[ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Mar 22 Fév 2011 - 16:22

[Ninj, je suis vraiment, vraiment désolée de pas avoir pu te répondre plus tôt! T.T J'espère juste que tu vas pas davantage te venger sur mon perso... <.<]

Ushiwaka n’avait eu de cesse d’observer la renarde jaune, une fois ses propos énoncés. Et, le seul mot qu’il lui venait en tête, après avoir vu ses faits et geste, était ‘incompréhension’.
Quand il s’était redressé, il s’était rendu compte que la Voltali était plus préoccupée par l’état du seigneur blessé que de sa présence. Certes, cela pouvait s’expliquer par le fait qu’elle le connaissait. Mais, tout de même… Le guerrier de la Lune ne savait même pas si elle avait pris la peine de l’écouter !
Au début, il pensait qu’effectivement, il ne s’était pas trompé sur son compte. Qu’elle était vraiment venue dans l’optique de défendre ces deux dragons, qu’elle semblait connaître. Cette impression s’était vue renforcée, puisque la maîtresse des foudres avait employé son don curatif pour soigner entièrement Libégon, et d’ailleurs mieux que ce que lui aurait pu faire. Cependant… Comment expliquer sa réaction, une fois que le dragon des sables avait regagné un sommeil paisible ? Pourquoi n’utilisait-elle pas cette capacité miraculeuse pour rétablir Draco ? Après tout, lui aussi avait risqué sa vie pour protéger le noble dragon ! Et comment pouvait-elle repartir, comme si rien de tout le carnage qu’elle avait occasionné ne s’était produit ?! Pourquoi ne restait-elle pas auprès de ses deux compagnons ?!
Non, décidément, le jeune homme ne parvenait pas à comprendre… Il suivit du regard la renarde de foudre, qui se dirigeait tranquillement vers les profondeurs de la forêt. Etait-ce réellement ce qu’elle voulait… ? Elle ne se souciait donc pas davantage du sort des deux dragons ? Cependant… Juste avant d’atteindre les premiers arbres, la pokémon s’arrêta et se tourna en direction du jeune homme et de sa louve. Tiens, se serait-elle rappelé qu’ils étaient là… ? Mais… Cette lueur, au fond des prunelles d’ébène de la renarde… Et puis… Pourquoi regardait-elle avec autant d’insistance la pauvre Absol, clouée au sol par sa foudre… ?
Telles étaient les questions que se posait Ushiwaka, à cet instant précis. Mais, quand il vit la fourrure jaune s’hérisser d’éclairs, il n’en crut pas ses yeux. Que… Elle… Elle n’était pas sérieuse ?! Elle… La Voltali voulait de nouveau envoyer sa colère fulgurante ?! Sur Ama ?! Elle n’avait donc rien écouté de sa requête ?
Ne sachant ce qu’il devait faire, le jeune guerrier terrosien regarda sa louve, dans l’espoir que celle-ci s’était remise de la précédente attaque. Mais non. Son corps, qui quelques secondes plus tôt était entièrement contracté par l’électricité, était désormais entièrement relâché, tandis que la jeune pokémon paraissait évanouie. Sa fourrure blanche lui collait misérablement à la peau par l’effet de la pluie et du sang. Ses yeux clos cachaient son regard ambré, alors que ses petites larmes rouges luisaient sous les derniers rayons du soleil factice. Jamais elle ne parviendrait à éviter l’attaque… De toute façon, même si elle s’était trouvée en état, la pluie aurait permis à la renarde de guider son ire avec une précision sans égale. Et, au vu de la puissance de l’évolition électrique, Amaterasu ne résisterait pas à cette seconde attaque…
Ushiwaka reporta son regard sur la pokémon. L’attaque semblait imminente. L’air autour de sa fourrure crépitait comme un feu de bois. Il se repositionna, de sorte que son corps soit entre les deux pokémon. Quelle que soit la puissance de cette Voltali, jamais il ne laisserait Amaterasu se blesser de la sorte une fois de plus. Il était de son devoir de la protéger. Car, il en était certain, elle était directement liée à la déesse du soleil portant le même nom. Après tout, mis à part le compagnon canin d’Izanagi, on avait encore jamais entendu parler d’un autre Absol aux marques pourpres. Non, il ne pouvait pas laisser un serviteur des dieux se faire lâchement attaquer ! Bien sur, son corps entier ne suffirait pas à arrêter l’attaque, et il ne savait même pas s’il y résisterait… Mais, tant pis. Ama avait bien trop d’importance à ses yeux pour qu’il puisse la laisser se faire tuer. Il n’avait qu’à agir vite… Même s’il n’aimait pas cette méthode.
La scène semblait figée, à l’exception des éclairs toujours plus nombreux parcourant le corps de la renarde jaune, et des gouttes d’eau qui tombaient sans heurts sur la Forêt. Puis, une seconde plus tard, la foudre s’abattit. Au moment même où les éclairs se rassemblaient pour ne plus former qu’une unique flèche, le membre de la Tribu de la Lune se retourna, et enferma sa louve blanche dans sa pokéball. Il ne tenta même pas d’esquiver la colère de Voltali. L’attaque le frappa dans le dos. C’était comme si… Comme si un Tauros enflammé venait de le percuter ! Cela ne dura que quelques secondes, mais quelle éternité pour le jeune homme ! Il sentit la douleur dans le moindre petit muscle, comme si une flamme intense se déversait dans tout son corps. Son souffle se coupa, les poumons ne parvenaient plus à fonctionner, son cœur, surpris, cessa de battre un bref instant. Il aurait bien voulu hurler sa douleur, mais sa bouche ouverte ne parvenait à produire aucun son. Bon sang… C’était ça, ce qu’elle avait subi, Ama ? Quelle sensation atroce !
Enfin, la foudre disparut. Totalement vidé de ses forces, le jeune homme tomba à genoux, puis face contre terre. Dans son dos, sa tunique avait été entièrement brûlée, laissant voir le point d’impact de l’attaque. Pile sur son omoplate gauche, endroit où se trouvait le symbole de sa Tribu. Et, comme pour se moquer de lui, l’ire foudroyante avait laissé une marque de brûlure qui semblait former une belle fleur, gigantesque, qui s’étalait sur tout son dos et une partie de son torse.
Le jeune homme était cependant encore conscient. Mais, c’était comme s’il se trouvait dans un monde sans sensation, sans bruit. Il ne sentait pas la pluie qui tombait sur sa peau nue, et en attisait le mal. Il ne sentait pas la douleur de ses muscles. Il ne s’entendait même pas respirer ou penser…
Pourtant… Il l’entendit, elle. Il l’entendit s’approcher de son pas nonchalant. Il devinait sans peine l’expression sur sn visage –du dédain, certainement. Mais, il ne pouvait rien faire. Il ne parvenait toujours pas à ordonner ses pensées. Il ne savait même pas s’il était encore en vie. Seule une réflexion s’imposa dans son esprit, avant qu’il ne sombre dans l’inconscient. Ama était saine et sauve.

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Lun 28 Fév 2011 - 1:12

[Pas de soucis, je ne pensais pas que ça te bloquerait autant ^^’ et je ne comptais pas m’acharner, au contraire ^^’]
[HJ : durant ce post, les parties en gras ne sont pas des paroles, juste des pensées mises en valeur ;) ]

Idiot… idiot, idiot, idiot ! Penses-tu réellement pouvoir la protéger ainsi ? Tu t’es jeté sur l’attaque à sa place, tout comme elle venait de le faire pour toi… tu t’es sacrifié, tu as abandonné ta vie pour sauver la sienne. Une preuve d’amour, ou de dévotion… mais surtout un geste désespéré et horriblement prévisible.

La Voltali s’avançait vers sa victime d’un pas lent. L’orage grondait dans les cieux, pleurant toujours les morts du jour d’une pluie battante. Comptait-elle achever Ushiwaka ? Ou plutôt… cette Absol que le jeune homme venait de sauver ? Seul le tonnerre et le martellement de la pluie semblaient troubler le silence, pas un mouvement ne se faisait sentir autour d’eux… Libegon et Draco étant toujours inconscients, personne ne viendrait sauver Ushiwaka. Un éclair de plus zébra le ciel au loin, éclairant un bref instant le visage inquiétant de la renarde électrique. Mais contrairement à l’instant d’avant, ce visage n’exprimait plus ni haine, ni dégout. Bien que toujours présents au fond du cœur de la maîtresse de la foudre, ces sentiments avaient laissé place à d’autres bien plus douloureux pour la pokemon…

Ses larmes se mêlaient à la pluie… ses yeux embués fixaient la blessure d’Ushiwaka… si étonnant que cela puisse paraître, la furie pleurait sa victime. Ou plutôt… elle pleurait pour cette petite créature chétive bien à l’abri dans sa pokeball.

Idiot… idiots… vous ne comprenez pas…


Le sang se répandait dans son esprit… des corps s’amassait sous ses yeux, remplissant entièrement de rouge une plaine autrefois si magnifique. Cherchant à fuir cette image infernale, la Voltali se mit à courir en arrière, le plus loin possible de tous ces corps… mais plus elle avançait, plus le nombre de cadavres jonchant le sol augmentait. Et tandis qu’elle fuyait, la renarde pu également observer ce qu’elle redoutait le plus, auprès de ces hommes et ces femmes allongés à même le sol : des pokemons. Certains blessés, d’autres épuisés… mais la plupart étaient en vie, du moins physiquement. Ils étaient là, à pleurer un corps inerte qui fut probablement leur dresseur dans une autre vie. Abandonnés, livrés à eux-mêmes au milieu d’un chaos total…
La Voltali réussit finalement à fuir ce cauchemar après une longue course. La lumière avait disparu… le sang tapissait toujours le sol, mais les ténèbres la recouvraient entièrement, l’empêchant de voir les quelques corps qui l’entouraient probablement.
Soudain, d’un unique rayon lumineux, une stèle mortuaire fit son apparition à quelques mètres de la renarde solitaire. Celle-ci sursauta, sentant son cœur battre à toute vitesse tandis qu’elle reconnaissait cette tombe où elle se rendait si souvent… la Voltali s’avança tout de même, espérant de tout son cœur que sa vision lui jouait des tours… que cette torture disparaitrait sous ses yeux, et que le monde normal réapparaitrait…
Hélas, rien ne changea. La pokemon put observer la stèle comme elle le faisait chaque fois, déchiffrant le langage des humains pour reconnaitre le prénom de sa dresseuse… Lisa… non loin de ce nom, elle pouvait également repérer le nom de son bien aimé, Arcanin. Juste devant la stèle, la terre formait une petite bute, laissant deviner que les corps étaient enterrés sous ses pattes. Comme toujours… elle était seule. Seule, abandonnée, livrée à elle-même… pourquoi ne l’avaient-ils pas emmenée ? Pourquoi l’avaient-ils laissée ici ? Comment pouvaient-ils croire qu’elle serait heureuse sans eux ?

Une autre stèle fit son apparition, toute aussi soudaine que l’autre, tandis que la lumière de la première diminuait lentement. A nouveau surprise, la Voltali s’en approcha lentement, redoutant déjà ce qui pouvait y être écrit.
Elle le savait… elle l’avait deviné. D’ailleurs, elle était incapable de lire le langage des humains, et pourtant elle reconnaissait ce nom gravé sur la pierre. Ninj… Ninj était comme eux. Il faisait comme eux. Il finirait comme eux. Lui aussi partirait, abandonnant à nouveau la Voltali.
La pokemon déposa ses deux pattes avant sur la stèle et y cacha sa tête. Ses larmes coulèrent le long de la pierre, effaçant le nom écrit sur la tombe… elle ne couinait pas, elle ne hurlait pas… seules ses larmes trahissaient sa douleur. Une douleur qu’elle endurait chaque seconde depuis ce jour maudit.

Un nouvel éclair sortit la renarde de son cauchemar. Elle était toujours au même endroit. Ushiwaka était au sol, devant elle… Libegon juste derrière, Draco au sol… rien n’avait changé. Reprenant sa marche, la Voltali s’arrêta au niveau de l’humain. Posant une main sur la blessure encore brulante de son dos, elle fit cesser les tremblements de douleur du jeune homme. La foudre avait quitté son corps… mais pas la douleur.

Idiot… ne l’abandonne pas, toi aussi. Si tu devais mourir, elle voudra venir avec toi, elle aussi. Tu n’as pas le droit de la quitter ainsi, en l’obligeant à vivre seule dans cet enfer.

Après s’être assurée que la blessure de l’humain ne serait pas mortelle, la Voltali reprit sa route en marche arrière sans un mot. Elle s’enfonça à nouveau entre les arbres, jusqu’à disparaitre dans l’ombre de la forêt… ses larmes ne s’arrêtaient plus, sa peine réveillée semblait vouloir la torturer pour de nombreuses heures encore. Quand à Ushiwaka, Libegon, Draco et la jeune Absol, elle ne se préoccupait plus de leur sort. Ils s’en sortiraient tous, sans son aide… pour aujourd’hui du moins.

Quelques instants après le départ de la renarde électrique, la tempête sembla se calmer pour laisser place à une fine pluie de saison. Le pouvoir curatif de la Voltali ayant enfin fait effet, le Libegon entrouvrit les yeux, plutôt surpris de la situation. Juste devant lui, Draco et Ushiwaka semblaient au bord de la mort… et pourtant, tous leurs adversaires jonchaient le sol, comme terrassés par un quelconque pouvoir divin qui aurait décidé de sauver le petit groupe. Souhaitant au moins protéger les deux autres de la pluie le temps qu’ils se remettent de leurs blessures, le Libegon déposa son compagnon de voyage auprès d’Ushiwaka et les recouvrit tout deux de ses grandes ailes vertes. Toutes ses blessures semblaient avoir disparues… son corps était encore endoloris, mais c’était comme si un miracle avait eut lieu, tout simplement. Il ne restait qu’à espérer que le miracle aurait également lieu pour Ushiwaka et Draco…


_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Jeu 28 Avr 2011 - 17:40

Tout était calme, désormais. Ushiwaka n'entendait rien. D'ailleurs, il ne ressentait plus rien. Ni la douleur qui, pourtant, devait sévir dans son corps. Ni même l'impact des gouttes d'eau sur sa peau.
Rien. Comme s'il était dans un monde de coton, avec pour seule vision les ténèbres que ses yeux lui offraient. Et, une seule pensée lui venait à l'esprit. Etait-il mort...?

Au-dehors, un silence pesant régnait sur la petite clairière. La Reine nocturne offrait sa lumière argentée tamisée pour que le lieu ne soit pas envahi par les ténèbres. Cependant, les nuages sombres qui la voilaient semblaient déverser toute sa tristesse. Comme si la Lune solitaire pleurait les blessures d'un de ses serviteurs. Ses larmes tombaient doucement et sans heurts sur les feuilles. D'autres achevaient leur course éphémère sur le corps imposant du dragon des sables. Là, les gouttelettes se rassemblaient, et suivaient les courbes de son corps. Certaines retombaient à terre, d'autres encore sur les corps inanimés d'Ushiwaka et Draco. Comme si l'astre nocturne souhaitait les tirer de leur inquiétant sommeil.

Froid. Il sentait quelque chose de froid sur sa main. Par intermittence. Et à peu près au même endroit... Qu'était-ce donc? D'ailleurs... Petit à petit, la même sensation se faisait sentir sur son visage. Ce n'était pas vraiment désagréable mais... Il n'aimait pas ne pas savoir ce qu'il lui arrivait... Mais, au moins, il était sûr d'une chose, désormais. Il était vivant. A bout de forces, certes, mais toujours en vie. La Voltali lui avait donc laissé la vie sauve? Décidément, il ne parvenait à comprendre la logique employée par cette étrange et redoutable pokémon...
Cette fois, ce fut une nouvelle sensation qui éclata. Quelque chose venait de tomber sur son dos. Mais, au lieu de froid, il perçut une brûlure. Argh... Ce devait être là que la foudre l'avait atteint... Une nouvelle fois, quelque chose tomba dessus, pratiquement au même endroit. Et, encore une fois, Ushiwaka sentit sa blessure s'enflammer. Mais qu'est-ce que ça pouvait être...

Plic.

Hum...? Ce bruit. Qu'est-ce que c'était...?

Plic... Plic plic.

On aurait dit... Des gouttes d'eau...? Mais oui, bien sur! Il s'était mis à pleuvoir, lorsque Voltali était venue. Voilà qui le rassurait un peu...
... Mais... Maintenant qu'il y réfléchissait... Oui, c'était bien cela. Ses sens lui revenaient petit à petit. D'abord le toucher, maintenant l'ouïe. Mais, il était étrange que tout soit aussi calme, autour de lui. Le bruit de la pluie était vraiment léger. Et, à part cela, il n'entendait que les battements réguliers et rassurants de son cœur. Il sentait, ou plutôt devinait, le sang qui venait et repartait de sa pompe organique. Oui, il était bien vivant...
Désormais, il sentait l'air frais entrer dans ses narines et parvenir jusqu'à ses poumons. Il avait une légère odeur d'humus et d'herbe mouillée... Mais aussi de sang. De même, il sentit sa bouche de nouveau irriguée de salive.
Bien, quatre de ses sens étaient de nouveau opérationnels. Désormais, il fallait qu'il ouvre les yeux. Pour se rendre véritablement compte de la situation. Après tout, même si Voltali avait guéri le seigneur du désert de son mal, il devait maintenant s'occuper de Draco... Sans oublier Amaterasu...
Allez, il pouvait bien le faire! Par le grand Izanagi, cela ne demandait pas un effort titanesque que de soulever ne serait-ce qu'une seule paupière! Alors, pourquoi cette simple tâche lui était-elle aussi pénible?! Pourquoi donc son corps refusait-il de lui obéir!
Enfin, après plusieurs minutes d'une lutte silencieuse, le jeune guerrier réussit à entrouvrir l'une de ses paupières. Mais, la seule chose que son œil lui permettait de voir était de vagues formes floues, où les couleurs se mélangeaient sans aucune harmonie véritable. Un ensemble plutôt sombre, d'ailleurs...
Ushiwaka cligna plusieurs fois de l'œil, et ouvrit l'autre. Sa vision était plus nette à chaque fois. Enfin, il n'y avait pas grand chose à voir, pour le moment... Il distinguait très clairement les pattes puissantes de Libégon. Le Terrosien remonta son regard le long du corps svelte du dragon, jusqu'à sa tête. Il semblait soulagé de voir que le jeune homme étrangement vêtu était de nouveau conscient.
Rassemblant toutes ses forces, le Guerrier de la Lune parvint tant bien que mal à se redresser en position assise. Sa tête était lourde, il avait un peu le tournis... Il remarqua alors trois choses. La première, c'était le dragon aux allures de serpent étendu à ses côtés. La deuxième, que le souverain des dunes avait déployé ses ailes de telle sorte de les protéger tout les deux de la fine pluie, alors que lui-même était trempé. Et enfin... Surpris, Ushiwaka regarda autour de lui, faisant protester ses muscles. Il ne s'était pas trompé. Il n'y avait plus aucune trace de la maîtresse des foudres. Elle s'était tout bonnement volatilisée, en omettant de le tuer... Vraiment, quelle étrange pokémon.
Le jeune homme secoua la tête. Ce n'était pas vraiment ses affaires. Il se tourna vers l'imposant dragon, et inclina respectueusement la tête, un léger sourire sur les lèvres. Chose assez rare, chez lui
.

"Je te remercie de ta vigilance, Libégon... Pardonne-moi d'avoir été si peu utile."

Le jeune homme se releva avec peine, titubant sur ses jambes tremblantes. Mais, il tint bon. Il fit quelques pas, puis se dirigea vers l'arme qu'il avait laissée à terre. Il ramassa son sabre tranchant. Que ce serait-il passé, s'il avait essayé d'attaquer Voltali, au lieu de lâcher sa lame?
Il sortit la sphère contenant sa louve blanche. L'ouvrant en deux, il en libéra sa fidèle créature, qui apparut à quelques centimètres du dragon étendu. Elle était toujours allongée, mais son corps n'était plus parcouru de spasmes. Elle semblait à bout de forces, mais respirait paisiblement, ignorant tout de ce que venait de subir son frère d'armes.
Ce dernier caressa sa fourrure blanche souillée de crime. Puis, il posa son regard sur le deuxième dragon
...

"Je ne m'y connais pas vraiment en blessures. Mais, j'ai l'impression que ton ami a surtout besoin de repos pour se remettre de cette journée... Comme nous tous, d'ailleurs."

Il redressa la tête, et fixa les yeux protégés du noble seigneur.

"Nous ferions mieux de trouver un endroit un peu plus abrité pour finir la nuit. Et surtout, loin de ces soldats. Si quelqu'un venait à les chercher, et qu'il nous trouvait là, j'ai bien peur que nous passerions un autre sale quart d'heure..."

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Mar 31 Mai 2011 - 1:41

[Plus d'un mois d'attente >< vivement l'été.]

C’est avec soulagement que le Libegon observa Ushiwaka sortir des ténèbres de l’inconscience. A peine tiré de sa torpeur, l’humain sembla chercher quelqu’un d’autre du regard… sans doute la personne qui leur avait sauvé la mise ? Et qui l’avait soigné ? Dans ce cas, pourquoi n’avait-elle pas soigné les trois autres ? Mystère… bien que décontenancé, le dragon préféra remettre à plus tard toutes ces interrogations qui s’offraient à lui de bon réveil. Ushiwaka avait raison sur toute la ligne : Draco et son Absol avaient besoin de repos… repos qui ne durerait pas longtemps s’ils restaient sur les lieux de la bataille.

Voyant que l’humain dénigrait son utilité dans cette bataille, le pokemon de Ninj frotta amicalement sa tête contre le torse du guerrier. Sans lui, la bataille aurait probablement été beaucoup plus courte… et ce mystérieux sauveur ne serait pas arrivé à temps. Mais tandis qu’il redressait la tête, le pokemon remarqua l’étrange brulure qui partait du torse du jeune homme avant de se prolonger dans son dos qu’il ne pouvait voir. Fronçant les sourcils, le dragon observa leurs adversaires massacrés à la recherche de celui qui aurait pu infliger cette blessure… et à vrai dire, il n’en voyait aucun… sans doute était-ce là l’œuvre d’un soldat de Flamen, mais ce type de blessure lui rappelait vaguement divers souvenirs plus ou moins lointain…

Bref, il n’avait pas le temps d’y réfléchir plus longtemps. Ushiwaka ne risquait pas de traverser la moitié de la forêt dans son état, surtout avec sa pokemon blessée. Sans prévenir, le seigneur des cieux bouscula le terrosien qui se retrouva sur le dos de sa monture improvisée. Attrapant la jeune louve et son compagnon évanouit dans ses pattes avant, le dragon claqua violement des ailes dans le vide, propulsant son corps dans les airs jusqu’à la hauteur limite des arbres de la forêt. Bien qu’ayant les membres légèrement engourdis, le Libegon ne ressentait aucune douleur due à ses blessures. Quelle que soit le soin qu’on lui ait administré, il avait été particulièrement efficace. S’il n’avait pas eut à transporter trois blessés, sans doute se serait-il adonné à quelques petites folies aériennes…

Le dragon redescendit au sein de la forêt après quelques minutes de vol, déposant l’ensemble du groupe à proximité d’un petit lac rempli d’une eau particulièrement pure. Là encore, plusieurs curieux vinrent observer les visiteurs, sans s’attarder dés qu’ils repéraient l’odeur caractéristique du sang des combattants.

Aucun soldat ne viendrait les chercher ici : l’endroit était trop profondément enfoui dans la forêt. D’ailleurs, c’était exactement à cet endroit que lui et Ninj s’étaient séparés, il y a plusieurs semaines de cela. Les temps n’avaient pas été des plus calmes depuis ce jour…
En parlant de temps, la pluie semblait diminuer d’intensité. Les nuages laissaient percer quelques rayons de soleil pour sécher leurs larmes… bientôt cette averse ne serait plus qu’un lointain souvenir.

Le Libegon se pencha à nouveau sur le cas de son compagnon, beaucoup plus sérieusement cette fois-ci. Le Draco n’avait pas subit de grands dégâts. Sa faible résistance l’avait fait se retrouver au tapis dès les premières attaques, ses blessures avaient donc au moins le mérite d’être peu nombreuses. Du repos… beaucoup de repos. Et ça, il n’en aurait certainement pas assez. La prochaine attaque pouvait avoir lieu le lendemain, peut-être même immédiatement… il devait s’y préparer.

Plongeant son regard à travers les nombreuses feuilles d’un arbuste face à lui, le dragon perçut un faible reflet, révélant la présence de son armure métallique cachée sous un épais tas de feuilles. Il aurait préféré ne jamais remettre cette armure sombre… malheureusement, il n’avait pas le choix, s’il souhaitait protéger efficacement ses amis.
Ninj l’avait deviné… il avait su qu’un jour, son Libegon aurait à nouveau besoin de cette protection inquiétante. Voilà pourquoi il s’était contenté de la cacher, au lieu de s’en débarrasser définitivement. La guerre avait beau être close, la lutte continuait pour eux. Et le drame était qu’ils se retrouvaient à affronter leur propre camp.

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Ven 24 Juin 2011 - 16:08

[un peu court, désolée]

Lorsque le noble dragon nouvellement guéri l'avait obligé à monter sur son dos, le jeune soldat avait ressenti une légère appréhension. Non, il ne songeait tout de même pas à...
Et pourtant si. Saisissant leurs deux compagnons évanouis, le seigneur du désert avait déployé ses larges ailes pour ensuite s'élever. En moins de deux secondes, ils s'étaient retrouvés légèrement au-dessus de la cime des arbres, avec le voile nuageux de la voûte céleste comme unique paysage. Quelle sensation... Etonnante. Si, au début, le jeune homme s'accrochait au cou et aux épaules de sa monture improvisée, il se détendit peu à peu. Le dragon des dunes savait ce qu'il faisait, et il pouvait lui faire confiance... Comme lui avait cru en lui. Là-haut, tout semblait paisible. Le vent frais lui caressait doucement le visage, déployait les blanches ailes d'aigle de son casque. La brise agissait aussi sur les nuages lourds, les obligeant à quitter la forêt où ils avaient préalablement choisi de s'installer. Bientôt, une douce lumière argentée s'échappa de la prison impalpable où elle était maintenu. Un éclat familier pour le Terrosien. Il releva la tête en direction de l'astre que lui et son peuple vénéraient. Et sourit, soulagé de voir le cercle blanc bien haut dans le ciel, impossible à atteindre.
Le voyage ne dura pas plus de quelques minutes. Libégon amorça doucement sa descente, et se posa sans heurt dans une clairière invisible depuis les cieux. Il déposa les deux pokémon blessés puis laissa Ushiwaka descendre. Ce dernier regarda autour de lui. Il devinait les yeux curieux qui les épiaient. Un paisible lac, empli d'une eau de cristal, servait de miroir à la Reine Lune. Reflétant ses rayons factices, il habillait les alentours de noir et d'argent.
Bizarrement... Le Guerrier de la Lune avait l'impression d'être déjà venu. Tout lui semblait familier... Comme il s'approchait du lac qu'aucune onde ne venait troubler, il remarqua une forme sombre, sur l'autre rive. Il contourna l'étendue d'eau. Et comprit alors son sentiment de déjà vu.
Devant lui se dressait une petite bâtisse en bois, certainement bien plus âgée que lui. La construction des hommes devait être là depuis tellement de temps que des plantes l'avaient recouvertes, l'entourant d'un épais rideau de feuilles, mousses et autres végétaux. Elle faisait désormais partie de la forêt. Néanmoins, l'avant semblait avoir été épargné par la lente invasion. Une gravure y été clairement visible, accompagnée de ce qu'il semblait être un court poème écrit dans une langue ancienne. Une représentation de la Voix de la Forêt. Il se trouvait devant le temple de Celebi.
Par ailleurs, il pouvait distinguer très nettement le bâton d'encens qu'il avait allumé, plusieurs jours auparavant. Il n'en restait plus que quelques centimètres, que le feu avait délaissé depuis longtemps. Le parfum enivrant dégagé par les serpents de fumées s'était lui aussi dissous. En revanche... Il n'y avait plus aucune trace des fruits qu'il avait apporté. Etait-ce réellement la Fée Temporelle qui y avait touché ? Ou bien les divers habitants du lieu sylvestre, qui les avaient emporté ? Cette dernière possibilité semblait plus rationnelle...
Le jeune guerrier frappa deux fois dans ses mains puis, la paume posée sur sa poitrine, s'inclina respectueusement devant le sanctuaire. Il demandait ainsi une nouvelle fois au protecteur des lieux l'autorisation de les laisser se reposer ici. Il ne savait pas si l'être divin entendrait sa prière, mais mieux valait essayer, non ?
Enfin, Ushiwaka retourna vers les trois pokémon. Il constata que le noble dragon des sables avait sorti quelque chose, de derrière des buissons. Avec la pénombre, il ne distinguait pas vraiment ce dont il s'agissait... Bah, tant pis. Libégon savait ce qu'il faisait. Pour le moment, il devait s'occuper d'autre chose...
Il s'approcha du lac, et ôta le haut de son kimono. La blessure causée par la foudre dessinait une sorte de flocon de neige ou de fleur, selon le point de vue adopté. Mais, ce n'était pas pour l'admirer qu'il s'était mis torse nu. Le jeune homme s'agenouilla et troubla la quiétude de la surface de sa main. L'eau était fraîche... Il la ramena vers lui, la paume tournée vers le ciel, et appliqua le liquide sur sa blessure. Comme avec la pluie, une forte brûlure se fit sentir, sur sa chair à vif. Mais il continuait, en serrant les dents. Il ne craignait pas vraiment qu'elle s'infecte, la foudre ayant cautérisé la plaie. Simple précaution. Et puis, le contact d'une eau si pure sur son épiderme lui faisait du bien, l'apaisait.
Quand il eut fini, il remit son haut et s'approcha de sa jeune louve. Elle dormait paisiblement. Il passa une main sur sa tête, la faisant gémir et bouger dans son sommeil. Enfin, il reporta son attention sur le seigneur du désert... Et vit avec étonnement qu'il était désormais vêtu de ce qu'il semblait être une lourde armure. En s'approchant, il remarqua même les nombreuses entailles sur le métal. Cela signifiait-il qu'il avait participé à la précédente guerre... ?
Bah, pour le moment, ça n'avait pas d'importance. La journée avait été assez mouvementée comme ça.
Ushiwaka releva la tête, pour regarder l'astre lunaire
.

« Je vais aller dormir un peu... Réveille-moi dès que la Lune n'est plus visible, ou s'il y a quoi que ce soit d'anormal. D'accord ? »

Le dragon cligna des yeux en signe d'approbation. Le Guerrier de la Lune alla s'asseoir contre le tronc d'un arbre, et s'endormit après avoir prit soin de garder son sabre à portée de main. Ainsi positionné, il serait debout en un clin d'œil si une menace quelconque se profilait.

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Willow Einlee le Ven 24 Juin 2011 - 21:25

Willow avait la tête lever vers le ciel quand elle remarqua son ombre. Une ombre qui lui était si familier, lui arrachant un espoirs au cœur. Elle était descendu dans cette foret pour une raison particulière. Elle voulais venir saluer le temps de Celubi, mais également pour autre chose. Perché dans son arbre, au coté de Lame, elle c'était permis une petite pause mais il n'y avait pas juste ceci. La tempête qu'il y avait eut plutôt n'avait pas été naturel mais causer par un pokémon. Pendant quelques secondes, elle eut une pensé pour la Voltali de Ninj, cette renarde qui avait du caractère mais la repoussa. Puis la tempête avait arrêtée et une fine pluie était tombé, trempant la jeune femme de la tête au pieds. Mais elle n'avait que faire de ceci. Elle tient fermement son sac et se tourna vers Lame qui attendait patiemment qu'ils reprennent leurs route, lui aussi avait vu la forme, et l'avait reconnu ou espérait comme elle que ce soit lui. Elle se glissa entre les lames aiguisés de son compagnon vert et lui pointa la forme qui s'éloignait déjà. Il s'élança, la tenant contre lui. Il sauta de branche en branche, regardant le ciel comme elle le faisait pour ne pas perdre sa route. La lune était magnifique, haute et ronde dans le ciel étoilé, mais les nuages leurs cachaient souvent la vu. Par contre, Willow n'avait pas remarqué le passager, pensant peut-être a un autre des pokémon. Elle avait vit Le serpent bleu, dans une des battes du Libegon et dans l'autre batte une forme qui lui rappelait le Voltali. Elle s'était crisper contre le corps musclé de l'insécateur, mais qu'était-il arrivé? Puis elle le vit descendre, elle soupira, elle n'aurait pas longtemps à attendre pour le revoir et peut-être avoir de ces nouvelles. Peut de temps après, ils arrivèrent à l'orée de la petite clairière. Elle fut éblouit pas la beauté du spectacle. Le lac semblait être un miroir, aucune ondulation ne le brisait. Un petit temple en l'honneur de Celubi trônait au milieu de la végétation, qui d'ailleurs avait reprit sa place, seul le devant était encore à découvert. Willow trouva que le charme n'était que des plus présent.

Elle ne vit pas le jeune homme qui accompagnait le Libegon. Arrivée que bien après, elle ne remarqua pas non plus que le pokémon qu'elle avait prit pour la Voltali n'était pas elle mais un autre. Elle regarda le pokémon volant, souriant doucement. Il avait son armure sur le dos et semblait aller bien, mais elle ne pouvait pas dire la même chose du Draco et de l'autre. Elle demanda à Lame de la déposer au sol, lui-même semblait dès plus fébrile envers cette découverte. Il l'attrapa a nouveau et sauta au sol, utilisant ces ailes pour minimiser leurs chute. Un fois qu'elle eut les pieds au sol elle commença a s'approcher, sans quitter une seule fois le pokémon du regard. Un doux sourire flottait sur son visage. Elle regarda sa silhouette, son regard rouge et ces ailes, oui c'était bien lui, il lui ressemblait comme deux goutes d'eau. Mais ce qui la rassura c'était l'armure qu'il portait, elle n'en avait jamais vu comme ceci sur un autre, se souvenant des entaillent qui y courraient, il avait fait la guerre et elle l'avait vu peu de temps après à Mizuhan. Son regard ce glissa vers la Draco étendu au sol inconscient, il était blessé. Puis vers le deuxième pokémon, celui qu'elle avait prit pour la Voltali. Elle remarqua sa fourrure blanche, et cette tache noir, ce n'était pas une Voltali mais un Absol tout aussi inconscient. Elle se figea quelques secondes, c'était-elle trompé de pokémon? Elle regarda à nouveau le Libegon, non impossible. Elle reprit sa marche, regardant autour d'elle sans voir le jeune homme coucher contre un arbre. Elle arriva tout près du pokémon volant et lui sourit, cherchant son attention. Elle avança une main vers un visage, caressant ca joue, elle espérait qu'il la reconnaitrait. Lame s'avança, mais resta dans l'ombre toujours sur ces garde, cette Absol n'était pas ici pour rien, elle devait bien appartenir à quelqu'un non? Il regarda de loin la scène entre sa maitresse et le Libegon, restant silencieux, ne voulant pas trahir sa présence.

Willow le regarda, l'armure lui faisait mal au cœur, témoin des dures épreuves qu'il avait passé au coté de son maitre. Elle se tourna doucement vers la Draco, ce dirigeant doucement vers lui. Ces pas ne faisait pratiquement pas de bruits, elle ne voulait pas non plus. Elle se pencha, regardant son corps meurtrit et se mordit la lèvre inférieur. Elle déposa son sac près de lui et en sortit un vieux chandail, des baumes pour apaiser la douleur et des pansements. Elle se releva, allant vers le lac pour y tremper le vieux chandail, avant tout, nettoyer les corps puis ensuite les soigner. Dommage qu'elle n'ait pas de bol qui aurait pu transporter de l'eau. Elle revient, commençant à nettoyer avec douceur le corps bleu de Draco. Elle le sentait frémir a chaque fois qu'elle touchait son corps, laissant échapper de petit gémissement qui arrachait des larmes à la jeune femme. Que leurs étaient-ils arrivés? Ils avaient essuyer une attaque, mais de qui? Les brulures semblaient lui dire que le feu avait été en cause, mais elle ne voulait pas se l'avouer, ne voulant pas plus détester son propre peuple. Une fois le nettoya terminée, elle se releva, se tournant vers le Libegon. Elle s'avança vers lui, une nouvelle guenille propre en main. C'était à son tour maintenant de se faire laver, enlever tout ce sang qui devenait désagréable. S'il lui permettait, elle l'aiderait à l'enlever.

_________________
Tout ce que je dois faire, c'est de rester fidele a ma Doctrine...
Tout simplement suivre son coeur, c'est ce que cela signifie.

Lame___________________Cinda_____________Knight
Lv 40___________________Lv 41_______________Lv25

Willow Einlee
Informations
Nombre de messages : 207

Fiche de personnage
Points: 71
Âge du personnage: 20 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Lun 18 Juil 2011 - 4:01

L’armure sombre désormais revêtue, le Libegon se sentait plus rassuré. Bien qu’il n’y ait aucune raison que leurs ennemis les retrouvent auprès de ce paisible lac, il craignait une nouvelle attaque. Ushiwaka de son coté ne parut pas être dérangé par cette précaution. Ou peut-être préférait-il ne rien dire… toujours est-il que le dragon des sables se retrouva à devoir monter la garde pour le petit groupe durant le restant de la nuit. Attentif au moindre bruissement de feuille, le dragon s’allongea au bord de l’eau, à proximité du Draco et de la jeune louve pour pouvoir intervenir rapidement en cas de danger.

De son coté, le Draco semblait toujours perdu dans les abysses de l’inconscience. Sans doute ne se réveillera-il pas cette nuit… son ami veillait sur lui d’un œil protecteur, bien qu’il ne comprenait toujours pas la raison pour laquelle lui-même ne se trouvait plus dans cet état déplorable. Il s’en voulait pour son inconscience, persuadé d’avoir raté une arrivée importante… hélas, seul Ushiwaka pourrait peut-être le renseigner. Pour le moment, il devait patienter, et surtout rester aux aguets… chaque ombre camouflée entre les arbres était potentiellement dangereuse,

Un simple courant d’air, signe d’un mouvement étranger à proximité du groupe… immédiatement, le Libegon se redressa pour faire face à l’envahisseur, déployant ses magnifiques ailes recouverte d’une fine couche protectrice sombre d’un air imposant. Un simple mise en garde, accompagnée d’un long grognement. Sans doute aurait-il été plus prudent d’attaquer immédiatement, ou au moins d’alerter l’humain de cette présence indésirable… mais l’esprit du Libegon était quelque peu embrouillé par le pokemon qui s’approchait de lui. Un Insécateur… et si par miracle, c’était elle ? Bien qu’il n’y ait aucune raison qu’elle le retrouve ici, aujourd’hui, peut-être le hasard avait-il décidé de redonner une chance au jeune chercheur, malheureusement absent ?
La bête attendit patiemment, gardant sa position défensive jusqu’à ce qu’enfin, il puisse discerner l’humaine portée par le pokemon aux lames affutées.

Bien qu’incapable d’identifier correctement les couleurs à travers ses globes rouges encore tachés de sang, le dragon reconnut la brune au premier coup d’œil. Après tout, si l’on oubliait tous les soldats de Flamen, elle était la dernière humaine qu’il ait eut l’occasion de voir. Surpris, mais soulagé, le pokemon se détendit, rabattant ses ailes sur son dos. Il baissa sa tête à la hauteur de la jeune femme, murmurant un petit couinement amical en guise de salutation. Le Libegon n’était pourtant pas connu pour être des plus sociables… mais retrouver un visage connu dans une situation aussi déplorable lui réchauffait le cœur. Les choses n’allèrent pas beaucoup plus loin, après quelques instants de retrouvailles chaleureuses, le Libegon reprit son rôle de surveillant tandis que l’humaine s’approchait du Draco pour l’examiner. Confiant, le seigneur du désert la laissa entièrement faire.

Une fois le Draco nettoyé, Willow se tourna vers le surveillant pour lui faire profiter du même traitement. Malheureusement, le dragon n’avait aucune intention de se laisser nettoyer aujourd’hui. Il se contenta de retirer le casque qui recouvrait sa tête, gardant le reste de son armure. La présence de Willow ne suffisait pas à le rassurer. Il souhaitait rester en armure tant qu’ils seraient en danger. Et surtout, il n’aimerait pas se retrouver avec le corps humide s’il devait se battre dans les minutes qui suivaient. Baissant à nouveau la tête, il laissa l’humaine appliquer la guenille sur son visage. De toute façon, elle remarquerait bien que la majorité de ses blessures avaient déjà été traitées par on ne sait quelle magie…

Après quelques minutes, le dragon du sable leva la tête pour observer les cieux : la lune resplendissait encore haut dans le ciel, le jour n’était pas prêt de se lever… ils devaient dormir, tous. Souhaitant faire comprendre à Willow qu’il était accompagné, le Libegon pointa d’une de ses ailes le jeune Terrosien contre un arbre, puis il se rallongea, signe que l’heure était au repos. Cachant le Draco sous l’une de ses ailes pour le protéger du froid de la nuit, le dragon fit mine de se reposer, gardant néanmoins les yeux grands ouverts. Il ne trouverait pas le sommeil ce soir… il était bien trop inquiet.



[Je propose de passer au matin dans les posts suivants :) ]

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Mer 24 Aoû 2011 - 23:15

[pas de problème. Sorry pour la longueur, mais vu que personne à part Libégon n'est debout, et que je vais quand même pas powergamer vos persos...]

Le jeune homme blond fut réveillé par la lumière du matin. Enfin, il fallait plutôt dire que la petite clairière était un peu moins sombre, on ne voyait qu’un bref morceau de l’azur céleste et encore moins l’astre majestueux du jour.
Ushiwaka poussa un léger soupir. Libégon ne l’avait pas écouté, il avait préféré le laisser dormir et monter la garde seul. Bah, il n’allait pas le blâmer, il pouvait comprendre ce qui avait pu le pousser à agir ainsi. Le Guerrier de la Lune tourna la tête et souleva son haut de kimono. Il grimaça. La fleur imprimée par la foudre sur sa peau était toujours là. Et, lorsque son épiderme était trop tendu, une douleur se faisait sentir, comme un fort frottement. D’ailleurs, alors qu’il observait sa blessure, il ressentit un picotement la parcourir. Ah, ça, il s’en souviendrait, de cette Voltali…
Le jeune homme se releva, et accrocha son sabre à sa ceinture. Puis, il s’avança jusqu’au petit lac, pour s’asperger le visage. L’eau fraiche lui fit du bien. Il se retourna, pour dire bonjour au seigneur du désert… Et porta la main sur la garde de son sabre, le tirant légèrement de son fourreau.
Allongée près du dragon des dunes, se trouvait une jeune inconnue aux cheveux de feu. Comment ? Comment était-elle arrivée là ? Mais, plus important encore, pourquoi Libégon avait-il autorisé sa présence… ? Sauf s’il s’agissait d’une connaissance. Oui, ce devait être ça.
Le jeune soldat se ravisa, et rengaina son sabre tranchant. Il ne devait pas s’agir d’un ennemi, le noble reptile ne l’aurait certainement pas laissé se reposer ainsi si un quelconque danger était survenu. Aussi, bien qu’encore un peu perplexe quant à la présence de cette jeune femme, Ushiwaka s’assit sur une pierre, proche de l’eau. Il attendait le réveil de cette inconnue. Il avait bon nombre de questions à lui poser…

Quelques minutes passèrent. Puis, la jeune Absol s’éveilla à son tour. Elle s’étira en baillant pour s’aider à émerger du sommeil. Soudain, son regard étincelant tomba sur l’insecte furtif. Elle poussa un couinement plaintif. Elle était complètement tétanisée. Que… Qu’est-ce qu’il faisait là, celui-là ? Qu’est-ce qu’il lui voulait ? La manger ? Mais, elle n’était pas comestible, et…
Un simple mouvement de bras de l’Insécateur alimenta encore sa panique. En poussant des jappements de chiot effrayé, elle courut se réfugier derrière son frère d’armes. Ce dernier se leva d’un coup en voyant l’insecte guerrier. Comment avait-il fait pour ne pas le voir ? Certes, il était vrai que ces créatures pouvaient se montrer aussi discrètes que des ninjas… Décidément, le jeune homme n’avait pas quitté son pays natal qu’il se rendait déjà compte du chemin qu’il lui restait encore à accomplir…
Cependant, il était étrange que la créature ne les attaque pas. Après tout, elle devait être là depuis un bon moment. Etait-il refroidi par la présence du dragon des dunes ? Ou alors… Peut-être accompagnait-il cette jeune femme.

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Ninj le Lun 16 Jan 2012 - 0:20

[Bon, j’en ai marre…]

Le libegon était épuisé. Il n’avait pas dormi de la nuit, gardant constamment un œil ouvert pour se préparer à la moindre attaque… mais personne n’était venu troubler leur sommeil. D’ailleurs, si personne n’avait survécu à l’assaut de la veille, peut-être leurs dirigeants n’étaient-ils pas encore au courant de la catastrophe. Cela leur laisser une chance… non pas une chance de s’enfuir, mais une chance de passer à travers les lignes adverses pour retrouver Ninj. Le gouvernement de Flamen devait considérer le Libegon comme éliminé, au moins jusqu’au retour de leurs troupes…

Mais la présence de Willow ruinait tous les plans du Libegon… inquiet, le seigneur du sable se tourna vers l’Insécateur, lui expliquant brièvement la situation : Willow ne devait pas le suivre, sans quoi, elle courrait au devant de grands danger. Compréhensif, l’insecte resta donc aux cotés de sa maitresse, silencieux, veillant sur elle jusqu’à ce qu’elle s’éveille.
De son coté, Ushiwaka semblait réveillé. Restant discret pour ne pas réveiller la jeune femme, le Libegon s’approcha du guerrier, et s’inclina devant lui en signe de remerciement. Il avait une dette envers ce jeune homme. Plus encore que de lui avoir sauvé la vie, ce jeune homme avait également risqué la sienne et celle de son compagnon à quatre pattes sans aucune raison. Ce genre d’hommes était rare… par contre, que lui était-il arrivé ? Une blessure étrange semblait le faire souffrir… bah, sans doute une brulure d’un des nombreux Flamois.

Il se tourna ensuite vers le Draco : le pauvre serpent dormait encore. Mais au moins, sa respiration s’était stabilisée. Sa vie n’était plus en danger. Agrippant le pokemon entre ses griffes, le Libegon commença à battre des ailes lentement, vérifiant qu’aucune blessure ne risquait de l’handicaper. Mais visiblement, il était entièrement remis… grâce à cet étrange miracle.

Tournant une dernière fois la tête vers son sauveur, le Libegon fit un dernier signe de tête, signe qu’il devait s’en aller. Il ne devait pas impliquer ce jeune homme plus longtemps, le pauvre avait déjà beaucoup fait. Il était temps de lui dire aurevoir…
Mais sans doute se reverraient-ils un jour… s’il survivait à ce qui suivrait.


[Je te laisse clore, tant pis pour Willow ^^ Par contre je ne sais pas si tu es très prise niveau RP en ce moment, j'en referais bien un plus actuel avec ton perso ^^]

_________________
Le feu a beau dévaster, on ne peut s'en passer... Est-ce pareil pour la guerre ?

Ninj
Informations
Nombre de messages : 1969

Fiche de personnage
Points: 466
Âge du personnage: 29
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Invité le Jeu 15 Mar 2012 - 17:53

Le noble seigneur des dunes ne semblait pas inquiet outre mesure de la présence de la jeune femme endormie, ni même de la discrète mante religieuse aux lames conséquentes. Cela signifiait donc qu’ils n’avaient rien à craindre d’eux. Le Guerrier de la Lune posa une main rassurante sur l’épaule de sa sœur d’armes. Elle n’avait pas à avoir peur. Si Libégon ne réagissait pas, ou du moins de manière agressive, envers ces nouveaux venus, alors elle ne courait aucun danger. Ils n’étaient nullement hostiles. La jeune louve gémit mais se calma. Elle se coucha au sol tout en gardant ses yeux craintifs fixés sur l’insecte furtif. Son corps tremblait encore un peu mais c’était normal, elle avait toujours été comme ça.
Ushiwaka caressa sa soyeuse fourrure de neige puis se releva. Le dragon du désert s’était approché. Pour le remercier. Il sourit avant de s’incliner à son tour. Et grimaça. La peau brûlée de son dos le faisait souffrir. C’était comme si elle était accrochée à ses os et que quelqu’un la tirait, la tendait à l’extrême. Il allait certainement devoir la faire examiner par un quelconque Guérisseur. Ce serait bête de mourir alors que le voyage n’avait même pas encore commencé…
Libégon repartit quelques minutes plus tard, en tenant son compagnon évanoui dans ses pattes. Les puissantes membranes de ses ailes soulevèrent un vent puissant et troublèrent la sérénité de l’onde. En quelques battements, il se trouvait déjà au-dessus de la cime des arbres. Une seconde plus tard, il avait disparu, englouti par l’immensité de l’azur.
Pour eux aussi, il était temps de partir. Mais… Que devait-il faire de cette jeune femme et de sa créature ? Le seigneur des dunes avait pris garde à ne pas la tirer de son sommeil. Autant respecter sa volonté. Le jeune homme à la chevelure d’or s’approcha de la mante religieuse. Elle était assez impressionnante, avec ses faux terminant ses membres et sa taille équivalente à celle d’un humain. Cependant, il n’en avait pas peur. Libégon lui faisait confiance, n’est-ce pas ? De plus, s’il avait voulu l’attaquer, il l’aurait fait pendant qu’il dormait, pas maintenant qu’il était parfaitement réveillé et avait son sabre à portée de main. Néanmoins, il s’arrêta à une distance raisonnable. Il ne le connaissait pas, après tout, mieux valait faire attention…


« Je suis navré, mais nous ne pouvons attendre que ta dresseuse soit réveillée. Nous devons partir, un navire nous attend, et je ne voudrais pas qu’il s’en aille sans nous. »

L’Insécateur sembla comprendre car il acquiesça légèrement. Le jeune Terrosien rejoignit sa sœur d’armes qui attendait, toujours couchée au sol. Elle se releva soudainement et s’éloigna rapidement vers les arbres. Elle s’immobilisa un instant, le temps que le Guerrier de la Lune parvienne à son niveau. Ce dernier marqua une pause, regarda une dernière fois la clairière… Puis repartit, sans se retourner.

[Topic clos]

Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Le cri de la forêt [Ninj / Ushiwaka / libre1]

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:08


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum