De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement] Empty De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement]

Message par Minnie Edwood le Sam 22 Déc 2018 - 4:36

Post soumis à la contrainte 1 :  Insister sur la description des lieux et des personnages


Le soleil s’élevait tranquillement à son zénith – brûlant et majestueux, transperçant aveuglément le paysage. C'était la première fois qu'elle foulait une terre basaltique et elle le percevait assez distinctement ; sous ses pieds se dessinaient des strates de plus en plus fermes et vigoureuses. La roche noire enfouie tel un trésor sous une flore luxuriante et odorante offrait un véritable ravissement à la jeune femme ; cette roche avait, contrairement à certaines qu'elle pouvait déprécier, gardé la mouvance et la force des plaques tectoniques. Elle pouvait presque même y deviner les veines tant la vigueur de la roche et son polissage magmatique de fond lui étaient perceptibles. De nombreux sentiers divisaient les herbes fleuries, dessinant au fur et à mesure de la progression tranquille de la jeune élémentale, une arborescence des plus étonnantes. Il y avait là le passage des siècles de traversées, à l'image des nombreux machocs dont les silhouettes énergiques emplissaient le décor.

Et si sous ses pieds désormais nus se déployaient tout autant de sentiers et de pokémons souterrains, le ciel lui offrait la perspective d'une immensité claire et uniforme. Au bruit des pas crissant sur l'herbe sèche s'ajoutait ici et là des bruits de cliquetis et de petits cris sauvages. Arrêtée dans sa marche, emplissant ses poumons à plein régime de cet air galvanisant, elle ne put fermer ses yeux qu'un court instant ; un mouvement suspect avait attiré son regard... ainsi que son flair. Une légère fumée trahissait l'action d'un Hélionceau qui avait très certainement dû se battre. En remontant la volute de fumée herbacée, Minnie arriva derrière une sorte de petite butte dégagée. Elle s'approcha des braises, lesquelles s'étendaient sur une branche de sorbier sec puis en fit émerger les contours au moyen de quelques mouvements assurés et précis : son bras droit s'était abattu vers le sol alors que se fléchissait la jambe du même axe, laissant terminer sa cheville par le balayage du sol d'un angle court, proportionnellement inverse à sa vigueur.

Sous l'action de flexion, son chi s'était étendu jusque sous la terre et avait fini par métaboliser sa pensées par la percée de dents rocheuses s’entrelaçant en quinconce pour protéger le foyer naissant. Satisfaite du petit muret au camaïeu de pourpre, la jeune prêtresse se hâta de recueillir de quoi nourrir les braises. Si les petits arbustes de coronille dorée foisonnaient tout autour, leurs branches n'en étaient pas moins vertes et pleines de résine fraiche. La tâche aurait été impossible si les lieux n'avaient pas abrité des fermites, lesquels laissaient également sur leurs passage les traces de leur affûtage. De toute évidence certains spécimens avaient dû se perdre dans les sous bois... ou était-ce possible qu'un Aflamenoir se soit aventuré par ici ? Dans tous les cas, il lui faudrait faire attention. Les mésaventures de la tour du désert lui avaient fait réalisé toute la différence et dangerosité d'un combat réel ; dès lors, il lui était apparu quelque peu naturellement que son entraînement ne serait plus jamais le même.

« On va commencer par faire à manger » se murmura t-elle à elle même, si bas et si bien qu'elle cru aussitôt s'entendre penser.

Elle ramassa les copeaux de bois disparates et écorchés dans sa besace, ramassa quelques branchages secs d'oseille et les mis à brûler sur les braises tout en soufflant vigoureusement. La flamme s'empara instantanément des brindilles qui crépitèrent avec enthousiasmes, soutenues et applaudies silencieusement par le regard souriant de l'apprentie baroudeuse. Le vacillement des pointes de flammes se réduit et l'odeur intense de l'oseille s'était estompée quand les copeaux se mirent eux aussi à s’enhardir, permettant à Minnie de sonder sa large besace à la recherche du nécessaire de cuisine récemment acquis suite à sa mission. Les écorchures du sac avaient été rafistolées durant le trajet d'un fil pourpre ; d'un côté ses cinq pokéballs, dont deux – celle de Brunel et celle de Valère – arboraient chacunes des gravures, à côté un large cylindre de bois naté recouvert d'un tissu de lin vert et blanc, en dessous et dépassant sur le côté se trouvait sa tenue d'origine, son carnet, du sable, et – enfin – cachée dans les jambes de son sarouel déchiré, elle trouva le nécessaire.

Accroupie non loin du feu, elle s'appliqua tout d'abord à sortir le pot de métal qui était, sinon simple, aussi long et large que son empan. Cérémonieusement, elle disposa ensuite, au sol et dans l'ordre ; les deux gourdes de bambou, les disques qui serviraient d'auge, un ustensile flamenois peu coutumier, puis de la viande séchée, et une Baie Oran bien ferme. L'ustensile ressemblait à un écraseur à Baie Terreuse, à ceci près que ce dernier était en bambou, et que la surface supposément dédiée à écraser la Baie Terreuse cuite ressemblait d'avantage à une passoire, dont les petits trous pouvaient s'apparenter à ceux d'un Miaouss fraîchement né. La viande était d'un rose appétissant et laissait deviner, odeur saline à l'appui, qu'il s'agissait de viande d'Ecremeuh. Une nourriture de soldat plutôt efficace pour restaurer les forces armées ; la viande préservant ses nutriments plus longtemps qu'une autre et les protéines de l'animal étant particulièrement assimilables pour l'homme.

Une légère baisse de chaleur lui avait fait raviver les braises par l'usage d'un coup de pied plat dynamique qui, appuyé d'une main sur son genou lui permis de se redresser avant de s'étendre de tout son long. Le soleil commençait tout juste à décliner dans le ciel toujours homogène, et pour le moment aucun pokémon sauvage n'avait fait son apparition et ses propres amis semblaient se reposer tranquillement dans leurs sphères respectives. Il fallait maintenant prospecter les environs. Sa besace replacée sur son épaule, elle tâtonna son sac d'une main curieuse, un rictus de concentration se dessinant sur son visage légèrement halé. Se retenant de mordre sa langue dans son effort à la tâche, elle finit par retrouver son petit carnet de merveilles. Les réalités de combats avaient peut-être différé de la réalité, mais son petit carnet des savoirs de la nature y resterait fidèle lui. Jetant un regard sur le feu qui allait bon train, elle ne se donna pas plus de dix minutes pour récolter de quoi manger et attiser le feu.

Autour d'elle se dessinait la splendeur de la diversité florale et bien plus encore ; elle avait pu trouver quelques chanterelles noires entre des arbustes feuillus de Kuo en gestation. A cela s'ajouta rapidement un bouquet de plantes sauvages aux odeurs légèrement semblable à un mélange de cumin, de thym, d'oseille et de citron ; et enfin de petites baies terreuses soigneusement dénichée par sa Maitrise de la Terre. Bien que sa préférence était au sable, elle se sentait une aisance particulière à l'exercice de sa pratique. Les chaînes d'Efferos offraient sans nul doute une polarité magnétique indéniablement élevée. Peut-être était-ce pour cela que les Fermites peuplaient naturellement les lieux. Pour le moment, elle était bien contente de ne pas voir arriver leurs yeux sanguinaires. Il fallait bien admettre que, souvent en essaim et leur carapace étant en fer, ces derniers représentaient des ennemis redoutables en plus d'être des gloutons carnassiers. Le chemin sinueux était certainement aussi somptueux que prompt aux rencontres funestes.

Minnie s'empressa de charger ses bras de bois avant de retourner auprès du feu qui, une fois réalimenté et dérangé par le large baton de combat de la jeune guerrière. A présent, il était grand temps de réveiller ses compagnons. Elle débuta par la noigrume forgée de son cher Brunel. Il s'agissait d'une petite sphère de près de 7cm de diamètre, répartie en deux hémisphères séparés d'une fine ligne médiane noire d'un centimètre, laquelle arborait en son centre un plus petit cercle duquel un double bouton poussoir blanc émergeait légèrement. La partie haute de la sphère - que Minnie appellait le Ciel – scintillait d'un orange dynamique. Au dessus du double bouton poussoir se dessinait la tête d'une large flèche dont la queue se poursuivait jusque l'autre côté, d'une couleur dorée semblable au plus doux des caramels. De chaque côté de la sphère, d'une symétrie parfaite et de la même couleur que cette flèche, on pouvait également observer deux larges taches rondes ; descendant depuis le milieu du Ciel jusque la partie basse de la sphère – laquelle jamais ne diffère –  et qui est elle d'un blanc immaculé.

Serrée dans le creux de sa main, la sphère fût manipulée d'une main experte, tant et si bien que le double bouton sembla rouler jusqu'à toucher l'index de la jeune dresseuse. Le premier bouton actionné, la ball grossi presque du double de son volume ; laissant ressentir plus distinctement la gravure de symboles à la surface du dispositif. Le deuxième bouton s'enclencha presqu'aussitôt. Ce dernier provoquant alors – en même temps que l'ouverture de la sphère, semblable à un Kokyas – un faisceau de lumière rouge et bruyant. La lumière s’élançait en ligne droite avant de s’agglutiner un peu plus loin puis de grossir ; le tout très rapidement et dans un bruit des moins naturels qui soit. On aurait presque pu imaginer que l'on écoutait résonner une attaque météore perpétuelle dans un coquillage sur la plage. Une fois l'agglutinement stabilisé, la lumière laissait apparaître, et ce pour le bonheur de tout dresseur qui se respecte, son fidèle compagnon d'aventure.

« Le Gobou est un être curieusement irrésistible et pourtant c'est un « poisson-boue ». Cet être (si petit qu'il en faudrait 10 000 mis bout-à-bout pour parcourir une lieue) emprunte beaucoup aux traits des axolottes ; ses larges joues-branchies jaune-orangées et semblables à des pics, sont recouvertes de multiples et de très fins filaments qui lui permet notamment de respirer sous l'eau. Sa peau d'amphibien n'est pas sans rappeler le bleu de l'Oasis du désert de Flamen et ses nageoires sont d'un bleu encore plus clair, pour ne pas dire transparent ; il en possède deux. L'une à l'arrière, large, lui sert de gouvernail et lui permet d'être rapide sous l'eau ; les deux nervures de sa queues en faisant une nageoire tripartite, et donc extrêmement dynamique. La seconde et dernière nageoire est constamment hérissée sur sa tête ; il s'agit d'une nageoire encore plus fine mais également plus résistante qui dispose de petits filaments invisibles à l’œil nu... mais qui sont perceptibles au toucher, avec une sensation similaire au toucher des ailes d'un Prismillon. Ses deux grosses billes noires lui octroient une excellente vision et la membrane interne de sa bouche est parfois si développée que ses morsures sont redoutables.Chacune de ses quatre pattes disposent de 3 doigts. On dit qu'il peut détruire les rochers. Lorsqu'il est poussé dans ses derniers retranchements, il est dit que son instinct de survie lui confère une seconde force. Certains seraient également doté de Moiteur » - Carnet des Merveilles

C'était ce qu'elle avait, jusqu'ici récolté dans son Carnet des Merveilles, et Minnie s'employait à présent à y ajouter quelques notes. Il avait visiblement bien récupéré de la bataille grâce aux soins de la Prêtresse de l'Air et au repos dans sa belle noigrume caramélisée. Plus aucune trace d'égratignure et, à en juger par la couleur et la consistance de sa langue, son protecteur était de nouveau en pleine forme. Ce dernier se mis tout d'abord à l’affût de son environnement puis, visiblement rassuré il se mis en quête d'inspecter le parterre ; acquiesçant les trouvailles avant de remplir le pot d'eau. Une fois rempli et posé au dessus des flammes à l'aide des anses et de son bâton, elle fit émerger d'un air-uppercut un siège pour s'y asseoir. Ensuite, elle cajola son petit amphibien bleu d'un massage circulaire au ventre avant de le laisser vaquer à la découverte et prospection des lieux.  

« C'est à ton tour maintenant » dit-elle en fixant la sphère de son autre ami.

Cette fois-ci, la Voute était verte ; de chaque côté du bouton se dessinaient deux gouttes pourpres tombant vers le Ciel, au dessus du bouton central – et complétant l'arc de cercle – scintillait un petit cercle semblable à un soleil. Par le même jeu de main expert, la sphère s'ouvrit. Et cette fois ci on pu voir à l'intérieur de la sphère quelques surfaces miroitantes ainsi que des sortes de canaux. La sphère se referma elle aussi presqu' aussitôt que de la lumière surgit le Vibraninf et que se tût l'écho spatial d'un Météore perpétuel. Tellement concentrée sur les enjeux de ce premier temps partagé avec son nouveau compagnon, la jeune femme aurait pu jurer avoir vu quelque chose d'étrange : un Vibraninf miniature grossir rapidement dans la lumière jusqu'à retrouver sa taille normale et apparaître devant elle.

Il se tenait là, muet, planant mélodieusement au dessus du sol. Sa couleur de sable clair était d'une profondeur incroyable, et n'était pas sans rappeler par ailleurs que les Vibraninf étaient des chasseurs réputés à l'état sauvage. Celui ci avait l'air d'être habitué à l'homme mais quelque chose laissait à penser qu'il faudrait que Minnie lui prouve sa valeur. Pour l'heure néanmoins, elle expliqua à son nouvel ami qu'elle s'apprêtait à cuisiner et l'enjoigna à donner son aval sur les ingrédients ; lequel le fit en faisant vibrer ses ailes vertes de près de un mètre ! Sur les contours se dessinait une démarcation d'un vert plus sombre laissant deviner par contraste la forme de losange sur les quatre ailes du dragon libellule.  Deux petites ailes, au bout de sa queue écailleuse, semblaient stabiliser son vol et ses deux paires de pattes – fines et reptilienne – disposaient de deux doigts parallèle permettant l'appréhension. L'implantation des ailes, liées d'une part et d'autre par une excroissance blanche se situait juste à la base de la nuque du pokémon ; ce bien que sa tête soit ronde. Ses yeux d'un vert émeraude, séparés de chaque côté par ses deux antennes écailleuses sablées, parallèles au sol, cessèrent de la fixer au profit d'une exploration sommaire. Une fois le carnet renseigné, Minnie s'occupa de faire plonger les ingrédients.


Dernière édition par Minnie Edwood le Sam 22 Déc 2018 - 22:32, édité 1 fois (Raison : rajout du chapeau contrainte)
Minnie Edwood
Minnie Edwood
Informations
Nombre de messages : 83

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact
https://eliotugbrave.wixsite.com/interractive-english

 Revenir en haut Aller en bas

De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement] Empty Re: De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement]

Message par Minnie Edwood le Jeu 27 Déc 2018 - 15:37

Post soumis à la contrainte 6 : faire intervenir un PNJ (un personnage tiers)



La fumée vaporeuse avait remplacé l'odeur de charbon quand Minnie décida de goûter le bouillon. Les Baies de Terre s'étaient éclaircies d'une couleur plus claire, semblable à celle des écailles de Valère. Les chanterelles noires flottaient entre les petites légumineuses et les feuilles sauvages dans un liquide épaissi d'une couleur de brique ; comme si le pigment des différents filaments de viande mijotée s'étaient confondus dans le brun originel des petites baies jaunes. L'écumoire en bambou était déjà plongé dans le pot fumant quand le Vibraninf s’afféra autour de son auge, visiblement affamé. Minnie commenca par servir Brunel, expliquant au nouvel ami qu'il lui faudrait attendre que chacun soit servi pour pouvoir commencer à manger. Mais elle eut tout juste le temps de servir l'autre assiette que la libellule s'était déjà jettée sur l'auge de Brunel ; lequel déjà mécontent de l'attitude de son compère lui interjetas quelques Gobou.


« Valère, ça peut te paraître étrange mais il faut te plier à quelques règles » dit-elle calmement en poursuivant le service « je trouverai toujours un moyen pour que chacun puisse manger. Tout ce que je demande c'est que tu attendes que chacun sois servi. ». Elle venait de se saisir de sa propre auge et s'arrêta un instant, constatant que son discours ne semblait avoir qu'un discours limité. « Je laisse la chose passer pour cette fois, profitons de ce premier repas tous ensemble ». Il était difficile de voir si la libellule des sables avait intégré la caresse verbale de la jeune femme. A contrario, il était plus que certain que Brunel s'était grippé contre la libellule ; ignorant le faible acquiescement des ailes de son nouveau compagnon au profit de son assiette... et si les prémices du repas avait éveillé quelques dissensions, les saveurs fondantes et musquées avaient amené l'harmonie au sein de la belle équipe.


La marmite était vide et leur appétit comblé, les braises s'étaient éteintes en un charbon semblable au jais et le soleil était encore assez haut dans le ciel pour laisser aux trois voyageurs le temps de profiter un peu des lieux avant de reprendre le chemin.


« Je propose un petit entraînement, histoire d'apprendre à se connaître un peu mieux ! »


Elle s'était relevée de son Lotus et observait d'un sourire aussi conquérant que sa posture l'enthousiasme et la détermination de ses deux pokémon. Rejoignant tous les trois l’orée du sous-bois, ils trouvèrent un endroit dégagé, près du pied de larges dents de roche :


« Pour commencer... un petit jeu de cible. J'ai hâte de voir comment vous allez vous débrouiller »


Que ce soit les nageoires ou les ailes, les sens des deux créatures étaient en alertes ; du regars sérieux aux appuis francs et solides, tout laissant présager une véritable démonstration de force. Sans crier gare, la Terrosienne fit éclater du sol des morceaux de larges carrés de terre ; lesquels furent propulsés dans les airs presqu'aussitôt. Valère était rapide et ses ondes sonores dévastatrice, et si Brunel était moins véloce, sa pugnacité à utiliser son pistolet à eau se faisait ressentir. De toute évidence, ce dernier avait quelque chose à prouver à son compère. La libellule de plus en plus agacée commença à perdre patience jusqu'à se désintéresser des cibles : préférant corriger la témérité du petit bleu et soulager sa fierté. Le coup de boue lancé, il enchaîna aussitôt sur un terrible séisme. Ce que le dragon n'avait pas anticipé néanmoins, c'était le manteau miroitant qu'arborait le petit amphibien ; faisant trembler le sol deux fois plus fort.
 

Le genou à terre, la jeune maître de la terre les somma d'arrêter ; elle aurait pu les séparer si le trio n'avait pas été interrompu par l'émergence de la faune en colère. Encerclés par des Taupiqueurs d'Alola. Ils voyaient s'approcher deux regards de braise, laissant apparaître un Némélios accompagné de son petit. De là où il se trouvait Brunel pouvait également ressentir la présence de quatre Machoc. Décidément le danger pouvait se cacher partout. Les taupes laissèrent passer le Léonide, lequel invita son engeance à rester regarder la scène en retrait. Chaque pas de la créature rapprochait le trio un peu plus, formant bientôt un noyau soucieux de ses chances de survie. Tournant autour d'eux, le Némélios jouait très clairement sur l’aplomb de ses proies. Un mètre de plus et Minnie le savait, il faudrait engager le combat. Les murmures des directives furent toutefois interrompues par l'intervention d'un des Machoc qui sembla s'opposer à la condamnation des trois malheureux.


* Ce territoire ne t'appartient pas, dit la Machoc, il appartient aux Creuseurs ! *


Propulsée dans les airs par deux de ses compères, la femelle Machoc s'était élancée dans les airs avec autant de force que de charisme avant de faire face au carnassier. Il y avait de toute évidence Lampéroie sous pierre foudre. Et comment se faisait-il qu'elle parvienne à comprendre ces pokémon ? A y repenser de plus près, elle était presque certaine d'avoir entendu quelque chose d'étrange ; quelque chose qui laissait penser que quelqu'un s'employait à narrer personnellement la scène. Si le sentiment était plutôt désagréable, cette voix psychique laissait néanmoins penser qu'un être lui viendrait en aide. Pour l'heure les échanges se poursuivaient et certains Taupiqueurs avaient replongé sous terre, visiblement apaisés par la présence de la petite musclore. Les autres Machoc quant à eux venaient tout juste de rejoindre le quatuor quand la voix refit surface.


* Préparez-vous à l'attaque * dit-elle * La Némélios ne se laissera pas facilement faire, son petit regarde... et c'est un peu compliqué de vous expliquer ça là mais c'est un conflit tout à fait nécessaire pour le développement de la communauté Machoc *


Effectivement, la lionne s'était élancée presqu' aussitôt sur la jeune grise, laquelle riposta à la charge simultanément ; terminant par un poing glace en plein flanc. Son muscle s'était bandé en même temps que s'était fermé son poing sur lui-même et, visant les crocs enflammés, elle était parvenue à lui glacer la mâchoire. La scène était presque surnaturelle, observée par les trois fiers petits musclores qui regardaient leur camarade combattre ; leurs bras croisés comme s'ils ne doutaient aucunement de l'issue du combat. Pourtant, bien que la différence de niveau soit notable, il semblait que les forces soient équitables. Brunel et Valère regardaient avec attention et il semblait que la libellule soit frustrée d'avoir ses mouvements contraints par la présence des galeries ; surtout quand l'on sait que les taupes d'Alola constituaient un met appétissant pour tout Vibraninf en pleine croissance.


* Effectivement la petite est impressionnante * Minnie avait beau regarder autour d'elle, il lui était impossible de localiser la source de ce lien mental. * Il s'agit d'une potentielle chef de clan. L'espèce de ces lieux est majoritairement matriarcale et depuis la disparition de la Mackogneur, les rares femelles se sont réparties sur les différentes montagnes. Le quatuor qui l'accompagne fait partie des mâles les plus expérimentés, vous n'avez donc aucun soucis à vous faire. D'autant que le combat touche déjà à sa fin. La Némélios qui officie les sous-bois apprend à son Hélionceau à chasser ; il fallait au moins un bon combat à défaut de ramener votre carcasse ! *


Et effectivement, l'apprentie matriarche et la lionne arrivaient à leur limite offrant de belles démonstrations martiales d'un côté et élémentale de l'autre. Et il y avait quelque chose de très beau dans ce combat, une sorte de promesse de lutte contre les pouvoirs descendants ; et l'affirmation que le corps et la volonté pouvait faire plier un élément de bien des façons. Les deux combattantes s'échangèrent un dernier coup lequel, suivi d'un échange solennel incompréhensible, s'était soldé par le retrait de la lionne et la félicitation collective des pokémon du lieu. Brunel avait pansé la brûlure de l’héroïne et semblait tout excité, sautillant et balbutiant à pleins poumons avec les musclores. Valère quant à lui était mutique et remercia l'ensemble du groupe avant de rejoindre sa noigrume. La jeune femme avait remercié elle aussi les Machoc et s'était excusée auprès d'eux ; remarquant le retour de Valère dans sa sphère, elle imagina assez aisément que l'ego de la libellule devait lui aussi se restaurer.


« Effectivement » entendirent-ils tous.


Un jeune homme venait d’apparaître, descendant des sous-bois. Il était plutôt grand et avancait vers le joyeux groupe avec assurance, accompagné d'un splendide Grodoudou ainsi que d'un Zarbi en forme de point d'interrogation. Quelque peu médusée par cette apparition si soudaine et mystérieuse, Minnie s'épousseta  énergétiquement de haut en bas, permettant à Brunel de monter sur ses épaules. Le jeune homme était souriant, de bonne composition et venait de lever ses lunettes rectangulaires. Au croisement de son regard, la jeune femme se sentit rougir quelque peu. Les yeux verts du jeune homme lui insufflait les images de la forêt qu'elle souhaitait rejoindre ; vives et irrésistibles. Le petit amphibien quand à lui était méfiant et rappela sa maîtresse à l'ordre d'un petit coup de nageoire discret. Si l'éphèbe venait à tenter un quelconque rapprochement, ce dernier le recevrait d'un jet d'eau opportun.


« Désolé de ne pas m'être présenté avant, je suis Proserpin Fortissimo. Je fais des recherches sur les veines de dragon et me rendait au temple du Volcan quand nous avons ressenti un tremblement tout à fait inhabituel. Dex est parti récolté les informations le temps que j'arrive avec Maestro sur les lieux »


* Ce qui explique les voix de tout à l'heure... Mais *


« Nous serions intervenus avec Maestro si vous aviez vraiment été en danger, la situation était on ne peut plus monitorée »


Devant ces propos jugés irrévérencieux, le petit amphibien n'avait pu s'empêcher de cracher son eau sur le jeune homme. La sanction aurait été comprise assez aisément si un voile étincelant n'avait pas renvoyé le jet dans les hauteurs. Les yeux verts du pokémon mélomane l'avait bel et bien déjoué et le décor était à présent empli d'embrun. Minnie quant à elle rassura son petit bleu qu'elle appela à recouvrer ses esprits. L'interlocuteur néanmoins ne semblait pas vexé et rigolait, les yeux plissé, en réponse à la situation.


« Je suis vraiment désolée, on est un peu fatigués... Je m'appelle Minnie Edwood et ce magnifique petit Gobou est mon protecteur, Brunel. Mon autre ami est un Vibraninf du nom de Valère mais il est rentré dans sa sphère... Je suis assez impressionnée que vous ayez pu déjouer l'attaque de mon Brunel à cette distance... »


« C'est parce que Maestro a éveillé l'ensemble de ses facultés psychiques, c'est un grand travailleur... C'est d'ailleurs grâce à ce même Voile Miroir que nous avons pu nous camoufler jusqu'ici. Ca peut parraitre surprenant mais la plupart des attaques apprises ont bien plus d'utilités qu'il n'y parait. »


Minnie était quelque peu épatée, et le Gobou mesurait à présent l'ampleur du fossé qu'y lui restait à atteindre avant de pouvoir faire briller son miroir avec autant de splendeurs que ce Grodoudou. Il descendit donc de sa maîtresse et parti converser avec l'être lunaire, reconnaissant la force de l'humain et de ses compagnons. Les Machoc avaient fini de rire et les rejoignit rapidement dans leurs vifs échanges, si bien que très vite ; les deux humains se retrouvèrent seuls à parler. Le jeune homme accompagnant la petite brune récupérer ses affaires.


« Merci beaucoup en tout cas, j'ai vraiment cru devoir de nouveau faire face au chaos toute seule et... C'est d'entendre ta voix qui m'a rassurée. Je me demande toujours comment c'est possible, mais j'imagine qu'il y a des liens encore difficiles à définir, même pour un chercheur »


La jeune femme avait terminé sa phrase en ramassant l'ensemble de ses affaires et la chaleur de ses pommettes semblaient s'être estompée quand la voix mentale du jeune homme résonna de nouveau dans sa tête, son regard se confondant dans celui de la Terrosienne.


* C'est bien là l'envie des chercheurs ; les pokémon, leurs mystères, le secret de leurs pouvoirs. Seul, je n'aurais certainement jamais développé de facultés psychiques. Mais je suis avec mes amis, je me suis lié à eux au travers de nos recherches et bien au delà de cette vie par ailleurs. *


« Je sais que ça peut paraître fou, mais je suis certain que tu comprendras ce lien toi aussi. Dex m'a dit que tu te dirigeais vers la forêt. Si tu passes par Tarouga, j'ai un ami qui te renseignera volontiers sur ce que tu es parti chercher. Il s'appelle Ruben, c'est un personnage plutôt atypique. Et si tu passes par Fla'or dans quelques mois passe me voir. »
Minnie Edwood
Minnie Edwood
Informations
Nombre de messages : 83

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact
https://eliotugbrave.wixsite.com/interractive-english

 Revenir en haut Aller en bas

De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement] Empty Re: De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement]

Message par Minnie Edwood le Dim 30 Déc 2018 - 3:45

« Merci beaucoup pour les infos, mêmes si les chances de te retrouver... ou de retrouver ce Ruben me semblent mince. Je... Je suis assez impressionnée par la façon dont tu as pu exploiter les capacités psychiques de ton pokémon. Je me demandais si tu pouvais éventuellement superviser mon entraînement avec mes deux pokémon ? A vrai dire, on était en train de s’entraîner avant que tout ça n'arrive. »


Le jeune homme ne sembla pas surpris par la requête et proposa quelque chose de simple ; il lui dirait quelles capacités chacun de ses pokémon possède et lui donnerait éventuellement une piste de travail synergique. C'était d'après lui la seule aide qu'il pourrait lui fournir sur le peu de temps qui leur restait avant de reprendre respectivement leur marche. Minnie acquiesça, demandant à Proserpin la démarche qu'il lui faudrait suivre. Il préconisa de commencer par le plus proche des ses pokémon et invita la belle élémentale à leur créer de quoi s’asseoir. Curieusement, il ne semblait pas avoir besoin que le pokémon soit en face de lui ou de le toucher pour procéder à sa lecture. Minnie avait même l'impression que le jeune homme y avait déjà procédé auparavant, probablement même dès le premier écho de Dex à l'intérieur de leur tête. Mais pour l'heure, et devant un tel prodige, il lui faudrait éviter les pensées suspicieuses.


« Ton Brunel est d'une volonté assez rare pour son âge, sa volonté est telle que je ne pourrais pas te révéler l'entièreté de ses capacités. Sache en tout cas que ta mère à bien choisis son nom. Dans votre épopée du désert, il a réussi à éveiller des capacités latentes : Baîllement, permettant d'endormir l'adversaire ; Voile Mirroir, permettant de réfléchir les attaques spéciales en dédoublant leur puissance ; Riposte, permettant de rendre au double les dégâts physiques infligés … pour le reste il semble qu'il veuille garder la surprise. »


La jeune femme ne cessait de quitter des yeux son petit bleu qui avait, en un laps de temps si court, éveillé bien plus de ressources qu'elle n'avait pu le soupçonner. Proserpin continua néanmoins.  


« En ce qui concerne son talent caché, ce dernier aurait pu vous être bien utile puisqu'il s'agit de Moiteur : une faculté unique permettant de bloquer les attaques Explosion et Destruction. »


Minnie se retourna vers le jeune homme, le remerciant intérieurement d'avoir respecté le souhait de son cher Brunel. Bien que le jeune homme voyait bien plus dans ces remerciements que de la simple gratitude, il n'en fit rien et se contenta de rougir ; le rire moqueur de Dex résonnant dans sa tête. Comme pour changer de sujet, il demanda à la dresseuse de lui montrer la ball de son Vibraninf. Une fois l'accord donné, Proserpin fit flotter la ball au dessus de sa main avec ses pouvoir psychiques et profita de la diversion pour poursuivre son discours.


« Voila un choix intéressant de noigrume, généralement on créé ce dispositif de capture à l'aide de la noigrume la plus répandue, la vulgaris, de couleur orange... M'enfin, passons à Valère. Voilà un pokémon plein de ressources, néanmoins il possédait un dresseur avant que tu ne le récupère et le doute plane sur l'état vital de ce dernier. En tout cas, il possède une palanquée d'aptitudes : Dracosouffle, Jet de Sable, Feinte, Patience, Tenacité, Sonicboom, Coup d'Boue, Piétisol, Eboulement, Tourbi-Sable, Ultrason, Grincement, Telluriforce, Bourdon, Piqûre, Séisme, Puissance et Fléau... La synergie est plutôt évidente la dessus »


Il redéposa la ball dans le sac avant de remarquer que la terrosienne était en pleine séance d'écriture, à en juger par les annotations et les schémas, il semblait que les indications du jeune Fortissimo avaient été d'une aide précieuse. Voyant cela il expliqua à Minnie les bienfaits d'avoir un pokémon Psy comme allié, et en particulier les Zarbis dont la mémoire pouvait s'étendre à celle d'autres congénères si ces derniers pactisaient entre eux. Tout ceci étant nouveau, elle se promit de réfléchir à cette possibilité ; mais ce n'était pas une mince affaire en terme de gestion ! Il lui expliqua par la suite que dans un futur proche, son Gobou serait capable de lui aussi apprendre Eboulement et qu'une attaque synergique entre elle et les deux pokémon pourraient être intéressante à exploiter. Il sembla aussi qu'il se retenait de dire quelque chose, ce qui signifiait que le petit amphibien avait encore bien plus à apporter au travail d'équipe. Quoi qu'il en était, les choses auraient peut-être évoluée d'ici leur prochaine rencontre à Fla'or.


« Merci beaucoup pour ton temps, j'espère que l'on aura l'occasion de disputer un match d'ici la prochaine fois. »


Le bellâtre acquiesça mentalement, regardant le sol en souriant légèrement. Il avait beau avoir percé dans les arts symphonique et construire sa notoriété de chercheur, cette femme l'impressionnait. Etait-ce par ce qu'elle avait démontré ou était-ce par ce qu'il avait pu lire en elle ? Il n'aurait su le dire, mais une chose était sure ; c'est qu'une envie irrépressible de l'étreindre l'animait à présent. Mais au lieu d'écouter son cœur, il écouta sa crainte, et sa crainte ordonna ses jambes. Quant à Minnie, elle n'écouta pas non plus son corps qui pourtant aurait bien voulu courir après ce bel inconnu qui avait croisé son chemin. A présent, la fête était terminée et le paysage déserté. Et bien qu'elle se sentait triste, la voix de Proserpin semblait persister en elle.


* N'oublie pas de prendre le chemin qui mène directement au Marais, en plus de la sécurité tu y trouveras un ami. A bientôt Minnie *
Minnie Edwood
Minnie Edwood
Informations
Nombre de messages : 83

Fiche de personnage
Points: 66
Âge du personnage: 16 ans
Pokémon sur soi:

Contact
https://eliotugbrave.wixsite.com/interractive-english

 Revenir en haut Aller en bas

De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement] Empty Re: De l'écoute des corps [solo/contrainte/entrainement]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum