[ Clos ] :. Au revoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] :. Au revoir

Message par Invité le Dim 27 Sep 2009 - 0:06

.: Car ce n'est qu'un au revoir :.





    Imagine... Imagine un temple défiant les lois de la gravité, défiant le ciel de son auguste personne, montant à l'infini d'escaliers savamment construits, élégants et d'une beauté sans pareille, irréels. Ils montent, montent et montent encore, frôlent les nuages, jouent avec le soleil et taquinent la lune. La tour se termine en un pic doré et bleuté, scintillant comme un phare. Les rues, larges à la base et étroites au sommet, sont constamment recouvertes d'une couche de neige ou de givre, qui les rend glissantes et traitres. Mais la beauté du lieu excusait bien les conditions pour s'y rendre. Le seul bémol, c'est que plus la tour montait, moins son accès y était autorisé. Sur les dernières marches, seuls les doyens élémentaires étaient autorisés de mettre les pieds. Et les jeunes filles désobéissants, insouciantes et résistantes.Elayan marchait depuis quelques heures déjà. Elle était sortie d'un petit village portuaire dans le golfe de la tour du vent le matin, aux aurores. Le soleil se pointait à peine derrière la cime des arbres, et les deux compagnons marchaient d'un bon pas. En premier venait une jeune femme, qui devait avoir une vingtaine d'années, le teint frais et de longs cheveux rouges lui battant le dos. Deux yeux cobalts fixaient l'infini, et elle avait le cœur léger. La femme Caméléon ne s'était pas grimée pour ce voyage là. C'était un au revoir. En second venait une forme à la fois féline et canine, deux grands yeux bleu rois, un pelage blanc immaculé et une tête d'un noir argenté. Une queue en lame et une orbe enchâssée sur le front, c'était un magnifique Absol. Une magnifique absol, qui marchait lentement, le pas sur. Les deux amis marchaient lentement, ils avaient encore tout leur temps. Un sac à dos en cuir sur le dos de la jeune femme et le bâton accroché sur la droite dudit sac témoignaient que la route serait longue pour elles. En effet, ils marchèrent toute la journée, et même une partie de la nuit. Lorsque la lune fut cachée par les nuages, et qu'ils ne distinguaient plus où elles mettaient les pieds, ou les pattes, elles se couchèrent à même le sol, cachées dans la végétation, et prirent quelques heures de sommeil. Elle se réveillèrent bien avant que le soleil soit levé, et reprirent leur route. Ça ressemblait à un pèlerinage. S'en était un. En quelque sorte. Les siamois arrivèrent devant une tour, immense, luisant doucement sous la lumière tamisée et déclinante de la lune argentée qui demeurait inlassablement dans le ciel. Elles se regardèrent, puis l'Absol disparut. Désormais, Elayan était seule, et ce pour quelques heures encore. Ce au revoir, elle ne pouvait le faire accompagnée. Même de sa meilleure amie. Elle s'accroupit et posa son sac à terre. Elle en sortit une longue bure noire qu'elle passa. On ne voyait plus d'elle que des mains burinées. Le capuchon de la bure rabattue sur les yeux, elle se présenta aux portes de la ville. Le sac avait disparu derrière elle. Il était entre de bonnes pattes. Elle n'était plus qu'une silhouette dans la nuit venteuse, les pans du long manteau voletant autour d'elle. La jeune fille, que personne n'eut reconnu comme tel, arriva au pied de la muraille. Ses yeux perçants analysèrent les alentours. Elle voyait sans être vue, son habit se fondant dans la nuit. Elle toqua à la porte d'un petit coup discret. Cela suffit, et la porte s'ouvrit, la laissant passer. La naïveté des moines et des habitants la surprit, comme d'habitude. Ils avaient pleine confiance en les arrivant. Elle aurait caché des armes (c'était le cas, en fait) sous ses vêtements que personne ne l'aurait vu. Elle marcha dans les rues, faisant attention de ne pas glisser, puis entama son ascension. Les marches étaient traîtres et glissantes, mais au bout du deuxième escalier, elle marchait d'un pas vif et sur. La lune brillait de moins en moins, et une auréole dorée luisait à l'est. Elle s'activa, marchant plus rapidement. Elle faillit glisser une fois, alors qu'un abra apparaissait juste sous ses pieds, puis se téléportait ailleurs sans tarder, n'attendant pas la réaction de la grimpeuse. Elayan gronda un peu toute seule, mais reprit sa marche en faisant plus attention où elle mettait les pieds. Elle atteint ainsi le cinquième et dernier escalier. Le seul problème, c'était que son déguisement ne suffirait pas. Elle grimaça, puis l'ôta. Elle respira, fit quelques étirement, puis roula l'habit en boule et le fourra dans un coin pierreux. Elle grimpa alors sur la rambarde.Son souffle ralentit, et elle attendit quelques secondes, ses mouvements se faisant plus lents, plus réguliers. Elle attendit encore quelques secondes de plus, puis agrippa aux pierres. Si elle trainait trop, on la verrait. Et elle ne voulait pas être vue. La jeune femme verrouilla ses prises, puis, lentement, commença à monter. Ses mains agrippaient seulement les grosses prises, là où les pierres se dissociaient presque. Elle montait progressivement...Lentement. Ça faisait comme une sorte de balancement...Gauche...Droite...Gauche... La jeune femme ne mit que quelques minutes à monter. Elle y avait été habituée dès son plus jeune âge. Le sommet se rapprochait rapidement. Gauche, droite, gauche...Elle arriva enfin au niveau du toit. D'une ultime traction, elle se hissa sur la pierre d'ardoise lisse et irisée qui le composait. Elle s'accroupit sur le toit et se tourna vers le soleil qui apparaissait lentement derrière la rangée d'arbres. Elle voyait loin, beaucoup plus loin que cette rangée d'arbres. Elle était assise sur le rebord du monde. Le soleil rouge apparaissait lentement. Inspiration. Le disque solaire était auréolé d'un autre, plus grand, d'un jaune doré. Expiration. Ledit disque n'était alors qu'un trait fin à l'horizon. Inspiration. Les arbres à contre jour formaient une haie de petits géants noirs. Expiration. Les collines et les champs, plus loin que les arbres, se coloraient lentement de vert, de brun et de jaune. Inspiration. Le soleil apparait maintenant à un tiers, la forêt d'arbres est d'un vert émeraude foncé. Expiration. Sur sa gauche, la mer se fracasse contre les rochers. Inspiration. Le vent siffle doucement à ses oreilles et lui murmure l'histoire du monde. Expiration. Au loin, les montagnes déclinées de gris et de blanc scintillent à la lumière croissante. Inspiration. On voit déjà les deux tiers du soleil. Expiration. Elle plisse les yeux le temps de s'y habituer, le murmure du vent est le seul son audible. Inspiration. Le Zéphyr lui porte la douce odeur des bois et celle, salée, de la mer. Expiration. Le soleil a presque dépassés la cime des arbres et la bordure des collines. Inspiration. Une douce pensée effleure son esprit, qui hésite mais reste serein et calme. Expiration.Les yeux grands ouverts, Elayan aperçoit une petite forme rose et aérienne, surement attirée par le calme d'esprit de la jeune fille. Elle a des mouvements pacifiques et ondulés, joue avec la bise et maîtrise les vents. Elle s'approche doucement, jusqu'à ce que la jeune fille puisse la toucher. Elayan n'en fit rien. Elle était toujours immobile, assise en tailleur, l'ombre de mew se dessinant sur son corps. Une douce quiétude l'envahit quand le pokémon reste immobile devant elle. Il ne bouge pas, il la regarde de ses grands yeux doux et curieux. Elayan n'esquisse pas un mouvement. Ces instants pourraient durer des heures. Ces quelques minutes, quelques secondes d'éternité, semblèrent durer une vie entière, impalpable. Elayan se rendit compte qu'elle avait bloqué sa respiration, et inspira un grand coup, troublant le fin silence qui régnait jusqu'alors. Mew hésita, pencha sa tête sur le côté, et tournoya pendant quelques minutes encore autour de la jeune fille. Cette dernière, ayant tout son temps, ne bougeait pas. Pas encore. Rester ici, jusqu'à ce que mort s'ensuive, car ces instants de bonheur et de liberté étaient trop rares, trop rares pour les gâcher. La bestiole rose bonbon finit par se remettre immobile devant la jeune fille et de lui tendre son esprit. Cette dernière sentit une conscience l'effleurer. Elle se fit violence pour ne pas se rétracter, avoir un mouvement de recul. Mais elle n'en fit rien. La présence s'introduit dans son esprit et sembla le sonder. Ce qu'elle vit ne lui plut qu'à moitié, et la jeune fille la comprit. Mais elle n'en pouvait rien changer. N'en voulait rien changer. L'esprit se retira, alors que le petit animal rose remuait la queue. Elle émit un petit cri et luit, avant de partir en direction du soleil levant. Elayan plissa les paupières pour le suivre des yeux, mais ils disparut comme il était venu.Elle resta plusieurs heures sur son toit, et quand une cloche sonna midi et que le paysage était doré et éclairé par un grand soleil dans un ciel sans nuages, elle se leva et s'étira. Pendant plusieurs heures, son esprit avait analysé la venue de mew. Elle n'était pas venue ici pour le voir...Seulement pour dire au revoir à Nalcia, qu'elle ne reverrait pas avant un moment, à moins d'avoir u pokémon vol, ce dont elle doutait. Elle médita encore quelques minutes, debout, avant de s'approcher du bord et de commencer sa désescalade. Elle ne mit que quelques minutes à descendre, et personne ne la vit. Il faut dire que, si elle est grande, une silhouette sur un mur, ca ne se distingue pas comme ça. Elle remit sa bure, et ne mit que quelques secondes à redescendre d'un pas vif. Elle ne voulait pas s'éterniser ici, mais s'arrêta quand même en bas de la tour. C'était là des rues calmes, où personne ou presque ne venait. Elle s'arrêta dans un coin et enleva sa cape, qui ne lui servirait plus pour un moment désormais. Là, elle la posa sur le rebord d'une fenêtre. Elle n'en avait plus besoin, et quelqu'un la trouverait surement. Tant mieux pour lui. Elle flâna pendant quelques minutes dans les rues avant de s'asseoir sur un banc, non loin des portes. Retrouver Absol lui tardait, mais elle voulait rester u peu avec la vie humaine avant de s'en aller en solitaire dans sa quête. Et puis, les rues étaient animées, même dans un sanctuaire.[Contraintes effectuées : Appuyer sur la psychologie d'un personnage + Écrire dans un style de texte (Vers le troisième paragraphe, le style est plus lent et serein...Enfin je crois xD)
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] :. Au revoir

Message par Willow Einlee le Lun 28 Sep 2009 - 18:26

Willow qui était déjà dans la tour, croisa la jeune femme le soir même, un jeune homme qu'elle avait croisée a Flamen, lui avait proposé de lui montré une des merveilles de Nalcia, son pays natal. Elle avait accepter sans aucune hésitation. Ils avait monter un de ces pokémon a lui, un Gros Dracofeu. Il la fit monter en premier pour ensuite embarquer a son tour. Il avait fait le voyage en une journée a peine. Ils arrivèrent a destination le soir même quand le soleil fut couché. Le sanctuaire du vent, était magnifique. Elle ne s'était pas attendu a ceci. Le jeune garçon, lui avait révélé en voyage qu'il était originaire d'ici et que son père était le grand moine de la place. Elle n'avait pas tout suivit a cause du vent qui claquait a ces oreilles et du paysage qui devenait très différent en quelques secondes a peine. Elle avait été fascinée par tout les différence entre les deux pays.

Elle s'était laisse bercer par le vent et les battements d'ailes du Dracofeu. Elle avait même fermer les yeux pendant quelque minutes pour gouter au plaisir de voler. Au moment ou ils étaient arrivés, elle regretta presque le fait de descendre du Dracofeu. Vu qu'il était tard, il lui offrit un endroit ou manger et ou dormir pour la nuit. Elle ne refusa pas. Le souper en compagnie de son père se passa très bien. Elle mangea a sa faim et peu de temps après elle alla se coucher. Enfin seule dans la chambre, elle fit sortit Cinda et ils se couchèrent coller un a l'autre. Flattant Cinda rêveusement, elle remarqua qu'une douce lumière rentrai doucement par la fenêtre de la chambre. Se levant, elle alla a la fenêtre et regarda la lune. Cette dernière était magnifique avec cette alvéole autour d'elle. Elle donnait l'impression d'être surnaturelle. Pendant plus d'une heures, elle regarda les étoiles filer dans le ciel. Cinda pour sa part, dormait paisiblement enroulé dans toutes les couvertures présentes. Elle lui jeta un regard avant de retournée regarder les étoiles. Tout a coup, on cogna doucement a sa porte. Elle allait ouvrit et découvrit le jeune Nalcien. Elle lui sourit doucement et il lui demanda :

-J'avais peur que tu dorme.

Elle lui sourit doucement et dit a son tour :

-Sa serais normal non. dit-elle doucement

Elle rit doucement et remarqua qu'il était sincère. Il la regarda dans les yeux et quelque chose fit peur a Willow. Il la regardait d'une drôle de façon. Il lui dit a nouveau :

-Je voulais t'invité a une petite balade nocturne. J'ai quelque chose que j'aimerais te montré et qui ne se passe seulement la nuit.

Elle lui sourit et ramassa son manteau-robe pour le suivre. Ils sortit sur la balcon de sa chambre a lui ou son Dracofeu les attendaient. Il la fit monter sur lui et embraqua a son tour. Il la cala contre lui, et lui sourit avant de faire décoller sen pokémon de feu. Il fit monter son Dracofeu haut dans le ciel avant de lui faire tenir une altitude convenable. Il lui fit signe de regarder vers le sol et elle le fit. Elle fut fascinée par se qu'elle y vit, la tour était éclairé par petites lumières. L'image était fascinant et bouleversant a la fois. Elle lui jeta un regard et il lui sourit en retour, fier de son coups. Ils volèrent ainsi autour de la tour en regardant le paysage.

Quelques heures passèrent, et Willow commençant a avoir froid et a être fatiguée. Frissonnant doucement, Jun, qui était son nom, l'enveloppa des ces bras et les fit redescendre au près de on balcon. Il la fit descendre et la reconduit a sa chambre. Arriver a la porte, elle le remercia chaleureusement avant d'aller se coucher. Mais juste avant qu'elle ne referme la porte, il S'avança et l'embrassa doucement sur les lèvres et lui sourit et repartit. Elle passa une nuit plutôt mouvementé, après ce qui c'était passer avec Ninj, voilà que Jun aussi l'avait embrassé. Le lendemain matin, elle fut réveillée par les rayons du soleil qui entraient doucement dans sa chambre. Ils vinrent chatouiller ces narines, suivit d'une bonne odeur de cuisson. Se levant, elle s'habilla et remit Cinda dans sa ball. Se dernier encore trop endormit pour savoir se qui allait se passer, disparut dans un filet de rouge. Sortant de la chambre, elle suivit l'odeur de la nourriture et fini par arriver dans la petite cuisine.

Le père de Jun était entrain de faire de la cuisson fort délicieuse a en croire l'odeur, Se tournant vers elle, il dit doucement ;

-Jun a du quitter subitement se matin, un problème a la pension.

Il lui sourit doucement et lui tendit un assiette pleine. Deux œufs avec petite patates et petit fruits. Elle mangea doucement. Au moment ou elle quitta la cuisine, le père de Jun l' interpela pour lui donner un sac brun. Un délicieux filet s'en dégageait. Il lui sourit et il partit a son tour a laissant seule. Sans prendre le temps de regarder dans le sac, elle le fourra dans son fourre-tout et quitta doucement la maison. Flânant dans les rue de la tour, elle y découvrit pleines de choses aussi bizarres unes des autres. Quand la cloche sonna midi, elle se décida enfin de quitter le Sanctuaire du vent pour retourner a la civilisation. Arrivant a l'entre, elle remarqua une jeune femme assise sur un banc. Elle S'avança vers et et dit doucement :

-Pardonner moi, se pourrait-il que vous attendez quelqu'un?

La jeune femme était d'une beauté incroyable et Willow se demanda pendant quelques seconde si elle ne rêvait pas debout.

_________________
Tout ce que je dois faire, c'est de rester fidele a ma Doctrine...
Tout simplement suivre son coeur, c'est ce que cela signifie.

Lame___________________Cinda_____________Knight
Lv 40___________________Lv 41_______________Lv25
avatar
Willow Einlee
Informations
Nombre de messages : 207

Fiche de personnage
Points: 71
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] :. Au revoir

Message par Invité le Mar 29 Sep 2009 - 8:55

[HRP :Bon, au départ j'étais partis pour m'avouer doublé... mais l'idée d'avoir gratté pendant une heure... Non, d'avoir gratté tout court, pour des prunes m'a foutu trop les boules, donc petite rectification de la fin de mon post écrit dans la nuit et rep. Allez hop, un sujet à 3 fait jamais de mal, ça peut être fun.]

- Alors c'est ça, le sanctuaire du vent ?

Reito était en admiration devant le gigantesque ensemble qui se dressait devant lui, encore à quelques kilomètres de marche, et qui semblait s'amuser à gratter le ciel de son sommet. Le jeune Kanzaki avait l'impression d'être regardé de haut par une petite montage. Quelque part, cette sensation avait un petit quelque chose d'irritant, à croire que le sanctuaire se montrait arrogant par sa taille, mais il était si splendide et imposait qu'il était difficile de ne pas être admiratif devant un tel travail architectural. A la droite de Reito, Kaimetsu grogna son approbation.

Les Rhinocrone n'étaient pas réputés pour leur intelligence et leur présence d'esprit, mais Reito était assez fier de celles qu'il avait peu à peu inculqué à son compagnon au fil des ans. Le pokemon n'était certes pas encore une lumière, mais il comprennait assez bien son maître et ses émotions. Reito était décidément heureux de l'avoir à ses côtés, sans compter, en bonus, la capacité du pokemon à porter l'intégralité de ses affaires (comprennant, entre autres, une armure complète d'un poids approximatif de 30Kg) sans même sourciller. Pour les longs voyages, il était décidément le compagnon idéal. Reito tapota affectueusement la tête de son compagnon à quattre pattes (tête aussi dure que de la pierre, à ne pas tapoter n'importe comment), tout en reprenant sa marche à travers la plaine, laissant derrière lui le ressac de la mer.

Lorsqu'il était arrivé au Port de Comodo, quelques jours plus tôt, après être parti de la Cité d'Arkan, il avait prévu de prendre un bâteau passant par l'Ouest, pour arriver en Nalcia par le Nord-Est, non loin du temple bien connu de l'Air Boréal. Mais une peu avant qu'il n'embarque, il avait surpris une discussion fort animé entre une jeune demoiselle, visiblement riche mais ayant l'air un peu perdue, et un homme en armure de plates au visage caché par un casque. Apparemment, l'homme était un mercenaire, et il refusait l'offre de la jeune femme qui cherchait une escorte pour se rendre à la Tour du Vent. L'offre de la femme était généreuse, largement au-dessus des honoraires standards en vogue chez les mercenaires conventionnels, mais l'homme refusait vertement de prendre la mer, et prétendait prendre pour clients les gens qui arrivaient en Mizuhan et se rendaient dans les terres.

Reito n'avait donc pas pu s'empêcher d'intervenir, prenant place à côté de la demoiselle et s'exprimant d'une voix calme et posée :

- Puisque Monseigneur Mercenaire ne daigne pas prendre la mer, respectons son choix. Si vous le voulez bien, moi, Reito de la famille Kanzaki, je vous accompagnerai jusqu'à votre destination.

C'est ainsi que Reito passa non pas par l'est, mais par l'Ouest. Il avait bien entendu refusé net toute véléïté de rémunération de la demoiselle, prétextant faire cela par plaisir et non par appat du gain. Ce qui, au fond, était tristement vrai. Ce voyage lui faisait faire un détours, sa destination se situant non loin d'Alfen, qui se trouvait quelque peu à l'Est de Nalcia, mais après tout, il n'était pas vraiment pressé par le temps, et voyager ne lui faisait pas de mal.

Ainsi, une fois sa compagne de voyage arrivée à destination, il se trouva un petit commerçant louant des Lokhlass pour finir sa propre traversée, arrivant finalement sur la côte du Golf Nalcien. A quelques poignées d'heures de marche du sanctuaire du Vent. Sitôt sur la terre ferme, Reito avait libéré Kaimetsu de sa pokeball, le pokemon n'aimant guère être enfermé et pleinement satisfait par le bien maigre prix à payer pour rester à l'air libre (porter les affaires de Reito).

Il leur fallu tout de même près d'une demi-journée de marche forcée pour arriver aux portes du sanctuaire, et les cloches du sanctuaire sonnaient déjà midi lorqu'ils furent accueillis à l'intérieur de la presque-ville qui formait sa base. Certes, Kaimetsu et Reito ne pourraient pas monter dans les "étages", mais ils pouvaient au moins se reposer pour la nuit. Le jeune Kanzaki fut surpris qu'on ne lui demande pas de faire retourner Kaimetsu dans sa pokeball, mais un regard "objectif" vers son pokemon lui fit comprendre : chargé comme il était, le Rhinocorne avait du passer aux yeux des prêtres-gardiens de l'entrée pour un pokemon de charge. C'était quelque peu insultant, mais si cela permettait au compagnon de Reito de rester libre, le jeune noble n'allait pas les démentir...

Reito flânait dans les rues calmes et peu fréquentées, Kaimetsu juste sur sa droite s'efforçant de ne pas faire trop de bruit en marchant. C'était peine perdue compte tenu de sa masse et du bordel attaché sur son dos, mais la tentative était louable, ce qui fit sourire Reito. Le jeune homme s'arrêta soudain lorsque ses yeux d'acier se posèrent sur une jeune femme, à quelques dizaines de mètre de lui, qui semblait rêvasser, à côté du rebord d'une fenêtre sur laquelle elle avait posé une cape. La jeune femme devait avoir à peu près le même âge que lui, et était d'une grande beauté, mais quelque chose en elle fit hausser un sourcil intrigué à Reito. Etait-ce sa longue chevelure rouge, ou bien l'air mi-hautain, mi-froid qu'elle arborait ? Il n'aurait su le dire.

Il eut cependant une bonne raison d'aborder la surprenante demoiselle lorsqu'elle s'éloigna, oubliant sur le rebord de la fenêtre la cape qu'elle y avait posé. Reito alla donc chercher le vêtement, qui l'intrigua à son tour lorsqu'il l'étendi devant lui. Ce qu'il avait pris, de loin, pour une cape de voyage était en fait une bure, de conception simple. Pourtant, pour ce qu'il en avait vu, la jeune femme à la crinière rouge et à la tenue de cuir n'avait pas vraiment l'air d'être du genre à porter une bure... Bah, après tout, cela ne le regardait pas vraiment. L'important était de la lui remettre.

Ainsi, il reprit la rue par laquelle la jeune femme était partie, et la trouva non loin, assise cette fois sur un banc. Kaimetsu sur ses talons, Reito s'approcha tranquillement de la demoiselle, mais il fut doublé de peu par une deuxième jeune femme qui aborda sa "proie" avec un air poli et plus ou moins réservé. Pas une connaissance, apparemment, vu son attitude. Reito décida d'y aller quand même, après tout il n'était pas là pour les agresser mais pour rendre service n'est-ce pas ?

Intimant d'un regard à Kaimetsu de rester un peu en retrait, le jeune homme aborda les deux femmes d'un pas tranquille, se raclant la gorge et disant d'une voix calme et polie.

- Bien le bonjour, mesdemoiselles, veuillez m'excuser pour cette intrusion soudaine mais... Ma Dame - il se tourna vers celle aux cheveux rouges -, j'ai peur que vous n'ayez oublié ceci plus avant... Est-ce bien à vous ?
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] :. Au revoir

Message par Invité le Ven 2 Oct 2009 - 22:16

[Trèès joliis RP <3 Bravissimo !
J'aime pas la couleur du truc à musique *fuis*]





    Elayan était complètement perdue dans ses pensées, telle une grosse paumée de la vie, telle une grosse cinglée dans son monde, assise sur un banc. Mais si ce n'était pas une grosse paumée, c'était effectivement une grosse cinglée perdue dans son monde. Et elle n'en avait rien à foutre. Mais quand deux personnes se mirent à converger vers elle, sa méfiance ressortit, et elle les observa, mine de rien.
    La fille semblait avoir à peu près son âge, assez grande, habillée avec gout, les yeux clairs, de longs cheveux blonds lui barraient le dos. Elle marchait avec assurance, et un sourire sympathique planait sur ses lèvres. Elle ne semblait pas méchante pour un sou, voir innocente. Près d'elle se trouvait un Héricendre, surement son pokémon, assez petit et visiblement calme.
    Le garçon, lui aussi, semblait avoir son âge. Il était assez grand, l'attitude grave, les cheveux gris et des yeux clairs comme la glace, Habillé sobrement et à l'allure guerrière. Un rinocorne le suivait, chargé d'un barda pas possible, dont une imposante armure. *Un guerrier* Elle eut un fin sourire lorsqu'elle vit qu'il portait sa bure dans les mains. Elle faillit même en rire. Il venait lui rendre, visiblement ! Bah, tant pis. Elle lui proposerait et sinon, ben, la garderait...Ça ferait un souvenir ! La jeune fille l'aborda en premier, sympathique.

    "-Pardonnez moi, se pourrait-il que vous attendez quelqu'un?"

    Elayan la regarda droit dans les yeux, et répondit d'une voie douce et posée, sympathique aussi. Elle était en pleine forme et très calme...Tant mieux pour la jeune fille en face d'elle, et pour le jeune homme qui arrivait.

    "Eh bien non, je n'attendais personne, je laissais mon esprit vagabonder... Qui es tu ? "

    Le garçon arriva alors, poliment, calmement et respectueusement, et demanda alors à Willow et Elayan :

    "- Bien le bonjour, mesdemoiselles, veuillez m'excuser pour cette intrusion soudaine mais... Ma Dame, j'ai peur que vous n'ayez oublié ceci plus avant... Est-ce bien à vous ?"

    Elayan rit et répondit d'une voie claire et enjouée, mais pourtant douce et contenue, avec un soupçon de malice.

    "Eh bien oui, mais je n'aurais plus l'occasion de l'utiliser. Si vous la voulez, je vous en fait cadeau, si elle vous encombre, eh bien je la reprends ! Et à qui ais-je l'honneur ?"

    Un sourire s'était dessiné sur son visage fin et buriné, là où il n'avait que rarement l'occasion d'apparaître. Il illuminait son visage comme un lampadaire, et faisait devenir doux ce qui était froid et hautain. Mais elle n'arrivait à enlever de son esprit une certaine méfiance, qui lui avait bien des fois sauvé la vie. On ne sait jamais ce qui se cache sous le masque d'une personne, quelle qu'elle soit. Elle se leva et s'étira, sans gène, comme si elle était seule et bailla à s'en décrocher la mâchoire. Elle regarda autour d'elle, et vit que plusieurs personnes se pressaient dans les rares auberges qui bordaient les rues bondées de la ville. Dès le premier étage de la tour, on n'entendait plus aucun bruit grâce aux vents finement dirigés par les maîtres, mais le 'rez-de-chaussée' était plein d'étalages en tout genres. Des centaines de personnes se pressaient et le son montait à un volume insoutenable.
    Sa voie douce couvrit néanmoins assez le tumulte grandissant pour se faire entendre des deux personnes présentes.

    "Je vous propose de sortir manger un bout avant de continuer cette conversation, il y a vraiment trop de monde, c'est trop...Bruyant... Au fait, je m'appelle Elayan. Ravie de vous connaître..."

    Elle jeta un coup d'œil devant elle et commença à fendre très habilement la foule. Ayant grandit dans une grande ville, elle en avait l'habitude, et se déplaçait à une vitesse très appréciable. Elle ne regardait pas si ses compagnons, enfin les deux rencontres, plutôt, suivaient. Elle vérifierait plus tard, lorsqu'elle en aurait plus l'occasion. Elle passa devant les gardes qui la laissèrent passer sans problème. Devant la porte, la foule se clairsemait énormément, et elle regarda derrière elle. La fille et le garçon la suivaient, ayant réussi à ne pas la perdre. Ce moment d'inattention, par contre, lui fit bousculer un homme à la forte carrure qui arrivait en sens inverse. Elle rebondit, c'est le cas de le dire, dans la forte bedaine de l'homme, et recula de quelques pas. Elle allait s'excuser, quand l'homme tenta de lui en retourner une. Elle grogna et évita le coup en se déplaçant légèrement sur la droite. Ledit homme, emporté par son élan, glissa sur le sol légèrement humide et faillit tomber. Il se rétablit à la dernière seconde et chercha des yeux la gamine qui l'avait bousculé. Elle avait disparu.
    Elayan, quelques mètres derrière le gros bonhomme, fit un signe à Willow et Kanzaki, et sortit en sifflotant. Elle était de plus en plus heureuse, ce qui caractérisait sa phase après la 'méditation' : la joie de vivre. D'ici quelques heures, elle pouvait devenir insupportable, tellement elle bougerait partout, un sourire aux lèvres. Elle parcourut quelques mètres dans la plaine et siffla. Le sifflement, porté par le vent balayant les alentours, se répercuta loin dans la plaine. N'ayant aucune raison de se cacher, elle s'en fichait. Et puis, ce bruit pouvait passer comme celui d'un roucoul sauvage aux oreilles d'un non averti.
    Elayan s'assit sur le sol où l'herbe était mi haute. Ils n'étaient, ici, plus en vue de la cité, à part des hauteurs, mais quelques bosquets et de l'herbe à foison les cachaient quand même. Après quelques secondes d'attente, une ombre bicolore sauta d'un fourré, un gros sac entre les dents, et se rua près de sa maîtresse. Elle posa le sac près d'elle et s'assit, grave mais heureuse de la retrouver. Elayan désigna le sol près d'elle et enjoignit les deux personnes à s'asseoir. Le soleil, haut dans le ciel, chauffait agréablement, et le vent soufflait juste assez pour que ca ne soit pas lourd...


    [Je pars du principe que vous me suivez, après, si vous êtes pas d'accord, dites le, j'édite Wink Et je peux bien sur incorporer des paroles etc..., car j'ai un peu fait ma sauce ^^"]
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] :. Au revoir

Message par Willow Einlee le Lun 5 Oct 2009 - 16:54


Toujours nerveuse, elle regarda la jeune femme devant elle qui semblait perdu dans ces penser, elle croisa les doigts pour ne pas la déranger, Cinda lui se frottait contre ces jambes comme un chat.

"Eh bien non, je n'attendais personne, je laissais mon esprit vagabonder... Qui es tu ? "

Willow la regarda, contente qu'elle ne l'ai pas envoyer chez les quatre diables. Elle lui rendit a nouveau son sourire avant de dire :

- Je m'appelle Willow, et comment sire de recherche une compagnon ou une pour redescendre la tour et j'ai penser a toi? Parce que descendre toutes les marches seule, se ne serait pas très amusant.

Elle lui sourit doucement espèrent ne pas la déranger, elle espérait également ne pas faire un boulet. Elle détestait déranger le gens quand ils étaient occupé ou non, elle se sentait mal et avait toujours l'impression de briser quelques chose de magnifique. Willow sursauta quand elle entendit :

"- Bien le bonjour, mesdemoiselles, veuillez m'excuser pour cette intrusion soudaine mais... Ma Dame, j'ai peur que vous n'ayez oublié ceci plus avant... Est-ce bien à vous ?"

Elle ne l'avait pas entendu approcher, peut-être pris occuper a ruminer pour elle. Pourtant en le regardant et en regardant son rinocorne charger comme dix, elle s'en voulu. Était-elle bête ou tout simplement vraiment lunatique. Elle le dévisagea un peu avant de regarder la bure qu'il tenait dans ces main, elle allait répondre quand elle remarqua que se n'était pas a elle qui parlait mais a la jeune femme assit devant elle. Elle se mordit la langue pour ne pas parler et se sentit vraiment tarte. La jeune femme rit doucement avant de répondit d'une voie claire et enjouée, mais avec un soupçon de malice :

"Eh bien oui, mais je n'aurais plus l'occasion de l'utiliser. Si vous la voulez, je vous en fait cadeau, si elle vous encombre, eh bien je la reprends ! Et à qui ais-je l'honneur ?"

Un doux sourire se dessina sur son visage fin et buriné, il illumina son visage comme un lampadaire, et son visage devient doux a comparer a tantôt. Willow sourit a son tour, heureuse de la voir sourire. C'était étrange, parce que elle ne la connaissait pas, mais elle avait toujours été ainsi. Elle n'aimait pas voir les gens triste. Elle se leva et s'étira, sans gène et Willow recula pour lui laisser de la place, elle ne voulait pas la déranger plus. La jeune femme regarda autour d'elle, et Willow suivit son regarda pour se perdre dans les peu personnes se pressaient dans les rares petites auberges qui bordaient les rues bondées de la tour. Willow n'avait pas vraiment fait le tour de toute la tour, mais elle regretta un peu d'être venu ici, c'était tellement bruyant qu'elle ne se sentait pas a sa place. Elle prit Cinda et le flatta un peu pour se détendre, se dernier reniflait l'air comme un démon qui cherchait quelque chose de spécial. Trop occupée a flatter Cinda, elle sursauta a nouveau quand elle entendit la voix flutée de la femme :

"Je vous propose de sortir manger un bout avant de continuer cette conversation, il y a vraiment trop de monde, c'est trop...Bruyant... Au fait, je m'appelle Elayan. Ravie de vous connaître..."

Willow lui sourit immédiatement a cette réponse et dit a son tour :

-Oui, allons manger un peu et quittons cette endroit trop bruyant a mon gout.

Elle sourit doucement pour ne pas brusquer et regarda autour de elle a nouveau, elle espérait revoir Jun a nouveau pour lui dire au revoir. Mais elle ne le vit nul part et une ombra passa sur son visage claire qu'elle repoussa immédiatement. Elle déposa Cinda au sol qui commençait a être lourd et regarda la jeune femme a nouveau. Elle les quitta pour fendre la foule, Willow la suivit sans trop de difficulté, il y avait de moins en moins de gens vers la sortit et elle en fut fort contente, elle avait vraiment hâte de quitte la tour maintenant. Au moment ou elle arriva a la sortit, la femme qu'elle suivait heurta un homme a la ''forte'' carrure. Visible, il aimait beaucoup la nourriture. La jeune inconnue allait s'excuse quand l'homme voulu la frapper, l'inconnue évita sans problème et se fondit dans la foule pour s'échapper de l'homme au mauvais caractère. Willow sentit de la colère l'envahir, de quel droit cette homme allait la frapper. Soupirant, elle passa a coté de lui et remarqua que l'autre leurs fessait signe. Elle lui sourit et la suivit jusqu'à la plaine. Cette dernière marchait en sifflotant, et Willow sourit doucement en regardant le paysage qui s'offrait a elle, non plutôt a eux. Son sifflement, se répercuta dans toute la plaine et donnait l'impression que s'était celui d'un Roucoul. Cinda sur les talon, elle S'avança pour aller rejoindre la femme. Cette dernière s'assit au sol et leur fit signe de s'assit près deux. Willow s'assit a sa droite, et sortit Lame de sa pokéball. Ce dernier s'étira doucement et comme Willow le pensait Cinda lui sauta dessus et une autre battait commençait entre ces deux la. Plus amical cette fois-ci mais quand même plein de défi. Elle leur jeta un dernier regarda avant de dire :

-Plutôt magnifique ce paysage?

_________________
Tout ce que je dois faire, c'est de rester fidele a ma Doctrine...
Tout simplement suivre son coeur, c'est ce que cela signifie.

Lame___________________Cinda_____________Knight
Lv 40___________________Lv 41_______________Lv25
avatar
Willow Einlee
Informations
Nombre de messages : 207

Fiche de personnage
Points: 71
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] :. Au revoir

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum