[ Clos ] Retrouvailles avec une Princesse [PV Nina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Retrouvailles avec une Princesse [PV Nina]

Message par Invité le Mer 8 Sep 2010 - 4:35

- Retrouve-moi à Fla'Or d'ici cinq jours...à bientôt, Reito.

Cinq jours que ces paroles résonnaient aux oreilles de Reito. Cinq jours pendant lesquels tout son esprit s'était tourné vers la course contre la montre pour rallier la capitale militaire du Mizuhan en l'espace de cinq minuscules journées.

Après que Nina, en disparaissant du souvenir, avait soufflé ces mots à Reito, le jeune homme s'était retrouvé au milieu du petit bois, un peu au Sud d'Arkan, dans lequel il s'était endormi avant d'atterrir dans le souvenir. A vrai dire, chose surprenante et ironique, le jeune s'était retrouvé dans un tel état de choc qu'il avait fallu un bon coup de tête de Kaimetsu dans l'estomac pour le ramener au présent - et aux priorités qui allaient avec. Fla'or était à bien plus de cinq pauvres jours de marche de leur position, et ce fut le Rhinocorne, revenue sous sa forme de pokemon, qui prit l'initiative d'offrir à Reito de monter sur son dos pour se lancer sur les routes de toute la vitesse de ses jambes puissantes. 

A vrai dire, le pokemon ne s'était pas vraiment contenté des routes, et avait la plupart du temps coupé à travers le décors, soucieux de prendre le plus court chemin possible vers la banquise et faisant généralement peu de cas des obstacles éventuels dressés sur son chemin. Quand il était lancé ainsi, il en fallait beaucoup pour l'arrêter, mais là, le pokemon avait carrément surpassé ses limites ! Reito avait presque du batailler pour le forcer à se reposer quelques heures, et au final, le Rhinocorne avait couvert en trois jours plus de la moitié de la distance qui les séparait de Fla'or. Bien qu'ils soient repassé non loin d'Arkan, le pokemon avait obstinément refusé de faire un détour pour passer au Manoir Kanzaki, considérant sans doute que le temps d'aller chercher une monture plus rapide que lui représenterai tout de même une perte de temps et qu'il valait mieux continuer sur sa lancée.

De plus, le père de Reito n'aurait pas compris pourquoi son fils revenait avant d'avoir rempli son objectif premier qui était d'aller retrouver ses parents génétiques à Alfen, en Nalcia, et Reito lui-même se voyait mal expliquer à Siegfried qu'il partait au Nord pour chercher la Princesse du Mizuhan dont le noble ignorait sans doute jusqu'à l'existence - à moins que la Noblesse du Mizuhan ne la croit portée disparue ? Bref, le passage à la Résidence Kanzaki avait été proscrit d'office, dans l'état actuel des choses.

Les deux derniers jours de voyage furent tout aussi tendu pour Reito qui, bien qu'ayant obligé Kaimetsu à rentrer dans sa Ball pour se reposer, avait tout de même du galoper jour et nuit sur deux Rhinoféroce loués à grands frais - le jeune homme avait horreur de gaspiller de l'argent pour des efforts qu'il pouvait fournir lui-même, mais il s'agissait cette fois d'un cas de force majeur et n'avait guère hésité.

Finalement, fourbu et épuisé, il était arrivé à la capitale militaire du pays peu avant l'aube du cinquième jour de voyage. L'emblème de la Maison Kanzaki lui ouvrit bien vite les grandes portes recouvertes de givre, et le jeune homme était aller s'écrouler dans la première auberge potable qu'il avait trouvé, profitant de quelques heures de sommeil plus que bienvenues.

Ce fut Kaimetsu qui le réveilla quelques heures plus tard, en milieu d'après-midi. Le pokemon avait bien récupéré, les deux jours de repos forcé lui ayant fait du bien, et Reito lui-même, bien qu'ayant bien entendu mal partout après cinq jours de chevauchée, se sentait assez reposé et prêt à attaquer la journée. Il se lava rapidement, et s'habilla d'une tunique à la livrée blanche et bleue de la Maison Kanzaki, avant de ceindre à sa ceinture de cuir le fourreau de son épée, décidant de laisser sa lance et son armure dans la chambre d'auberge afin de rester "léger" pour cette journée. Regalia [img], son épée, n'avait presque rien de tous les ornements décoratifs qu'appréciaient souvent les nobles. C'était une arme exclusivement fonctionnelle, bien que d'excellente facture, qui n'était pas accrochée à la ceinture de Reito pour décorer, et bien que le jeune homme avait toujours privilégié le maniement de la lance, il savait parfaitement se servir de sa lame... Après tout, un chevalier digne de ce nom doit savoir se servir de tout type d'arme, et les épées sont de loin les plus courantes.

Fixant ses épaulières et laçant ses avant-bras, tous deux en cuir bouilli - bien plus léger qu'une armure, s'intégrant parfaitement à une tenue légère, et assez résistant pour se protéger même de coups d'épée de faible amplitude -, le jeune homme passa finalement dans son dos sa petite targe [img] elle aussi aux couleurs des Kanzaki, vérifia machinalement que son épée glissait bien dans son fourreau, et s'estima prêt à partir. Voilà un moment qu'il ne s'était plus équipé si légèrement, mais son armure et sa lance seraient bien trop encombrants dans une ville aussi grande et active. Il s'entoura pour finir d'une chaude cape de voyage blanche, et se dirigea vers la sortie de l'auberge.

L'air froid le prit fortement à la gorge dès qu'il fit un pas à l'extérieur. Il du retenir quelques instants son souffle, le temps de s'habituer. Et ce ne fut que lorsqu'il fit quelques pas au-dehors qu'il prit conscience que, durant toute sa cavalcade effrénée, il n'avait pas un seul instant prêté réelle attention à ce qui l'avait entouré. Même le froid de la banquise ne l'avait même pas atteint, tant sa concentration était totalement dévouée à cet objectif unique d'arriver au bout de son voyage. Il prenait maintenant un réel plaisir à admirer le véritable chef-d'œuvre du monde qu'était Fla'or : la ville semblait intégralement faite de glace, chaque angle de bâtiment, chaque surface où la neige laissait place à la transparence glacée du givre reflétait subtilement la lumière du soleil qui brillait haut dans le ciel, produisant des jeux de couleurs qui firent sourire Reito : bleu et blanc, à l'instar de sa tunique aux couleurs des Kanzaki. Bien qu'il mettait pour la première fois les pieds dans cette ville, le jeune homme se sentait parfaitement à l'aise, tout à fait à sa place, et même le froid qui l'avait surpris au premier abord ne l'ennuyait plus guère à présent. Kaimetsu poussa un grognement sourd, heureux d'être pour une fois déchargé de toutes leurs affaires laissées à l'auberge.

- La température n'a pas l'air de trop te déranger, toi non plus, dis-moi ? lâcha Reito à son compagnon, qui répondit d'un nouveau grognement, que le jeune homme estima équivalent à un haussement d'épaules négligent. Le Noble eut un sourire, qui fondit comme neige au soleil lorsque son regard balaya les alentours. Bien, "retrouve-moi à Fla'or", c'est d'accord, seulement voilà : comment se retrouver, au juste ?

La question venait de germer dans son esprit, et il l'avait posé à voix haute plus sur le coup de la surprise qu'autre chose. Trop concentré à simplement arriver à temps, il n'avait pas du tout réfléchit à la question... Kaimetsu poussa un souffle qui ressemblait tellement à un soupir que Reito se retourna de surprise, presque certain d'avoir entendu dans ce soupir une expression du type "Ah la la". Ce qui, venant de son compagnon, était fort rare. 

- Quoi, tu te moques de moi ? répliqua Reito, sans méchanceté mais jouant le jeu. Comme si tu étais plus avancé !

Nouveau soupir du Rhinocorne, qui partit soudain de son côté sans pré-avis, l'air de savoir où il allait. Décidément ébahit par le comportement de son compagnon, le jeune noble lui emboita le pas, et ils marchèrent ainsi pendant quelques minutes, le Rhinocorn s'arrêtant parfois, semblant confirmer sa direction pendant quelques secondes avant de reprendre son chemin. Reito commençait à comprendre... Et son hypothèse s'avéra juste lorsqu'il fini par déboucher sur une petite place, à l'autre bout de laquelle attendait Nina, tranquillement adossée à un mur, dans un renfoncement légèrement à l'écart de la foule et à l'abri des regard. A ses côtés de tenait Genki, son Mentali et premier compagnon, le pokemon ayant le regard braqué précisément dans leur direction, comme si il savait qu'ils arrivaient... Aurait-il lui-même guidé mentalement Kaimetsu au travers de la ville ? Probable.

Nina lui adressa un sourire lorsque Reito passa le pan de mur qui faisait office de démarcation entre le coin où son amie l'attendait et la place en elle-même. Instantanément, le brouhaha de la place s'en trouva diminué de surprenante façon. Alors qu'elle s'approchait à sa rencontre, Genki sur les talons, Reito eut en lui l'instant de doute qu'il avait redouté : devait-il lui parler comme à la princesse qu'elle était aujourd'hui, ou comme à l'amie qu'elle avait toujours été ? Ses sentiments et son éducations étaient en parfaite contradiction... Ainsi, il fut presque surpris lorsque Nina vint poser une main sur son épaule.

- Je suis contente de voir que tu es venu, Reito. Je t'attendais.

Un sourire étira finalement les lèvres du Noble, qui prit doucement la main de la jeune femme et y déposa un baiser. Cela au moins était à la fois tout à fait protocolaire et parfaitement en accord avec ses sentiments ! Il aurait préféré la prendre à nouveau dans ses bras, la serrer contre lui, tout son corps y aspirait, et Reito avait d'ailleurs peur que cela se voit trop clairement - était-il possible d'avoir aussi peu de contrôle sur son propre corps ?! -, mais ce geste était tout ce qu'il oserait se permettre.

- J'aurais préféré mourir cent fois que de ne pas venir... répondit-il, avant de saluer respectueusement Genki d'un signe de tête, et de revenir sur Nina : il fallait qu'il éclaircisse son problème, sans quoi il deviendrait fou. Je suis heureux de te revoir. Ces cinq jours de chevauchée en auront valu la peine... Mais j'ai besoin de savoir, si je dois m'adresser à toi en tant qu'Aspirant Chevalier du Mizuhan à la Princesse Héritière, ou si tu préfères... - gêné, il chercha un instant ses mots -... ou si vous préférez rester incognito, auquel cas j'aurais besoin d'un ordre direct de votre part pour faire fi du protocole et du rang qui vous est dû, Princesse.

Il avait fini sur le vouvoiement et d'un ton plus assuré, plus habitué à parler ainsi, et soulagé d'une certaine façon par la façon dont la hiérarchie avait tendance à régler certains problèmes de communication. Du moins, momentanément seulement, car le dilemme n'en perdurerait pas moins tant que la jeune femme n'apporterait pas une décision claire et définitive... Un peu en arrière, Kaimetsu s'était contenté de saluer les deux autres, avant de s'allonger simplement à côté du pan de mur, isolant un peu plus sérieusement le petit groupe de la foule.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Retrouvailles avec une Princesse [PV Nina]

Message par Nina Wang le Lun 1 Nov 2010 - 23:23

Après le voyage temporel pour le moins inhabituel, Nina et son équipe s'étaient rendus à Geffen pour obtenir le badge d'arène du champion Hector. Le match avait été serré, mais la jeune Mizuhanienne avait remporté la victoire dans une nuit plutôt chaude pour la saison. En effet, la température de Flamen ne descendait jamais bien bas, étant donné que la terre elle-même dégageait de la chaleur dans ce pays. C'est donc avec son sixième badge en poche qu'elle avait sauté sur le dos de sa Noarfang, une fois l'oiseau de proie rétabli, pour rejoindre la capitale militaire de son pays.

Arrivée le surlendemain de sa victoire, tôt dans la matinée, elle s'était occupée d'acheter nourriture et fournitures en tout genre pour ses Pokémon et pour les différentes pièces d'armure qui ornaient la plupart d'entre eux. Puis, elle avait déjeuné en ville avec eux, partageant avec eux le plaisir de prendre un repas dans sa ville natale. Elle avait ensuite entraîné un moment ses compagnons avant de demander à Genki d'avertir Kaimetsu et Reito du lieu et de l'heure exacts du rendez-vous.

Elle avait choisi un endroit assez discret, coincé entre un étal et un autre bâtiment, et un peu en retrait par rapport à la place d'où trois chemins différents partaient en ligne droite. En apercevant son ami et son Rhinocorne se profiler non loin d'elle, Nina quitta le mur contre lequel elle était adossée et vint à sa rencontre, posant une main chaleureuse sur l'épaule de Reito.


« Je suis contente de voir que tu es venu, Reito. Je t'attendais. »

A cette remarque, le Nalcien s'autorisa un sourire et, sans que Nina ne s'y attende, prit la main de cette dernière et y déposa un baiser respectueux, mais dans lequel la guerrière sentit une grande affection. Ses joues rosissant légèrement, elle lui sourit timidement, avant de rougir franchement quand il lui affirma qu'il aurait préféré mourir cent fois plutôt que de ne pas venir. Il lui demanda ensuite quelle était la manière la plus appropriée de s'adresser à elle, en la tutoyant normalement d'abord, puis en l'appelant « Princesse ». Alors que Genki rendait son salut à Reito, Nina leva sa main droite pour la poser à nouveau sur le noble, sur son avant-bras, cette fois-ci.

« Ecoute...à part la Reine et un nombre très restreint d'amis, personne n'est au courant de ce que je suis réellement. De plus, je pense qu'avoir enduré ce que nous avons enduré quand nous étions enfants te dispense largement de toutes ces broutilles. Je me passerai de titre ou distinction de ta part. Appelle-moi Nina. Juste Nina. D'accord ? »

Tout en remarquant du coin de l'oeil que Kaimetsu s'était allongé pour les isoler un peu plus du reste de la ville, la guerrière sentit un sourire en coin se dessiner sur ses lèvres.

« Est-ce que cela suffit à être considéré comme un ordre direct de ma part, Reito ? »

Un peu amusée, elle l'observa minutieusement pour voir sa réaction, prenant un malin plaisir à le taquiner. Après tout, cela faisait trop longtemps qu'ils avaient été séparés par le départ de Reito. Elle avait bien le droit de le charrier un peu...non ? Elle reprit alors la parole, pressée de lui raconter ce qu'elle avait fait auparavant, et de s'enquérir de ses préoccupations et de ses objectifs.

« En tout cas, tu as l'air fatigué...mais c'est vrai, je n'avais pas pensé que tu n'aurais pas de monture aérienne...cinq jours, depuis je ne sais où...c'était peut-être un peu court, effectivement, désolée...de mon côté, je n'ai pas eu de problème grâce à Kashi, mais toi...enfin...j'étais à Geffen pour disputer un match d'arène. Tiens, d'ailleurs, regarde ! »

La dresseuse de l'Eau lui montra sa dernière acquisition, à savoir le badge du champion de la capitale de Flamen, non sans un regard pétillant de fierté et une caresse à Genki. Bien qu'il n'ait pas participé au match, le Mentali faisait partie intégrante de l'équipe, et une victoire, quelle qu'elle soit, en était une pour tous les Pokémon de Nina. Celle-ci laissa le temps à Reito de regarder l'objet accompagné des cinq précédents avant de ranger le tout. Elle s'apprêtait à laisser son ami s'exprimer lorsqu'un cri lointain détourna son attention. Il lui semblait quelque peu...familier...

« Que... »

Une forme rapide - très, très rapide - d'une couleur à mi-chemin entre la feuille de printemps verdoyante et l'automne déjà avancé arrivait à toute allure dans leur direction, en poussant de petits « Phylla, Phylla » frénétiques et répétés. En sautant comme un cabri, Miyana parvint jusqu'à eux, bondit par-dessus Kaimetsu sans même le toucher et, bien décidée à se lover dans les bras de sa maîtresse, regarda Nina d'un air ravi et...et battit l'air avec ses pattes, comme si elle continuait sa course dans le vide. Sans comprendre ce qui se passait, la Phyllali s'agita un peu avant de regarder l'obstacle qui s'avérait être le bras, ou plus précisément la main de Reito l'ayant saisie en plein vol par le cou pour la stopper dans son élan. Un sourcil levé, le jeune homme dit à Nina :


« Tu as de drôles d'admiratrices. »

Avec un soupir, la fille du major Wang s'approcha de la bestiole qui gesticulait au bout du bras de Reito et lui passa affectueusement la main sur le crâne.

« Il s'avère que cette admiratrice, comme tu dis, est un de mes Pokémon...Reito, je te présente Miyana, que j'ai rencontrée dans la forêt de Kabana. Elle est en pension chez moi avec son fils - leur fils, d'ailleurs, fit-elle en désignant Genki. Je ne peux pas transporter tous mes Pokémon avec moi, et de toute manière, je ne pouvais pas laisser Hinoki sans sa m... »

Un nouveau bruit de cavalcade effrenée se rapprocha du groupe, une boule de poils marron et blanche tenta de freiner devant l'énorme masse rocheuse qui lui bloquait le passage...et un son sourd de choc entre l'une des plaques de Kaimetsu et ladite boule de poils résonna. D'un bond, Nina avait rejoint son Evoli complètement fou et, surtout, sonné. En le soulevant de terre, et avec un nouveau soupir, elle l'epousseta et crut bon d'ajouter :

« Voilà Hinoki, le fils de Genki et de Miyana. Il est encore très jeune, il ne faut pas lui en vouloir...sans doute a-t-il essayé de suivre sa mère jusque là. A propos, Genki, tu aurais pu me dire que tu les avais avertis, tu sais. »

Le Mentali courba un peu l'échine et s'attendit à être réprimandé, mais il ne reçut qu'une caresse en guide de punition. Récupérant la Phyllali couleur d'automne dans ses bras, Nina la serra contre elle avec Hinoki et sourit à son camarade. Elle adorait les Evoli et toute leur famille, parce que son premier Pokémon avait été Genki, et c'était certainement plus que visible à cet instant. Alors que Genki venait frotter son museau à celui de Miyana, une fois Nina accroupie, la guerrière de la Glace gronda gentiment les deux fugitifs, tout en prêtant attention à tout ce que pourrait dire son ancien compagnon de galère. Ils avaient des choses à se raconter, et ce n'était pas peu dire...

Ils passèrent un long moment à discuter, étonnés d'apprendre que l'autre avait vécu tant de choses pendant leur séparation. Lorsque le soir tomba, et la fraîcheur avec, Nina proposa à Reito de venir dîner chez elle. L'air un peu gêné, il refusa poliment, ce que Nina ne prit pas mal. Après tout, il avait peut-être des choses à faire. Nina, de son côté, devait aller voir Sergei. Après la blessure qu'il avait reçue, elle avait besoin de le voir, et de s'expliquer sur son geste, aussi. Il le fallait si elle voulait que rien ne change entre eux.

Nina salua donc Reito, après l'avoir remercié d'être venu d'aussi loin pour la voir. Un sourire fatigué, un signe de tête, et la princesse de Mizuhan se détourna pour rejoindre son cher père...


[Topic fini prématurément...]

_________________
Inochi wa... Tatakai.


Spoiler:

« Approche, Princesse des Glaces, tranche l'Eau de tes lames, fends l'Air de ton corps et fais jaillir l'Or Blanc du plus profond de ton être pour voler vers la victoire et la demeure des Célestes. Entends l'appel de la voix qui gronde en toi, ne la refuse pas, mais fais-en ton Alliée pour l'ultime explosion dans une transfigurante Métamorphose. »
1 RP - 0 mission - 0 event - 0 match
avatar
Nina Wang
Modo' • Respo Mizuhan
Informations
Nombre de messages : 3940

Fiche de personnage
Points: 19
Âge du personnage: 25 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum