

Et j’attends qu’elles partent devant et qu’elles disparaissent de ma vue. Pendant ce temps, je rassure les Criziks en leur disant qu’on va vite leur ramener leur repas ! Puis j’appelle Pyxor, qui sort de son cocon :

« Dis, dis Pyxor, tu peux les suivre pour voir comment elles s’en sortent et les protéger si besoin ? Mais essaie de rester discret steuplé, j’crois que mamzelle Trellia elle aime pas trop les insectes et c’est pas le moment de lui faire peur. »

Et mon Pyxor, il hoche la tête pour me faire comprendre qu’il accepte puis il s’en va à la suite des deux filles. Moooooh, il est trop fort mon Pyxor ! Mother aussi elle aurait été capable de rattraper les deux filles mais comme elle est bien plus grosse que Pyxor, elle est moins discrète, et pis bon mamzelle Trellia a l’air d’avoir du mal avec elle alors j’espère que ça se passera mieux avec Pyxor !

Quant à moi, je veux pas y aller trop tôt non plus parce que maintenant que les deux mamzelles, elles ont vu comment je me déplace dans la jungle, elles auront moins de difficultés à me repérer. Mais bon j’pense que maintenant c’est bon ! Et je m’élance à mon tour sur la trace des Insécateur voleurs. Si je fais assez attention, je devrais pouvoir observer ce qui se passe en restant à portée de vue. Allez, c’parti !

[Pour la suite, traque et piégeage sont au programme, mais ne devez pas abattre les insécateur, plutôt les piéger avec vos tirs et les effrayer jusqu'à les forcer à lâcher leur butin pour fuir. Ensuite, rapportez les baies au Crizik, il y en a une chacun. Bonne chance !]

_________________
Finalement je garde le vert et le blanc o/

avatar
Luce
Informations
Nombre de messages : 154

Fiche de personnage
Points: 35
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Trellia Farron le Lun 17 Sep 2018 - 11:37


avie d’en finir avec les nuées de bestioles, Trellia posa une extrémité de son arc par terre et s’appuya sur l’autre, attendant la suite. La petite avait même commencé à applaudir, c’était mignon, quoique, un eu bizarre aussi. Trellia ne se faisait toujours pas à l’idée qu’une gamine supervise des adultes pour un passage de grade… Toutefois, elle adressa un sourire satisfait à Tyrande. Jusque-là, elle avait réussi tous les exercices, ce qui faisait que cette épreuve était pour l’instant, mieux réussi que celui qu’elle avait passé quelques années auparavant, dans un domaine voisin. Sursautant quand les deux Insécateur surgirent des buissons, Trellia posa la main derechef sur ses chakrams, avant de le voir s’envoler avec leur butin. Cette fois, Trellia était seulement surprise. Les Insécateur ça allait dans son échelle tolérance, ils n’étaient pas physiquement dégeu et il fallait dire qu’elle avait l’habitude de côtoyer Hagane, la version évoluée de ces deux-là, elle y était donc accoutumée.

En tout cas, ce vol soudain donna une idée à leur examinatrice. Sur ce coup-là, Trellia se sentit plus confiante que le reste. Elle connaissait assez bien les Insécateur (ou les Cizayox, c’était pareil !) et le pistage était sa spécialité ! Il fallait dire qu’en tant qu’ex-Enquêteur et que Dresseur « Ramasseur »… Finalement a seule contrainte serait de ne pas pouvoir  utiliser Giselle. Justement, sa Pokéball vibra et la Zigzaton apparut, frétillant d’excitation et se jeta à la suite des Insécateur. Trellia bondit et la rattrapa par la queue. Giselle laissa échapper un cri, se débattit puis s’immobilisa en regarda Trellia, la tête en bas. Elle avait bondit dès qu’elle avait entendu « pister », ça ne faisait aucun doute.

« Pas cette fois Giselle. » dit Trellia en relâchant le raton.

Elle laissa Luce terminer ses explications et renvoya Giselle dans sa balle, puis elle se tourna vers Tyrande.

« Pour ce qui est du piégage, je ne suis pas certaine d’être au point avec un arc, par contre, le pistage, c’est mon métier. »

N’attendant pas plus longtemps, Trellia se lança à la poursuite des Pokémon en compagnie de Tyrande. Elle ne connaissait pas grand-chose de la Tenkeinoise, mais elle ne devait pas être mauvaise non plus, après tout, elle s’était portée volontaire pour enquêter sur Groudon. On ne se jetait pas dans ce genre d’aventure en étant une brêle ! Tout en poursuivant les fugitifs, elle se concentra tout de suite à trouver des marques de leur passage, ce qui ne serait pas simple. Les Insécateur, comme les Cizayox, étaient des Pokémon discret. Trellia commençait à avoir l’habitude d’Hagane, mais les deux voleurs possédaient encore la livrée verte qui les dissimulaient parfaitement dans la jungle. Il lui restait donc à retrouver des traces de pattes, mais étant capables de survoler le sol… La meilleure piste, était encore de s’appuyer sur les branches, les fougères coupées, cassées ou abîmées par leur passage ; avec les deux grandes faux qui leur servaient de bras…

« J’ai remarqué que tu était plutôt à l’aise dans la forêt. Comme ce n’est pas mon cas, je te propose un jeu de rabatteur, ce sera plus simple si je les rabats vers toi. Je pense que tu es plus discrète que moi dans ce genre d’environnement. Ils te remarqueront moins. »

Trellia ne voulait pas leur laisser trop d’avance. Elle avait laissé l’arc de Luce derrière elle. N’étant pas habituée à ce genre d’arme, il allait plus l’encombrer qu’autre chose. Se séparant finalement de Tyrande après s’être rapidement mises d’accord, Trellia se replongea dans ce qu’elle savait faire de mieux. Ces Pokémon étaient de vraies fantômes, leur mettre la main dessus n’allait pas être facile, mais en même temps, elle ne cherchait pas complètement à se dissimuler ; déjà parce qu’elle en était incapable dans une jungle pareille et ensuite, parce qu’elle devait les diriger vers Tyrande. Alors au contraire, mieux ils la verraient ou l’entendraient arriver… A plusieurs reprises, Trellia nota la cassure dans les tiges de certaines fougères. Elle en avait pris une et cassé la tige pour s’assurer que leur fragilité ne résisterait pas au contact des lames affûtées des insectes. Vu leur taille et l’abondance de ces plantes, cela lui semblait inévitable.

De temps en temps, elle vit aussi une empreinte. Il faisait assez sombre, les arbres, immenses avec leur feuillage dense, obstruait le passage de la lumière et les rayons du soleil qui apparaissaient par endroit, comme des faisceaux dirigés, paraissaient verts. Parfois, Trellia apercevait une lueur. Un battement d’ailes membraneuses d’un des deux voleurs ? Dans le doute, elle saisit Lamelune et calcula une trajectoire, puis elle la projeta devant elle. Le chakram décrivit une courbe, alla taper dans trois arbres par rebonds et revint vers Trellia. Dans un bruissement, ça avait disparu. En arrivant sur place, la Terrosienne vit sur l’arbre la marque du chakram là où il avait frappé l’arbre et plus loin, des fougères cisaillées, dont le feuillage était tombé au sol. Avec la sensation de se retrouver dans de la végétation inextricable, elle se demanda si un piège avait la moindre chance de fonctionner. A un moment, elle vit passer la silhouette fugitive d’un Insécateur, reconnaissable par sa taille et le profil aiguisé et fin de ses membres supérieurs, en forme de faux. Aussitôt, Trellia bondit dans sa direction et, apercevant un signe du passage de Tyrande, lui envoya rapidement sa Lamelune et son Devanion. Le premier chakram décrivit son habituelle trajectoire en forme de courbe et effraya l’Insécateur qui bifurqua violemment de l’autre côté ou cette fois, le second chakram lui coupa la route. Comme elle arrivait derrière lui, il n’eut plus le choix de filer droit devant lui.

Arrivant un instant plus tard là où il se trouvait, Trellia ramassa en vitesse le deux cercles là où s’étaient échoués. Elle tomba alors nez-à-nez avec un second Insécateur, aussi surprit qu’elle. Le temps de faire un geste, il lui échappait en suivant l’autre. Alors, comme elle ne pourrit pas le rattraper, elle envoya de nouveau ses deux cercles de métal. La Lamelune alla se cogner et rebondir contre un arbre pour en frapper un deuxième, dirigeant l’Insécateur. Fatigué de l’avoir à ses trousses et certainement agacé aussi, il se retourna vers elle pour l’affronter, mais Trellia brandit le Devanion. Elle ne devait certes pas le blesser, mais elle n’avait pas l’intention de se laisser attaquer non plus. Mais la mante para sans mal le chakram, qui s’écrasa par terre. Trellia n’était pas restée pour voir le résultat, elle avait fait mine de porter la main sur sa Gunblade, ce qui n’avait pas échappé à l’Insécateur qui retourna sa veste et se sauva.

Tout en le poursuivant, et ramassant une fois encore les armes jumelles, elle poursuivit le Pokémon. Elle espérait que Tyrande avait eu le temps d’avoir le premier, car le second arrivait.



[Désolée d'avoir pris le temps ^^'''
Comme on s'est mise d'accord sur la manière de procéder, je n'en ai pas trop dis pour laisser de quoi raconter ^^ J'espère que ça convient ! ]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 194

Fiche de personnage
Points: 155
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Mer 19 Sep 2018 - 12:19

Bien qu'étonnée de voir notre examinatrice applaudir pour nous féliciter de notre succès, je rendis son sourire à Trellia. Se coordonner n'avait pas été facile du tout, mais nous avions finalement réussi à nous accorder pour parvenir à notre but. Cela me donnait de bonnes raisons de croire que nous pouvions réussir à valider nos acquis et notre niveau en matière de tir, mais l'épreuve n'étant pas terminée, je préférai m'abstenir de crier victoire trop vite. Luce était pleine de surprises, et qui pouvait savoir ce qu'elle nous réservait pour la suite ? Alors que j'étais occupée à scruter la réaction des Crikzik devant les Baies, quelque chose s'agita dans les buissons, me ramenant brutalement à la réalité. Plissant les yeux, je préparai mon arme pour nous défendre en cas d'attaque, mais l'irruption des deux Insécateur voleurs de fruits ne nous laissa pas le temps de réagir. Notre jeune examinatrice, inspirée par ce qui venait de se dérouler, nous annonça que l'exercice suivant serait un jeu de piste afin de récupérer les Baies subtilisées par les deux mantes vertes. Le fait d'être dans une forêt me réconfortait et me donnait confiance en mes capacités, mais cela ne changeait rien au fait que ces Pokémon, eux, étaient chez eux, et connaissaient donc parfaitement les recoins de cette Jungle pour nous semer et nous rendre la tâche ardue.

Après l'intervention fugace de Giselle, visiblement déçue de ne pas pouvoir se joindre à nous, Trellia m'expliqua qu'elle était à l'aise pour pister, et pour cause, c'était son métier. Voilà qui allait nous aider ! Sanglant mon arc dans mon dos d'un geste rapide, je m'élançai à mon tour, ouvrant tous mes sens à la nature pour chercher les effluves trahissant le passage des Insécateur. Je remarquai des branches cassées et des feuilles pliées, mais j'allais devoir faire attention à ne pas les confondre avec des marques de nos précédentes courses dans la forêt, lors de la poursuite des Papinox. S'ils étaient assez malins et observateurs, les Insécateur s'appliqueraient à emprunter des chemins déjà tout tracés... Mais je n'étais pas certaine qu'ils aient le temps ou la présence d'esprit de procéder ainsi. Tant mieux pour nous, en un sens.

Mon binôme me proposa alors de nous partager le travail en fonction de nos spécialités respectives, ce qui me parut être une bonne idée. Je hochai la tête.


« En effet, tu as raison. Je laisserai un indice de mon passage pour t'indiquer la direction que je prends afin que tu puisses les orienter vers moi. »

Je me séparai donc de Trellia pour mieux appréhender l'environnement et réfléchir à un moyen de les piéger. Nous devions éviter à tout prix de les blesser, choisir un emplacement propice à un blocage quelconque serait donc crucial dans l'opération. Délaissant mes recherches de traces des Insécateur, je me mis en quête d'un lieu adapté aux différentes possibilités que j'envisageais. Finalement, je trouvai quelque chose qui pourrait me servir : sur une branche abîmée et presque détachée du tronc, un amas de lianes et de feuilles entrelacées formait une cage naturelle parfaite, à condition que je m'arrange pour la rendre facile à faire tomber. Après m'être assurée qu'aucun Pokémon sauvage ne me voyait faire, je grimpai pour atteindre ma prison végétale, puis démêlai les quelques lianes qui empêchaient le tout de dégringoler. Je fis tenir le tout dans un équilibre précaire grâce à une tige qui céderait avec un tir assez puissant et bien placé, puis reculai en prenant mille précautions pour ne pas compromettre le maintien du dispositif. J'effectuai une dernière vérification visuelle, puis repartis dans l'autre sens pour essayer de rejoindre la piste de Trellia. Lorsque je la repérai, je plantai une flèche en amont de son chemin dans un arbre, bien visible, pour lui indiquer ma présence, avant de repartir en embuscade pour guetter l'arrivée d'un des deux Insécateur.

Peu de temps après, je pus constater avec satisfaction qu'elle avait eu mon message et m'avait envoyé la créature. Cette dernière passa dans la clairière, à l'affût du moindre bruit, et je décochai une flèche à ses pieds pour lui faire peur et la diriger là où je le voulais. Sursautant à la vue du projectile, le Pokémon fit un écart, pile là où il fallait, et je m'empressai de tirer sur la tige pour libérer ma cage végétale, qui s'abattit sur le malheureux. Paniqué, l'Insécateur tenta de trancher sa prison avec son bras libre, mais avec une seule lame, il fut incapable de se libérer. Croisant mon regard, il comprit le stratagème et, à contre-cœur, fit glisser la Baie d'un geste vif pour récupérer l'usage complet de son autre bras. Une fois le fruit au sol, il déchiqueta les plantes, recula suite à un avertissement de ma part sous la forme d'une flèche sifflante entre la Baie et lui, et s'enfuit sans demander son reste.

Satisfaite d'avoir pu récupérer la première Baie, je l'enroulai dans un tissu pour éviter que le jus ne parte en emportant toutes les saveurs et la rangeai dans mes affaires. Voyant que le second Pokémon tardait à arriver, je changeai de place, cherchant une trace du liquide sucré au sol. Je finis par croiser de nouveau Trellia, qui poursuivait le second larron, et je me hâtai de reprendre de l'avance pour anticiper et réfléchir à mon prochain piège. Mais je n'eus pas le loisir d'échafauder un nouveau plan : la mante affolée avançait vite, sa fuite précipitée par sa poursuivante, et je dus décocher un projectile pour le forcer à changer de cap. Il fit demi-tour, probablement dans l'idée d'attaquer son « prédateur » d'un jour. Il avait l'air féroce d'une bête acculée et prête à en découdre. Mais je fis confiance à mon binôme pour savoir comment réagir et me dissimulai dans un arbre, après avoir pris appui sur la branche la plus basse à ma portée. J'avais une idée, mais il me faudrait être précise et rapide, et ne pas me manquer. Une telle occasion ne se présenterait probablement plus.

Arc en main, je me préparai à l'instant fatidique, prête à lâcher la corde des doigts dès que je verrais le Pokémon. Ce dernier fit brusquement irruption dans mon champ de vision, et après avoir vérifié en une seconde que sa lame était bien placée, je tirai dans un réflexe qui me surprit moi-même. Fort heureusement, cet Insécateur-là était gaucher, et il s'était arrêté près d'un arbre qui allait me donner une opportunité parfaite. La flèche se planta dans la Baie avec force, entraînant avec elle la créature propriétaire de la lame coupable. En proie à la panique la plus totale, prisonnier à cause de son larcin, l'Insécateur dégagea vivement son bras aiguisé en abandonnant son précieux butin au sol, nous lança un dernier regard courroucé, puis disparut dans la Jungle, nous laissant là avec la Baie surmontée d'une flèche gisant par terre.


« Désolée, je l'ai abîmée, du coup... Mais on l'a récupérée, au moins. »

[Je suis pas en retard \o/]

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 77

Fiche de personnage
Points: 75
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Épreuve Tireur] À la découverte des kipikes ! [Trellia & Tyrande]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum