[ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Shiro Laal le Jeu 31 Mai 2018 - 14:55



"Aurore de Feu"

Le soleil se levait doucement sur le continent Erasien. Comme presque tous les jours depuis l'aube des temps anciens. En ce début d'été, la chaleur était de plus en plus présente, n'en déplaise à certains. Mais elle était surtout très imposante dans la ville d'Omatsu, capitale de la région de Flamen. Si la guerre faisait rage aux frontières de Terros, la prospérité de la ville continuait d'existait et ses habitants de vivre, sans vraiment se soucier des conséquences de la guerre. Du moins, pour les habitants les plus aisés.

Allongés sur des draps de fortune faits de vieux tissus qu'il avait récupéré au fil des années, Shiro ouvrait les yeux péniblement. Ce n'était pas la chaleur qui l'incommodait, non. Il avait l'impression d'être écrasé par une masse informe et brulante. Il découvrit alors que ce n'était rien d'autre que son compagnon à poil, Kuro, un Pokémon du nom de Flamiaou, un passant venant de loin lui avait informé de son espèce. Il l'avait sauvé d'une mort qui serait survenue par la faim, et depuis, le Pokémon et le jeune garçon avait noué un lien indéfectible l'un pour l'autre. Si bien qu'il était très fréquent que le petit être rouge et noir vienne dormir sur le corps de son sauveur, au détriment de ce dernier. Shiro avait parfois l'impression d'étouffer sous le poids de son ami.

"Kuro … T'es lourd, descend de là …"

Le petit chat de feu finit par se réveiller à son tour, à s'étirer puis à descendre de son coussin vivant. Il lui marmonna un miaulement avant d'aller se mettre dans un coin et de faire sa toilette. Shiro se redressa ensuite pour se mettre en position assise. Il observa ainsi, comme chaque matin depuis près d'une année déjà, le taudis dans lequel il vivait. Une vielle bâtisse en périphérie de la ville, pas de voisins aux alentours, donc pas de risque d'être embêté ou chassé. Il n'y avait de l'espace que pour une seule personne, mais ce n'était pas comme si le jeune homme et son Pokémon prenait beaucoup de place. Il avait trouvé la bâtisse abandonnée et en ruines telle quelle sans que jamais personne ne vienne la réclamer, alors il avait fait de cet endroit sa demeure de fortune. Mais il voulait du changement.

Il avait parfois l'impression de ne pas vivre, de juste subir la vie dans laquelle il avait été jeté, sans pouvoir l'améliorer ni même s'en débarrasser. Et cela durait depuis près de dix années désormais. Comme tous les matins, il se leva alors et sortit de la maison de pierre. À l'extérieur, il y avait un petit muret de pierres blanches sur lesquelles Shiro se retrouvait souvent assis sur le sommet. Il avait pris pour habitude d'y passer plusieurs heures à essayer d'améliorer sa maîtrise du feu, en vain.

Kuro, quant à lui, restait toujours près de lui. Ce dernier était un Pokémon de type feu, qui maîtrisait déjà quelques attaques basiques, mais pas suffisamment pour lui non plus. Ainsi, quand il était décidé, il était capable de s'entrainer autant que son camarade à cracher des flammes plus fortes et plus longtemps. Voir une telle complicité permettait à l'un comme à l'autre de ne pas sombrer dans le désespoir de rester éternellement faible …  

Cette journée-là ne faisait bien évidemment pas exception. Shiro se concentrait toujours comme son père, dans ses lointains souvenirs, lui avait commencé à expliquer les fondements. Ressentir le feu, le laisser parcourir le corps, pour ne faire qu'un avec lui. Mais tout ce que le jeune homme parvenait à faire, c'est deux choses uniquement : allumer une flamme au bout d'un de ses doigts, ou bien créer de petite étincelles dans les paumes de sa main.
Il laissa s'échapper un mot qui ne valait pas d'être entendu, et frappa de son poing les pierres sur lesquelles il était posé. Il n'arriverait donc jamais à rien seul, et jamais il n'arriverait à mener à bien sa vengeance …


Hors-RP:
Voilà, voilà, j'ai fait au mieux que j'ai pu pour commencer, dites moi si ça vous va ou si vous voulez que je modifie ^^;

_________________
La narration se fait ainsi.
Shiro parle comme ceci.
Les autres personnages parlent comme cela.
avatar
Shiro Laal
Informations
Nombre de messages : 29

Fiche de personnage
Points: 34
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Sylver Belister le Sam 2 Juin 2018 - 21:19

[HRP : Mon contexte en deux phrases : les Pokémon de Sylver ont été enlevés par une organisation criminelle puis revendus à des marchands peux scrupuleux et il les recherche. Actuellement, il n'a sur lui que sa Funécire et son Abra, qui ont été capturées après le rapt de ses trois autres Pokémon.]

Toujours en chasse, j’avais décidé de laisser derrière moi les beaux quartiers de la ville pour m’aventurer dans ses banlieues les moins accueillantes. Les receleurs et revendeurs de Pokémon volés avaient rarement des boutiques avec pignon sur rue dans le centre-ville…

Mes recherches à Tarouga s’étaient soldées par un demi-échec : si mes Pokémon avaient bien transité par la ville pirate comme je le suspectais, ils n’y étaient plus depuis un certain temps et avaient été séparés entre plusieurs revendeurs. Malheureusement, l’homme que j’avais… interrogé pour avoir ces informations n’avait pu me dire la localisation que d’un seul des trois. Ce qui n’était déjà pas si mal si on considérait mes probabilités de réussite, d’autant plus qu’il ne s’agissait pas de cette horrible lettre aussi pédante que lévitante.
BlackJack, ma Persian, avait été revendue à un marchand en partance pour Omatsu, tel était tout ce que mon informateur avait pu me dire. Et bien sûr, l’homme que je recherchais avait le physique le plus commun du monde : cheveux noirs, imberbe, la trentaine, teint hâlé des Flamenois. Pas de barbe, pas de tatouages, pas de signes particuliers. Autant rechercher une aiguille dans des bottes de foin. Ma seule façon de l’identifier était de m’intéresser aux Pokémon qu’il vendait, mon passé de marchand allait donc me resservir dans cette enquête.

Si Lucy restait perchée sur mon épaule tout en scrutant attentivement les alentours, Abra se téléportait de ruelle en ruelle, revenant par moments vers moi pour me faire son rapport. Mais elle non plus ne trouvait rien.

« La plupart des rues du coin sont vides ou peuplées par des gens qui m’ont l’air de mourir de faim. Peut-être les clochards de cette ville… Je ne pense pas que ce soit le genre de clientèle capable d’acheter un Pokémon volé ou même de le dérober, ils sont si affaiblis... Et puis je ne vois pas trop ce qu’ils en feraient. » m’expliqua-t-elle.

J’étais d’accord avec elle sur ce point. Nous n’étions visiblement pas dans le bon quartier. Encore que… Certaines des maisons devant lesquelles je passais étaient vides, du moins à première vue. L’endroit idéal pour y cacher une boutique illicite. Malgré l’étroitesse des bicoques devant lesquelles j’étais déjà passé, bien trop petite pour accueillir un humain et plusieurs Pokémon illégaux, cette idée de marché noir dissimulé continuait à trotter dans mon esprit.

La moitié de ces bicoques environ, soit celles en meilleur état, étaient occupés par des gens que j’avais parfois du mal à différencier de leur ombre tellement ils étaient maigres. La guerre en cours n’avait certainement pas dû faire diminuer la population de ce quartier, envoyant son lot de réfugiés sur les routes, en direction des villes sûre comme Omatsu. Si Kabana la Terrosienne était la seule ville d’importance dans la forêt disputée, cette dernière comptait aussi quelques villages de chaque côté de la frontière, et la vie de ces villageois avait sans aucun doute été bouleversée par la guerre.

Par acquit de conscience, je rentrai dans les plus grandes de ces quasi-cabanes, mais toutes étaient désertes et même avec les pouvoirs d’Abra, je ne distinguais jamais aucun signe de passage récent. Bien entendu, rien ne disait que je fouillais le bon endroit. Il me restait encore une dizaine de quartiers possibles à explorer, ce qui me prendrait au bas mot deux bonnes semaines.

J’avais commencé mes recherches deux heures plus tôt, en un si court laps de temps il était normal que je n’aie encore obtenu aucun résultat. Pourtant, la première avancée provint de Lucy alors que je posais ma main contre la façade de l’une de ces mauvaises maisons.

« Là, au sol
! Lança-t-elle ! Des pattes de chat ! »

Intrigué, je m’accroupis au sol pour examiner sa découverte tandis qu’Abra, attirée par son appel, nous rejoignait. Cela faisait un an et demi que j’avais déchiré mon ancienne certification d’aptitude au Ramassage, et depuis, je n’avais eu ni le loisir ni l’envie de reprendre ces activités, si bien que je devais à présent être assez rouillé dans ce domaine et je n’avais pas la moindre envie de reconquérir mes aptitudes passées. Néanmoins, même le plus mauvais des néophytes aurait reconnu les traces caractéristiques d’une empreinte de félin.

Malgré tout, je doutais qu’il s’agisse de BalckJack : les traces étaient bien trop petites pour son gabarit. Mais vu Lucy avait passé la majeure partie de sa jeune vie dans un cimetière de Midgard, elle ne pouvait pas le savoir. N’ayant pas l’ombre d’une autre piste, je la remerciai brièvement et suivis en désespoir de cause les motifs imprimés dans le sol. Ici, le quartier n’était pas assez huppé pour avoir des rues pavées, et ses habitants devaient se contenter de terre plus ou moins battue, ce qui handicapait la marche mais en l’occurrence facilitait mes recherches. Et puis qui sait ? L’homme que je recherchais était peut-être un revendeur spécialisé dans les félins…

Abra ne trouva rien à objecter à mon raisonnement, n’ayant elle-même rien de mieux à proposer. La piste menait à une maison de fortune semblables aux dizaines que j’avais déjà aperçues dans le coin, si ce n’est qu’elle semblait plutôt isolée par rapport aux autres. Cette ruelle semblait également parmi les moins peuplées.

Sans doute cette maison n’était qu’un banal refuge pour Miaouss de gouttière. Mais alors que j’allais pousser la porte pour ouvrir et vérifier tout cela, Abra m’avertit qu’elle captait une présence humaine à l’intérieur, ainsi qu’un Pokémon. Le petit chat sans doute. Fausse piste, pas de Persian là-dedans. Cela dit, je n’avais rien à perdre à me renseigner un peu.
Reprenant mon geste, j’ouvris la porte sans toquer – j’étais un peu trop pressé pour cela, sans compter qu’un combat m’aiderait à faire passer ma frustration devant l’échec de mes recherches – et demandais au jeune homme à l’intérieur : « Salut, tu n’aurais pas vu un Persian avec la lettre J tatouée en noir sur la queue dans le coin, par hasard ? »

Quant au chat, il ne s’agissait pas effectivement pas d’un Persian mais d’un petit chat rouge et noir dont l’espèce m’était inconnue. Son pelage rouge et noir me rappelait un peu celui des Malosse. Peut-être un type feu. A une certaine époque, la vue d’un Pokémon inconnu m’aurait certainement captivé. Aujourd’hui, je m’en fichais complètement.

[A vous de voir si la recherche de BlackJack, la Persian enlevée vous intéresse. Sinon, sachez que je reste ouvert à toutes vos idées de Scénario.
@ Shiro, aucun souci dans ton post pour moi, il était tout à fait satisfaisant pour un post d'intro Smile N'hésite pas à me dire si j'ai mal interprété un truc sur la position/le contexte de tes persos. ]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1558

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 58 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Lyssa le Jeu 7 Juin 2018 - 14:15

Lyssa avait longuement erré dans les steppes, après la bataille d’Agata dans laquelle elle avait été prise, contre son gré. Pour une fois, la jeune fille n’avait pas été la source de la catastrophe qui s’en était suivi. Disons que les choses s’étaient un peu emballées. Elle s’était rendue sur les lieux de la bataille dans l’idée de retrouver des membres de sa famille égarés, mais elle avait fait choux blanc. A la place, elle était tombée sur des soldats nerveux qui l’avait prise en ennemie, avant même de savoir ce qu’elle faisait, seule, au milieu de la forêt et d’un champ de bataille. Elle n’avait fait que se défendre, mais quand Orage avait disparu et qu’un incendie avait éclaté… Lyssa l’avait bien dit,, elle n’avait jamais réussi a se débarrasser de l’Élecsprint, cette fois-là n’avait pas fait exception. Par la suite, elle avait découvert que son chien se faisait taper dessus par deux folles de Terros. C’était bien la première fois qu’elle s’était sentie obligée de défendre son Pokémon, mais c’est là que ça avait dégénéré. En y repensant, Lyssa se rendait compte qu’Orage n’y était pour rien dans l’incendie, ce devait être un demeuré de Flamen qui avait lancé la tendance. Qu’il comptait attaquer ou défendre la forêt pour que les Flamenois puisse s’y installer ou pas, brûler la forêt était vraiment une preuve de stupidité profonde ; plus personne n’en profiterai maintenant.

Pour sa part, Lyssa n’en avait rien à faire de cette forêt. Après sa fuite du lieu de la bataille, elle avait perdu connaissance et s’était réveillée dans les steppes. Il avait fallut un peu de temps avant qu’elle retrouve es esprits, un endroit sûr pour récupérer et surtout, retrouver son orientation et son chemin. Ce faisant, elle avait retrouvé le Domaine de Saint Fiacre, le château de sa famille et ce n’est qu’à partir de là qu’elle avait réellement pu retrouver ses forces, avec de vrais repas, des bains et surtout, un véritable lit, avec des draps de soie, des oreillers en plumes et un vrai matelas garni du plus moelleux des duvets. Mais toute cette histoire ne l’avait pas avancée du tout. Les disparus l’étaient toujours. Par contre, ce long combat avait mis en évidence son manque de puissance. Elle devait absolument en gagner et améliorer ses compétences, cela aurait pu totalement changer le cours de la bataille. Par ailleurs, ne pas avoir une armée de Pokémon, comme les deux greluches qu’elle avait affronté, ne lui rendait pas service. C’était comme ça maintenant, pour avoir l’air doué, certains se cachaient derrière des rangées de Pokémon. Pour éviter d’être bêtement prise au piège, elle devrait malheureusement y remédier. Pulsar était le seul de ses Pokémon dont elle appréciait réellement la compagnie, elle n’avait pas tellement cherché à avoir les deux autres, même s’ils lui manifestaient une loyauté aussi bizarre qu’inattendue ; elle ne faisait absolument rien pour eux, alors pourquoi continuaient-ils de la suivre partout ?

Bien à l’abri de tout dans son Domaine, les effets de la canicule et de la guerre ne se faisaient pas réellement sentir. A l’intérieur des murs, il y avait assez de richesses pour faire en sorte que le Domaine n’ait pas à souffrir. Les paysans ou le jardin manquaient d’eau ? Lyssa envoyait un serviteur acheter des Pokémon Eau, si les puits et les rivières étaient à sec. Les récoltes mourraient ? Lyssa envoyait les serviteurs de ses serviteurs nourrir ses villageois. Jusque-là, tout se passait assez bien et il n’y avait pas eu de vol à déplorer chez elle. Pour l’instant du moins. Cependant la jeune fille ne s’inquiétait pas outre-mesure, il y avait assez d’hommes pour défendre les paysans. Le danger n’était pas vraiment pour eux. La plupart du temps, les voleurs étaient irrésistiblement attirés dans la salle du trésor, mais avec les Sceaux, ils n’en ressortaient jamais. Un de ces jours, elle ferait construire des catacombes en-dessous et y balancerait tous ces malfrats. Jusque-là, la garde s’était montrée suffisante pour ceux qui tentaient de s’introduire dans le château pour la tuer et dérober ensuite les statues, mais ils étaient rares heureusement, à connaître ce secret. Il y avait toujours un revers de la médaille et celui des deux statues n’était pas sans conséquence, mais en échange, elle avait rebâtit la fortune de sa famille et même au-delà, et personne ne souffrait de la soif, de la faim et même ses « pauvres » ne l’étaient plus réellement, depuis qu’elle avait reprit possession de son château et les avaient accueillis. Pourquoi y renoncer ?

Les Deux Renards la mettaient toujours sur la piste d’un trésor convoité, il lui suffisait de vouloir, plus d’or, de bijoux, de pierres précieuses… Mais cette fois, c’était plutôt du pouvoir. Sa nature n’avait pas beaucoup d’importance, un bijou enchanté, une arme, une gemme de pouvoir quelconque, du moment que cela décuplait sa propre magie ! Lyssa avait longuement cherché dans la bibliothèque un tel objet, mais sans grand succès. Le moment était peut-être venu de « consulter » les Deux Renards. Elle se rendit dans la salle du trésor et verrouilla derrière elle. Lyssa ne permettait à personne d’entrer. La pièce était simple mais pleine de richesse. Devant deux grandes colonnes, deux statues. Grande d’un mètre environ, elles trônaient sur un piédestal en marbre. L’un des Feunard était en Jade et l’autre en Grenat. Lyssa se souvenait comme d’hier le jour où elles les avaient trouvées, l’une déclenchait des pièges physiques, l’autre des pièges psychiques, illusoires, en tout genre. Elle imaginait fort bien à quel labyrinthe cauchemardesque pouvait ressembler cette simple salle ! C’était pour cette raison qu’il n’y avait pas besoin d’une garde nombreuse pour la protéger : en devenant propriétaire des Deux Renards ; elle avait pris possession de leur bénédiction et de sa malédiction. Depuis que Lyssa les possédaient toutes les deux, elle n’avait plus eu à jouer les mercenaires pour gagner sa vie. Lyssa se dirigea l’endroit où elle cachait les Sceaux, ces trois petites répliques de Feunard en Bronze, en Argent et en Or, qui avaient la curieuse capacité de désactiver les pièges.

Puis, elle s’installa sur le trône qu’elle avait mit en face des Deux Renards, et attendit, dans un genre de méditation. La Bénédiction était une chose étrange, Lyssa avait mit du temps à en comprendre le fonctionnement. Elle ne donnait ni jolie phrase pour « faire sa quête », ni point de rencontre, ni lieux, ni une image, physique ou mentale, de l’endroit où se trouvait l’objet convoité, ni même aucune certitude. C’était plutôt une intuition, une inspiration… L’inspiration lui vint, à la fin de la journée, après qu’elle ait passé de nombreuses heures assise sur son trône. L’objet convoité se trouvait à Omatsu, elle en avait la sensation. Par confort, elle avait fait acheter une grande carte du monde qu’elle avait épinglé derrière le trône. La route ne serait pas trop longue d’ici là, en partant le soir même, elle y serait au matin.

La route avait été un peu longue, mais très calme, ce qui n’était pas sans déplaire à la jeune fille. Descendant du dos de Nova, qui était contente de pouvoir se reposer, Lyssa rappela l’Arcanin. Depuis la veille, Pulsar avait refusé de la quitter. Il se montrait toujours inquiet quand elle utilisait ses avantages et à vrai dire, il l’était de plus en plus à son sujet. Ces obsessions et ses maudites statues à l’effigie de sa race… Quel puissant magicien avait pu créer de tels objets ? De on point de vue, ils étaient maléfiques, mais ils étaient bien trop lucratifs aux yeux de Lyssa. La jeune fille entra dans la ville, rajustant son  bandeau et lissant ses vêtements de soie. Son intuition la mena vers les quartiers des miséreux. Plus pauvres que ses pauvres à elle, il aurait pu agoniser sur le sol qu’a vrai dire, elle n’aurait pas vu une grande différence… Ses petits pauvres devaient être bien heureux de vivre dans son domaine ! Mais elle passa son chemin, indifférente. Elle ne devait surtout pas perdre son inspiration, sans quoi, sa piste risquait de s’évanouir aussitôt.

« Qui croirait que l’objet apportant une puissance incroyable se trouve dans un endroit aussi… Qu’est-ce qu’il y a en dessous de ‘miséreux’ ? »

Le Feunard millénaire lui échangea un regard. Elle n’avait pas tord, mais ils ne pouvaient rien pour eux. Malgré sa fortune scandaleuse, Lyssa ne pouvait pas nourrir une ville entière. Quoique ! Depuis combien de temps amassait-elle les trésors les plus fous grâce aux Deux Renards ? Pulsar s’en méfiait, un jour, quelqu’un viendrait la voler, quelqu’un de mieux avertit, de plus puissant… Il était convaincu qu’elles la mèneraient à sa perte. Lyssa traversa les rues, suivant un instinct corrompu et arriva devant une vieille bicoque. Elle n’imaginait pas une seconde qu’un objet outrageusement puissant puisse s’y trouver. Ou peut-être était-ce pour cela, exactement, qu’il pouvait s’y trouver. Comme il était évident que personne ne pouvait vivre dans un tel taudis, elle chercha l’entrée un moment et vit une vieille porte branlante. Ça avait  l’air d’être une porte de service, mais dans une maison abandonnée, entrer par devant ou non, quelle importance ? Même si bien sûr, cela lui faisait mal de se contenter de la porte de derrière. Mais cela serait peut-être plus discret. La porte grinça un coup et Lyssa entra. Des planches obstruaient certaines fenêtres, il faisait très sombre malgré le grand soleil, il y avait de la poussière partout et le mobilier était immonde. Elle allait devoir fouiller pour trouver son trésor, parce que là, sa présence n’était pas évidente du tout !


[Ton message est très bien ! En ce qui concerne Lyssa, elle arrive par une porte de derrière et arrive dans une pièce vide. Comme j’arrive après Sylver, j’ai trouvé amusant que je ne vous entende pas tout de suite, tout n’étant pas si discrète que prévu ^^]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Lyssa
Informations
Nombre de messages : 186

Fiche de personnage
Points: 106
Âge du personnage: 20 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Shiro Laal le Ven 8 Juin 2018 - 16:11



"Aurore de Feu"

Vers le début de l'après-midi, Shiro se lassa de l'entrainement, chose qui était assez rare pour le jeune garçon. Il était fatigué et complètement démoralisé, et il ne trouvait plus l'envie de continuer son entrainement. Il invita son compagnon, Kuro, à rentrer à l'intérieur, où il ferait légèrement plus frais. Il n'avait pas spécialement chaud, il avait appris au fur et à mesure à supporter la chaleur dans sa combinaison, mais c'était toujours mieux d'être à l'ombre. D'autant plus qu'il préférait rester à l'écart, vivre à l'inconnu des autres gens.

Une fois à l'intérieur, chacun des deux compères retournèrent sur leur lieu habituel de sommeil. Shiro avait besoin de réfléchir à esprit ouvert, sans penser à rien d'autre. Il ferma les yeux, et commença à se poser les mêmes questions en boucle.

Pourquoi était-il comme ça ?
Pourquoi n'y arrivait-il pas ?
Quelle était la cause de son malheur ?
Aurait-il sa vengeance un jour ?

Pendant ses pensées, il se mit alors à sombrer dans un léger songe. Il s'agissait du même songe qu'il avait fait plusieurs fois auparavant, depuis quelques années à présent. Il était dans un endroit qui semblait être un vide complètement blanc. Et juste devant lui, il pouvait voir deux silhouettes, complètement noires et sans visage. Il ne bougeait pas, et elles en faisaient de même. Il était incapable de savoir quelle était la signification de cette vision qui ne le mettait pas mal à l'aise, mais qui le tourmentait de questions sans réponses.

Soudain, il sursauta et se réveilla. Il entendait des bruits de pas qui venaient de derrière la maison de fortune. Ils semblaient se rapprocher de plus en plus, ce qui commença à inquiéter le jeune Flamenois. Qui pouvait bien être assez téméraire pour venir s'aventurer dans un endroit aussi insalubre et aussi éloigné de la ville ? Alors qu'il se relevait et faisait face à la porte arrière, il entendit au même moment celle de devant s'ouvrir. Il se retourna, paniqué, et découvrit un homme aux cheveux blancs comme les nuages. Il venait d'entrer ainsi et s'adressait déjà à Shiro d'un ton pas très solennel ni convenant. Il était accompagné de quelques Pokémons, mais le jeune homme ne parvint pas tout de suite à les identifier clairement.

Sous le choc, car il avait compris que cet homme savait qu'il était là, Shiro n'entendit même pas la question et se recula de quelques pas, en position de défense. Kuro, qui venait de se relever, faisait le gros dos et commençait à cracher en direction de l'inconnu et de ses Pokémons.

"Qu … Vous êtes qui ?! Qu'est-ce que vous faites ici ?!"

Puis, comme si cela n'était pas assez, le jeune homme se rendit compte que la porte arrière était elle aussi en train de s'ouvrir, puis ce fut une jeune femme aux longs cheveux blonds qui entra cette fois-ci. Shiro s'était retrouvé en quelques instants entre deux inconnus, presque pris au piège dans sa propre cachette ! Il se tourna de façon à pouvoir voir les deux personnes sans leur tourner le dos. Il y avait une petite fenêtre derrière lui, il pouvait assez facilement s'y faufiler et s'enfuir si cela dégénérait.


"Mais … Mais ça suffit oui ! On est pas dans un moulin ici ! Qu'est-ce que vous me voulez tous les deux ?!"

Il avait sorti ses paumes de mains et commençait à émettre des petites étincelles de feu. Ce n'était pas bien impressionnant, mais c'était tout ce qu'il avait. Avec un peu de chance, ils ne possédaient pas de pouvoir, et n'en avait peut-être même jamais vu, et serait alors trop intimidé pour tenter quelque chose. Ils étaient sans aucun doute partenaires et étaient tous les deux venus ici pour chercher quelque chose, mais quoi ?
Son Pokémon ? Qu'ils essaient seulement de le toucher, et là, il serait devenu complètement fou. Ou peut-être même qu'ils étaient d'une nation ennemi, et qu'ils avaient envie de se dégourdir sur des proies faciles, comme par exemple, des personnes du bas peuple défavorisé !

"Allez-y, approchez ! Et je vous jure que je vous réduis en cendres !"

En réalité, il était complétement tétanisé. Pour une raison qui lui était inconnue, un horrible frisson dans le dos lui murmurait que ces deux êtres là n'était pas des gens ordinaires …


Hors-RP:
Bon, la réaction peut être un peu bizarre, mais vous venez quand même d'entrer chez moi sans prévenir, alors qu'on est à des centaines de mètres de la civilisations, donc ben fallait s'y attendre. On rentre pas chez les gens comme ça enfin ! XD ^^;

Pour Sylver : ça m'intéresserait beaucoup de participer à la recherche de Persian. En soi, si t'as des bon arguments, Shiro est pas difficile à convaincre. Je te laisse juste trouver ces arguments qui pourraient le lui faire décider. Wink

_________________
La narration se fait ainsi.
Shiro parle comme ceci.
Les autres personnages parlent comme cela.
avatar
Shiro Laal
Informations
Nombre de messages : 29

Fiche de personnage
Points: 34
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Sylver Belister le Dim 10 Juin 2018 - 20:10

Comme je le pensais, il n’y avait aucun Persian dans l’unique pièce du logis miteux et le gamin qui l’habitait n’avait pas une attitude de voleur. Son excitation suite à mon arrivée imprévue montrait clairement son malaise, pour ne pas dire sa peur, peur qui se fit bien visible lorsque la fille décida d’entrer juste après moi par la porte opposée. Le chaton semblait également très mal à l’aise. C’est alors que le gamin passa aux menaces. Pas très convaincantes mais des menaces quand même et on ne savait jamais ce qu’un élémental pouvait faire sous le coup de la peur.

Devant la réaction du jeune homme, mon désir d’en découdre s’évapora. Il n’était pas un adversaire de taille, raison pour laquelle je n’avais pas effacé toute trace de politesse de mon salut. Je n’avais plus qu’à justifier mon intrusion afin de le calmer un peu. Qui sait, il avait peut-être des informations intéressantes à me fournir sur les chats de cette ville.
« Du calme, je ne te veux pas de mal. Et je ne connais pas cette fille. Qui êtes-vous ? », dis-je en faisant un signe de tête vers la nouvelle venue. Et pour prouver ma bonne foi, je laissais retomber lentement mes bras le long de mon corps dans une posture passive qui montrait que je n’étais pas sur le point de passer à l’attaque. Je mis à profit ce laps de temps pour réfléchir aux événements. Lucy et Abra avait eu la sagesse de rester à l’extérieur tandis que je rentrais donc leur présence n’effraierait pas davantage le jeune homme.
Etait-il possible que cette fille soit une menace ? Et si oui, était-elle là pour moi ? Premier point, elle n’avait pas encore attaqué et second point, je ne voyais pas Layla confier à une autre qu’elle-même la tâche de m’occire. Quant au reste, si elle tenait absolument à se battre, nous verrions bien lequel de nous aurait le dessus. Mais si je voulais ce pourquoi j’étais entré, à savoir des informations, il me fallait engager le dialogue, ce que je fis.

« Je m’appelle Sylver et je suis à la recherche d’un de mes Pokémon qui a été volée, une Persian avec un J noir tatoué sur la queue. Elle s’appelle BlackJack. Je suis venu ici en suivant des pas de chats, mais je sais maintenant qu’il s’agissait de ton Pokémon – je fis un signe de tête en direction du chat bicolore – et pas du mien. J’imagine que tu n’aurais pas croisé une telle Persian par hasard ? »

Puis je cherchais du regard la jeune fille et lui demandai :

« Et vous ? Pourquoi êtes-vous ici ? »

Je regardai plus attentivement la nouvelle venue. Rien que sa manière de se mouvoir dénotait un certain entraînement au combat. Le gamin ne me semblait pas le meilleur allié possible pour récupérer mon Pokémon mais cette fille semblait autrement plus puissante… Quand bien même rien n’indiquait qu’elle accepterait de m’aider. Puis mon regard dériva vers le chaton qui se trouvait à proximité de la fille. Ce dernier semblait aussi angoissé que son maître, mais plus féroce et déterminé que lui. Mais ce n’était pas le premier félin auquel j’avais à faire et je savais comment les amadouer.

D’une main, je formais une balle de flammes du diamètre de ma paume que je lançais doucement en direction du petit chat, sans faire de mouvements brusques pour que mon geste ne soit pas confondu avec une attaque. Yuko adorait s’amuser avec lorsqu’elle était plus jeune. Maintenant, il me fallait créer des ballons trois fois plus gros pour la contenter mais pour ce chat, cela suffirait certainement. Une manière simple et peu couteuse de lui montrer que je n’étais pas un ennemi… C’est alors qu’Abra me contacta par la pensée.

« Alors ? »

Je secouai simplement la tête pour lui signifier que j’avais fait chou blanc. De là où elle était, elle n’aurait aucun mal à me voir. Ce n’était pas le bon chat. A vrai dire, je ne savais toujours pas à quelle espèce il appartenait…

Cette réflexion fit naitre une illumination dans mon cerveau… Que le revendeur qui détenait BlackJack soit ou non un spécialiste des chats, il ne manquerait pas de s’intéresser à un Pokémon rare… Ou bien ce chat pourrait attirer un de ses collègues qui pourrait probablement me renseigner sur l’homme que je recherchais… Oui, la bestiole ferait un bon appât. Mais il fallait encore que son dresseur accepte mon plan… Mais peut-être pouvait-il m’aider lui aussi ?

« Dîtes-moi, demandai-je aux deux autres, vous connaissez bien les bas-fonds de la ville ? Vous seriez prêts à m’aider à retrouver mon Pokémon ? J’ai de quoi payer ».

Je n’avais ni le temps ni l’envie de chercher un autre moyen de rallier des compagnons à ma cause. Le délai que m’avait donné Layla pour sauver mes Pokémon était limité et Erasia était vaste. Le plus rapide serait le mieux. Je sortis donc d’une bourse cachée sous mes vêtements trois grosses pièces d’or pour leur prouver que je ne plaisantais pas.

« Elles sont à vous maintenant si vous acceptez de m’aider. Vous aurez le reste une fois que j’aurais récupéré mon Pokémon. Qu’en dites-vous ? »

Je n’avais pas fixé de prix total pour leurs services à dessein. Ainsi, ce serait à eux d’en proposer un et à moi d’avoir l’initiative pour revoir ce prix à la baisse. Mais nous règlerions ces questions une fois BlackJack saine et sauve. Pas avant.

[@ Shiro : Sylver peut aussi t'en apprendre plus sur ta maîtrise en guise de paiement si ça t'intéresse^^]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1558

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 58 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Lyssa le Dim 17 Juin 2018 - 20:11

En entrant, le désordre et la poussière sautèrent aux yeux de Lyssa. Être pauvre c’était une chose, mais comment pouvait-on accepter de vivre dans un taudis pareil ? Elle plissa le nez et grimaça, les gens d’ici étaient sales. Jamais elle-même n’accepterait de vivre là-dedans et c’était un miracle qu’elle y pose un orteil, heureusement bien à l’abri dans sa botte. Rien que l’idée de devoir toucher les vieux meubles dépareillés et bancals la dégoûtait et n’avait aucune envie de salir ses vêtements. Elle arpenta la pièce, convaincu que personne ne vivait ici vu l’état de délabrement et fut surprise lorsqu’en arrivant  un peu plus loin, elle tomba quasiment nez-à-nez avec un garçon de son âge et un jeune homme un peu plus âgé. Le garçon se mit alors à crier, la réaction de Lyssa fut immédiate.

« Certes non, un moulin serait bien plus entretenu et propre. » dit-elle d’une voix calme et posée, en avisant l’autre… « Sale ». Lyssa ironisait mentalement.

Elle ne put que remarquer qu’il était extrêmement nerveux, voir complètement paniqué, d’ailleurs, il brandit soudainement ses mains et se mit à faire des petites flamèches. Lyssa éclata d’un rire discret.

« C’est trop mignon. » Lâcha t-elle, pas impressionnée le moins du monde.

Elle rit encore quand le garçon les menaça directement de les réduire en cendres. Évidemment, elle ne le croyait pas du tout et resta très détendue, ne se sentant nullement en danger. Comment le pourrait-elle ? Surtout avec les derniers événements. L’autre homme, comme elle, restait parfaitement calme, semblant même ignorer les cris du garçon. Il se présenta et avoua chercher son Pokémon perdu, rien de plus. Pour sa part, comme elle s’attendait à devoir répondre à la même question, non pas parce qu’elle y était réellement obligée, mais plus pour e pas attirer l’attention, elle chercha une réponse crédible, sans toutefois révéler la véritable raison de sa présence.

« Un ami a laissé un paquet qu’il m’a demandé de prendre en passant en ville, mais il ne m’a pas précisé dans quelle… maison, il se trouvait. » mentit Lyssa.

Y avait-il une seule chance pour qu’on la croit ? De son point de vue non, mais au moins elle ne paraîtrait peut-être pas totalement suspecte tout de suite. Sans compter que si on lui demandait quoi, elle n’aurait rien à répondre car elle ignorait tout de cet objet, en bref, voilà qui allait être bien simple ! Et bien sûr, il n’était pas question de partager.

« Je m’appelle Lyssa, enchantée. »

Même si ce n’était pas vrai, Lyssa était obligée de restée polie, tout en avisant le chat noir qui ne cessait de leur cracher dessus. Le dénommé Sylver créa une balle de feu, signalant au passage à Lyssa qu’il était un maître du feu, comme elle (maide quelle puissance ?), avant de reprendre ses explications. Lyssa ouvrit soudainement de grands yeux.

« Certes non ! »

Avait-elle réellement l’air de quelqu’un qui connaissait et donc fréquentait les bas-fonds de la ville ? Lyssa ne pouvait pas se démarquer plus de cette partie de la populace, avec ses vêtements coûteux, son maintien issu de la plus grande des éducations et silhouette trop délicate pour avoir fait le moindre travail physique, ou mené une autre vie que celle d’un château ? Alors certes, elle avait connu quelques années de tristesse et d’aventure, mais sa richesse retrouvée avait miraculeusement effacé tout ça, comme si ça n’était jamais arrivé. Pendant ce laps de temps, Lyssa échangea un regard avec Pulsar et inclina la tête de quelques millimètres. Serein, le renard laissa les humains derrière lui en s’éloignant un peu. Lyssa n’en avait rien à faire du Pokémon de l’homme, mais elle savait d’expérience que la piste des Deux Renards étaient souvent très étrange, mais devant son offre, elle ne put s’empêcher de laisser entendre son rire cristallin.

« Vous êtes trop adorable ! »

Elle songea avec un grand amusement, que ces quelques piécettes pourraient rejoindre les milles autres éparpillées dans sa salle du trésor… Mais rien que de penser à les prendre et en même temps d’en prendre si peu, était terriblement insultant. On lui avait toujours appris a ne pas voler, mais au contraire à donner aux pauvres. D’un autre côté, se faire payer aussi misérablement pour aller chercher ce qui la mettrait probablement sur la piste d’un trésor inestimable qu’elle comptait garder pour elle, lui semblait horriblement sale. Mais d’un regard et d’un sourire évident, elle fit comprendre à Sylver qu’elle n’avait aucun besoin d’or.



[J’ai été un peu longue, j’ai pris du retard avec certains rp et une mission est venue se greffer juste avant ^^’’]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Lyssa
Informations
Nombre de messages : 186

Fiche de personnage
Points: 106
Âge du personnage: 20 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Shiro Laal le Mar 19 Juin 2018 - 12:11



"Aurore de Feu"

Devant l'hostilité manquante des deux inconnus, le jeune Shiro hésitait à se détendre. Ils n'avaient pas l'air d'être des gardes royaux ou des mercenaires, ils ne semblaient même pas se connaître selon les dires de l'homme aux cheveux blancs. Malgré tout, la méfiance faisait partie du quotidien du Flamenois, et ce depuis bien trop longtemps.

Ils se présentèrent tour à tour, se prénommant Sylver pour le premier, et Lyssa pour la deuxième. Rien donc qui ne semblait indiquer une quelconque appartenance à une autre nation. Le jeune rouquin en fit alors de même.

"… Shiro. Vous pouvez m'appeler Shiro …"

Sylver enchaîna ensuite sur son explication de sa venue. Apparemment, il cherchait un de ses Pokémon, un Persian visiblement, un de ces gros chats de gouttières que l'on trouvait assez souvent dans les ruelles délabrées des grandes villes comme Omatsu. En effet, ce Pokémon aurait très bien pu se trouver dans les environs, malheureusement, le jeune Shiro n'avait pas vu de Pokémon de cette espèce récemment. Comprenant qu'il ne réagissait pas immédiatement à la question, car c'en était une, il se rendit compte que Kuro, son compagnon de feu, était en proie avec une boule de flamme que l'homme aux cheveux bleus venait de fabriquer.

"Euh … Non, désolé, je ne l'ai jamais vu, un Pokémon avec un détail aussi flagrant, je l'aurais remarqué.
Mais dites-moi, vous maîtrisez le feu vous aussi ?
"

Shiro était un peu plus rassuré au vu des flammes qui affluaient aussi facilement de la main de son interlocuteur. Du moins, il l'était plus qu'avec l'autre fille qui restait tout de même plus mystérieuse. D'après ses dires, elle était censé récupérer un colis d'un de ses amis. Mais Shiro n'était pas dupe. Sa manière de parler ainsi que son style vestimentaire trahissait un certain rang social. Et les personnes de ce genre ne se déplacent quasiment jamais d'eux-mêmes pour une simple commission. Néanmoins, il fit mine de prendre en considération son argumentation.

"Hé bien, Mademoiselle … Lyssa … La ville, ce n'est pas vraiment par ici. Vous êtes en plein dans les bidonvilles, je doute que votre ami vous ait laissé un colis dans un endroit aussi éloigné du centre … "

Il ne savait pas vraiment comment s'y prendre avec les gens de la haute société. Il préférait donc continuer d'écouter Sylver. Son histoire de Persian disparut l'avait touché en plein cœur, lui qui avait tant de mal à s'imaginer être séparer de son Pokémon. L'homme lui demanda alors son aide afin de l'aider à retrouver sa Persian, en l'échange de ce qui semblait être une bourse d'argent.

Shiro n'avait sans doute pas vu autant d'argent devant lui depuis longtemps, mais, ce n'était pas ce qui attirait le plus le rouquin. Sa capacité à créer des boules de flammes était assez impressionnante, même si cela ne semblait pas être quelque chose de difficile pour lui. S'il pouvait côtoyer un homme comme lui pendant quelques jours, il pourrait bien être capable d'en faire de même. Kuro, lui s'était rapproché sans crainte de Sylver, et il faisait signe à son ami qu'il n'y avait aucun danger.

"Je connais un peu les quartiers, oui … Est-ce que tu aurais une idée de où elle aurait pu aller ? Si tu l'as perdue de vue il y a quelques heures, elle n'a pas pu aller bien loin … "

Le jeune homme espérait simplement que la recherche ne serait pas trop fastidieuse. Certes, à deux à chercher, cela serait plus rapide, mais dans une ville aussi grande que Omatsu, c'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Enfin, l'aiguille en question n'était pas si petite, et elle avait selon Sylver un signe distinctif, à savoir le tatouage sur la queue.
En réalité, Shiro avait-une petite idée de où elle avait pu aller …



Hors-RP:
Pas de soucis Lyssa ^^

Sylver, tu veux continuer la recherche de Persian dans ce sujet où tu préfères bouger ? Et tu veux le faire avec des interventions ou pas (je sais pas trop si c'est possible en fait ^^; )

_________________
La narration se fait ainsi.
Shiro parle comme ceci.
Les autres personnages parlent comme cela.
avatar
Shiro Laal
Informations
Nombre de messages : 29

Fiche de personnage
Points: 34
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Sylver Belister le Mer 20 Juin 2018 - 13:38

En voyant la fille refuser de manière aussi désinvolte mon or comme si je lui avais fait l’aumône de quelques piécettes de bronze, je compris que ma première impression sur elle n’était pas la bonne. Ce n’était pas une putain de luxe venue retrouver un client huppé qui ne désirait pas être reconnu dans un lieu discret. Une telle femme aurait sauté sur l’occasion de se faire un peu plus d’argent.

Ceci expliquait également l’assurance que manifestait la jeune fille dans ses déplacements. A la voir se mouvoir, on ne pouvait ignorer qu’elle était rompue au combat. Maintenant, elle me faisait davantage penser à une espionne. Mais une espionne n’aurait jamais fourni un prétexte aussi vague et facilement éventable. Encre qu’elle disait peut-être la vérité. Mais tout dépendait de ce qu’on entendait par « paquet à retrouver ». Et c’était là davantage un travail de mercenaire que de catin. Mais peu importait au fond. Je n’avais pas nécessairement besoin de son aide, surtout que le jeune Shiro semblait plus intéressé, aussi je n’allais pas gaspiller plus de temps et d’énergie à la convaincre de me suivre. Je me tournai ensuite vers le jeune garçon, tout en veillant à garder la fille dans mon champ de vision. On ne savait jamais…

« Oui, je maîtrise le feu. Cette balle n’est pas un tour de passe-passe ».

Et pour prouver mes dires, je fis apparaître une flamme plus grosse au-dessus de ma paume. Inutile de faire brûler ce taudis pour une simple démonstration, mais si cette dernière me permettait de persuader le jeune homme de m’accompagner, pourquoi pas ? En revanche, le maître du chat semblait ne pas avoir saisi un détail. Mais pouvais-je en dire plus devant cette fille ? Bah, après tout, tout indiquait en elle qu’elle n’était pas de mèche avec les ravisseurs.

« Je crois que tu n’as pas compris un truc… Shiro. Mon Pokémon n’a pas « disparu » il y a quelques heures. Il a été enlevé puis revendu à des marchands de Pokémon peu scrupuleux. Cela fait un an que c’est arrivé, et j’ai suivi la piste des braconniers qui l’ont enlevée jusqu’ici. J’ai de bonnes raisons de croire que ma chatte est en ce moment disponible à la vente sur un des marchés noirs de cette ville.

Ce que je demande n’est pas simplement de l’aide dans une partie de cache-cache. Cette investigation peut se révéler dangereuse, même si je n’ai pas prévu d’impliquer d’autres personnes dans ce combat. Si tu peux me dire où chercher et m’y mener, ce sera déjà beaucoup »


J’espérais maintenant que mes précisions ne lui avaient pas fichu la trouille. Histoire de bien montrer que je n’avais désormais plus rien à faire ici, je ressortis de la masure exigüe et attendis non loin du pas de la porte en compagnie de mes Pokémon. J’attendrais encore quelques minutes avant de repartir. Si Shiro était intéressé, il me rejoindrait, sinon, tant pis, je me débrouillerais sans lui.

Abra en profita pour reprendre contact avec moi :

« Tu leur fais confiance ?
-Le garçon, pourquoi pas… La fille je la sens moins, il est évident qu’elle cache quelque chose mais qu’elle se fiche de paraître crédible. Les gens qui agissent ainsi sont soit des pros chevronnés, soit des débiles profonds. Et dans le doute, je préfère rester prudent.
-Je vois… Mais si ce jeune homme ne te sert qu’à trouver un marché noir… Autant qu’on y aille seul non ? Je veux dire, tu es Flamenois et tu as été marchand donc tu dois connaître ce genre de lieux non ? Je pensais qu’on fouillait les bas-quartiers pour trouver directement BlackJack, pas un guide… Et puis mieux vaut impliquer le moins de personnes possibles, non ?
-J’ai grandi dans les monts Efferos et la seule « ville » que je connais bien, c’est le Cosmo Canyon… Qui a des allures de hameau comparé à Omatsu. Les rares fois où je suis venu ici par le passé, c’était pour rencontrer des gens influents, donc je suis resté dans les beaux quartiers. Je ne connais pas du tout cette partie de la ville.
-Ah… »


Mes explications étaient satisfaisantes, aussi Abra ne relança pas, mais je voyais bien qu’elle était néanmoins gênée d’emmener un jeune garçon avec nous. A vrai dire, cette idée ne m’enchantait pas non plus, mais je n’avais pas le choix…

Lucy me tira de mes réflexions :

« C’était pas le bon chat alors ?
-Non. Mais ton idée va nous servir quand même. Enfin j’espère. Merci d’avoir repéré ces traces. »


La jeune bougie afficha un sourire ravi. Elle était encore trop jeune pour comprendre toutes les intrigues qui gravitaient autour de moi, et notre relation avait si mal débuté qu’un simple mot gentil de ma part la faisait rayonner.

Le temps filait et mon impatience grandissait. Je n’avais pas la moindre envie de m’attarder ici. Je lançais donc à travers la fine porte de la maison d’une voix forte :

« Je m’en vais. Si vous êtes intéressés, rejoignez-moi maintenant. Sinon, adieu ! »

Et je m’éloignai, à pas lents toutefois pour laisser une dernière chance aux deux autres de me rejoindre. J’avais lancé mon appel d’une voix forte, assurée et convaincu mais en réalité, seul, je n’avais aucune idée de l’endroit où aller… Il me faudrait sans doute trouver un autre Shiro pour me mettre sur une piste…

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1558

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 58 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Lyssa le Ven 22 Juin 2018 - 14:03

Lyssa savait pertinemment qu’elle n’était pas convaincante, un prétexte aussi vague ne pouvait qu’être louche, mais elle n’avait pas l’intention de dire la vérité. Après tout, on pourrait essayer de la doubler, elle ne faisait donc confiance à personne ! Dans sa carrière de chasseuse de prime, elle avait vu trop de types faire de même avec leurs associés et elle n’avait pas l’intention de se laisser avoir. Observatrice, Lyssa laissa les deux garçons discuter entre eux un moment. Pour sa part, elle n’avait croisé aucun Pokémon de ce genre. Ou alors, elle n’avait juste pas fait attention, ce n’était pas comme si c’était un détail important pour elle… Elle reporta son regard sur Shiro quand celui-ci commenta à son adresse.

« J’avais remarqué. » dit-elle gentiment. « Il est possible que je me sois perdue. »

Parlant avec détachement, elle vit revenir le Feunard dont les neuf queues ondulaient à chaque pas. Elle croisa son regard et su qu’il n’avait rien trouvé. Étant donné sa grande sagesse, elle savait qu’il n’aurait pas pu passer à côté d’un objet magique. Lyssa ne s’en faisait pas pour les manières de Shiro, même si elles laissaient à désirer. Sa mère lui avait toujours appris à ne pas juger ce genre de choses ; tout le monde n’avait pas la chance d’avoir eu une enfance dorée et une bonne éducation. La conversation se poursuivit autour du Persian. Lyssa débattait intérieurement. Elle ne fit pas non plus l’étalage de ses pouvoirs, ce n’était pas bien élevé et elle ne voulait pas paraître plus bizarre encore qu’elle ne devait l’être. Elle comprenait bien que le Persian ne s’était pas sauvé la veille, d’ailleurs, les chats revenaient toujours dans leur maison, sauf accident ou enlèvement. Par enlèvement, elle comprenait aussi les adoptions d’une nouvelle famille, qi inquiétaient souvent la première. Les chats étaient des créatures étranges. Une main tenant le coude, elle touchait sa joue de l’autre main.

« Ça ne va pas être facile. » Commenta Lyssa sans élever la voix. « Je suppose que ça fait longtemps que vous la cherchez, si vous en êtes réduits à venir jusqu’ici. Les Persian ne sont pas rares, alors c’est inutile de la chercher dans les ventes privées, à moins qu’elle ait des caractéristiques uniques, si elle était chromatique par exemple. »

Lyssa hésita à parler de Tarouga. On pouvait y trouver absolument tout dans cette ville, mais… Sylver coupa court à sa réflexion, en réexpliquant la situation à Shiro.

« Hmm… Est-elle bien entraînée ? Il se pourrait qu’elle soit revendue pour organiser des combats de Pokémon clandestin. Mais il faut un coin tranquille pour ne pas attirer l’attention, mais pas trop éloigné non plus.
J’ai entendu mes serviteurs en parler. Ils avaient l’air de trouver ça inquiétants. »
Précisa t-elle.

Les quelques informations supplémentaires que donna Sylver furent suivi d’un silence. Si c’était dangereux et que cela impliquait des marchés noirs –où l’on trouvait réellement de tout- Lyssa était partante. Le sort du Persian ne lui importait pas tant, mais elle commençait à savoir reconnaître la proportion des Deux Renards à la mettre en danger et sur la piste des trésors qu’elle convoitait. Bien sûr, il y avait aussi une possibilité pour qu’elle se trompe, et qu’elle risque sa vie pour rien. Mais c’était le jeu. De toute façon, elle ne serait pas plus avancée en restant dans ces taudis toute seule. Mais si c’était dangereux, le garçon, enfin Shiro, ne servirait à rien ; il ne savait que faire des petites étincelles du bout des doigts et son Pokémon ne savait que gronder en faisant le gros dos. Elle espérait que sa propre équipe serait suffisante, car comme à chaque fois, elle ne savait pas dans quoi elle mettait les pieds.

Pressé, Sylver les interpella. Lyssa se tenait les coudes et réfléchit un instant, le nez en l’air. Finalement, elle tourna le dos et sortit rejoindre Sylver, Pulsar sur les talons.

« Par où voulez-vous commencer ? Je ne pense pas que les marchés noirs se tiennent en évidence à des heures décentes. En attendant, ils doivent bien parquer le Pokémon quelque part, il faudrait chercher un domaine, un hangar ou une ferme, à l’abri des regards indiscrets. » Suggéra t-elle.

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Lyssa
Informations
Nombre de messages : 186

Fiche de personnage
Points: 106
Âge du personnage: 20 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Shiro Laal le Mar 26 Juin 2018 - 0:12

Contrainte n°6 : Faire intervenir un PNJ



"Aurore de Feu"

Devant l'assurance de Sylver suite à sa grande maîtrise de la flamme qui tenait dans la paume de sa main, Shiro ne pouvait que se rendre à l'évidence même. Cette homme était un maître du feu, à n'en point douter. Quant à Lyssa, elle ne sembait pas plus impressionnée que cela, est-ce que cela voulait dire qu'elle en était capable elle aussi ? Pour le jeune Flamenois, une chose était sure, ces deux-là ne sortaient pas de l'ordinaire.

Lorsque Sylver finit par enfin expliquer l'histoire de son Persian, l'esprit du rouquin ne fit qu'un tour. Être séparé de ses amis étaient une chose. Mais s'il sagissait d'un enlèvement, cela devenait bien plus grave dans l'esprit de Shiro. Intérieurement, il fulminait de rage. Apprendre une telle chose avait fini de le décider. Et alors que Sylver sortait de la piaul en étant presque immédiatement suivi par Lyssa - il soupçonnait la jeune femme de n'être interrésée que par l'argent, et du profit qu'elle pouvait en tirer - Shiro et son Pokémon, Kuro, s'échangèrent un bref regard, mais qui en disait long. Ils sortirent alors tous les deux afin de rejoindre leur commanditaire.

"Sylver ... Tu as ma parole, nous allons t'aider à retrouver ton Pokémon."

Je remarquais alors peu à peu les Pokémons qui accompagnaient leurs humains respectifs. Une petite bougie animée et un esprit flottant pour Sylver, et un renard et un chien, tous deux énormes, pour la jeune femme. Lyssa justement, qui elle aussi serait bel et bien de la partie, mit en évidence le fait de rechercher des traces d'un possible marché noir, autrement dit, des endroits à l'égard de la ville. Cela semblait en effet être une bonne idée, mais j'avais en réalité un moyen plus rapide de trouver ce que nous cherchions.

"En fait, j'ai peut-être un moyen de la localiser. Si vous me faîtes confiance, venez avec moi, il faut qu'on aille d'abord à un endroit en particulier."

Shiro leur fit alors signe de le suivre, sans vraiment savoir s'ils le suivraient. Il se dirigeait vers le reste des bidonvilles, à où la population affluait un peu plus. Il passait parfois par ici et connaissait à peu près le chemin et les recoin des rues. C'était surtout par ici que vivait une certaine personne, celle qu'il était venu voir. Au détour d'une ruelle, il s'engagea dans un passage étroit, mais assez suffisament large pour que les autres puissent aussi venir.

"Vous suivez toujours ? On est presque arrivés ... Voilà c'est ici. Suivez-moi à l'intérieur."

En sortant de la ruelle, on apperçevait une petite bivouaque qui était, au vu du linge étendu à la fenêtre, habitée par une femme. Le rouquin, précédé du chaton rouge et noir, entra dans la maison en terre cuite et rafistolée par-ci par-là. Il annonça enfin sa venue.

"Hé la vieille ! T'es là ?!"

Sa façon de parler semblait en total désaccord avec le comportement qu'il avait adopté depuis l'arrivée des deux inconnus. Mais c'était le seul langage que comprenait Raja, la vieille femme du bidonville. Une petite femme qui avait sans doute passé la soixantaine apparut alors dans le hall. Sa peau était complètement décrépie, par le Soleil, les années, ou l'insalubrité, personne n'aurait su dire. Ses cheveux blancs et ses doigts complètement galeux et frippés donnaient l'impression d'une vielle sorcière des marais.

"Mais ouais, que j'suis là ! Tu veux qu'j'aille où, vaurien ! Qu'est-ce tu veux, c'te fois"

"On a besoin de renseignements, et t'es la seule à tout savoir sur la ville, et sur ce qui se passe dans l'ombre de la ville. L'homme qui est avec moi s'est fait voler un Pokémon, un Persian, un gros chat. Pas Kuro hein, vas pas mélanger, stupide comme t'es !"

"Ouais et alors ? Qu'est-ce que ça peut me faire ?! J'te préviens, t'as pas intérêt à me déranger pour rien !"

Shiro commençait déjà à perdre patience. Certes, la vieille femme était une véritable mine d'information, et il était toujours bénéfique de venir la questionner sur ce qui se passait à l'intérieur et à l'extérieur de la ville. Mais son caractère acerbe exaspérait au plus haut point le jeune garçon. Moins il la voyait, mieux il se portait. Malgré tout, il pouvait parfois discerner quand est-ce que la vieille femme savait ce qu'il voulait chercher. Une sorte de sixième sens qui ne se déclenchait qu'à ce moment précis.

"Hé ben, je sais pas, mais je sais très bien qu t'es au courant. Tu saurais pas où des bandits ou des revendeurs se cacherait en attendant des acheteurs illégaux, à tous hasard ?"

"Hum ... P't'êt ben, ouais. Mais tu sais comment ça marche ici. Tout se paie, vaurien. Si tu veux m'faire parler, y a qu'un seul moyen. Allez j'attend ! Si vous avez pas de quoi m'payer, foutez l'camp d'chez moi !"

Shiro soupira en voyant ensuite la vieille Raja tendre la main dans leur direction, avec son air supérieur. Il se retourna ensuite vers Sylver pour lui murmurer discrètement.

"J'suis désolé, mais c'est une piste fiable. T'en fais pas, une seule piece devrait suffire, elle a pas vraiment besoin d'argent, elle veut juste nous embêter. Elle sait quelque chose, et donc on a besoin de ce renseignement, et une fois ce dernier obtenu, on pourra aller chercher ta Persian."


HRP:
Désolé du retard xc
Amuse toi bien avec la vieille Raja, Sylver ^^;

_________________
La narration se fait ainsi.
Shiro parle comme ceci.
Les autres personnages parlent comme cela.
avatar
Shiro Laal
Informations
Nombre de messages : 29

Fiche de personnage
Points: 34
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Sylver Belister le Mer 27 Juin 2018 - 23:36

J’écoutais sans rien dire les propositions de Lyssa. Toutes les pistes qu’elle proposait étaient valables, mais le problème restait le même : je ne savais pas où trouver les lieux et personnes qu’elles mentionnaient dans cette ville ! Je n’avais rien à lui répondre. L’aide de Shiro me serait donc indispensable…

A mon grand soulagement, il finit par sortir à son tour de chez lui pour me donner son soutien. Visiblement mon histoire l’avait touchée.

« Merci », répondis-je simplement. Et je lui tendis les pièces promises avant de faire de même avec Lyssa.

Puis le jeune homme nous fit serpenter à travers les dédales de la ville. Je le laissais nous guider sans chercher à savoir où nous allions. Il semblait parfaitement capable de se repérer dans ce labyrinthe fait d’ordures, de débris, de saletés et autres immondices. Il me paraissait plus important de retenir des points de repère afin de pouvoir m’orienter dans ce dédale car il n’était pas exclu que nous ayons à fuir rapidement sous peu…

Shiro et sa détermination me faisaient penser à moi dans ma jeunesse. Moi aussi j’aurais voulu jouer les héros et partir pour une noble quête afin d’aider un Pokémon en danger… En un sens, je l’avais déjà fait alors que j’avais plus ou moins le même âge que ce gamin. Et j’avais failli y laisser des plumes. Mais à la différence de jadis, je n’étais pas ici aujourd’hui pour attendre que quelqu’un ait besoin de mon aide. Cette fois-ci, l’initiative était dans mon camp, et j’allais frapper fort, très fort si nécessaire…

Shiro finit par nous conduire vers ce qui ressemblait à une impasse. Aussitôt, je fus sur mes gardes et mes Pokémon perçurent mon inquiétude. S’agissait-il d’un traquenard ? Pouvais-je vraiment faire confiance à Shiro ou bien une bande de malandrins allait-elle me tomber dessus ? Cet endroit semblait tout à fait propice à un guet-apens…

Mais le jeune homme dissipa vite mes doutes en se dirigeant vers une tente située au bout de la rue tout en appelant quelqu’un. Je suivis attentivement l’échange entre Shiro et la vieille femme. Donc elle voulait qu’on la paie pour ses informations… Typique. Le jeune homme revint vers moi et confirma ce que j’avais compris de la situation. Une fois encore, j’allais devoir payer…

Cela me fit grincer des dents. Ma bourse n’était pas sans fond et je n’avais pas le temps de me refaire une santé financière ! Mais je n’avais pas non plus le temps de tergiverser. De ce que je savais, le marchand qui avait amené BlacJack ici avait dû arriver en ville hier. J’avais donc encore de bonnes chances de retrouver mon Pokémon dans le coin… Si je ne traînais pas !

D’un pas décidé, j’avançais donc jusqu’à la vieille femme et m’accroupis pour me mettre à sa hauteur, histoire qu’elle entende ce que j’avais à lui dire.

« Je tiens à préciser que nous ne recherchons pas forcément un voleur de Pokémon. Il peut également s’agir d’un simple revendeur de Pokémon volés. Combien pour vos informations ?
-Trois pièces d’argent messire ! »


Cela restait raisonnable, même si pour une clocharde comme elle, ou même pour un homme du peuple lambda, c’était une belle somme. Je pris donc ma bourse en main et commençai à en sortir les sous demandés. Du coin de l’œil, je ne pus m’empêcher de remarquer le regard avide de la harpie qui restait fixé sur ma bourse hélas encore trop rebondie.

Alors que je fouillais pour trouver la troisième et dernière pièce, le visage parcheminé de la mégère se crispa en un rictus et un éclair de malice apparut dans son regard mauvais. Elle me saisit la main alors que j’allais attraper la troisième pièce d’un geste extrêmement vif pour son âge et me dit :

« Tout bien réfléchi messire… Je me disais qu’un grand seigneur comme vous pouvais bien se passer de quelques pièces supplémentaires, non ? Que diriez-vous de trois pièces d’or pour votre renseignement ? »

COMMENT ? Cette vieille folle voulait que je la paye autant pour un simple itinéraire ? Cela représentait presque un mois de travail pour un paysan d’obtenir cette somme et elle voulait que je la lui donne sur le champ ??

Un instant, l’idée me prit d’incinérer sa misérable tente afin de lui apprendre ce que cela faisait de se faire dépouiller par autrui. Mais il y avait Shiro. Il connaissait cette vieille femme et ils étaient peut-être proches. Et je ne pouvais courir le risque de perdre mon informateur. Il semblait fiable, suffisamment pour ne pas m’avoir tendu un piège, ce qui me semblait être une qualité assez rare et précieuse par ici. Et puis, le temps me prenait toujours à la gorge. Et ça, Raja l’avait bien compris.

Résigné, je sortis les trois nouvelles pièces demandées. Mais avant de les laisser tomber dans la main tendue de la mendiante, je l’avertis d’un ton dur :

« Je vous les donne car je suis pressé, mais je vous avertis, c’est du vol. Et je n’aime pas les voleurs. »


La vieille se contenta de sourire et répondit :

« A trois rues d’ici se trouve un commerce tenu par un certain Hetal. C’est un récupérateur, il vend aux habitants d’ici un peu tout ce qu’il trouve. Vous ne pouvez pas manquer son échoppe, la façade est ornée d’une vieille enseigne représentant une épée et une masse croisées qu’il a récupérée je ne sais où. Ce n’est pas loin et je pense que Shiro pourra vous guider.
-Et ?
-En plus de son activité de marchand, Hetal est également le gardien de la cour qui se trouve derrière son magasin. On ne peut y accéder que depuis un passage souterrain se trouvant dans sa boutique, car cette vaste cour est entourée de murs bien plus solides que ce qu’on trouve par ici. Que voulez-vous, il faut bien assurer la pérennité des commerces illicites à Omatsu… A condition que vous lui prouviez que vous n’êtes pas de la garde et que vous avez de quoi payer… Mais je pense que ce ne sera pas un problème pour un noble seigneur comme vous… Et vous y trouverez probablement votre voleur.
-Bien
, lançai-je autant à mes Pokémon qu’à mes compagnons, nous partons. »

Même de dos, j’eus l’impression que l’horrible sourire édenté de Raja me poursuivait jusqu’à ce que je tourne pour sortir de sa rue. Je profitais alors de cette distance de sécurité pour dire à mes deux compagnons :

« Il n’est pas question que je paie une pièce de bronze de plus à un de ces bandits ! Ma bourse n’est pas extensible et j’ai d’autres Pokémon à retrouver après BlackJack. Par conséquent, je me débrouillerai autrement. L’un de vous à une idée ? A moins que vous ne puissiez payer ? »

Cette dernière question s’adressait davantage à Lyssa car je voyais bien que Shiro ne donnait pas l’impression de rouler sur l’or. Pour ma part, je me refusais à voler la somme que cet escroc allait me demander. Mais s’il se montrait vraiment désagréable, je disposais en dernier recours d’arguments plus… brûlants… pour le persuader.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1558

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 58 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Lyssa le Ven 6 Juil 2018 - 20:25

Contrainte  n°4 : Faire intevenir le climat


Tout comme Sylver, Lyssa se laissa guider dans le pire endroit qu’elle n’avait probablement jamais fréquenté, en matière de pauvreté et d’insalubrité. Leur groupe ne passait pas inaperçu dans le bidonville et Lyssa sentait les regards se tourner vers elle. Il était certain que la présence d’une jeune fille de la noblesse ne pouvait qu’attirer les regards… Cette visite à travers les ruelles poussiéreuses n‘était pas exactement intéressante et encore moins agréable. Sous son allure digne, Lyssa subissait plus qu’autre chose. Comme depuis des mois maintenant, il faisait particulièrement chaud. Le soleil était implacable, dardant ses rayons sans qu’aucun nuage ne vienne modérer son flamboiement. La terre rouge semblait prendre feu quand elle n‘était pas protégée du soleil et Lyssa était presque prête à parier qu’elle était brûlante comme des braises. La jeune femme n’avait jamais été aussi heureuse d’avoir de bonnes chaussures, ou des bottes en l’occurrence, et de ne pas marcher là-dedans !

Quand Sylver s’obstina à vouloir la payer, ce qui commençait à devenir vexant, limite insultant (vu ce qu’il proposait, elle n’était pas loin de penser qu’il n’avait pas de quoi payer ses services, s’il tenait vraiment à les louer…), Lyssa leva la main, signifiant avec grâce et dignité que ça n’était pas la peine. Alors que le pauvre, enfin Shiro, les emmenaient dans des ruelles douteuses et un coin de la ville où personne dans sa famille ne se serait jamais autorisé à aller, Lyssa sentait la chaleur du vent qui soufflait faiblement par moment. Bien que personne n’en ai besoin par ici, il chauffait un peu plus sur la peau et donnait la sensation de devenir étouffant. Mais pire que cela, lorsque les maisons se rapprochèrent, faites de taules surtout, on pouvait sentir la brûlure franche du soleil se renvoyer vers soi. C’était comme si cette canicule les prenaient en étau, la chaleur prenant corps autour d’eux.

Ce bidonville était une torture pour la dignité et la vue. Ils arrivèrent finalement à une horrible caricature de maison abandonnée, mais Lyssa comprit bien vite, avec une certaine horreur savamment dissimulée, que quelqu’un vivait là-dedans. Cette… maison, se trouvait dans une impasse. Lyssa ne craignait pas tellement d’être attaquée pour sa part, même si elle perçut l’infime tension de Pulsar, qui lui avait parfaitement sentit celle de Sylver et ses Pokémon. Après tout, elle avait assez d’arguments en sa possession pour se défendre et n’avait jamais eu besoin de personne. L’atmosphère était particulièrement insupportable par ici, le soleil leur tapait directement dessus, il n’y avait plus d’air, rendant la sensation d’étouffement plus vive que quelques minutes avant. Pire encore, les murs leur renvoyait de la chaleur accumulée et l’odeur n’était pas une flatterie pour l’odorat délicat de la flamenoise !

Mais lorsque Shiro ouvrit une fois de plus la bouche, ce fut pour agresser littéralement la bonne éducation de Lyssa, s’exprimant dans un langage des plus grossiers. Décidément, elle n’avait vraiment rien à faire ici, dans cette horrible ville et ce misérable… miséreux ! Choquée d’une telle absence de bienséance et de courtoisie (on ne frappait donc pas aux portes ici ? ni ne disait quelque chose d’aussi simple qu’un bonjour ? Ou une quelconque autre forme de politesse ?), Lyssa fit les gros yeux. Elle ne dit rien, se contentant d’écouter la conversation. Mais lorsque Shiro se retourna vers Sylver, Lyssa ne put s’empêcher de lâcher un léger rire moqueur.

« Bien sûr que non, nous sommes, en vérité, dans un véritable palace ! »

Elle ne savait pas exactement par quoi elle devait être le plus scandalisé, la bêtise de ce garçon, où l’état de cette partie de la ville, ou encore le fait que des gens y vivaient pour de vrai ! Lyssa surprit le regard furtif qu’elle lança sur la bourse de Sylver, qui rechignait à la payer. Il lui donna immédiatement d’un homme avare et à moins qu’il ne soit lui-même pauvre, bien que, moins que Shira, ce qui ne semblait pas être le cas vu sa tenue vestimentaire, Lyssa trouva cela particulièrement déplacé. Lyssa ne disait toujours rien, mais n’en pensait pas moins. Il montrait mal son attachement à ses Pokémon, en refusant de céder quelques pauvres pièces pour une femme qui semblait pouvoir les lui livrer et qui de toute évidence, ne pouvait qu’en faire bon usage. Personne ne vivait dans une déchetterie telle que ce bidonville par goût. Cette pauvre femme devait se montrer opportuniste pour survivre… Évidemment cela ne se voyait absolument pas, mais Lyssa comprenait très bien ce qu’elle pouvait vivre. Puis, elle donna les renseignements attendu et Sylver la planta là en la menaçant presque. Assez perplexe, Lyssa les laissa s’éloigner un moment, peu encline à… « obéir », surtout à quelqu’un qu’elle ne connaissait même pas !

« C’est qu’il ne connaît pas grand-chose de la vie. » dit simplement Lyssa. « Une bonne information a toujours un prix. »

Lyssa n’eut pas a réfléchit longtemps, avant de céder pour sa part, quelques pièces, en or bien évidemment.

« Je vous remercie brave femme. » dit-elle avant de tourner les talons à son tour et de rattraper les autres.

Lyssa était ce qu’elle était, mais on lui avait toujours appris à ne pas se montrer avare et insensible envers les plus pauvres que soit, qu’il fallait toujours aider les nécessiteux, qu’il s’agissait d’un devoir. Évidement, elle ne pouvait pas proposer un travail et une maison à cette femme, tout comme elle ne pourrait certainement pas éparpiller toute sa fortune à tous les taudis du monde, mais un geste, c’était à sa portée. Elle n’oubliait pas non plus que dans ce genre d’environnement faisait d’elle une cible, en particulier si on la savait riche. Mais elle avait de quoi répondre, alors ce n’était pas le centre de ses préoccupations.
Traversant le bidonville dans l’autre sens, Lyssa sentait le soleil lui mordre la peau, devenant elle-même brûlante. La poussière de sable, si fine à force d’être piétinée et brûlée par le soleil lui chatouillait le nez et commençait à lui gratter les yeux. Dans la lourdeur et la sécheresse sans ombre, ni brise rafraîchissante, Lyssa regrettait son château si confortable. Même le cuir de ses bottes commençait à devenir blessant, contre sa peau. Levant un instant la tête vers un ciel d’un bleu infini, Lyssa se demanda quand éclaterait le prochain orage. Même sous des vêtements de la meilleurs qualité au monde, légers et raffinés, Lyssa ne pouvait supporter d’avantage l’ardeur de la température, qui commençait d’ailleurs à lui donner mal à la tête. Mais il n’y avait aucune ombre dans ces rues, pour les cacher du soleil. Elle sentait son visage comme frappé par le soleil (bien qu'il ne fut pas rouge), sa gorge s'assécher.

« Je vous trouve une drôle de façon de remercier une femme qui aurait pu ne rien dire pour si peu d’argent. Elle ne vit pas dans quelque chose de décent et cela illustre mal votre attachement à votre Pokémon. » Dit Lyssa au bout d’un moment. « Elle vous a vendu une information, qui, si elle est vraie, est tout à fait honnête. Vous vous êtes montrés très impoli et je trouve très mal élevé cette façon de me demander mon aide. »

Il lui paraissait évident que Sylver avait bien compris qu’elle avait un rang social élevé et que ce n’était pas à Shiro, qu’il avait demandé de l’argent. Soit, il n’était pas riche, ou pas autant que son apparence le laissait croire… Mais ces deux garçons là s’étaient montrés aussi mal polis et mal élevés que possible.

« Si ce voleur possède bien votre Pokémon, je ne vois aucune raison de le payer pour son larcin, ni pour encourager ses activités. Reprenons simplement ce qui vous appartient. Mais pour savoir où il cache les Pokémon, un appât me semble être plus judicieux que d’aller frapper à sa porte. »



[Désolée du temps de réponse, je suis un peu à sec en ce moment côté écriture…
Et sinon… C’est l’hopital qui se fou de la charité, Lyssa donne des leçons xD]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Lyssa
Informations
Nombre de messages : 186

Fiche de personnage
Points: 106
Âge du personnage: 20 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Shiro Laal le Mar 17 Juil 2018 - 11:43



"Aurore de Feu"

Une fois que Shiro vit Sylver commençait à parler à la vieille femme, il sortit de la maison, mais restait près de la porte pour écouter les informations reçues. Apparement, c'était Hetal, un commerçant pas très sympathique, qui serait le revendeur. Shiro l'avait parfois apperçu récuperer des caisses et des cages les nuits, et il ne faisait maintenant plus de doutes qu'il s'agissait de traffic illicite de Pokémon.

Il attendit ensuite que ses congénères ressortent de la baraque pour leur expliquer la route à suivre. Mais alors que Sylver lui faisait comprendre qu'il était hors de question de payer pour récupérer son Pokémon, ce que SHiro comprenait tout à fait, il fut surpris par la remarque de Lyssa. Selon la jeune femme, cela lui avait parut indécent de le voir parler ainsi à l'autre vieille femme.

"Vous savez Lyssa, cette vieille bique n'est pas aussi pauvre qu'elle en a l'air. Sous ses airs de pauvres dame en détresse, c'est une accro à l'alcool et au jeu. Je vous parie ce que vous voulez que dès que nous partirons, elle s'empressera d'aller dans une taverne pour se rincer la gorge. Croyez moi, vous devriez moins faire attention aux apparences ..."

Étant donné ses airs de princesse gâtée, il était clair pour Shiro que cette femme n'avait pour ainsi dire aucune expérience de la vie. Elle n'avait sans doute jamais vécu dans la pauvreté, ni même connu la misère, la famine ... Ni même la mort ...

"Quoi qu'il en soit, on devrait se dépêcher. Ce genre de "marchandise" reste rarement longtemps au même endroit. Venez c'est par ici."

Une fois de plus, ce fut Shiro, devancé comme toujours par son compagnon rouge et noir, qui mena la marche. Sortant de la ruelle pour retourner sur la rue principale, il se dirigait vers le marché. Il espérait que l'allure riche et raffinée de ses deux accompagnants n'attireraient pas l'attention, car il voulait absolument se faire le plus discret possible. Ainsi, ils pourraient aisément mettre au point un plan d'action pour récupérer la Persian sans à avoir à faire trop de remue-ménage.

Juste avant la rue qui donnait sur le magasin du commerçant, Shiro s'arrêta. Il se retourna alors en direction de Sylver et Lyssa pour exposer la situation.

"Bon, on y est ... D'après ce que je sais, Hetal est toujours dans sa boutique, et il ne la quitte que le midi et le soir. De plus, il est tout seul, il n'a pas de gardien ou de Pokémons pour veiller sur sa boutique. Croyez-le ou non, mais les vols sont très rares par ici. Les gens n'aiment pas se ballader la nuit ...
Étant donné que nous sommes en fin d'après-midi, je suggère que nous attendions la nuit afin de s'introduire dans son echoppe et d'accèder à la cour intérieur. Sylver et moi pourrions aller chercher après Persian tandis que Lyssa pourrait faire le guêt. Est-ce que vous avez un meilleur plan ?
"

Shiro n'avait pas pour habitude de gérer un plan d'attaque comme celui-là. Il avait plutôt une vue globale de la situation, mais il ne savait pas trop quoi faire en cas de problème. Il n'avait pas fait les groupes au hasard pour autant. Se mettre avec Sylver lui permettait d'être plus en sécurité et, pourquoi pas, de voir comment faire pour utiliser ses pouvoirs de feu. C'était d'ailleurs pour cela qu'il demandait l'avis de ses collègues, qui, visiblement, étaient bien plus apte à diriger que lui.


Hors-RP:
Désolé pour le retard, j'étais occupé IRL ^^;

_________________
La narration se fait ainsi.
Shiro parle comme ceci.
Les autres personnages parlent comme cela.
avatar
Shiro Laal
Informations
Nombre de messages : 29

Fiche de personnage
Points: 34
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Sylver Belister le Mer 18 Juil 2018 - 18:49

Les reproches de Lyssa me laissèrent de marbre. J’étais trop concentré sur mon objectif final pour dépenser inutilement ma salive sur autre chose. La vieille harpie m’avait énervée car elle contrariait ma mission de sauvetage avec son avarice. Mais si Lyssa espérait me faire éprouver des remords, elle aurait plus vite fait de s’adresser à un mur. Aussi, pour couper court à toute discussion ennuyeuse sur le sujet, je lui répondis d’un ton très froid :

« Je me fous complètement de votre avis sur mes actes ou sur ma personne. Nous avons plus important à penser. »

Et ce fut tout. Pas d’explication, pas de justification. Pas la peine.
Le plan que proposa ensuite la jeune fille me fit éclater de rire intérieurement. Donc elle ne voyait pas de mal à voler un voleur pour récupérer mon Pokémon, par contre, hors de question de ne pas se laisser faire par un autre genre de voleuse dont les actes risquaient de compromettre la survie de mes Pokémon. La morale était décidément quelque chose de très variant suivant les situations et les personnes !

Alors que nous arrivions à proximité du magasin du revendeur, Shiro nous exposa sa stratégie. Il me parut bien plus intéressant sur ce sujet. Bien qu’il ne sût apparemment pas que Hetal était notre revendeur, il savait en revanche où le trouver et quand il s’absentait de sa fameuse boutique. Le plan de Shiro me semblait être le meilleur possible bien que j’y voyais un gros bémol :

« D’accord pour nous y infiltrer de nuit, mais cela risque de ne pas être aussi facile que tu le dis. Déjà, rien n’indique que cette place ne soit pas également fréquentée ou au moins gardée de nuit. On parle de commerces illicites après tout, et ils n’ont pas exactement l’obligation de respecter des horaires conventionnels. Et puis, dans le cas où aucune vente ne se ferait le soir, rien n’indique que les Pokémon ne sont pas stockés ailleurs pour la nuit en attendant le lendemain. Mais ça, on ne pourra le savoir que si on y va. »

Le soleil était encore assez haut dans le ciel et sa chaleur toujours aussi écrasante. A dire vrai, rien ne nous obligeait à attendre ici, mais je voulais tout de même vérifier à quoi ressemblaient les environs afin d’être sûr que la vieille ne m’avait pas vendu des salades. A première vue, l’échoppe ne se démarquait pas des autres masures du quartier, si ce n’était la fameuse enseigne représentant les deux armes croisées que le tenancier avait probablement « récupérée » chez un armurier de la ville.

Le plus surprenant était plutôt les murs qui bordaient la ruelle qui étaient inhabituellement hauts et en bon état pour ce bidonville, comme l’avait indiqué Raja. En déambulant le long de ces derniers, je pus me rendre compte qu’ils encerclaient effectivement un espace bien délimité et à l’abri des regards. Je revins ensuite vers mes compagnons, une nouvelle idée en tête. Mais tout d’abord, il me fallait faire le point avec Abra sur ce mystérieux mur une fois en lieu sûr :

« Tu sens de l’activité là-derrière ?
-Oui, pas mal même, plus que dans le reste de ce quartier !
-Tu pourrais nous téléporter tous les trois de l’autre côté ?
-Oui… Mais pas tous à la fois. Et comme je ne sais pas à quoi ça ressemble, je pourrais vous faire apparaître devant des témoins… A mon avis, c’est trop risqué, il y a trop de monde pour s’infiltrer discrètement dès maintenant.
-Je suis d’accord. Alors nous attendrons… »


C’est alors que Lucy intervint dans la conversation et proposa une idée, une bonne idée qui m’étonna venant d’elle :

« Et moi ? Je pourrais traverser le mur et rester invisible. Et tenter de repérer BlackJack… C’est une bonne idée non ? »

Sur le papier, l’idée était très bonne en effet, et j’y avais déjà songé. Mais il restait un écueil infranchissable :

« Désolé Lucy, mais pour le moment, tu ne sais pas encore faire disparaître ta flamme violette quand tu deviens invisible. Et un feu follet risque d’attirer l’attention. »

Toutefois, j’étais impressionné par la lucidité de mon jeune spectre et pour ne pas qu’elle prenne mal ma remarque, je lui accordai l’un de mes rares sourires.

J’avais remarqué non loin de nous quelques gros débris de rocs lors de mon exploration, rocs qui avaient probablement appartenu naguère à une maison, situés juste à la sortie de la ruelle où se trouvait Hetal. J’attirai donc Shiro vers le rocher, et tout en l’invitant à s’asseoir en face de moi, je fis de même sur un des plus gros rocs. Puis je lançais une conversation des plus neutres :

« Dis-moi, qu’est-ce que tu sais au juste de ce quartier de la ville ? »

Si le gamin était bien issu du coin comme cela semblait être le cas, il pouvait en avoir pour des heures d’explications avec un intitulé aussi vague. Mais il pouvait également digresser s’il le voulait, cela ne me gênait pas, et il y avait assez de pierres aux alentours pour que Lyssa se joigne à la conversation, enfin si son auguste derrière acceptait de s’asseoir sur un siège aussi rudimentaire !

Pendant que Shiro me parlait, je mis en application une veille technique de mon passé de marchand que je maîtrisais par cœur : tout en regardant réellement mon interlocuteur qui se trouvait au centre de mon champ de vision, je prêtais également attention aux événements périphériques afin de vérifier qui entrait dans la boutique d’Hétal. Garder en vue l’ambiance générale de l’environnement é tait toujours utile lors d’une négociation… Pour que mon observation soit fructueuse, il fallait donc que le jeune homme parle un petit moment. Heureusement, je pouvais compter sur les pouvoirs psys d’Abra pour me seconder dans ma tâche de surveillance.

Après seulement dix minutes, trois personnes avaient fini par pénétrer dans la boutique. L’un d’entre eux était un homme à peine plus âgé que Shiro et vêtu de façon similaire, qui était probablement trop pauvre pour le marché noir. En revanche, le couple qui lui succéda – un homme et une femme – ne ressemblaient pas aux habitants du coin que j’avais vu aujourd’hui. Leur mise, quoique très simple semblait de meilleures facture que celles des pauvres qui vivaient ici et ils semblaient savoir où ils allaient :on sentait chez eux une détermination et une certaine aisance qui manquait aux pauvres hères ravagés par la misère qui peuplaient ces lieux. J’étais prêt à parier le reste du contenu de ma bourse que ces deux-là ne venaient pas « récupérer » simplement de quoi manger pour demander ou améliorer un peu leur chaumière branlante.

[@Lyssa : Wesh aki tu coz ? Susu la famille xD
@ Shiro : Dis-moi si ça te convient, tu peux aussi parler de ta maîtrise si tu veux]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1558

Fiche de personnage
Points: 46
Âge du personnage: 58 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Lyssa le Jeu 2 Aoû 2018 - 17:29

Lyssa répondit à Shiro par un regard incisif. Ce garçon était encore moins vif d’esprit qu’elle ne l’avait pensé… Cette pauvre femme avait encore plus besoin d’aide que ce qu’elle avait pu voir, si ce qu’il disait était vrai. Cette femme avait besoin d’assistance  et d’une cure, c’était évident. Quant aux apparences, elles étaient bien plus révélatrices des choses que ne semblaient le penser ce petit garçon abandonné, ou une bonne partie du monde d’ailleurs. Mais si elle lisait entre les lignes, Shiro n’appliquait pas à lui-même le conseil qu’il venait de lui donner. Pour le reste, les efforts que mit Sylver à l’ignorer totalement l’irritèrent au plus haut point. Lyssa conserva cependant son air calme et n’en montrât rien. D’ailleurs, personne ne put se rendre compte de l’effet de ses paroles sur Lyssa. Trop bien élevée pour répondre avec emportement, elle ne manqua pas toutefois de bien noter tout cela dans sa tête. Elle ne manquerait pas de remettre les choses en ordre, un peu plus tard, lorsque le moment serait opportun. Pour l’heure, ils devaient trouver les entrepôts avant que les Pokémon et tout ce qu’ils pouvaient contenir d’autre, ne disparaissent.

Après un moment de marche à travers les bas-quartiers, Shiro, qui s’était précipté pour marcher devant, s’arrêta net, levant un sourcil à Lyssa et exposa ses idées. Mais sur sa dernière phrase, Lyssa tiqua et se révolta intérieurement. Pardon ? Elle, attendre dehors comme une petite fille bien sage ?

« Certainement pas. » dit-elle, parfaitement calme, après que Sylver ait pris la parole, sans le couper. «  Sylver à raison, on ne sait pas ce qui nous attendra cette nuit, de plus, vous voudriez qu’une personne comme moi, qui n’ait rien à faire là reste à attendre ? Ce n’est pas l’idée que je me fais de la discrétion. Du reste, la plupart des vols se font la nuit, ils y auront sans doute pensé bien avant vous Shiro. Nous ne devrions peut-être pas attendre au contraire, surtout en pleine rue avec nous qui ne sommes pas d’ici, nous sommes trop visibles, trop remarquables. »

Lyssa savait qu’elle avait raison et de toute façon, elle était trop butée pour s’occuper de l’avis des autres. Elle n’avait pas de plan dans l’immédiat, mais il fallait entrer. Et pas forcément sans se faire voir.

Pendant un moment, Sylver s’éloigna d’eux et se rapprocha de l’un de ses Pokémon. Lyssa, pas si intriguée que ça, tourna un regard interrogatif vers le Feunard millénaire. Lui aussi avait des dons… les oreilles du renard tressaillirent. Il se coucha, le visage tourné vers Sylver et son Abra. Un peu après, il prit Shiro en aparté, de la manière la plus grossière possible ! Ces deux gougnafiers n’avaient vraiment aucune éducation ! Lyssa fronça légèrement les sourcils, dans un regard étincelant. Elle était trop loin pour entendre ce qu’ils disaient.

« Et bien, ils ne sont pas tellement ravis de m’avoir avec eux, ils n’ont aucune intention de me laisser participer si je comprends bien, sauf s’il s’agit de dépenser la fortune de ma famille. Il m’aurait invitée à le suivre dans le cas contraire. » dit Lyssa à son Feunard, à voix calme et relativement basse (on ne parlait pas fort, quand on était bien élevé !). «  Il a demandé à son Pokémon de surveiller les environs n’est-ce pas ? »

Pulsar lui répondit silencieusement, en tournant la tête vers elle, légèrement penchée. A son tour, Lyssa s’éloigna, tout en lançant des regards discrets ici et là. Pulsar l’était également et l’emmena vers un chemin qui passait derrière certaines maisons, aux volets fermés à cause de la chaleur écrasante et menait quelque part derrière les murailles. Un arbre poussait là, offrant un peu d’ombre.

« Tu entends quelque chose ? »

Le Feunard se dressa sur ses pattes arrière, une patte posée sur le mur et l’autre repliée. Au bout d’un moment, il détourna la tête du mur et la tourna vers Lyssa. Le mur était un peu haut.

« Aide-moi. »

Prenant un peu d’élan et avec l’aide de son Feunard, la jeune fille se hissa à bout de bras sur le haut du mur, se cachant derrière une branche aux feuilles jaunies par le manque d’eau. Sa position était très inconfortable, mais elle voyait une partie des entrepôts. Il y avait pas mal de mouvement derrière, et elle aperçut dans un hangar dont la porte était tournée vers elle, des cages. Lyssa lâcha sa prise et retomba en souplesse sans faire de bruit. Revenant sur ses pas, elle ne sortit de l’ombre de la ruelle que lorsqu’un couple, qui n’était vraiment pas du coin, entra dans la boutique. Par réflexe, Lyssa s’accroupit pour se faire moins voyante.

« Il faisait trop sombre dans le hangar, j’ai vu des cages, mais je ne pourrais dire si elles sont vides ou pleines… Tu as vu ces gens ? Ils ne sont pas habillés de manière très fastueuse, mais ils sont loin d’être pauvres. Ils viennent sûrement chercher un Pokémon ; ou en commander un. »

Attendant quelques instants, Lyssa sortit de sa cachette. Elle alla s’abrita sur l’autre pan de la maison, qui la mettait légèrement en retrait de la rue principale. Elle réfléchissait. Depuis quelques années, elle avait vécu toutes sortes de situations, simples ou difficiles dont la plupart lui avaient appris qu’avoir un plan, si brillant soit-il, qu’il y avait toujours au minimum un paramètre hasardeux pour le faire échouer. Dans ces situations-là te celles où elle s’était engagée sans en avoir un, c’était son talent d’improvisation qui avait sauvé sa peau plus d’une fois. Il allait falloir entrer de toute façon et essayer d’être discret n’était pas toujours la bonne solution. Il y avait un peu trop de hasard dans ce qu’ils s’apprêtaient à faire, pour qu’un plan se passe bien, de son avis.

« On va entrer. » dit-elle. « Après tout, je dois moi aussi songer à trouver d’autres Pokémon, n’est-ce pas ? Il y a probablement d’autres objets très intéressants. »

Lyssa baissa son regard vers Pulsar qui le lui rendit. C’était extrêmement risqué. Lyssa en général, ne mesurait pas la gravité de ses actes, ou du moins leurs conséquences. Il savait aussi qu’il était inutile de discuter avec elle quand elle commençait à faire cette tête-là, car elle avait déjà pris sa décision. Elle savait se défendre, mais… Il avait l’impression de se jeter dans un nid de Dardargnan, en vérité. Sa quête de puissance le mettait mal-à-l’aise et c’était aussi la raison pour laquelle il ne comptait pas la laisser y aller seule. Lyssa saisit l’une de ses Pokéball et demanda très sérieusement à Pulsar s’il souhaitait y entrer ; elle ne tenait pas à intéresser ce genre de personnes, ni à le mettre en danger. Puis, elle sortit de l’ombre, en ayant l’air de chercher quelque chose. Elle regarda l’enseigne, lissa ses vêtements et ses cheveux et se dirigea vers la boutique, dans laquelle elle entra. Elle n’avait échaffaudé aucun plan et se contenterait de réagir suivant la situation. Après tout, personne ne s’occupait de son avis, on lui renvoyait ses gentillesses en plein visage, alors elle n’avait aucune raison de vraiment s’occuper du Pokémon disparu ; maintenant qu’elle connaissait l’emplacement de cet endroit…


[Vous me l’avez irritée maintenant, bravo ! Razz ]

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Lyssa
Informations
Nombre de messages : 186

Fiche de personnage
Points: 106
Âge du personnage: 20 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Aurore de Feu [Lyssa / Sylver Belister]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum