[ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Ishizu Yggdrasil le Sam 23 Jan 2010 - 21:27


"Il n'y à plus de jours. Il n'y à plus de nuit. Nuit ! Jour ! Disparaissez ! Tout est blanc. Tout est noir. Rien n'est bon. Rien n'est mal. Couleurs ! Morale ! Disparaissez ! Tout va bien. Rien ne va plus. Les jeux sont faits ! Plus rien à partir de cet instant ne sera comme avant. Le moindre grain de sable, la moindre odeur pourras à tout moment changer nos gestes. On se trouve toujours sur Erasia, et en même temps, nous n'y sommes plus.Ô être divin. Quels sont donc vos fameux dessein pour vouloir faire subir ce genre d'épreuves à de pauvres petits êtres humains tel que nous. Qu'avons nous donc fait pour nous attirer vos foudres légendaires ? Nous suivons vos préceptes à la lettres, mais vous êtes si nombreux et différents qu'il est presque impossible pour nous de suivre vos directives. Êtres élues. Dieu. Divinité. Mythe. Légende. Créature magnifique et incroyable. Fantôme. Esprit. Qui que vous soyez, osez au moins nous donnez la raison de la venue de tant de personnes venus d'une dimension parallèle à la notre. Que cherchez-vous donc à martyrisés ses pauvres humains ? Aurait-on donc fait mal ? Avons nous fauter ! Vous ! Être supérieur, entendez ma voix ! Je vous bannis et vous maudis autant que vous êtes ! Vous nous avez certes créez, mais nous ne resterons pas vos jouet ! Soyez à jamais rayé de l'histoire et noyez-vous dans votre égoïsme."

L'homme vêtu d'une toge brune en lin brandissait un bâton d'olivier vers les nuages noires et grondant du ciel. L'humain se tenait au bord d'une falaise, et malgré son âge avancé, le vent qui soufflait à toute vitesse ne semblait pas le faire se courber ou flancher. Il semblait fier et hurlait à travers la tempête comme un dingue. Pour ceux qui ne connaissais pas ce saint, ils l'auraient certainement prit pour un vieux sénile qui ne possédait plus rien dans la caboche. Mais ce religieux possédait une parfaite santé mentale et avancée ses propos devants les dieux en personnes. En face de lui se trouvait de multiple êtres entourés de lumière chatoyantes et toute plus différentes en couleurs et en forme les unes que les autres. Il y en avait peut-être vingt, certainement plus. Leurs yeux étaient rouges, et aucun ne lui accordait un regard de sympathie. Il venait de les insulter ainsi qu'il en était arrivé à salir leurs grandeur en un instant. Tous n'avaient qu'une seule idée, le broyé, le foudroyé le brûlait ou bien l'écraser. Quand bien même peu importait la façon de tuer cet homme, il fallait qu'il périsse au plus vite. Mais voila que tout un peuple se trouve derrière lui, ayant eux aussi bravés la tempête avec leurs enfants, leurs animaux, leurs biens et leurs charriots. Tout ses êtres vivants fixés les lucioles géantes flottant au dessus des eaux. Ces dernières dans leur mécontentement faisait redoubler de puissance le vent et les éclairs, la pluie tombait drue et glaciale. Mais rien n'y faisait. Ils étaient toujours debout et ne bougerais pas. Ils avaient un but, commun à tout un chacun. Les dieux devaient arrêter leurs petites manigances, leurs jeux égoïste et devait brider leurs propre plaisir comme leurs créations le faisait si bien autrefois. Mais depuis quelques temps, des êtres arrivait de nulles part, de tout les temps, de toutes les époques. Les êtres humains ne pouvaient plus supporter de n'être que les objets d'un projet inconnu par ses êtres. C'est alors que, dans un excès de colère, les lueurs mouvantes abattirent leurs courroux, alliant leurs pouvoirs afin de détruire ses impromptus et gêneurs. Dans un dernier effort, la masse humaine sacrifia sa condition d'outil et d'objet et relâcha ses diverses et multiples capacités propres. Faisant donc opposition face aux dieux. L'énergie des pouvoirs fusionné des êtres divins se vit contrer par un mur invisible, quelque chose d'incroyable que même les divinités n'auraient jamais crus possibles. Et dans un élan de derniers espoirs, et par un grand coup du hasard, tous êtres vivants, légendaires, animal, végétal, minéral ou tout autre forme de matière se vit alors aspirer dans une spirale aux multiples couleurs. Le monde disparu alors et au terme de ce chaos naquit un œuf, un seul et unique œuf dont le blanc argenté était parcourus de douce volute dorée. L'ovale se trouvait entouré d'un vide intersidéral, le néant à l'état pur. On ne sait combien de temps cela prit à l'œuf pour éclore, peut-être des millions d'années ou quelques secondes. Dans ce Big Bang artificiel, la notion de temps n'était plus présente. Mais il fallait un début à tout, et ce commencement arriva quand la première fissure de la coquille s'ouvrit. Laissant s'échapper matière et espace-temps. Ainsi vint au monde, ou au néant serait le mot juste, le nouveau dieu, l'ensemble de toute les formes et de tout les êtres d'avant.

Cette vieille légende se raconte au pied du lit, quand l'enfant veut une histoire. Elle ne fait ni peur, ni plaisir, car ni gentil ni méchants ne fini par vaincre. Ce conte et souvent utilisé pour apprendre la différence entre le bien et le mal et qu'il n'y à pas forcément que ces deux notions existantes. De même que le bien ne triomphe pas toujours. D'ailleurs, personne n'a jamais trop connu le fin mot de l'histoire si elle était vraiment réelle. Donc les enfants s'amusent à croire que les anciens dieux n'était que des méchants vilains, et d'autre pencheraient sur la théorie que les dieux ne faisait que leurs boulots, soit : essayer de garder les humains en vie, ces derniers ne faisant que moult bêtises de la vie. Cette histoire n'est pas forcément très répandu, à vraie dire, Ishizu n'en savait rien. Tout ce qui le préoccupait en l'instant actuelle des choses était :


"Mais ou suis-je ?"

Bonne question. Il se croyait être revenu vingt à trente ans en arrière. Ce qui permettait de le savoir ? Et bien à en voir les accoutrements des personnes se baladant dans les rues pavés et "neuves" si l'on pouvait dire, soit le garçon était tombé dans un village de gens attaché aux traditions, soit il ne savait pas. Il se trouvait en plein combat face à de redoutables adversaires, d'ailleurs il allait se faire tuer quand il venait de tomber ici. Il se grattait la tête, cherchant à comprendre ce qu'il se passait. Bref ! Pas moyen de savoir ou il était. Mais à présent, un incertitude lui advenait soudainement. Ou se trouvait ses pokémons ? Ils avaient tous eu l'occasion de vaincre les pokémons adverse, ils se trouvaient donc hors de leurs pokéballs. Mais ou sont tous t-ils passé ?

_________________
— Je ne m'investis que pour conduire le monde actuel à sa perte !
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Tsubaki Mitsuki le Lun 8 Fév 2010 - 9:14

Aïe Aïe Aïe... Sa tête... Elle avait mal à la tête... Et puis d'abord, où est-ce qu'elle était ? Et Yûn et Uroko, où étaient-ils ? Qu'est-ce qui se passait ?! Elle sentit quelque chose d'humide caresser sa peau et s'infiltrer dans ses vêtements. Elle se redressa d'un seul coup, les yeux écarquillés sous la stupeur. Qu'est-ce que c'était ?! Elle se rendit alors compte qu'elle était assise dans le sable, et que la mer venait lécher le rivage paisiblement. Elle soupira, se taitant d'idiote. Pour une fille venue d'un pays aquatique, elle avait de drôle de réaction vis-à-vis de l'eau. Elle secoua la tête et se regarda. La partie droite de ses vêtements, celle qui laissait voir sa cuisse, était mouillée, lui collant au corps. Elle se mit debout et vérifia que rien ne lui manquait, et qu'elle n'était pas blessée. Visiblement, tout était en ordre...

Mais alors, qu'elle était cette histoire à dormir debout ? La veille, elle était dans la forêt enneigée, proche de Loukan, avec Yûn et Uroko qu'elle avait sauvé d'une bande de Malosse sauvages. Elle ne s'en était sortie que grâce à la triste intervention de Miyuu-San. Mais aujourd'hui, alors qu'elle avait dû somnoler contre un arbre, dans la neige, voilà qu'elle se réveillait dans le sable, sur une plage. C'était à n'y rien comprendre... Et d'ailleurs, elle ne comprenait rien...

Néanmoins, elle ne pouvait pas rester indéfiniment seule sur cette plage déserte. Il faisait bon pourtant, les gens devraient être dehors... Peut-être qu'une tempête était annoncée... Elle leva les yeux vers le ciel. Il y avait quelques nuages à l'horizon, mais rien de bien inquiétant pour le moment. Le Soleil commençait peu à peu à décroître, il devait être trois heures de l'après-midi ? Elle n'en savait rien... Tout ce qu'elle voulait, c'était sortir d'ici... Elle se dirigea vers la ville, en quête de réponse à ses questions...

Tout d'abord, comment avait-elle atterit ici, sans s'en rendre compte ?! C'était inconcevable !!! Elle qui devait veiller sur le repos de la Terrosienne qu'elle avait rencontré... Oh quelle pitoyable gardienne elle faisait... Elle se souvenait vaguement maintenant. Au fur et à mesure que la nuit passait, elle avait senti son corps devenir lourd... Elle avait eu de plus en plus de mal à respirer, à oxygéner son cerveau. Ses membres s'étaient peu à peu engourdis, elle avait perdu toutes sensations... Et elle était tombée. C'est tout ce dont elle se souvenait...

Elle arrivait enfin vers la ville. L'endroit était animé, les gens marchaient vivement, il y avait les cris des marchands et des enfants qui jouaient. Elle, elle était perdue... Où devait-elle allée ? Elle n'avait pas l'impression que les autres puissent la voir... Pourquoi ? Est-ce qu'il fallait qu'elle aille vers eux...? Mais, elle ne voulait pas ça !! Elle n'avait pas envie de se mêler à eux... Gémissant pour elle-même doucement, elle continua de marcher, alors que le Soleil commençait à se coucher.

Elle s'arrêta au détour d'une ruelle lorsqu'elle aperçut deux hommes drapés de noir, qui l'intriguèrent. Enfin, c'était surtout la violente réaction de sa double qui provoquait ça. Miyuu avait à la fois une envie folle de se jeter sur eux et de planter ses crocs dans leurs jugulaires, pour déverser le fluide vital et vermeille sur le sol... et une oppressante envie de fuir, de partir loin de ces deux personnes. Face aux pulsions instinctives de l'âme de Grahyena, Tsubaki décida d'en savoir plus... et commença à les suivre.

S'en suivi une très longue chasse à l'homme à travers une ville inconnue pour la Mizuhanienne. Visiblement, le duo avait peur d'être suivi, il ne cessait de prendre des raccourcis et des détours, tous plus longs et tortueux les uns que les autres. C'était une traque infernale pour ne pas perdre leurs traces et pour ne pas s'égarer soit-même dans la ville. La Lune commençait à apparaître peu à peu, au-dessus des toitures des maisons. Elle remarqua alors qu'ils allaient dans une direction précise, une auberge devant laquelle elle était passée trois fois au moins. Elle continua de courir et voulut aller se cacher dans l'angle, pour ne rentrer que plus tard... Mais elle se heurta violement à quelqu'un, tombant au sol sous la puissance du contrecoup. Elle secoua la tête et regarda la personne qu'elle avait heurté. Plutôt grand et bien bâti, il portait une armure flamenoise. Il avait un arc et un carquois plein de flèches, ainsi qu'une drôle d'arme qu'elle ne connaissait pas... Cependant, ce qui la frappa le plus... ce furent ses cheveux blancs et ses yeux rouges, comme les siens, parfois. Elle ne comprenait pas... ce type semblait pouvoir la voir, vu qu'il l'a fixait avec des yeux ronds. Le bruit du choc entre les deux sembla alerter les passants, qui regardèrent autour d'eux, cherchant la source de ce vacarme sans la voir...

*Il faut que nous allions vers eux, que nous voulions volontairement nous faire remarquer -ou alors, peut-être manquer de beaucoup de discrétion- pour qu'ils nous voient. Cela veut dire... que seuls les hommes les plus puissants peuvent nous sentir... Et peut-être les Pokémon Psy... Mais à ce niveau là, je n'ai pas de problème, Miyuu me cache...*

Elle secoua la tête et se redressa. Elle regarda à la fenêtre sale de l'auberge, pour observer ce qui se passait à l'intérieur. Un des hommes qu'elle suivait était assis, seul, bien qu'il y ait deux verres sur la table... Intriguée, elle se colla un peu plus à la vitre, cherchant l'autre type des yeux. Elle poussa un cri en le voyant surgir juste devant la fenêtre, alors qu'ils étaient séparés par une fine barrière de verre. Sous le choc, et de peur d'être repérée, elle prit la main de ce garçon qui ne semblait pas d'ici et l'entraîna avec elle, dans une ruelle sombre, quelques mètres plus loin. Elle se plaqua contre le mur et attendit, le coeur battant, qu'il retourne s'installer avec son acolyte. Une fois qu'il eut disparu, elle poussa un long soupir de soulagement, son coeur cognant avec fureur dans sa poitrine tant elle avait eu peur.

Elle regarda le jeune homme aux cheveux blancs qu'elle avait entraîné avec elle. Pourquoi avait-elle fait ça ? Sûrement par peur qu'il la fasse repéré... Ils venaient tous les deux de la même époque, autrement dit, pas d'ici, pas de cet endroit au Temps tordu. Or, elle pensait que si l'un des deux se faisait entendre, et que l'autre était à côté, ils seraient tous les deux vus. Et elle ne voulait pas ça... Un chasseur ne se fait pas voir de sa proie... Pas dans ce genre de chasse là en tout cas...

Elle haletait, le souffle court, toujours perturbée par l'acte de l'homme en noir, dans le bâtiment. Mais ce qui l'inquiétait le plus, c'était les grondements paniqués de Miyuu. Elle avait visiblement très peur et ne savait pas quoi faire ? Attaquer ou fuir ? Elle ne pouvait faire ni l'un, ni l'autre... Elle avait peur d'attaquer... Et son hôte humain l'empêcherait de fuir... Elle était coincée ici, avec cette autre personne.

Tsubaki reprit peu à peu conscience de ce qui se passait autour d'elle. Toujours plaquée contre le mur de pierre froide, elle se risqua à jeter un coup d'oeil dans la rue. Les passants avaient fini par ne plus prêter attention à ce vacarme de tout à l'heure, bien que certaines personnes soient encore tendues. Dans l'auberge, il n'y avait rien à signaler. Elle soupira de soulagement, commençant à se détendre. Elle regarda alors le Flamenois, face à elle et eut un sourire gêné, avant de s'incliner profondément, demandant pardon au guerrier de l'avoir entraîné ici. Elle ne savait pas quoi faire, et resta songeuse, dans la ruelle, attendant que quelque chose se passe, pour pouvoir agir correctement par la suite.

_________________
avatar
Tsubaki Mitsuki
Informations
Nombre de messages : 93

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Ishizu Yggdrasil le Dim 21 Fév 2010 - 15:07

Ishizu - "Qui es-tu ?"

Dit-il d'un ton posé et calme, histoire de ne pas l'effrayer. Non mais c'est vrai ? C'était quoi ce bins ? Voilà qu'il était arrivé dans un lieu qui lui était purement inconnu et qu'une jeune fille lui sautait littéralement dessus. Il ne se savait pas si attirants au point qu'elles en perdent la tête. Enfin, non, il pensait plutôt que cette jeune fille ne l'avait pas vu, d'ailleurs, personne n'avait semblé tourner la tête vers lui, comme s'il avait était invisible ou que cela n'intéressait rien n'y personne. Bon ! Et quoi encore à présent ? Voila que la même adolescente l'entrainait dans une ruelle, ce n’était pas vraiment le moment de penser à ça. Il avait d'autre chat à fouetter dans son cas, il venait de remarquer que ses Pokémons et ses pokéballs n'étaient pas sur lui. En temps normal, ils étaient tous hors de leurs ball et était en train de se battre face à des personnes peu recommandable, d'ailleurs, le jeune homme tenait toujours son arc et son carquois rempli de flèches peu communes, plutôt une multitude de longue lame effilé, c'est donc qu'avant d'arriver ici par simple hasard, il se battait. Sa tenue de voyage était recouverte de poussière rouge, signe qu'il avait bien effectué une roulade sur le coté afin d'éviter l'assassin.

Voix ricaneuse - "Niark niark niark ! Te revoilà !"

Au fond de la ruelle, la lueur du soleil n'éclairait que la forme noire et animale d'un être humanoïde. Les seuls choses qui était visibles de son corps était certainement l'iris de ses yeux sous forme de croix, d'un jaune lumineux passant à un rouge plus sanglant, avec les formes de son visages quelques peu fou à lier. Son sourire carnassier semblait assoiffé de sang et de chair et ses cheveux ainsi que sa tenue laissait à penser qu'il venait d'échapper d'aune asile de fou. Son haut était complètement déchiré de toutes parts et contrastait plutôt bien avec l'animalité du personnage. La créature sembla s'approcher d'un pas sautillant, comme pour avoir l'air d'un petit diablotin, mais cela tapait déjà sur les nerfs du garçon qui était pourtant un être capable de garder son calme en toute circonstance. L'individu approcha donc lentement et arriva à hauteur des deux êtres humains en tendant ses mains, mais quelque chose l'arrêta dans sa course. Une longue lame pointait vers sa gorge, soutenue par une main assuré et ferme.

Spoiler:

Ishizu - "Tu veux quoi toi aussi ?"

Voix légèrement étouffé et affolé - "Kshh ! Kshh ! C'est moi ! Kshh ! Ton Hasamu ! Kshh ! Tu me connais ! Je suis pas bien méchant !"

Ishizu - "Je ferais aussi bien de te trancher la gorge pour oser insulter mon Pokémon en te faisant passer pour lui !"

Hasamu - "Attend ! Kshh ! Tu dois bien te rappeler que je t'ai porté sur mon dos de Flamen jusqu'à Mizuhan lors de la guerre ! Tu ne peux pas avoir oublié ! Kshh !"

Ishizu resta de marbre, scrutant le sois disant Pokémon humain. Il le détailla une dernière fois, remarquant son air déconfit face au projectile. Ses yeux étaient aussi spéciaux que le Pokémon en lui-même, et le corps aurait pu coller avec le vrai Pokémon, mais un Scorvol qui se transforme en humain ? C'était du jamais vu à ce jour. Bon, il se rappelait vaguement avoir fait le rêve d'être un Pyroli, alors pourquoi pas un Pokémon en humain ? C'était assez peu probables, mais mêmes son arrivés ici était peu probables. Bon, que pouvait-il faire ? Il ne pouvait décemment pas le croire, de même, il ne pouvait pas le tuer dans le cas ou la probabilité qu'il soit vraiment sa monture soit vraie. La seule solution qu'il pouvait adopter était certainement de l'emmener avec lui.

Ishizu - "Tu restes à mes cotés, tu me colles comme mon ombre et tout se passera bien pour toi. Si tu est mon Pokémon cela devrait t'être familier car c'est ce que tu fais toujours."

Apparemment, cela ne semblait nullement déranger la créature. Tant mieux dans un sens alors. Bon ! Ce problème était réglé. Enfin, presque, le garçon avait mis la main dans une des six bourses attaché à sa ceinture et avait sorti une chainette d'argent dont il se servi pour mettre en laisse le Pokémon se disant humain, lui entourant le cou comme un toutou, c'était un peu comme pour être sur de ne pas le perdre. Il tenait la chainette dans sa main gauche, elle était assez longue pour laisser une totale liberté de mouvement à Hasamu, si c'était bien lui, mais était aussi assez courte pour qu'Ishizu puisse le rattraper sans trop se fouler.

Ishizu - "Bon ! Je reprends ! Que me veux-tu pour m'avoir entrainé avec toi ici ? Et pourquoi moi ? Ah ! Et si il te dérange, n'hésite pas à le frapper !"

Le second adolescent aux cheveux sombre regarda son dresseur avec un regard légèrement interloqué. Il ne méritait pas ça, enfin, il croyait ne pas le mérité. Bon ! Peut-être un peu. Un tout petit peu. En fait, il n'aurait, pas du jouer l'idiot. Et de toute façon, il n'avait plus de peau voilé afin de pouvoir voler.
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Tsubaki Mitsuki le Dim 28 Fév 2010 - 9:37

Eh bah... Elle avait fichu la pagaille lorsqu'elle avait percuté le jeune homme... Mais là, avec l'apparition de ce type louche, et le garçon qui commençait à se servir de son arme, ça devenait carrément n'importe quoi ! Elle soupira et continua de fixer l'auberge, l'air triste et en même temps perdue. Ce type en noir qui lui avait fait peur, dans le bâtiment... Pour un peu, elle aurait cru qu'il avait senti sa présence, ce qui n'était pas possible... Et pourtant, voilà qu'elle en doutait.. Il n'aurait pas fait ça sinon... Alors qu'est-ce qui se passait dans cet endroit louche ? Surtout qu'elle n'avait pas le souvenir d'y être allée au moins une fois... Alors qu'est-ce qu'elle foutait là ?! Et pourquoi celle qui partageait son corps paniquait autant..? Cela n'avait plus aucune logique... Plus aucune du tout...

Elle remarqua tout de même que l'autre adolescent lui parlait. Elle détourna enfin son regard de la bâtisse en bois pour planter ses prunelles d'azur dans celles rubis de l'autre. Il lui posait des questions... Rah, ça ne l'arrangeait pas le moins du monde ça... Elle ne savait pas parler !! Enfin, si... Mais ça faisait des années qu'elle n'avait pas prononcé un mot à haute voix... Des années, oui... Même dans le bar où elle était hébergée, elle ne communiquait pas. Ses gestes, son regard, et sa Rozbouton lui permettait de se faire comprendre et de communiquer avec les autres. Là, elle était toute seule ? Hm, non, elle avait toujours Miyuu-san avec elle... En poussant un profond soupir, elle ferma les yeux, se concentrant...


*Miyuu-san ? Miyuu-san ? Tu m'entends...?*
*Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?! Oui, j't'entends, gourdasse, j'te rappelle qu'ont est dans le même corps !*
*Calme toi... Je... Il faudrait qu'on puisse parler aux deux autres garçons...*
*J'peux savoir pourquoi ?*
*Tu as vu où on est ? Il est dans la même situation que nous... Il faut qu'on puisse lui parler, si on veut avancer ?*
*Tu préfères pas qu'on se débrouille pour retourner d'où on vient ?*
*Nous ne sommes pas ici sans raison... Il y a forcément quelque chose à découvrir... Et seules, nous n'avancerons pas... Surtout si tu passes ton temps à fuir comme ça...*
*JE NE FUIS PAS !!! Arrête de mentir !!*

La réaction un peu puérile de la louve confirma les craintes de la Mizuhanienne. : quelque chose ici ne lui plaisait pas, lui faisait horriblement peur... Et tout portait à croire qu'il s'agissait de l'homme drapé de noir. Mais ça, elle n'en était pas encore sûre... Elle devait finir de persuader sa compagne de parler au jeune homme. D'échanger leurs rôles, pour pouvoir communiquer librement.


*Ecoute, avec eux, on sera en sécurité ! Et...*
*En sécurité ?! Mais ouvre les yeux bon sang !! On est dans le passé, le passé !! T'étais même pas née toi !! Ou alors, tu devais être un nourrisson de quelques jours où semaines... C'est l'été, tu as dû naître en hiver. Tu devais voir à peine le jour, comment veux-tu comprendre quoi que ce soit ?!*

*C'est quelque chose qui te concerne, et je veux savoir ce que c'est... Peut-être pourrons-nous y changer enfin quelque chose !! Peut-être qu'on pourra résoudre ce problème !! Peut-être que tu pourras ainsi retourner à la vie !!*

Le dernier argument fut visiblement le bon. Dans un soupir excédé, Tsubaki sentit sa compagne prendre les commandes. Elle remarqua avec stupeur cependant, que la Grahyena ne s'imposait, prenant juste le minimum, et partageait juste sa voix. Bien entendu, avec son sarcasme et sa mauvaise humeur naturelle. Mais elle se retirerait dès qu'elle en aurait l'occasion. C'est l'impression qu'elle donnait... Elle rouvrit les yeux, ses iris devenues rouges suite au changement de contrôle. Elle ouvrit la bouche et une voix grave, un peu rocailleuse, sortit de sa gorge. Une voix qui ne collait pas trop avec le corps de la jeune femme d'ailleurs.


"Je suis Tsubaki Mitsuki, guerrière de Mizuhan en vadrouille. Tu peux aussi m'appeler Miyuu. Si je t'ai entraîné ici c'est parce que l'autre co... l'autre ombre du type en noir, dans l'auberge, semble pouvoir nous voir... Et je ne l'apprécie pas le moins du monde, je voudrais lui régler son compte une bonne fois pour toute ! Pourquoi toi ? Tout connement parce que tu es coincé dans la même période temporelle que moi. Je peux t'affirmer que là, t'es dans le passé, et que tu devrais même pas être né à ce moment là... Bref... Tant qu'à faire, puisqu'on est deux à être dans cette merde, pourquoi pas s'entraider ? On doit tous les deux retourner d'où on vient, et pour ça, individuellement, on arrivera pas à grand chose. Alors, tu comptes m'aider ? Y'a sûrement un truc à découvrir ici.. Une fois cela fait, j'pense qu'on pourra réintégrer nos vrais mondes."


Elle souffla un peu. Toutes ses paroles avaient été dictées par Tsubaki, et plusieurs fois, Miyuu avait failli faire une faute. Néanmoins, elle avait mis en place un fin stratagème. Selon comment le guerrier l'appelait, il s'adresserait soit à l'humaine, soit à la Pokémon. Même s'il ne savait pas qu'elles étaient deux pour un même corps, s'il variait le prénom, la question serait plus ou moins destinée à l'une ou l'autre. La demoiselle admira la finesse de son hôte, qui grogna un peu, tendue. Finalement, elle s'avança vers la ruelle et se retourna.


"Alors tu viens ? Si c'est le cas, tu es prié de te présenter. Et ne pose aucune question sur no... moi !"


Encore une deuxième erreur qui avait failli être commise : avouer qu'elles étaient deux. Enfin, c'était passé, et la louve s'était rattrapée. Elle posa ses yeux rouges sur l'humain enchaîné au guerrier Flamenois, qui semblait blessé. Finalement, elle lâcha d'un ton sarcastique.


"Tu seras prié de ne plus lever la main sur ton Pokémon devant moi. Il sent le Scorvol à plein nez, tu peux pas te planter. Il se passe des trucs louches ici... Ca m'étonne un peu qu'il soit en humain, mais passons... Dis-moi... Es-tu blessé ?"

Elle pointa du doigt les vêtements poussiéreux et les quelques griffures superficielles de l'adolescent. Elle attendit patiemment sa réponse. Elle avait hâte de savoir s'il acceptait de la suivre ou non...

_________________
avatar
Tsubaki Mitsuki
Informations
Nombre de messages : 93

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Ishizu Yggdrasil le Sam 6 Mar 2010 - 11:03

Ishizu - "Je lève la main sur mes pokémons pour une seule raison..."

Il leva le bras et passa dans les cheveux hirsute et bleuté de sa créature sa main. Il souriait légèrement, il était content d'en avoir retrouvé au moins un. Et puis, Hasamu le connaissais, s'il avait prit ces quelques mesures c'était pou la sécurité des deux humains et de lui-même. Il ne voulait pas le perdre une autre fois et cela voulait dire les suivre partout. Non pas qu'il soit d'une nature fuyarde ou du genre à disparaitre à tout va, pas comme une certaine, son genre était celui du farceur. Il aimait beaucoup joué, ce qui plaisait à son dresseur, mais la c'était pas trop le moment et la chainette n'était pas considéré comme une laisse dont-il était prisonnier. Il fallait plutôt le voir comme le lien qui les reliait dans la même merde, et puis ce n'était qu'une chainette qu'il trainait avec lui, il ne savait pas pourquoi parce qu'elle est du genre cassante aux moindres coups ou en forçant un peu. Il avait toujours vu son père en avoir un petit ballot et ce qu'il savait, c'est qu'il l'utilisait pour faire un collier de ces trophée ou de ces plus belles petites trouvailles comme les dent ou les pierres précieuses. Son père n'était pas un orfèvre comme on pourrait le penser, juste un aventurier qui avait la lubie de revenir de ses expéditions avec un petit souvenir. L'adolescent croit que son plus beau trophée et la plume de l'oiseau du soleil, piqué sous le nez de l'animal à l'aide de ses pouvoirs élémentaire. Et non ! ce n'était pas un braconnier, juste un fanatique d'objet incroyable.

Ishizu - "Je n'ai rien, j'ai vécu bien pire, j'ai dansé avec la mort plus d'une fois, donc pour ça j'ai pas à avoir peur que ça s'infecte, j'ai toujours eu une constitution faible mais depuis que je suis parti à l'aventure je suis plus résistant aux maladies que quiconque. L'aventure me bonifie en quelque sorte."

Il sourit à ce qu'il venait de dire. Ce n'était pas faux, mais pas totalement vrai non plus. Auparavant, il était bien plus sensibles, et les guerres et les batailles l'avait transformé, quand il avait tué son premier homme, il avait vomi, maintenant, il ne se gênerait pas pour le faire de sang froid. Non ! Il n'était pas un meurtrier, mais le garçon ne tuait que pour une raison, protéger ceux qu'il aime et qu'il veut protéger. Personne ne pourra les atteindre tant qu'il serait là. C'était peut-être un peu extrémistes de penser ça mais il s'en fichait, il préférait donner sa vie pour une bonne cause et voir ceux qu'il aime vivre plutôt que marcher dans la désolation et le chaos sans une personne quelconque à chérir à ses cotés.

Ishizu - "Je suis partant. Je me nomme Ishizu Yggdrasil, archer d'élite de Flamen qui marchait dans la zone agricole du pays afin de revenir vers sa capitale avant de me retrouver ici. Un lieu qui m'ait familier mais que je ne saurais dire quand j'y suis allé ! Tu me dis qu'on est dans le passé ? Je veux bien te croire, après tout, j'ai vécu tant de choses que tu pourrais me dire que tu est dieu ou un pokémon que ça ne me ferait ni chaud ni froid !"

Oui ! Le garçon n'avait pas apprécié le ton autoritaire de la demoiselle. Bien qu'il soit habitué à en recevoir, il n'obéissait qu'au chef d'équipe et à toute personnes de l'armée. Sinon il fallait lui demander gentiment pour tout autre chose, comme il le faisait. Si cette Tsubaki voulait tirer quelque chose du garçon, elle devrait avoir un tant soit peu de patience. Et la dernière réplique était en fait une sorte de question, car lui même était un animal au fond de lui, il pouvait devenir une créature du feu, une créature associé aux plus grands brasier, un être mystérieux et sauvage. Mais il gardait cela pour lui, il ne voulait pas supposer trop de choses ni se mettre la demoiselle à dos. Bon ! Qu'est-ce qu'ils allaient faire maintenant ?

Ishizu - "Si tu sais ou on va, montre nous la voie ! S'il te plait"

Ajouta t-il avec une légère pique histoire de voir comment elle allait réagir. Cette fille était étrange et il comptait bien la percer à jour... ou la percer tout cours si elle était dangereuse. Il n'était pas dans l'idée de faire des galipettes non plus s'il devait percer autre choses, non pas qu'elle ne soit pas attirantes, c'est juste que la situation n'était pas propices à quelques pensées frivoles. Il la fixait donc en attendant qu'elle lui répondent, se préoccupait plus de "Mais ou sont-ils donc tous passé ?". Il y réfléchirait en la suivant, en attendant il s'assit sur une caisse en la fixant de ses yeux rouge aux reflets de rubis directement dans les siens. Il lui semblait avoir remarqué une couleur plus clair pour ceux de la demoiselles, un archer, ou même n'importe qui, doit avoir une bonne vision et remarquer les détails, et ceci était assez marquant. Cette fille cachait quelque chose, mais il préférait ne rien dire pour l'instant, il aviserais avec le temps.
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Tsubaki Mitsuki le Mer 7 Avr 2010 - 21:08

Bon, ça commençait à devenir un peu tendu dans les deux rangs. La jeune demoiselle avait senti une pointe d'agacement dans les propos de l'autre. Mais, Miyuu était une femelle Alpha avant de mourir, si elle partageait un statut équivalent avec celui qui était censé être le mâle Alpha, elle ne laissait pas les autres la dominer et ça allait de même pour Ishizu. Seule Tsubaki y échappait, mais ça, c'était une toute autre affaire. Elles partageaient le même corps, et, même si l'humaine était plus faible que la Pokémon, elle était un peu plus douée que prévue. Et la Grahyena ne pouvait pas tenir indéfiniment avec le contrôle du corps, surtout selon la situation. Qui plus est, elle n'était pas du tout habituée à sa nouvelle apparence. Elle devait donc laisser la place à la vraie propriétaire des lieux. Mais pour le moment, avec un accord de l'autre, elle pouvait garder le contrôle, et y mettait juste le nécessaire... Elle économisait ses forces, pour tenter d'en finir au plus vite.

Alors comme ça, il avait dansé avec la mort plus d'une fois ? Eh bien au moins, elles n'étaient pas les seules ! Si Tsubaki l'avait côtoyé un moment, pendant plusieurs années, Miyuu elle, avait courru dans les plaines et les forêts en sa compagnie, pour mieux abattre ses proies. Mais elle ne s'était pas attendue à un changement de camp de ce spectre, de cette allégorie. Et, si elle avait tué, la Mort lui avait infligé une peine bien pire. Elle était morte et vivante à la fois. Son corps pourrissait quelque part, sans qu'elle puisse jamais le réintégrer... Mais sa conscience et son âme, tout ce qui faisait d'elle un être vivant et pensant était coincé dans le corps d'un autre. Elle vivait par procuration...

Elle se mit à rire en l'entendant parler de sa caractéristique de Dieu ou de Pokémon. Ca ne lui ferait ni chaud ni froid ? Bah qu'importe, c'était pas pour ça qu'elle allait lui déballer son histoire et celle de l'humaine sur un plateau d'argent. Elle ne ferait ça que si nécessaire. Mais elle ne pouvait tout de même pas s'empêcher de rire un peu. Une fois calmée, elle s'expliqua, affichant un sourire à la fois heureux et narquois, limite supérieur.


"Mon histoire est bien plus terrible que ça... Mais si ça te rassure, non, je ne suis pas Dieu... Je ne me serai pas fait piéger par ce changement de temps si stupide sinon..."

Elle regarda l'auberge. La nuit allait bientôt tomber... Lorsqu'il ferait noir, elle passerait à l'attaque. Elle était d'ailleurs bien contente qu'il accepte de la suivre. Elle posa ses yeux rubis sur le Scorvol humain derrière lui, mais ne dit rien de plus, attendant patiemment que la Lune daigne pointer ses rayons sur la surface d'Erasia. Elle s'adossa au mur et réfléchit un peu, avant d'expliquer la situation au duo.

"Il y a deux types dans l'auberge qui m'intéresse. Si l'un n'est qu'un braconnier stupide qui ne devrait pas être trop dur à neutraliser, l'autre, en noir, m'inquiète déjà plus. Ses pouvoirs dépassent l'entendement, il est... bien plus effrayant que les autres. Je crois qu'il a réussi à sentir au moins ma présence ici, et peut-être la tienne aussi, qui sait ? J'ai déjà eu affaire à lui, et la première fois, j'ai échoué... Cette fois, j'espère bien lui régler son compte une bonne fois pour toute..."

*Miyuu-san, attends... Si... si nous les tuons... Ce qui nous est arrivé... N'aura pas lieu...*
*Justement, c'est ça qui m'arrange ! Je pourrai retrouver la vie et courir, me battre, tuer comme avant...*
*Je... Je conçois que ça te plaise... demo... et moi...?*
*Toi ? Bah, qu'est-ce que j'en ai à faire, sincèrement ?! Tu épouseras de force un type bon ou mauvais, ça m'importe peu ! Ou alors, tu mourras toute seule dans l'ombre et les Ténèbres de la cave où tu étais placée...*

Les propos de la louve était mauvais, extrêmement mauvais. Elle se comportait en égoïste, mais voulait recouvrer la vie, et se doutait que c'était soit elle, soit l'autre... Une lueur d'une immense tristesse passa sur le visage de la jeune femme, ses yeux prenant une très légère couleur azurée.

*Pourquoi ?... Si tu veux... que je meure... je peux aller me noyer... ou me laisser capturer... puis tuer...*
*Tu ne peux rien faire, c'est moi qui ais le contrôle... Je serai ton tortionnaire et ton boureau... Tu ne pourras rien me faire...*

Tsubaki contient un gémissement comme elle put, mais ne dit rien, résignée. Elle avait perdu, face à l'autre elle ne pouvait pas grand-chose... Même si c'était son corps... Même si c'était... sa vie toute entière, qui allait être détruite, alors que Miyuu n'était qu'une âme errante. Cependant, elle ne pouvait rien y faire...

"Les gens faibles méritent de mourir... Ils ne font qu'étouffer ceux qui peuvent survivre encore longtemps..."

C'était les propos de la bête, qui s'exprimait à haute voix. Le message était clair. L'humaine devait mourir, car elle n'avait pas sa place dans ce monde violent et âpre, sanglant.

Ils patientèrent en silence, attendant la nuit qui se faisait désirer. Peu à peu cependant, elle engloutit la ville dans l'obscurité. On pouvait cependant apercevoir quelques lueurs dans les Ténèbres, les lumières des maisons. Une fois qu'il n'y eut plus personne dans la rue, un sourire illumina étrangement le visage de l'humaine. Elle regarda Ishizu et eut un léger rire.

"J'espère que tu arrives à voir dans le noir..."


Elle s'avança vers l'auberge à pas feutrés, doucement. Avant toute chose, il fallait voir ce qu'ils faisaient. S'ils comptaient dormir à l'auberge, peut-être qu'elle pourrait s'infiltrer dans leur chambre pour les affronter ou les tuer dans leur sommeil. Quoiqu'il en soit, elle était prête à agir, ce n'était qu'une question de temps. Collée au mur, elle jeta un coup d'oeil par la fenêtre. C'était bientôt l'heure du repas, et, si certains étaient en train de manger, d'autres bavardaient tranquillement, en buvant. Elle sentit son poing se serrer... Les souvenirs commençaient à affluer et à perturber Tsubaki.

*Bordel, reste concentrée !!*

Un silence lui répondit, et Miyuu reprit son observation. Elle remarqua que le duo était en train de finir pour monter plus vite à l'étage, sûrement pour régler les derniers préparatifs... Mais dans quelle chambre ils étaient ?! Si elle ne savait pas ça, elle n'irait pas loin... Quelle gourde, elle avait oublié ça !! Elle pesta quelques secondes, se maudissant de son erreur, avant de remarquer un mouvement du coin de l'oeil. Ils étaient en train de monter... Mais bordel, jusqu'où ?! Elle aperçut alors un morceau de bois qui pendait de la clé... Elle ne repéra qu'un trois, suivi de deux autres chiffres qu'elle n'eut pas le temps d'apercevoir. Mais au moins, elle savait qu'ils étaient au troisième étage. Elle se recula pour observer le bâtiment. Ils allaient être au tout dernier étage. Elle allait devoir grimper... En tournant sur elle-même, elle repéra des maisons qui étaient plus basses et pas trop loin de l'auberge... Une occasion rêvée. Elle s'approcha des habitations et, prenant appui sur le sol, elle bondit le plus haut possible. Elle parvient à s'aggriper au toit, en se blessant quelques peu les paumes. Elle continua de courir, de toit en toit, jusqu'à atterir accroupie sur les tuiles. Elle glissa légèrement et faillit tomber du sommet de l'auberge, entraînée par sa vitesse, son poids et une partie de l'eau de pluie qui ruisselait un peu du toit. Il y avait eu une averse il y a quelques jours... Néanmoins, elle réussit à rester en haut et s'approcha de la fenêtre, prudemment. Elle devait veiller à ne pas tomber et à ne pas faire de bruit, pour ne pas alerter les hôtes. Elle se dirigea vers la fenêtre qu'elle recherchait et s'allongea sur le toit. Plaçant sa longue queue de cheval en arrière, pour éviter qu'elle ne tombe, elle pencha la tête doucement dans le vide, pour regarder par la fenêtre.

Le verre sale et le fait qu'elle est la tête à l'envers ne facilitait pas sa nouvelle vision des choses, néanmoins, elle s'en accomoda comme elle put et, s'accrochant au bord, se pencha un peu plus en avant, pour mieux voir. Elle releva la tête en se retenant de vomir. Heureusement, elle y avait échappé de peu... Bordel, pourquoi ils se lavaient ensemble et avec la porte ouverte en plus ?! Erk, quelle horreur... Ca ne la gênait pas de voir ça mais... Enfin si... Pas deux hommes qu'elle haïssait ensemble tout de même !! Quelle horreur... Cette vision faillit la faire dégringoler mais elle se retient à temps, le coeur battant et secoua la tête pour reprendre ses esprits...


Bon, au moins, ils étaient occupés... Pourquoi ne pas en profiter ? Ils étaient en position de faiblesse et ne pourraient pas riposter correctement en cas d'attaque. C'était le meilleur moment pour en finir. Fouillant dans les replis de ses habits, elle trouva une petite dague d'une lame assez longue et effilée. Juste ce qu'il lui faudrait... Qui plus est, elle n'avait pas à maquiller la scène, puisque de toute façon, elle était dans le passé, et qu'elle retournerait dans le présent tout à l'heure. Du moins, elle l'espérait...

*Miyuu-san...? Et si jamais... on mourrait dans le présent, à cause de ça, toi et moi ?*
*Tais toi ! C'est tout bonnement impossible !! Toi peut-être, mais pas moi !!*

Et la jeune femme se pencha de nouveau au-dessus de la fenêtre, pour observer. Les deux hommes s'étaient décalés. Au moins, elle ne les verrait pas et ne serait pas vue... Parfait ! Elle se laissa tomber sur le rebord de fenêtre et, brandissant son arme, s'apprêtait à faire exploser la vitre, lorsqu'elle vit un mouvement furtif dans l'ombre de la pièce. Elle se concentra pour tenter de voir de quoi il s'agissait... et poussa un cri de surprise et de peur en voyant un spectre avec deux grands yeux roses surgir juste derrière la vitre, en lui tirant la langue. Destabilisée par cette vision, Tsubaki lâcha prise et chuta vers le sol.

Elle parvient néanmoins à se rétablir correctement, se blessant un peu la cheville gauche qui craqua légèrement au moment de l'impact sur la terre ferme. Au moins, ça n'était pas trop grave... Elle se redressa et passa sa main sur ses vêtements poussièreux, se tenant droite et fière. Son orgueil venait d'en prendre un coup, sa fierté aussi. Le garçon avec son étrange Scorvol l'avait vu tomber de manière aussi risible et si elle s'était rattrapée avec grâce, elle avait tout de même crié de peur face à l'apparition. Et elle ne supportait pas l'idée que ce type ait pu la voir dans une position si désavantageuse. Miyuu était orgueilleuse et cherchait à rabaisser les hommes en montrant sa puissance et sa grandeur... Et elle venait elle-même de balayer cette illusion, avec sa chute.

Poussant un grondement sourd, elle leva ses yeux rubis vers la fenêtre. C'était la seule entrée par l'extérieur, et l'autre issue n'était que la porte de la chambre. Elle allait devoir rentrer dans l'auberge, et se faire passer pour une cliente...

*Emmène les avec nous... T'arriveras pas à jouer la comédie toute seule...*
*Tu insinues quoi par là ?! Que je me ferai griller dés le départ ?!*
*Oui... Tu es trop... brusque dans tes propos et tes gestes... On risquerait de se retrouver à la porte... Demande lui de l'aide...*

En soupirant, l'esprit animal consentit. Après tout, sa colocataire n'avait pas tellement tord... Ce qu'elle ne savait pas, c'est que l'humaine lançait ainsi, un appel au secours désespéré au Flamenois... Elle aurait besoin de son aide... Qu'il parvienne à la faire accéder de nouveau au contrôle de son corps... Mais si elle s'opposait trop à Miyuu, elle risquerait de perdre la partie...

La Mizuhanienne se tourna vers le guerrier et, poussant un soupir, finit par lui adresser la parole.

"Je vais avoir besoin de vous deux... Je ne peux pas faire ce que je dois accomplir en passant par cette fenêtre, l'Ectoplasma posté devant la fenêtre surveille cette seule entrée extérieur. Je dois donc passer par l'intérieur mais pour cela, je dois me faire passer pour une cliente... Or, j'ai pas assez d'argent pour payer une chambre, même une heure... Tu vas donc jouer la comédie... On va passer pour un couple en recherche d'intimité, deux amis voyageurs, deux personnes qui parlent affaires, c'que tu veux, je m'en fous... Du moment que je rentre, le reste m'importe peu !!"

Tsubaki nota l'ordre et le ton de la Grahyena. Elle était sèche, directe, et elle ne le laissait pas vraiment s'exprimer... En somme, elle cherchait à retrouver son rôle perdu de femelle Alpha... L'esprit humain soupira et se laissa doucement aller à ses sentiments... Puisque elle les ressentait pour la dernière fois, autant les savourer...

Le flot de tristesse et de désespoir destabilisa complètement Miyuu qui se demanda pourquoi l'autre idiote de guerrière se lamentait ainsi. C'était pourtant pas le moment !! Elle allait lui faire entendre sa vision des choses, lorsque les rôles s'échangèrent, l'humaine retrouvant le contrôle de son corps. Toutes ses émotions avaient été plus fortes que le maintient pacifique de Miyuu. La jeune femme reprenait son corps en main.

Tsubaki leva ses yeux saphirs vers Ishizu, se rendant compte qu'elle pleurait. Elle passa une main sur ses paupières, pour effacer ses larmes, mais elles ne faisaient que couler, inlassablement, toujours plus nombreuses. Comme une plaie trop grande qui laissait écouler du sang sans que l'on puisse l'arrêter, le coeur de la jeune demoiselle saignait à son tour. Des sanglots incontrôlable faisaient trembler son corps. Elle leva les yeux vers la Lune, vers cet Astre qui l'observait depuis qu'elle était petite... Et ses pleurs redoublèrent d'intensité. Elle regarda le guerrier en face d'elle, qui semblait destabilisé. Elle crut l'entendre faire un pas vers elle, ou en arrière. Elle ne savait pas, sa vision des choses était brouillée. Néanmoins, la simple idée de se retrouver seule lui oppressa le coeur, lui donnant un violent haut-le-coeur. Elle gémit de douleur et de peur. Elle ne se contrôlait plus, elle ne se maîtrisait plus... et elle ne savait pas ce qui lui arrivait.

Frissonnante, effrayée, elle finit par faire un pas vers l'avant... Avant de presque se jeter dans les bras du jeune homme. Elle s'accrocha à lui, lui arrachant presque un peu de peau avec ses ongles, tant elle le voulait avec elle. Elle avait peur d'être seule, elle avait peur de mourir, elle voulait quitter son monde gelé pour tenter de trouver un peu de chaleur. Elle aurait pu agir comme ça avec n'importe qui avec qui elle avait vaguement parlé, comme Yûn. C'était Ishizu cette fois si... Et vu son état, elle refuserait de le lâcher...

Elle se colla un peu plus contre lui, accrochée à ses vêtements, son corps contre le sien, ne cessant pas de pleurer, bien au contraire. Son coeur battait à une vitesse folle, à force de demander des choses et de faire ressentir des sentiments trop intenses. Elle était étouffée par son désespoir... Sa peur si sincère et si intacte... Elle ne jouait pas la comédie, bien au contraire. Elle aurait pu arrêter cette scène, elle l'aurait fait. Mais elle n'en était pas capable. Elle entendit Miyuu, dans un coin de sa tête, la traiter de tous les noms pour se mettre dans cet état. Cependant, la demoiselle ne l'écouta pas, et resta contre Ishizu, incapable de se calmer par ses propres moyens...

_________________
avatar
Tsubaki Mitsuki
Informations
Nombre de messages : 93

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Ishizu Yggdrasil le Jeu 29 Avr 2010 - 19:12

    "Mon histoire est bien plus terrible que ça... Mais si ça te rassure, non, je ne suis pas Dieu... Je ne me serai pas fait piéger par ce changement de temps si stupide sinon..."


Ishizu - "Oh oh !" Dit le jeune homme sur un ton légèrement moqueur.

Il l'a regardait s'insurger. Le jeune homme n'était pas méchant, juste un peu narquois sur les bords, il s'amusait en quelque sorte avec la demoiselle. Elle semblait ne pas être elle-même, cela était facilement visible, rien que le fait de parler ou de bouger n'allait pas avec le corps, mais peut-être n'était-ce qu'une sauvage qui n'avait jamais eu la décence de découvrir les femmes de la société. Il faut dire que lui non plus, il ne connaissait nullement l'aristocratie et se fichait bien des femmes comme des hommes. A vraie dire, il avait presque tiré un trait la-dessus, sa jeunesse lui avait suffit pour le dégouter en amour et en sensualité, il préférait avoir des amis, enfin, il croit cela, mais au fond de lui, son cœur lui dicte tout autre chose. Mais pour l'instant, il n'y avait pas de place aux sentiments frivole, sa nouvelle connaissance semblait préoccupé.


    "Il y a deux types dans l'auberge qui m'intéresse. Si l'un n'est qu'un braconnier stupide qui ne devrait pas être trop dur à neutraliser, l'autre, en noir, m'inquiète déjà plus. Ses pouvoirs dépassent l'entendement, il est... bien plus effrayant que les autres. Je crois qu'il a réussi à sentir au moins ma présence ici, et peut-être la tienne aussi, qui sait ? J'ai déjà eu affaire à lui, et la première fois, j'ai échoué... Cette fois, j'espère bien lui régler son compte une bonne fois pour toute..."


Elle tenait des propos dure, roc et rêche. Elle est certainement antipathique, ou peut-être pas, là n'est pas la question, le fait est qu'il était étonné de voir une si jeune fille se conduire ainsi et parler de cette manière. Dans un sens, il avait une once de pitié, car elle avait du vivre des moments douloureux et pas facile à surmonter. Il voulait lui dire un truc, s'excuser, mais pas moyen, elle lui dirait certainement que c'est du passé et qu'il n'a rien à se faire pardonner car ce n'est pas de sa faute. Il semblait au garçon qu'elle réfléchissait, peut-être se parlait-elle à elle-même comme lui à souvent l'habitude de le faire. Elle semblait en plein combat intérieur, couinant ou gémissant, il ne savait dire, c'était léger mais il pouvait l'entendre, après tout, il doit savoir atteindre sa cible même les yeux bandés. Elle s'énonça une dernière fois avant que les deux êtres humains véritables ne durent attendre la nuit pour agir, et les derniers mots lui coupèrent le souffle.

    "Les gens faibles méritent de mourir... Ils ne font qu'étouffer ceux qui peuvent survivre encore longtemps..."


--

Il fait sombre. Les dernières lueurs proviennent de lanterne ou de maisons. Il est tard, il n'y à presque pas de lune, il fait vraiment noir ce soir. Pas un bruit, même pas un mouvement. Depuis la fin d'après-midi à maintenant, ni Tsubaki, ni Ishizu n'ont bougé d'un pouce. Le garçon était légèrement remonté contre elle, mais il avait l'impression que ce n'est pas vraiment ce qu'elle voulait dire, sa voix était trop décalé, ne collait pas à la personne, trop sauvage pour ça. Il l'a regardait droit dans les yeux sans ciller ni la lâcher un seul instant, ni agressif, ni en position de lui lancer un défi, il l'analysait de fond en comble.


    "J'espère que tu arrives à voir dans le noir..."


Ishizu - "Je n'ai nulle besoin de mes yeux pour prendre connaissance de ce qui m'entoure."

Le ton était plus froid, cassant même. Il ne pouvait pas se faire à l'idée que cette fille soit normale dans son corps, un truc clochait, c'était bien obligé d'après lui. Enfin, il la suivit et la laissa faire ses petites manigances avant qu'elle ne retombent. elle s'était rattrapé de justesse, et elle avait bien failli se rater et se faire une belle blessure. Elle avait de la chance. Il laissa de coter son coté légèrement rancunier du coté relativement égoïste de la demoiselle, on pouvait en ressentir les effets dans l'intonation de sa voix. Elle hésité à leurs demander de l'aide, mais il semblait qu'elle n'avait plus que cette solution d'envisageable.

    "Je vais avoir besoin de vous deux... Je ne peux pas faire ce que je dois accomplir en passant par cette fenêtre, l'Ectoplasma posté devant la fenêtre surveille cette seule entrée extérieur. Je dois donc passer par l'intérieur mais pour cela, je dois me faire passer pour une cliente... Or, j'ai pas assez d'argent pour payer une chambre, même une heure... Tu vas donc jouer la comédie... On va passer pour un couple en recherche d'intimité, deux amis voyageurs, deux personnes qui parlent affaires, c'que tu veux, je m'en fous... Du moment que je rentre, le reste m'importe peu !!"


Ishizu - "Hasamu, tu est de garde, va te poster prêt de la fenêtre d'où elle vient de s'approcher, ne te fais pas remarquer, je te fais confiance ! Tu veux que l'on paraisse pour un couple ? Soit ! Tu t'appelleras Sophie, je serais Hugo ! Si tu tiens à rentrer, autant garder nos identités personnelles de cotés et s'en inventer. Tu est une jeune infirmière, ça passera mieux, surtout si l'aubergiste à un client de blessé. Je serais un apprenti écuyer. Je serais Mizuhaniens à partir du moment ou on rentre dans cette auberge. Aucune attitude déplacé, et essaye de sourire comme si tu était heureuse du moment que tu va passer. Ça te va ?"

Il dit ça en souriant comme s'il venait de trouve run nouveau jeu. Oui, l'humeur du garçon était changeante, et il n'est pas aussi rancunier que ça. Mais il se surpris à la voir pleurer, il voulut, dans un sens, la consoler, et s'avança légèrement comme pour vouloir lui donner un peu de réconfort, mais il ne la connaissait pas assez pour ça, reculant alors légèrement. Elle fit mine de sécher ses larmes mais rien n'y fit, et après un moment d'hésitation, se jeta sur lui. Il recula de deux pas mais se stabilisa. Il écarquillait légèrement les yeux, clignant plusieurs fois, les bras en l'air ne savant pas ou les mettre. Elle éclatait en sanglot, et pour une fois, il avait l'impression de voir la vraie personne à qui appartient ce corps. Peut-être était-ce une schizophrène ou autre chose, il ne savait pas. Il finit par enlacer légèrement les épaules de la demoiselle, légèrement plus grand qu'elle, et la laissa pleurer ainsi contre son torse. Il pouvait sentir ses ongles rentrer dans sa peau, mais il avait connu bien pire, et puis, elle était bouleversé, il ne pouvait pas la laisser comme ça.

Ishizu - "J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Est-ce que... par hasard... toi aussi tu à un monstres en toi ? Une sorte de bête qui demande à sortir ? Il ne faut pas qu'elle soit plus fortes ! Elle fait partie intégrante de ton être, sans elles, tu mourras, et même si tu est la plus faibles des deux, sans toi, elle ne pourra pas survivre. Je le sais ! Sans la mienne, cela ferait longtemps que je serais mort en pleine guerre."

Car le garçon aussi en possède une. Mais sa voix est si faible à force de la renier qu'elle est inaudible, et elle ne peut jamais prendre son contrôle. Enfin, jamais, pas totalement. Il lui arrive que si, et quand le changement s'effectue, il devient cette bête. Cela peut paraitre étrange mais c'est ainsi. Le jeune homme pouvait la comprendre
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Tsubaki Mitsuki le Sam 31 Juil 2010 - 10:30

Mourir sans elle ? Il prétendait qu'elle, elle mourrait sans la présence de cette fille ?! Mais il racontait quoi là, l'autre albinos ? Oh non, cette faille temporelle était tout bonnement parfaite pour revenir à la vie, pour qu'elle puisse survivre à nouveau. Et Miyuu savait parfaitement comment s'y prendre. Tssss... Une bête en lui ? Est-ce que par hasard, lui aussi avait une seconde âme ? Ca l'étonnerait fort... D'après elle, si d'autres personnes étaient dans la même situation que Tsubaki et elle, c'étaient sûrement des demi-sfrères ou des personnes liées d'une quelconque manière au père de la demoiselle. Il n'y avait qu'un malade pareille pour s'amuser à refaire ses expériences à tout va... Elle gronda doucement et alourdit sa présence dans le corps de la Mizuhanienne. Maintenant, il fallait agir, la guerrière leur faisait perdre du temps à pleurnicher comme une stupide gosse... Un peu de courage, quand on voit la mort en face ! Pour la louve, c'était un tout autre évènement qu'elle distinguait... Le retour à la vie... Sa résurrection... Et s'il fallait sacrifier son hôte pour ça, elle ne se ferait pas prier...

Le jeune homme voulait les faire passer pour un couple... Après tout pourquoi pas, mais dans cet état là, les gens pourraient croire qu'il l'avait kidnappé ou on ne sait quoi pour la violer. Adieu crédibilité s'il y avait des âmes charitables dans l'auberge, le garçon en prendrait pour son grade. Non, il fallait trouver autre chose, qui permette d'expliquer l'état pitoyable de la jeune femme... Mais quoi ? La canidé se creusa les méninges à vive allure, cherchant un comportement justifiant ça... Elle passa plusieurs minutes à chercher, alors que Tsubaki continuait de larmoyer contre l'inconnu. En poussant un grondement sec, l'esprit Pokémon reprit le contrôle et la força à s'arracher des bras de l'inconnu.

*T'as pas fini avec tes conneries ?! Tu nous fais perdre du temps là !! Alors ou tu m'aides, ou tu la mets en veilleuse mais arrête de te comporter comme un gamin capricieux de cinq ans !*

La jeune Mitsuki cessa de pleurer, essuyant ses larmes, remerciant brièvement Ishizu d'un simple mouvement de tête. Elle sentait que son double s'agitait nerveusement... avant d'enfin trouver une solution adéquate ! Elle poussa un petit grondement triomphant et reprit une partie du contrôle, l'oeil gauche de Tsubaki virant au rouge sanglant.

"Bon, puisque l'autre gourde a fait foirer une partie du plan, on va changer. Ton idée n'est pas trop mauvaise, on garde les prénoms, les origines et les métiers. J'sais pas si tu sauras jouer les Mizuhaniens mais bon, t'as pas franchement le choix... Par contre, le coup du couple, on change. Vu l'état dans lequel elle est, tu passerai pour un violeur et j'ai trop de dignité pour supporter d'avantage que cette petite gourde joue les tapins. Non, on va plutôt dire que tu l'as découverte dans cet état et que tu souhaites juste l'aider et la réconforter, en bon samaritain que tu es ! Ca m'plaît pas des masses que t'es l'bon rôle, mais avec ça, on devrait pas rencontrer trop de problèmes... Ah, je précise... Il vaut mieux que ça soit toi qui parle... Parce qu'une fille en larmes avec ma voix, ça fait pas réaliste, tu vois ?... Il faudrait demander une chambre au dernier étage, trouve le prétexte que tu veux. A partir de là, on se débrouillera... Puisque les deux cons passent du bon temps ensemble, ça s'ra pas trop dur de les buter... En deux coups d'couteau, l'affaire est classée ! Bref, tu marches ?"

Cette question était purement oratoire. Bien entendu qu'il marcherait, sinon, la louve se mettrait vraiment en colère... Pour accentuer l'état de détresse de sa compagne, elle eut un sourire légèrement sadique, qui passa brièvement sur son visage, avant de laisser le contrôle à Tsubaki. Une fois qu'elle eut bien son corps en main, Miyuu prit un malin plaisir à lui rappeler constament que d'ici quelques heures, elle se ferait à nouveau torturer chez elle, ou qu'elle serait marier à un quinquagénaire pervers et violent. Elle lui inventait et lui décrivait les pires vies qui soit, en la comparant à la sienne. Pendant que l'humaine serait réduite en une sorte d'esclavage, la Pokémon serait libre de toutes ses chaînes, dans sa meute. Ironie du sort, n'est-ce pas ? La Grahyena eut un rire rauque en songeant qu'habituellement, c'était eux, les Pokémon, qui étaient les âmes soumises à ces dresseurs... Pour une fois, la situation se renverserait... Et ça, c'en était presque jouissif...

Ils rentrèrent dans l'auberge, comme prévu. L'ancienne serveuse, cachée derrière Ishizu, s'était remise à pleurer, incapable de faire taire cette voix en elle. Elle n'en pouvait plus... Elle aurait pu, elle se serait tuée, là, maintenant, pour obtenir le silence... Mais impossible... Alors elle attendait, souffrant en silence, faible et pathétique. Bien que le plan ait bien démarrée, Miyuu s'amusait à poursuivre ce petit jeu, le menant encore plus loin, dans un plaisir sadique. Elle n'avait pas cherché à cacher sa présence au jeune homme, qui devait se douter qu'elles étaient deux et non une... Mais bon, bientôt, elles seraient séparées, alors à quoi bon le cacher encore bien longtemps ? Elle ne cessa pas son petit jeu pervers... Elle s'amusait comme une folle, en torturant sa victime...

L'aubergiste leur céda une des dernières chambres sous le toit, leur proposant de rester au rez-de-chaussée pour se restaurer. Tsubaki déclina l'invitation et, une fois qu'ils se furent éloignés du comptoir, elle prit les clés. Remerciant le Flamenois d'un bref hochement de tête, elle essuya une nouvelle fois son visage trempé et commença à monter, Miyuu reprenant peu à peu le contrôle, haletante sous l'excitation de recouvrer sa véritable apparence.

L'avantage pour elles, c'est qu'elles connaissaient bien les auberges et savaient comment s'y prendre pour éviter de'alerter les autres clients. A pas de loup, elle s'approcha de la porte et fit sauter la serrure d'un coup d'épaule. Un peu trop violent... La porte claqua contre un mur, faisant sursauter les deux hommes à l'intérieur. Mais qu'importe, elle s'en fichait bien. Le temps qu'ils arrivent, elle se faufila à l'intérieur, trouvant une cachette dans un étroit placard... Elle attendit patiemment qu'ils repartent dans leur chambre pour sortir silencieusement, prenant son couteau dans sa main.

Elle explora les alentours et s'avança. Il y avait une sorte de pièce commune et à gauche, une porte menant à la chambre. A la fenêtre, l'Ectoplasma toisait le Scorvol-humain avec mépris, trop occupé à grimacer pour se rendre compte de la présence de la Mizuhanienne... Elle tourna une nouvelle fois à gauche, vers la salle d'eau, où elle entendait des bribes de mots, puis des souffles rauques, dûs à de l'excitation. La Grahyena trouvait les moeurs humains bien étranges, m'enfin... Sortant une seconde dague de sous ses vêtements, elle ouvrit la porte d'un coup de pied magistral.

Les deux hommes étaient en train de se rhabiller. L'un deux était trapu, musclé, des cheveux courts et une barbe. L'autre était son opposé : squelettique, sans muscle apparent, il avait quelques cheveux argentés. Il était en train de revêtir une toge noire. Le chasseur, le plus fort des deux, se rua vers elle dans l'espoir de la repousser et de lui faire payer son intrusion mais il se fit arrêter d'une lame dans le ventre. Il poussa un hurlement de douleur, si puissant qu'il réveilla les quelques maisons à côté de l'auberge. Il hurlait comme un goret qu'on égorge, ce qui excéda vraiment la caractérielle Grahyena. Elle enfonça sa seconde lame entre les deux yeux de l'homme et délogea le couteau de son ventre pour lui trancher la jugulaire. Puis, dans un petit rire, elle le regarda s'écraser sur le plancher de l'auberge, du sang s'infiltrant entre les lattes, coulant aux étages inférieurs. Elle entendit des femmes hurler sous ses pieds et soupira. L'une d'elle avait dû se prendre des gouttes de sang et voilà qu'elles criaient toutes comme si c'était l'apocalypse. En tout cas, maintenant, toute l'auberge était au courant que quelque chose n'allait pas...

Reprenant ses deux lames en main, elle toisa fièrement l'homme maigrelet en face d'elle. Elle était certaine d'avoir l'ascendant sur lui et sourit.

"Il est temps que tu payes pour ce que tu as fait, et que je t'arrête avant que tu recommences tes méfaits..."

Il éclata de rire, se foutant royalement de la femme face à lui. Vexée, bouillante de rage, Miyuu se jeta sur lui en poussant un grondement sauvage. Mais l'homme l'arrêta sans problème, lui plantant une lame dans les côtes. Elle se stoppa net, étouffant sous le coup, et le sorcier sourit d'un air mauvais, laissant ses Pokémon sortir. Tsubaki reconnut entre un Nidoking et un Mackogneur, le Séviper qui avait meurtri le corps de la louve, lorsqu'elles étaient encore séparées... Elle sentit une frayeur indescriptible s'emparer subitement de l'esprit de la Pokémon. Ce serpent, si narquois, si arogant... Il l'avait tellement blessé... Sans perdre une seconde, l'humaine prit les commandes de son corps, laissant sa camarade au second plan et se releva vivement, se jetant sur le reptile, lame en avant. D'un coup donné en diagonale, elle lui creva un oeil, lui zébra la gueule d'une plaie large et profonde, qui laisserait des cicatrices... Du sang coulait de sa plaie à la côte gauche, imbibant son vêtement, lui donnant une teinte noirâtre. Mais elle s'en fichait bien et elle se releva, insensible à la douleur, suite aux longues années de tortures soumises par son géniteur...

*Ah bah bravo !! Et maintenant, on fait quoi ?! Tu l'as mis en colère !!*
*C'est pas moi qui ait buté l'autre j'te signale ! On va gagner du temps... Je suis moins sensible à la douleur que toi je te signale...*
*Ca veut pas dire que tu y résistes mieux !*
*... Alors hurle ! Appelle les autres si tu as peur qu'on y passe... Car si... si mon corps meurt... ni toi, ni moi ne pourrons survivre...*

Un peu surprise par l'aplomb et la détermination de la Mizuhanienne, Miyuu s'exécuta docilement. Partageant le contrôle avec l'humaine, elle laissa un hurlement s'échapper de sa gorge. Une longue plainte déchirante, qui fit vibrer les murs du bâtiment, sous sa détresse...

_________________
avatar
Tsubaki Mitsuki
Informations
Nombre de messages : 93

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Ishizu Yggdrasil le Lun 9 Aoû 2010 - 23:02

Angels - Within Temptation

La demi-lune, dame d'un soir, se laissait voguer à travers les flots puissants et profond de la nuit, imposant sa lumière salvatrice à travers la noirceur des mers déchainés du ciel. Sa lueur d'argent illuminant le monde de ses faibles rayonnements doux et apaisant, donnant des formes étranges et parfois terrifiantes à tous les objets et monticule s'élevant au-dessus du niveau du sol. La dame aux couleurs métalliques entonner une douce mélodie à qui saurait l'entendre, entrainante et apaisante, modifié par les troubles à travers le temps causé par des créatures de toutes sortes.
Les maisons typés anciennes sont lugubres, tristes, seules leurs vitres de verre leurs donnent un semblant de vie dans ce paysage monotone. Les ruelles sont froides et cachés dans l'ombre de ces géantes crées de toutes pièces par l'espèce humaine. Le sol recouvert de pavé de pierre rendu lisse par le temps laissaient la mousse d'un vert-gris se propager lentement et l'infiltrer. Les lieux vides de toutes activités n'annonçaient rien de bien joyeux.

Entre deux murs de façade discutaient un homme et une femme, tous deux singulièrement différent. Il était grand et d'un blond quasiment blanc, elle était petite et d'un brun pratiquement noirâtre. Elle était sur le qui-vive, il était bien tranquillement adossé au murs alors qu'ils étaient tous les deux quasiment collé l'un à l'autre. Contrairement à ce que toutes personnes auraient put penser, ils n'étaient pas en couple, juste deux simple inconnus qui venait de conclure un marché pour aider la demoiselle à atteindre une chambre dans une auberge. Elle venait de pleurer sur son torse, totalement désespéré, puis, elle s'était relevé, comme si de rien n'était, changeant d'attitude comme de chemise. Le jeune homme remarqua l'œil torve et aux couleurs de rubis qui l'animait. Voilà donc le vrai visage du monstre en elle. Le plan changea, cela ne posa pas de véritables problèmes aux garçons, même s'il n'aurait pas dit non pour sortir avec un si joli minois, enfin, qu'importe.

Les deux personnes entrèrent dans l'auberge. Plusieurs personnes se retournèrent ou levèrent les yeux à leurs passage, en même temps, voir un homme avec un arc plutôt imposant dans le dos, vêtu de façon assez étrange, et une demoiselle, presque une guenon, se cacher dans son dos, ce n'était pas chose courante.
Le jeune homme arriva devant le bar ou l'aubergiste nettoyé un verre jaunie par le temps et les boissons. Il s'adressa d'une façon assez strict et courtois, un caractère relativement militaire se faisait sentir, comme pour imposer sa présence. Il demanda s'il pouvait avoir une chambre pour la demoiselle, séparé ou non, il s'en fichait, il venait de la trouver, elle était choqué, il la laisserait un moment seul avant de la rejoindre pour la consoler. Étrangement ; le stratagème marcha, et l'homme donna une clé à Ishizu qui l'offrit à Tsubaki qui partit sans plus tarder vers les étages. Le jeune homme promit de payer plus tard, en attendant il demanda un verre de cognac.
L'alcool, surement l'une des rares choses qu'il ne devrait pas essayer car n'ayant pas l'habitude d'en boire, il serait vite étonné de l'effet que ça fait, surtout si on ne tient pas facilement.

Il ne se passa que quelques minutes, et le jeune homme en était déjà à son troisième verre, et, même s'il ne le montrait pas, sa vision était complètement floue et ses gestes ralentissaient légèrement, même s'il restait sûr de lui. Le barman ne voyait pas en lui une personne saoul, et continué donc de le servir, jusqu'au moment ou le garçon parla d'une voix faible avec une langue pâteuse, signifiant que dans son verre se baladait de petites taches rouges. L'homme crut qu'Ishizu était bourré et allait lui retirer son verre mais au moment de le prendre, il remarqua le fluide vital se baladait dans l'alcool et dit d'un voix tonitruante :


"Du sang !"

C'est à ce moment-là que commença la débandade. Le sang s'écoulait du plafond, passant à travers les planches. Les gens ayant attendu l'homme dirigèrent leurs regards vers le bois du haut déjà maculé de multiple tâches rouges et opaques. Ce fut bientôt la folie, tout le monde essayer de fuir, de sortir, de faire quelque chose, complètement affolé par la vue du liquide vermillon appartenant certainement à un humain. Personne ne remarqua que le soldat qui avait ramené la demoiselle avait disparu.
Les marches des escaliers grinçaient, mais qu'importe, à chacun de ses pas, il restait une trace cramoisie, et parfois encore emplie de braise, prenant feu parfois. Le jeune homme monta jusqu'à la pièce voulu, la ou il pouvait sentir l'odeur du sang. Comment ce pouvait-il faire ? Il ne le savait pas, il ne se contrôlait plus, ses gestes étaient dirigés par un autre et l'alcool avait endormis son esprit. Il traversa ainsi une chambre d'un pas nonchalant et arriva en face d'une salle de bain ou trainait un corps sur le sol ainsi que la jeune fille et un homme debout, à l'air sadique et ricanant, protège par trois de ses Pokémons prêt à l'assaut. D'ailleurs, l'un deux, un Séviper, était salement amoché, et il s'apprêtait à attaquer la demoiselle.

L'arrivée du garçon perturba la scène, l'autre bonhomme se demandant bien qui il était. Le garçon se dirigea vers la demoiselle la souleva d'une main en l'attrapant par une épaule d'une manière assez douce mais non sans force, bien qu'il avait pris la précaution de ne pas lui faire de mal. Il mit sa main sous le menton de la jeune fille et la força à le fixer droit dans les mirettes. Ses yeux habituellement rouge sang avaient tous les deux prit une couleur ambrés, voir d'un jaune luminescent fendue par une amande arrondie. Ses dents n'étaient plus humaines, elles formaient toutes deux rangés de crocs bien alignés et animal. Sa chevelure étaient devenu blonde et autour de lui, la chaleur se dispersaient, de venant étouffante, même le toucher direct avec sa peau était bouillant.


Ishizu - "Tu vois ! Moi aussi j'habite un corps !"

Il sourit de toutes ses dents et toutes humanités disparue de son visage. Il ne restait plus qu'une créature, un animal, de la pure bestialité. Quand il lâcha la demoiselle, et qu'il se retourna vers l'homme pour lui régler son compte, le mur opposé vola en éclats dans une simple explosion enflammé et bruyante. Un être vêtu d'un simple pantalon noir venait d'apparaitre Il possédait une peau relativement blanche sauf pour les épaules, le front, l'arrête du nez, les oreilles, extrêmement longue d'ailleurs, le dos et l'arrière du cou recouvert d'un fin pelage noire. Une chevelure enflammé tombait en cascade du haut de son crane et ses yeux illuminé d'une folie rageuse et brûlante ne laissait présageait rien de bon. Ses mains et ses pattes étaient recouvertes de longues griffes qui auraient brisé un coupe-ongle. Dans ses mains trônait une boule enflammé, laissant s'échapper ci et là des arc enflammé, menaçant.

Spoiler:

Derrière lui se trouvait assisse sur un siège imposant une femme en longue robe et fixant droit devant elle, de ses yeux pourpres, le spectacle s'offrant à elle. Son teint clair et ses cheveux d'un vert clair ne laissait pas de doute sur son identité. A ses cotés, une petites filles aux cheveux tout aussi verts, mais plus prononcés, sautillait sur place, faisant gigoter ses deux chignons au sommet de son crane. Sa robe moucheté et tacheté de tache émeraude était d'un blanc laiteux. Son teint jovial était celui d'une jeune enfant. Non loin de là, un autre personnage aux teintes prune et parme possédait un énorme joyau au centre de son torse ainsi qu'un instrument à corde aux formes étranges. Son style assez rock était principalement en cuir. Sa tignasse tout aussi indigo se divisait en une dizaine de mèches mal ordonnés et batailleuse.

Spoiler:



Alors qu'Ishizu allait se charger de l'homme, tout ce petit monde fit son apparition, ainsi que le Scorvol de tout à l'heure, tenant fermement l'Ectoplasma dans ses mains, comme s'il le pincer de tel façon qu’il ne puisse pas s'enfuir. Il possédait toujours un air moqueur et souriant de ses dents monstrueuses. Aujourd'hui était le bal des horreurs à première vus.
Le Nidoking, Mackogneur et Séviper ne se laissèrent pas dépasser et chargèrent en tout sens pour disperser leurs adversaires. La Gardevoir s'y attendait, pouvant entrapercevoir l'avenir, elle avait prévu le coup et avait agi en conséquence. Elle venait de se lever et son bras avait suivis le mouvement, soulevant dans les airs les trous créatures, tous sensibles à ses capacités psychiques. Ses cheveux ondulés dans les airs et volaient comme si elle se trouvait dans une eau limpide et claire. Treshan sourit, sauta et prépara une attaque qui brûlerait à vif ses trois adversaires. Personnes ne souhaitaient voir le résultat final, tout ce qu'on sait, c'est que de prodigieuse flammes venait de faire tomber les trois corps brûlés aux 4em degrés, méconnaissables, recouverts d'une couche noire et informe. C'était le tour de cet homme de payer !


Spoiler:


_________________
— Je ne m'investis que pour conduire le monde actuel à sa perte !
avatar
Ishizu Yggdrasil
Informations
Nombre de messages : 1284

Fiche de personnage
Points: 90
Âge du personnage: 21
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Tsubaki Mitsuki le Mar 17 Aoû 2010 - 10:40

Tsubaki était complètement désemparée. Cet homme n'avait que faire de ses menaces... Il en riait même, et prenait, par la même occasion, un trop grand avantage par rapport à elle. Elle posa un pied en arrière, alors que la voix de Miyuu continuait d'emplir l'auberge et la nuit d'un hurlement, d'un appel... Elles avaient besoin d'aide, au moins pour reprendre l'avantage. La Mizuhanienne ne possédait pas de Pokémon... Et n'avait qu'un corps. Même si elle avait une seconde âme, ça semblait difficile de pouvoir se partager le corps. Elles n'étaient pas assez en symbiose, elles feraient plus de mal que de bien... La demoiselle devait donc se débrouiller seule... Ou presque...

Très vite, trop vite peut-être, elle aperçut Ishizu, dans la même pièce qu'elle. Il était étrange... différent... Quelque chose clochait... Ce fut Miyuu qui lui donna une réponse, brève, un simple mot, pour résumer la situation...


*Pyroli...*

La jeune femme hocha la tête et serra son couteau dans sa main. Non, elle n'était pas la seule à avoir un démon en elle. Mais chez le jeune homme, ça n'était pas pareille... Enfin, là n'était pas la question. Une tripotée d'être aussi étranges que le Scorvol était entrée dans la pièce. Elle reconnut entre autre un Typhlosion, une Gardevoir, une Bulbizarre -qu'elle trouva adorable- et un Staross. Les Pokémon du Flamenois sans nul doute. Ils passèrent bien vite à l'attaque et, si l'ancienne étoile de mer et la jeune fille en robe verte ne bougèrent pas, ça ne fut pas le cas des deux plus effrayants dans l'histoire. Alors que l'humaine aux cheveux verts soulevait les trois Pokémon ennemis, l'homme aux cheveux rouges les brûlaient vifs. Les trois Pokémon adverses se recouvraient d'une sorte de couche de crasse noirâtre, horrible à sentir. L'homme en noir, l'homme maîtrisant les pouvoirs des Ombres parut surpris et quelque peu destabilisé. Il ne s'attendait pas à ça... Pas à ce que cette petite garce obtiennent l'aide d'êtres aussi puissants. Cependant, rien n'était perdu pour lui. Vive comme un cours d'eau agité, Tsubaki l'empoigna à la gorge et, aidée par la force que lui prêtait Miyuu, souleva son adversaire et le frappa contre le mur du fond. Elle affichait un air triomphant, et accentua la pression de sa main sur la gorge du mage. Il commença à suffoquer.

"Alors ? Qu'est-ce que cela fait que de mourir ici, tué par le monstre que tu as fait naître..?"
"Es-tu... seulement... sûre... que c'est... ce que tu veux...?"


Elle comprit le sens caché de ces mots. Cette réalité la frappa de plein fouet. "Es-tu sûre de vouloir mourir en me tuant...?". Voilà ce qu'il disait en vérité. Etait-elle prête à y laisser sa peau...? Ca ne rimerait rien... Poursuivre quelqu'un pour se venger et le tuer alors que ça courait à sa propre perte... C'était du suicide... Son esprit tressaillit, destabilisé... Elle ne voulait pas y passer... Pas ici, pas maintenant... Non... elle refusait ça... Elle n'avait pas envie... de mourir... Elle non... Etrangement, elle ne sentit pas Miyuu s'imposer, lui ordonner de lui trancher la gorge... Non... Elle la laissait faire... Cet acte provoqua un peu plus l'égarement de la Mizuhanienne... Elle ne savait plus quoi faire... Finalement, au bout de plusieurs minutes d'un long silence, sans que personne ne bouge, l'étreinte de sa main disparut, et elle le laissa tomber au sol. L'homme se ramassa sur lui-même et quitta la pièce, revenant dans la chambre, là où les autres se trouvaient. La guerrière se tourna vers lui, l'air sombre, mais résignée. Elle le poursuivrait, avec sa deuxième âme, dans le présent... Ishizu et ses Pokémon étaient... menaçants vis-à-vis de lui. Finalement, l'un d'eux se jeta sur lui, voulant l'abattre. La guerrière réagit aussitôt !

"NON !! NE LE TUEZ PAS !!!"

Cette fois, c'était bien la jeune femme qui avait parlé, et non Miyuu. La véritable voix de la demoiselle était plus clair, plus limpide et un peu plus douce que celle de sa partenaire. Plus délicate et agréable à entendre, c'était certain. Quoiqu'il en soit, le Pokémon du Flamenois se stoppa dans son élan, surpris, ne s'attendant probablement pas à se faire hurler dessus de la sorte. Même si ça n'était pas un reproche ou de la colère qui était apparue dans la phrase, plutôt de la panique, de la peur... Tous s'immobilisèrent, alors que les deux connaissances se jaugeaient du regard. Finalement, l'homme éclata de rire.

"AH AH !! Tu es vraiment... trop naïve !!! Ton père aurait dû te marier à un bon prix, plutôt que de vouloir te transformer en monstre. Tu aurais fait le bonheur de ton conjoint, sois en certaine... Il aurait pu te faire n'importe quoi, tu ne réagirais pas, par peur ou par stupidité... Je suis certain que tu penserais que c'est normal si on venait à te violer... Ahlàlà, ton père a vraiment rater une affaire en faisant de toi l'hybride que tu es aujourd'hui... Il aurait pu devenir assez riche pour subsister jusqu'à la fin de ces jours en te faisant larbin d'un homme riche. Même maîtresse d'un roi ! Tu ne dois même pas savoir ce que veux dire adultère... Mais tu es plutôt réussie comme oeuvre... Même plutôt bien aboutie... C'est juste dommage que tu sois trop faible pour résister à ton double... Voilà où est le problème : cette Grahyena sait se défendre mieux que toi... J'aurai mieux fait de prendre autre chose que la femelle Alpha... Mais bon, dans tous les cas, on a réussi à faire quelque chose de toi !"

Il sourit, l'air mauvais, mais en même temps, fier d'avoir provoqué malheur et monstruosité sur son chemin. Tsubaki et Miyuu, elles, restèrent complètement assomées de la déclaration de leur adversaire. Comment est-ce qu'il pouvait...?

*Ne me dit pas que...*

Le mage se remit à rire à gorge déployée.

"Tu te demandes peut-être comment je sais tout ça... C'est très simple... Moi aussi, je suis perdu dans le temps...! Mes Pokémon n'ont pas été transformés tant que ça... Sûrement parce que je suis ici après m'en être pris à Célébi... C'est lui qui m'a envoyé dans le passé... De son plein gré... Enfin... Je t'ai reconnu, quand tu m'espionnais dans l'auberge. Je reconnais que tu sais faire preuve de prudence, et que tu es discrète. Remercie-moi de ce talent, après tout, c'est moi qui l'ai implanté dans ton corps. Mais tu es tellement faible... Tellement manipulable... Ca n'a pas été dure de te duper... Tu es si stupide... Tu n'es qu'une fille de joie au final... Je ne vois que ça pour ton avenir... Et en plus, avec tes deux personnalités, tu pourrai satisfaire d'autant plus de clients... Chacun à son fantasme caché... Enfin... sur ce... Je me dois de te quitter... Nous nous reverrons sûrement dans le présent, dans un bar à catin !"

Il esquissa un sourire mauvais, faisant une petite courbette, se moquant encore plus d'elle. Puis, il claqua des doigts. Aussitôt, l'Ectoplasma disparut des pinces du Scorvol, alors qu'un Alakazam apparaissait derrière lui. L'homme sourit. Puis, le Pokémon psychique saisit son maître et lévita jusqu'à la fenêtre, sortant de la pièce en flottant. Au départ immobile, Tsubaki sembla réagir en le voyant prendre la fuite. Elle... elle aurait pu le tuer... Elle aurait pu !! Et elle ne l'avait pas fait !! Elle s'en voulait énormément... Mais peut-être pouvait-elle le rattraper ! Elle se mit à courir, atteignant la fenêtre en quelques secondes, alors qu'elle sortait d'un des innombrables recoins de son vêtements, des shurikens, qu'elle coinça entre ses doigts, prête à les envoyer. Elle plia le bras et envoya les miniscules mais redoutables armes vers son ennemi. Le fantôme le protégea en crachant une Ball'Ombre combiné à Feu Follet qui frappa le ventre de la jeune femme de plein fouet, l'éjectant plus loin. Le Pokémon psy lui, se téléporta, emportant au loin ces adversaires. Les étoiles se fichèrent dans le mur en face.

Elle n'en revenait pas... En quelques secondes, une des plus belles occasions de se venger lui était apparue, et elle l'avait laissé échapper, par peur de mourir.. Elle n'avait pas été capable de réagir face aux insultes des hommes. Elle était restée... faible... incapable de se défendre... vulnérable... Le coup que lui avait porté l'ectoplasme l'avait projeté plus loin dans la pièce, allongée au sol. Son crâne lui faisait un peu mal, mais elle en avait vu d'autres... Elle se redressa, et regarda son ventre. Alors que l'attaque avait déchiré une partie de ses vêtements, les petites flammes commençaient à lui brûler la peau... Elle avait mal... De plus en plus mal... Mais elle faisait abstraction de la douleur physique... Les blessures psychologiques qu'elle avait reçu l'affligeait bien plus. Surtout que Miyuu commençait à s'agiter avec violence. Elle ferma les yeux...

*On l'a raté ! On l'a raté ! Non... TU l'as raté !! Tout ça, c'est uniquement de TA faute !!*
*Et comment j'aurai pu le savoir ?*
*Tu aurai dû réagir plus vite quand il t'a dit qu'il était lui aussi perdu ! Au lieu de rester planté comme un piquet, comme une conne ! Tout est de ta faute !*
*Je...*
*Quand je pense que rien n'a changé à cause de toi !!*
*Mais je...*
*TU N'ES QUE LA PIRE DES CONNES !!!*
"Miyuu-san, LA FERME !!!"

La jeune femme s'était exprimée à haute voix. L'intonation, comme un torrent grondant et bouillonnant, était sans appel. Elle rouvrit les yeux. Ses iris étaient d'un magnifique bleu profond. La louve n'avait pas reprit le contrôle. Non, elle avait, pour une rare fois, été vaincue par son hôte. Elle ne dit plus rien, bien qu'en colère, et finalement, s'asseyant en tailleur, bien que son ventre lui fasse mal, la demoiselle se mit à converser à haute voix avec sa partenaire.

"Miyuu-san, je suis désolée... Je sais que c'est de ma faute mais bon... Ne me reproche pas d'avoir raté mon coup..."
*Là n'est pas la question...*
"Où est-elle alors...?"
*... Même si... définitivement... Je ne pourrai plus retrouver mon apparence... J'aurai aimé... J'aurai aimé pouvoir au moins me venger...*
"Miyuu-san... Tu es triste, n'est-ce pas...? Tout ça... te manque...?"
*Que...*

Tsubaki sourit tristement, alors que la louve se renfrognait. Elle qui d'habitude, parvenait toujours à masquer ces sentiments, voilà qu'elle était percée à jour par une humaine. Elle avait honte, mais ne pouvait pas cacher sa profonde tristesse. Non... Elle aurait aimé galoper une dernière fois dans les plaines, avec sa meute, son compagnon. La Mizuhanienne se sentit... idiote et inutile... Elle aurait aimé consoler sa compagne... Mais elle ne pouvait rien faire...

"Ne t'en fais pas... La prochaine fois... On l'aura... Toutes les deux..."

Elle ne répondit rien, mais la jeune femme sentit l'approbation de la Grahyena. Souriant doucement, elle finit par se mettre sur ses jambes, vacillant un peu. Elle posa une main sur son ventre douloureux, la brûlure ne s'estompant pas. Il fallait qu'elle se soigne mais elle ne savait pas vraiment comment faire... Plutôt que de se préoccuper d'elle, elle se tourna vers Ishizu, et toute son équipe.

"Désolée pour... Tout ce qui vient de se passer... Vous allez bien, il n'y a pas eu de blessé...?"

Elle regarda tout le petit groupe, espèrant qu'il n'y avait pas eu de dégâts. Mais visiblement, elle était la seule à être blessée... Elle observa son ventre, la peau à vif à cause de la brûlure. Le jeune homme vêtu de mauve s'avança vers elle et apposa sa main sur son ventre. Elle frémit de crainte et chercha à se reculer, mais finit par se rassurer. L'hybride ne lui voulait sûrement aucun mal... En effet, elle sentit la main du jeune homme se rafraîchir, sa paume projetant de l'eau sur sa blessure. Elle serra les dents, ne laissant rien témoigner de sa douleur. Une fois celà fait, la demoiselle s'aventura dans la pièce centrale. Elle déchira une partie de son vêtement, qu'elle noua autour de sa blessure. Elle se soignerait mieux une fois dans son monde. Elle aperçut le sac des deux hommes et se permit de fouiller dedans, les renversants sur le sol. Mis à part de la nourriture, des gourdes d'alcools et des armes diverses, il n'y avait rien d'intéressant dans la besace du chasseur. Par contre, l'autre sac contenait plusieurs plantes et... un drôle de paquet. Avec lenteur, elle entreprit de l'ouvrir. C'était des bouts de toile, rattachaient les uns aux autres et qui cachaient... deux armes, étranges, mais similaires, comme jumelles. Plutôt petite, la lame semblait recourbée... Doucement, elle en prit une en main. Le manche était similaire à celui des tonfas en bois. La seule différence résidait dans le fait que c'était une lame et non un bout de bois, qui finissait l'arme. Aussitôt, elle l'essaya. La pointe de la lame touchait son coude. Une arme qui s'utilisait au corps à corps donc... Il y avait une sorte d'harnachement en cuir, qui se plaçait sur le bras, pour retenir les deux armes. Celles-ci étaient d'ailleurs, vraiment magnifique... Un mélange de bleu, allant du turquoise à l'abyssal se reflétait sur les lames jumelles... Des "Lames de Coude"... Voilà comment elle allait appeler ces armes étranges... Elle esquissa un sourire. Elle devrait s'en tirer... Et, sans comprendre pourquoi, elle avait l'impression qu'elles lui étaient destinées... Se relevant, les armes en main, elle récupéra les draps de l'auberge, pour s'en servir comme couverture ou autre... Elle s'approcha alors de la fenêtre, regardant à l'extérieur. L'aube commençait à poindre... Elle apercevait au loin, à l'horizon, comme une île. Elle serra le poing... Elle sentit comme une attirance pour cette terre flottant au milieu des flots... Comme si son instinct la poussait à y aller... Dans tous les cas, elle irait... Se retournant, elle sentit son pied frapper quelque chose et l'envoyer plus loin. Elle s'en approcha et ramassa l'objet au sol. Le découvrant à la lueur du Soleil levant, elle découvrit... son pendentif... l'Oeil du Dragon... Cette petite pierre couleur émeraude, qui l'aidait à se contrôler.. Avec un triste sourire, elle repassa son collier autour de son cou... et un cercle de lumière vert apparut au sol, sous ses pieds. Sans qu'elle comprenne quoique ce soit, elle sentit son corps se disloquer dans les airs, en une fine poussière dorée. Regardant Ishi, elle lui fit un geste de la main.

"Je ne sais pas si on se reverra mais... merci de m'avoir aidé, ici !"

Elle remarqua que lui aussi, semblait se retrouver dans cette même lumière. Serrant ses Lames de Coude, elle ferma les yeux... et disparut de la pièce, en une multitude de paillettes d'or...

[Fini !]

_________________
avatar
Tsubaki Mitsuki
Informations
Nombre de messages : 93

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 17 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Event Celebi] Prenez soin d'eux ! [Tsubaki/libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum