[ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Mer 16 Juin 2010 - 22:23

La forêt d’Agata… malgré les guerres qui touchaient la planète, malgré le temps qui semblait complètement se dérégler, passant de l’été à l’hiver en quelques semaines à peine, cet endroit paraissait toujours aussi calme et apaisant. Seuls les roucoulements de quelques oiseaux perchés en haut des arbres se faisaient entendre, ainsi que l’incessant bruissement des feuilles au gré du vent. Pourtant, lorsque l’on s’approchait des frontières de cet endroit paradisiaque, on pouvait facilement remarquer qu’il souffrait lui aussi des étranges événements qui touchaient le sol d’Erasia : l’herbe devenait moins douce, sa magnifique couleur verte commençait à tourner à l’orange par endroit… rien de vraiment marquant pour un simple visiteurs, mais c’était le genre de choses qu’un pokemon local remarquait immédiatement et qui montrait que le protecteur de la forêt n’était pas insensible au sort de la planète et de ses habitants.

Une longue plainte se fit entendre plus profondément dans les bois… mais cette fois, cela ne concernait point Celebi, et encore moins la forêt en elle-même. Car cette créature, qui gémissait de temps en temps, cherchant à refermer cette blessure qui semblait s’être ancrée à la fois dans son corps et dans son cœur, n’avait finalement rien d’un habitant de la forêt. D’ailleurs, les autres pokemons l’évitaient… elle sentait l’humain, elle sentait l’affrontement, elle sentait la guerre. Et sa blessure ne pouvait que confirmer ce ressentit des autres créatures qui se contentaient se l’observait avec inquiétude, craignant que cet étranger n’entraine d’autres créatures innocentes dans ses malheurs.

Pourtant, le pauvre Libegon blessé ne s’était absolument pas réfugié ici pour nuire à autrui. C’est simplement à cet endroit que lui et Ninj s’étaient séparés… en ce lieu qu’ils s’étaient promis de se retrouver. Malheureusement, après quelques jours à peine de voyages, le dragon vert n’avait réussi qu’à ramener son ami Draco avec lui, ainsi qu’un bon nombre de blessures provoqués par des soldats de Flamen. Sa queue en particulier avait été gravement blessée : son sang continuait à couler lentement de son corps sur l’herbe verte de la forêt. Mais sa longue queue de dragon n’était pas la seule partie de son corps aillant souffert du récent assaut que les deux pokemons venaient d’essuyer. Ses ailes par exemple remuaient faiblement, désormais incapables de soulever son poids. Par chance il avait réussi à s’enfuir jusqu’ici, mais la créature était désormais clouée au sol jusqu’à ce qu’elle soit complètement remise. Bien évidemment le reste de son corps était dans un état tout aussi lamentable, ce qui expliquait les plaintes récurrentes du dragon à chaque fois qu’il essayait de trouver une position plus confortable que la précédente…

Le Draco quand à lui se contentait de surveiller attentivement l’état de son partenaire, ne pouvant qu’espérer qu’il ne s’aggrave pas. Il était arrivé juste à temps pour éviter au Libegon d’être capturé, mais malheureusement trop tard pour lui éviter toutes ces blessures. Et pire… il aurait juré avoir vu le Negapi qui les accompagnait auparavant dans les rangs adverses. Le magnifique serpent volant avait beau demander de l’aide autour de lui, jeter des regards insistants aux nombreuses créatures qui les observaient, aucun ne comptait leur venir en aide.
Le Libegon à terre poussa un long soupir, serrant les dents en regardant l’herbe en dessous de lui qui se colorait lentement de son sang… finalement leur seule chance résidait dans leur dresseur… Ninj reviendrait probablement à temps : de toute façon, il tiendrait, pour lui et pour tous ses autres compagnons. Souhaitant lier le geste à la parole, le dragon tenta de se relever, remuant sa queue d’un coup sec pour redresser son corps en même temps, en vain. Il n’en résultat qu’un nouveau cri de douleur avant qu’il ne se roule à nouveau en boule, posant sa queue blessée juste devant les deux globes rouges de ses yeux, couvrant le reste de son corps avec ses deux larges ailes. Le Draco joignit ses cris à ceux de son compagnon, lui ordonnant de se tenir tranquille jusqu’à ce que quelqu’un vienne les aider… mais même lui, il n’y croyait pas. Personne dans cette forêt ne leur tendrait la main. Si seulement Arcanin ou Ninj avaient été là… euh connaissaient bien l’endroit, ils auraient probablement su où quérir de l’aide. Mais il ne pouvait pas abandonner le Libegon dans cet état, même pour aller chercher de l’aide… il était pour le moment sa seule protection, si faible soit-il. Si par malheur leurs poursuivants les retrouvaient, il se devait d’être là pour protéger son ami.

Le Draco restait donc aux coté du Libegon, semblant flotter dans l’air autour de son ami qui quand à lui se morfondait sur son sort… ils ne pouvaient même pas se cacher dans cette forêt ! Même avec sa couleur verte qui lui permettait de se fondre parfaitement dans le décor de ces bois, impossible de rester discrets à cause de ses gémissements qu’il ne pouvait retenir… ils ne pouvaient qu’espérer… croire en leur dresseur…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Jeu 17 Juin 2010 - 0:24

Ushiwaka et Amaterasu venaient juste de débarquer à Palma, la ville portuaire du pays de la terre. Cependant, ne souhaitant pas demeurer plus longtemps si près de l'Île de la Demi-Lune, il avait cherché énergiquement un navire qui le pourrait le mener jusqu'à Nalcia, royaume des Airs. Finalement, au bout de plusieurs journées de recherches acharnées, il avait enfin déniché un bateau transportant du bois et des tissus typiques de Terros faisant escale à Eternara, et qui avait accepté de le prendre à son bord. Une seule condition: que lui et sa jeune louve blanche chassent les Rattata qui seraient montés à bord, et qui donc menaceraient la précieuse cargaison. Le guerrier avait considéré l'offre, trouvant assez rabaissant d'avoir à faire un tel travail. Mais, il n'avait rien trouvé d'autre, et s'était vu obligé d'accepter la proposition.
Néanmoins, le bateau ne partirait pas de suite, son propriétaire attendant un chargement de tissus venant de Seian. Et le convoi risquant de ne pas arriver avant au moins une bonne semaine, Ushiwaka avait préféré s'aventurer dans la belle Forêt d'Agata plutôt que de passer ses journées dans la ville dont les embruns rendaient l'atmosphère pesante.

Le jeune homme de l'Île de la Demi-Lune savait exactement ce qu'il voulait voir en premier lieu, en ce lieu sylvestre. S'étant procuré une carte de la Forêt, il n'eut aucun mal à trouver ce qu'il cherchait: un petit temple fait de bois, que la mousse envahissait au fur et à mesure que le temps s'écoulait. On disait que c'était ici que se trouvait l'essence même du lieu. D'ailleurs, Ushiwaka ressentait une certaine tension autour de lui, comme si tous les habitants des lieux l'épiaient silencieusement. Comme si, à travers ces milliers de petits yeux curieux et inquiets tournés vers lui, le gardien des lieux surveillait le moindre de ses faits et gestes.
D'une certaine manière, Ushiwaka connaissait cela. Il avait ressenti la même chose lorsqu'il avait pénétré l'unique fois de sa vie dans la Cave de la Lune, au moment où sa Tribu l'avait promu au rang de Guerrier de la Lune, et qu'il était allé à l'intérieur pour jurer loyauté envers la Reine Lune. C'était juste avant qu'il ne parte...

Alors que la louve blanche s'avançait vers l'autel sacré, curieuse et prudente, Ushiwaka ouvrit son sac, d'où il tira quelques fruits et un bâton d'encens. Tout comme les autres membres de la Tribu de la Lune, il était très superstitieux, et ne se moquait jamais des légendes telles que celle de Celebi, la petite fée de la Forêt. Aussi, il souhaitait signaler à sa manière sa présence dans le domaine du pokémon légendaire et, par la même occasion, lui montrer que ses intentions n'étaient nullement hostiles.
Il posa les fruits dans un vieux plat couvert de rouille, placé là bien avant sa naissance, et plaça le bâton d'encens dans le support prévu à cet effet après l'avoir allumé. Aussitôt, de minces volutes de fumée s'élevèrent vers les cimes denses en se tordant, serpents impalpables, en répandant leurs effluves épicées et fruitées.
Enfin, les deux mains jointes devant son visage et les yeux fermés, il murmura une prière à l'égard du pokémon temporel, lui demandant même l'autorisation de demeurer quelques temps dans la Forêt. Même Amaterasu, qui pourtant n'était pas encore très érudite à ce sujet, gardait un silence presque religieux, les yeux mi-clos, consciente de la gravité du moment et de l'importance que cela avait aux yeux de son frère d'armes.
C'est alors qu'une légère bris se leva, soulevant les lourdes ramures des arbres. Le guerrier de la lune se redressa. L'atmosphère autour de lui et de sa louve avait changé. Il ne se sentait plus observé, du moins était-ce moins prononcé. Le gardien semblait l'avoir entendu et accepté sa requête. Il le laisserait agir dans la Forêt, tant que cela n'entraînerait pas de graves conséquences pour cette dernière.
Satisfait et reconnaissant envers Celebi, le jeune homme s'inclina respectueusement puis quitta le lieu sacré.

Ils marchaient entre les fourrés, ne sachant pas vraiment où aller. La louve essayait en vain d'attraper les Capumain qui sautaient d'arbres en arbres et qui s'amusaient de voir un pokémon à la réputation plus que sinistre agir comme un enfant. Mais, dés que l'un d'entre eux faisait mine de la toucher, elle grognait de plus belle, et s'acharnait encore plus dans son inutile besogne. Ce qui déclenchait les rires des pokémon malicieux, et faisait même sourire Ushiwaka, d'habitude si renfermé. Mais, dés que la petite Absol, épuisée par ces jeux, retournait le voir en gémissant doucement, il saisissait sa flûte en bois sculpté, et jouait un morceau pour l'aider à s'endormir. Il devinait aussi la présence d'autres pokémon sauvages qui approchaient, bercés par la douce mélodie...

Une journée, alors qu'Amaterasu avait laissé son dresseur derrière elle, tout à sa poursuite des singes, elle sentit une odeur inhabituelle. Elle s'arrêta pour humer l'air de son nez sensible.
C'était un relent écoeurant, empli de mort et de douleur. En dressant l'oreille, la petite louve blanche crut également entendre une longue plainte, comme un râle triste et désespéré. Inquiète et curieuse à la fois, elle ne put se résoudre à attendre son frère d'armes et décida de prendre les devants.
Elle s'enfonçait davantage dans les bois, entre les grands seigneurs des lieux. A chaque pas, l'odeur se faisait plus forte, plus présente, plus étouffante! L'inquiétude prit alors le dessus sur sa curiosité, et elle se mit à galoper. C'est alors qu'elle découvrit, derrière un buisson, dans une mare écarlate et malodorante... Un Libégon. Amaterasu devina aisément qu'il était à l'origine de cette horrible odeur. Du sang s'écoulait de sa queue déchirée et ses grandes ailes taillées pour la vitesse traînaient lamentablement au sol. Le seigneur du désert n'avait plus l'air que d'un pauvre roi sans terres.
En gémissant d'anxiété, la petite louve risqua un pas vers le dragon blessé. C'est alors qu'un autre être apparut. Un magnifique serpent bleuté qui flottait dans les airs, lui donnant un côté presque féérique dans cet environnement où l'on s'attendrait à croiser des fées et autres créatures surnaturelles.
Maintenant complètement effrayée, mais incapable de bouger, trop intimidée par la grâce et la noblesse qui se dégageaient de la créature, la petite Absol se tapit sur elle-même en montrant les crocs, mais sachant bien qu'elle n'était guère convaincante. Qu'à cela ne tienne: elle se battrait jusqu'au bout si le dragon bleu venait à chercher la bagarre!

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Ven 18 Juin 2010 - 0:46

Le Libegon semblait complètement abattu : il attendait une aide extérieur, toujours, mais l’espoir se faisait de moins en moins grand… aucune créature vivante ne semblait vouloir s’approcher de lui, aucun être en ce lieu ne comptait lui venir en aide. Pourtant, il sentait ces nombreux regards qui l’observaient, probablement impatients de le voir rendre l’âme pour dissiper leurs inquiétudes à son sujet. Mais il ne comptait pas mourir de façon aussi pitoyable… une simple blessure ? Cela ne l’arrêterait pas.

Mais malgré la volonté implacable de survivre de son partenaire, le Draco commençait réellement à s’inquiéter pour lui : son sang continuait à couler, élargissant constamment cette mare écarlate sous le corps du dragon. Mais alors que les deux amis semblaient partis pour attendre Ninj dans cet état en espérant qu’il n’arriverait pas trop tard, une créature sortit enfin de la pénombre, plus piquée par la curiosité qu’autre chose. Instinctivement, le dragon bleuté s’interposa entre le nouveau venu et le pokemon blessé pour dévisager cet inconnu qui osait s’approcher d’eux…

Un absol… n’était-ce pas un de ces pokemons qui annonçaient la venue d’une catastrophe ? Que cette rumeur soit vraie ou non, les autres pokemons n’avaient pas hésité à s’enfuir dés que la louve était sortie des fourrés, ne souhaitant pas être présents lorsque le cataclysme, quel qu’il soit, toucherait cet endroit… plus aucune créature ne les observait désormais. Cet animal venait-il annoncer la mort du Libegon ? Comptait-il emmener la créature dans l’haut-delà ? Quoi qu’il en soit, il n’avait rien d’un pokemon infirmier… ce n’était certainement pas lui qui aiderait ce pokemon que le Draco protégeait ! Et étant donné la façon dont cet animal se mettait à montrer les crocs, il n’en avait jamais eut l’intention. Du moins, c’était la conclusion du Draco qui décida simplement de garder sa position : même si cet Absol ne paraissait pas être très dangereux, lui-même n’était pas non plus un grand combattant. Il valait mieux ne pas provoquer cette créature…

Les deux pokemons restèrent donc dans leur position sous le regard dépité du Libegon : l’Absol était tapi sur lui-même tandis que le Draco ondulait en l’air face à lui, le fixant d’un air sévère qu’il espérait suffisant pour faire fuir l’animal. En fait, la situation aurait put rester figée ainsi un bon moment, mais sentant que tout ceci pourrait rapidement finir en affrontement, le Libegon décida d’entrer en scène malgré son état : il souleva ses deux grandes ailes avec difficulté, poussant sur ses deux bras afin de légèrement se redresser. Dans cette position, il poussa un énorme cri de fureur digne du puissant dragon qu’il était : le Draco s’envola de quelques mètres sous le coup de la surprise avant de redescendre presque aussi rapidement pour retourner aux cotés de son ami. La libellule géante était de nouveau à terre, incapable de soutenir son propre poids plus longtemps… il ne pouvait que fixer l’Absol de ses deux yeux au travers de ces globes rouges qui les recouvraient. Il lui aurait bien demandé la raison de sa présence, mais il n’en avait pas la force. En tout cas, après ce rugissement de la part du Dragon, la petite louve savait à peu près à quoi s’en tenir si elle osait quoi que ce soit sur la créature bleue flottant dans les airs.

D’ailleurs de son coté, le Draco se rapprochait à nouveau de l’étranger, tournant en rond au dessus de lui pour l’observer sous tous les angles. Encore une fois, l’Arcanin de Ninj manquait vraiment à la troupe… lui aurait put dire si l’animal était sauvage ou s’il côtoyait les humains… peut-être même aurait-il put déterminer s’il appartenait à ces hommes qui en avaient après eux ! Hélas, ils devaient faire sans aujourd’hui… et sans l’excellent flair du pokemon canin de Ninj, il ne restait qu’à discuter en espérant que cet étranger dirait la vérité. Sans quitter son interlocuteur des yeux, le Draco se mit à lui parler dans ce langage étrange qu’utilisaient les pokemons pour communiquer :


« Quelles sont tes intentions envers ce Libegon ? Es-tu l’un de ceux qui le poursuivent ? »

Evidemment, personne ne répondrait de façon affirmative à cette question ! L’opinion du Draco dépendait plutôt de sa justification… si au moins il cherchait à répondre ! Mais dans sa situation, mieux valait que l’Absol ne reste pas silencieux : même si les pokemons de Ninj n’étaient pas du genre à blesser quelqu’un sans raison, lui-même n’en savait rien.
Le Draco continuait à tourner dans les airs autour de l’Absol, se préparant aux diverses réactions possibles de l’animal. Il ne pouvait évidemment plus le laisser s’enfuir : si par malheur cette créature appartenait aux soldats de Flamen, ce serait comme livrer le Libegon à la mort. Il ne laisserait pas non plus l’animal s’approcher du pokemon blessé… sauf qu’il restait une éventualité pour laquelle le Draco ne savait pas comment réagir : et si cette créature n’était pas seule ? Comment assurer ses arrières ?
L’autre semblait avoir à peu près la même pensée, puisqu’il jetait des coups d’œil inquiet autour de lui, ne s’occupant même plus de cet Absol inoffensif. Le Libegon n’était plus en état de fuir, et encore moins de combattre.
Mais aurait-il à fuir ? Le Dragon vert ferma soudainement les yeux, cherchant à retrouver son calme… pourquoi paniquait-il pour si peu ? Un pokemon s’était approché de lui… même si toutes les légendes désignaient cet Absol comme un pokemon porte malheur, les pokemons d’un dresseur devaient apprendre de ce dernier… et Ninj n’aurait jamais jugé une créature sur ce genre d’histoires. Rouvrant les yeux lentement, le blessé poussa un faible cri à l’intention du Draco, lui ordonnant de laisser cette louve tranquille.

Interloqué, le Draco hésita un instant avant de s’écarter du pauvre Absol qui n’avait jusqu’ici rien fait de mal, ne le quittant néanmoins pas des yeux.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Ven 18 Juin 2010 - 13:48

Amaterasu était complètement paniquée. Cette horrible odeur rance commençait à lui monter à la tête, et l'attitude du Draco n'était pas pour la rassurer. Elle n'osait bouger, se contentant de fixer courageusement le dragon flottant dans les yeux en montrant ses petits crocs pointus.
C'est alors que le seigneur du désert blessé poussa un cri de rage, qui fit sursauter la petite louve. Elle sentait désormais les regards insistants des deux nobles dragons se porter sur elle, pour essayer de deviner ses intentions. Elle ne comprenait pas.
Comment aurait-elle pu comprendre leur crainte? Jamais on ne lui avait parlé de cette légende qui entachait tous les membres de son espèce. De leur pouvoir de prédiction et le fait qu'ils soient toujours présents quelques temps avant qu'un cataclysme ne se déclenche. A cela s'ajoutait le fait que leur corne et leur queue avait la forme d'une faux. Autrement dit, le symbole de la mort. Et, il n'en avait guère fallut plus aux Hommes pour faire ce rapprochement infondé.

« Quelles sont tes intentions envers ce Libegon ? Es-tu l’un de ceux qui le poursuivent ? »

La petite louve blanche n'avait plus qu'une seule envie. Quitter cet endroit en vitesse! Mais, tout son corps tremblant refusait de bouger, de l'aider à s'enfuir. Bon sang, mais pourquoi n'avait-elle pas attendu Ushiwaka? Avec lui à ses côtés, elle se serait sentie beaucoup plus forte et n'aurait pas eu aussi peur! Le Draco avait tellement l'air de lui en vouloir, alors qu'elle ne savait même pas pourquoi. Et cette horrible odeur qui se faisait encore plus insistante...
C'est alors qu'Amaterasu eut une réaction à laquelle les deux dragons n'avaient pas l'air de s'attendre. L'odeur de mort et sa peur eurent raison d'elle, c'était beaucoup trop pour la petite Absol.
Elle se mit à pleurer. Plus précisément, à gémir, aplatie au sol. D'abord doucement, ses pleurs se firent de plus en plus forts, pour finir par retentir dans toute la Forêt silencieuse. Son corps était secoué de violents tremblements qu'elle ne pouvait réprimer.

Quand la petite louve avait disparu de son champ de vision, Ushiwaka ne s'était pas inquiété. Il savait qu'elle parviendrait à le retrouver, elle n'aurait qu'à sentir son odeur. Il pouvait avoir confiance en son flair.
Aussi, il continuait d'errer entre les arbres plusieurs fois centenaires. Le jeune Guerrier de la Lune s'arrêta près d'une petite rivière qui serpentait en chantant entre les racines des végétaux. Il se passa un peu d'eau sur le visage et remplie son outre du liquide.
Mais, tandis qu'il se redressait, un puissant hurlement déchira le silence ambiant, faisant même s'envoler des oiseaux. Le guerrier ne put s'empêcher de frémir. Quelle créature pouvait donc hurler ainsi...? Il pensa à sa pokémon... Et craint le pire. Et si... Et si la cause de ce cri était un pokémon, une femelle avec ses petits par exemple, qu'Amaterasu, tout à ses jeux avec les Capumain, avait dérangé par hasard? Inquiet, le jeune homme blond se dirigea aussi vite qu'il le pouvait vers l'origine de cet hurlement.
Ses craintes se virent confirmer quand il entendit les pleurs de la petite louve. Il accéléra l'allure. Une forte odeur de sang le prit à la gorge. Le guerrier craint le pire. Non... Et si elle avait été touchée par une quelconque attaque?! Il l'aperçut et s'empressa de la rejoindre.

"Ama!"

La petite louve, en entendant sa voix, courut se réfugier derrière lui en gémissant. Son dresseur s'étonna de voir que sa fourrure blanche était immaculée. Mais, si elle n'était pas l'origine de cette odeur...
Relevant la tête, il fit un pas en arrière et posa sa main sur son sabre à la lame affûtée, prêt à le dégainer si besoin il y avait, tant la scène qui se déroulait devant lui semblait irréelle. Plus que la présence des deux dragons, c'était surtout l'état déplorable dans lequel se trouvait le seigneur du désert, baignant dans son propre sang. Comment avait-on pu faire une telle chose! Il fallait absolument lui venir en aide... Mais, le Draco ne le laisserait certainement pas s'approcher. Comment lui montrer qu'il n'avait aucune intention hostile?
La réponse lui vint naturellement. Il mit sa main à sa ceinture pour prendre quelque chose. Le dragon aux allures de serpent se tendit, ses délicates ailettes se rabattant violement sur son crâne et son regard se durcissant. Certainement pensait-il que le Guerrier de la Lune s'apprêtait à sortir un couteau... Mais, il n'en était rien. Tout ce que fit Ushiwaka, c'était prendre sa petite flûte en bois. Il ne connaissait pas de meilleur moyen pour faire passer un message, lorsque les mots ne suffisaient pas. La musique, elle, ne pouvait mentir sur les intentions de quelqu'un.
Le Terrosien porta l'instrument à vent à sa bouche et, les yeux clos, souffla doucement dedans pour jouer un morceau qu'il savait doux et apaisant. Les notes s'élevèrent jusqu'au ciel, emplissant le vide créé par le silence oppressant de la Forêt de Celebi.
Lorsque le jeune guerrier s'interrompit, il fit un pas vers le dragon bleu, la main tendue et la paume tournée vers le ciel qui commençait à se teindre des tons du soleil couchant.

"Tu m'as écouté, tu sais donc que je ne suis nullement venu vous nuire. Alors, laisse-moi voir ce que je peux faire pour soigner ton ami."

Le Draco semblait encore indécis, et fixa Amaterasu. Comprenant ce qu'il craignait, son dresseur s'empressa de le rassurer à ce sujet.

"C'est un véritable hasard qu'elle ait été là. Les Absol ne sont nullement liés à de quelconques malheurs, j'en suis la preuve vivante. Cela fait des années que nous vivons ensemble, et il ne m'est encore jamais rien arrivé. En tant que Guerrier de la Tribu de la Lune, je te donne ma parole."

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Dim 20 Juin 2010 - 16:34

[HS : faut vraiment que j'achète ce jeu ! Même les musiques sont magnifiques ^^]


Le Draco continuait de fixer durement cette petite louve malgré le changement d’attitude de la part du Libegon. Mais contre toute attente, au lieu de passer à l’offensive ou même de s’enfuir, l’Absol fondit en larmes. Croyant à une feinte de la part du pokemon ténèbres, le serpent volant parut complètement insensible à ces pleurs : il continua ses cercles autour de l’animal, prêt à déjouer le moindre piège de sa part. Ce fut encore une fois le Libegon qui eut le plus de cœur parmi les deux dragons, malgré son piteux état… Il releva la tête vers cette pauvre louve effrayée, grimaçant légèrement sous la douleur que lui infligeait son corps, puis il ouvrit la gueule pour tenter de rassurer le pokemon… mais un autre cri se fit entendre avant le sien : la voix d’un humain.

Lorsque l’homme s’approcha de sa propre pokemon, les deux dragons se mirent à grogner en cœur sans pour autant oser se montrer agressifs. Le Draco hésitait tout de même à attaquer, en particulier lorsque cet étranger porta sa main à sa ceinture pour saisir un objet de son équipement… qui n’était en fait qu’une simple flute. Pensait-il réellement que c’était le moment de leur jouer un petit air ? Se moquait-il d’eux ? Alors que l’un d’entre eux était gravement blessé, ce troubadour venait les narguer avec son petit air paisible…

Chaque personne ressent la musique à sa façon… chez certains elle peut apporter le calme, la sérénité, tandis que pour d’autre, ces sons mis bout à bout ne représentent rien. Et aujourd’hui, le pokemon aux petites ailettes blanches n’était moralement pas en état de ressentir pleinement toute la beauté de la mélodie d’Ushiwaka. La corne sur son front commença à briller, montrant que la colère lui faisait perdre son calme… il allait attaquer, il ne laisserait pas cet humain se jouer d’eux plus longtemps.

Le Draco ouvrit sa petite bouche, commençant à former une boule d’énergie bleutée en son sein. Mais au moment où il comptait lancer son rayon de glace, un coup de vent le déstabilisa et l’attaque se perdit dans l’immensité infinie du ciel. Cherchant la cause de ce désagrément, le pokemon fou de rage se tourna vers son compagnon blessé : c’était bien évidemment le Libegon avait provoqué ce léger courant d’air en secouant ses ailes rapidement en direction du Draco. Car si son ami n’avait pas été touché par la douceur du son qui était sortit de cette flute, lui l’avait été. L’immense dragon des sables abaissa à nouveau ses ailes endolories pour lever la tête vers le ciel, afin de répondre à sa façon… il ferma les yeux, ouvrit sa gueule et prit une longue inspiration avant de faire entendre sa voix.

La longue plainte du Libegon put être entendue dans une bonne partie des bois, enchantant la forêt à nouveau… il chantait à son tour, reprenant en partie la musique de l’humain sur un ton toujours aussi calme, mais beaucoup plus triste. Si cet étranger était capable de faire comprendre au Libegon ses intentions simplement au travers d’une musique, probablement était-il aussi capable de comprendre tout ce qu’avait subit l’animal jusqu’ici… et de sentir tous les malheurs qui l’accablaient.
Complètement perdu, le Draco observait cette étrange scène haut dans les airs, fixant tour à tour le musicien, le Libegon chanteur et cette Absol effrayée derrière son maître. En quoi cette petite scène musicale aiderait son ami à se soigner ? Il ne comprenait pas… et pourtant, maintenant qu’il reprenait son calme petit à petit, il ne pouvait plus rester insensible à cette plainte du Libegon… il l’écoutait à son tour, n’osant plus réagir. Apparemment le dragon des sables savait ce qu’il faisait puisqu’il l’avait interrompu à deux reprises. Le Libegon avait confiance en cet humain pour une raison étrange, il ne l’empêcherait donc plus de s’approcher.

Le triste chant du Libegon s’arrêta après quelques instants, replongeant la forêt dans son silence initial. Il abaissa lentement sa tête, rouvrant les yeux pour dévisager cet humain qui pouvait désormais s’approcher de lui sans crainte. Sa tenue montrait qu’il ne venait pas de Flamen. Et étant donné le lieu, il paraissait évident qu’il était originaire de Terros… le dragon au sol ne distinguait pas parfaitement les couleurs à cause des deux globes rouges protégeant ses yeux lors des tempêtes de sable, mais il pouvait tout de même imaginer que l’humain venait d’un clan de guerriers à part. Quand à cette jeune louve qui l’accompagnait, elle n’avait rien d’un de ces monstres dont parlaient les légendes comme le disait son dresseur.

Maintenant que les choses étaient claires, le Libegon put se rallonger sur le sol. Même s’il ne savait pas comment, l’humain semblait prêt à le soigner. Il n’y avait plus rien à craindre… d’ailleurs les pokemons sauvages étaient également en partie revenus, intrigués par cet étrange échange musical entre l’humain et le Libegon. Eux qui s’attendaient à une catastrophe ou au moins à une effusion de sang, ils étaient au moins aussi déboussolé que le Draco qui virevoltait toujours dans les airs, préférant garder ses distances avec cet humain… après tout, mis à part Ninj, les derniers humains qu’il avait croisés avaient ruiné ses terres et massacré sa famille. Mais tout comme le dresseur qui lui avait sauvé la vie à plusieurs reprises, celui-ci semblait différent. Enfin… "Ils sont tous les mêmes" dirait probablement leur compagnon Voltali en lui jetant un regard dédaigneux…

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Lun 16 Aoû 2010 - 22:15

Ushiwaka fut soulagé de voir que le Libégon lui accordait sa confiance. Il fut particulièrement touché que, malgré son état déplorable, le seigneur du désert blessé reprenne la mélodie qu'il avait jouée. Le Draco rechigna un peu, mais toléra le fait que cet humain drôlement vêtu s'approche de son compagnon meurtri.
Le guerrier de la Lune s'accroupit près du dragon des sables, afin de l'examiner plus facilement. De nombreuses plaies parsemaient son corps, mais c'était celle sur sa queue qui était la plus étendue et la plus profonde. Un liquide rouge continuait de s'en écouler, alimentant la flaque pourpre, dont une partie commençait déjà à s'assombrir et se durcir. Ses grandes ailes qui, d'ordinaire lui donnaient une allure si majestueuse, semblaient former un angle plus qu'inhabituel. Le jeune homme se mordit la lèvre. Il n'était pas un spécialiste en soin, loin de là, bien qu'on lui ait enseigné quelques notions. Mais, c'était surtout pour soigner de petites plaies, et remettre un os en place...? Il risquait surtout d'aggraver son cas...
Ushiwaka secoua la tête. Il devait quand même tenter quelque chose. Il saisit sa gourde. Heureusement qu'il l'avait remplie avec l'eau claire du ruisseau. Le cours d'eau devait être riche en minéraux, vu qu'il passait dans une Forêt peut-être plusieurs fois millénaire. C'était parfait pour nettoyer une plaie. Il sortit un petit récipient et versa dedans le liquide frais. Puis, il se saisit d'un morceau de tissu et l'en imbiba avant de l'appliquer doucement sur son corps de dragon. Il s'attaqua d'abord aux plus petites plaies, les plus simples à nettoyer.
Le guerrier de la Lune entreprit ensuite de s'occuper de la blessure de sa queue. Cependant, il avait beau appliquer le linge humide dessus, même si la plaie avait un meilleur aspect, le sang continuait de s'en écouler lentement, tout comme la vie de son hôte. Il devait trouver une solution, et vite! Il se souvenait d'un remède à base de plantes... Il trouverait certainement ce qu'il lui faudrait dans cette forêt si riche, mais cela prendrait du temps. Et le liquide rouge se videraient pendant tout ce temps.
Le jeune homme sentit alors quelque chose se frotter doucement contre son bras. C'était sa petite louve blanche. Elle se pressait contre lui, ses yeux inquiets fixés sur le dragon aux allures de serpent. Ce dernier flottait toujours dans les airs, et suivait les moindres faits et gestes de l'humain et sa soeur d'armes. Ushiwaka posa une main rassurante sur Amaterasu, et une idée lui traversa l'esprit. Il se souvint que son maître d'armes lui avait dit que la salive avait un effet cicatrisant. Mais, il doutait que le Draco apprécierait. Le guerrier voulut quand même tenter le coup. Il se releva et se tourna vers le dragon bleu.

"Je pense que tu ne vas pas trop aimer si je ne te préviens pas. Je vais devoir trouver certaines plantes, mais je ne peux pas laisser le sang s'écouler. Il n'y a qu'une solution: Ama doit lécher sa blessure."

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Ven 20 Aoû 2010 - 17:48

Il n’aimait pas ça… vraiment pas ! Le Draco virevoltait au dessus des trois autres, lâchant régulièrement de petits grognements pour rappeler sa présence au cas où une mauvaise idée viendrait à germer dans l’esprit de l’humain. Mais comment pourrait-il s’opposer à cet humain alors que le Libegon, bien plus âgé et expérimenté, lui accordait sa confiance ?
Une fois que le dragon du désert fit comprendre à l’humain qu’il ne craignait rien, celui-ci s’avança pour commencer les soins. Au début, le traitement était presque plaisant pour le pokemon… bien qu’il n’appréciait pas vraiment d’être mouillé, il dût admettre que sentir ce bout de tissu rafraichissant sur chacune de ses plaies pour les nettoyer était assez agréable. Du moins, sur les petites plaies. Mais plus le temps passa, plus les choses devinrent difficiles… et la douleur attint son apogée lorsque l’homme s’attaqua à la blessure sur la queue du Dragon. Serrant les dents en gémissant de douleur, le Libegon réussit néanmoins à tenir face à cette irrésistible envie de secouer violement sa queue pour faire cesser cette brulure de l’eau au contact de la plaie ouverte. Ses ailes s’agitaient faiblement tandis qu’un long grondement se fit entendre, tel un chien qui menacerait un inconnu. Un faux pas, une erreur, et l’humain aurait volé de quelques mètres en arrière : l’erreur aurait probablement été d’agir ainsi avec un autre Libegon que celui de Ninj. A la seconde même où Ushiwaka lâcha la queue du dragon pour caresser son compagnon, le membre s’écarta rapidement pour se secouer dans les airs avant de redescendre calmement jusqu’à se poser sur le sol devant l’humain.

Le Draco pesta à nouveau aux paroles de l’humain, s’approchant pour empêcher l’Absol d’agir… mais une fois encore, ce fut le Libegon qui prit la décision de se laisser faire jusqu’au bout. De toute façon, à quoi bon défendre un quelconque honneur s’il devait en mourir ? Le Dragon hurla quelque chose au serpent bleu volant dans son langage de pokemon : sur le coup, le Draco refusa catégoriquement… mais finalement, ce n’était pas une si mauvaise idée. Au moins, il pourrait garder un œil sur cet humain, au cas où il irait chercher de l’aide. Le serpent ailé s’approcha donc d’Ushiwaka pour lui tourner autour avant de se diriger lentement vers la forêt : l’homme ne partirait pas seul chercher des plantes, le Draco l’accompagnerait.
Du point de vue du Libegon bien sûr, ce n’était pas du tout pour surveiller l’homme qu’il avait envoyé Draco avec lui, mais simplement pour éviter d’effrayer la jeune louve à coté de lui : elle semblait inquiète à cause du Draco, l’éloigner un moment permettrait peut-être de la rassurer ?
L’énorme dragon des sables tourna la tête vers l’Absol à ses cotés, puis frotta amicalement son crane contre le doux pelage du pokemon avant de se remettre en position, prêt à subir la brulure de la salive sur sa plaie pour la soigner.


_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Lun 6 Sep 2010 - 12:29

[Contrainte n°2: insister sur la psychologie du personnage]

La petite Absol sursauta en entendant son dresseur. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Il lui demandait de lécher la plaie du Libégon?! Mais... Le Draco allait la tuer, déjà qu'il ne l'aimait pas et ne tolérait sa présence que parce que son compagnon blessé avait donné son autorisation! Et, il lui demandait de faire ça?
Amaterasu recula d'un pas, grognant contre son frère d'armes. Ca, non, elle ne pourrait jamais l'accepter! Le guerrier de la Lune se tourna alors vers elle, et posa sa main sur la tête de sa jeune pokémon. Ce geste, pour quelqu'un d'autre, n'aurait eu aucune signification. Cependant, pour eux-deux, il était lourd de sens. Ils se connaissaient tellement, désormais, qu'ils n'avaient plus besoin de se parler pour se comprendre. Ce qui arrangeait le jeune homme, qui n'aimait pas gaspiller sa salive... Ainsi, à ce moment précis, Ushiwaka disait à sa louve blanche qu'il avait confiance en elle, et qu'il savait qu'elle serait à la hauteur. Sa soeur d'armes poussa un gémissement, mais finit par accepter, à contre-coeur, ce qu'il lui demandait de faire.
Satisfait, le guerrier eut un faible sourire et se redressa, observant les deux dragons. Eux aussi avaient l'air d'avoir une discussion. Le dragon des sables semblaient vouloir quelque chose de la part de son compagnon. Ce dernier, après quelques instants d'hésitation, finit par se diriger vers la Forêt. Apparement, il allait l'accompagner... Peut-être qu'Ama serait plus rassurée d'être seule avec le dragon blessé, de cette façon. Aussi, après un dernier coup d'oeil en direction de sa louve et du pokémon du désert, Ushiwaka s'enfonça entre les arbres plus que centenaires, le dragon bleu méfiant à ses côtés.

Agata Forest
Le jeune homme et le dragon avançaient lentement. Mis à part les branches et les feuilles qui craquaient sous les pas du guerrier, aucun des deux ne faisait de bruit. Apparement, l'un comme l'autre préféraient le silence, et cela convenait très bien au Terrosien. De toute façon, qu'auraient-ils bien pu se dire, hein? Il doutait fortement que le Draco s'intéresse à son histoire, qui n'était d'ailleurs pas très intéressante, soit dit en passant, Ushiwaka ayant passé la plupart de ses journées en compagnie de son maître d'armes, afin de se perfectionner dans le maniement du sabre.
Dés son plus jeune âge, il n'y avait que ça qui l'avait intéressé. Enfant, il avait toujours réclamé les mêmes histoires à sa mère, le soir, avant de s'endormir. Celles qui concernaient Izanagi, le plus grand guerrier de la Lune que sa Tribu ait connu. On disait de lui qu'il avait accompli de nombreux exploits, comme s'emparer de la monture du Dieu des Enfers, ou bien repousser à lui seul l'ennemi qui menaçait d'envahir l'île de la Demi-Lune. Un véritable demi-dieu, que seule la Mort avait vaincu.
Bien sur, toutes ces histoires étaient certainement exagérées. Mais Ushiwaka s'en fichait. C'était parce qu'il voulait devenir comme ce grand guerrier qu'il avait commencé ses cours d'armes bien avant les autres. C'était parce qu'il voulait être le nouvel Izanagi qu'il avait quitté son île natale, afin de parcourir le monde comme ce dernier, et ainsi s'améliorer. D'ailleurs, et là, Ushiwaka en était persuadé, il était tout désigné pour être son digne héritier. En effet, le guerrier légendaire était bien souvent accompagné d'un Absol aux tatouages vermeils, don de la Déesse Amaterasu après qu'Izanagi lui soit venu en aide. Or, sa propre louve blanche était venue à lui d'elle-même, et ses yeux étaient perlés de deux petites tâches rouges, comme des larmes de sang. N'était-ce pas un signe? C'était pour cela qu'il l'avait appelée du même nom que la Déesse des légendes. Et surtout, qu'on ne vienne pas lui dire qu'Izanagi n'avait jamais existé! Il avait vu la preuve de sa vie passée lorsqu'il s'était rendu dans la Cave de la Lune. Car, tout au fond, devant l'autel destiné à la Reine Lune, piégé dans le sol, se trouvait Tsukiyomi, le sabre de ce guerrier, dont on disait que c'était la protectrice de l'île elle-même qui lui en avait fait cadeau. Ce sabre renfermerait une partie des pouvoirs de l'astre nocturne, et aurait la faculté de repousser les ténèbres. Ushiwaka ne comptait plus le nombre de fois où, après avoir vu ce splendide objet qui avait traversé les âges, il avait rêvé de le brandir, afin de protéger la Tribu de la Lune, tout comme l'avait fait son modèle.
Mais, en cet instant, alors qu'il errait dans la forêt à la recherche des plantes qui lui serviraient pour faire son remède, il se maudissait de ne pas avoir étudié les soins. N'ayant tenu en estime que la maîtrise du sabre, il ne s'était pas senti concerné par d'autres choses, qui pourtant auraient pu lui être très utile. Heureusement, son maître d'armes avait quand même réussi à lui faire retenir quelques petits remèdes assez simples à réaliser...
Aussi, le guerrier tentait de se remémorer ce dont il avait besoin. Son maître lui avait dit qu'il s'agissait de plantes communes... Enfin, il trouva la première plante. Des orties. Ushiwaka entendit le Draco derrière lui se tortiller. Certainement devait-il se demander s'il ne se moquait pas de lui. Cependant, le jeune homme se rappelait que les feuilles de ces végétaux urticants étaient efficaces contre les hémorragies. Il s'accroupit pour être au niveau des plants et cueillit une dizaine de feuilles. Cela suffirait certainement. Il chercha encore un peu dans la forêt, toujours suivi du dragon bleu, et trouva les autres ingrédients qui lui étaient nécessaires, dont des myrtilles. Puis, ils retournèrent vers les deux pokémon qu'ils avaient laissés derrière eux.

Amaterasu, même après l'absence du Draco, n'était toujours pas rassurée. Non, décidément, l'idée de son dresseur ne lui plaisait mais alors vraiment pas! Mais, il lui faisait confiance, et elle ne voulait pas le décevoir... La petite louve blanche s'approcha timidement de la queue du seigneur du désert. Elle sentait son regard sur elle, ce qui n'était pas pour la rassurer davantage. Elle prit cependant son courage à deux pattes, et commença à lécher la plaie béante du dragon. Elle le sentait chaque muscle de son corps se tendre. Apeurée, elle recula brusquement en gémissant. Elle espérait que la salive q'elle venait d'appliquer suffirait à empêcher le sang de couler. Mais non, un mince filet du liquide rouge continuait de sortir du corps. Cependant, il lui sembla qu'il était moins gros qu'auparavant... Ca marchait, donc! Ushiwaka avait raison! Contente du résultat, la jeune Absol se remit à la tâche que son dresseur lui avait confiée.

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Dim 12 Sep 2010 - 1:10

L’humain ramassait des plantes… et pas des plantes uniques dotées d’un quelconque pouvoir mystique, des plantes tout ce qu’il y a de plus normales, allant des orties à de simples fruits de saison… cela ressemblait presque à une mauvaise blague : le Draco commençait à réellement s’inquiéter pour son ami Libegon. Néanmoins, il se contenta de suivre cette personne aux habits étranges, gardant espoir… si le dragon du désert l’avait éloigné, c’était pour une bonne raison, il se devait de lui obéir.

Du coté de l’immense dragon vert, l’Absol n’avait pas l’air d’être beaucoup plus rassurée même en l’absence du serpent volant. elle mit un moment avant de commencer à lécher la plaie, puis recula en gémissant immédiatement après avoir commencé, apeurée… le Libegon venait de tressaillir en sentant la salive bruler sa plaie, néanmoins il ne bougeait pas. Cela avait l’air de marcher… d’ailleurs, la petite louve reprit son job temporaire après quelques instants, provoquant de nouvelles grimaces du seigneur du désert. Le dragon laissait échapper de petites plaintes de temps à autre, bougeant le moins possible pour ne pas déranger sa petite infirmière…

Le calme régnait à nouveau dans la forêt… les divers pokemons de la forêt étaient retournés se cacher au fond de leurs terriers, seul le souffle du vent perturbait encore les feuilles des arbres. Tout était silencieux… bien trop silencieux. Depuis le début, de nombreux pokemons s’étaient intéressés à l’histoire de cette créature blessée, il n’était pas normal qu’ils aient tous disparus sans raison. Le pokemon du désert était aux aguets, malgré qu’il soit dans l’incapacité de bouger ou même de se camoufler.

Confirmant les craintes du dragon, une boule de feu surgit d’au milieu des feuillages à toute vitesse en direction de la pauvre Absol. Avant même que la jeune louve n’ait le temps de réagir, le Libegon déploya ses ailes d’un coup sec pour protéger sa soigneuse. La flamme s’abattit sur son membre dans un faible bruit d’explosion, arrachant un cri de douleur au dragon : quelques flammes subsistèrent l’espace d’un instant, le temps que le pokemon les éteigne en secouant rapidement ses ailes meurtries. Tournant la tête vers l’attaquant, le Libegon poussa un puissant cri de rage, beaucoup plus inquiétant que la douce mélodie qu’il avait réservée à Ushiwaka…

Un homme de Flamen en tenue de soldat sortit des broussailles, une feuille à la main sur laquelle était dessinée une Voltali. Son bras était encore fumant, l’attaque provenait forcément de lui… mais il ne semblait pas aussi agressif que l’instant d’avant, il paraissait même plutôt étonné. Il dévisageait avec étonnement le pokemon que le dragon venait de protéger, remarquant son erreur.


« Tient… on m’a dit qu’une Voltali accompagnerait ce Libegon blessé… pas une Absol. Où est cette Voltali ? C’est elle que je cherche. »

Comme pour appuyer ses dires, l’humain forma une autre boule de flammes dans sa main, menaçant les deux pokemons de son bras libre. Sans geste brusque, le Libegon recouvrit entièrement l’Absol d’une de ses ailes : il ne pouvait pas la laisser se mettre en danger tant que l’autre dresseur n’était pas revenu. Il se mit ensuite à gronder faiblement, mettant en garde son adversaire sans pour autant se montrer agressif : en cas d’affrontement, l’issue demeurait incertaine… il ne pouvait pas bouger, et donc il n’esquiverait aucun coup. Pour le moment, mieux valait garder cet homme dans le flou, lui faire croire qu’il n’était pas celui que l’autre recherchait. Après-tout, Voltali n’était absolument pas dans les parages, il ne savait même pas où elle se trouvait… d’ailleurs, si elle avait été là… ce pauvre humain téméraire ne serait déjà plus de ce monde.
L’homme s’approcha lentement des deux pokemons, gardant néanmoins une distance de sécurité avec la tête de l’énorme dragon. Un petit sourire s’affichait sur son visage, tandis qu’il observait les nombreuses blessures du dragon. Certain d’avoir l’avantage, il prenait son temps, crânant à moitié avec cette boule de flammes qu’il pouvait balancer à n’importe quel instant… il cherchait à se montrer inquiétant pour faire céder le pokemon, mais jamais le Libegon ne baisserait le regard…

Ayant entendu les cris de son compagnon, le Draco se mit à siffler de façon agressive à son tour, tournant autour d’Ushiwaka pour lui demander d’accélérer le pas. Quelque chose s’était passé à l’endroit où les deux autres se trouvaient : le Libegon était en danger autant que sa précieuse Absol, donc l’humain avait intérêt à le suivre au plus vite. Traversant la distance qui les séparait de son ami avec aisance, le dragon bleu arriva enfin sur place. Mais au lieu d’arrêter cet homme de Flamen, il s’enfonça à nouveau dans les feuillages des arbres… l’homme et le pokemons ne semblaient pas avoir commencé à se battre, le Draco comptait donc vérifier qu’il était bien seul avant d’agir.


_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Ven 17 Sep 2010 - 18:06

Ushiwaka avait également entendu le cri de rage de Libégon. Heureusement, il venait de ramasser la dernière plante nécessaire à son remède. Alors qu'il se relevait, il eut juste le temps de voir la queue de son 'garde du corps' disparaître dans l'ombre d'un arbre. Le jeune homme se précipita à sa suite.
Alors qu'il atteignait le niveau de la clairière, il entendit une voix humaine, suivi d'une sorte de souffle accompagné d'une lumière orangée et vive. Ne voyant le dragon bleu nulle part, le guerrier préféra se dissimuler derrière un arbre, pour voir ce qu'il se passait.
Un homme en armure se tenait face au seigneur du désert blessé. Ce qui ne semblait vraiment pas plaire à ce dernier. A la grande surprise d'Ushiwaka, l'homme envoya, de sa main tendue, une boule de feu! Un Flamenois, comme l'indiquait le blason à l'effigie du pays du feu qui décorait son armure qu'avait pu apercevoir le jeune homme à la lueur de son attaque embrasée.
Le corps enflammé stoppa sa course en rencontrant l'une des ailes endommagées du dragon des sables qui traînait à terre. Il poussa un grondement sourd sous la brûlure occasionnée, mais semblait déterminé à ne pas dévoiler ce que cachait son membre assailli par les flammes...
Mais qu'est-ce qu'il lui voulait, cet homme?! Ushiwaka ne pouvait croire qu'il s'agissait là d'une simple attaque visant à l'affaiblir pour le capturer. A ce rythme-là, le noble dragon ne pouvant se défendre, il ne serait bientôt plus de ce monde! Et le Flamenois semblait agir en pleine connaissance de cause! Bon sang, mais où était Draco? Le guerrier de la Lune ne pouvait croire qu'il avait abandonné son compagnon à son triste sort, vu la façon avec laquelle il s'était montré hostile envers lui lorsqu'il avait tenté d'aider Libégon.
Alors qu'il relevait la tête vers la cime des arbres, il remarqua, grâce à la lumière créée par une autre attaque du soldat, le reflet bleuté des orbes ornant le corps du second dragon dans le feuillage d'un arbre, non loin de là où il se trouvait. Ushiwaka décida de le rejoindre, jugeant qu'effectivement, il aurait une meilleure vue sur la scène qui se déroulait dans la clairière. Avec une agilité étonnante, le jeune guerrier escalada l'arbre derrière lequel il s'était dissimulé et se retrouva bien vite aux côtés du dragon aux allures de serpent.
Ce dernier lui jeta à peine un coup d'oeil. Mais, ce qui étonna Ushiwaka, c'était qu'il ne regardait pas ce qu'il se passait en dessous. Bien au contraire, ses yeux de jais scrutaient l'obscurité. A chaque fois qu'il semblait voir quelque chose, ses ailettes se rabattaient violement sur son crâne, et son corps s'agitait violement, comme s'il s'empêchait d'attaquer. En regardant dans la même direction que lui, le guerrier comprit son attitude.
Le Flamenois, en bas, n'était pas venu seul. Tapis dans les fourrés, certainement là pour servir de renfort en cas de besoin, se trouvait une dizaine de soldats supplémentaires. Mais, celui dans la clairière semblait être le plus gradé. Quelques pokémon les accompagnaient, et pas des plus dociles: trois Démolosse. Heureusement qu'ils étaient venus du côté opposé au leur, sinon...
Alors qu'il réfléchissait à un moyen de les atteindre depuis leur arbre, son regard se posa à nouveau sur la clairière. Et le perturba. Où était passée sa petite louve blanche? Elle n'avait pas pu s'enfuir, malgré le fait qu'elle soit peureuse, jamais elle n'aurait laissé Libégon seul. Jamais elle ne se serait permis de le décevoir, lui, son frère d'armes! Ushiwaka se fit plus attentif à ce qu'il se passait, et découvrit avec stupeur ce que faisait le seigneur blessé. A la lueur d'une nouvelle boule enflammée, il avait aperçu un peu de fourrure immaculée, sous l'aile meurtrie du dragon. Il était en train de la protéger, alors que lui-même était au bord de la mort! Non, il ne pouvait pas laisser faire ça! Ama était capable de le défendre, mais elle avait sûrement peur car elle se sentait seule! Il lui suffisait de lui montrer que lui, son dresseur, était là. Alors, elle montrerait ce dont elle était capable. Et, pour cela, Ushiwaka avait exactement ce qu'il fallait...

En bas, sous son abri improvisé, Amaterasu tremblait de tous ses membres. Elle était totalement désemparée, ne comprenait pas ce qu'il se passait. Pourquoi cet inconnu les attaquait-il? Ou, plutôt, pourquoi s'en prenait-il à Libégon? Ne voyait-il pas qu'il était déjà blessé? A chaque fois qu'elle entendait le choc des flammes contre l'aile du dragon des sables, elle échappait un gémissement, et se plaquait contre le corps frémissant de son protecteur. Certaines des blessures se remettaient à saigner, d'une manière très abondante, même! Mais, que pouvait-elle faire?
Ushiwaka's Theme


Les notes, claires comme une eau de source, résonnèrent dans l'immensité silencieuse de la Forêt, qui semblait comme avoir retenu son souffle. La petite Absol, reconnaissant le son de la flûte en bois de son frère d'armes, ferma les yeux pour mieux écouter la mélodie. Depuis le temps qu'ils se connaissaient, elle avait appris à déchiffrer les messages qu'il lui destinait dans les morceaux qu'il jouait. Ainsi, celui-ci pouvait être interprété de la façon suivant: Je suis là, ne t'en fais pas, bats-toi de toutes tes forces.
De l'autre côté, le Flamenois avait cessé ses attaques, laissant un moment de répit au pauvre dragon blessé et désormais brûlé. Lui aussi écoutait, et tentait de savoir d'où venait cette musique. D'autres hommes s'approchèrent alors avec leurs Démolosse, excités par l'odeur du sang et de la peur de la petite Absol. Eux non plus ne savaient pas vraiment quoi penser de cette étrange mélodie qui, durant quelques secondes, avait remplacé le silence oppressant du lieu sylvestre.

"Qu'est-ce qu'on fait, chef? On dirait qu'il y a quelqu'un d'autre, finalement."
"Et on dirait bien que, cette fois-ci, c'est un homme. Peut-être que c'est ce fichu renégat, après tout, ça m'étonne qu'il ait laissé ses pokémon seuls..."
"Chef! Regardez!"

Amaterasu s'était dégagée de l'aile de Libégon. Ce dernier poussa un grondement d'avertissement, mais elle l'ignora. Ses yeux se posèrent sur leurs assaillants. D'habitude ambrés, ils étaient d'un rouge sang angoissant et emplis de haine, envers ces hommes qui s'en prenaient à un pokémon blessé, qui plus est celui dont elle était chargée de soigner jusqu'au retour de son dresseur. Ses griffes se plantaient dans le sol. Sa queue noire en faux tranchait l'air furieusement, avec un petit sifflement à chaque mouvement. Elle grondait furieusement, en dévoilant ses crocs aiguisés, alors que la fourrure de son échine se hérissait.
Elle était totalement transformée. Ces quelques notes de musique, qui pour les autres n'avaient aucune signification, lui avaient redonné confiance en elle. Désormais, elle n'avait plus rien à voir avec la petite créature peureuse. Son instinct de guerrière, de prédatrice, bien ancré dans ses gènes, s'était réveillé. Maintenant, elle n'avait qu'une seule envie. Tuer. Tuer ces hommes qui avaient osé s'en prendre à un pokémon blessé.
Bien campée sur ses pattes, elle prit une grande inspiration. Avant de pousser un hurlement de défi. Les Démolosse, troublés par la peur qui s'était subitement évaporée, trépignaient sur place en poussant des grognements. Ils n'osaient pas trop s'approcher d'elle. Après tout, les Absol n'apportaient que des malheurs, c'était bien connu. Et, l'attitude qu'avait cette pokémon de leur espèce ne laissait présager rien de bon.

"Faites taire ces clebs! Elle est toute seule, elle ne peut pas nous avoir!"

Et, pour se donner davantage de contenance, le gradé tendit le bras vers elle. Les flammes s'accumulaient rapidement dans sa main. Amaterasu, elle, attendait. Elle savait qu'elle pourrait éviter le projectile.

Voyant ce que préparait le Flamenois, Ushiwaka n'hésita pas. Même s'il avait confiance en sa louve, il ne voulait pas pour autant qu'elle se blesse gravement, pour finir dans le même état que Libégon. Il se laissa tomber à terre tout en dégainant son sabre. Dés qu'il posa le pied à terre, il bondit droit sur celui qui menaçait sa pokémon. Les autres n'eurent même pas le temps de réagir, que déjà son sabre tranchait le bras du soldat. Le membre tomba au sol. Le soldat regarda sa main manquante, d'abord surpris, puis en poussant un cri de douleur et d'horreur. C'était le signal que le combat débutait. Amaterasu se jeta sur le Flamenois le plus proche, plantant ses crocs dans sa gorge, alors que d'autres tentaient d'attaquer le guerrier de la Lune.

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Dim 26 Sep 2010 - 1:49

Les flammes de l’homme percutèrent à plusieurs reprises les ailes du pauvre Libegon impuissant, arrachant un horrible cri de douleur au dragon. Et pourtant, le seigneur du désert ne contre-attaquait pas, attendant une sorte de moment propice pour lancer une unique attaque. Il défiait du regard ce Flamenois persuadé de faire le bien de son pays qui avait pourtant perdu toute notion du bien et du mal. Attaquer un pokemon blessé… l’affaiblir petit à petit, le faire souffrir jusqu’à la mort pour lui soutirer une information qu’il ne possédait même pas… sans trop y croire, le dragon espérait un miracle… l’arrivée de Voltali, de Ninj, ou même d’Arcanin… n’importe lequel des trois lui sauverait la vie. Hélas, la seule chose qui vint à son secours fut une nouvelle mélodie jouée par la flute d’Ushiwaka. Conscient que cette chanson s’adressait à la petite louve, le Libegon releva légèrement son aile pour laisser l’Absol agir. Elle semblait comme métamorphosée… d’une petite créature craintive, elle venait de se transformer en une de ces bêtes sanguinaires qu’il n’avait que trop l’habitude de croiser.

Le combat débuta, pour le meilleur et pour le pire… L’humain de Terros bondit hors des branchages pour trancher un bras au flamenois, tandis que des renforts arrivaient de l’autre coté, accompagnés de trois Démolosses en pleine forme. Comme prévu, l’Absol se jeta immédiatement à la gorge d’un des nouveaux venus, au grand désarroi du Libegon. Mais mieux valait pour elle qu’elle soit ainsi… sa vie en dépendrait probablement. Le Draco ressortit également de sa cachette à son tour, bloquant la route des Démolosse en créant un mur de glace devant eux à l’aide de son laser glace. Mur bien évidemment ruiné en l’espace d’un instant par les flammes des pokemons canins. Jusqu’ici, le Draco avait montré qu’il ferait tout pour protéger le Libegon, qu’il ne laisserait personne le toucher sans agir… malheureusement, le serpent volant n’était pas du tout un bon combattant, loin de là ! Alors se battre, lui tout seul, contre 3 Démolosse ? C’était tout simplement suicidaire de sa part… les jets de flammes partaient déjà dans tous les sens, tandis que le pauvre Draco se tortillait dans tous les sens pour les éviter, se brulant la queue à plusieurs reprises… il avait beau lancer de nouveaux laser glace dans la direction des chiens, l’attaque n’avait pas grand effet ! Il faut dire qu’il ne connaissait presque aucune autre technique… le pauvre n’avait fait que subir, il ne s’était jamais battu ! Même pendant la guerre, il n’était arrivé qu’à la fin, et le Libegon avait probablement fait la majorité du travail… hors aujourd’hui, son sauveur était à terre, blessé, brulé, épuisé… tout en réfléchissant à une méthode d’approche, le Draco sentait la fatigue l’atteindre… il avait passé les derniers jours à fuir, il n’était même pas en état de lutter. Un jet de flamme l’atteignit en pleine tête, entrainant le serpent volant dans une chute libre jusqu’au sol. Un seul attaque suffit à le mettre à terre… un seul coup suffit à le rendre inconscient. Voyant la faiblesse d’un de leurs adversaires, les trois chiens se ruèrent sur ce pauvre innocent incapable de lutter plus longtemps. Alors que les trois bondissaient ensemble sur leur proie, Un puissant rayon d’énergie brillant leur barra la route, projetant les cabots les uns sur les autres. Se relevant en titubant, les Démolosse cherchèrent du regard l’origine de cet ultralaser et remarquèrent qu’une ombre venait de se redresser devant eux, leur bouchant la vue du soleil du haut de sa silhouette…

Malgré ses blessures, malgré sa faiblesse, le Libegon s’était redressé sur ses pattes arrière, écartant les ailes pour se donner un air encore plus impressionnant. Le cri de fureur qu’il lança fit reculer les trois Démolosse, lui donnant un air encore plus effrayant. Son sang se répandait autour de lui, la plupart de ses blessures s’étant rouvertes… mais cela ne semblait pas l’inquiéter.

L’un des trois Démolosse donna un ordre à ses compagnons, visiblement plus courageux que les deux autres. Reprenant un peu de courage grâce à leur leader, les bêtes se séparèrent, encerclant la créature blessée : si le Libegon était capable de mettre à terre les chiots lorsqu’ils étaient regroupés, ce n’était plus le cas lorsqu’ils se séparaient… surtout que le pauvre ne pouvait pas s’envoler avec ses ailes blessées. C’est ce moment visiblement désespéré que le Libegon choisit pour lever sa tête en direction du ciel et lancer un petit cri mélodieux au milieu de cet affrontement bestial… évidemment, il s’adressait aux deux autres combattants de son coté, Ushiwaka et sa louve. Même si aucun message n’était décelable, le groupe n’ayant pas l’habitude de combattre depuis aussi longtemps que l’humain et sa pokemon, il était facile de deviner que le seigneur du désert préparait quelque chose. Tandis que les trois Démolosse chargeaient, le Libegon attrapa le Draco inconscient dans sa gueule, puis poussa le plus fort possible sur ses jambes pour bondir, et retomber exactement au même endroit, provoquant un séisme de puissance plutôt convenable malgré ses blessures. Les trois pokemons feu perdirent l’équilibre et s’écroulèrent sur le sol, ainsi que les humains qui ne s’attendaient à ce genre d’attaque de la part d’un pokemon blessé. D’ailleurs, le Libegon se retrouva à son tour à terre après son attaque, incapable de tenir le rythme plus longtemps. Il plaqua sa queue contre l’un des Démolosse, puis cracha un dracossoufle sur un deuxième chiot après avoir reposé le Draco à terre…

Les deux pokemons de Ninj semblaient maintenant hors d’état de combattre… et toujours personne ne se montrait. Même les soldats s’en étonnaient : l’humain avait-il réellement abandonné ses deux puissants pokemons ? Dans ce cas, cela leur faisait une raison de plus de le rattraper pour l’éliminer… l’un des soldats tenta une approche plus pacifique d’Ushiwaka, gardant néanmoins une lame pointée en direction du combattant étrangement vêtu :


« Toi… tu n’es pas celui que nous recherchons, pourquoi défends-tu ces renégats ? Le jugement d’Omatsu les a condamnés, ce qu’ils ont fait durant la guerre est plus grave que tout ce que tu peux imaginer… l’un d’entre eux est un monstre qui tue comme il respire, et toi, tu les protèges ? »

Le Libegon ne pouvait qu’écouter sans agir… que ferait Ushiwaka ? Le soldat n’avait pas tout à fait tord, hélas… mais en même temps, s’ils s’étaient retrouvés là-bas, au milieu de l’affrontement, c’était bien la faute du pays de Flamen… pas la leur.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Mar 2 Nov 2010 - 12:43

La bataille faisait rage dans la clairière obscure. Malgré le nombre de combattants, Ushiwaka et sa jeune pokémon arrivaient tant bien que mal à les tenir en respect. La jeune louve, qui désormais ne ressentait plus de peur, se jetait brusquement sur les soldats. Elle n'avait qu'une idée en tête. Leur planter ses crocs dans la gorge, les lacérer de ses griffes et de ses deux sombres faux.
Malheureusement, elle n'avait pas une grande expérience de ce genre de combat. Durant leurs entraînements, elle servait de soutien à son frère d'armes, et jamais elle n'avait tué quelqu'un ou quelque chose. Et, même si elle avait su, ses armes naturelles n'étaient pas encore suffisament développées pour ôter la vie d'un seul coup. Et il ne lui venait pas à l'idée d'améliorer ses frappes au moyen de techniques comme une Coupe Psycho ou une Tranche-Nuit... Le mieux qu'elle puisse faire, pour le moment, c'était infliger une douleur suffisament grande à son adversaire pour qu'il soit dans l'incapacité de bouger, ne serait-ce qu'un seul instant, afin que le guerrier de la Lune l'achève.
Oui, tout aurait été pour le mieux dans ce cas-là. Le jeune guerrier et sa petite louve blanche se connaissaient bien assez pour être syncrhones dans leurs attaques. Cependant, ils ne pouvaient mettre cela en pratique, chacun étant en train d'affronter les soldats d'un autre côté. Ce qui n'était pas à leur avantage, loin de là, même s'ils arrivaient à se défendre.
Ushiwaka se retrouva acculé contre un arbre, alors que les soldats l'encerclaient. Il avait beau chercher, il ne voyait aucune échappatoire! C'est à ca moment qu'il entendit le puissant rugissement du seigneur du désert blessé. Il préparait certainement quelque chose, malgré son état. Et, pour qu'il le prévienne, cela voulait dire que c'était certainement un...! Le guerrier de la Lune sauta et saisit une branche de l'arbre juste à temps. Les soldats, étourdis par l'onde du Séisme, marchaient en chancelant. Certains, trop touchés, s'effondrèrent. Profitant de l'occasion, le jeune Terrosien se précipita jusqu'au dragon des sables, aussitôt rejoint par sa jeune louve. Elle aussi avait entendu l'avertissement du pokémon blessé. Ce moment de répit permit à Ushiwaka de vérifier son état. Alors qu'ils avaient réussi à soigner à peu près ses plaies, Libégon était de nouveau en sang! Comme il relevait la tête, le jeune guerrier de la Lune vit un des Démolosse hors d'état de nuire... Mais aussi Draco, ce qui était plus problématique!


« Toi… tu n’es pas celui que nous recherchons, pourquoi défends-tu ces renégats ? Le jugement d’Omatsu les a condamnés, ce qu’ils ont fait durant la guerre est plus grave que tout ce que tu peux imaginer… l’un d’entre eux est un monstre qui tue comme il respire, et toi, tu les protèges ? »

Ushiwaka se redressa. Le soldat lui faisait face, sa lame pointée sur lui. Les deux Démolosse se tenaient à ses côtés, et grognaient de fureur. Ils ne semblaient pas se faire à l'idée qu'un pokémon blessé avait non seulement réussi à protéger son compagnon, mais qu'il était dans un même temps parvenu à mettre KO l'un des leurs. Amaterasu se positionna aux côtés de son frère d'armes. En réponse aux attitudes menaçantes des chiens de feu, elle hérissa elle aussi l'échine et montra les crocs. Puis, elle poussa un grondement sourd, pour dire au guerrier de la Lune qu'elle était prête à combattre à nouveau.

"Je me fiche de ces accusations. Ma tribu n'a pas pris part à la dernière guerre, et tout ce que ces pokémon ont pu y faire ne me concerne pas. Moi, tout ce que je vois pour le moment, c'est un pokémon blessé lâchement attaqué par une dizaine de soldats et des pokémon, alors qu'ils savent pertinement qu'il ne pourra pas se défendre! Et ça..."

Le jeune homme se positionna, pour parer toute attaque les visant lui ou l'un des deux dragons.

"Je ne peux pas l'accepter!"

[désolée pour la réponse tardive et courte... T.T ]

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Mer 3 Nov 2010 - 0:09

Inconscients et donc incapables de se défendre, les deux dragons étaient désormais sous l’entière protection d’Ushiwaka. Fou de rage après la perte de l’un des leurs, les deux Démolosses restant hurlaient de rage comme jamais, attendant un ordre de leur maître pour bondir sur cet humain qui osait leur tenir tête. Mais l’homme semblait vouloir convaincre le Terrosien, persuadé de pouvoir récupérer les fugitifs sans avoir à déplorer de nouvelles victimes… plusieurs corps gisaient déjà sur le sol autour d’eux, certains blessés, d’autres au bord de la mort… s’il pouvait éviter d’accumuler encore plus de sang sur l’herbe verte de cette forêt, il le ferait.

« Pourquoi penses-tu qu’il soit dans cet état déplorable ? Cette créature a aidé un monstre à s’enfuir… massacrant sans aucun remord les soldats qui le maintenaient prisonnier ! Nous avions seulement réussi à le blesser jusqu’ici… mais aujourd’hui, nous pouvons enfin mettre fin à ces horreurs, et peut-être même remonter jusqu’à l’autre créature ! Crois-moi, tu fais erreur en le protégeant… je te laisse une dernière chance de partir en oubliant toute cette histoire, terrosien, saisit-la. »

Levant sa lame en l’air, l’humain lâcha enfin les fauves qui se retenaient depuis trop longtemps de bondir à la gorge de cette libellule géante. Personne ne cherchait à blesser Ushiwaka… toutes les attaques se dirigeaient vers les deux dragons impuissants. Toutefois, il était facile de remarquer qu’un certain nombre des soldats restant ne bougeaient pas, fixant Ushiwaka du regard… au moindre faux pas de la louve ou de son maître, celui-ci redeviendrait leur cible.

Une nouvelle mélodie se fit entendre dans les airs, bien moins douce que celles jouées par Ushiwaka. Cette mélodie, c’était celle du tonnerre qui grondait, apportant avec lui d’inquiétants nuages sombres pour recouvrir le soleil… tous entendirent un cri de fureur venant d’autour d’eux, accompagné du déchirement provoqué par la foudre qui frappa directement les deux chiens de feu. L’instant d’après, les bêtes s’étalaient au sol dans un nuage de poussière, tandis que leurs maîtres cherchaient encore à comprendre la cause de ce cataclysme.
Pourtant, tous la connaissaient… c’était d’ailleurs pour elle qu’ils étaient ici. Et comme l’ennemi que l’on provoque, elle était venue. S’avançant d’un pas lent, ignorant complètement tous ces humains qui l’entouraient, la renarde au poil hérissé se dirigeait vers son ami blessé. Elle enjamba les corps inertes des deux Démolosses sans un regard, vide du moindre remord pour ces deux vies supplémentaires qu’elle venait d’ôter. Certains l’observaient en tremblant, d’autres hésitaient à charger… néanmoins, tous étaient certains d’une chose : elle n’était pas à sous-estimer. Ne serait-ce que physiquement, la Voltali était imposante. Mais son regard tout particulièrement incitait à la prudence : tant de haine réunie en une seule créature, tant de dégout exprimé d’un simple coup d’œil…

Chacun des soldats purent l’observer précisément lorsque la Voltali grimpa sur le corps de son ami dragon. Levant sa gueule en direction du ciel et fermant les yeux, elle laissa échapper un nouveau hurlement, plus puissant que le premier pour appeler à elle son vœu… enfin, ce n’était pas vraiment le sien aujourd’hui, mais plutôt celui de Ninj. L’humain lui avait dit où trouver ses deux compagnons dragons… et lui avait demandée de les protéger. Il était temps pour eux de tous se retrouver, et de terminer enfin cette fuite infernale. A quoi bon courir sans fin ? Ils étaient tous prêts à se battre s’il le fallait, du moment qu’ils restaient ensemble.

La lumière du soleil transperça le ciel obscur, éclairant la renarde et son compagnon dans un magnifique halo lumineux. Les blessures les plus superficielles du Libegon semblèrent se refermer doucement, tandis que son sang cessait enfin de se répandre au sol. La créature du désert restait malgré tout inconsciente, mais tous purent observer que sa respiration se stabilisait et que le calme gagnait enfin le corps meurtri du dragon.
Inquiets devant ce retournement de situation trois soldats s’approchèrent arme en main de la Voltali, espérant pouvoir l’arrêter avant la guérison totale du Libegon… grave erreur de leur part. Pourquoi étaient-ils aussi peu préparés ? Pas un pokemon résistant à la foudre, pas un soldat digne de ce nom… était-ce une blague ? Ou comptaient-ils seulement affronter ce pauvre Libegon blessé ? Rouvrant les yeux, la Voltali hérissa à nouveaux son pelage électrique, provoquant plusieurs décharges électriques en direction des assaillants. Sans doute aurait-elle put simplement les arrêter, ou les immobiliser… mais la renarde n’en avait pas l’intention. Sa foudre ne cessa pas avant que la pokemon ne soit certaine du sort de ses victimes. Même une fois au sol, les trois hommes continuaient de trembler, jusqu’à ce que leur corps se fige entièrement, rejoignant les Démolosse à terre. Puis, d’un simple regard haineux, la Voltali invita les quelques soldats restant à partir au plus vite… et tous s’exécutèrent. Seul celui qui avait parlé à Ushiwaka reprit la parole une dernière fois avant de s’échapper à son tour : son arme était tombée au sol, sa main tremblante étant incapable de la tenir fermement plus longtemps. La peur se lisait dans son visage et le désespoir dans sa voix.


« Observe Terrosien… vois ce que tu as protégé ! Admire ce pour quoi tu as risqué ta vie ! »

Tous les soldats prirent finalement la fuite, tandis que la pluie commençait à tomber pour couvrir peu à peu leurs bruits de pas… seul l’endroit où se tenait la renarde était encore éclairé par le soleil, le vœu continuant lentement son effet curatif…
La Voltali observait maintenant la seule personne encore présente autour du Libegon… Ushiwaka. Un humain, à nouveau. Un de ces êtres pitoyables dont l’utilité sur Erasia n’a toujours pas été prouvée. Quelques éclairs se remirent à parcourir le corps électrifié de la renarde, pour finalement laisser échapper deux faibles décharges qui frappèrent le sol de part et d’autre de cet homme étrangement vêtu. Le troisième pokemon de Ninj n’avait pas encore eut l’occasion de rencontrer cet étranger, elle ne connaissait donc pas ses intentions… une mise en garde était toujours nécessaire dans ce genre de cas, même si la démonstration avec les soldats de Flamen avait sans doute été suffisante pour lui ôter toute idée mal placée.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Sam 6 Nov 2010 - 20:00

Le guerrier de la Lune demeura imperturbable en écoutant le soldat déblatérer les accusations à l'encontre de Libégon. Même s'il disait vrai, jamais Ushiwaka ne le laisserait s'approcher du seigneur du désert ou de Draco. Son maître d'armes lui avait toujours répété qu'un guerrier honorable ne s'attaquait jamais à des personnes blessées. De plus, la culture de sa Tribu insistait énormément sur le fait de toujours porter secours à quelqu'un qui se trouvait dans le besoin, même s'il s'agissait d'un parfait inconnu ou d'un pokémon. Peut-être cela venait-il du souvenir de la déesse de la Lune sauvant leur île des eaux déchaînées de l'Océan, très présent dans tous les contes.
Non, vraiment, ce soldat de Flamen n'avait rien d'un guerrier valeureux. Raison de plus pour ne pas le laisser faire!


«Je te laisse une dernière chance de partir en oubliant toute cette histoire, terrosien, saisit-la. »

Le Flamenois n'attendit même pas sa réponse. De toute façon, il n'en avait aucune à donner, il lui avait déjà exposé son point de vue. Les Démolosse qui jusque là se retenaient tant bien que mal, bondirent dés que leur maître pointa le ciel de sa lame. Leurs intentions étaient claires comme de l'eau de roche: ils souhaitaient mettre un terme à la vie des deux nobles dragons, et en particulier celui qui leur avait infligé une telle humiliation. Tandis que le jeune Terrosien attendait le bon moment pour faire un pas de côté et abattre sa lame sur l'un des chiens de feu, il sentait la colère gronder dans la gorge d'Amaterasu. De sa gueule dégoulinait du sang humain, qui venait souiller la pureté de sa robe de neige. Ses yeux ne quittaient pas les mouvements du molosse qui s'approchait d'elle, alors qu'elle balançait son poids sur son arrière-train. Lorsqu'elle jugerait que le moment serait propice, elle bondirait sur lui, dans l'espoir de le tuer (même si elle avait bien peu de chance d'y parvenir, en vérité) Oui... Ushiwaka pouvait compter sur sa louve blanche, et il le savait. Jamais elle ne le laisserait tomber, il pouvait en être assuré.
Cependant, un évènement totalement imprévu chamboula les plans du guerrier de la Lune et de sa sœur d'armes. Alors que les chiens des enfers étaient presque sur eux, tous purent entendre un grondement semblable au tonnerre, presque immédiatement suivi par le fracas sonore de la foudre. Un instant aveuglé par la brusque luminosité, Ushiwaka fut stupéfait par ce qu'il voyait quand il recouvrit la vue. Les deux Démolosse, touchés de plein fouet par l'éclair, gisaient inertes au sol. Le guerrier n'eut même pas besoin de s'approcher pour comprendre qu'ils étaient morts.
Une renarde au pelage hérissé et d'un jaune éclatant apparut. Tous comprirent immédiatement qu'elle était à l'origine de cette attaque. Même Ushiwaka, qui pourtant ne l'avait jamais rencontrée auparavant. Sa puissance se devinait rien qu'en l'observant. La Voltali n'accorda même pas un regard aux autres acteurs du combat. Elle se dirigea vers les deux dragons d'un pas lent, presque nonchalant, qui contrastait assez avec la force dont elle avait fait preuve. Le guerrier de la Lune ne tenta même pas de l'en empêcher. Si elle avait volontairement lâché un peu de son pouvoir sur les pokémon qui en voulaient à la vie de Libégon et Draco, elle n'avait certainement pas d'intentions hostiles à leur égard. Quand bien même cela avait été le cas, comment aurait-il pu l'arrêter?
A présent juchée sur le corps du seigneur blessé, l'évolition électrique poussa un autre hurlement, si semblable au tonnerre. Mais, cette fois-ci, elle ne faisait pas appel à la colère du ciel. Bien au contraire, ce fut un soleil éclatant et chaleureux qui répondit à cet appel sauvage, baignant de sa lumière dorée la renarde et Libégon, offrant un spectacle assez incongru aux personnes présentes. Le sang cessa d'abord de couler des plaies du pokémon, puis elles se refermèrent progressivement.
Quelques soldats tentèrent alors de profiter du fait que la renarde soit occupée à soigner son ami blessé pour l'attaquer. Mal leur en pris. Ils succombèrent sous l'ire foudroyante de la pokémon. Le reste décampa, le dernier ayant juste le temps d'adresser une dernière fois la parole à Ushiwaka, d'une voix tremblante de peur.
Un silence de mort régnait désormais dans la clairière, seulement rompu par le doux bruit de la pluie qui commençait à tomber. Dans le ciel, les deux astres opposés se côtoyaient, ajoutant du surréaliste à la scène. Le dragon des sables était désormais totalement guéri. Plus aucune trace de ces plaies béantes, qui pourtant étaient encore là quelques minutes auparavant, rythmant le temps qu'il restait au seigneur du désert par l'écoulement continu de son sang.
La renarde, apparemment rassurée sur le sort de son ami, posa son regard de jais sur Ushiwaka. Ce dernier, qui n'avait toujours pas osé bouger, son sabre toujours dans la main, vit comme au ralenti la fourrure hérissée se parcourir d'éclairs qui se dirigèrent ensuite vers lui. Et, avant qu'il ait esquissé le moindre geste, une flèche blanche se plaça devant lui, se prenant de plein fouet les lueurs agressives.


«Ama!»

Lâchant son arme, le jeune homme s'empressa de prendre sa petite louve dans les bras. Son corps était parcouru de tremblements, ses yeux clos, tous ses muscles tendus sous l'effet de l'électricité. Avec douceur, Ushiwaka la déposa dans l'herbe humide de pluie. Il considéra son sabre, tombé au sol. Et jugea plus prudent de ne pas le ramasser. Mieux valait éviter au maximum de se montrer hostile envers la Voltali. Elle semblait assez sensible sur ce sujet, et il sentait que le simple fait qu'il ramasse son arme le fasse définitivement pencher en sa défaveur. Et il doutait que, cette fois-ci, sa musique apaise la colère que semblait nourrir la créature.
Non, il préféra se mettre face à la renarde électrique, se postant entre elle et sa petite louve, soutenant son regard... Puis, au grand étonnement de l'évolition, il s'inclina respectueusement, un peu comme il l'avait fait devant l'autel de Celebi. Puis, il s'adressa à elle, d'une voix ferme.


«Je n'ai aucune intention hostile, que ce soit à ton égard ou contre les deux dragons que tu sembles connaître. Je ne suis qu'un simple voyageur, qui a tenté de leur porter secours.»

Le guerrier marqua une pause et se redressa. Il fixait à nouveau la pokémon, qui semblait plus qu'indécise. Elle ne semblait pas le croire, ce qui était normal...

«Je n'ai malheureusement aucune preuve à te donner pour que tu ne mettes pas ma parole en doute. Je suppose que tu ne trancheras que lorsque tu auras entendu l'avis de tes compagnons. En attendant, je suis tout à toi, sans mon arme. Fais ce que tu veux de moi, mais ne touche plus à Amaterasu!»

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Mer 10 Nov 2010 - 2:18

Voila qui était peu commun… la Voltali n’avait même pas eut l’intention de blesser Ushiwaka, seulement de le mettre en garde… et pourtant son Absol avait réagit immédiatement, s’interposant entre la foudre et son maître. Etait-elle folle, ou était-ce là le résultat d’un entrainement éreintant de la part de cet humain ? Peut-être l’avait-il dressée ainsi, à risquer sa vie pour lui… quoi qu’il en soit, la renarde ne ressentait pas la moindre compassion pour cette pokemon souffrante, comme à son habitude. Au contraire, elle semblait éprouver encore plus de dégout à l’égard de ces deux créatures face à elle…
L’homme lâcha son arme pour venir au secours de sa jeune louve. Se détendant enfin, la Voltali détourna le regard pour reprendre calmement sa position initiale, les yeux tournés vers le ciel, comme pour implorer le miracle qui soignait actuellement son compagnon ailé. Mais elle fut à nouveau interrompue par l’humain. La façon dont celui-ci osa soutenir son regard au début la fit bouillir… heureusement, il se rattrapa l’instant d’après en s’inclinant devant elle, comme l’ont pourrait le faire face à un supérieur. Il entreprit ensuite de s’expliquer, tandis que le regard de La Voltali passait lentement de l’humain à sa pokemon blessée, une lueur maligne dans les yeux. Elle n’avait que faire de ses paroles, d’ailleurs ce n’était pas lui qui choisirait si elle devait s’attaquer ou non à cette Absol qu’il souhaitait désormais défendre. N’était-ce pas de sa faute si elle se trouvait dans cet état en cet instant précis ?

Ne laissant entendre qu’un léger grognement, la maitresse de la foudre se redressa finalement sur ses quatre pattes avant de bondir au sol, à coté du Libegon désormais endormi. Ushiwaka pu aisément remarquer qu’elle ne se donna pas la même peine pour soigner le Draco… la raison était plus compliquée qu’elle n’y paraissait : pour elle, le vœu n’est pas qu’une simple attaque qu’un pokemon peut décider d’utiliser quand bon lui semble… cette technique provient du plus profond de son être et de ses désirs… comme un don qui ne lui serait accordé que suite à une longue prière silencieuse. Toute la détermination de la renarde peut d’ailleurs se ressentir par la puissance du pouvoir curatif. Les plaies du Libegon semblaient avoir entièrement disparues… seul le sol taché de son sang pouvait encore prouver que la créature venait d’être torturée par une les soldats du feu.

Après s’être assurée que ses amis se portaient raisonnablement bien, la Voltali fit mine de repartir, contournant l’humain sans lui accorder le moindre regard. La pluie martelait le sol autour d’elle, brisant le silence de mort qui pesait sur la forêt autrefois si accueillante. Le petit paradis d’il y a quelques heures à peine venait de se transformer en champ de bataille, à l’identique de chaque terre que les humains foulaient… était-ce bien justifié de briser le calme de cette forêt uniquement pour rattraper un Libegon blessé ? Ces humains… ils sont tous les mêmes… ils se croient supérieurs, et s’entretuent sans se préoccuper de ceux qui souffrent par leurs fautes. Et pourtant, il y aura toujours des pokemons inconscients pour les protéger… et il y aura toujours des humains qui penseront pouvoir sortir du lot… en vain.

La Voltali se retourna lentement, laissant apparaitre quelques éclairs lumineux le long de son pelage hérissé. Sa foudre commençait déjà à se propager dans l’air grâce à la pluie qui tombait, alertant Ushiwaka de ce qu’elle envisageait. Ce fut sans le moindre sourire ni la moindre hésitation que la renarde lança son attaque en direction de l’Absol à terre, bien décidée à achever la créature si son maître ne faisait rien. Il n’y avait pas de raison que les choses soient toujours dans le même sens… s’il tenait réellement à elle, il n’avait qu’à la protéger à son tour. Alors peut-être la Voltali envisagerait-elle de leur laisser la vie sauve.
Le bruit du tonnerre raisonna à nouveau, la foudre tombant au même moment non loin de ce lieu où le sang continuait de couler. Le plus dangereuse des pokemons de Ninj semblait en vouloir à Ushiwaka sans raison évidente. A moins que ce ne soit plutôt à cette Absol qu’elle en veuille, puisqu’elle désirait l’attaquer elle ? En vérité, elle en voulait au monde entier, et il était facile de le deviner. Néanmoins, la renarde se montrait rarement aussi sadique sans véritable raison… habituellement, elle montrait plutôt de l’indifférence et du dédain, se retenant d’agir sans raison. Sans doute le Libegon aurait-il compris ce qui perturbait son ami, malheureusement le seigneur du désert semblait toujours perdu loin dans les limbes du sommeil. Quand au Draco, quand bien même il se serait réveillé, il était bien incapable de comprendre cette folle dénuée de toute pitié. Et pourtant, c’était lui qui l’avait sauvée à Omatsu il y a quelques semaines… puisque Ninj l’avait souhaité.
A eux tous, ils formaient véritablement un groupe étrange. Ils n’avaient rien en communs, et pourtant, ils partageaient la même chambre, la même vie… mais certainement pas les mêmes idées. Et il paraissait évident qu’aucun des autres membres du groupe n’aurait laissé la Voltali agir ainsi si elle n’avait pas été seule.

Malheureusement pour Ushiwaka, elle était bel et bien seule… et la foudre de la renarde se dirigeait maintenant vers cette pauvre Amaterasu à terre, sans que le mystère de cette attaque ne puisse être élucidé. Mais à quoi bon réfléchir ? Il était plutôt temps d’agir pour le pauvre terrosien.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum