[ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Invité le Mer 4 Nov 2009 - 14:43

« Qui est le propriétaire d’une bête comme celle-ci ? »

Elle s’attendait à féliciter quelqu’un pour une aussi belle créature, mais personne se ne présenta. Tournant la tête cherchant quelqu’un qu’elle n’avait pas encore vu, ses recherches furent vaines. Elle essuya son font en sueur, et maintint la bête en position sur la table. Lui apportant quelques caresses dans le but de l’apaiser, elle dut appuyer fermement sur les blessures qui ne cessaient de vouloir se rouvrir. Le Voltali, bien que mal en point, allait s’en sortir, et elle en était persuadé.

Toutefois, quelque chose troublait la jeune femme. Plusieurs fois, elle avait vu le renard électrique s’agiter, et ce depuis une date fixe, comme si une présence le gênait. Tentant de l’apaiser, elle chercha à trouver qu’est ce qui pouvait bien gêner une grâce comme celle ci. Elle se plaça de sorte de cacher la vue de chacun des humains présents. Et ceci sans flagrant succès. Elle émit l’hypothèse qu’un typhlosion pouvait impressionner bien plus qu’un humai, et elle répéta l’opération pour ces derniers. Non contente des résultats de ses expériences, elle entreprit de renouveler le test. C’est alors que la bête s’agita. Le voltali se leva sur la table maladroitement, et Sil eue bien du mal a le retenir.

« Non, ne bouge pas, je t’en prie, ça va se rouvrir, et tu risque de mourir ! reste allongé ! »

Mais rien n’y fit, bien évidement. Malgré les supplications de la femme, le pokémon était déterminé, et ce n’était pas la force des bras de cette dernière qui allait pouvoir le retenir. Sil ne préféra donc pas tenter de le repousser par la force, sachant la lutte perdue d’avance, et ayant peur de le blesser. Se relevant, la bête tituba vers…le Gardevoir d’Ishizu ! En effet, ce dernier en retrait, avait échappé aux recherches de la fille. Sil retint un cri quant la plaie du flanc droit du Voltali vomit une gerbe de liquide de vie. Elle d’empressa de plaquer sa main contre le ventre de la créature, l’enlaçant, stoppant ainsi l’hémorragie. Le flux de sang faiblissait, mais ne s’arrêtait pas. Tout en serrant, elle accompagna la bête jusqu'à la Gardevoir, ce qui ne faisait que quelques mètres, mètres qui lui parurent une éternité ! Arrivé en face de la fausse humaine, le Voltali passa quelques mots à cette dernière, que Sil ne comprit pas.

« Eral, » murmura t’elle, « qu’a t’il dit ? »

La réponse ne vint pas, ou si elle vint, l’humaine ne l’entendit pas, car Sil dut ménager de l’énergie supplémentaire, voyant son patient tomber a la renverse, manquant de s’écraser par terre. Maintenant debout sur la table, l’infirmière improvisée replaça le renard sur la table, qui présentement avait cessé de s’agiter, sans doute à bout de force. Tout en bandant les plaies qui s’était réouvertes, elle émit l’hypothèse que ce pokémon était devenu fou, ou tout du moins avait trop souffert pour s’en sortir, car le corps d’un Voltali aussi salement amoché, si fort soit il, ne s’en tirait pas si facilement. Elle avait déjà vu des humains se sortir de blessures de ce type, mais pas des pokémons. Se penchant au dessus de son blessé, elle lui murmura des paroles réconfortantes.

« Tout va bien aller, mon joli. Comment t’est tu retrouvé dans cette état ? Quelqu’un t’aurai attaqué ? N’a tu pas des amis ? Mon pauvre, tu dois te reposer maintenant . »

Eloignant la foule de la main, pour laisser respirer la créature miraculée, elle demanda néanmoins a Ishizu de rester.

« Ishizu, connais tu cette bête ? » murmura t’elle a l’oreille de son nouveau compagnon de voyage.
« On ne trouve pas de Voltali aussi imposant dans la nature. Il a forcément un maître. De plus, il semblait s’intéresser à ton Gardevoir, et d’après Eral, il a quelque chose a lui cacher. »
Elle éleva la voix un fois que les autres furent assez loin, ne pensant plus à la présence du Voltali.
« Tu le connais non ? Dis moi tout, c’est important ! Sinon, pourquoi m’aurai tu demandé de le soigner, on trouve beaucoup d’autres pokémons mal en point dans la foret. Pourquoi se donner tant de mal pour une bête inconnue? N’omet rien ! »

Visiblement énervé que le guerrier ne lui ai pas tout dit, elle lui montra par un ton qui se savait persuasif que c’était une urgence et qu’une réponse clair était attendue.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Ishizu Yggdrasil le Jeu 5 Nov 2009 - 18:44

[Hrp : Désolé du retard, j'étais dans une mauvaise passe, mais j'ai trouvé le remède, et sa carbure *-*]

*Je ne dirais rien ! Ton passé est assez trouble et froid pour je ne vienne changer le futur ! Sache juste que mon maître est comme toi ! Un animal sommeil en lui, aussi ardent que son pays !*

Le Voltali n'avait pas besoin de lui parler directement, elle avait déjà lu dans ses pensées quand Ishizu l'avait ramené. Son rayon s'étendait sur une centaine de mètres, elle pouvait épier les esprits des gens sans se faire repérer. A moins qu'il n'y ais un maître de l'esprit ou un autre pokemon psychique, elle avait un libre arbitre total et pouvait connaitre de multiple secret et savoir si les gens mentait. Elle n'avertit pas Ishizu, il n'avait pas le besoin de savoir.
Ninj, car elle avait aussi découvert son identité, lui avait certes parlé en langage pokémon, ce dont les autres pokémons pouvais comprendre, mais elle lui avait répondu mentalement, par simple télépathie, donc sa réponse lui avait était adressé à lui seulement, privé comme qui dirait. Ce qu'elle n'avait pas apprécier par contre, c'est le ton qu'avait pris la jeune fille, qu'elle surveillait en plus de Yûn, envers son dresseur, pour qui se prenait-elle. Par pur instinct de protection, et il est connu qu'une Gardevoir donnerai sa vie pour son possesseur, elle s'interposa entre le garçon et Sil.


"Ne t'avise jamais de faire quoi que ce soit qui pourrait lui porter atteinte, je lui suis dévoué corps et âme et je n'hésiterait pas à verser le sang comme il l'a fait ce soir !"

Cette fois, tout le monde, même les humains, purent comprendre ses paroles et entendre sa voix cristalline telle l'aquamarine, pierre précieuse très recherché pour sa beauté et sa couleur douce. Ce à quoi elle ne s'entendait pas, c'est qu'Ishizu attrapa le bras de cette dernière pour la tirer sur son coté droit.

"Yume Mugen, je veux bien que tu me protèges, mais il y à quelque limites à ta dévotion. Je sais que tu n'est pas jalouses, tu ne supportes pas que quelqu'un me parle sur un ton provocant et cela je peux le comprendre. Mais je pense être assez grand pour gérer cela, donc si cela ne te dérange pas j'aimerais bien répondre moi-même ! Reste à la place qui est la tienne, celle d'un pokémon ! Et tu sais que je préfère les pokémons aux humains car eux ont de vrais valeurs et de réelles raisons pour se battre et s'entretuer comparé à nous qui obéissons aux caprices de gens un peu trop exigeant."

*Euh ! Hum ! Oui... désolé !*

"Je dois par contre avouer qu'elle à raison. Il n'y à pas besoin d'élever le ton pour demander quelque chose, et tant que tu n'auras pas calmer ton coeur tu n'auras aucune réponse. De toute manière je n'en ais aucune à te donner, je ne connais pas cette créature, et même si ma Gardevoir pourrait savoir à qui il appartient elle ne dirait rien car je respecte son silence. Si cet créature ne veut rien révéler il faut respecter son choix."

Il ne dirait rien de plus. Il pouvait passer pour quelqu'un d'irrespectueux, de gonflés ou de beau parleurs, il s'en fichait bien. Son monde, à lui, appartenait maintenant au monde des soldats et des guerriers, un monde rude et semé d'embuche et de pièges. Un monde de meurtre, d'assassinat, de sang et d'autre chose horrible. mais tuer n'était plus un problème. Autrefois il aurait vomi pour avoir fait couler le sang d'un autre, aujourd'hui il restait placide quand le liquide vital venait tacher sa peau. Sa couleur vermeille ne lui rappelait seulement que si ce n'était pas le sien c'était parce qu'il avait dut le faire pour ne pas mourir à son tour. La vie était ainsi faite, c'était en quelque sorte la loi du plus fort, mais en quoi ?

Le garçon se retourna à son sac. Son monde était la guerre, la bataille et la négociation des traités, son espace était violent et sanglant, il n'était pas pour les âmes faibles. Il ne sait toujours pas à ce jour si c'est ce qu'il veut ou non, mais il semble avoir trouver sa place dans ce monde. Peut-être lui faudrait-il plus, monter encore plus haut dans la hiérarchie, il ne savait pas, mais peu importait.
Il sortit le plastron de son paquet, le posa sur son torse et laça les lanières de cuir qui le faisait tenir avec sa comparse apposé sur le dos. Il en sortit les les brassières, les gants, les enfila avec une certaine assurance, comme s'il avait toujours eu cette armure. Il enfila sa cotte de maille en écaille de dragon, écaille semblable au diamant. Ond it que seul le froid ou la même matière pouvait traverser ce genre de protection, était-ce vrai ?
Il enfila les guêtres, un second plastron, la targe sur le bras, le bouclier incorporé sur son bras gauche, celui qui soutient l'arc. Il attacha la ceinture, les sacoches, tout cela aurait put être lourd et un tel armement aurait put prendre des heures à revêtir. En vérité quand on savait comme enfiler et attacher toute les petites choses ensembles, cela prenait un temps restreint, quelques minutes. L'homme sortit son arc pliant, un véritable monstre pour ainsi dire au vu de la taille de la chose. Il n'oublia pas l'épée longue qu'il ranga dans son dos avec l'arme de tir à précision et un carquoi de fléches tel des lames acérés. Ce n'était pas ce que l'on pouvait appellé des fléches, cela était plutôt une multitude de longue lame de rasoir.
Tout était un ensemble parfait qui se voulait être effrayant et symbolique du pays de Flamen. Quand Ishizu eu fini il se dirigea vers Sil, Yûn et Ikuto et lança d'une voix posé mais assez forte pour qu'elle soit entendue tel celle d'un soldat. Ils e la jouait peut-être un peu trop.


"Il est temps que le bateau reparte ! Nous passerons la nuit sur le pont ! Enfin si vous arrivez à dormir ! Toi le Voltali, va ou tu voudras, mais si tu veux nous suivre c'est ton choix."

_________________
— Je ne m'investis que pour conduire le monde actuel à sa perte !
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Invité le Dim 8 Nov 2009 - 17:39

C’était la seconde fois. Seconde fois que ce Ishizu la remballait comme de rien. Bien sur qu’elle n’envisagerais jamais de conflit ouvert avec le guerrier, mais elle avait vraiment du mal a communiquer avec le Flamen. Son penchant vers le chaos ressortait encore plus qu’a son habitude, en présence de quelqu’un d’aussi loyal et forgé que le combattant du feu ici présent. Mais Sil savait pertinemment ce qui l’attendait en restant en compagnie d’un soldat. Elle abhorrait la guerre, en partie pour le sang déversé, mais surtout pour l’état d’esprit dans lequel les soldats sont formés. Ce sont des machines, qui n’ont de respect pour personne autre que leurs supérieurs et leur honneur, avide de pouvoir et de gloire, qui tue et viole des villages entiers pour le bon plaisir de leur dirigeant, ou le leur ! Elle avait déjà vu les crimes guerriers, blanchis par des lois dérisoires qui ne sont respectés par personne, mais qui accorde des droits intolérables a ceux qui sont sensés les respecter. Voilà a quoi ressemble le guerrier.

"Ne t'avise jamais de faire quoi que ce soit qui pourrait lui porter atteinte, je lui suis dévoué corps et âme et je n'hésiterait pas à verser le sang comme il l'a fait ce soir !"

Malgré cette état d’esprit, Sil ne s’emporta pas plus, et s’apaisa, intimidé par le Gardevoir, bien qu’elle ne veuille pas l’admettre. Son esprit toujours embrouillé, elle se demandait toujours ce qui pouvait inciter Ishizu, un soldat, a vouloir sauver une bête comme celle-ci. La situation était des plus bizarres, et la pauvre fille ne parvenait pas a s’expliquer ce phénomène. Elle se ravisa en se disant que ce n’était qu’une impression, mais toujours, au fond d’elle, elle se sentait mené en bateau, et se tenait prêt a percevoir la moindre anormalité.

"Je dois par contre avouer qu'elle à raison. Il n'y à pas besoin d'élever le ton pour demander quelque chose, et tant que tu n'auras pas calmer ton cœur tu n'auras aucune réponse. De toute manière je n'en ais aucune à te donner, je ne connais pas cette créature, et même si ma Gardevoir pourrait savoir à qui il appartient elle ne dirait rien car je respecte son silence. Si cet créature ne veut rien révéler il faut respecter son choix."

Ce qui voulait dire que l’homme savait qui était cette créature ! Il y avait effectivement quelque chose d’anormal… Mais elle savait qu’elle ne pourrait jamais lui tirer les vers du nez… Pas a lui en tout cas. Elle abandonna son enquête, la réservant pour plus tard, quand d’autres indices viendrons, elle se pencha une dernière fois sur le Voltali mourrant, l’examinant, puis lança a Ishizu :

« Bon, si ce que tu juge juste est de garder le secret pour toi, qu’a cela ne tienne, ça n’est pas nécessaire pour le moment. Je me demandais juste ce que tu voulais en faire ? Le laisser se faire dévorer ici, ou l’emmener avec nous ? Si on le prend, je pourrais le soigner sur un plus long terme, et cela aura moins d’impact sur sa perte de constitution due a son rétablissement. Mais je doute qu’il ai l’occasion de nous répondre. Comme tu est le seul à le connaître, c’est à toi de décider. On l’emmène ou non ? Si oui, je peux t’aider a le porter et l’installer dans le vaisseau. Et tu a raison, on est tous un peu sur les nerfs, allons nous coucher. Bonne nuit !»

Elle s’élança vers le bâtiment, et fit un signe à Ishizu de la main, lui indiquant qu’il en faisait ce qu’il voulait. Caressant Eral de la main, elle entama une discussion passionnante sur les courants marins avec son compagnon, histoire de se fatiguer un peu avant de dormir. En partant, elle souhaita une bonne nuit au reste de la troupe, et jeta un regard intrigué a l’autre guerrier flamand, pouvant être interprété comme « Est ce que tu viens aussi », sans pour autant poser la question directement, sachant que Ishizu gérait les entrées et sorties dans le groupe de voyageurs.

Le sommeil fut ensuite sa meilleur issue.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Ninj le Dim 15 Nov 2009 - 2:11

[Finalement je fais un post histoire d'avancer quand même ^^]

La Gardevoir n’avait rien dit, heureusement… Ninj n’osait plus bouger une patte, grimaçant sous la douleur que lui infligeait son propre corps. La femme qui s’occupait de lui essayait de le réconforter tout en le soignant : néanmoins elle n’était pas aussi confiante qu’elle cherchait à le montrer, elle s’inquiétait de son état et surtout se demandait comment le renard s’était retrouvé aussi amoché. L’homme qui semblait s’appeler Ishizu ne voulut rien dire, les deux humains se disputèrent un instant puis l’infirmière improvisée prit congé du reste du groupe.

L’homme qui lui avait sauvé la vie semblait lui laisser le choix : venir avec eux ou rester ici… quel choix, comme si le pokemon avait une quelconque chance de survivre plus d’un jour dans cette forêt dans l’état où il se trouvait… à la rigueur si Celebi lui sauvait la vie, et encore : d’après ce qu’avait comprit Ninj, le petit pokemon fée souhaitait que l’humain suive ce groupe de voyageurs en tant que simple pokemon. Le Voltali tendit une patte en direction du bateau avant que la douleur ne lui rappel l’état dans lequel il se trouvait : ne pouvait pas bouger plus, il ferma simplement les yeux, sentant que quelqu’un le soulevait pour l’emmener sur le transport. Puis ce fut le trou noir, la douleur eut raison du pauvre pokemon qui sombra dans un sommeil profond… malheureusement ce ne fut pas un sommeil que l’on pourrait qualifier de réparateur : il rêvait de ses pokemons… il les voyait seuls, fuyant la mort qui les poursuivait… il ne pouvait rien faire pour les aider, le dresseur ne pouvait qu’assister au massacre de ses amis, totalement impuissant. Il revit même les scènes de la mort de sa Posipi et de celle de son amie d’enfance : tant de choses qui le tourmentaient qui lui revenaient en mémoire en ce moment de faiblesse, tellement que Ninj aurait presque préféré mourir dans cette forêt plutôt que de vivre ces quelques heures d’horreur.

Le Voltali ouvrit les yeux d’un coup, haletant comme s’il venait de s’arrêter de courir. Son corps était couvert de sueur, il avait horriblement chaud… le sang qui coulait encore avait dépassé les bandages de Sil par endroits, laissant quelques traces sur le drap blanc où le Voltali avait été installé pour la nuit : Ninj chercha un instant à se rendormir, mais ses mauvais rêves revinrent immédiatement, le réveillant à nouveau. Las d’être torturé autant physiquement que mentalement, le Voltali se releva lentement, faisant bien attention à ne pas aggraver son cas plus qu’il ne l’était déjà, puis se dirigea vers ce qu’il pouvait apercevoir comme étant la porte de l’endroit où il se trouvait : il la poussa d’une de ses pattes, lâchant une grimace de douleur sans un bruit, puis sortit sur le pont du bateau : il faisait encore nuit, il avait du dormir une heure ou deux tout au plus… il fit encore quelques pas, sentant l’air du large sur son corps blessé, puis se laissa tomber sur le coté en regardant le ciel étoilé qui s’offrait à lui : au moins il avait un peu moins chaud… il espérait juste qu’il n’allait pas faire trébucher quelqu’un en restant ainsi au milieu du chemin. Ninj laissa son esprit se perdre dans ces milliers de lumières qui brillaient au dessus de lui, il crut même voir passer une forme ressemblant étrangement à son Libegon dans le ciel : il le retrouverait… un jour… ils se retrouveraient tous.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Yûn le Mar 17 Nov 2009 - 19:00

La jeune fille fut très étonnée par la réaction excessive que la Gardevoir eu à l'encontre de Sil. La belle humanoïde aux oreilles d'efle devait vraiment aimer son dresseur, pour vouloir à ce point prendre sa défense... Surtout que, comme l'avait fait remarquer leur compagnon Flamenois, Ishizu savait très bien se défendre, étant un soldat, et pas des moindres, d'après ce qu'elle avait compris. Enfin, elle n'allait pas se mêler de cette histoire, ce qu'éprouvait Yume Mugen pour son dresseur ne la regardait pas, après tout.
La nuit était déjà bien avancée. C'était une de ses nuits sans lune, noire et inquiétante par l'absence de l'astre lunaire, où le ciel n'était illuminé que par les étoiles, ces petites perles blanches et scintillantes qui décoraient de façon subtile la sombre voûte céleste, elle-même se reflétant parfaitement sur la surface légèrement ridée de la mer.
Sentant la fatigue la gagner progressivement, Yûn préféra imiter la jeune fille. Elle prit le petit dragon bleu qu'était Uroko dans ses bras et, après avoir salué et souhaité une bonne nuit à Ishizu et leur nouveau compagnon Ikuto, remonta à son tour à bord du bateau. Sil était déjà en train de dormir. Enfin, c'était ce que sa respiration régulière semblait indiquer. Mais, peut-être ne faisait-elle que semblant...

Uroko se réveilla au milieu de la nuit, tiré du sommeil par l'impression que quelqu'un était absent. Se redressant, il scruta l'intérieur noir du grand dortoir du navire, attendant de s'habituer petit à petit à l'obscurité. Ce qui ne tarda pas. En effet, ayant vécu toute son enfance dans une caverne, ses petits yeux noirs s'étaient suffisament développés pour qu'il capte une source lmineuse moindre, telle que la lumière dégagée par la lune, afin de se repérer dans son environnement.
Autour de lui, tout le monde dormait. Le silence régnant n'était troublé que par les respirations et les ronflements de quelques personnes. Ne voyant rien d'anormal de là où il était, le Draby avança en faisant attention à faire le moins de bruit possible. Enfin, il trouva ce qui n'allait pas. La place où le Voltali qu'Ishizu avait ramené était vide! Reniflant l'endroit vacant, le petit dragon bleu entreprit de le retrouver. Vu son état, il ne devait pas être bien loin.
Et en effet, à peine était-il sorti qu'il le vit, allongé sur le pont de bois du navire, la tête levée pour observer la voûte céleste perlée d'étoiles. Uroko s'approcha, mais le Voltali ne l'entendit pas, trop absorbé par ses pensées, certainement. Les bandages autour de son corps était légèrement foncés aux endroits où le sang avait continué de s'écouler. Il crut voir une larme prendre forme, au bord des yeux sombres et profonds du pokémon électrique. Le petit dragon s'adressa alors à lui dans le langage que seuls les pokémon pouvaient comprendre. Ne se rendant compte de sa présence qu'à ce moment-là, le Voltali sursauta.

"Je ne veux pas te dire ce que tu dois faire, vu que je suis beaucoup plus jeune que toi. Mais, il n'empêche que tu n'aurais pas dû te lever comme ça. Tes blessures ne sont pas encore guéries, imagine qu'elles se réouvrent! Enfin, après, c'est à toi de voir..."

Le renard électrique ne répondit pas. Un silence asez gênant s'installa. Du moins était-ce le point de vue du dragon. Ne le supportant pas plus longtemps, il tenta à nouveau d'engager la conversation.

"Tu es triste...? Moi aussi, je le suis, tu sais. Je suis triste, parce que je ne sais pas si je reviendrai un jour chez moi, et si je reverrai ma mère... Mais, si je n'étais pas partie avec Yûn, je pense que je n'aurai jamais pu réaliser mon rêve."

Il s'interrompit un instant, avant de reprendre:

"Et toi, il y a quelqu'un qui te manque?"
avatar
Yûn
Informations
Nombre de messages : 1461

Fiche de personnage
Points: 135
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Ninj le Jeu 26 Nov 2009 - 8:37

Le petit dragon fit sursauter Ninj, l’humain-Voltali ne s’attendant pas à être déjà rejoint par qui que ce soit : il mit un moment à répondre, comme si son cerveau mettait plus de temps à assimiler tout ce que le petit pokemon venait de lui dire. Ce devait être la fatigue, ainsi que ses blessures… enfin bref, c’était un tout… Le renard jaune se tourna sur le dos, les pattes en l’air pour mieux regarder le ciel sans faire d’effort puis répondit à son interlocuteur :

« Oui, elle me manque… ils me manquent tous… »

Le petit ne comprendrait sans doute pas de qui le Voltali parlait : déjà parce qu’il ne les connaissait pas, et ensuite parce qu’il ne s’imaginait pas que le pokemon en face de lui était simplement un humain transformé. Ninj fit une petite grimace, sentant une de ses blessures encore douloureuses de son dos frotter sur le bois dure du pont du bateau : le pokemon se retourna à nouveau sur le ventre, croisant ses pattes avant pour déposer sa tête dessus. Il reprit ensuite, ne sachant même pas pourquoi il parlait avec ce Draby qui venait de le rejoindre : il avait besoin de discuter sans doute, même s’il avait la forme d’un pokemon il restait encore un humain dans sa tête… du moins pour le moment.

« C’est de ma faute s’ils sont partis… ou s’ils sont en danger maintenant… et je ne peux plus rien faire. J’espère qu’ils vont bien. »

Les oreilles du renard s’agitèrent soudainement, puis le pokemon se leva sur ses quatre pattes, ignorant complètement la douleur qu’il ressentait en cet instant : sur la berge… juste en dehors du bateau… il aurait juré voir passer un pokemon. Ninj fit quelques pas en direction du bord du transport, ne remarquant même pas que certaines de ses blessures recommençaient à se rouvrir sous l’effort : il aurait juré voir un pokemon le regarder, comme s’ils se connaissaient… se pouvait-il qu’un de ses pokemons l’ait retrouvé ? Non… c’était impossible. Ils étaient tous partis dans des directions opposées, à part son Libegon aucun n’avait put atteindre cette forêt aussi rapidement. Pourtant… l’espoir revenait, Ninj sentait qu’il n’était pas seul. Il les retrouverait… ce n’était qu’une question de temps et d’efforts. Mais pour le moment, il devait déjà survivre à cette nuit… la fièvre commençait à revenir, il avait de nouveau chaud… une de ses jambes flancha, le pokemon trébuchant à nouveau pour s’étaler par terre : son sang coulait à présent sur le bois… à cette vitesse, il ne passerait pas la nuit.

« Je dois retourner… me reposer… »

L’autre avait essayé de le prévenir, mais il n’avait rien écouté évidemment. En même temps, cette petite sortie lui avait fait du bien, même s’il s’était reblessé. Le Voltali se traina tant bien que mal jusqu’à l’endroit qui leur servait de dortoir, laissant le petit Draby ouvrir la porte pour lui. L’adulte lui sourit, le remerciant de lui avoir permit de parler un peu puis retourna s’allonger sur le tas de tissus qui lui servait de lit : il se laissa tomber dessus, poussant un petit couinement de douleur lorsque ses plaies rouvertes rencontrèrent le tissu, puis ne bougea plus, cherchant à retrouver le sommeil…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?
avatar
Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Ishizu Yggdrasil le Jeu 3 Déc 2009 - 15:43

La nuit serait belle et tranquille. Personne ne viendrait déranger le groupe ni les personnes sur le bateau. Le moyen de navigation était repartit, larguant les amarres. Bientôt il se trouvait à une bonne distance des lieux où ils étaient il y a peu, la vitesse fournie par le vent soufflant dans la voile les y aider. Le courant leur était favorable, ils seraient bientôt à Flamen. Ishizu serait bientôt de retour au pays. Il était toujours en armure et ne la quitterai pas de si tôt.
La nuit sombre était drôlement calme et reposante. Le silence n'était pas stressant ni même oppressant. Le doux tintement des vagues frappant contre la coque et le bois qui faisait son bruit charismatique de frottement donnait en quelque sorte une impression de sécurité. Il n'y avait pas de grands vent effroyable sou de mauvais remous qui insinuait qu'une créature marine leur tournait autour. Non ! Tout était calme et rien ne laissait présager que quelque chose de mal risquait d'arriver.

Le Flamenois se mit à fixer les étoiles, le dos collé à la paroi de la cabine. Le ciel illuminé par toutes ses petites lucioles de la galaxie. La voie lactée et les nébuleuses semblaient plus vivaces cette nuit. Leurs tendres scintillement laisser à penser qu'elles étaient toutes sur le point de s'éteindre, tel les flammes d'une bougie représentant la vie d'un être vivant pouvant être soufflé en un instant. Oui ! Ce soir était des plus calmes et des plus reposant.
Ils arriveraient certainement bientôt à destination, bientôt ! Pour l'instant il lui fallait dormir, personne ni rien ne dérangerait leur avancé sur les flots. Il pouvait donc s'offrir un instant pour dormir. Tombant dans un profond sommeil réparateur. Il avait effectué des choses horribles ce soir, mais il avait dû le faire, car il n'en avait pas vraiment eu le choix. Ah ! Qu'il était bon de tomber dans une douce torpeur qui vous enivre tel le vin lors de fêtes bien arrosées ou de doux encenses venant faire chatouiller vos narines de par leurs odeurs. Oui ! Dormir serait réparateur pour tous. Chacun avait besoin de repos et personne ne pouvait vivre sans dormir.

Leurs périples ne tarderait pas à se finir et bientôt il fut donné aux garçons, aux filles et au Voltali le choix de poursuivre leurs routes ou non. En l'occurrence, ce n'est pas ici que l'on en apprendra plus sur leurs avancées. Il faudra tourner une autre page de leurs histoires pour comprendre ce qui va arriver à notre petit groupe de personnages. Allaient-ils donc se séparaient ou rester ensemble ? Tant de questions qui ne trouveront des réponses qu'après une bonne nuit de sommeil.


[Topic terminé]

_________________
— Je ne m'investis que pour conduire le monde actuel à sa perte !
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Escale près de la côte [Sil/Yûn + libre ?]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum