Le deal à ne pas rater :
[Adhérents FNAC] 30€ offerts tous les 200€ d’achat
Voir le deal

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par PNJ le Jeu 15 Oct 2020 - 16:06

Nous étions dans la caserne principale de la ville de Seian et il était minuit passé de quelques minutes. Les deux aspirantes ne devraient plus tarder. Leur examinateur, le brigadier instructeur Connor Blyes se tenait couché sur les gradins de ce qui ressemblait fort à une arène d’entraînement pour soldats. Un cadre habituel pour une épreuve en somme. Ce qui l’était moins, c’était la posture du brigadier : aux trois-quarts couchés sur les gradins dans une position que certains esprits mal tournés auraient qualifié d’obscène, chemise blanche et pantalon de toile, l’homme ressemblait davantage à un aventurier mal dégrossi lambda qu’à un soldat de la prestigieuse armée de Terros. La seule chose qui faisait un tant soi peu militaire -hormis peut-être le petit couteau presque invisible qu’il portait dans une gaine à sa ceinture - chez lui était l’amure de cuir d’entraînement… Qu’il ne portait pas mais qui reposait nonchalamment à quelques mètres de lui. Cette armure était en quelques sortes un message pour les postulants : face à lui, toutes leurs postures, leurs armures, leurs glorieux faits d’armes, leurs grades … ne comptaient pas et ne leurs serviraient donc à rien.

Le jeune homme qui avait tout juste trente ans profitait au maximum de la liberté offertes par l’armée à ses franc-tireurs et éclaireurs : cheveux bruns en bataille, moustache et barbe mal taillées de quelques jours, épreuve organisée de nuit -normalement interdit sans autorisation - qu’il ne déclarait qu’une fois cette dernière passée… Bref, le brigadier faisait les choses à sa manière et personne n’avait jamais réussi à le faire agir contre son gré. Il faut dire que sa façon de faire avait aussi ses avantages dont sa supérieure directe tirait manifestement partie puisque la Capitaine Prima ne lui avait jamais rien reproché alors que Blyes était certain qu’elle en savait plus au sujet de ses frasques que ce qu’elle avait bien voulu lui en dire.

Pour le moment il était seule dans la pièce mais outre les deux soldats, il attendait aussi le retour de ses deux Pokémon, « les jumeaux » comme il les appelait. Ces derniers, un Limaspeed et un Lançargot lui avaient été offert par son père, ancien général, et ils l’accompagnaient depuis ses débuts dans l’armée 8 ans auparavant. Pour ce qu’on en savait, ils étaient les seuls Pokémon de Blyes fils et ce dernier les avaient envoyé en éclaireur afin de guider les deux filles jusqu’à lui.

Lorsque les deux filles arrivèrent escortées par les deux insectes, il leur signifia d’un geste qu’elles pouvaient couper court au salutations protocolaires d’usages. Leur nom suffisait. Ces simagrées n’avaient pas leur place avec lui. Il se redressa alors légèrement jusqu’à s’asseoir sur les gradins et se présenta à son tour à sa façon -très directe :

« Moi c’est Blyes, enchanté. Alors comme ça vous voulez devenir Lame-Caméléon ? Et pourquoi donc ? Qu’est-ce que vous comptez faire avec vos nouveaux pouvoirs guerriers quand vous serez autorisées à les utiliser ? Vous souhaitez pouvoir réaliser un truc ou un enchaînement en particulier ? Vous avez des missions, des interventions de prévues? Un proche à venger ? Et si vous avez des questions ou des remarques sur la Lame-Caméléon, n’hésitez pas à les poser maintenant. Après vous serez peut-être trop occupées pour ça. Si vous le voulez, j'aimerais aussi que vous me décriviez votre style combat actuel en quelques mots, ainsi que celui que vous visez s'i les deux sont différents. ».


Les courtes questions de Blyes n’étaient qu’un moyen de leur demander leurs plans pour l’avenir, avec que lui-même puisse voir si ces plans cadraient ou non avec l’esprit d’une bonne Lame-Caméléon. Même si pour être franc, comme son nom l’indiquait, la lame caméléon était compatible avec tout le monde. Simplement certaines personnes se retrouvaient plus facilement dans une voie plus spécialisée donc plus rapide comme celle de chevalier.

Le jeune homme avait plusieurs fois annulé son épreuve afin de recommander le postulant à un de ses collègues qui formait les chevaliers ou les samouraïs – avec l’accord du postulant bien sûr – s’il sentait qu’une autre classe lui conviendrait mieux. C’était en partie pour ça qu’il ne déclarait pas ses épreuves à l’avance. A quoi bon les officialiser s’il devait les annuler le jour même parce que le postulant avait mieux à faire pour le reste de sa vie ?

Bien évidemment, même si cette attitude quelque peu cavalière avait ses avantages, elle n’était pas du goût de tout le monde, et Blyes n’ignorait pas qu’on lui avait discrètement affublé le surnom de « Connar Blyes » dans son dos. Mais cela ne le dérangeait absolument pas. Brigadier Connard, ça sonnait bien !

Connard Blyes:
[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Major_Connard

_________________
PNJ
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1220


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par Elvira Greyhunt le Mer 21 Oct 2020 - 3:50

Les derniers jours avaient été plutôt éprouvants pour les deux demoiselles. Après avoir été en mission d’infiltration pour retrouver quelqu’un, cependant ladite mission c’est retrouver en mission poursuite pour finalement perdre leur cible de vue dans le Canal d’Apalala. Toutefois, elles tombèrent sur Chad, un gamin connu d’Elvira. Sans laisser la chance à Trellia de dire son opinion, Elvira avait sauté à pieds joints dans le combat dans le but de protéger le gamin qu’elle avait prit en affection quelques jours plutôt. Il s’en vient ensuite une mission de "sauvetage" de ruche d’Apitrini qui étaient attaqués par des Dardargnan furax. Après quelques combats, un pataugeage dans le miel et du gardiennage forcé, ce fut Chad avec l’aide d’Axill (Elvira soupçonne que le spectre à guider le gamin au cœur du problème.) qui trouve une machine, machine qui serait la cause principale des problèmes de la ruche présente. Sans comprendre le fonctionnement exact, mais Elvira se doute qu’elle affectait des Pokémons en précis, elles ont récupéré la boîte pour la montrer comme preuve à l’armée de Terros. Faute d’avoir récupéré leur cible principale, elles rapportaient un cadeau d’amitié.

Toutefois, tandis qu’ils reprennent la route pour Omatsu pour y déposer Chad et continuer leurs recherches, elles avaient d’autres pistes à surveiller, ils furent subitement avalés dans les airs par une faille sortie de nulle part. Ils vécurent une expérience des plus troublants, où ils semblèrent être pris dans le corps de créatures qu’ils finiront par apprendre n’était nulle autre que de nouveau Pokémons. Une fois sortie de ce cauchemar troublant et éphémère, Elvira prit la peine de déposer le gamin et une fois certaines qu’il fut en sécurité, elle quitte pour retourner à Terros en compagnie de Trellia pour y partager les informations sur le traître et ce nouveau phénomène qui n’était pas passé inaperçu… Ainsi donc, éreintée par autant d’action en peu de temps, Elvira espérait sincèrement prendre un peu de repos… Grossière erreur de sa part… Pendant qu’elle mange assise en face de Trellia, ne discutant presque pas, autre que par quelques rares mots, deux Pokémons ses pointes à leur table. L’une deux, un énorme et flottant escargot armé de deux lances tend une missive à Trellia.

Pour sa part, la rouquine se fait dévisager par une limace géante enroulée dans un juste au corps bleu foncé avec un casque rose… Trop fatiguée pour en rire, la rouquine finit par détourner les yeux, ayant la vague impression que ceci n’était que des problèmes. Axill lui confirme rapidement après avoir lit par-dessus de l’épaule de la brunette. La rouquine soupire, et dépose sa cueille dans son bol. Elle échange un regard consterné avec Trellia et souffle un peu irriter : « Ne me dis pas que c’est Abigaël qui nous oblige à aller passer une épreuve ? On ne peut vraiment pas se reposer avec elle… Et moi qui rêvais d’un bon lit dure… » Presque exaspérer, mais un peu excitée d’avoir encore du combat, la guerrière se lève et avec Trellia ainsi que ses Pokémons, ils suivent les deux insectes. Sans grande surprise, elles furent guidées vers l'un des airs d’entraînement où les attendait un homme à l’apparence nonchalante. Sa posture loin d’être la plus stricte, au contraire, il semble être l’une des rares personnes les plus détendues du troupeau militaire qu’elle n’avait jamais vu.

« Elvira Greyhunt. » Souffle-t-elle simplement. Elle se penche un peu sur Trellia et lui murmure : « J’crois que je vais bien l’aimé celui-là… » Termine-t-elle avait un sourire moqueur en coin. Il était assez connu que la rouquine avait quelques difficultés à suivre le protocole, même si elle faisait de son mieux pour rester respectueuse, elle évitait au max ce genre d’échange, une autre raison du pourquoi on l’avait placé dans l’équipe d’Abigaël. Si la rouquine ne râlait pas trop pour faire ce que lui demandait la chevalière avait un peu la même pensée qu’elle, ‘’tant que le travail était fait et le résultat bon, la manière était sans importance’’. Tout en écoutant l’homme parler, elle vient stresser sa longue et épaisse chevelure avant de la jeter dans son dos. Elle réajuste son gant de cuir sur sa prothèse puis bouge un peu des épaules. En simple pantalon de combat en cuir, avec une camisole avec une seule longue manche moulante qui recouvre sa prothèse en métal. Étrangement, même dans l’armée, beaucoup de personnes étaient malaisées par la vue d’un bras remplacer et puis, Elvira aimait bien user de surprise quand on venait la taquiner.

Après le monologue de Blyes, nom qui lui dit vaguement quelque chose, Elvira s’exprime sincèrement à son tour. « C’est rafraichissant de voir quelqu’un qui n’a pas un balai dans cul en permanence, plutôt rare chez les militaires… Vous voulez des réponses sincères ? Presque tout est bon pour devenir plus fort et avoir un arsenal toujours plus grand pour se sortir des problèmes. Surtout qu’on attire beaucoup les problèmes quand on est ensemble. Si se peut aider l’armée par la même occasion pourquoi pas et dernièrement, y a un peu de revanche derrière tout ça, j’ai toujours des comptes à régler avec quelqu’un qui s’est attaquer à moi et m’a volé quelque chose de très précieux, mais Lame-Caméléon ou pas, ça ne change pas mes plans. » Elle prend une pause et jette un coup d’œil à Axill et à Béleth qui attendaient sagement dans les estrades. Le petit Kaiminus avait été dans sa chambre à la baraque avec Sitara, elle s’en occupait en son absence. « Pour le style de combat… Je n’en ai pas spécialement, les gens Dissent qu’en général, je suis assez bourrin dans ma manière d’agir, sinon, j’ai longtemps utilisé deux épées de combat, alors je suis assez à l’aise avec mes deux mains. Mais je n’ai pas d’arme préféré, lame, marteau, banc de taverne, chaise, objets à lancer, coup de poing, coup de pied, personnellement l’arme ne fait pas le maître… » Termine-t-elle en soulevant les épaules pour laisser la parole à Trellia.

L’absence de préférence d’arme était venue avec la perte de son bras, le combat avec sa prothèse avait été difficile dans un premier temps, puis elle avait pris plaisir à défoncer ses ennemis avec. Cette préférence, c’était tout en plus renforcé avec l’évolution de Dimoclès en Exagide et les divers entraînements avec Elrin son père adoptif. En fait, elle utilisait surtout son instinct et ses émotions du moment pour tabasser les gens et ceci affectait étroitement les armes qu’elle allait utiliser.

_________________
Elvira Greyhunt
Elvira Greyhunt
Staff • Modo' & Respo Midgard
Informations
Nombre de messages : 1124

Fiche de personnage
Points: 79
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par Trellia Farron le Mar 27 Oct 2020 - 18:00

’est avec un grand bonheur que Trellia se prélassait dans son bain chaud, profitant pleinement de l’instant présent. Ces derniers jours, elle n’avait pas tellement eu l’occasion de le faire. Après les jours de voyage, en permission, où elle avait traversé la moitié de Seian en compagnie d’Elvira, non sans récolter quelques ennuis au passage, elles avaient regagné la Capitale et avaient aussitôt été envoyée en mission. Leur collègue infiltré n’avait redonné signe de vie qu’en s’enfuyant vers Flamen et lorsqu’elles avaient atteint le Canal d’Apalala, elles avaient été prise dans un déluge d’insectes. Après s’être vautré dans la ruche au milieu du miel et de ses horribles bestioles, le cheveux maculés de miel, il avaient été aspiré dans un monde étrange. En plus du miel, à la sortie, elle s’était retrouvée couverte de crème et de gâteau.

Avoir vécu quelque chose d’absolument irréaliste, elle avait plongé tête la première dans la rivière, histoire de ne pas rentrer dans cet état épouvantable. Mais rien ne remplaçait un vrai bain chaud. Trellia bullait en songeant qu’Elvira lui portait la poisse. Non sans rire, depuis qu’elles s’étaient rencontrées, à chaque fois, il leur arrivait des choses plus rocambolesques les unes que les autres ! Néanmoins, la vie serait sans doute ennuyeuse sans elle, mais Trellia rêvait d’un peu de calme pour l’instant. Comble de la malchance, en retrouvant ses Pokémon, elle s’était aperçu qu’une espèce de larve la suivait comme son ombre. Trellia bailla et s’étira dans sa baignoire. elle n’en sortirait plus jamais, c’était décidé… Pendant ce temps-là, sa petite équipe vaquait à ses occupations, après qu’elle ait obligé Giselle et Eldrith à prendre un bain. Surtout Eldrith qui était la seule à avoir baigné dans le miel plus qu’elle!

Elle n’y resta pas beaucoup plus longtemps cependant. elle acheva de se laver les cheveux, de les sécher, s’habilla et enfila des vêtements propres. Habillée comme à son habitude de son minishort noir et d’un débardeur moulan blanc, elle attrapa sa veste et appela ses Pokémon. elle était censée retrouver Elvira : maintenant qu’elles avaient “retrouvé” leur collègue, ou en tout cas, prouvé qu’il était vivant, elles devraient retourner à Omatsu et le ramener au bercail. Ce qui signifiait de longues heures de vol avant d’atteindre la ville flaminoise incognito. Ce ne serait pas très difficile pour elle, Trellia ne portait jamais d’uniforme, ni aucun blason et ne maniait aucun élément: bien malin celui qui pourrait dire qu’elle venait de Terros !

Mais pendant qu’elle discutaient, un messager Pokémon les interrompit, en leur livrant à chacune une lettre. Intriguée, Trellia la décacheta et la parcourut rapidement. Quoi, maintenant ?A n’en pas douter, Elvira venait de recevoir la même.


« Peut-être. »

Mais elle n’en était pas si sûre. Incapable de comprendre son style, elle était certaine qu’Abigaël ne lui aurait choisi qu’un truc de bourrin qui n’obligeait pas à utiliser sa cervelle. Mais Trellia était plus subtile que ça. Il y avait en revanche une autre personne qui connaissait aussi bien ses compétences physique qu'intellectuelle, même s’il se trouvait dans un autre bureau. Trellia eut un sourire en coin. Lame-Caméléon, ou la capacité de changer la forme de n’importe quelle lame… Exactement ce que faisait le Daevanion. Il ne leur fallut guère de temps pour rejoindre le lieu de l’épreuve, car il se trouvait au sein de la caserne. Ben tant mieux ! Cela leur éviterait de crapahuter dans une forêt pleine de bestioles ! Cela lui allait parfaitement bien. Elles quittèrent les lieux et trouvèrent leur instructeur sans problème.

Ce qui était certain, c’est que comme elle, il ne s’encombrait pas trop des convenances ! Elle-même n’avait jamais vouvoyé Abigaël, Tibbs était le seul patron à qui elle avait fait l’honneur d’une telle chose… Trellia était plutôt cool de ce point de vue et ne s’offusqua pas. Elle pouffa discrètement à la remarque d’Elvira. A croire qu’elles étaient dans un escadron de malpolis… Elvira fut la première à répondre et se paroles la firent rire un peu et elle souligna certains propos d’un haussement de sourcils marqué. Elvira aurait adoré passer son épreuve de Maître des Lames avec elle. Mais parmis les questions et la réponse données, c’est celle de la vengeance qui la faisait tiquer. Est-ce que l’armée voulait s’assurer qu’une brebis galeuse n’atteigne pas les classes supérieurs ? Ca se défendait, mais qui serait assez bête pour l’avouer ? Elle fit les gros yeux, quand Elvira répondit en toute franchise. Elvira, évidemment… Elle espérait juste qu’elle n’aurait pas à l'empêcher de tuer des innocents… Comme à leur premièr rencontre.


« Trellia Farron.
Je considère personnellement que la polyvalence est une qualité, en particulier dans un conflit. Lame-Caméléon s’y prête parfaitement, il n’est pas utile d’être résistant dans une armure lourde, si on capable d’esquiver les coups, ou d’être rapide comme un Samouraï, si on sait frapper au bon moment.
Je fais ce pour quoi on me paye. Et vous savez bien que nous ne sommes pas autorisés à parler des missions, en dehors de nos supérieurs directs… Et pour le reste… C’est elle qui porte la poisse. »


Trellia souligna sa pique d’un léger mouvement de la main. Une petite pirouette pour éluder ses questions personnelles, dont elle ne pouvait parler à personne… Comment faire comprendre à quiconque qu’elle venait d’un monde dont elle ne se souvenait même pas, mais dont elle avait découvert des liens, ici, à Érasia, et qui ne présageaient rien de bon ? En particulier après les derniers événements....  

_________________
[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) SignTrellia
Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
Trellia Farron
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 393

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 28 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par PNJ le Mar 27 Oct 2020 - 20:39

Blyes fut assez appréciatif de la présentation d’Elvira. Il commenta donc, le plus sérieusement du monde :

« Et les morceaux de cadavres arrachés aux corps de vos ennemis, vous avez déjà essayé de taper avec pour vous défendre ? Vous devriez essayer à l’occasion, c’est plus lourd et solide que ça en a l’air et ça a l’avantage de déstabiliser vos ennemis encore en vie… Je plaisante. Evidemment. »

Effectivement, Blyes n’avait jamais utilisé de bras qui n’étaient pas les siens pour frapper ses ennemis dans le feu de l’action. Pas officiellement en tout cas.

En revanche la réponse de Trellia le motiva un peu moins. Bon, il ne pouvait pas dire qu’elle ne connaissait pas la théorie au sujet des Lames-Caméléon, un bon point pour elle. Mais à parler comme ça, on aurait dit une gamine qui n’avait pas encore quitté l’accadémie militaire alors que sa carrure et sa posture indiquaient très bien qu’elle avait de l’expérience.

Quant à son refus de ne pas en dire plus sur ces missions… C’était son droit le plus strict mais franchement… Quelle excuse stupide… Si elle ne voulait rien dire, elle aurait pu simplement le dire. Quand Blyes avait parlé de mission, il avait parlé de projets de combat au sens très large. La simple volonté de prendre sa revanche au bras de fer contre Gros Johnny le caïd du bar d’en face aurait été une très bonne « mission » à connaître pour lui car il aurait pu voir à qui il avait à faire et ce que la jeune femme recherchait dans cette épreuve et dans sa nouvelle classe.

Ainsi il aurait pu lui donner des exercices, des trucs, des astuces qui n’auraient pas été utile à n’importe quelle Lame Caméléon mais qui lui auraient été utiles à elles. Son incapacité à comprendre un discours au sens large ce qui dénotait d’une certaine fermeture d’esprit… Dans le domaine oral en tout cas Pour une classe comme la Lame-Caméléon qui permettait autant de personnalisation c’était dommage. Heureusement, il existait d’autres modes d’expression pour les guerriers ! Et il était temps que ces deux recrues s’expriment autrement que par des mots ! Après tout Trellia n’était peut-être simplement pas verbale.

Il répondit simplement à Trellia :

« Très bien, comme tu voudras. »

Il lança ensuite sur un ton faussement sérieux mais dont l’ironie était imperceptible :

« En tant que brigadier de la garde de Terros, je vous nomme Garde honoraire de la cité de Seian pour disons… Les vingt prochaines minutes. Et votre premier exercice sera d’aller patrouiller dehors dans la ville. Vous avez vingt minutes pour accomplir deux tâches qui selon vous rentrent dans les attributions de la garde de Seian ET sont dignes d’une Lame-Cameleon. Vous me ferez votre rapport à votre retour. Vous pouvez y aller ! »

Quoi de plus normal qu’un Caméléon puisse se mettre dans la peau de celui qu’il serait dans une heure ou deux le temps que l’épreuve se termine ? Bon évidemment, Blyes n’était pas certain d’avoir le droit de nommer des gardes honoraires. Oh il avait déjà essayé pendant ses épreuves et l’administration lui avait envoyé un communiqué officiel lui expliquant qu’en fait, théoriquement il avait le droit de nommer des membres temporaires de la garde mais qu’en pratique non même si bon, cela s’était déjà vu et assez récemment en plus et pour des raisons similaires. Et bien évidemment, fidèle à sa réputation, le major Connard, s’était empressé de trancher dans le sens qui l’arrangeait.

Avant qu’il ne se rallonge en attendant le retour des deux filles, son Limaspeed lui coula un long regard interrogateur et son dresseur comprit sans mal sa demande :

« Non pas la peine que tu les suives… Enfin fais comme tu veux mais si tu veux les surveiller, j’aimerais que tu leur laisses une petite dizaine de minutes d’avance. »


Limaspeed était un pisteur hors pair, il n’aurait aucun problème à retrouver ces deux soldates dans une ville qu’il connaissait par coeur. Mais Blyes ne voulait pas que ses élèves du jour se sentent observées. Si elles faisaient l’exercice qu’elles étaient en train de faire, ce n’était pas pour lui, ni même pour les beaux yeux de l’armée ou encore pour avoir un grade qui n’était en définitive qu’un mot composé sur un registre. Si elles patrouillaient en ce moment dans les rues sombres de la capitale, c’était avant tout pour elles-mêmes.

_________________
PNJ
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1220


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par Elvira Greyhunt le Lun 2 Nov 2020 - 19:26

Elvira reste pensive face à la question de Blyes qui devient un personnage plus intéressant aux yeux la rouquine. Son côté unorthodox avait plusieurs questions à la femme et la première était, comment se faisait-il qu’il soit toujours dans l’armée ? Utiliser l’anatomie des autres pour se défendre ? Elle n’y voit pas l’intérêt, surtout qu’avec son bras en métal, c’est beaucoup plus efficace. Toutefois, elle se permet une réflexion. « Je ne crois pas que ce sera efficace pour se défendre, le corps humain est trop mou, toutefois, pour surprendre mes ennemis et me permettre de les attaquer plus efficacement le temps d’un instant, ceci pourrait être une opportunité à essayer… »

Ensuite, il vient le tour de Trellia et dans sa réponse simple et discrète de sa personne, Elvira reconnaît immédiatement la mercenaire qu’elle avait reconnue en elle. C’était l’une des raisons principales qu’il faisait que la rouquine appréciait sa présence. La brunette ne dégageait pas l’aura militaire de la plupart des gens, ou encore ce sens du devoir envers autrui et ceci était bien suffisant pour elle. Et puis Trellia avait tout de même eux un bon ascendant sur Elvira, à force de passer du temps avec elle, elle était beaucoup moins bourrin qu’autrefois et elle utilisait un peu plus sa tête, juste un peu plus.

Quand Blyes se remet à parler, Elvira lui porte son attention et l’interrogation semble apparaître dans son regard. Elles avaient vingt minutes pour quoi ? Être garde de la ville ET être une lame-caméléon ? Avec l’expression mi-sérieuse et mi-ironique de leur inspecteur, elle n’était pas trop sûre. Elle jette un coup d’œil en coin vers Trellia, elle voulait s’assurer qu’elle n’était pas la seule à comprendre à moitié la situation, toutefois, l’expression habituelle de la brunette ne trahit pas ces émotions actuelles.

L’attention d’Elvira se porte immédiatement sur Béleth qui lui retourne son attention mental, puis elle se souvient qu’elle ne peut pas utiliser ce dernier comme combat et puis, Exagide, préférait être en forme parade, lui permettant de protéger en permanence l’humaine. Tout en glissant les yeux sur les murs où sont posé, endormit les armes de combat. Après son Exagide, elle préférait avant tout utiliser son bras de métal, utilisant sa maîtrise du métal pour manipuler une arme à même son bras, mais encore une fois, ceci ne serait pas toléré, il faudrait donc retourner aux racines de son enfance. Elle cherche donc des armes qui lui sont familières et elle finit par les trouver, elles reposent sagement endormies sur un rack qui est au mur.

Sous le regard de ses Pokémon, elle se rapproche du rack et attrape deux épées courtes, donc l’une à l’apparence différente d'autres, elle les manipule rapidement, testant leurs poids. Après quelques moulinets, elle les lance un peu vers le haut et les rattrape avant d’afficher un air satisfait. Elle prend ensuite les fourreaux qu’elle place à sa ceinture. Elle porte une attention particulière à la deuxième épée qui est plus longue qu’une épée courte, mais pas assez longue pour changer de catégorie. Elle remarque des petites craques, sur la lame, on aurait dit des gravures, mais après une inspection, elle trouve un fin mécanisme sur la poignée de la lame et l’active. La lame semble se débouter pour s’allonger et finalement offrir une épée-fouet.

Agréablement, surprise, la rouquine vient essayer la nouvelle arme avant de la replacer à sa forme originale et la glisser dans son fourreau. Ensuite, elle va rejoindre sa compagne de route et l’invite à quitter sans plus d’attention à son équipe et au brigadier. *Soyez sages.* souffle-t-elle simplement, mentalement à ses Pokémon. Elle reçoit un rire mental de la part d’Axill et un hochement silencieux de Béleth, tous deux se tiendraient sages en son absence. Une fois à l’extérieur, la rouquine ouvre la marche, en écoutant les sons ambiants de la cité.
« Du coup, on reste ensemble où on se sépare ? Demande-t-elle après un faible silence. Toutefois, avant même que les deux femmes ne puissent parler d’un plan d’attaque, un carillon-sirène retenti dans le quartier voisin à leur position. Après avoir échangé un coup d’œil avec la brunette, Elvira s’élance sans poser plus de questions et en quelques minutes elles se retrouvent sur un lieu bien animé. « Allez, équipe A et B vous partez vers le Sud, Équipe C, vers le Nord et Équipe D vers l’Ouest, vous me trouvez ces voleurs et vous les arrêter ! » Déclare la voix d’une femme en uniforme donc le grade de chef est affiché sur ces épaules. « Besoin d’aide ? » Demande la rouquine.

« Et pourquoi, je demanderais à des civils d’intervenir dans une affaire officielle ? » Sonne la voix de la femme. « Parce que nous sommes des Soldat de l’armée de galon 2 et que notre brigadier nous a demandés d’aider. » Déclare simplement la guerrière. Il y a un faible silence ou elle la garde semble réfléchir puis elle fait un signe du revers de la main. « Au diable le règlement, ils sont une épine dans mon pied depuis trop longtemps. On a découvert une cédule de voleurs qui sévit dans le coin. Ils s’attaquent aux plusieurs riches et on ignore ce qu’ils font avec l’argent. Toutefois, on a trouvé l’un leurs caches secrètes et six d’entre eux, c'est échapper. Ils portent tous un signe étrange sur leur torse, comme un Cornèbre. Si ça vous tente d’aider, vous pouvez partir vers l’Est à ma place et récupérer les deux qui sont parties dans cette direction. Pour l’instant, ils semblent bouger en pairs de deux, on ne connaît pas leur stratégie, alors soyez prudentes. » Termine la femme.

Tandis que la femme leur tourne dos, Elvira ose les épaules et s’active rapidement dans la direction donner. « Je passe par les ruelles, tu passes par les toits pour nous donner un visuel. » Déclare la rouquine sans plus de cérémonie. Connaissant les capacités de tireuse de la brunette, Elvira lui laisse le terrain le plus dégager pour qu’elle puisse travailler librement. En moins de deux, Elvira s’élance et se glisse dans l’une des ruelles. Courant un peu à l’aveuglette, elle écoute attentivement les sons à la recherche de fuite, ou des mouvements dans les ombres. Après de longues minutes à perdre son temps, elle finit par entendre des cris. Elle décide donc de se diriger vers eux et elle arrive juste à temps pour voir quelqu’un qui tient une femme par le poignet, s’accrochant à un bijou de grande valeur. Une deuxième ombre immerge au même moment d’une ruelle plus loin. « Puta*n, ce n’est pas moment voler, on a les gardes au cul ! »

« Mais t'a vu la grosseur de ce bijou ? On pourrait en avoir une belle petite fortune. » « Non, mais il est à moi, lâchez-moi ! » S’écrit la femme qui s’accroche au désespoir du monde à son collier. Elvira ne s’arrête pas dans sa course, elle fait même l’inverse et elle accélère. Tout en tirant l’épée-fouet, elle active le mécanisme. La lame s’étire et vient s’écraser au sol, le frappant durant sa course. L’attention des trois personnes se tourne immédiatement sur sa personne et avec un sourire carnassier, signe qu’elle vient de trouver sa proie. Celui de la ruelle s’échappe immédiatement, abandonnant son compagnon. Sous l’expression farouche d’Elvira, la femme, crie brusquement, surprenant l’homme qui la tenait. L’étrangère se jette au sol et Elvira en profite pour lancer sa lame qui s’étire en direction de l’homme. Il a tout juste le temps de reculer d’un pas pour éviter le fouet métallique qui claque à quelques centimètres de lui.

Elvira laisse échapper un grognement et saute au-dessus de la femme pendant que sa cible commence à courir. Tout en le poursuivant, elle observe un peu mieux son environnement, toutefois, dans cette ruelle, il ne semblait pas avoir beaucoup de choses. Grâce à ses jambes habituées à l’action, elle s’active un peu pour rattraper l’homme. À la sortie de leur ruelle, ils semblent débarquer dans une rue plus animée pour l’heure de la soirée. Tout en poussant un cri d’avertissement, la rouquine se fait bousculer une vieille dame sur elle. Son idée première fut de l’éviter, toutefois, en réalisant l’âge de la dame, la rouquine la réception et s’arrête. « Vous allez bien ? » Demande-t-elle à la vieille femme qui semble confuse de la situation et après être sûre qu’il y avait plus de peur que de mal, la rouquine reprend la course. Toutefois, après cet arrêt, la rouquine a plus ou moins perdue de vue sa proie.

Sans se décourager, elle ralentit le pas et observe les réactions des personnes qui semblent être encore là et elle finit par comprendre par où l’homme est parti en voyant plusieurs observer dans la même direction, elle surprend même une vague conversation. « Tu as vu cet homme ? Il m'a basculé sans s’excuser, on aurait cru qu’il avait le feu au cul ! » Elle continue donc son chemin en observant l’agitation des gens pour finalement arriver dans une autre ruelle, beaucoup trop silencieuse à son goût. Elle tend l’oreille et après une minute d’écoute, elle entend légèrement une respiration ne saccader qu’on essaye de camoufler. Un nouveau sourire s’étire, puis elle son épée-fouet, elle vient agripper la poubelle qui se trouve à deux mètres d’elle. Elle la tire brusquement et elle l’envoie balayer dans le mur en face du voleur. Il sursaute en poussant un cri, ne s’attendant pas à autant de violence. Puis la réaction suivante refroidir amèrement la rouquine. « J'suis désolé, je me rends, je ne suis pas un combattant, juste un voleur... » S’écrit-il en se jetant à ses pieds. « Wow… Tu as le don pour refroidir une nana toi… Allez, lève-toi, on va au poste… » Dit-elle en secouant la tête complètement découragé. « Je t’avertis maintenant, tu essayes encore une fois de te sauver, et il te manquera les membres qui te servent à ça. » Menace-t-elle. L’homme blêmi et secoue la tête puis ils se mettent en marche pour raccompagner monsieur au poste de garde.

***

Après avoir rapporté le voleur à l’un des capitaines de la garde, la rouquine n’avait pas cherché à perdre plus de temps et était retourné là où elle avait laissé Trellia la première fois. Ce simple geste avait été de la pure curiosité de savoir si la demoiselle était déjà revenue ou non. Après avoir remarqué son absence, la guerrière avait osé les épaules pour finalement retourner à la baraque, la brunette était assez vieille pour s’occuper d’elle-même et les retrouver là-bas. C'est donc d’un nonchalant qu’elle reprend la marche en réfléchissant à tout ceci. Elle ignore comment elle pourrait rapporter ses vingt minutes de ‘’patrouille ". Elle avait presque trouvé tout ceci facile, comme si Blyes savait déjà qu’il y avait eu cette opération. En même temps, le tout aurait été logique, non ? Silencieuse, elle finit par entrée dans la baraque où ses Pokémon l’attendent sagement. Elle se dirige vers sa place originale et observe Blyes un moment.

« Sincèrement, j'suis pas très bonne dans les rapports, ce n’est pas pour rien que je suis dans l’armée… Toutefois, j’ai réalisé une chose, que je ne peux pas agir dans une ville comme dans la nature, le territoire n’est pas pareil et le comportement doit donc être adapté. C’est une vieille mamie qui m’a fait réaliser ceci. Elle a été brutalement bousculée par l’homme et la chute aurait pu lui être très désagréable. Et puis j’ai aussi pensé à utiliser mon élément, mais le lieu m’a fait hésiter encore une fois, et si je blessais des gens ? Pour l’une des rares fois, j’ai réalisé que mon côté bourrin ne me serait pas utile… Et à la fin de la poursuite, le mec s'est rendu, dans d’autres circonstances, je lui aurais collé mon pied au cul, mais… Il n'était tellement terrorisé que… Je n’ai rien fait et je l’ai ramenée… Tout ceci m'a un peu fait réfléchir… Je ne suis clairement pas faite pour être une simple garde, mais je suis contente d’avoir fait l’expérience. »


Dernière édition par Elvira Greyhunt le Mer 11 Nov 2020 - 15:47, édité 1 fois

_________________
Elvira Greyhunt
Elvira Greyhunt
Staff • Modo' & Respo Midgard
Informations
Nombre de messages : 1124

Fiche de personnage
Points: 79
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par Trellia Farron le Mer 11 Nov 2020 - 1:21

es bras croisés, Trellia arqua un sourcil. Elle n’était pas certaine qu’Elvira ait saisie le trait d’humour de Blyes… Mais elle ne dit rien, un sourire imperceptible en coin. mais quand vint son tour, Blyes resta un long moment à lui échanger un regard. Sans doute s’était-il attendu à ce qu’elle se confie aussi sincèrement que sa collègue. Ce n’était pas son genre. En fait, Trellia ne parlait jamais d’elle et donnait rarement son avis. A l’entendre, on pouvait penser que Trellia se contentait de se laisser emmener par le courant et qu’elle n’avait aucun projet d’avenir. C’était peut-être vrai. Elle songeait souvent que si elle en avait eu avant, elle serait de toute façon incapable de se souvenir. Et si ça devait se reproduire… Alors à quoi bon ? Elle préférait de loin vivre au jour le jour et agir en conséquence, plutôt que de faire des plans qui n’aboutirait peut-être, jamais. Mais tout cela bien sûr…

Blyes ne leur laissa que vingt minutes. Pour quoi faire exactement, elle n’en savait rien. Et pour tomber sur “un truc qui valait le coup”, à cette heure, dans un laps de temps aussi court, il faudrait qu’elles soient très chanceuses. Ou poissardes si c’était vraiment encore un truc rocambolesque qui leur tombait dessus. Du coup, Trellia se laissa penser avec un certain amusement qu’elles avaient toutes leurs chances ! Elle attrapa le regard que lui lança Elvira et lui en rendit un plus confiant. De toute façon, il leur arrivait toujours des tas de choses quand elles étaient ensembles… Pour quoi ce serait différent maintenant ? Trellia n’était pas vraiment inquiète: elles verraient bien sur place et puis, Blyes savait bien de toute façon qu’il y avait de grandes chances pour qu’il ne se passe rien du tout. Jusque-là, Trellia avait survécu et avait toujours trouvé une solution aux problèmes qu’elle avait rencontré. Elle laissa Elvira laisser se Pokémon de côté et se choisir une arme standard; elle avait l’habitude de prendre Béleth ou sa maîtrise.

Ce n’est qu’une fois dehors, lâchées dans les ruelles endormies qu’Elvira reprit la parole.

« Je n’en sais rien. On a reçu aucune consignes, alors on verra bien. »

Comme une malédiction qui planait au-dessus d’elles, il ne fallut pas cinq minutes pour qu’une alarme retentisse. Vu les circonstances, elles devraient s’en réjouir… Sans se poser aucune question, Elvira se jeta dans la direction et Trellia la suivit en soupirant. Quand ça commençait comme ça… La situation s’exposa rapidement d’elle-même. Une petite organisation criminelle qui en faisait voir de toutes les couleurs à la garde de la ville, pas assez importante en tout cas, pour alerter de plus hautes instances. Elle haussa un sourcil quand Elvira lui fit sa suggestion.

« Je ne vais pas grimper sur un toit sans raison, ce ne sont que des voleurs bien organisés, ils ne débarquent pas de Loukaï. »

Après tout, ils n’avaient pas affaire à des gens particulièrement dangereux.Et puis surtout, à quoi bon s’épuiser à ce genre de fantaisie, sans rien ? Trellia n’était pas du même avis qu’Elvira et elle reconnaissait bien son caractère emporté. Cependant, elle n’avait visiblement pas écouté un mot de ce qu’elle venait de dire, car elle avait déjà disparu dans les ruelles. Un effort probablement inutile, son expérience lui disait que ces voleurs connaissaient les moindres recoins de la ville par coeur. Et sans doute toutes les rondes aussi. Loin de vouloir s’épuiser à grimper en haut des toits, Trellia préféra prendre une grande rue. Elle ne risquait pas de voir grand chose sur un toit, en pleine nui; elle était peut-être une vraie tireuse d’élite, mais elle n’était pas nyctalope, malheureusement !

Il ne fallut cependant que peu de temps, avant que les premiers hurlements ne percent la nuit calme. Trellia soupira. Et voilà, ça commençait ! Les cris étaient relativement proches et se fiant  à son expérience d’enquêtrice du bureau des unités spéciales, elle savait qu’un voleur intelligent ne chercherait pas forcément à se cacher. C’était peut-être pour ça qu’ils étaient si bons… Quand les gardes cherchaient dans les recoins sombres, ils étaient ailleurs, si bien en évidence que plus personne n’y faisait attention. D’ailleurs, il ne fallut pas longtemps pour que sa théorie soit vérifiée, une silhouette filait comme s’il avait le diable aux fesses ! Immédiatement, Trellia remarqua un éclat sortant de la tenue sombre du coureur. Un bijou ? Elle voulut l’arrêter, au moins pour s’assurer que c’était bien ce qu’elle croyait… Mais l’homme stoppa net sa course, déclenchant le réflexe de poursuite chez Trellia.

L’homme, fut si rapide cependant qu’il fit pratiquement demi-tour au moment même où il la vit et ce qu’il fit cloua Trellia sur place. Au détour d’une rue, il sauta sur des caisses et grimpa sur le rebord d’un balcon comme un Capumain et plus impressionnant encore, il continua son ascension, sur le balcon du dessus avec une telle facilité ! Il ne venait peut-être pas de Loukaï, mais il pourrait facilement y prétendre ! En un clin d’oeil, l’homme disparut sur le toit. Jamais Trellia n’avait vu ça. En tout cas, pas récemment. Elle s’élança à son tour et comprit rapidement qu’elle n’arriverait pas à le suivre. Après avoir peiné et s’être aidée de divers objets (caisses, cordes, poteries) elle parvint à se hisser avec peine sur le toit. Évidemment, l’homme n’y était plus… Elle se rua au bord, mais sans grand espoir d’apercevoir quoi que ce soit. Et ne vit rien. les mains sur les hanches, elle soupira.

Ce fut un mouvement dans une ruelle qui attira son attention, dans une rue plus loin, éclairée par une petite chandelle. Une personne sortait de l’ombre en cessant de courir sur quelques foulée, regardant derrière lui et aux alentours. Bah tiens… Toujours a bout de souffle, Trellia redescendit aussi vite qu’elle put. Dès que la personne la vit se retourner vers lui, il prit la fuite.

« Ah non... »

Il n’était pas question de le laisser filer ! Elle se lança à sa poursuite derechef. Il s’ensuivit alors une longue course, comprenant des escaliers qui auraient rapidement raison de son souffle, et elle le savait… Observant rapidement les alentours, Trellia se rendit compte qu’il s'éclipsent en deux secondes dès qu’il en aurait l’occasion ! Ce qui n’allait pas tarder, une rampe se rapprochait dangereusement.

Elle détacha d’un geste sa Lamelune et tira, comptant sur son chakram pour assommer le type… Mais il n’en fut rien. Peut-être alerté par le sifflement du cercle, mais il fit un bond extraordinaire pour atteindre la rampe !

« Mais non... »

Médusée, Trellia se lança à sa suite et vit ce qu’il comptait faire : des caisses empilées à différents étages lui permettraient de disparaître pour de bon dans la ville… Rattrapant Lamelune lorsqu’elle revint, Trellia le lança à nouveau pour qu’il entrave le fugitif. Détachant son autre chakram, elle décida d’utiliser ses spécificités. Utilisant l’un des discrets mécanismes, une lame frontale en sortit, en forme de Demi-Lune. Au même moment, la Lamelune explosa plusieurs caisses par rebondissements successifs et coupa l’herbe sous le pied du voleur… Ou presque ! Il se rattrapa à une échelle de corde laissée là. D’un coup de poing, elle tenta -trop tard- de détruire son appui, mais rata son coup. Le Daevanion était tranchant… Elle risquait de le blesser sérieusement…

Son doigt toucha alors une minuscule plaque qu’elle n’avait jusque-là, jamais remarqué. Sur la poignée. Intriguée, mais surtout pressée d’en découvrir l’utilité (car à chaque fois, cela avait payé), elle fit disparaître la Demi-Lune et pressa le bouton invisible. A sa grande surprise, La Demi-Lune s’extirpa de l’anneau principal frontalement, alors que deux des lames asymétriques courbes du Boomerang, à l’opposé de la Demi-Lune. Mais surtout, un bruit de jet l’interpella et elle eut tout juste le temps de voir un anneau de métal doré, plus petit que le chakram (et qui était en  fait, à l’intérieur de celui-ci), surmonté de deux lames asymétriques qui formaient des ailes de chauves-souris. Le mécanisme très compliqué du Daevanion venait de libérer une nouvelle forme et heureusement, Trellia visait juste. Il coupa net l’échelle de corde au-dessus de la tête du fuyard.

Du pied, Trellia poussa des petites caisses de rangements qui traînaient sous le balcon incriminé et l’homme tomba dessus en lâchant un cri. Un jeune, d’après sa voix.

« Ben voilà, la caisse a ammorti ta chute. » Lâcha t-elle.

Le jeune homme grogna, peu sensible à son humour. Repérant le sifflement de Lamelune, Trellia rattrapa au vol le chakram sans s’émouvoir.

« Et si tu me disais pourquoi tu t’es enfuis ? »
« Nan... »

Trellia rattacha le chakram d’une main et de l’autre, toujours avec le Daevanion tenu, extirpa un petit quelque chose qui brillait et ressortait un peu de sa veste. Le gamin loucha légèrement, peu rassuré par la vue des lames rasoirs, il eut quelques sueurs froides. Trellia soupira.

« Tu vas parler. » Assura t-elle.

Le gamin déglutit, mais Trellia le remit debout, gardant le magnifique collier de pierres précieuses et rangeant le Daevanion dont elle rétracta les lames.

« Allez, si t’es sage ça va bien se passer. »

Sans oublier de quelle façon son copain l’avait laissée sur le carreau, elle attrapa un bout de corde et lia une des mains du gamin, à l’un de ses pieds. Pas question de reprendre une course comme la précédente ! Elle n’avait plus qu’à le ramener au poste et elle était presque certaine qu’il parlerait sans trop de problème. Intérieurement, Trellia se félicita d’avoir un jour ramassé une vieille arme abandonnée dans les prairies de Mizuhan… Ses deux chakrams et en particuliers le daevanion, étaient de loin ses armes les plus utiles. En toutes circonstances, elle pouvait compter dessus… Même si Vorpaline avait une place à part.

De retour dans la caserne, après avoir livré son colis au Poste, Trellia retrouva Elvira et Blyes. Elle arriva juste à temps pour entendre le rapport de sa collègue, bien qu’elle doutait de son utilité ; Non pas qu’elle se soit sentie observée tout spécialement, mais elle se savait observée. C’était évident.

« Je te vois plutôt dans un chantier de démolition. » Lâcha-t-elle avec un sourire taquin. Elvira n’avait jamais travaillé dans la finesse… Mais pour sa part, sa propre poursuite n'avait pas été de tout repos !

« Selon vos ordres de prendre une garde de vingt minutes en ville, Elvira et moi nous sommes dirigées vers le centre où nous avons rapidement intercepté une activité anormale des garde de la ville. La Capitaine a rapidement obtempéré et nous a informé de la situation gênante dans laquelle ils se trouvaient. Un groupuscule de voleurs dévalisaient certaines des maisons les plus riches de la ville, sans que personne ne parviennent à les identifier, prévoir leur mouvement ou les attraper. La garde a trouvé une des cachette de ce groupe, mais leurs six membres présumés se sont tous enfuis.

A la suite des informations données, nous avons décidé de nous séparer, car les voleurs travaillaient en duo. Près d’une des ruelles principales, j’ai rapidement trouvé un des voleurs en fuite, mais avant que j’ai pu faire le moindre mouvement, il avait disparu en escaladant les habitations à une vitesse et une agilité que je n’avais jamais vue, même à Loukaï. Je l’ai suivi les toits, où j’ai perdu sa trace. De là haut, j’ai aperçu quelqu’un d’autre au comportement suspect et je l’ai abordé aussi vite que possible. Dans sa fuite, à l’image de la précédente, j’ai compris que je n’avais aucune chance de l’attraper par des moyens conventionnels, j’ai donc décidé de m'adapter à la situation; puisque je ne pouvais pas le suivre, je l’ai empêché de s’enfuir. J’ai donc utilisé pour se faire la transformation de l’un de mes chakram et brisé l’échelle de corde et les caisses qu’utilisait le voleur pour bondir de balcon en balcon. J’ai appréhendé le fuyard une fois celui-ci au sol, retrouvé l’un des bijoux sur lui et l’ai ramené au Poste de Garde pour son interrogatoire.
Fin de rapport. »


Un rapport comme tant d’autres qu’elle avait déjà rendu.

_________________
[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) SignTrellia
Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
Trellia Farron
Trellia Farron
Informations
Nombre de messages : 393

Fiche de personnage
Points: 7
Âge du personnage: 28 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par PNJ le Jeu 12 Nov 2020 - 12:15

Blyes se releva lorsque les deux filles rentrèrent et alla à leur rencontre. Il hocha la tête suite aux rapports de ses deux élèves du jour ou plutôt de la nuit puis il leur confirma le but de l’exercice :

« Bon, vous savez vous adapter en fonction des circonstances, c’est bien. C’est tout ce que je voulais savoir ».

Comme l’avait compris Trellia c’était juste ça « être digne d’une Lame-Caméléon ». Cela pouvait paraître simple voire trop simple mais certains soldats que le major avait entraînés étaient tellement formatés par leur poste qu’ils étaient incapable de la moindre improvisation voire de la moindre action si un chef n’était pas là pur leur ordonner de la faire. Ils allaient donc pouvoir passer à la suite, à savoir la transformation des armes, qui serait sans doute plus intéressante que les étapes préparatoires ! Et les deux femmes comprendraient par la même occasion pourquoi il avait tenu à vérifier leur indépendance d’esprit.

Mais avant, un peu de théorie. Blyes n’était pas fan des cours théoriques en général mais celle-là, il l’aimait bien… Sans doute parce qu’elle collait parfaitement à son caractère et à sa façon de faire !

« Bon, la classe que vous visez s’appelle Lame-Caméléon. Vous savez ce que c’est un caméléon ? »

Il ne leur laissa pas le temps de répondre. Sa question était rhétorique, il se fichait de leur réponse.

« Le caméléon est le nom de l’espèce à laquelle appartient le Pokémon nommé Kécléon. Vous en avez déjà vu un ? Vous connaissez ses particularités ? Pour faire court, il s’agit d’un gros lézard bipède de couleur vert/jaune avec une langue extensible et des yeux qui peuvent tourner dans tous les sens. Mais ça on s’en fout. Sa capacité la plus spectaculaire est son Déguisement qui lui permet de se fondre dans le décor en adoptant les couleurs exactes de son environnement. Comme vous pouvez vous en douter, c’est très pratique pour tendre un piège à sa proie ou éviter un prédateur. »

Et maintenant venait la question la plus intéressante. Auparavant, Blyes la posait pour de vrai à ses aspirants mais il avait obtenu tellement de mauvaises réponses qu’il ne prenait plus la peine d’attendre et livrait désormais la réponse après avoir accordé à ses élèves quelques temps de réflexion.

« A votre avis, si un jour vous croisez un Kécléon, indépendamment des circonstances, quelle sera sa couleur ? Et ne me dites pas que vous ne pouvez pas le savoir à l’avance, ce n’est pas ça la réponse. »

Et il laissa quelques minutes à ses élèves pour réfléchir au problème, comme convenu, mais il reprit la parole avant qu’elles n’interviennent :

« Évidemment, la réponse n’est pas vert/jaune. Vous pouvez penser que du coup, comme son aspect dépend de l’environnement, vous ne pourrez pas le savoir à l’avance. D’un certain point de vue, c’est vrai. Mais cette réponse témoigne que vous n’êtes pas dans le bon état d’esprit pour comprendre votre classe et donc pour transformer vos armes.

La bonne réponse est : de toutes les couleurs. Comme et tant que vous ne connaissez pas les circonstances, les possibilités sont infinies et c’est ce qu’il vous faut garder en tête. »


Pour illustrer ses propos, il sortit son petit couteau à manche de bois et lame d’acier de sa gaine.

« Vous voyez ça ? C’est un couteau et pourtant pour moi ce n’est pas un couteau. C’est une infinité de lames possibles. Si je le veux ce sera une épée. Ou une lance. Ou une faux ! Et ça reste tout ça à la fois ! »

A chaque arme mentionnée, il lançait légèrement l’arme qu’il tenait en l’air et cette dernière se transformait immédiatement en la nouvelle arme annoncée. Et encore Blyes n’avait même pas parlé des arme hybrides mais chaque chose en son temps. Il retransforma son arme en son couteau d’origine puis il saisit l’arme par la lame afin de bien montrer la garde de bois aux deux filles.

« Pour répondre à une question que vous vous posez peut-être que que la quasi totalité de vos prédécesseurs m’ont posé, non, cette maîtrise n’a rien à voir avec l’alchimie et avec la maîtrise du métal. Comme vous le voyez, la garde de ce couteau est en bois. Or, je ne maîtrise pas le bois. Et même si c’était le cas... »

L’arme se transforma en épée que Blyes tenait toujours par la lame, pointant la garde métallique de l’arme sur les deux filles.

« Un alchimiste en ferait pas disparaître aussi facilement le bois d’une arme pour le transformer en métal, surtout si la deuxième arme contient plus de métal et plus de matière que la première. Cela romprait le principe d’équilibre cher aux alchimistes. Si une explication vous intéresse, certains spécialistes du sujet pensent que les lames caméléon maîtrisent une autre forme d’alchimie, une alchimie guerrière complètement différente de l’alchimie élémentale. L’alchimie élémentale repose sur les ressources à disposition de l’alchimiste, sur ce qu’il possède autour de lui. Il peut réarranger les éléments à sa guise mais pas en créer.

Une Lame-Caméléon se fout royalement de ce qui se trouve autour de lui et des éléments en général. C’est d’ailleurs pour ça qu’il n’est pas nécessaire de maîtriser un élément pour viser cette classe. La Lame-Caméléon transforme son arme non pas en fonction de ce que le guerrier possède, mais en fonction de ce dont il a besoin ! C’est pour ça que même si je suis en plein océan avec aucun gramme de terre ou de métal à des kilomètres à la ronde, si j’ai besoin d’utiliser une faux de deux mètres cinquante de long avec un mètre de lame, je pourrai l’obtenir sans problème ! »


Et disant cela, son épée se transforma en l’arme mentionnée. Il prit bien évidemment soin de faire apparaître l’arme dans la direction opposée des jeunes femmes. Bien évidemment, un tel outil était trop gros et encombrant pour être utile au combat, mais il illustrait parfaitement les propos du major au sujet du besoin et de l’absence de contraintes matérielles. Puis il retransforma son arme en couteau.

« Avec ça, vous avez les deux bases théoriques de la transformation de votre arme : voir l’infinité des possibilités en votre arme et suivre votre besoin. Il existe d’autres théories et d’autres façon d’appréhender cette classe pour le même résultat final, mais globalement celle que j’utilise et que j’enseigne marche bien avec les débutants donc je pense que ce sera bon pour vous. Libre à vous d’utiliser par la suite une autre vision des choses si elle correspond plus à votre façon de faire. Après tout ça aussi c’est de l’adaptation »

Blyes s’interrompit lorsqu’il entendit un gros bruit sourd dans la pièce, comme si quelqu’un faisait rouler quelque chose de lourd sur le sol. Et c’était exactement le cas : Lançargot faisait rouler jusqu’à eux un gros chariot rempli à ras-bord d’épées en piteux état. Le formateur expliqua donc la suite du programme aux aspirantes :

« Merci Lançargot. Ce chariot contient de vieilles épées réglementaires de l’armée terrosienne qui ne sont plus considérée comme utilisables par les soldats. Elles sont ébréchées, émoussées voire cassées et seront bientôt reforgées en de nouvelles armes par les maîtres du métal de l’armée. J’en ai profité pour les emprunter quelques temps afin que vous puissiez vous entraîner à la transformation d’armes.

Je préfère que vous commenciez par utiliser de vieilles lames rouillées plutôt que vos propres armes tout simplement parce qu’au début, vous pourriez avoir de mauvaises surprises avec vos transformations. Si votre esprit n’est pas assez ouvert aux possibilités ou si votre besoin n’est pas assez affirmé, l’arme pourrait se transformer en tout à fait autre chose que ce que vous désiriez, voire se casser juste après transformation ou aboutir en une lame d’un état général tellement pitoyable qu’elle sera inutilisable en combat.

Entraînez vous avec ces vieilles épées jusqu’à ce que vous vous sentiez prêtes à tenter l’expérience sur vos propres armes et lancez-vous ! Et pour finir, une petite astuce : la plupart des débutants utilisent un petit geste rituel pour faciliter leur transformation, ça les aide à trouver le bon état. C’est ce que je vous ai montré tout à l’heure en lançant l’arme en l’air avant chaque transformation,c’est mon geste transformateur. Aujourd’hui je n’ai plus besoin d l’utiliser mais cela pourrait vous servir. Vous pouvez me poser toutes les questions que vous voulez, même si je doute que cela puisse vous aider à transformer vos armes ! Maintenant place à la pratique ! »


Et il retourna s’asseoir dans les gradins en compagnie de ses deux Pokémon insectes. Le trio observait attentivement les deux aspirantes et Blyes en profita pour chuchoter à ses deux partenaires :

« A votre avis, laquelle risquera l’intégrité de ses propres armes en premier ? »

Fallait-il le préciser, Blyes n’avait jamais obtenu ni même demandé l’autorisation d’utiliser ces vieilles épées pour son épreuve et il risquait la colère des forgerons si les deux filles les abîmaient trop durant l’exercice. Mais le major s’en foutait pas mal : mieux valait deux bons soldats bien formés qu’une vingtaine d’épées de plus en bon état !

_________________
PNJ
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1220


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par Elvira Greyhunt le Sam 21 Nov 2020 - 16:21

Tout au long du monologue de Blyes qui lui semble interminable, Elvira est étonnamment silencieuse et attentive. Buvant presque les paroles du brigadier, elle semble vouloir assimiler la moindre petite once d’information qui pourrait lui être utile et pourtant dans tout ce que dit Blyes, rien n’est particulièrement informatique. Ainsi donc, le Lame-Caméléon avait sa propre science qui se révélait encore un mystère, du moins aux yeux de la rouquine. Pendant un vague instant, elle hésite, elle avait quand même une maîtrise de la terre et du métal, cette classe serait-il finalement nécessaire ? Toutefois, le brigadier soulève un point important, une fois en pleine mer, rien ne pourrait lui garantir la présence du métal. Elle n’était pas stupide, elle sait, qu’elle peut toujours avoir des boules à Canon, des balles de mousquet ou encore les clous même qui tiennent en place la charpente du bateau, mais en même temps… La quantité finirait par devenir minime puis inexistant, et puis, elle n’allait pas utiliser les clous de son propre bateau pour attaquer l’ennemi !

Pensive sur les paroles de l’homme, elle croise les bras sous sa poitrine. *Ce sera une bonne addition et puis imaginent les possibilités.* Souffle Axill. *Je sais…* *Alors, pourquoi sembles-tu hésiter encore ?* *Parce que… Parce que je n’ai aucune idée de quoi faire comme "rituel"…* Laisse finalement tomber la rouquine honteuse. Elle avait mille et une idée comme idées d’armes et de façon de tuer quelqu’un, mais pour l’étape de la préparation mentale, elle faisait chou blanc. L’Ectoplasma éclate dans un grand rire sincère. Il n’y a rien d’insultant dans cette exclamation de pure joie hilare qui les traverse tous à la fois. Elvire ouvre grand les yeux puis rougit un peu, peu habituée à ce genre de comportement de son Pokémon, elle secoue finalement la tête pour retrouver, ses esprits et chasser le chenapan qui rit toujours dans son coin de sa tête.

Toujours avec l’un de ses bras sous sa poitrine, elle vient redresser l’autre et pincer l’arête de son nez un peu. Elle garde la pause, réfléchissant à cette épreuve mentale qui allait se révéler plus difficile que la pratique en soi elle se sent stupide. Après plus d’une minute ou le monde à continuer de vivre autour d’elle, elle se met finalement à bouger et à s’approcher des armes de combat. Elle tire lentement une simple épée courte et l’observe un moment sous toutes les coutures. Pour toi, visuellement parlant, elle ne ressemble qu’à une simple épée qui a fait son temps, toutefois, Blyes avait appelé ceci une infinité de possibilités. En fait, si elle avait bien compris le principe simple et sans règle de la Lame-Caméléon, elle pouvait imposer son idée à cette lame, mais elle devait aussi y laisser son libre-arbitre, parce que si elle forçait trop là sur l’arme, elle risquait davantage de la blesser et ainsi de la brisée.

Il lui est difficile de concevoir un objet comme s’il est vivant. Surtout qu’avec son affinité avec le métal, elle sait très bien que cette épée n’est pas vivante et qu’elle n’est que tu matérielle utilisable. *Elvira… Pense à quand, nous n’étions qu’un Monorpale et que tu nous utilisais comme arme. Te souviens-tu de la douceur avec laquelle tu agissais avec nous ?* Résonne lentement les voix double de l’Exagide. Instinctivement, elle tourne son corps dans la direction des gradins où l’attendaient ses deux Pokémon. Pendant que l’Ectoplasma la dévisage avec son perpétuel sourire moqueur aux lèvres, l’Exagide flotte à quelques millimètres à peine du bois. Elle continue d’observer la lame, cherchant un lien entre elle et Béleth. *Quand tes lames jumelles ont brisées, tu n’avais plus rien et tu avais le cœur si brisé que depuis tu te refuses à utiliser des nouvelles armes. Nous avons réussi à percer cette carapace et tu as grandi de cette expérience, tu es devenue meilleure avec les armes.* Résonne toujours les voix communes.

Un faible sourire s’étire sur ses lèvres, c’est vrai qu’ils n’avaient pas tort. Depuis la perte de ses épées, une perte qu’elle n’avait jamais acceptée pour cause sentimentale et familiale, elle n’avait jamais eu la force de les faire remplacer… Il n'y avait qu’eux qui avait pris une place très importante. Quand il était encore un Monorpale, il avait été la première épée qu’elle avait utilisée, puis naturellement, quand ils étaient devenus Dimoclès, elle avait repris de combat double. Ils, c’étaient révéler des plus importants et précieux, mais malgré elle, elle avait eu un peu honte d’utiliser un Pokémon de la sorte, même s’ils n’avaient jamais démontré la moindre émotion ou pensées pour la faire culpabiliser. *Nous étions heureux, tu nous as donné un but, tu nous as permis de nous retrouver et enfin de nous unir comme nous le voulions.* Continue les voix sincères. Ce que la plupart des gens ignoraient, c’était qu’avant de devenir un gros bourrin, autrefois, elle faisait beaucoup dans l’art de la vitesse et de la subtilité, elle avait même cru qu’elle deviendrait Maîtresse de l’ombre… Toutefois, quelqu’un l’avait fait changer d’avis et avait attenté à sa vie et lui avait volé un Pokémon… Elle avait donc décidé d’apprendre le plus de maniement possible d’armes…

Tout en les écoutant, elle se met doucement à effectuer un vieux Kata martiaux Flamoinien qu’elle a appris durant sa jeunesse. Il est clair que ledit exercice est fait pour l’utilisation de deux armes. Instinctivement, dans l’un des mouvements du Kata, elle vient effectuer un moulinet avec sa main libre et sans se rendre compte, avec sa maîtrise du métal, elle appelle à elle une deuxième épée et termine le mouvement dans une attaque franche en pointe tandis que l’autre lame vient glisser sur la première pour finir dans un coup de ciseau. Les paroles de son premier mentor résonnent dans sa tête comme si elles dataient d’hier. *Elvira, si ton épée est trop courte, allonge là d'un pas vers l’avant.* et comme de fait, elle avance le corps et ancre ses pieds dans le sol avec une technique typique Terrosienne, elle ouvre grand les bras et fait un arc qui viendrait ouvrir le torse à la verticale de n’importe quel ennemi. Elle refait deux pas vers l’avant puis un pas de côté comme si elle avait un ennemi imaginaire devant elle. Tout en essayant de contrôler son esprit et s’offrir la force nécessaire, elle ferme les yeux, se remémorant les instructions de son mentor Flamoinien.

*Aucun homme n'est invincible. Il y a toujours un point faible. Le tout est de le trouver.* Même si elle n’avait aucun rapport avec l’étude du moment, le fait de se rappeler ses paroles la mettait à l’aise, la plaçait dans un environnement sécuritaire. Lentement, elle ramène son corps dans une position normale, puis plante dans le sable du sol la deuxième lame. Toujours les yeux clos, elle soulève la lame à la verticale et glisse avec douceur sa prothèse gantée dessus. Pour la première fois depuis des années, elle voit réellement l’arme qu’elle a entre les mains. *Elvira, n’oublie jamais que la peur est plus tranchante qu'une épée.* Résonne une dernière fois la voix de son vieux mentor dans sa tête. Elle ouvre les yeux, observe avec un grand intérêt l’acier qui est devant elle. Après avoir glissé la main une première fois, elle recommence et lentement, elle plie l’acier à sa volonté. Elle essaye de lui offrir une nouvelle apparence, l’acier semble craquer un instant, ou plutôt gronder.

Tout en effectuant une troisième caresse, l’acier semble se mettre à bouger et plusieurs petites épines d’acier semblent se hérisser et suivre le mouvement de sa main comme dans un étrange ronronnement métallique. Un fin sourire illumine le sourire d’Elvira tandis qu’elle recommence l’expérience à plusieurs reprises. Telle une amante attentionnée, elle prend son temps, s’offrant une nouvelle expérience avec l’acier. Il passe donc de froid avec elle à tiède puis à quelqu’un de passionnée qui semble l’avoir accepté comme Amante. Ainsi, le ronronnement épineux, se moule en vagues plus constantes et amicales, qui viennent léchera la paume de sa main. Une fois à l’aise avec ce simple mouvement qui finalement ressemble à sa manipulation du métal, elle réalise quelque chose et si depuis le début, elle l’utilisait sans se rendre compte. Elle plisse les yeux et observe sa prothèse gantée. Visiblement irritée par cette réalisation, elle laisse un claquement de langue s’élever dans les airs et elle fait un petit signe à Axill qui se rapproche pendant qu’elle plante cette épée à côté de son congénère.

En deux trois mouvements rapides, elle défait la protection de cuir qui cache l’apparence lisse acier de son bras et relâche sa maîtrise élémentale pour rendre le bras inerte. De sa main libre, elle vient retirer la prothèse qui dévoile une absence de bras à partir du biceps et la donne à l’Ectoplasma qui retourne à sa place. Elle prend une grande respiration, un peu nerveuse a l’idée de ne pas avoir réellement compris la technique. Elle reprend donc l’une des deux épées et commence à faire des moulinets avec pour la faire virevolter autour d’elle. N’ayant plus de deuxième main pour la caresser, elle devait improviser autre chose. C’est avec soulagement, qu’elle sent toujours l’acier résonner et lui répondre, ce qui chasse la nervosité qui taquinait son esprit. Elle prend une grande respiration et tandis qu’elle lance l’épée vers le haut, elle focalise son attention sur une modification légère et la transforme en crochet du tigre. Elle rattrape l’arme durant sa chute et fait une attaque dans le vide. Tout en pivotant sur la gauche, l’arme se transforme encore, pour prendre l’apparence d’une hache, frapper le vide et qu’un coup de revers en partant du bas vers le haut, une masse prend forme et elle fend la mâchoire de son ennemi imaginaire.

Après de longues minutes à exercer ses trois simples transformations, elle se laisse emporter par une joie vibrante et l’arme fend en deux en reprenant son apparence de base. La rouquine soupire et essuie du revers de sa main la sueur qui perle à son front. Tout en ramassant l’arme brisée, elle décide de prendre une pause et de respirer un peu. Elle sait que sa technique n’est pas parfaite, elle sait qu’elle a encore beaucoup de défauts et qu’elle va devoir mieux contrôler ses émotions pour éviter que ce genre de choses se produit en combat, mais une partie d’elle est heureuse d’avoir réussi à transformer son arme, même si les apparences étaient, elle sait qu’une fois qu’elle sera à l’aise, qu’elle pourra essayer bien d’autre chose, comme une faux, ou encore des Kama et elle avait terriblement hâte de créer une arme rien qu’à elle et elle avait déjà une petite idée de ce qu’elle voulait.

_________________
Elvira Greyhunt
Elvira Greyhunt
Staff • Modo' & Respo Midgard
Informations
Nombre de messages : 1124

Fiche de personnage
Points: 79
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

[Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia) Empty Re: [Épreuve Lame Caméléon] Seian, la nuit (Elvira & Trellia)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum