Tsubaki Mitsuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tsubaki Mitsuki

Message par Tsubaki Mitsuki le Dim 6 Déc 2009 - 16:29

VOUS
Pseudo : Minuw, Kaj', Ru-chan, ça devrait suffire !
Âge : 15 ans.
Loisirs : RP !!! *w* Sinon, discussion sur MSN, jeux... tout ce que j'ai mis sur mes autres fiches
Autres (si vous voulez donner d'autres indications...) : Quatrième compte (et dernier normalement).
Comment avez-vous connu le forum ? Quatrième compte
Quelle est la couleur du chat ? Ok by Nina


VOTRE PERSONNAGE
Prénom : Tsubaki
Nom (optionnel) : Mitsuki
Sexe : Fille
Âge : 17 ans
Pays : Mizuhan
Job de base : Guerrière
Biographie, histoire du personnage (15 lignes PLEINES minimum) : La vie de Tsubaki est comme un parchemin… Un parchemin que l’on a noirci à la flamme d’une bougie, rendant les écritures à l’encre noir invisible, illisible… Il y a des zones d’ombres de son passé, dont elle ne se souvient pas, qu’elle a enterré et d’autres, qui l’ont marqué à vie, qu’elle ne parvient pas à supprimer… Des souvenirs parfois semblables, et parfois différents… Des choses qu’elle ne peut s’expliquer… Comme ce petit médaillon de jade qu’elle porte toujours autour du cou, et auquel elle attache une énorme importance. Pourtant, impossible pour elle de se souvenir de la personne qui lui a offert… Sa mère lui disait que c’était parce qu’elle était trop petite pour s’en souvenir… La demoiselle reste aujourd’hui convaincue que non… Non, elle a quelques souvenirs, parfois inconscient, des bribes de sons et d’images qui lui reviennent en mémoire. Ainsi que des impressions… Surtout que ce petit joyau est un bijou renfermant un pouvoir beaucoup plus complexe que ce que l’on peut imaginer.

On peut penser que ces trous, ces oublies, ces années mises sous silence son dû à une maladie, un dysfonctionnement dans le cerveau de la Mizuhanienne. Pourtant, c’est plutôt la violence de son père qui l’a poussé à tout oublier, à tenter de tout effacer… Une violence dont elle garde des souvenirs permanents. Comme cette large estafilade qui lui traverse l’épaule gauche, jusqu’au début de l’omoplate. Une blessure qu’elle a reçue lors de ses entraînements. Une idée de son père, pour rendre son corps plus fort, plus endurant à la douleur et aux coups mais qui, au bout de plusieurs mois, n’a fait que l’affaiblir considérablement, rendant au contraire, sa constitution encore plus vulnérable qu’elle ne l’était avant. Le désir d’un homme, le désir d’avoir un fils fort et endurant, et pas cette fillette peureuse et incapable d’encaisser plus de trois coups avait poussé le père à forger le corps de sa fille comme il avait pu, souhaitant la rendre masculine, ou au moins, en faire une tueuse expérimentée. Mais impossible, la petite n’arrivait même pas à l’atteindre, il la repoussait à chaque fois… La dernière image de l’enfance qui resta gravée dans la mémoire de Tsubaki, fut le sourire sombre de son géniteur, lorsque la lame s’enfonça lentement dans sa chair, créant un sillon sanglant, qui deviendrait une ligne blanchâtre et pâle… Ensuite, ce fut le noir…

Pendant plusieurs années, elle vécut dans le noir, reposant comme elle pouvait son corps mal nourri, faisant malgré elle des efforts pour augmenter sa masse musculaire, en vain. Elle voulait plaire à son père, parvenir à gagner son attention, son affection… Quoiqu’elle fasse, elle ne recevait que des regards méprisants, ou des coups. Une existence qui la plongea dans la solitude la plus complète. Elle ne parlait plus, elle n’avait plus personne à qui parler. Sa mère avait disparu… Plus personne pour l’aimer, pour lui parler, elle était gardée là comme un animal en cage, qui se démène pour convaincre ses geôliers de ne pas l’abattre la prochaine fois qu’ils viendront la voir. Elle voulait sortir de cette sphère de ténèbres et de noirceur, elle voulait de nouveau être sous la lumière. Là, elle devenait muette… Muette, aveugle, sourde, plongée dans une pièce noire, dont elle ne sortait plus… Comment avait-elle fait pour survivre jusque là ? Grâce à la volonté sûrement… Il n’y avait que ça… Le désir d’être remarqué et reconnu ne la quittait pas, et elle luttait pour ça. Une lutte qui finit par la faire triompher. Un beau jour, elle retourna dans la lumière…

Pour n’en être que plus rejetée… Lorsqu’un jour, son père la sortit d’une cave en la tirant par le bras, elle était dans un piteux état. Et surtout, elle avait mal. Ses yeux la brûlaient sous la forte intensité de lumière. Son corps était agressé par le changement de température. Elle chancelait sur ses jambes, pour la première fois, elle sentait du bois sous ses pieds. Combien d’années avait-elle passé là-dedans ? Une ? Cinq ? Dix ? Elle ne savait pas… Elle était maigre, elle n’avait presque aucune forme, aucun muscle… Elle était maladive et chétive. Mais pourtant, elle était là, inspirant et expirant un air qui lui brûlait les poumons. Lorsqu’elle rouvrit un œil, et qu’elle put apercevoir quelque chose, elle vit une ombre penchée sur le sol, qui visiblement, traçait quelque chose. Mais avec la forte lumière, elle ne put discerner que ça. Refermant les yeux, elle ne dit rien, et écouta simplement.

"Ca fait combien de temps qu’elle est là-dedans ?"
"Dix ans… Je n’arrivais à rien de bon avec elle…"
"Alors pourquoi la sortir maintenant, pourquoi l’avoir maintenu en vie aussi longtemps ?"
"Mes autres fils sont tous morts à l’entraînement, mine de rien, c’est la seule à avoir tenu le coup jusque là. Mon instinct m’a pas trompé lorsque j’me suis dis qu’elle me serait sûrement utile plus tard… Au pire pour un mariage arrangé, mais vu que je n’ai plus de descendance… Faut bien qu’elle serve…"
"Et votre femme ? Pourquoi ne fait-elle plus d’enfants ?"
"Elle est morte en couche, avec le dernier né… Il a crevé avec elle d’ailleurs, mes domestiques n’ont rien pu faire…"
"Oh vous savez, tant qu’à faire, les domestiques sont aussi des femmes… La petite là, comment elle s’appelait… ?"
"Drenka ? C’était la plus jeune de toutes, elle, elle aurait pu survivre à la grossesse… Mais elle me repoussait toujours, alors, je l’ai mise à la porte… Et puis, je dois avouer qu’avoir des bâtards, c’est pas très bien vu…"

L’autre homme ne répondit pas, et Tsubaki se sentit raidir sous l’effroi. En quelques secondes, elle venait de comprendre qu’elle avait passé dix années de sa vie plongée dans une cave noire et froide. Comment avait-elle survécu ? Et… sa mère… L’adolescente avait eu des frères et sœurs, une mère, mais… ils avaient tous disparu… Elle n’avait… plus que son père comme membre de sa famille. Quant à la dénommée Drenka… Le nom ne lui était pas inconnu. Mais elle ne parvenait pas à se souvenir de la personne en question… Tout était flou et confus dans sa tête, et elle se demandait d’ailleurs comment elle faisait pour réfléchir. Elle savait comprendre… elle parvenait à calculer des petites choses simples… Non, il lui manquait un énorme pan de sa vie. Elle avait passé beaucoup trop d’années dans le silence et les ténèbres et beaucoup trop d’élément lui manquait… Alors, encore une fois, pour quelques minutes de plus, elle se tut, muette.

L’homme courbé au sol s’était relevé, sa paume gauche laissant couler du sang au sol. Néanmoins, il ne semblait pas blessé… Il claqua des doigts et deux Mackogneur, ainsi que deux Nidoking entrèrent dans la pièce, chacun tenant par la patte une énorme chaine de métal. Sous l’ordre de leur maître, ils placèrent la créature qu’ils tiraient au centre du pentacle. L’inconnu alla attacher au sol les quatres extrémités des chaînes et retira le sac noir qui recouvrait la tête de la bête. Celle-ci poussa un grognement furieux en découvrant la lumière du jour, sa mâchoire claquant avec fureur.

C’était une splendide louve grise. Sous sa fourrure, on pouvait voir ses muscles saillants et ses yeux flamboyants reflétés tous les combats qu’elle avait eu, toutes les victoires qu’elle avait remporté, montrant sa force et son courage. Elle se cambrait avec violence, cherchant à retirer ses liens du sol. A chaque patte, elle avait un bracelet d’acier qui l’empêchait de bouger. Si elle se jetait sur le côté gauche, les liens de droite la couperaient en plein élan. Alors elle poussait des grondements furieux, courbant son corps vers l’arrière de toutes ses forces pour se libérer et affronter ces hommes qui l’avait attaché ici. On ne pouvait pas la vaincre de manière aussi lâche ! Ces humains se pensaient supérieur à la nature, c’était inadmissible !! Mais malheureusement, elle ne pouvait rien faire. Alors qu’elle préparait une Ball’Ombre à envoyer sur la fille devant elle, elle sentit une lame s’enfoncer dans son flanc gauche. Poussant un glapissement de douleur, elle put apercevoir un Séviper qui avait sa queue empoisonnée logée dans sa chair. Elle tenta de le mordre, mais les chaînes l’en empêchait. Sortant sa fine langue fourchue de sa gueule, le serpent goutta au sang, y vérifiant la présence de la toxine qu’il lui avait injecté. Elle hérissa sa fourrure encore plus, aboyant des menaces envers son agresseur. Sifflant de manière menaçante, il lui donna un brusque coup de tête sur sa plaie, la faisant chuter au sol. Cette fois, elle gémit de douleur et ferma les yeux. Pourtant, elle essaya de se relever, haletante, diffusant par erreur le poison encore plus rapidement dans son corps. Le serpent s’enroula autour d’elle et commença à l’étreindre dans ses anneaux, pour lui couper le souffle, la faire tomber encore une fois. En quelques secondes, la magnifique Grahyena se retrouva de nouveau sur le sol, la respiration sifflante.

L’homme prit Tsubaki par le bras et la tira sans aucune douceur vers le pentacle. Elle tomba à quatres pattes au sol, ses mains s’imprégnant du sang rouge formant le cercle magique. Retournant la paume gauche de la demoiselle, l’adulte encapuchonné sortit une dague et, la plantant dans la chair, fit un long trait, le long de la ligne de vie. Elle gémit de douleur, sentant les larmes venir, mais elle ne pouvait pas se dérober au regard de la louve grise. Le Maître des Ombres posa la dague au sol et, tenant toujours le poignet de la Mizuhanienne, il l’enfonça au fond de la gorge de la bête. Cette dernière se braqua sous le coup et chercha à cracher ce corps étranger de sa mâchoire, qui l’étouffait encore plus. Alors elle commença à mordre, plantant ses crocs dans la chair de l’adolescente, essayant de lui broyer le poignet… Elle n’en eut pas le temps. Son corps eut un violent soubresaut lorsque la lame luisante s’enfonça dans sa gorge. Elle eut un hoquet, s’étouffant dans son propre sang et avec cette main dans la bouche. Pourtant, elle n’expira pas tout de suite. L’homme à l’aura si sombre posa ses mains sous la gorge de la créature, y aspirant le poison de son Séviper. Il savait ce qu’il faisait. Il avait passé beaucoup d’années à extraire l’âme par le poison. Il attira à lui l’âme et le cœur de la louve, cette dernière hoquetant de plus en plus, sous la douleur, du sang s’écoulant en grande quantité de sa gueule. Avec sa maîtrise du sang, conférée par le pouvoir de l’Eau et son attirance du poison grâce à son talent de Maître des Ombres, il guida l’esprit de la Grahyena vers Tsubaki, injectant le sang empoisonné de la bête dans la plaie ouverte de sa paume, y insufflant ainsi un deuxième être. La pauvre adolescente poussa un véritable hurlement de douleur… Et de nouveau, tout s’obscurcit.

Maintenant, maintenant… elle avait bien grandi. Aucune cicatrice n’était visible sur sa paume. Elle avait presque dix-sept ans et elle n’avait reprit le cours de ses souvenirs que lorsqu’elle eut quinze ans. Aujourd’hui, elle était complètement métamorphosée, transformée par le temps, et c’est en riant qu’elle dansait sous les lumières chaudes du bar de Loukaï. Oui, c’était là son foyer. Elle avait été trouvée par l’une des filles de joies du bar, il y a deux ans. Et cette dernière l’avait emmené ici. Elle avait découvert dans cet endroit une famille, une sorte de communion entre chaque membre du bar, entre les prostituées, les musiciens et les serveurs. Et elle, elle, elle était l’une des gardiennes de ce lieu, défendant farouchement les femmes des personnes trop collantes. Elle ne devait pas accomplir le devoir de celles qui avait veillé sur elle, elle n’en avait pas le droit. Alors, elle les surveillait, les protégeait, tout en servant des alcools à des clients. Elle avait acquis un corps de jeune femme, avait retrouvé peu à peu la joie de vivre. Si elle ne parlait que très très peu, voire presque jamais, elle n’en était pas moins expressive. Elle formait un excellent duo avec sa petite Rozbouton, une Pokémon qu’elle avait découverte un jour, dans la neige. La petite plante était plutôt active et surveillait sa jeune maîtresse, lui évitant plusieurs ennuis. Mais le bonheur de la demoiselle ne fut que de courte durée…

Un soir, l’une de ces soirées où les clients sont tellement nombreux qu’on ne sait plus où donner de la tête, elle désobéit aux ordres. Elle était tombée sur un homme d’une trentaine d’années, qui lorgnait depuis un bon moment sur ses formes. Il ne faisait qu’enchaîner commande sur commande auprès d’elle, et elle avait beaucoup de mal à s’en tirer, à cause du trop grand nombre de clients. Quand enfin, tout se calma légèrement, et qu’ils passèrent en seconde partie de soirée, la partie où toutes les femmes entraient en scène, il l’invita, elle. Il la voulait elle, et pas une autre. Plusieurs fois, elle répéta ce que Naro, la meneuse des filles lui disait de toujours dire aux clients comme lui « Il vous faudra vous adresser à la femme avec un Feunard pour ça. ». Pourtant, la jeune femme avait déjà de nombreux clients sur les bras, elle avait déjà du mal à s’en sortir et elle semblait malade. Alors, elle accepta, sous les regards désespérés de la petite plante.

Le but de Tsubaki était surtout de gagner du temps, le temps que l’une des autres femmes se libère. Elle avait un instinct… animal qui la poussait à se méfier de tous les hommes, et celui-là était un cas bien particulier. Il semblait dangereux, et elle, elle était méfiante. Elle s’était fourrée dans un guêpier et n’avait pas réfléchi aux conséquences. Surtout qu’elle se refusait à céder son corps à ce type. Elle avait foncé tête baissée dans un piège dont elle ne pouvait pas s’extraire. Pas sans raison. Même si, comme toutes les femmes ici, elle était armée, elle n’avait pas le droit de l’attaquer comme ça. Son joyau à son cou, irradiait une belle lumière verte. Au fond d’elle, la Mizuhanienne sentait son double s’éveillait lentement, cette autre âme qu’on avait implantée dans son corps commençait à s’agiter, lui ordonnant de mordre, de griffer, de tuer… Et elle ne l’écoutait pas. La présence n’était pas encore assez forte pour prendre totalement possession de son corps et de ses actes. Non, pour le moment, l’humaine dominait… Mais pour combien de temps ? La pierre de jade brillait de plus en plus fort, diffusant sa pâle lueur verte. L’œil de l’homme fut attiré par l’objet, et il s’approcha d’elle, pour la toucher. Elle se recula, et sa Rozbouton se plaça devant elle, pour la protéger de sa petite taille. Cependant, devant la posture craintive de la serveuse, et celle protectrice de la Pokémon, il eut la très nette impression de s’être fait avoir… Furieux, et ayant besoin d’assouvir ses désirs, il fit sortir un Reptincel d’une sphère qui alla s’occuper de la petite graine. Celle-ci poussa un cri en cherchant à se défendre, envoyant une Vampigraine sur son adversaire qui s’en débarrassa en quelques secondes. Ses griffes commencèrent à briller, des étincelles sortant de ses naseaux, et il leva la patte, prête à l’abattre sur le corps végétal. Poussant un cri, la jeune femme voulut arrêter le reptile mais deux mains lui saisirent les poignets pour la retenir. Elle se débattit de toutes ses forces, mais ne put qu’assister à la mort de son amie, lorsque la patte du lézard s’abattit et transperça le corps, et que des flammes vinrent la faire brûler de l’intérieur.

Tsubaki se figea en voyant le corps sans vie de sa compagne qui l’accompagnait depuis plus d’un an. Elle… c’était sa meilleure amie !!! Et cet homme, sans raison, l’avait abattu… Tout ça pour quoi ? Pour la convaincre de se faire sauter ? Ah ah !! Il croyait quoi ? Qu’en tuant sa Pokémon, elle le laisserait faire ?? Non mais il avait sérieusement des cases en moins… La respiration de la jeune femme s’accéléra subitement, alors que l’éclat du joyau perdait peu à peu de sa luminosité, devenant vert sombre. Elle ferma les yeux, alors qu’un hurlement victorieux résonnait au fond de son âme. Ses sens s’affinèrent et elle sentit les mains de l’homme qui s’approchaient de sa taille, avant même de les sentir. Sortant la dague qu’elle gardait cachée sous son haut, elle rouvrit ses yeux devenus rouges et eut un sourire mauvais. Faisant subitement volte-face, elle poussa un grondement sourd et trancha l’air de sa lame, touchant la chair de l’homme. Ce dernier poussa un hurlement de douleur, reculant d’un pas en se tenant les mains qui laissaient couler du sang au sol. La scène de la mort de sa Rozbouton défilait dans la tête… Elle revoyait toujours les mêmes actes de l’homme, l’ordre donné, le reptile qui la tuait froidement… Mais la jeune femme tenait sa vengeance. Elle ne laisserait rien passer…

L’odeur du sang, les hurlements de douleur et la peur qui émanait de l’homme excitèrent encore plus l’instinct de tueuse de la demoiselle contrôlée. D’un pas souple et bestial, elle s’approcha de lui… Et enfonça d’un geste vif la lame dans son cœur, la retirant pour le frapper dans le ventre, dans une succession de mouvement rapide et saccadée. Le sang commençait à éclabousser ses vêtements et son visage, mais l’esprit de la Mizuhanienne était au-dessus de cela, bien au-dessus. Au bout de quelques minutes, elle abandonna sa victime pour se diriger vers le Reptincel. Il paniquait, il avait clairement peur d’elle, ce qui lui arracha un sourire de satisfaction, lui donnant un air carnassier. Il voulut ouvrir la gueule pour lui envoyer un Lance-Flamme bien senti mais d’un bond, elle se retrouva face à lui. Lui saisissant la corne frontale d’une main, elle fit basculer sa tête vers l’arrière et trancha sa gorge de l’autre.

En bas, on se demandait ce qui se passait : il y avait eu des cris, et ce n’était pas normal. Toute activité avait cessé, et, si certains clients restaient, d’autres prenaient rapidement la poudre d’escampette. Il y eut alors un bruit sourd dans les escaliers, et tous les regards convergèrent vers les marches de bois. Un homme et son Pokémon furent jetés au bas des marches, Tsubaki descendant lentement les marches, le visage ensanglanté suite à son meurtre, tenant fermement sa dague d’une main, gardant le corps de sa défunte amie dans l’autre. Lorsqu’elle arriva dans la pièce, les Pokémon commencèrent à se tendre, certains la menaçant même de l’attaquer. Ils avaient tous peur de cette fille qui ressemblait plus à une démone qu’autre chose. Un seul mot quitta ses lèvres, avant qu’elle ne tombe inconsciente, suite à l’excès d’effort : Miyuu…

La vie solitaire de la jeune femme va débuter dés à présent. Elle ne peut rester dans cette auberge où elle a commis l’irréparable. Si tout le monde a promis le silence, des fuites sont possibles, et il ne faut pas qu’elle se fasse capturer. La chef de toute cette auberge l’entraîna à l’écart, lui offrant des armes pour qu’elle puisse se défendre ainsi qu’un drôle de paquet enveloppé dans un tissu marron. Un paquet qu’elle n’aurait le droit d’ouvrir que lorsqu’elle serait maîtresse de ses moyens. Elle le remercia et Tsubaki disparut la nuit même, quittant Loukaï et toute son ancienne vie, sous une Lune brillante.


Caractère (10 lignes PLEINES minimum) : Tsubaki est habituellement une jeune femme d'un tempérament doux et calme, assez effacée, complètement muette. Elle n'est pas très douée en relation humaine, à cause de son passé particulier et reste généralement en retrait. Néanmoins, une fois qu'on la connait mieux et qu'elle est considérée comme une amie, on peut découvrir une demoiselle qui essaye de vivre la vie pleinement, attentionnée et un peu plus bavarde contrairement aux autres jours. Elle surveille farouchement ses proches qu'elle protège corps et âme. Elle est extrêmement fidèle aux personnes qui lui sont chères. Elle ne cesse jamais de s'entraîner, pour se perfectionner dans sa maîtrise de soi-même et peut faire preuve d'une forte détermination à toute épreuve. Vive d'esprit, elle n'hésite pas à agir lorsqu'il faut faire quelque chose. Elle est malgré tout assez naïve et se fait souvent avoir très facilement. Il faut tout de même éviter de la mettre en colère, ou plutôt, de mettre son hôte en colère. Si Miyuu prend le contrôle de Tsubaki, vous aurez face à vous une jeune femme imprévisible, dévorée par la soif de sang et de tuerie envers les hommes, qui, si elle lutte contre ce qu'elle trouve injuste, ou l'abus de pouvoir, peut perdre son propre contrôle et s'en prendre à tout ce qui passe. Néanmoins, il est rare que le second esprit de la jeune femme prenne possession de son corps. Mis à part ça, elle a un goût prononcé pour la nuit et les fleurs, qu'elle adore tout particulièrement. Son style de combat est le corps à corps, avec des armes à petites lames (dagues, couteaux...)

Description physique (6 lignes PLEINES minimum) : Assez grande, Tsubaki est relativement frêle et d'une très faible constitution. Son corps résiste très mal aux coups. Néanmoins, sa silhouette fine lui confère une importante rapidité qu'il ne faut pas prendre à la légère. Agile, elle est très rapide et discrète. Mis à part ça, elle a de longs cheveux noirs, généralement ramené en arrière en une grande queue de cheval qui lui arrive au bas du dos. Elle a des yeux bleus clairs et un visage fin qui affiche un air souvent calme et un peu triste. Sa peau est douce et claire. Elle porte une tunique qui met sa poitrine plutôt généreuse en valeur et qui tombe sous les genoux. Le tissu est ouvert en bas du côté droit, laissant sa jambe nettement visible lorsqu'elle se déplace. Elle a une ceinture de fer enroulée autour de la taille. Elle a des morceaux de tissus enroulés autour de ses avant bras, laissant ses épaules nues. On peut ainsi voir sa cicatrice qui part du milieu de son épaule gauche et qui se finit au bas de son omoplate. Elle porte autour du cou une pierre ovale, en arc de cercle, un peu comme une fève, faite de jade. Elle cache ce médaillon sous sa tunique la majeure partie du temps. Lorsque Miyuu prend le contrôle de son corps, ses yeux deviennent rouges et ses traits sont plus bestiaux, plus durs.

Particularités : Elle partage son corps avec l'âme d'une Grahyena.
Futur envisagé : Samouraï
Premier Pokémon (optionnel) : Aucun pour le moment.
Image ou dessin (optionnel) : /
Autres (détails ne figurant pas au dessus) : /
avatar
Tsubaki Mitsuki
Informations
Nombre de messages : 93

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: Tsubaki Mitsuki

Message par Nina Wang le Dim 6 Déc 2009 - 17:55

Bah que veux-tu que je te dise ? J'aime bien ton histoire, elle me rappelle un peu Nina en vérité ^^

Amuse-toi bien avec ton quatrième perso miss - et bon courage pour tout gérer xD

_________________
Inochi wa... Tatakai.


Spoiler:

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
0 RP - 0 mission - 1 event - 0 match
avatar
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 4060

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage: 26 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum