[Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par PNJ le Sam 15 Déc 2018 - 19:18

Un nouveau jour, un nouvel élève. L’Instructeur Elyren assis à son bureau remplissait quelques papiers sur lesquels étaient inscrit des noms et des mentions, les « reçu » ou « recalé » se suivaient. Les lettres relues, il les cacheta et se leva pour les envoyer par messager et jeta un coup d’œil à l’horloge. Il était temps de partir. Il attrapa ses affaires et sortit. Il avait un rendez-vous important aujourd’hui, il devait faire passer une épreuve et pour une fois, celle-ci sortirait peut-être de l’ordinaire. Il avait lu le nom du Champion de Geffen sur le papier. Officiellement, lui aussi était affilié à l’armée, dans la pratique, il ne se souvenait pas de l’avoir beaucoup vu dans la caserne. Enfin peu importe, il avait lu ses états de service et avec ce qu’il savait, la journée promettait d’être intéressante.  Il saisit l’un de ses Pokéball et fit apparaître un Gardevoir.

« Lex, emmène-nous au Canyon Cosmo. »

La créature se dématérialisa avec son maître.

Un instant plus tard, ils réapparaissaient dans  les montagnes Efferos, tout proche du village. Le Gardevoir rentra seul dans la sphère et Elyren se retrouva seul. Il arpenta les chemins, s’arrêta à plusieurs reprises et changea d’avis un certain nombre de fois. Ce n’est que lorsqu’il trouva l’endroit qui lui sembla idéal qu’il s’arrêta. De là où il était, la topographie était compliquée, il y avait un petit plateau assez dégagé, mais pour le reste, on avait une bonne vue sur certains dédales à l’air labyrinthique. Elyren posa la main sur sa Pokéball. Il y avait des Pokémon intéressant ici… S’installant sur un modeste promontoire, assez en vue pour être aperçu à distance, le but, c’était quand même qu’on le trouve), il attendit l’arrivé du Champion de Geffen. Il laissa tomber son sac dans un nuage de poussière.



*********************************************
Monsieur…

Il y a trois jours de cela, tu as reçu une lettre officielle, te demandant de te présenter à ton Instructeur pour une Épreuve de Tir. Elyren est visible et tu vas devoir le retrouver avant la fin du jour. Ici, il n’y a pas vraiment de contexte relatif aux tensions entre Flamen et Terros, car nous sommes dans les terres, et comme les Champions sont bien connus en général, Elyren te reconnaîtra. Il fait jour, nous sommes au milieu de l’après-midi, au moment où Elyren s’installe Wink

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1089

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par Shira Shôsai le Mar 18 Déc 2018 - 17:36

De retour de Terros après avoir aidé l’équipage de son ami Jago et retrouvé par hasard Trellia Farron, Shira était rentré à l’Arène de Geffen.  La première chose qu’il fit en arrivant fut de sortir tous ses Pokémon et les accompagner derrière le dôme pour qu’ils rejoignent les autres à la pension et leur donner de quoi se restaurer. Quand tous ses Pokémon furent mis au repos, il retourna à l’entrée et ouvrit sa boîte aux lettres. Jusqu’à maintenant les nouvelles n’étaient pas nombreuses : à part ses parents qui lui avaient constamment demandé si tout allait bien après la Guerre, personne ne lui avait envoyé de courrier depuis ce temps là. Aucun challenger n’était même venu le voir tellement le Pays devait (encore) se reconstruire, sans parler du désastre écologique.

Pourtant, cette fois-ci, une lettre unique se trouva être là. Dans un des encarts, un sceau avait été apposé : c’était celui de l’armée Flamennoise. Le Champion  grimaça : c’était peut-être une réprimande et une demande d’explications pour ne pas avoir été auprès de ses compatriotes quand la Guerre avait éclaté. Cela étant dit, son père (qui en faisait lui-même partie) avait été mis au courant des raisons qui l’avait inscrit aux abonnés absents, mais peut-être n’avait-il pas encore mis au courant les bonnes personnes. Toujours est-il que Shira brisa le cachet de cire rouge et sortit la lettre en question. Il poussa un léger soupir en voyant que l’objet de la missive était tout autre : on avait enfin répondu à sa demande de certification pour le grade de Tireur. Cette demande, il l’avait faite quelques temps avant que le conflit n’éclate, juste après être rentré de Mizuhan où il avait pensé rencontrer quelqu’un lui faire passer cette Épreuve. Mais cette information c’était avéré n’être qu’un tuyau percé, et il n’avait pas eu la chance d’être certifié, jusqu’à aujourd’hui.

La lettre stipulait de se rendre non loin du Canyon Cosmo, dans les montagnes alentours. C’était là-bas qu’il fallait retrouver l’examinateur à une date précise, et avant le soir. Faute de quoi celui-ci quitterait les lieux et annulerait l’Épreuve. Pour une fois, Shira n’avait pas besoin de se déplacer à l’autre bout du monde.

« Canyon Cosmo...les montagnes...Bon, ça me laisse un peu de temps pour me préparer. »

Rapidement, il rangea la lettre dans une poche intérieure et rentra pour prendre un peu de repos et préparer ses affaires.

***

Trois jours plus tard, il survolait déjà sur Noarfang les montagnes sinueuses et dépassait le village des Lions de Feu. Au loin, le Volcan s’imposait au milieu de ce paysage sauvage et chaud. Du fait de la nature de l’Epreuve, Shira n’avait exceptionnellement pas lésiné sur l’équipement. Il avait emporté avec lui tout ce qui pouvait lui servir en terme d’arme à distance et de jet : son boomerang, sa hachette de lancer, son arbalète, son arc, sans oublier les cordes de rechanges, carreaux et flèches, dont certains et certaines étaient siffleurs.

Maintenant se posait désormais une difficulté : où se trouvait l’examinateur ? Une chaîne de montagne, c’est grand. Au milieu de l’après-midi il faisait encore jour dans cette région, mais la recherche risquait de devenir de plus en plus compliquée à mesure qu le soleil se coucherait. Néanmoins, l’examen que Shira allait passer n’était pas celui de Chercheur ou de Ramasseur. Il pensa donc que l’individu s’était probablement posté à un endroit visible, bien qu’étant au milieu de nul part, et non pas dans une crevasse à l’ombre. Au bout d’une heure de recherche, il demanda à son Noarfang de se poser et fit sortir Astre son Grahyena.

_Hume l’air, Astre. Sent les odeurs qui nous entoure et trouve la présence d’un humain.

Le Pokémon Ténèbres se mit alors à renifler à droite et à gauche, au sol, comme vers le ciel. Le Champion s’assit alors en tailleur et lui laissa du temps en fermant les yeux, méditant quelques instants. Après un moment, il rouvrit ses paupières et regarda Grahyena, celui-ci semblait perplexe.

_Non ? Bon…

Il n’avait rien trouvé. Shira le fit donc rentrer dans sa Pokéball et remonta sur Noarfang qui décolla. Quelque collines plus loin il retenta le même procédé, mais là encore Astre ne sentit rien de différent. L’après-midi commençait à se terminer, et Shira voulu tenter encore une fois son stratagème quand il aperçu une forme verticale sur un petit plateau. En s’en approchant de plus en plus, il constata que c’était bel et bien une personne humaine, la seule à des kilomètres à la ronde. Et au vu de ses habits, il ne faisait plus de doute que c’était bien lui l’examinateur. Doucement, l’oiseau atterrit et le Champion descendit de sa monture. Il le remit dans sa Pokéball et s’avança. Les rayons du soleil déclinant ne dévoilaient qu’une partie de son visage à cause de sa capuche. Mais aujourd’hui, il n’était pas ici en Champion d’Arène, c’est pourquoi il décida de l’enlever, du moins pour les présentations.

_नमस्ते, dit-il en saluant son interlocuteur. Vous devez être l’intervenant venu m’examiner pour une Epreuve de Tireur. Shira Shôsai, enchanté.
[Namaste. = Bonjour.]

Il déboucla sa cape de voyage et dévoila alors son arsenal.

_Comme je ne savais pas si vous vouliez que j’utilise une arme plus qu’une autre, j’ai pris la liberté d’apporter tout ce que je possède dans cette catégorie. Voulez-vous des détails sur ma façon de m’en servir et ma condition physique ?

_________________
avatar
Shira Shôsai
Informations
Nombre de messages : 86

Fiche de personnage
Points: 178
Âge du personnage: 34
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par PNJ le Mer 19 Déc 2018 - 13:45

Après un certain temps d’attente, Elyren vit une forme se dessiner dans le ciel. Rapidement, la silhouette d’un Noarfang devint reconnaissable. Il n’était pas au fait de l’équipe de Pokémon du Champion, mais comme il s’attendait à sa venue. Elyren se releva donc et épousseta son uniforme. Trouver un instructeur au milieu de nulle part était une longue tradition, il aurait pu en effet aller à la capitale et convoquer ses élèves tout simplement, mais il n’y avait pas de meilleur test de volonté que de faire galérer leurs victimes d’un jour dans des endroits inhabités, voire carrément dangereux ! Mine de rien, cela faisait un certain tri parmi les postulants. En tout cas, il semblait que le Champion serait de la partie. En quelques poignées de secondes, le rapace arriva sur le plateau et se posa, son cavalier sautant au sol. Elyren s’approcha et salua.

« Namaste. » dit-il. « Bien, vous venez de réussir la première étape. »

Qu’on le croit ou non, faire traverser un pays ou la planète était un test efficace sur les compétences d’une personne.

« Hmm, pas de problème, après tout, c’est vous qui devrez porter votre sac. Non ça ne sera pas nécéssaire, je saurais tout ça en vous regardant faire. » fit-il. « Je vais vous passer le bla-bla habituel des Épreuves, je préfère entrer dans le vif du sujet. Comme vous êtes là pour une épreuve de tir, je n’accepterais aucune arme qui ne soit pas dans la catégorie des armes de jet. Vous n’aurez pas le droit non plus d’utiliser vos Pokémon d’Arène, je suis formel là-dessus. En revanche, au cours de cette épreuve, vous pourrez bénéficier de l’aide, une fois, d’un Pokémon affilié aux Tireurs, si vous en possédez un, dans le cas contraire, vous devrez vous en passer. »

Elyren se dirigea vers le bord du plateau et observa un moment ce qui se passait en contrebas. Une bande de Pokémon s’occupaient de leurs affaires. Il fit signe à Shira de le suivre. Vers la falaise, un mince chemin se trouvait entre deux parois rocheuses, les fit descendre un peu plus près des Pokémon. Elyren fit apparaître son Gardevoir, qui se téléporta de son côté, non loin des Pokémon sauvages, mais sans se mettre à leur vue et leur portée.

« J’ai obtenu la complicité des Pokémon du coin, j’ai un don avec eux…
Vous voyez les Spoink là-bas ? Il y en a dix. Avec leur queue en ressort, ils bondissent partout et sont difficiles à toucher, de plus, leurs pouvoirs psychiques leur permettent d’esquiver les coups facilement.

Pourtant, vous allez devoir tous les touchers, donc prendre à la fois votre temps pour viser et anticiper leurs mouvements. Mais vous devrez aussi agir vite, car ils ne mettront pas longtemps à comprendre et à vous repérer, il faudra donc être particulièrement précis et discret. Certain pourraient fuir, d’autres vous attaquer.

Pour cet exercice, vous prendrez ces flèches, elles ne les blesseront pas, mais laisseront une trace de couleur sur eux. Lex va arbitrer. »


Tout en parlant, Elyren sortit dix flèches de son sac. Elles n’avaient pas de pointe, mais un sac remplit d’une poudre de couleur rouge.

« A vous. »

Elyren croisa les bras, laissant Shira choisir le meilleur endroit pour se poster.




*********************************************
Monsieur…

Durant l’épreuve, tu pourras bénéficier de l’aide d’un Pokémon de Tireur (je te renvoie à la liste disponible de la Classe Tireur) si Shira en possède un, dans tous les cas, tu ne peux pas te servir des autres.

Pour cet exercice, c’est assez simple, tu dois toucher le plus de Spoink possible, en prenant en compte leur déplacement aléatoire et bondissant, ainsi que leurs pouvoirs psychiques. Ne te fais pas repérer (du moins, le plus longtemps possible !) ;
Tu as 1 tour.

Bonne chance ! ♥

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1089

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par Shira Shôsai le Dim 23 Déc 2018 - 11:19

[Alors ce post est très long, mais j'avais envie de me faire plaisir ^^]


Shira récupéra les flèches aux sacs de poudre rouge. Intérieurement il se dit qu'il préféré des carreaux. Pour un exercice comme celui-là, avoir une arme que l'on pouvait poser pour prendre le temps de viser aurait facilité la chose. Au lieu de quoi, il allait falloir se contenter de l'arc, où la visée allait majoritairement se faire à l'instinct. Mais il n'était pas pour autant démuni de moyens.

_Si vous le permettez, je vais laisser une partie de mes affaires ici.

Il déposa aux côtés de l'examinateur, contre une paroi rocheuse à l'entrée du sentier qu'ils venaient d'emprunter, tout ce qui n'allait pas lui servir : son arbalète, son carquois à carreaux et ses flèches à lui, qu'il remplaça par celles de l'Epreuve, sans oublier les quelques affaires de voyages inutiles ici. Ne restaient sur lui que son boomerang, sa hachette de lancer et ses cordes de rechange. Il déroula ensuite la corde principale, qui était jusque là enroulée autour du bois de l'arc, et l'y accrocha. L'arme était prête. Avant d'y aller, il se retourna auprès de l'homme.

_Surtout ne soyez pas pressé de voir quelque chose arriver, dit-il en plaçant son carquois dans son dos et rabattant sa capuche, je vais prendre mon temps.

Lentement il se courba et partit en direction des ombres par petites foulées silencieuses, son arc à la main. D'abord il lui fallait analyser la situation et le terrain, il commença donc par se faufiler d'abris en cachettes ombragées avant de s'arrêter à un endroit qui lui donnait un bon angle de vue. Doucement, il regarda au-dessus d'un gros rocher et examina ses cibles et les alentours en silence.

L'Examinateur l'avait amené dans une sorte de grosse crevasse où les parois étaient relativement éloignées l'une de l'autre. Le sentier qu'ils avaient empruntés s'élargissait d'ailleurs à partir d'ici et continuait de serpenter au-delà entre les collines avoisinantes. Ces parois et le terrain en lui-même étaient très chaotiques : des fissures formées au fil des siècles cisaillaient la roche, quelques arbres aux racines sèches s'étendaient à travers elles, et des morceaux de gravats attendaient sur des pics de pierres tranchants qu'un importun les fasse chuter en contre bas. Sur les côtés du sentier, au sol, reposaient ça et là des rochers, des buissons séchés par la chaleur et quelques autres plantes habituées au climat de cette région. Les Spoink étaient au milieu du chemin, en zone dégagée.

Le Champion les observa un moment. Il ne doutait pas qu'ils étaient bien dix, comme l'avait spécifié l'homme, mais il voulait bien visualiser leur position, une par une. De combien ils étaient éloignées des autres, quelle surface ils prenaient sur le sentier, quel était leur comportement. De ce qu'il savait sur eux, ces Pokémon passaient leur vie à rebondir sur leur petite queue en tire-bouchon, car c'était précisément ce qui régulait leur rythme cardiaque. Ils pouvaient s'arrêter bien sûr, en dormant ou en étant mis hors combat par exemple. Mais s'ils s'arrêtaient trop longtemps ils pouvaient en mourir. Le Champion savait aussi qu'ils étaient réputés pour leurs attaques psychiques avec l'aide de leur petite boule sur la tête. Mais ce que la plupart des gens ignoraient souvent était surtout l'odorat extrêmement développé de leur truffe.

Shira redescendit sa tête du haut du rocher et s'accroupit derrière celui-ci pour faire le point.

« Bon...Je ne possède pas de Pokémon étant affilié aux compétences de Tireur, donc la question de ce côté est réglée. Le terrain me donne pas mal d'opportunités pour grimper et me cacher, j'y serais à mon aise. Le problème, c'est leurs capacités : si je me fais toucher par une attaque psychique, je risque de me retrouver désorienté et sans défense ; de plus ils pourront dévier mes flèches grâce à leur pouvoir ; et si je bouge trop ou m'approche trop, ils me sentiront sans problème. Le vent ne souffle pas dans ce creux, impossible donc de l'avoir à mon avantage.

L'attaque de front est évidemment à proscrire, même à but défensif. Après le premier tir, ils seront forcément sur leurs gardes. Il faudra rester caché et faire en sorte qu'ils continuent d'ignorer où je me trouve après chaque flèche. Voyons...si je tire depuis une direction, ils iront dans cette direction. Mais user du même stratagème deux fois leur feront comprendre le truc, et ils risquent de me repérer la troisième fois. Je pourrais aussi user de la même méthode que dans mon Arène : les désorienter, et leur donner l'impression que leur ennemi est partout en causant du bruit et des mouvements à divers endroits. Mais ils sont plusieurs et pourront alors se regrouper ensemble pour n'avoir aucun angle mort, rendant toute attaque furtive très difficile. Hm...la meilleure solution serait encore de doublement bluffer en leur faisant croire qu'un tir venait d'une direction alors qu'en fait elle vient de l'opposé...mais comment faire ? Une flèche, ça ne rebondit pas. Ces flèches d'ailleurs… »


Il sortit l'une des flèches de son carquois et examina attentivement la pointe. Comme l'Examinateur lui avait fait remarqué, elles possédaient un petit sac contenant de la poudre. Celui-ci n'était pas trop gros, mais pas trop petit non plus. Il y avait donc une possibilité pour qu'avec un tir bien placé, la poudre se disperse suffisamment à l'impact pour toucher deux cibles en même temps. Rapidement, il se releva et regarda de nouveau au-dessus du rocher.

« Hm...Il arrive que certains rebondissent en même temps, et se retrouvent à la même hauteur au même moment. Ce premier tir sera le plus facile, je dois en profiter au maximum et tenter d'en toucher plusieurs. Pour ça il faut juste attendre le bon moment. Malheureusement, je ne peux pas me poster avec une arbalète et attendre simplement. La visée avec l'arc doit être plus rapide, il faut donc que j'anticipe encore plus… »

Alors, Shira s'accroupit de nouveau, s'adossa au rocher derrière lequel il était, ferma les yeux et usa de son ouïe, comme lorsqu'il était aveugle, puis...il attendit.

De longues minutes s'écoulèrent sans que rien ne bougea (à part les Spoink). Seuls quelques petits gravats tombant au sol venaient troubler le calme qui régnait ici. Shira ne bougeait plus, il respirait lentement. S’il n’était pas venu pour une Épreuve, sa présence aurait pu être oubliée. Pourtant, il ne faisait pas rien, son attente avait deux buts précis. Premièrement il laissait couler le temps pour que la lumière diminue de plus en plus dans la crevasse. Les rayons du soleil ne passaient déjà pas dedans à cette heure-ci, et les ombres se faisaient de plus en plus grandes. Or, en tant que spécialiste, c’était justement dans les Ténèbres que Shira était le plus redoutable. Deuxièmement, il essayait d’écouter les rebondissements des Spoink pour savoir s’ils étaient plutôt regroupés ou éparpillés, mais aussi de déterminer leur rythme pour connaître les meilleure opportunités de tir. Il ne rouvrit les yeux que quand il sentit qu’il n’apprendrait rien de plus.

« Bon, leur rythme est fichtrement différent les uns des autres, et il change en fonction de leur humeur. Mais j'ai au moins réussis à entendre qu'il y a toujours un moment où au moins deux rebondissent presque en même temps. Je dois me baser sur le son global du groupe pour déterminer à quel instant ce moment se rapproche, c'est ce qui me permettra de tirer...Bien...préparons-nous. Après la première flèche tout ira très vite. »

Avec beaucoup de précautions, il sortit une flèche de son carquois, la plaça sur la corde de son arc et se remit debout, toujours dos au rocher. Il regarda une dernière fois autour pour estimer ses zones de repli, puis se remis à compter.

« Un...deux...un-deux...un, deux, trois...un, deux...un...maintenant ! »

Aussitôt il tourna sur le côté et sortit rapidement de sa cachette en bandant son arc. Une demi-seconde après, deux Spoink rebondirent au même moment, et la première flèche partit. Shira n’attendit pas de voir s’il avait fait mouche ou pas, il fit le mouvement inverse pour se cacher de nouveau vers le rocher et bondit vers une autre cachette. Pour autant, il ne s’arrêta pas et continua d’avancer à pas de loup là où il y avait de l’ombre pour contourner le petit groupe. Les Spoink avaient poussés des petits cris aiguës de surprises. Au départ, ils ne bougèrent pas, puis comprenant que le projectile était venu d’une direction, ils se déplacèrent vers celle-ci. Chose que Shira escomptait pour un deuxième tir. Caché derrière un autre rocher mais dans une direction bien différente de son point de départ, il jeta un œil aux Pokémon qui se déplaçaient vers son ancienne cachette. Deux d’entre eux avaient du rouge sur le peau, la première flèche avait donc bien ripée sur l'un et l'autre. Dans leur avancée, l’un d’entre eux prit du retard et se retrouva derrière le groupe. C’était une occasion de tir facile, le Champion sortit une autre flèche et bandit une deuxième fois son arc en comptant les rebonds du retardataire.

« Un, deux, trois, quatre...tac ! »

La flèche toucha le pauvre en plein vol et le surpris tellement qu’il tomba ventre à terre en poussant un autre cri de surprise.

« Heureusement que ça ne leur fait pas vraiment mal...pensa Shira. »

En entendant leur compagnon, les autres se retournèrent et firent demi-tour pour accourir auprès de leur ami. Sans qu’ils n’aient encore compris ce qui se passait, l’archer se faufila vers un autre abri, toujours en contournant le groupe. Quand il vit que certains d’entre eux avaient arrêté de rebondir pour aider leur ami à se relever, il sauta sur cette deuxième occasion parfaite. Une troisième flèche partit d’une autre direction et passa entre deux Spoink qui avaient arrêté de sauter. Le petit sac de poudre s’ouvrit en ripant sur le premier et frôla le deuxième de près, les aspergeant tout deux de couleur rouge. Cette fois-ci, s’en fut trop pour les petits Pokémon qui comprirent que quelqu’un se payait leur tête. Certains poussèrent même des cris d’agacement, et ils se mirent à commencer des recherches en reniflant le sol de leur odorat développé...mais déjà, Shira s’était de nouveau déplacé.

Leur nez flanqué au sol, ils avaient peu de chance de le trouver car celui-ci s’était mis en hauteur : prenant appui sur des interstices et s’agrippant du mieux qu’il pouvait dans les fissures de la paroi, le Champion avait grimpé quelque mètres au-dessus, l’arc dans le dos. Pour l’instant, son ratio était parfait : 5 touches en 3 tirs. Ses sens d’aveugle développés, ses yeux neufs aux bonnes rétines, et le long moment passé à l’écoute, observation et analyse, avaient portés leur fruit. Mais il ne comptait pas s’arrêter là. Petit à petit, il se déplaçait le plus silencieusement qu’il pouvait en contrôlant sa respiration pour atteindre une grosse racine sèche qu’il avait vu précédemment. Cette racine venait d’un arbre qui avait poussé dans une fissure de la roche et s’en était extrait pour aller chercher le soleil plus haut. Le végétal n’était pas bien grand, et il avait sans doute succombé aux derniers étés. En témoignaient une légère inclinaison sur le côté qui laissait à penser qu’il ne captait plus d’eau et risquait de chuter à tout moment. Pourtant, malgré ce risque, Shira avait précisément dans l’idée de se poster sur la grosse racine, car elle offrait une bonne vue surplombant la zone où les Spoink reniflaient les odeurs. Arrivé à bonne hauteur, il se courba de telle sorte à poser son derrière dessus en premier, puis ses bras pour s’y tenir en équilibre. Les corniches fragiles, Shira l’avait déjà fait. Sur des toits de bâtiments, tout n’était pas solide, mais faire l’équilibriste n’était plus un problème depuis longtemps pour lui non plus. Mais tout Champion qu’il était, ça ne l’empêcha pas de commettre une erreur.

En reprenant son arc et une nouvelle flèche en main, il avait posé les pieds sur la racine et s’était relevé en s’adossant au tronc de l’arbre, pensant que les autres racines encastrées dans la roche retiendraient son poids. Ce qu’il ne savait pas, c’est que les autres racines n’étaient en fait pas toutes accrochées. Lorsqu’il se tint enfin debout, les jambes fléchies, prêt à bander une autre flèche, des craquements se firent entendre. L’arbre commença alors à basculer dangereusement vers l’avant. Les roches sur lesquels il reposait dans la fissure s’affaissèrent sur elles-mêmes, le faisant descendre un peu plus vers le bas. Shira manqua de tomber, mais il se rattrapa au tronc qui par chance ne bascula pas plus dans le vide. Avoir côtoyé de futurs voleurs et acrobates dans sa jeunesse l’avait aidé pour savoir garder l’équilibre. Bien sûr, un voleur et un acrobate devaient beaucoup leurs réussites à leurs compétences, aux circonstances, et parfois à la chance. Et c’est précisément à ce moment là que la chance abandonna Shira.

La raffut provoqué par les craquement et l’affaissement de la roche attirèrent l’attention des Spoink qui levèrent les yeux aux ciel. En voyant un humain en équilibre sur une racine fragile, ils n’en revinrent pas. C’était un drôle de spectacle en vérité ! Très vite, ils poussèrent des cris accusateurs sur celui qui s’en était pris à eux et voulurent réagir. Mais Shira fut plus rapide : prenant appui sur sa jambe de devant pour ne pas tomber, il lâcha le tronc, ressaisi sa corde et tira sur le Spoink le plus facile à toucher. La quatrième flèche fit mouche et atteignit le Pokémon au ventre, lui laissant une belle marque rouge et ronde. Quand il était repéré, Shira avait toujours ce boost d’adrénaline qui ordonne de réagir vite, généralement pour prendre la fuite et échapper à des poursuivants. Mais là, son instinct lui commanda de tirer encore tant qu’il le pouvait. C’est donc avec vélocité qu’il sortit une cinquième flèche et qu’il tira sur un autre Spoink. A sa grande surprise, celle-ci changea de direction et se ficha dans le sol, un mètre à droite. Il jeta un œil sur la gauche : un des Pokémon venait de lancer une attaque psychique qui avait dévié le projectile.

Cette fois, ce fut aux Spoink de reprendre l’avantage, car avant même d’avoir sortis une nouvelle flèche, les autres lui lancèrent une déferlante mentale. Par réflexe, le Champion quitta la racine en sautant en contrebas. Il n’était pas trop haut, la chute ne serait pas mortelle, mais elle méritait quand même une réception par roulade...une roulade…

« Oh merde ! Le carquois ! »

Mais c’était trop tard : en arrivant au sol, il fit son roulé-boulé, écrasant au passage une moitié de l’étui à flèches. Sans perdre un instant, il se releva et couru en direction du deuxième rocher d’où il avait tiré. Dans sa course, une onde psychique lui toucha le cerveau, lui arrachant un cri de douleur. Le mal de crâne le fit tituber peu avant d’arriver au rocher derrière lequel il s’abrita.

Sur le plan martial, physique et acrobatique, Shira était très bon. Sur le plan des ombres, des ténèbres et de la discrétion, Shira était difficilement battable. Il avait même affronté une Marcheuse d’Ombre une fois lors d’une victoire éclair, alors que lui-même n’avait pas le même degré de maîtrise. Mais le psychisme, ça, c’était une chose qu’il ne pouvait pas contrer. Pourtant, grâce à la méditation, il savait se vider l’esprit pour éviter qu’on lise trop dans ses pensées. Mais encore fallait-il ne pas être dans une situation d’adrénaline, comme c’était le cas maintenant. Et aucun entraînement de méditation ne pouvait l’aider à résister à des attaques comme Psycko ou Choc Mental.

Tentant de reprendre ses esprits malgré la douleur, Shira enleva le carquois de son dos et regarda à l’intérieur. Il poussa un juron. Deux des petits sacs de poudre s’étaient ouverts lors de sa roulade. Deux des flèches n’étaient donc plus utilisable, il les sortit et les jeta sur le côté.

« Je le sais pourtant qu’un carquois ça se prend à la main quand on fait une roulade ! Bon sang ! »

Mais le bruit de plusieurs petits rebondissement le sortit de sa pensée. Cela lui apprit deux choses : que les Spoink étant désormais plus nerveux leur rythme cardiaque avait augmenté, donc que leur rythme de rebond aussi ce qui les rendaient plus difficile à toucher, et ensuite qu’ils se rapprochaient de sa cachette. Il jeta un œil derrière pour voir où ils étaient. Il eu juste le temps de les apercevoir une seconde, mais les Pokémon lui lancèrent une nouvelle attaque Psy qu’il esquiva à peu de chose prêt. Les Spoink se rapprochaient encore, Shira décida alors d’user d’une ruse de tireur : elle consistait à faire semblant de se découvrir d’un côté avant d’attaquer de l’autre. En les regardant il en avait remarqué un qui rebondissait vite, mais avec un rythme soutenu. Si son rythme ne changeait pas, il avait les chances de le toucher avec sa technique. Il fit donc semblant de jeter un autre coup d’œil du même côté en dégageant un petit nuage de poussière avec son pied. Ce à quoi les Spoink envoyèrent une nouvelle décharge. C’est à ce moment, qu’il apparu de l’autre côté du rocher et tira vers celui qu’il pensait toucher. La huitième flèche fendit l’air et ripa sur la petite boule du Pokémon posée sur sa tête. Elle devint subitement toute rouge. Le petit Spoink poussa un cri de colère : non seulement lui et ses compères ne s’attendaient pas à une contre-attaque, mais en plus on venait de salir sa jolie petite boule.

La riposte ne se fit pas attendre. Pire, elle fut très violente, parce qu’à peine Shira s’était-il re-caché que tous les Pokémon lancèrent leurs attaques simultanément sur le rocher. La puissance fut telle qu’il commença à se fissurer. Le Champion, voyant sa cachette qui allait exploser, réfléchi le plus vite possible à un plan de secours. Vu que l’ennemi l’avait repéré, il allait falloir lui donner une bonne raison pour regarder ailleurs. Quelque chose qui lui force à se désintéresser de Shira. Mais quoi ? La solution lui vint lorsqu’il vit sur l’une des parois l’arbre avec la grosse racine. Les pierres qui s’étaient affaissées sous lui quand Shira était dessus formaient un petit tas fragile qui menaçait de tomber. En les touchant de loin, il était peut-être possible d’en déloger assez pour faire tomber l’arbre qui penchait déjà beaucoup. Oui mais voilà, un autre problème persistait : le Champion n’avait plus que deux flèches sur lui pour trois Spoink restants. Même en étant un bon tireur, le pari était risqué pour lui.

« Bon...pensa-t-il alors que le rocher se fissurait de plus en plus. Je n’ai pas trente-six mille solutions. Il faut le faire. »

Il sortit les deux flèches qui lui restaient et arracha une plume à l’une d’entre elles avec les dents. C’était la seule manière de...placer les deux flèches sur la corde. Une fois cela fait, il dégaina son boomerang en forme de croissant de lune et le lança à toute volée en direction du tas de pierre sous la grosse racine. Le croissant argenté heurta la roche et délogea plusieurs cailloux. Au début, seuls quelques gravats furent secoués, mais des cailloux de plus en plus gros commencèrent ensuite à tomber, libérant de l’espace à l’arbre qui pencha encore plus vers l’avant. Les Spoink, entendant un bruit inquiétant de bois craquant, arrêtèrent leurs attaques et regardèrent sur le côté pour constater avec horreur que le végétal allait leur tomber dessus. Poussant de petits cris, ils partirent dans tous les sens d’une manière un peu désordonnée. C’est là que Shira choisit le moment pour sortir une dernière fois de son abri et banda son arc à l’horizontal en vidant ses poumons. Il avait repéré les trois petits Spoink restants et tenta de calculer leur rythme. Son double tir ne devait pas louper.

« Un, deux...Un, deux...trois...Merde, la poussière ! »

En effet, en s’abattant au sol, l’arbre souleva un nuage de poussière qui enveloppa une bonne partie du terrain. Craignant que cela ne lui fasse perdre de vue ses cibles, il arrêta de compter et lâcha la corde. Les flèches disparurent dans le nuage en même temps que les Spoink, et...ce fut de nouveau le silence.

Ne sachant pas encore s’il avait réussis ou non, le Champion prit son carquois et l’agita au-dessus de lui pour signifier au Gardevoir et à l’Examinateur qu’il avait utilisé toutes ses munitions, marquant la fin de son exercice. La poussière retomba, et il s’approcha. Les pauvres Spoink était tous à terre, soit évanouis de frayeur, soit ayant pris un coup sur la tête, étourdis. Les trois derniers qu’il avait visé étaient là, et en regardant de plus près s’il les avait touchés, il vit…

...qu’il en manquait un.

En tirant ses deux flèches en même temps, il avait espéré que l’une d’entre elles en touche deux et l’autre le troisième. Au lieu de quoi, il n’y avait eu qu’une flèche pour une touche chacune. Le dernier avait en effet bondit si vite qu’il s’était trop éloigné des deux autres. Résultat : 9 cibles sur 10 touchées. Le Champion serra la mâchoire et regarda le ciel en inspirant profondément.

« Hm...Pour sûr, j’ai une bonne vue, des sens développé, une bonne technique, mais je ne suis pas sans défauts pour autant. Enfin...c’est aussi pour ça que j’ai passé cette Epreuve, pour m’améliorer. »

Il alla ramasser son boomerang et revint voir l’Examinateur.

_Pas de chance, dit-il. J’ai loupé le dernier de peu.


[Le résultat est imparfait car j'ai préféré être réaliste dans le sens où le perso, même en ayant l'air OP avec ses capacités, ait malgré tout quelques lacunes et ne soit pas parfait.]

_________________
avatar
Shira Shôsai
Informations
Nombre de messages : 86

Fiche de personnage
Points: 178
Âge du personnage: 34
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par PNJ le Mar 25 Déc 2018 - 22:09

Perché sur son rocher et en connexion mentale avec Lex, Elyren gardait un œil attentif et intéressé sur Shira et sa manière de procéder. Le choix (ou plutôt l’absence de choix) des flèches plutôt que des carreaux d’arbalètes n’était pas dû au hasard. Une arbalète était simplement plus lente à recharger qu’un arc et aussi plus puissante. Shira aurait eu du mal à poursuivre l’exercice avec une arbalète, les Spoink auraient été beaucoup trop rapides pour lui et avec cette puissance de feu, le tube, même avec un sac de poudre, aurait pu se planter simplement dans les Pokémon, ce qui n’était pas à proprement parler le but de l’exercice. Mais pour en revenir aux Spoink, après une longue attente, les Spoink se mirent à sauter dans tous les sens et bientôt, à laisser déferler leurs pouvoirs psychiques. La situation, pour Shira, commença à se dégrader, jusqu’à friser la catastrophe, un arbre posé en équilibre vacilla, puis tomba, Marquant du même coup la fin de l’exercice.

Elyren n’avait pas bougé de son perchoir, comptant les touches, mais il savait que Lex aurait pris soin d’éviter aux Pokémon de finir totalement écrasés par l’arbre et les roches. Il vit Shira ramasser son boomerang et venir le rejoindre. Elyren attendit qu’il soit à sa hauteur.

« Pas mal. » dit-il. « Dommage que la fin manque totalement de subtilité, vous auriez pu très mal finir avec des ennemis un peu plus costauds, mieux armés ou tout simplement humains. L’arbre et les rochers auraient pu vous tuer. La technique était pas mal, mais il faut vraiment que vous soyez plus prudent. »

En un Teleport, Lex revint vers eux, les flèches en lévitation derrière lui et confirma à Elyren le décompte des touches.

« Merci Lex. D’après Lex, vous n’avez manqué qu’une cible, c’est bien, mais vous avez pris trop de risques à la fin. Passons à la suite. »

Elyren fit signe à Shira de le suivre et ils s’enfoncèrent dans les dédales sinueux de la montagne. Les chemins formaient des détours complexes, jusqu’à remonter au sommet d’un monticule de roches. Pour l’instant, Elyren et Shira se trouvaient au pied du mont, sur un genre de petite prairie.

« Bon. J’ai vu que vous étiez doué sur le tir de longue distance. Ce que j’aimerai savoir, c’est si c’est aussi le cas à courte distance. Un archer doit pouvoir compter sur ses coéquipiers pour le protéger, mais il arrive qu’il se retrouve seul à courte, très courte distance, voir au corps-à-corps. C’est précisément ce que je veux savoir.

Vous allez donc devoir me rejoindre au sommet de cette colline. Il y a de nombreux chemins entre les rochers et c’est très facile de se perdre et d’être pris en embuscade. Vous allez devoir monter et terrasser vos ennemis un par un. »


Elyren ouvrit son sac et en sortit une poignée de petits sacs, identiques à ceux des flèches, mais plus petits.

« Voilà des sacs de poudre bleue. Vous pouvez utiliser vos propres armes, mais attachez les sacs aux projectiles. Vos cibles ne craindront pas vos carreaux d’arbalètes, même à faible portée. Dès que la poudre aura marqué un Pokémon, celui-ci quittera l’exercice. Lex s’occupera de les compter pour moi et de les superviser pour que tout se passe bien. Vous avez le temps de préparer vos traits.
Moi, je vous attendrai au sommet de la montagne. Dites-moi quand vous serez prêt. Bien sûr, je vous déconseille de vous laisser toucher. A ce sujet, vous aurez quinze adversaires disséminés dans les chemins et aucun ne permet d’avoir une vue d’ensemble, les parois sont trop hautes. Vous n’avez pas le droit de grimper, vous devez suivre les chemins jusqu’au sommet. Pour corser l’exercice, vous ne pourrez être touché que cinq fois par vos adversaires, au-delà, ce sera un échec de l’exercice. »


Elyren sortit un sifflet, dont il allait se servir pour donner le top départ à ses complices.



*********************************************
Monsieur…

Cette fois, Shira va devoir prouver ses capacités au tir à (très) courte portée et au corps-à-corps. Tes adversaires, que tu vas découvrir quand ils apparaîtront, sont des Charkos.

Pour cet exercice, tu es obligé de suivre les chemins pour trouver celui qui t’emmènera jusqu’au sommet, tout en marquant les quinze Pokémon. Tu pourras être touché cinq fois maximum. Dès que le premier t’aura trouvé, les autre vont te traquer, les CHARKOS vivent en groupe et communiquent ensembles, ils peuvent « attaquer » seuls ou en groupe. Ils n’utiliseront que des attaques de contact.

Tu as 2 tours pour ce faire.

Bonne chance !

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1089

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par Shira Shôsai le Dim 6 Jan 2019 - 15:46

Avec humilité, Shira avait hoché la tête lorsque l’examinateur lui avait fait remarquer ses grosses prises de risques. C’était bien vrai : durant sa vie, il avait appris à grimper, sauter, tirer, et combattre en prenant des risques. Presque à chaque fois. Ses bonnes capacités le sauvaient souvent, mais il avait conscience qu’en demander trop à la chance ne donnerait rien de bon au bout d’un moment. Il garda cette piqûre de rappel dans un coin de sa tête.

Maintenant qu’il n’avait plus besoin de démontrer quoi que ce soit au tir à longue portée, son programme allait cette fois lui demander de se démarquer sur la courte portée, voire le combat rapproché. C’était un exercice qui allait mettre Shira en difficulté, sans nul doute. Il se débrouillait mieux en étant à distance. Le reste du temps, il prenait la fuite et tentait de semer ses poursuivants dans une foule, des arbres ou en grimpant à un mur, ou alors c’étaient ses Pokémon qui prenaient le relais. Mais voilà : cette fois, il avait l’obligation de combattre avec des armes de jets en ayant les cibles très proches de lui, sans faire appel à des alliés et, pour couronner le tout, sans avoir le droit d’escalader les parois. Pour lui, c’était bigrement handicapant. Mais une chose était sûr, le grade de Tireur se méritait ou ne se méritait pas. Ce n’était plus le stade du simple archer fantassin qui savait bien tirer.

Après ses explications, l’Examinateur se retira, laissant Shira seul devant la montagne labyrinthique. Au loin se dessinait effectivement le sommet où il devait se rendre. Il attendit, puis le coup de sifflet retentit. De nouveau, il se mit à réfléchir.

« Les assaillants, quels qu’ils soient, sont en route, ou bien attendent quelque part que je tombe dans leur piège. Si il y a beaucoup de choses que je n’ai pas le droit de faire, alors il faudra que je fasse avec ce qu’il me reste. En combat rapproché, quelles sont les choses qui peuvent me servir ? Les pieds et les poings ? J’ai beau m’être un peu entraîné avec Brasio, ça risque de ne pas suffire : il a dit que les ennemis résisteraient à des carreaux tirés à bout portant, je risquerais de me faire mal, et de toute façon je suis obligé de me battre avec des armes de jets, donc...Que me reste-t-il ? Mon agilité, et les Ténèbres ma spécialité. Je dois tirer profit du terrain mieux qu’eux, et jouer sur les esquives et les surprises. Mais pour ça, l’arbalète ne me servira pas, la recharger prendrait trop de temps, contrairement à l’arc. Mieux vaut partir sur ça. »

S’agenouillant par terre, il sortit de son carquois plus d’une vingtaine de flèches auxquelles il accrocha les petits sachets de poudre bleue. Tout en s’activant, il continua sa réflexion.

« S’ils créent des embuscades, je dois les prendre de vitesse et les embusquer moi-même...ou bien les débusquer, car je ne peux pas prendre de la hauteur. Chaque cachette potentielle est dangereuse, je devrais avancer prudemment, mais le problème c’est que l’heure tourne. Si j’arrive beaucoup trop tard en haut, il ne me validera pas. Il faut donc que je me dépêche, sans prendre de risques, comme il l’a dit. »

Il rangea les flèches modifiées à cet effet et enleva de sa ceinture sa hachette de lancer et son boomerang pour leur attacher la poudre à eux aussi.

« Raison de plus pour les débusquer d’abord tous les quinze, et seulement après chercher le chemin en n’ayant plus rien à craindre. »

Sa stratégie faite, il s’apprêta à laisser son arbalète ici et à prendre le chemin, quand une idée germa dans son esprit. Affichant un sourire amusé, il garda cette arme en main et avança. Quelques mètres plus loin, il tomba sur un premier carrefour.

« Ah oui, évidemment. Alors, gauche ou droite ? Voyons...La colline que j’ai vu, d’après la position du soleil, est au nord. Ça me donne déjà une direction à suivre. Par contre si je m’engage dans un chemin, les ennemis pourraient arriver de l’autre et me prendre par derrière. Mieux vaut en avoir le cœur net. »

Il s’accroupit silencieusement, et plaça ses mains derrières ses oreilles. Cette vieille technique de chasseur, dont on lui avait dit qu’elle s’appelait la technique du Cerfrousse, permettait d’amplifier les sons venant d’une direction pour écouter plus loin, bien que pas de beaucoup. Or, l’ouïe de Shira s’était affinée quand il avait été atteins de cécité. C’était donc un bon outil pour écouter des bruits de pas dans la nature. Il ferma donc les yeux et écouta. Comme à l’exercice précédent, le vent ne soufflait quasiment pas ici, il n’était qu’en bas de la colline. Au début rien ne lui parvint, jusqu’au moment où il entendit quelques bruits lourds, comme quelque chose de gros qui aplatissait le sol. C’était faible, mais c’était bien là, sauf qu’il n’arriva pas à déterminer si ça venait du sentier de gauche ou de celui de droite. Il décida donc d’appliquer son idée maintenant : il sortit un carreau, mais pas n’importe lequel, un carreau siffleur. D’ordinaire ce genre de projectile (qu’il possédait aussi bien en flèches) lui servait pour signaler sa position à ses autres Pokémon quand il avait besoin de leur aide. Notamment quand il patrouillait dans les Plaines Fleuries et qu’il y avait un problème. Mais là, il allait s’en servir pour attirer ses ennemis.

Une fois l’arbalète armée, il se plaça à l’entrée du sentier de droite, visa en l’air et tira. Le carreau partit vers le ciel dans un sifflement strident et retomba plus loin dans la montagne. Juste après, Shira revint un peu sur ses pas pour se cacher dans le chemin par lequel il venait d’arriver. Dés maintenant, il savait qu’il venait de déclencher trois réactions : les ennemis proches de là où la flèche avait atterris iront dans cette direction, et donc s’éloigneront, lui laissant un peu de répit ; ceux qui étaient au contraire plus proche de là d’où la flèche était partie arriveront vers lui, l’occasion d’en toucher plusieurs ; enfin il y avait ceux qui étaient entre les deux, ceux-là hésiteraient peut-être et ne comprendraient pas tout de suite ce qui se passe. Dans l’immédiat, Shira attendait ceux de la deuxième catégorie. Il n’eut pas longtemps à attendre car le bruit faible qu’il avait entendu peu de temps avant se rapprocha subitement et s’intensifia. Aucun doute, c’était quelque chose de lourd. Bientôt, deux masses imposantes se dessinèrent au carrefour depuis la gauche. Plaqué contre la paroi sans bouger d’un iota, Shira les reconnus : il s’agissait de Charkos, des Pokémon très solides dont le crâne servait souvent de bélier.

« Ce sont eux les ennemis ? Bon... »

Lentement, et avec un luxe de précautions, Shira sortit deux flèches à poudre bleue de son carquois. Comme lors de son dernier tir sur les Spoink, il arracha une plume de l’une des deux et les plaça ensemble sur sa corde. Puis, le plus silencieusement possible, il s’approcha. Les deux Charkos lui tournaient le dos. Ils regardaient en direction du sentier de droite, là d’où le carreau était partit.

_Hum hum…Bonsoir !

Les deux Pokémon firent volteface mais avant qu’ils n’aient eu le temps de voir qui leur avait parlé, le Champion leur tira dessus à seulement deux mètres. Quand ils regardèrent leur ventre volumineux décorée de poudre, ils comprirent qu’on s’était joué d’eux et que la partie s’arrêtait. Avec une mine dépitée, ils poussèrent un grognement et s’éloignèrent de Shira en repartant par le sentier que lui-même avait emprunté au départ. Satisfait, ce dernier voulu ranger son arc, mais il n’en eu pas le temps, car un cri rauque lui parvint du sentier de droite : un troisième Charkos venait d’apparaître plus loin. Ayant repéré le challenger de l’Épreuve, il fit ce que les Charkos faisaient le plus : charger le crâne en avant. Vif comme l’éclair, Shira sortit une nouvelle flèche à poudre et le visa.

« Merde ! C’est vrai, je ne peux pas tirer de loin ! »

En effet, il lui fallait attendre que l’ennemi soit proche pour tirer. Mais attendre là devant un Charkos qui charge était la dernière chose à faire. Rapidement il avisa le terrain, et se décala de deux pas sur le côté. Le Pokémon avait bien évidemment vu ce décalage et continua de courir tête baissée en ajustant sa trajectoire. Shira attendit, et au dernier moment, il plongea sur le côté. Sa tactique avait été de se décaler de manière à avoir la paroi rocheuse dans son dos. La tête du Charkos, manquant sa cible, se projeta alors en plein dans le mur et s’enfonça dedans. Shira se releva, le pauvre tentait de sortir sa tête de là mais n’y arrivait que petit à petit. Le Champion eut donc tout le loisir de s’approcher de lui, et décocher sa flèche à bout portant.

« Et de trois. Au moins ça voudra dire que les affronter à un contre un ne me posera pas de problèmes. C’est le moins risqué. Et plus une cible est grosse, plus elle est vulnérable. Mais bon sang, c’est frustrant de ne pas pouvoir tirer de loin, mes options sont limitées. Enfin, c’est comme ça...Occupons-nous de ce carrefour. »

Il y avait peu de chance que les douze autres arrivent ici. Shira laissa donc son arbalète là et examina l’embranchement. Il savait où se trouvaient les points cardinaux, mais le labyrinthe possédait sûrement encore plus de carrefour que celui-là. Il allait falloir être sûr de celui qu’il avait emprunté ou pas. Après réflexion, une idée lui vint : il sortit sa hachette et gratta des inscriptions à l’entrée des deux sentiers sur les parois de la montagne. Au premier il écrivit « 1-A », au deuxième « 1-B ». Ce qui signifiait : « 1er carrefour, entrée A » et « 1er carrefour, entrée B ». Son principe était simple : à chaque nouveau carrefour il mettrait un chiffre, symbolisant celui qu’il croiserait dans l’ordre de découverte ; ensuite, pour chaque direction du dit carrefour, il mettrait une lettre symbolisant les routes visibles de gauche à droite depuis là où il viendrait d’arriver. Ainsi à chaque carrefour, il saurait par où il est passé, quelle route il a déjà prise, s’il a rebroussé chemin ou tourné en rond.

« Bien, maintenant, tentons à gauche. »

Et une première avancée commença où il ne croisa rien. Avançant d’une marche rapide, parfois en courant un peu pour ne pas perdre de temps, Shira mettait ses inscriptions à chaque croisement. Sa méthode l’empêcha de se perdre, mais comme il voulait affronter avant tout ses adversaires, il perdait un peu de temps à les trouver. Jusqu’au moment où il pensa à regarder par terre au 5ème croisement : des traces partaient dans une direction, il s’agissait bien des Charkos au vu de la marque de l’empreinte. Shira emprunta donc cette direction après avoir fait ses marques. Un peu plus loin, il aperçu un objet au milieu du sentier : c’était le carreau siffleur qu’il avait tiré quelques instants plus tôt. Les traces menaient sûrement à lui, vu le bruit qu’il avait fait. Le Champion voulu s’approcher pour le récupérer, quand il se figea sur place. Sur les deux côtés du sentier se trouvaient deux gros rochers qu’il n’avait pas remarqué tout de suite en voyant le carreau. C’étaient des cachettes potentielles. Elles étaient peut-être un peu évidente, mais d’un autre côté les traces partaient dans cette direction. De plus, pourquoi n’avait-il croisé personne depuis les 4 derniers carrefours ?

Les nerfs tendus, respirant doucement, Shira observa les hauteurs. Au-dessus du rocher de droite, il y avait quelques gravats encastré qu’on pouvait déloger avec un coup bien placé. Le Champion ramassa un caillou au sol, arma son bras, visa en pointant l’index de son autre main vers les gravats et lança le caillou à toute volée. Celui-ci les toucha un peu, ils ne tombèrent pas tous, mais quelques uns se délogèrent et chutèrent en contre-bas derrière le gros rocher. C’est là que Shira entendit des bruits métalliques. Ses nerfs se tendirent encore, c’était sûrement un crâne de Charkos. Il prit une flèche de son carquois, la mit sur la corde de son arc, et ressortit sa hachette qu’il plaqua entre ses dents. Là, il fit exprès de faire beaucoup de bruit en grattant le sol de ses bottes et en faisant semblant de marcher lourdement. Puis il s’arrêta et s’avança silencieusement.

En toute logique, le plan était de faire croire au Charkos que Shira était encore loin et qu’il s’avançait dans leur direction. Mais en réalité, ce dernier était beaucoup plus proche et comptait le surprendre de vitesse...enfin, les surprendre, car il n’y avait quasiment aucun doute qu’un deuxième soit caché derrière le rocher de gauche. C’est pourquoi il avait sortit sa hachette : arrivé à quelque pas entre les deux rochers, Shira couru précipitamment vers l’avant et plongea sur le côté en visant à droite. Comme il le pensait, un Charkos se trouvait derrière le rocher, il reçu la flèche dans le ventre et fut aspergé de poudre bleue. Mais le Champion ne s’arrêta pas : en atterrissant au sol, il roula sur le côté tout en attrapant sa hachette depuis ses dents. La fin de sa roulade se solda par un lancé horizontal de l’arme qui alla heurter la jambe d’un deuxième qui était effectivement caché derrière le rocher de gauche.

Les deux Pokémon, furent tellement surpris qu’ils n’avaient pas eu le temps de réagir. Déjà, ils arboraient une mine déçue. La Champion quand à lui, tout fier d’avoir éventé leur embuscade, se releva en souriant.

_Et oui mes petits amis, j’ai deviné votre présence plus tôt. Désolé, mais vos cachettes étaient trop évi…

Le bruit d’un rocher qui explose retentit, suivit d’un cri rauque féroce. Shira regarda plus loin sur le sentier et vit bouche bée un troisième Charkos apparaître d’une cachette similaire. Cette troisième cachette, Shira n’avait pas pu la voir car elle n’était pas visible quand il était arrivé sur le sentier, parce qu’il était trop loin. Et quand il s’était rapproché, il n’avait eu en tête que les deux premières, oubliant de regarder ailleurs. Avant qu’il ait eu le temps de réagir, ce nouvel adversaire imprévu était déjà sur lui et envoya sa tête. Le Champion tenta de se décaler mais se pris un coup, il fut projeté sur le côté. Roulant encore pour amortir sa chute, il se releva, l’épaule douloureuse.

« Ah...Touché une fois. On voit bien que c’est une Épreuve, il n’y a pas mis toute sa force, sinon il m’aurait cassé les os. Je dois me replier avant qu’il ne reparte à l’assaut et le prendre tout seul comme l’autre. »

Shira se releva de nouveau et couru en direction du croisement précédent qu’il avait prit. Mais à peine avait-il fait trois pas qu’il vit deux autres Charkos à l’entrée du sentier. Ceux-ci poussèrent un cri de triomphe, et c’est ce qui fit comprendre à Shira qu’il venait de subir une ruse : les deux premiers Charkos caché derrière leur rocher n’étaient que des leurres, juste là pour lui faire baisser sa garde et laisser le temps aux trois autres de le prendre en tenaille. Le premier plus loin, les deux autres au carrefour précédent. Voilà pourquoi les premières cachettes étaient évidentes, et après on ose dire que les Charkos ne sont pas intelligents !

Avec deux devants et un derrière lui, les chances étaient minces pour Shira. Tandis que les trois se rapprochaient, les deux premiers éliminés s’en allèrent pour ne pas gêner leurs compères, abandonnant leur rocher. Le binôme des deux derniers étant encore loin, ce fut celui qui avait déclenché l’attaque surprise qui s’élança en premier. Un combat rapproché en face en face s’engagea alors entre le Champion et le gros Pokémon. Il sauta sur le côté pour esquiver un coup de patte, se pencha en arrière pour éviter un coup de griffe. Il redoublait d’agilité, sa seule façon pour lui de se battre dans ces conditions, lui qui était pourtant si habitué aux distances. Contre un être humain, il aurait volontiers engagé le combat à mains nues, mais contre un Charkos c’était impossible, et encore moins autorisé pour cette épreuve. Il lui fallait une arme de jet, mais il n’avait pas le temps de sortir une nouvelle flèche. Shira attendait donc une ouverture, il lui en fallait une pour agir avant que les deux autre n’arrivent sur lui. D’un bond en arrière, il attrapa son boomerang et le lança. Le croissant argenté fila en passant à côté du Pokémon. Sans s’arrêter, l’archer esquiva un nouveau coup de griffe en s’élançant vers l’avant, dérapant sur les genoux. Il se retrouva derrière le Charkos, et plutôt que de sortir une flèche, alla récupérer sa hachette qui était à côté d’un des rochers abandonnés. Le Charkos se retourna, menaçant, mais Shira ne lui accorda bizarrement pas plus d’attention : il sortait un autre petit sachet de poudre bleue de sa réserve et l’accrochait à sa hachette en remplacement de l’ancien.

_Alors, on arrive plus à me toucher ?

A cette provocation, le Charkos se mit en colère, il poussa un cri en relevant haut la tête...ce qui la positionna à bonne hauteur pour se faire toucher par le retour du boomerang. La poudre bleue lui piqua les yeux.

_Désolé, cette arme est assez fourbe, j’en conviens. Mais je l’ai lancé et t’ai touché en étant proche de toi, donc tu ne m’en voudras pas j’espère.

Il ramassa alors son cher croissant argenté et se tourna vers les deux derniers Pokémon qui s’étaient soudain arrêtés.

_Alors ?! Votre copain est éliminé aussi ! Qu’est-ce que vous attendez pour me charger, bande de crânes-creux ?

Chez certains Pokémon, comme chez certains humains, la provocation n’avait aucun effet. Mais chez d’autres, elle était une arme très utile quand on savait s’en servir. Shira le savait bien. Il n’était pas quelqu’un de mauvais, mais il savait user de stratagèmes fourbes lorsque c’était nécessaire. Aussi, venant de Charkos dont la tendance était de « foncer tête baissée » (bien que force était de reconnaître qu’ils savaient s’organiser pour des embuscades et autres) il ne doutait pas que ce genre d’injure fasse son petit effet. Et effectivement : les deux Pokémon n’attendirent pas le déluge pour foncer vers l’archer.

« Bien, venez par-là. »

Shira se plaça derrière le gros rocher à côté duquel s’était caché un des premiers Charkos. Il prépara de nouveau sa Hachette, prit de l’élan et sauta sur le rocher pour prendre appui dessus pour sauter encore et effectuer un saut périlleux avant. Il eut très chaud à ce moment là, car les deux Charkos venaient de charger la pierre de leur tête dure au moment où il avait décollé. Dans sa voltige, Shira utilisa son élan pour lancer sa Hachette sur l’un des deux qui se la prit dans le dos. Il atterrit sur le sol avec une roulade et regarda derrière lui. Les deux Charkos avaient stoppés leur course. Celui qui s’était fait touché se grattait le dos, comprenant qu’il s’était fait avoir.

« Je ne peux pas grimper, mais je peux sauter. Bon...c’était quand même une prise de risque. Enfin...j’ai plus important à me préoccuper pour le moment. »

En effet : le deuxième Charkos, furieux, se retourna. Le Champion eu juste le temps de ramasser son arme au sol et piqua un sprint en direction du 5ème carrefour qu’il avait déjà passé. Son adversaire ne tarda pas à lui courir après : il repassa le croisement, lui fila aux trousses sur le sentier suivant qui l’amena à un autre croisement. Impossible pour lui de charger tête baissée car le sentier était assez sinueux, et l’humain s’éloignait de plus en plus. Quand il arriva à un nouveau croisement, l’humain avait disparu, il l’avait perdu de vue. Le Charkos regarda alors autour de lui, à ses côtés se trouvait une inscription qu’il ne savait pas lire : « 3-B ». Mais alors qu’il regarda en direction d’un des sentiers, il sentit quelque chose s’écraser contre son flanc. Il tourna son regard vers l’impact et vit de la couleur bleue répandu sur sa peau dure, et à côté de lui, l’humain.

Shira avait semé son poursuivant en suivant ses propres marquages et avait attendus à l’entrée d’un sentier différent pour prendre le Charkos à revers et lui tirer une flèche.

_Désolé. Je t’ai eu toi aussi.

Et après un dernier regard gêné, il repartit au pas de course dans le labyrinthe à la recherche des 7 derniers Pokémon.


[Premier tour terminé. Score actuel : 8 Charkos touchés / Shira touché 1 fois.
Il continue de sillonner les sentiers mais pas pour trouver l’arrivée en premier, d’abord pour toucher tous les ennemis. Néanmoins, pour ne pas se perdre et savoir où il en est dans le labyrinthe, il se sert des points cardinaux grâce à la colline qui est au Nord et de ses marques à chaque croisement. Si tu as des questions sur ça ou ce que j’ai écrit en général, n’hésite pas.]

_________________
avatar
Shira Shôsai
Informations
Nombre de messages : 86

Fiche de personnage
Points: 178
Âge du personnage: 34
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par PNJ le Lun 7 Jan 2019 - 16:45

Sur le promontoire, Elyren observait son élève d’un jour, campé sur ses jambes, les bras croisés. Lex suivait de près Shira, mais sans jamais faire voir sa position, ni au Champion, ni au Charkos, pour ne pas interférer avec l’exercice. Le Gardevoir envoyait des images mentales en continu, Elyren ne pouvant pas voir la totalité de l’exercice, caché par les nombreux rochers qui formaient les couloirs. De ce qu’il avait vu, Shira avait fini par tomber dans un piège bien rodé. Les Charkos n’étaient pas les plus futés, mais Elyren n’avait pas choisi non plus les plus stupides. A chaque touche, Elyren faisait le décompte, aidé de Lex. Puis, le soldat porta un sifflet à ses lèvres, dont le son était inaudible pour les humains. Rappelant son Gardevoir à lui, celui-ci se matérialisa immédiatement à ses côtés.

« Bon, on va corser un peu les choses, Lex.
Fait savoir aux Charkos que je voudrais qu’ils n’agissent plus qu’en groupe et qu’ils doivent prendre Shira en chasse, pas juste essayer de tomber dessus. Rappelle leur qu’ils ont du flair eux aussi, ah et… D’ignorer ses propos. On va voir comment le Champion réagit quand c’est lui qui se trouve dans l’arène. Qu’ils ne restent pas en bas, le but, c’est de me rejoindre. »


Un sourire aux lèvres, Elyren vit Lex se téléporter une nouvelle fois, tout en sachant qu’il transmettrait mentalement ses consignes aux Charkos. Elyren fit sortir un magnifique Flambusard, dont le travail, serait de créer des vents pour porter les odeurs et faciliter la tâche aux Charkos.



********************************************
Monsieur…

Pour ce second tour, les Charkos ont reçu la consigne d’agir en groupe, embuscades, attaques simultanées, leurres, pièges et surnombre sont à l’ordre du jour, aidé par les vents du Flambusard pour te localiser. Ils ne seront plus sensibles à la provocation, quoique Shira dise. Le Gardevoir ayant transmit les consignes mentalement (et le sifflet étant inaudible pour l’humain), Shira ne se doute donc de rien. Il te reste 1 tour, 7 Charkos à neutraliser pour rejoindre le sommet et tu peux encore être touché 4 fois maximum.

Bonne chance !


_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1089

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par Shira Shôsai le Lun 14 Jan 2019 - 21:34

Le Champion avançait à vive allure, continuant de marquer son chemin à chaque carrefour. Il avançait vite mais redoublait de prudence. Le précédent piège dans lequel il était tombé l'avait sensiblement mis en garde, et il comptait bien débusquer ses ennemis avant eux. C'est pour cela que la sortie l'importait peu : neutraliser la menace était prioritaire. Pendant un moment il testa donc le plus de chemin possible, tournait en rond, découvrait des cul-de-sac et rebroussait volontairement chemin pour être sûr de n'avoir rien d'autres à explorer dans cette partie du labyrinthe.

Au début il se demandait pourquoi les Charkos ne se montraient pas. Mais comme ils devaient probablement l'attendre plus loin dans un piège, Shira pensa que, dans ce cas, il n'avait pas encore visité les bons chemins pour les trouver. Jusqu'au moment où, arrivé à un carrefour qu'il n'avait pas encore marqué, il sentit quelque chose.

_Hm ?

Il resta un instant sur place, quelque chose le perturbait, il hésitait à avancer. Une sensation de malaise le parcourait, et il la connaissait bien, mais il n'y avait rien qui justifiait sa présence à l'heure actuelle. Pour être certain de ce qu'il ressentait, il ferma les yeux et inspira calmement.

«Bon, se dit-il après deux inspirations, j'ai un mauvais pressentiment. Mais pourquoi ? »

Par le passé, Shira avait tellement vécu de situation où il devait se cacher, ou avancer sur un terrain dangereux (que ce soit éviter de se faire gronder par les parents quand il était jeune, ou plus récemment parcourir une jungle infestée de Pokémon fous) qu'il avait développé une certaine intuition. Être aveugle lui avait aussi appris à avoir tous ses autres sens en alerte, ce qui ne la diminuait pas, bien au contraire. Et donc, avoir le pressentiment que quelque chose se préparait n'était pas une sensation inconnue pour lui.

Pourtant...ce jour-là, il se demanda tout de même si ce n'était pas le fruit de son imagination. En effet rien ne semblait pouvoir arriver. La montagne était calme : pas un bruit, pas d'odeur particulière, pas de traces de Pokémon au sol, rien. Il leva les yeux au ciel vers le haut des murs, rien non plus. Les Charkos ne pouvaient pas l'attendre là, c'était la règle, ils ne pouvaient être que plus loin sur les chemins. Sur les murs, aucune trace non plus n'avait été laissée, ce carrefour n'avait de toute évidence pas été visité récemment. Donc tout allait bien. Alors pourquoi cette impression ?

Shira s'assura encore qu'il n'entendait toujours pas le bruit de Charkos au pas lourd dans le sol, puis il enleva le sachet de poudre bleue de sa Hachette et alla marquer chaque entrée de chemin, dubitatif. Une légère brise souffla.

« C'est bizarre quand même. D'habitude quand je ressens ça c'est pour une bonne raison, mais là...pourquoi ? Les Charkos ne peuvent pas être dans le coin pourtant...»

Excepté celui par lequel il était arrivé, il y avait trois chemins différents. Tout à sa réflexion, Shira tailla respectivement "11-A" et "11-B" aux deux premiers. La légère brise s'intensifia.

« Eh bien, pensa-t-il en traçant un "C" dans a roche, le vent souffle bien, s'il devient plus fort je devrais faire attention à ne pas me prendre de la pouss... »

Il se figea soudain, sans avoir terminé son tracé, ses yeux s'écarquillèrent. Il tourna aussitôt la tête en direction du chemin par lequel il était arrivé, c'est là qu'il eu la confirmation que quelque chose se tramait : le vent qui soufflait venait de cette direction, or, Shira savait pour l'avoir parcouru que ce chemin était à l'abri du vent, tout comme ce carrefour, et donc qu'il ne pouvait pas y en avoir ici. Ce vent ne pouvait pas être naturel.

« Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Pourquoi ? »

Des bruits se firent alors enfin entendre : depuis les trois chemins, à des distances différentes, Shira entendit des pas lourds qui résonnaient entre les parois. Les Charkos arrivaient, et cela confirma deux choses au Champion : qu'il ne s'était pas trompé sur le fait que les ennemis étaient effectivement bien plus loin que lui, mais par contre qu'ils l'avaient repéré.

« Le vent ! Mon odeur ! Ah les enflures ! »

Aussitôt, le Champion abandonna son inscription et prit le chemin par lequel le bruit était le plus lointain afin de gagner du temps avant de tomber sur eux. Tant qu'il n'avait pas été vu directement par les Charkos, tout n'était pas encore perdu pour reprendre l'avantage. Tout en courant, il se couvrit le bas du visage avec son écharpe pour masquer un tant soit peu son odeur. Mesure presque inutile, il le savait, car le vent ne l'aidait pas, et sa sueur avait déjà commencé à coulé lors de ses précédentes rencontres. Impossible également de jouer avec les vieilles ruses de chasseurs qui consistaient à se barbouiller le visage de sang ou se cacher sous une peau de fourrure. Il n'avait ni l'un ni l'autre sur lui. Pourtant il fallait se préparer au maximum. Il remit le sac de poudre bleue sur sa Hachette et la rangea, puis il dégaina son arc et une flèche.

Les ennemis semblèrent comprendre que leur cible s'échappait car Shira entendit leurs pas se presser. Mais il savait que ceux qui arrivaient des deux autres chemins ne le rattraperaient pas s'il ne s'arrêtait pas, or, il y en avait un aussi sur celui qu'il venait d'emprunter. C'est pourquoi il avait prévu de s'occuper en un coup de ce dernier pour ensuite aller se cacher plus loin et prévoir un bon accueil à ses poursuivants. Il venait à peine de placer sa flèche sur sa corde que le Charkos du chemin "11-A" apparu à l'entré d'un virage.

Le gros Pokémon s'élança vers le Champion et tendit ses bras de manière à l'attraper. Mais Shira se baissa et lui tira la flèche par en bas. Il l'a reçu en plein menton. L'archer fit un pas-chassé de côté pour le contourner prestement et voulu reprendre sa course aussitôt dans le virage...mais un coup de patte puissant lui percuta la poitrine et le renvoya deux mètres en arrière.

Shira atterri dans la poussière caillouteuse, le souffle coupé, comprenant peu à peu qu'il avait été trop présomptueux : un deuxième Charkos s'était caché derrière le premier et l'avait attendu. Sans s'arrêter pour autant, ce dernier écarta son congénère éliminé d'un bras et s'avança à grands pas pour donner un nouveau coup. Shira roula sur le flanc droit et se retourna le plus vite qu'il pu pour positionner ses jambes et ses bras. Prenant alors un bon appui, il partit en courant dans la direction opposée, mais son répit fut de courte durée car les autres Charkos qu'il avait déjà entendu apparurent à leur tour sur le chemin. Ils étaient au nombre de trois et bouchaient déjà le passage.

Pour la première fois depuis le début de l'exercice, Shira se retrouva réellement piégé : toute retraite était coupée, aucun autre chemin n'était en vue, il était dans un couloir tout droit avec trois ennemis d'un côté et un seul de l'autre, et enfin contrairement à la dernière fois, il n'avait pas de rocher sur lequel s'appuyer pour sauter par dessus ses ennemis. Coincé, le Champion pensa d'abord à la stratégie la plus simple qui lui assurerait un excellent résultat. Il bomba le torse et lança d'un voix bien haute :

_Bah alors ?! On a trop peur pour foncer ? Qu'est-ce que vous attendez ? Venez je vous attends !

Si elle marchait, sa stratégie lui donnerait un avantage considérable : un ou deux Charkos fonceraient l'un sur l'autre, s'assommant mutuellement dans le meilleur des cas, lui permettant alors de leur tirer dessus en un rien de temps. Il suffisait juste d'esquiver au bon moment pendant leur charge. Mais bizarrement, rien n'y fit. Les Charkos avaient toujours leur regard féroce, mais ils étaient concentrés, et aucun ne réagit à ses paroles, comme s'il s'était adressé à un mur.

« Ils ne répondent plus ? Mais comment ça se fait ? Tout marchait bien tout à l'heure. Quelque chose cloche...d'abord ce vent, ensuite une coordination immédiate alors qu'ils étaient à des endroits différents, et maintenant ça. Et si...Oh.»

Il leva la tête en direction du Nord, vers là où se trouvait son objectif à atteindre, là où se trouvait l'examinateur. Sous son écharpe, un sourire narquois apparu.

« Il leur a demandé de passer à la vitesse supérieur. Je ne sais pas comment il a fait, probablement avec son Gardevoir, mais c'est sûrement ça. D'accord...et bien puisque c'est comme ça, je vais leur montrer que moi aussi je peux le faire. »

Son regard devint soudain très sérieux, il se redressa pointa du doigt celui qui lui avait donné un coup et dit :

_Très bien ! Dans ce cas, tout ceux qui passeront à côté de moi seront touché. Vous êtes prévenu !

Là-dessus il s'élança en direction du même Charkos et sortit sa hachette. Le Pokémon, toujours concentré, ne réagissait pas. Il attendait consciemment que Shira s'approche trop de lui pour le frapper. Mais ce dernier, au moment où Charkos s'y attendait le moins, fit soudain un bond sur la paroi de gauche et couru dessus sur trois pas, le faisant passer à côté. Le Charkos se retourna, mais avant qu'il ait le temps de faire le moindre mouvement, la hachette fut lancée et le toucha au front, libérant la poudre bleue dans ses yeux.

Poussant un cri de fureur, il se les frotta, tandis que Shira toisa d'un nouveau regard les trois autres Pokémon de l'autre côté du chemin. Ces derniers ne s'attendaient peut-être pas à un tel revirement de situation mais, sans pour autant perdre leur sang-froid, ils coururent en direction du Champion comme une seule masse bien ordonnée. Shira ramassa sa hachette et jeta un dernier regard vers eux,

« Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvé dans un telle situation. Je vais pouvoir retrouver de vieilles habitudes. Quelle sensation grisante. »

Plusieurs années c'étaient déroulées depuis la dernière fois qu'on l'avait pris en chasse de cette manière. Plusieurs fois il s'était retrouvé dans une situation semblable, et avait joué de stratagèmes plus divers et variés pour échapper à ses détracteurs. C'était vraiment dans ces moments là que toutes ses compétences se révélaient. En outre, depuis qu'il était Champion, de nouvelles stratégies, inspirées de celles de ses Pokémon (Ténèbres notamment) lui avaient donné de nouvelles idées. Aujourd'hui, il allait démontrer à quel point il pouvait être redoutable...quand il était poursuivis.


[https://www.youtube.com/watch?v=LLMpQJK_ugc]


Tandis que les trois Charkos arrivaient, Shira se craqua les doigts, s'étira le cou, prit une inspiration, se retourna et...couru.

Très vite il arriva un second virage peu de temps après le premier où il avait pris un coup. Un peu plus loin un nouveau carrefour se distinguait. En y arrivant, il ralentit juste un peu et marcha rapidement en s'accroupissant. Même s'il ne savait pas d'où, il se doutait qu'un autre ennemi allait l'attaquer d'ici car beaucoup d'entre eux se rapprochaient de lui depuis qu'ils l'avaient flairés. Et en effet, un Charkos sortit de la gauche. Accroupi, Shira évita le coup qui lui fut porté. Il roula sur le côté et ramassa de la terre et des graviers qui jonchaient le sol. Le Charkos lui envoya un deuxième coup de patte qu'il dévia d'un violent coup de pied dans l'articulation. Se laissant emporté par l'élan de sa jambe, il lui lança la poussière dans la figure. Momentanément aveuglé, le Charkos ferma les yeux. Cela laissa le temps à Shira de sortir son Boomerang et de l'envoyer sur l'ennemi impuissant.

Aussitôt qu'il fut touché, Shira ramassa son arme et repartit dans une direction qu'il pensa être la bonne. Derrière lui il entendait les trois autres qui courraient toujours, et il comptait bien s'en débarrasser. Quelques mètres plus loin, il passa un autre virage plus léger et plus ample, mais il arrêta aussitôt sa course, si violemment que ses bottes dérapèrent. Un cul-de-sac se profilait au loin. Il voulu faire demi-tour, mais c'était trop tard : deux des trois Charkos étaient déjà dans le chemin.

Pour autant, Shira ne s'arrêta même pas pour souffler. Avec une célérité féroce, il prit à la fois son boomerang et sa hachette et leur attacha à chacun un sac de poudre. Puis, il s'élança vers l'ennemi l'arme au poing. Ses yeux brillaient de combativité. Les Charkos lui rendirent le même regard. Chaque camp fonça l'un vers l'autre. Arrivés à la bonne distance, ils attaquèrent en même temps : les Charkos lancèrent une attaque simultanée, tandis que Shira plongea droit entre les deux et lança ses deux armes. Comme il était presque à bout portant, le boomerang et la hachette firent évidemment mouche. En revanche, là où Shira espérait éviter au maximum les coups de patte, sa tentative était trop risquée pour qu'elle fonctionne à cent pour cent. Une griffe l'atteignit au tibia et le déséquilibra dans les airs, ce qui l'empêcha de se réceptionner. Il tomba à plat ventre sur le sol. Sans sa cuirasse de cuir sous son vêtement et ses gantelets également en cuir il aurait beaucoup plus souffert.

Essoufflé, il jeta un oeil à son tibia. Le pantalon était déchiré, on pouvait distinguer à travers une éraflure qui saignait un peu. Shira se releva, il savait que ça guérirait vite et que c'était facile à soigner. Mais là il n'en avait pas le temps, ni les moyens. Le plus important était de finir l'épreuve au plus vite pour s'en occuper après...mais pas trop tard, car il était évident que son tibia allait lui servir de nouveau et que le sang coulerait encore d'ici là.

« Bon...se dit-il en reprenant son souffle. Où en est-on ? Treize ennemis touchés, pour trois coups reçus. C'est pas finis... »

Il laissa les deux Charkos passer devant lui pour s'en aller et alla vers ses armes pour les ramasser de nouveau. Quand un doute lui vint.

« Une minute, ils étaient trois à me poursuivre. Mais là ils n'étaient que deux...Où est passé le troisiè... »

Il n'eu pas le temps de finir sa pensée car sa réponse arriva sous la forme d'une explosion de rochers dans la paroi de gauche. Dans un cri de douleur et de surprise, il fut projeté contre le mur de droite. Là encore, sa cuirasse lui épargna pire. Sonné, Shira ne comprit pas tout de suite qu'il venait de se prendre un quatrième coup. Un coup de tête plus précisément, qui venait du Charkos absent. Ce dernier s'était tout bonnement posté sur le chemin parallèle à celui-là et avait chargé de son crâne d'acier le mur, prenant totalement au dépourvu le Champion.

Shira se releva en avançant vers l'avant, se tenant la tête. Celle-ci lui tournait, mais il savait qu'il était en mauvaise posture : le Charkos bloquant désormais le passage, il ne pouvait pas s'enfuir. Devant lui se dressait le cul-de-sac. Se secouant la tête, Shira se retourna vers l'ennemi. A dire vrai, il savait comment s'en sortir. Il avait un plan. Mais il avait besoin pour cela d'une arme courte comme son boomerang et sa hachette. Malheureusement, les deux armes reposaient toutes deux au pied du Pokémon. Impossible de les récupérer et de leur mettre de la poudre aussi vite. Impossible non plus d'utiliser l'arc pour ce qu'il escomptait faire. Mais le Champion n'était pas dénué de créativité, surtout dans les situations où il "passait à la vitesse supérieure" comme c'était le cas maintenant.

Ses armes n'étaient pas les seuls projectiles potentiels auxquels on pouvait accrocher de la poudre bleue. Il enleva son écharpe de son visage et de son cou et l'enroula sur elle-même comme pour essorer un torchon. Puis il ramassa un caillou au sol et attrapa un sachet de poudre. Il improvisait une fronde ! Comprenant ce qu'il comptait faire, le Charkos se rua sur Shira du plus vite qu'il pu. Shira réagit aussitôt et couru en direction du fond du cul-de-sac en plaçant le caillou dans un creux de l'écharpe enroulée.

« Bon sang, j'ai la tête qui tourne. Pourvu que ça marche ! »

Avec le Charkos sur ses talons, Shira mit son plan à exécution. Pourtant faire une acrobatie avec la tête douloureuse était rarement une bonne idée car elle pouvait désorienter. Le Champion devait donc faire entièrement confiance à son corps. Arrivé à hauteur du mur, il sauta, fit un pas sur la paroi...

...puis un deuxième...

...puis un troisième...

...puis un salto arrière.

La rotation lui donna une inertie dont il se servit pour faire tourner son écharpe. Le Charkos passa en-dessous de lui et empala le mur avec son crâne. A la fin du premier tour, Shira lâcha l'une des extrémités de l'écharpe et le caillou partit. Contrairement aux autres fois où il faisait une roulade, l'archer emporté par son élan atterri à moitié sur ses pieds puis sur le dos. Le souffle court, il releva la tête et vit de la poudre bleue sur l'arrière train du Charkos qui avait réussis à s'extirper du mur, mais qui en ressentait des démangeaisons.

_Tiens, mange, ça t'apprendra ! Ne pu s'empêcher de soupirer Shira.

Il se releva lentement et déroula son écharpe. Cette technique de feinte sur le mur était classique, mais terriblement efficace dans ce genre de situation. Elle lui avait sauvé la mise plus d'une fois, il avait été bien content quand il l'avait maîtrisé. Remettant son écharpe à son cou, il alla enfin récupérer son boomerang et sa hachette pour leur remettre une énième fois un sac de poudre. Malgré les douleurs qui parcouraient son corps, ce n'était pas encore trop grave. Il allait sans doute se réveiller avec plusieurs bleus et un pansement demain. Mais c'était surtout une gêne pour bouger.

Une fois son équipement de nouveau prêt, il remit par précaution une flèche à son arc et repris la route. Intrigué par le trou qu'avait fait le Charkos, il regarda le chemin par lequel il avait traversé le mur. Shira constata alors que celui-ci s'élargissait plus loin. Surpris, il décida de prendre cette direction qu'il ne connaissait pas encore. Depuis que le vent avait commencé à souffler, il n'avait plus marqué de carrefour. Et même s'il avait essayé de choisir les bons chemins pour échapper à ses poursuivants en se basant sur son sens de l'orientation, il ignorait jusqu'où il avait avancé dans le labyrinthe. De plus, les chemins avaient quasiment tous la même taille d'élargissement, et la lumière y passait peu. Or, voilà que le sentier qu'il venait de découvrir gagnait en largeur et en lumière. Il regarda de nouveau le ciel pour vérifier où était l'ouest et compris : il avançait vers le nord et se rapprochait de la sortie, le haut de la colline où se trouvait l'examinateur. Ragaillardi par cette découverte, il pressa le pas. Au bout de trois virages, il aperçu la fin des parois rocheuses au loin. Normalement, il aurait dû y aller, mais son instinct lui commanda de s'arrêter.

Même sans instinct, il n'aurait pas avancé d'avantage car c'était évident : le dernier Charkos à abattre n'était sûrement pas loin. Il devait l'attendre. Shira observa alors longuement le bout du chemin qui se présentait plus loin. Rien ne semblait bouger ou suspect. Il regarda vers l'arrière de là d'où il venait, le Charkos ne pouvait arriver que de là, mais alors Shira le verrait facilement. Alors où était-il ? Le Champion avança doucement, l'arc à la main prêt à tirer. Allait-il de nouveau traverser les murs ? C'était peu probable, car les parois étaient cette fois trop épaisses. Shira le voyait bien en regardant en direction de la sortie, là où les parois s'affaissaient justement.

Il se remit en marche et regarda la paroi de droite, mais à peine jeta-t-il un regard sur la paroi de gauche, qu'une masse énorme apparu subitement devant lui. Il voulu diriger son arc vers l'ennemi, mais celui-ci donna un coup de patte horizontal qui lui arracha son arc des mains. La flèche parti d'elle-même et alla se perdre plus loin.

Le Charkos qui faisait face à Shira venait de sortir d'un renfoncement dans la paroi de gauche. Mais Shira se rendit compte trop tard qu'il n'aurait jamais pu voir ce creux, car celui-ci s'intégrait tellement au paysage du soir qu'il venait d'être victime d'une illusion d'optique. Dégainant sa hachette, Shira engagea un violent corps à corps avec son ultime adversaire. Celui-ci lança un coup de patte, Shira recula d'un bond en arrière, il profita de l'espace qu'il avait pour lancer son arme. A sa grande surprise, chose qui n'était jamais arrivée, le Charkos décala sa tête et évita le projectile. Il répliqua aussitôt par d'autres mouvements plus véloces que ses congénères. Shira réagit de même en redoublant d'agilité comme à son habitude, mais la différence de niveau de son adversaire le surprit. Il ne lui laissait pas le temps de dégainer son boomerang.

Le Pokémon et l'humain rivalisaient sur le sentier dans une danse en deux styles différents. C'était beau, mais à ce rythme, Shira allait s'épuiser plus vite. Du temps, il avait besoin de temps...A un moment il roula sur le côté et se retrouva à côté du Charkos, son regard tomba sur le renfoncement dans la falaise. Le Charkos lui donna un coup de patte sur le côté, comme un coup de pied. Shira roula encore, il ne voulait pas se faire toucher, même s'il lui restait une touche autorisée. Il s'élança vers l'avant et alla vers le renfoncement en essayant de s'y cacher. Du temps, il avait besoin de temps...

Le Charkos le vit et donna un coup de tête puissant dans le mur, pour empêcher Shira d'aller s'y réfugier. Le choc fractura la paroi et des cailloux commencèrent à tomber. Au moment où Shira s'engouffra dans le renfoncement, il leva la tête, un éboulement se déclara. Les cailloux, puis des rochers entamèrent une chute autour de lui, soulevant de la poussière. Le Charkos vit alors le Champion tousser, les cailloux tombaient de plus en plus et il ne s'enfuyait pas, occupé par sa toux qui le déconcentrait. D'autres cailloux tombèrent encore et le Pokemon entendit un cri d'homme. La poussière se fit plus intense et des gravats et autres projectiles volèrent en tout sens. Le Charkos se protégea les yeux de ses pattes et, deux secondes plus tard, l'éboulement pris fin. Quand il rouvrit les yeux, la poussière retomba, et il vit son adversaire gisant au milieu des pierres, à moitiés recouvert de cailloux. Sa capuche laissait entrevoir une bouche ouverte, inanimée. Le Pokémon s'avança un peu et le regarda attentivement...du temps...Shira avait besoin de temps...

*SHBONG*

Le choc surpris tellement le Charkos qu'il poussa un petit cri. Curieux il se gratta l'arrière du crâne et regarda ses griffes : elles étaient couvertes de poudre bleue. A ses pieds derrières lui, reposait le croissant argenté.

_Eh oui, désolé.

Devant les yeux ébahis du Charkos, Shira se releva en écartant les pierres autour de lui, il s'épousseta les vêtements et se massa les côtes qui lui faisaient un peu mal.

_Vois-tu l'ami, quand on est spécialisé dans les Ténèbres, on touche forcément au domaine des feintes. Et parmi toutes celles qui existent, il en est une qui demande une grande discipline : feinter la mort elle-même. Allons, ne fait pas cette tête. J'avais seulement besoin de temps pour te lancer mon boomerang sans que tu l'esquive. Mais pour ça il ne fallait pas que tu le vois et que tu ne bouge pas. J'ai donc fait en sorte que tu créé un évènement qui pourrait m'être mortel, en l'occurrence un éboulement. Ensuite il m'a juste fallu faire semblant de tousser, ne plus rien contrôler et me faire ensevelir sous les gravats.

Il se massa ensuite l'épaule.

_J'avoue que j'ai eu du mal à éviter les pierres qui me tombaient dessus, mais il fallait bien que je me laisse recouvrir par les plus légères. C'était une question de crédibilité, bien ça ne m'ai pas empêché de me faire un peu mal. Loin sans faut. Sur ce, merci pour cet échange. Vous m'avez beaucoup appris tes congénères et toi.

Shira récupéra son croissant, son arc et sa hachette et alla en direction de la sortie du labyrinthe, où il retrouva enfin l'examinateur. Il n'avait pas bonne mine : le visage et les habits poussiéreux, les vêtements déchirés à certains endroits, le tibia en sang, et sa tête lui faisait encore mal. Mais au moins il avait repris son souffle et était en capacité de s'exprimer.

_Je sais que j'ai pris des risques sur la fin. Mais vous connaissez le dicton : "parfois on n'a pas le choix".


[Bon le post est très long, donc j'ai forcément dû laisser des fautes d'orthographes ou de grammaires dans le lot, malgré ma relecture. Mais j'espère que ça te conviendra. Résultat : 15 Charkos touchés / Shira touché 4 fois]

_________________
avatar
Shira Shôsai
Informations
Nombre de messages : 86

Fiche de personnage
Points: 178
Âge du personnage: 34
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par PNJ le Lun 14 Jan 2019 - 22:44

Quand Shira apparut enfin au sommet de la montagne, Lex se téléporta en même temps au côté de d’Elyren. En effet, le Champion n’avait pas fière allure, mais d’après les images mentales envoyées par le Gardevoir, il y avait eu un affrontement épique dans le canyon ! Elyren souriait, plutôt content de ce qu’il avait vu.

« C’était pas mal, mais vous avez encore prit des risques. Certains ont payé. » acquiesça t-il. « Pour d’autres, par contre, c’est vous qui en avez payé le prix. Je suis un peu surpris que vous n’ayez pas plus que ça cherché à trouver les traces de leur passage, ça aurait pu vous éviter quelques coups. Et vous auriez pu vous fracturer la cheville en taclant ce Charkos là-bas. »

D’un geste du menton, Elyren désigna l’endroit approximatif où avait eu lieu le fameux coup de pied. Les Charkos étaient de type Acier quand même, mais ça donnait un peu de gueule à ses actes.

« Mais faut que je vous dise, j’ai triché. Marahute ! »

Avec un sourire, Elyren tendit le bras, protégé par un brassard un cuir et la Flambusard vint s’y poser. Il était certain que Shira devinerait en quoi le faucon était impliqué. Sur ces paroles, il laissa le Champion se poser quelques minutes, le temps de soigner ses plaies avec quelques baumes qu’il avait emporté, pour les coups et les bosses.


« Pour cette dernière partie, reprit-il après quelques minutes, J’ai envie de tester quelque chose de différent. » Elyren sortit deux Pokéball. Si vous avez votre propre monture, vous pouvez la prendre. Et vous feriez bien d’enfiler cette carapace » poursuivit-il en sortant une cuirasse de son sac, tout en enfilant la sienne. Il n’était pas question de se blesser.

Elyren fit sortir un grand Nemelios à la crinière fournie et grimpa sur son dos d’un bond leste et attendit que Shira soit sur sa monture.

« Et maintenant, tous les coups -tirés- sont permis, pour vous et votre Pokémon. En garde ! Le premier à terre a perdu. »

Là-dessus, Elyren talonna le Nemelios et ce dernier se mit à galoper loin de Shira. En quelques bonds formidables, il sauta sur les rochers pour dominer le Champion et Elyren sortit de sa ceinture un Tremblon, au reflet cuivré et fabriqué avec de nombreux rouages compliqués, un arme à mi-chemin entre le pistolet et le mousquet. Il sortit autre chose dont il chargea le tremblon, visa et tira droit sur Shira. Il s’agissait en fait de grenades. Pour l’exercice, elles n’étaient évidemment pas explosive, mais la première qui s’éclata sur un rocher laissa une grosse traînée verte, révélant ainsi qu’à chaque touche, Shira serait colorié, tous comme les Charkos et les Spoink.

« Kopa, ne reste pas fixe trop longtemps. » murmura t-il au Némélios.

Le lion se mit alors à bouger, essayant d’esquiver de lui-même les tirs du Champion pour faciliter la tâche de son cavalier. Shira n’allait pas être déçu du voyage, s’il aimait la difficulté. Elyren n’était pas juste un Grenadier, il était aussi un Artilleur de talent et c’est précisément pour cela qu’il avait insisté pour la pièce d’armure, pour éviter au Champion une blessure grave.

Dès qu’Elyren eut fini de tirer, entendant le déclic caractéristique, Kopa bondit vers Shira tout en crachant de véritables boules de feu, à la fois pour les couvrir et cacher les mouvements d’Elyren, qui déjà, visait à nouveau le Champion avec son arme chargée de grenailles, jusque-là contenu dans un petit sac, comme ceux des poudres.


*********************************************
Monsieur…

Pour ce dernier exercice, tu dois affronter Elyren sur ta propre monture terrestre ou bien sur le Némélios qu’il te prête. Tu n’as pas le droit de dire ce qui touche ou non Elyren, de la même manière que je te laisse esquiver ou pas me projectiles. Kopa lance Calcination à Shira.

L’arme d’Elyren est un tremblon lance-grenade d’un style très steampunk, de moyenne portée. Les grenades n’explosent pas, mais contiennent de la poudre verte. Par ailleurs, Elyren a une grande force de frappe, mais aucun de ses coups ne pourra blesser gravement Shira Wink

L’exercice se fera en deux tours.

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1089

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [Épreuve Tireur] Rafales, torgnoles et volées [Shira]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum