[ Clos ] Entrée furtive [ Mizuki Ana & Tsuugyoo ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Entrée furtive [ Mizuki Ana & Tsuugyoo ]

Message par Invité le Mer 7 Jan 2009 - 17:08

Les deux voyageurs du désert avait attendu la nuit pour agir en toute discrétion, la garde des portes se faisait moins présente en ces heures.
Mais pendant cette journée, ils étaient restés un peu à l'écart, Tsuugyoo ayant eu une conversation calme afin de lui prouver réellement qu'elle n'avait rien à craindre.
Il l'avait amené sur une petite colline ou un arbre avait poussé en son centre et un petit hôtel avait était construit à son pied, des fleurs jaunes et rouges avaient poussé sur toute la surface de ce lieu, s'étant posé ici pour lui expliquer.


"Je suis désolé Mizuki, avant de partir dans le désert j'ai reçu une lettre de convocation à la guerre, mais des personnes hautement placés l'ont annulé car ils savent que je n'aurais plus combattu pour la violence, je suis pour que la paix règne en ce monde."

Reprenant quelque peu ses aises, il lui manquait juste une chose, une tasse de thé, mais ce n'était pas le moment de penser à en faire, et puis il n'aurait pus le boire avant d'avoir tout dit.

"Quand nous t'avons rencontré dans les zones sablées, nous n'avons pensé qu'à une seule chose, t'aider, te prendre en temps que prisonnière de guerre ou esclave, ne nous a pas traversé l'esprit.
Peu importe si je suis considéré comme un traître, je préfère aidé les personnes dans le besoin que mon pays à se battre et à éteindre des vies.

Pense ce que tu veux mais nous ne t'avons jamais voulu aucun mal, et de cause, je vais continuer à t'aider. Si cela te chante, je t'apprendrais à devenir une vrai flaméniene pour passer inaperçue, enfin tu pourras garder, tout ce qui vient de Nalcia, mais ne pas le montrer, du moins jusqu'à qu'il n'y est plus de tensions entre les pays."


Le vieil homme se dirigea vers l'hôtel et y déposa quelques fleurs qu'il venait de cueillir, cet endroit semblait calme et salutaire.

"C'est ici que repose mon enfant, mon fils, il avait 17 ans quand il est mort, il était au combat quand cela est arrivé, je pense que maintenant tu vois pourquoi je n'aime plus les guerres, d'ailleurs..."

Il sortit de sa manche une ball un peu usagé par le temps mais elle laissait encore voir son blanc et son rouge devenu presque bordeaux avec le temps.
Un flash rouge laissa apparaître une dragonne orangée, sa queue laissé voir une belle flamme, son corps semblait couvert de quelque cicatrice guérie par le temps, elle n'avait pas l'aire agressive, plutôt flemmarde en faite.


"Voici Chisato, une femelle Dracaufeu que j'ai du combattre au temps ou j'étais encore général, j'ai même failli la tuer mais je lui ais laissé la vie sauve, elle est donc repartie, puis quand la guerre fut finie et que j'eus ouvert mon salon de thé elle ma rejoins, car son pays l'avait chassé pour son incompétence, et je lui accorde beaucoup d'importance, même si je ne le montre pas."

Ainsi se finit l'après midi, le champion d'arène lui offrit une cape de voyage commune, d'un brun sale, cela suffisait pour passer inaperçue la nuit.
Il demanda aussi à Mizuki de détaché ses cheveux, les nattes bien faites étaient assez rares car les femmes de Flamen n'avaient pas tellement le temps de se coiffer, et une voyageuse bien mise aurait porté quelque soupçon.
Elle n'avait besoin de rien d'autre, elle devait juste le suivre sans rien dire, enfin tout du moins jusqu'à l'arène, juste à coté se trouvait le salon de thé ou devait l'attendre sa fille qui était bien assez adulte pour tenir le commerce familial en son absence.

Ils arrivèrent tous les deux devant les gardes quelques peu jeunes dirait-on, les personnes les plus qualifiés avaient du être appelés à la guerre.
Tsuugyoo et son grand chapeau arriva devant les gardes qui lui barrèrent le chemin, il montra une bague à son doigt qui normalement, aurait du leur montrer qu'il était une personne importante de cette ville.
La bague contenait le signe de Flamen et les écussons d'Omatsu.


*Mais ou vont-ils chercher ces ignares*

"Amenés moi votre chef"


Un des jeunes rentra dans une cabine puis revint avec un homme d'age mur en habit de guerre, ce dernier arrivant devant les deux inconnus, les prit de haut et leur dit d'un ton autoritaire.

"Qui êtes-vous, vous venez de me dérangés en plein repas, si vous n'avez pas de bonnes raisons je vous fais enfermé"

Le Dragon de l'Ouest n'eus nul besoin d'ouvrir la bouche, il montra juste ce qui le caractériser d'eux, à coté ils ne valaient rien car même s'ils avaient voulu les mettre au fer, le vieil homme cachés bien son jeu.
Le capitaine s'inclina soudainement, balbutiant des excuses inutiles, il hurla à ses larbins d'ouvrir les portes sans précédent, qu'ils avaient était trop sot pour ne pas reconnaître une légende de guerre, qu'ils étaient la honte de Flamen, mais lui ne valaient pas mieux.

Finalement Mizuki et Tsuugyoo passèrent sans aucun encombres, le vieil homme se fichait un peu de ce qu'il venait de se passer, peu importes qu'il le connaisse ou non, il fallait bien rentrés en ville.


"Bon, nous allons dans mon salon de thé, normalement il n'y aura personne à cette heure sauf ma fille qui lave les table avec son Ouisticram, sa Ponyta et son Griknot qui doit faire des siennes.
Elle doit avoir 5 à 6 ans de plus que vous, elle vous apprendra comment devenir une femme d'ici et d'ailleurs, elle à connu chaque type de femmes et vous enseignera comment vous adaptez."


Dernière édition par Tsuugyoo le Jeu 29 Jan 2009 - 14:19, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Entrée furtive [ Mizuki Ana & Tsuugyoo ]

Message par Mizuki Ana le Mer 28 Jan 2009 - 20:07

[ désolée d'avoir pris mon temps mais j'ai vraiment pas eu une bonne inspiration... Je continue d'ailleurs à penser que j'ai baclé, mais bon, je ferai mieux ! ]

Depuis que Ninj les avait quitté pour partir au front, Mizuki n'avait pas ouvert la bouche. Comment faire confiance à un homme qui dit ne pas vouloir la faire prisonnière et qui déclare partir sur le champ de bataille juste après ? Trop fatiguée pour réfléchir, elle avait suivi Tsuugyoo sans se poser de questions.

Elle écouta avec attention la version de Tsuugyoo, le champion d'arène de Omatsu... Dire qu'elle n'en avait rien su de tout le voyage ! Mais c'était une des raisons qui l'avait poussée à lui faire confiance. Les champions d'arènes étaient séléctionnés, ils ne pouvaient donc pas être malhonnêtes ou inhumains. Enfin, c'était son avis.

L'histoire de Tsuugyoo, de son fils et de Chisato lui permit d'en être sure. Cet homme n'était pas un monstre. Il avait laissé la vie à un Pokemon. Il avait perdu un fils à la guerre. Il ne lui ferait pas de mal, elle en était maintenant persuadée.

Tsuugyoo aida Mizuki à se déguiser. Il lui prêta une cape marron qui ne sentait pas très bon et n'avait pas l'air d'être de la première jeunesse, mais qui pouvait lui cacher ses vêtements nalciens la nuit, le temps d'en trouver d'autre. Son visage pouvait aussi se dissimuler sous une capuche. Lorsque le champion d'arène lui demanda de se lacher les cheveux, elle s'executa immédiatement. Sa chevelure, légèrement ondulée, lui arrivait presque à mi-cuisse. Mizuki passa la main au travers des cheveux plusieurs fois afin de leur donner un air décoiffé. Après quoi elle les rentra dans la cape, et mis la capuche sur sa tête, suivant Tsuugyoo.

Lorsqu'ils arrivèrent aux portes d'Omatsu, gardées, Mizuki rentra la tête dans ses épaules et tenta de rester effacée. Elle regardait ses pieds tout en écoutant le dialogue des gardes, Tsuugyoo n'ayant apparemment pas besoin de parler pour se faire comprendre. Visiblement les gardes avaient compris le message. Trente secondes plus tard, Mizuki trottinait derrière le champion dans les rues de la ville.

"Bon, nous allons dans mon salon de thé, normalement il n'y aura personne à cet heure sauf ma fille qui lave les tables avec son Ouisticram, sa Ponyta et son Griknot qui doit faire des siennes.
Elle doit avoir 5 à 6 ans de plus que vous, elle vous apprendra comment devenir une femme d'ici et d'ailleurs, elle a connu chaque type de femmes et vous enseignera comment vous adapter."


"Très bien. J'ignorais que vous teniez un salon de thé, Tsuugyoo-san, mais après tout cela vous ressemble bien."

Ils arrivèrent très vite au salon de thé. La fille de Tsuugyoo ne ressemblait pas vraiment à son père, mais elle semblait avoir le même amour des pokemon. Elle avait des beaux cheveux noirs et bouclés, et dépassait son père en hauteur. Sa peau était mate, ses yeux noirs et son regard, volontaire et sûr de lui.

Tsuugyoo lui expliqua brievement la situation; Elle réfléchit immédiatement à un moyen de déguiser Mizuki.

"Vous êtes une voyageuse, Mizuki ? Il vous faut une tenue légère qui vous protègera du Soleil. Est ce que nous avons ça, papa ? Vous êtes un peu plus petite que moi... Mais j'ai peut-être quelque chose qui pourrait aller... dans mes vieilles affaires. Un habit typique de Flamen : une jupe et un haut léger, tous les deux très simples. Si vous comptez voyager de jour, il vous faudra aussi une cape pour vous protéger du Soleil. Ensuite, vos cheveux… Ils pourraient vous trahir : ils sont trop longs et trop clairs... Il faudrait les couper, au moins… »

« Les couper ? C’est vraiment nécéssaire, mademoiselle ? »

« Oh, pas de mademoiselle, je m’appelle Sansai. Et oui, ça risque d’être nécéssaire, mais nous verrons cela au moment venu. »

« Bon… Très bien… »

« Vous allez dormir ici cette nuit. Il y a une chambre, avec tout le nécessaire pour la toilette, à l’étage. Notre maison, à papa et à moi, se trouve juste derrière, il suffit de traverser le jardin et de passer le portail. Mais pour commencer, nous allons diner ensemble, ce soir. »


Après avoir dîné chez Tsuugyoo, Mizuki et Sansai retournerent au salon de thé. Sansai avait apporté des vêtements qui étaient effectivement un peu grands pour la jeune dresseuse. Elles préparerent la chambre qui constituait à une petite pièce avec un lit, un lavabo et un bureau. Comme Tsuugyoo l’avait prévenu, le nécéssaire pour la toilette ne contenait aucune brosse à cheveux. Juste du savon doux et une éponge, mais ils furent très bien accueillis pas la jeune fille qui ne s’était pas réellement lavé depuis son séjour à l’Auberge du Chat. Après une toilette (de chat, d’ailleurs), Mizuki se déshabilla et se coucha. Une fois au calme, les souvenirs de la journée revinrent : la guerre, l’entrée en douce en ville, Tsuugyoo le champion d’arène…

Si je continue à penser à tout ça, je n’arriverais jamais à dormir…
De toutes façons, je suis en ville… Je suis sous la protection d’un ancien soldat qui a l’air d’avoir une certaine importance ici…
Je vais apprendre à vivre en me cachant avec sa fille…
Et puis… Demain sera un autre jour…

Les choses ne pourront pas aller plus mal…
Normalement… Non ?

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2113

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Entrée furtive [ Mizuki Ana & Tsuugyoo ]

Message par Invité le Jeu 29 Jan 2009 - 14:10

Une fois que la jeune fille fut installée, qu'ils furent sur d'avoir tout fermer, le champion et sa fille rentrèrent chez eux.
Sansai dit à son père que cet Mizuki avait des ressources, qu'elle saurait apprendre vite, et que ses amis pokémons lui faisaient confiance, elle ne pouvait que réussir sa vie.

Ainsi une nuit tout à fait calme se passa, Shingoo, le mâle Ouisticram c'était endormi comme une masse. Kiba, la petite jument était restée dans le salon de thé, elle aimait dormir là-bas. Quant à Tatsu, bien qu'agité tout Griknot qu'il était, adorait ce faire chouchouter par sa dresseuse.
Elle avait pour nouveau projet de capturer une amie de la nature, enfin c'est le seul indice qu'elle laissa sous-entendre, mais pour l'instant c'était repos, demain elle laissera la jeune fille dormir et reviendrai avec ce nouvel ami.
Les jours suivants serait plus difficiles, si elle n'était pas du genre lève-tôt, elle saurait ce que voudrait dire "Chamboulement le matin".

Les rayons du soleil transpercèrent les cieux de mille feux, les rideaux bloquant ces jets de lumière, et Sansai était déjà parti, Tsuugyoo avait déjà commencé à ouvrir la boutique et semblait faire un peu de ménage.
On devait commencer à s'approcher de 10h du mat, la nouvelle arrivante devait être exténuée, et puis ils étaient arrivés bien tard.

Un peu plus loin la jeune femme aux cheveux noirs revenait, une petite boule fushia sur son épaule, de feuille de pissenlit sur sa tête, aussi léger qu'une graine de pissenlit, il émettait parfois quelque bruit "Graniiii" à tout va.
Il semblait fort heureux, et leur arrivé ferait un petit brouhaha dans la salle.
Aujourd'hui, personne n'avait prévu de faire un combat d'arène, tout du moins, personne ne s'en était approché pour défier le champion qui se trouvait dans le salon juste à coté.
Mizuki ne tarderait certainement pas, un jour prochain, à passer ses portes, et à affronter e champion.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Entrée furtive [ Mizuki Ana & Tsuugyoo ]

Message par Mizuki Ana le Lun 4 Mai 2009 - 22:29

[ Suite event Donjon Mystère : un vrai rêve éveillé ]

Lentement, Mizuki ouvrit les yeux. Le Soleil était levé, mais il faisait beaucoup plus chaud qu’une seconde auparavant. Miaouss ! Insoulourdo !! Est-ce qu’ils sont là ?!

Ses deux pokeballs se trouvaient près d’elle, sur la table de chevet. D’ailleurs, la table de chevet se trouvait dans une chambre, dans la ville d’Omatsu. Ca y est !! Je suis rentrée !! Je suis revenue !! Mais, au fait… Pourquoi est ce que ça m’étonne, d’être là ? Voyons, je suis arrivée hier avec Tsuugyoo, j’ai rencontré sa fille… Bizarre, j’ai eu l’impression de m’être déplacée cette nuit…

Quoiqu’il en fut, la jeune fille se prépara pour sortir et rejoindre Sansai et son père. Ils étaient attablés tous deux au salon de thé, discutant vivement avant l’arrivée des premiers clients.

« Bonjour Sansai, bonjour Tsuugyoo ! Avez-vous bien dormi ? »


« Bonjour, Mizuki. Nous avons bien dormi, et toi ? » répondit la jeune femme.

« Hum, je ne sais pas trop… J’ai eu l’impression de faire un rêve… C’était quelque chose de triste et d’important… mais je ne m’en rappelle déjà plus. Quoiqu’il en soit ! Je vous remercie beaucoup de m’avoir hébergée cette nuit. Je vous suis eternellement reconnaissante, et si je peux être utile en quoi que ce soit, prévenez moi. »

Tsuugyoo et Sansai sourirent de bon cœur. Vraiment, cette jeune fille avait l’air vraiment charmante. Ils lui proposèrent de déjeuner en leur compagnie. Mizuki demanda un peu de lait dans une tasse, avec du pain s’ils en avaient. Elle proposa aussi son aide pour le salon de thé, puisqu’elle ne pourrait pas payer tous les services qu’ils pourraient lui rendre au cours de son séjour, ce que Sansai accepta avec plaisir.

« Maintenant… parlons de chose plus serieuse. Comme tu l’as sans doute remarqué, il y a des soldats qui surveillent aussi bien dehors que dans la ville. Tu ne pourras pas sortir du salon de thé tant que tu ne ressembleras pas à une vraie Flamenienne. »


« Ce qui signifie que je suis coincée ici ? »


« Oui. Mais aussi que, si tu nous aides au salon de thé, tu devras rester dans l’arriere de la boutique. Si tu apprends vite, ça ne devrait pas prendre trop de temps. Et j’ai aussi bien réfléchi, te couper les cheveux est indispensable. Tu es d’accord ? »


« Oui. J’ai réfléchi aussi, je crois comme vous que c’est une solution innévitable. Et puis, ça me changera ! »


« Hahahahaha, ça pour te changer, ça te changera, ma petite ! Même si je suis désolé que tu découvres notre superbe ville dans de telles circonstances. Je souhaite que bientôt tu puisses te promener à ta guise sur les places et dans les ruelles d’Omatsu ! »


« Tout à fait, Mizuki. Nous verrons pour tes cheveux ce soir, quand nous refermerons le salon. Tiens, d’ailleurs voila les premiers clients. S’il te plait, remonte dans ta chambre, je t’appellerais quand tu pourras redescendre. »



« Très bien. A tout à l’heure. »



Ainsi se passa la journée, entre la chambre à coucher, où la jeune fille lisait allongée sur le lit ou regardait la ville par la fenêtre, et le rez-de-chaussée, lorsque les clients étaient partis, Mizuki apprenant l’art de préparer du thé de Flamen ou balayant la salle. Certains instants passaient extrêmement vite, mais d’autres moments semblaient s’écouler moins vite que prévu. Enfin arriva la fin de la soirée, quand Sansai retourna la pancarte sur la porte du restaurant _ elle indiquait désormais « Fermé ».


« Bien, d’abord Mizuki, tu vas te mouiller un peu les cheveux… Utilise l’eau dans le saut, là, par terre… Ne t’en fais pas, elle n’est pas trop froide. Voila, maintenant, viens t’asseoir… Tu as vraiment des cheveux longs ! Bon, c’est parti… »


La coupe dura une bonne heure, et le tas de cheveux aux pieds de Sansai était de bonne taille. Mizuki se retint à grand peine de ne pas pleurer en sentant les ciseaux de la jeune femme dans sa chevelure, chevelure qui n’avait jamais été coupée… Tu n’es pas une gamine, Mizuki. Tes cheveux repousseront.

Lorsque Sansai annonça qu’elle avait fini, Mizuki se regarda dans une glace et ne se reconnu pas. Ses cheveux lui arrivaient alors à peine aux épaules.

« Qu’en penses tu ? Je suis assez contente du résultat. »


« C’est… Whaow… Je suis complètement différente ! »



« N’est ce pas ? Bien, le matin, il te faudra passer qu’un seul coup de peigne dans tes cheveux, jamais plus ! Les femmes d’Omatsu ne perdent pas leur temps en coquetterie, en tout cas, pas en matière de coiffure ! Nous préférons plus faire attention à nos vêtements qu’à nos cheveux ou nos accessoires. Mais ce sera la prochaine leçon, pour le moment, il est tard et c’est l’heure d’aller dormir… Ah, non, pas avec ce tas de cheveux par terre… Tu m’aides à nettoyer ? »



« Très bien, Sansai… »


Il était plus de minuit quand la salle fut enfin parfaitement propre. Mizuki, épuisée, monta les escaliers d’un pas mou et lent, et ne prit même pas le temps de se déshabiller pour se mettre au lit. Elle s’affala sur les couvertures, ferma les yeux…

Bientôt, entre rêve et réalité, elle distingua une silhouette dans l’obscurité… une flamme blanche et des yeux bleus clairs qui brillaient dans le néant…


Ouvrant les yeux d’un coup, Mizuki murmura dans la nuit :


« Je me souviens ! »

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2113

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Entrée furtive [ Mizuki Ana & Tsuugyoo ]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum