[ Clos ] Geler le Temps [Solo/Anniversaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Geler le Temps [Solo/Anniversaire]

Message par Anthere Osarian le Mer 5 Sep 2018 - 21:47

Le périple fut long. Des abords de galets du lac Lazuli, la jeune femme avait serpenté, des mois durant, à la suite de la rivière, la seule et unique de tout le continent. Sous ses pieds, les galets inconfortables l’avaient fait trébucher, jusqu’à ce qu’elle quitte enfin la surface ronde et polie de ces chemins incertains, lorsque la berge se fit plus douce, plus simple, mais moins directe. Foulant l’herbe sèche et la terre battue, inlassablement, n’ayant qu’en-tête la destination hasardeuse, qu’elle-même n’avait pas connu, avant d’y être arrivée. Tous les jours, le corps rompu de fatigue, le dos voûté à porter un sac lourd, les pieds endoloris d’avaler les kilomètres et le silence pour conversation avec les deux seuls être qui connaissaient encore son existence. Par commodité pour eux, Anthere ne quittait pas les abords, pour autant qu’elle le puisse, de la rivière. Il était arrivé cependant, qu’elle s’en éloigne. Il lui était arrivé de devoir escalader les pentes, glissantes ou rocheuses. Rien n’était égal dans cette savane, ni les hauteurs, ni les distances, le chemin était bien plus long que prévu. Anthere avait eu souvent ce sentiment que le chemin n’avait pas de fin. Mais combien de temps avait-elle prévu de marcher au juste ? C'était comme un jour sans fin. Un jour qui recommençait inlassablement.

Tout le temps, elle avait sentis une forme de chaos l’accompagner, le chemin, les pensées, les sentiments. Pendant ces longs mois, elle n’avait gardé qu’une seule idée en tête, une idée, ou une obsession. La seule chose qui lui avait donné de regarder à l’horizon, ce qu’il fallait encore parcourir, d’avoir la force d’avancer quand le vent contrait ses pas, quand la pluie la battait, s’insinuant dans ses vêtements, gelant son corps jusqu’à ce qu’elle le sente lentement s’engourdir. Trempée par la pluie ou brûlée par le soleil, elle n’avait pas faiblit. Elle avait suivi, pendant toute cette interminable marche, une route aussi décousue que ses pensées. Anthere ne cherchait qu’un but dont la voie était vague, si bien qu’elle la suivait avec la curiosité de savoir où tout cela allait la mener. Invariablement, elle marchait, sans s’émouvoir d’un paysage au visage identique depuis des mois, jusqu’à ce que le profil d’une haute montagne, à l’image de la rivière, unique, surgisse avec plus de détails qu’elle n’y avait jamais fait attention. C’était comme si depuis le début, Anthere avait marché en regardant ses pieds et que brusquement, elle lève le visage vers le ciel.

Cette grosse masse, escarpée, luisante, jaillissait de la terre. C’est là qu’elle avait su. C’est à ce moment qu’elle avait su que la fin de son voyage se trouvait dans cette montagne. Elle était hostile, immense, glaciale, chaotique. C’était là. Sa destination finale. Avec sa face sombre et ses failles qui ridaient son visage, au lieu de lui faire peur, Anthere avait songé que personne n’oserait suivre ses traces. Il n’y avait pas que son profil effrayant, elle était certaine que ces montagnes étaient très dangereuses. L’ascension de la montagne était encore pire que des marcher pendant trop de temps dans une savane à la chaleur insoutenable. De nombreuses fois, la pierre glissante la fit débouler de plusieurs mètres, quand ce n’était pas elle qui provoquait une chute de graviers. Son sac lui avait largement meurtri les épaules, courbaturé le dos, jusqu’à ce qu’elle se retrouve face à une caverne, à ce qu’il semblait. L’entrée était noire et il faisait étrangement froid à l’intérieur. Sans hésiter, Anthere s’y était engouffrée. En avançant d’avantage à la lumière d’une torche, elle y avait découvert une caverne intéressante, mais aussi terrible.

Car au terme de longs couloirs de plus en plus froids, elle avait découvert un spectacle morbide, dans les entrailles de la montagne. Des ossements, d’un humain serré contre son Pokémon. Mort de froid, évidemment, mais au moins, s’était-elle, dit, cette fois elle n’y était pour rien. Il y avait un sac éventré, des bout de tissus qui avaient dus être des vêtements, une chaîne autour du cou du squelette humain, des restes d’un feu de camp, suggérés par les pierres posées en cercle, et aux pattes du Pokémon… Une pierre. Elle s’était approchée avec peu d’enthousiasme de ce qui avait été un Pokémon et ramassa la pierre avec méfiance, comme si subitement, la créature allait se relever et défendre son bien. C’était une pierre comme elle n’en avait jamais vu. D’après ce qu’elle savait, elle ne ressemblait pas à une pierre d’évolution. Exactement comme celle qu’elle avait trouvé plusieurs mois auparavant dans l’eau du lac Lazuli et dont elle n’avait jamais trouvé l’utilité, si ce n’était que parfois, peut-être à son idée seulement, elle lui semblait agréablement chaleureuse. Elle avait eu une hésitation, à l’idée de la prendre, mais ils ne risquaient plus d’en avoir besoin, désormais… Et peut-être lui serait-elle utile, à elle. Peut-être était-elle capable de brider la magie ? Elle s’était retirée, en reculant, comme une excuse adressée aux morts.

Sans se retourner, elle avait poursuivit sa route dans les boyaux de la montagne.

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1529

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum