[ Clos ] Mais où ai-je atterri ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Mais où ai-je atterri ?

Message par Minato Nakamura le Jeu 11 Sep 2014 - 16:36

Par quoi commencer ? La folie de Mewtwo ? La destruction des trois quarts du monde par des Pokémon aussi fous ? L'expédition sur l'île ? Le fait qu'ils avaient tous failli mourir par la main de son résidant ? Le combat dantesque entre Mewtwo et les golems ? L'explosion titanesque qui avait projeté Minato à des centaines de kilomètres alors qu'il fuyait ? La chute d'innombrables plumes sur la totalité du monde qui ramenèrent un semblant d'ordre ? La soudaine poussée de tout aussi innombrables plantes ? Le réveil de Minato dans la chaîne de Cenosia, son Léviator lui léchant le visage ? Sa romance avec une Terrosienne un peu plus jeune ?

L'îlien avait vu un Pokémon redonner sa forme habituelle au Légendaire et disperser les plumes responsables en grimpant dans le ciel, tandis que lui en chutait. Ce qui en soi était peu probable puisque un bon mois s'était écoulé entre les deux évènements. Il serait plus logique de l'attribuer à un délire dans le coma, mais il apprit plus tard que cela s'était effectivement produit. Au cours de son envol, projeté par une explosion titanesque, il subit la perte totale de sept sens : le toucher en premier, la vue juste après, puis l'ouïe, l'équilibre, l'odorat, le goût, la douleur. Il ne lui restait que celui de la chaleur, il ne savait presque plus où se trouvaient les différentes parties de son corps. Il ignorait toutefois que ce dernier chauffait tellement qu'il avait partiellement brûlé. Il s'était trouvé trop près de l'explosion. Il courait et un choc avait tellement fait trembler le sol qu'il s'était envolé de l'île. Il découvrit qu'il lui restait encore un peu du sens détectant la douleur, quand il s'écrasa au sol avec ce qu'il lui restait de conscience. Et ensuite ce fut le trou noir jusqu'à ce qu'il se noie à moitié dans la bave de Hikai.
Minato se redressa d'un coup pour inspirer bruyamment.
Sa voix sortit difficilement quand il prononça le nom du dragon, pâteuse et un chouïa rauque. Il retomba par terre, le sang quittant sa tête trop brutalement. Il n'eut pas le temps de lutter contre la perte de connaissance. Il se réveilla plus doucement la fois suivante, découvrant Hikai allongé en boule à son côté. Il se redressa lentement : les vertiges l'assaillaient impitoyablement. Et examina ses blessures. L'îlien n'en crut pas ses yeux : il paraissait indemne. Ce ne pouvait pas être possible, quelque chose au moins aurait dû être en miettes chez lui.

_Rondoudou !

Dans un sursaut il pivota vers la créature qui se mit de suite à chanter. A nouveau il n'eut pas le temps de lutter, mais il sentit qu'il avait eu mal en sursautant. Mais qu'est-ce qu'il lui arrivait au juste ? D'où sortait donc ce Rondoudou intrépide qui sautillait sans peur sur le dos de la carpe, enfin du dragon ? D'un autre côté il roupillait comme une masse lui aussi. Lors du troisième réveil l'îlien fut prudent, entrouvrant d'abord un œil, le fermant ensuite. Il répéta l'opération pour observer les alentours avant de tenter le moindre geste, du moins ce qu'il arrivait à voir, avec Hikai dans son champ de vision. Il tenta sa chance et s'assit. Aucune douleur ne le lancina.
_Rondoudou ?

Oh non... Le Pokémon s'était planqué au dessus de sa tête tout ce temps... Mais il ne chanta pas sa berceuse. Prudemment Minato pivota. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir ? Non, avant même de se poser cette question il devait se demander pourquoi il était indemne et surtout où il se trouvait. Et ce que Hikai faisait là. Son dernier souvenir de lui c'était un combat furieux contre un Ptéra sur une plage, et le paysage actuel était montagneux. Très montagneux en fait. Et très escarpé. Il avait dû sacrément planer. L'îlien mit du temps avant de pouvoir réfléchir sans difficulté, sans tourner en rond ni s'égarer. Il ne s'en rendait pas tellement compte, mais les secondes devenaient des minutes. Au nord de l'île il n'y avait que le parc safari, c'était donc probablement la chaîne Cénosia, au sud. La boule rose le fit sursauter avec un autre appel, mais il continua de réfléchir en lui répondant un oui-oui absent. Cela suffit à calmer le Pokémon.
Il était parti pour quelque part, mais où ? Ah oui, l'Île Perdue......
...
Pourquoi ? Il n'avait pas de raison d'aller se frotter à un Légendaire aux dernières nouvelles... Un Légendaire ? Cela lui revint : Mewtwo perdait les esprits et attaquait tout ce qui bougeait. Et ce qui ne bougeait pas aussi, d'ailleurs. L'îlien avait alors décidé de faire quelque chose à son niveau : trouver et détruire la météorite responsable de sa folie. Et alors que lui et son groupe la découvrait enfin le Légendaire était revenu et allait les pulvériser, eux et l'île ! Alors il fit comme les Pokémon sauvages : il fuit à toute vitesse. Heureusement un autre Légendaire leur sauva la mise. Et il n'était pas seul, les quatre golems s'unissaient ! Leur assaut fonctionnait, ils allaient l'emporter. Sauf que les attaques qui étaient déviées par le Pokémon psy atterrissaient parfois sur l'île. Et l'une d'elle percuta le sol près de lui et le fit décoller. Ensuite... Une explosion démesurément gigantesque eut lieu et son souffle le heurta sans ménagement...
Ce fut le néant blanc pour lui, puis le néant noir. Et enfin un impact au sol après avoir vu un oiseau s'occuper de Mewtwo. Vu ? Mais comment ? Pourquoi ? Et les golems ? Et puis s'il avait atterri dans la chaîne Cénosia... Décidément ce n'était pas normal qu'il ait survécu. Un vol sur une telle distance après avoir encaissé un souffle pour le moins dévastateur aurait dû le tuer.
L'îlien avisa le Rondoudou. Et s'il s'était écrasé sur cette boule élastique alors qu'elle volait elle aussi ? Ça expliquerait pourquoi il ne le lâchait pas d'une semelle : il aurait pris ça comme une capture. Il se frappa le front, appelant des vertiges. Qu'est-ce qu'il pensait donc ? Il délirait. De toute façon qu'il ait transformé ou non le Rondoudou en carpette ne réglait que l'une des trois questions. Restait à savoir comment il avait survécu à ses blessures par la suite. Et comment Hikai l'avait rejoint ici. Pour celle-ci il avait une petite idée. Les Pokémon fous avaient dû regagner leur santé mentale lorsque Mewtwo retrouva la sienne. Le dragon avait dû l'apercevoir dans les airs et l'avait ensuite cherché. Très improbable mais loin d'être impossible. Il découvrit la réponse à l'autre sur-le-champ. Le Rondoudou s'ennuyait et commençait à jouer avec le sac carbonisé de l'îlien, qui d'ailleurs n'était pas son sac, mais la besace de quelqu'un d'autre. Et dans une galipette il en renversa le contenu : des herbes et flacons. Une besace de guérisseur !
A tous les coups le Rondoudou avait détroussé le guérisseur en question. Qui ne devait pas être en bon état vu celui du sac. Mais cela n'expliquait pas encore comment ses blessures s'étaient refermées. Appliquer les remèdes n'aurait tout de même pas suffit, si ? Quel genre de guérisseur serait-ce dans ce cas ? Il s'interrogerait plus tard. Il voulut sortir Fly et Funny pour voir comment ils se portaient, avec une certaine appréhension pour l'oiselle, mais la boule rose vint voir ce qu'il faisait d'un peu trop près. Il le gêna et le fit renverser ses balls. L'une d'elles tomba sur la tête du Pokémon et l'enferma. Il n'opposa même pas une once de résistance, tout juste un "Rondou ?" interrogateur.

_Non mais je rêve...

Il le libéra. Le Rondoudou semblait avoir apprécié le séjour. Il prit la ball dans ses pattes et joua avec elle, la lançant et la rattrapant. L'îlien chercha des yeux celles contenant ses deux Pokémon. Aucun Pokémon n'en sortit. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Fly n'était pas en état de se déplacer. Il vit alors débouler d'un rocher situé à cent mètres un Pokémon assez longiligne, rapide et à la course fluide, zigzaguant sans mal sur le terrain rocheux. La belette le percuta sans ralentir, le renversant, puis s'enroula autour de sa taille pour recevoir des caresses. Un piaffement s'entendit peu après : il leva les yeux vers le ciel. L'oiselle en descendit et se posa sur son épaule. Elle était en pleine forme. Il remarqua que ses cheveux avaient poussé, quand il leva la tête. Associé à la guérison de l'oiselle et la présence d'Hikai, il lui devint évident qu'il avait dormi longtemps.
_Vous êtes enfin réveillé !

Il sursauta encore une fois. Concentré sur l'oiselle il ne l'avait pas vue venir, cette fille près de lui. Elle lui souriait avec sincérité. Il se sentit tomber sous le charme, pour la première fois de sa vie. Et ce n'était sûrement pas parce qu'il s'agissait de la première personne qu'il croisait au réveil.
_Je commençais à me dire que mes remèdes avaient perdu en efficacité parce que j'avais brûlé mon sac, un bête accident d'élémancien.

Elle riait en faisant danser des flammèches sur ses doigts, avant d'en perdre encore le contrôle et de plaquer son autre main dessus pour les éteindre. Elle ne semblait pas très futée, et en même temps intelligente. Son visage mi-embarrassé, mi-amusé lui arracha un sourire. Quel âge avait-elle ? D'après ses formes elle dépassait la dizaine, mais ne devait pas atteindre les seize ans. Soudain elle s'assit sur lui et serra sa tête dans ses mains. L'examinant.
_Hum... vous n'avez pas l'air d'avoir de séquelles, pourtant. Peut-être que vous ne me comprenez pas, en fait. Vous viendriez de Tenkei, alias Midgard ?

Mais non ! Elle l'embarrassait là ! Il n'avait simplement pas eu le temps de dire quoi que ce soit !
_Ah, je vois. Vous venez de parler à voix haute, vous savez ? Vous venez de quel pays ?
_Nalcia. Enfin là plus précisément de l'Île Perdue. J'ai été pris dans une explosion.

Mais quel andouille, il se sentait rougir autant d'embarras que d'avoir parlé à voix haute.
_Mais vous venez de loin dites donc ! Nalcia... j'irai bien y faire un tour, un jour. Quant à l'explosion, on raconte que ce sont les golems qui l'ont créée avec des ultralasers. Je ne suis pas surprise que vous ayez atterri ici si vous étiez si près d'elle.
_Je suis donc bien dans la chaîne Cénosia ? Sacré vol.
_Oui. Vous étiez brûlé et blessé. Je vous ai soigné chaque jour. Vous avez dormi pendant six semaines.
_Je m'en doutais... J'ai remarqué que mes cheveux tombaient sur mes yeux.
_Vous avez eu de la chance que je vous voie écraser ce pauvre Rondoudou !

Elle rit en caressant la boule rose qui sauta entre eux. Fière d'être le centre de l'attention.
_J'ai décidé de l'appeler Fatuus. Il semble attaché à vous désormais. C'est lui qui vous a maintenu en permanence endormi pour que vous ne souffriez pas.
_Avec deux échecs.
_Vous étiez trop faible encore, désolée. Et il m'a aidé à confectionner de nouveaux habits, pour vous guérir j'ai dû enlever ce qu'il vous restait. Presque tout votre corps était touché et même vos os étaient en piteux état.

Qu-quoi ?! Il rougit un peu plus.
_C'est vrai qu'ils devaient être en lambeaux. Et mon Léviator...
_Il a débarqué du ciel, comme vous, voilà quelques jours, blessé. Sans s'écraser, ceci dit. Je devrais vous faire une carte de visite !

Il ne put s'empêcher de sourire alors qu'elle se relevait enfin et lui tendait la main. Il se savait rouge comme pas possible, mais espérait encore que cela ne se voyait pas.
_Je vais vous aider à vous mettre sur vos deux jambes.
_Merci...

Il tituba à peine debout et s'affala sur la guérisseuse, qui recula un peu. Elle rit tout en l'éloignant, sans cesser de le soutenir, pour caler son bras sous le sien.
_Il y a environ trois kilomètres jusqu'à chez moi, autant dire que ce sera sportif. Je ne pouvais pas vous déplacer, avec vos blessures. D'autant que vous vous étiez réveillé deux fois au même endroit, le choc aurait été trop violent. Et puis vos Pokémon et moi étions là. Et les Taupiqueur ne sont pas franchement agressifs. Le Fouinar les a même persuadés de m'aider !
_Nous pourrions utiliser Hikai, mon Léviator.
_De ce que j'ai vu, non.

Le ton catégorique convainquit Minato qui réapprit à marcher, au rythme des rires de la jeune Terrosienne.

_________________
Même la pluie ne donne plus l'illusion que je pleure...



En cours :
- 2 RP en cours
- 1 RP solo
- 0 mission
- 0 contrainte
- 0 évènement
avatar
Minato Nakamura
Informations
Nombre de messages : 355

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 20-23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Mais où ai-je atterri ?

Message par Minato Nakamura le Lun 22 Sep 2014 - 14:07

La bâtisse où habitait la Terrosienne était coquette et désertée. Une petite maison bien rangée : relativement parlant des grimoires de médecine étalés partout, certains au contenu d'ailleurs volontairement déchiré, et de quelques vêtements traînant par terre. Sans étage. En bon état et composée de probablement cinq ou six pièces. Elle semblait y vivre seule. L'atteindre se révéla pour le moins un véritable enfer.

Dès le début de la marche l'îlien eut du mal. Il se sentait très faible et le terrain aussi escarpé que friable le fit souvent chuter. Chaque fois la Terrosienne se plaçait entre lui et le sol. Et de ce fait récoltait de nombreuses ecchymoses et égratignures. Son sourire angélique ne semblait pas pour autant près de disparaître, toujours renforcé par un rire qui laissait Minato dans hébétude. L'îlien culpabilisait encore plus d'être dans un tel état de faiblesse et tentait de retrouver au plus vite de la vitalité. En vain. Il avait beau ne plus avoir de quelconque plaies ; son corps restait fatigué par la guérison. Il trébucha une énième fois et s'étala sur sa bienfaitrice, encore... Cette fois elle reçut une entaille profonde à la tempe, l'ayant protégé d'un rocher saillant à souhait.

_Tu saignes !

La Terrosienne rit en éloignant la tête de l'îlien de son buste, où elle l'avait abritée, et porta son doigt à sa tempe. La blessure se referma rapidement.
_Je vous ai soigné, vous l'aviez oublié ? Mais c'est gentil de vous inquiéter. Allez ! Du bon lait chaud nous attend !

Sans plus de paroles elle le redressa sur ses deux jambes et ils reprirent la route. Funny indiquait les sentiers les plus praticables tandis que Fly surveillait la zone depuis le ciel. Le Rondoudou les gênait plus qu'autre chose à gambader près d'eux, alors il termina vite dans la même ball que celle qui l'avait accidentellement enfermé un peu plus tôt. Quant à Hikai il serait trop encombrant et problématique qu'il sorte de sa capsule aquatique. Il était déjà assez difficile de trouver des points d'appui stable pour ne pas ajouter les secousses que son corps produirait. A un moment les rôles s'inversèrent : elle trébucha et manqua de les entraîner dans la pente. Minato réussit à les retenir assez longtemps pour qu'elle se rétablisse un peu. Ils tombèrent sur les fesses. Ce qui s'avérait incontestablement mieux que de dévaler le versant rocheux en roulé-boulé.
_Raah... J'ai mal au derrière à force de tomber...
_Ah ! Eh bien on dirait que vous allez mieux, finalement !
_Grâce à vous. Je ne vous ai pas encore remerciée pour vos soins, maintenant que j'y pense.
_Je vous en prie, d'habitude ce sont les oiseaux qui chutent du ciel.

Elle éclata de rire et étira le coin des lèvres de l'îlien pour le forcer à sourire. Il n'y avait pourtant pas besoin, il était déjà enclin à rire franchement. Ils restèrent quelques secondes au sol pour vérifier l'absence d'éventuelles plaies saignantes. Le duo se releva en faisant attention, le sol étant particulièrement friable sur cette portion. Tout en caressant le museau de la belette venue à leur rescousse. En voilà un que le terrain ne dérangeait pas le moins du monde. Ses coussinets assuraient de ne pas se faire mal en courant, ses petites pattes lui permettaient de rééquilibrer son corps en vitesse, son aspect longiligne aidant à des manœuvres rapides. Funny avait les atouts nécessaires pour la montagne, rien de surprenant à ce qu'il soit aussi agile sur ces pierres instables. Son métabolisme prévu pour de telles situations les rendait presque jaloux.

_Funny, pas la peine de prendre cet air, tu n'y es pour rien. Tout se casse la figure ici.
_Après certaines choses se cassent plus facilement que d'autres...

La Terrosienne lui montra ses semelles : l'une venait de mourir dans le dérapage. Un véritable massacre de cordonnerie.
_Elle était un peu vieille, mais j'aurai aimé qu'elle tienne jusqu'à la maison. Tant pis. Je m'en ferai une nouvelle.

Elle reprit Minato sous l'épaule et pour une ultime fois, leur périple recommença. Son sourire se maintenait mais connut quelques grognements par la suite. Il savait quand elle marchait sur un caillou par trop original dans sa forme ; elle lui serrait plus fort la taille. Ils arpentèrent plus prudemment le reste de la distance, autant parce que Minato voulait éviter que la jeune fille souffre, autant parce qu'elle préférait qu'il prenne son temps pour retrouver les sensations de la marche. Ils mirent trois fois plus de temps mais ne glissèrent plus. Après quatre longues heures ils avaient fini par atteindre leur but.

_Je n'ai pas trop rangé, désolée. Il faut faire une dernière fois attention à ce qui se trouve par terre.

L'îlien évita de piétiner le moindre grimoire jusqu'à la cuisine de la demeure. Il s'installa à une chaise et s'affala sur son dossier. Tout en soupirant de soulagement. L'air de rien cette marche l'avait épuisé, bien qu'il ne s'en soit pas rendu compte. La promenade avait été plutôt agréable, il ne s'était pas ennuyé. Comment aurait-il pu alors que le risque d'embrasser les pierres était si élevé ? Et puis il appréciait sa partenaire de randonnée. Enthousiaste et drôle. Il remarquait seulement maintenant à quel point elle était jolie. Vérifiant qu'il était bien assis elle partit vers une marmitte dont elle souleva le couvercle, dégageant un nuage de fumée. Il n'en fallut pas plus pour que leurs estomacs gargouillent de manière infernale, déclenchant un rire tandis qu'elle se dépêchait d'amener les bols de lait tiède.

_Du lait d'Ecremeuh, régalez-vous !

Il ne se fit pas prier : il porta l'écuelle à ses lèvres comme on porterait de l'eau à sa bouche après trois jours sans boire. La Terrosienne s'assit juste à côté de lui, son bol devant elle. Elle le força à reposer le bol.

_N'avalez pas de trop, ni trop vite. Je vous ai peu nourri, vos intestins ne l'auraient pas supporté.

Son visage si près le dérangeait, sûrement qu'il rougissait encore.
_Ne t'en fais pas, je me contrôle un minimum. Mais je ferai attention pour le prochain.
_Je serais moins inquiète si vous n'essayiez point de voler ma propre écuelle.

Le bol de la jeune Terrosienne se trouvait devant lui. Quand l'avait-il pris ? Impossible qu'il ne s'en soit pas rendu compte. Il comprit à son sourire amusé qu'elle plaisantait.
_Je me sens obligée de la mettre ici quand je vous vois. En espérant que vous tiendrez, le temps que je cuisine le repas. Ne mangez pas la table d'ici là !
_Compris, je vais essayer.

Il prit le bol plein avec le sourire, tandis qu'elle l'embêtait encore à redresser ses coins de lèvres. Il résolut le problème d'un coup de langue sur ses doigts. Elle se leva en riant et se dirigea vers le plan de travail pour sortir des légumes et féculents, terriblement appétissants pour l'îlien affamé, de fines lamelles de viande séchée qui le firent excessivement baver, et des épices lui faisant presque tourner de l'oeil par leurs saveurs odorantes. C'était bien simple : il n'arrivait pas à décoller le regard des ingrédients même en buvant. Il s'étonna ensuite du spectacle qu'il vit. Funny et Fly l'aidèrent à dresser la table, l'une portant les couverts dans le bec et l'autre les assiettes dans les pattes avant. En profitant au passage pour réclamer des caresses. Ce dernier les trouvait plus calmes qu'auparavant. En particulier Fly. La morsure infligée par la Ptéra de la Chevalier de Nalcia devait y être pour beaucoup. Et son état grave aussi ; elle avait dû doublement culpabiliser.
Mais il culpabilisait tout autant d'avoir manqué de pouvoir pour se protéger efficacement. Il lui fallait définitivement s'entraîner. Il avait tant bien que mal survécu à la mission sur l'île Perdue, ce serait idiot de ne pas en tirer de leçon. Il ne faisait pas de doute que Nina Wang et la Chevalier s'en était sorties sans trop de problème. Ou en tout cas mieux que lui. Comment pouvait-on faire pire ? Il avisa ses Pokémon. Non... En fait cela aurait pu être pire.
Enfin... Il ne s'agissait plus de son problème désormais. Au moins sur le court terme. Il était heureux de s'être sorti de cette situation en un seul morceau, heureux d'être dans cette cuisine. Il sombrait complètement dans le charme de la sérénité du lieu. Et de son hôtesse qui en troublait agréablement la quiétude quand elle lui jetait une épluchure trop épaisse au visage. Qu'il dévorait avidement. Funny amena sur ses deux pattes arrières une assiette où la pomme épluchée et découpée en petits morceaux n'attendait que de subir le même sort. L'îlien ne put s'empêcher de rire en voyant la démarche prudente du Fouinar qui s'évertuait de son mieux pour conserver la vaisselle à l'horizontale. Balançant à droite, balançant à gauche...
La vaisselle elle-même était curieuse. Non pas dans ses motifs ou son modelage, mais plutôt par sa présence même. D'où provenait-elle ? La jeune fille n'avait quand même pas les moyens de s'offrir un tel luxe. Sans être de grande qualité elle n'en était pas moins de bonne manufacture et en bon état, ce qui coûtait son lot d'argent. Or elle vivait de toute évidence seule. Était-elle de bonne famille et exilée ? Ou alors enfant illégitime de l'une d'elles ?

_Que vous arrive-t-il ? Vous n'avez jamais vu d'assiettes ?

Elle avait fini de préparer leur repas, consisté entièrement de légumes et fruits crus, et de la viande séchée saupoudrée d'épices de Flamen. Elle était donc revenue à table, toujours à côté de lui. Pour un peu ils se touchaient des coudes. D'ailleurs elle ne se gêna pas pour lui envoyer un petit coup dans l'aine quand il resta sans lui répondre.
_Hé mais ! Je croyais que j'étais convalescent ?
_Après avoir mangé vous serez quasiment rétabli. Alors je peux.
_Cet argument n'est pas terrible...
_Il ne fallait pas m'ignorer, en voilà un autre.
_Mais arrêtez, ça chatouille !

Si les deux précédents se baladaient entre deux côtes pour le chatouiller, elle lui donna un troisième coup un peu plus rude.
_Aïe, ça va j'ai compris. Je me demandais simplement pourquoi vous possédiez une telle vaisselle.

Pas de coup de coude cette fois. Elle picora carrément dans son assiette !
_Je suis enfant issue de maîtresse de noble. J'ai donc grandie dans la boue des rues avant d'en avoir marre et de me réfugier loin de tout ici. La terre est fertile bien qu'à première vue inhospitalière. Il y a un potager derrière, un étable à Wattouat et Écremeuh sur l'autre versant. Un jour, il y a longtemps j'entends, mon père biologique m'a amené ce présent, pourquoi ? Je l'ignore. Mais ce n'est pas lui qui m'a offert ces livres, je les ai achetés en vendant le lait et la laine. Je ne dépense quasiment rien alors je ne fais qu'accumuler l'argent. Voilà pourquoi je suis si instruite.

_________________
Même la pluie ne donne plus l'illusion que je pleure...



En cours :
- 2 RP en cours
- 1 RP solo
- 0 mission
- 0 contrainte
- 0 évènement
avatar
Minato Nakamura
Informations
Nombre de messages : 355

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 20-23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Mais où ai-je atterri ?

Message par Minato Nakamura le Mer 3 Juin 2015 - 18:25

Il marchait. Il faisait nuit. Les traces d'un violent affrontement subsistaient. L'herbe calcinée, les arbres arrachés, la roche fendue. Le sang. La chair. Il avança jusqu'au précipice. En bas se trouvait le corps mutilé de son père. Il n'y croyait pas, il ne voulait pas y croire, et descendit lentement la falaise pour se convaincre de la réalité. La réalité était bien cruelle. Les larges marques d'épée l'ayant tué formaient parfois un message. Qui se répétait. Se répétait. Se répétait. Il hurla.

Minato se redressa, suant énormément, le cœur en folie. Dans le lit, à côté de lui, dormait la Terrosienne, dans sa tunique légère. Il n'y avait qu'un seul sommier dans sa demeure : ils se le partageaient. Elle dormait si profondément qu'il fut soulagé que son cauchemar ne l'avait pas réveillée. L'îlien se leva et fit un tour dehors, pour se changer les idées, bien qu'il sache pertinemment que la scène allait se jouer encore et encore dans sa tête. Prenant le pas sur ce qu'il voyait vraiment. Il se rendit près du puits, ensuite dans le potager, pour finalement s'éloigner un peu et s'allonger dans l'herbe. Aussi fraîche que la nuit. Il fixa les étoiles en songeant à ce qu'il ferait le jour où il trouverait l'auteur de ce crime. La haine profonde et vive qu'il lui vouait s'était apaisée, elle n'obscurcissait plus son jugement. Mais elle avait toujours autant de force. Peut-être l'épargnerait-il si son motif s'avérait valable : ou alors sa haine l'emporterait-elle et il le taillerait en pièces ? Impossible de le dire. L'îlien savait qu'il ne gagnerait que de la force de sa haine et rien de sa vengeance, une fois cette dernière accomplie, s'il l'accomplissait. Il voulait autre chose, ne pas sombrer bêtement. Ses autres sentiments existaient toujours. Il lui fallait les écouter un peu plus. Ils étaient encore là, quelque part dans cet océan qu'était son cœur. L'avenir pouvait encore réserver de belles surprises, telles Mira.
Il s'était souvenu de la fillette voilà quelques jours alors que son hôtesse prenait soin de lui, et tout de suite avait voulu se lancer à sa rencontre, en dépit de sa faiblesse physique. Même après une bonne semaine il restait incapable de marcher longtemps. Rondoudou l'avait cloué au lit. La Terrosienne en avait profité pour aller au village le plus proche et envoyer un courrier. La réponse fut rapide, à peine deux jours : Mira se portait comme un charme. Presque car depuis l'explosion géante elle n'avait fait que pleurer jusqu'à apprendre qu'il allait bien.
Minato soupira. La voûte étoilée était si belle... Elle apaisait son esprit, lui faisant même penser à Mira alors qu'il n'y avait pas dix secondes il revoyait les membres arrachés de son paternel. Quelle majesté. Il vit arriver la Terrosienne près de lui, à quelques mètres. Elle le vit aussi, après un instant à le chercher des yeux. Elle s'allongea dans l'herbe et fixa le ciel nocturne.

_J'ai douté que vous partiez vraiment.
_Je ne voulais pas vous déranger, je n'avais plus sommeil.

Elle posa sans égard son bras sur son torse. Cela ne lui fit pas mal, mais le fit sursauter. Son excuse n'avait pas dû plaire.
_Et ne plus vous sentir près de moi alors ? Ce n'était guère mieux, emmenez moi la prochaine fois. Vous regardez les étoiles depuis longtemps ?
_Je l'ignore, je dirai que ça doit faire quelques secondes.
_Je ne dérange pas trop alors.
_Non, du tout.

Elle retira lentement son bras. Ils restèrent quelques minutes à contempler les étoiles.
_J'aime aussi contempler le ciel, la nuit.
_Je pense que tu n'es pas la seule, je ne connais personne n'aimant pas les étoiles. Même les Pokémon les fixent avec émerveillement.
_Quelle sérénité...

Elle roula sur lui et plaqua son oreille sur son sternum.
_Il est beaucoup plus calme maintenant, on dirait. Et vous souriez.
_Désolé encore de t'avoir inquiétée. Il me reste à réussir l'objectif de marcher plus d'un quart d'heure.
_Encore un petit effort à fournir, c'est déjà un miracle que vous ayez survécu. Et je pèse mes mots.

Minato passa machinalement la main dans les cheveux de la Terrosienne, comme il le faisait avec Mira quand elle se blottissait contre lui le soir. Elle s'installa pour de bon sur lui. Cela ne le dérangeait pas, il appréciait son contact, un peu moins sa nonchalance et son absence d'embarras occasionnelles.
Il ne lui avait jamais demandé son prénom, il ne le réalisait que maintenant. Remarque faite : elle non plus. Était-ce si important après tout ? Ils n'en avaient simplement pas eu besoin...

_Mais au fait... quel est ton prénom ?
_Luna.
_Minato.

Elle passa une main sous son aisselle pour le chatouiller, tout en serrant un peu plus fort son buste. L'îlien écarta ses doigts de son épaule, passant aussi son autre main de la tête à la taille pour se venger. Il obtint la trêve espérée et se détendit.
Et là, il ne s'y attendit pas. Elle releva la tête et déposa sur ses lèvres les siennes, fines et citronnées. Son air hébété et un peu perdu quand elle les retira ne la gêna pas pour redéposer un baiser, plus long. Il ne résistait pas : l'idée ne l'effleurait même pas. Au contraire il serra tendrement sa main et sa taille. Comment avait-il fait pour ne pas comprendre plus tôt ? Il s'était toujours demandé pourquoi, parfois, elle changeait brusquement de comportement. En fait à chaque fois il avait installé une distance entre eux, sans tact, inconsciemment. Maintenant il voulait rattraper le temps perdu, renouveler leur relation sur une base renaissante. Ils passèrent des instants d'éternité innombrables avant de se diriger vers la bâtisse et rentrer. Le reste fut aussi naturel que de respirer, que de boire de l'eau. Ils n'avaient pas besoin du lit, ils rentraient seulement, mais il était là, ainsi que la carafe d'eau. L'eau les tenta démesurément, mais malgré son goût divin elle ne combla pas leur soif. Ils ne l'avaient pas bue : ils l'avaient dévorée. Plus qu'engloutie ou avalée. Leurs pas et baisers les entraînèrent dehors, là où ils s'étaient allongés dans l'herbe. Instants d'éternité après l'autre. Et là, tout fut fluide et aisé, dans la douce fraîcheur nocturne et la caresse de la chlorophylle froide sur la peau. Ils pouvaient le faire les yeux fermés, sans précipitation.

Lorsque l'aurore emplit le ciel de teintes fatiguées, les deux êtres, enlacés tels les amoureux qu'ils étaient, somnolaient dans les draps du délicat sommier de la jeune fille. Pour Minato, c'était sa première fois dans le lit. Il devait reconnaître que son confort surpassait de loin celui du matelas improvisé que son hôtesse lui avait confectionné, lorsqu'il avait refusé de prendre sa place. Désormais il ne le quitterait plus tant qu'elle y reposerait, dans ses bras tendrement serrés autour de sa taille. Il ne se souvenait guère s'être endormi dans cette position, il avait dû la prendre un peu avant de se réveiller. Son sang circulait sans mal, Luna était d'une légèreté déroutante. Et d'une douceur décidément sans autre comparaison que celle du lait. Sans motif de se lever, il ne la lâcherait jamais.
Mais la faim choisit de s'en mêler, lui intimant de se restaurer. Il lutta pour rester le plus longtemps possible au creux des seins de celle qu'il aimait. Une heure, puis deux. Le parfum de Luna l'aidait à passer le temps : il s'imaginait le futur tel qu'il pourrait être entre eux. Avec Mira en fille adoptive. Et peut-être un autre enfant, le leur ? Une vie rêvée, assurément agréable. Il arriverait certainement à oublier sa mère ainsi. Oui. Mais il se leurrait un peu, il le savait. Son rêve de la veille était là pour le lui rappeler : on n'échappait pas facilement à son destin. On pouvait le forcer, ou le briser, mais difficilement lui fausser compagnie.
Et pour vivre avec Mira il fallait la chercher, de toute façon. Il se libéra à contre-cœur des bras de la Terrosienne et se leva. Elle ne se réveilla pas. Préparant discrètement ses affaires, le peu qu'il en avait encore, il empruntait à Luna ce qu'il lui manquait. Il rédigea un mot expliquant sa décision et le posa sur la table de chevet. Luna dormait encore, cela lui facilitait les choses. Les adieux auraient été déchirants. Elle n'aurait jamais accepté de partir de sa maison, il le savait, alors il n'avait pas d'autre choix. Si seulement il avait su à ce moment à quel point il s'était trompé...
L'îlien lui laissa le Rondoudou. Il aurait volontiers laissé l'un des trois autres, en preuve de bonne foi, mais il allait en avoir besoin pour son périple qu'il voulait le plus bref possible. Si Fly évoluait il reviendrait beaucoup plus vite. Hikai restait son Pokémon le plus efficace pour se débarrasser d'adversaires. Funny trouverait toujours à manger et à boire, ce qui lui serait utile en cas de panne d'argent ou de blessure sévère. Il souhaitait mettre toutes les chances de son côté, il l'expliquait dans sa note d'au revoir. Car Minato avait bien l'intention de revenir coûte que coûte, en entier de préférence, mais sans bras s'il le fallait. Et avec Mira, qui devait pleurer, ou pas. Rien que d'avoir la réponse à cela le motivait à partir.

_Tu t'en vas ?

La pâleur gagna instantanément le visage de l'îlien, qui pivota vers le lit. Luna s'était redressée, parfaitement réveillée, probablement depuis le début. Elle agitait le papier dans une main, avec un large sourire aux lèvres. Ce qu'elle était belle... Il ne trouvait plus d'autres mots pour la décrire...
_Je peux le lire ou tu m'expliques oralement que tu vas chercher ta fille ?

Elle le taquinait gentiment, mais il sentait comme un léger agacement. Combien de fois avait-il déjà tenté de partir sans être en état de le faire ? Elle se lassait de cet aspect impatient, comme toute guérisseuse qui se respectait.
_Comme si je pouvais t'en empêcher... Honnêtement j'ai cru que tu allais me crier dessus ou pleurer comme une madeleine.
_Je ne suis pas si sûre, je t'aurai retrouvé à quelques mètres seulement de ma maison, essoufflé. Alors être inquiète pour toi... Je te laisserai partir quand tu seras guéri, pas avant, je te l'ai déjà dit. Et puis tu as encore une option pour me faire taire, tu sais ?

Il devait avouer qu'elle marquait un point. Au mieux il aurait parcouru deux cents mètres, à moins de monter sur Hikai, ce qu'il aurait probablement fait. Mais le dragon avait reçu des ordres absolus de la Terrosienne. Il ne l'aurait pas porté. L'îlien, honteux, sauta sur la jeune fille quand elle se mit à lire le mot à voix haute pour continuer de le taquiner, tout en le mimant à l'agonie. Les multiples chatouilles qu'il lui infligea ne correspondaient peut-être pas à ce qu'avait sous-entendu la Terrosienne, mais il restait dans ses bras, ce qu'elle désirait. Et puis elle venait de l'empêcher de partir, soit les faire rester plus longtemps ensemble. Ce qu'il ne pouvait qu'apprécier. Il l'embrassa puis la remercia par une caresse dans ses cheveux, sur sa joue, son cou... et sur ses côtes. Il agita furieusement les doigts, indifférent aux nouvelles supplications de sa tendre qui mourait de rire. Et qui finit par riposter.
Ils arrêtèrent lorsqu'ils se retrouvèrent tous les deux dans une position pour le moins embarrassante. Ils se livrèrent alors à un autre jeu...
Trois semaines plus tard vint le temps des adieux. L'îlien avait totalement récupéré, ses os fracturés n'étaient plus qu'un lointain souvenir, ses courbatures de vieilles caresses. Il demanda une dernière fois à Luna si elle était sûre de ne pas vouloir l'accompagner pour Nalcia. Mais elle préférait la voie terrestre. Minato se moqua une dernière fois, gentiment, en lui rappelant qu'elle devrait traverser l'océan au moins une fois. Il la serra dans ses bras en lui confiant Fatuus, qui pouvait la tirer de situations épineuses avec son mode aérien. La relâcher fut terriblement dur, bien plus qu'il ne se l'était imaginé encore, toute sa préparation ces dernières semaines semblait ne pas avoir existé. Mais ils parvinrent à se séparer après de très longues minutes. Un bruyant piaffement de Fly leur rappela que le Soleil, lui, continuait de bouger, et le Nalcien prit la route des airs pour rejoindre son pays. Hikai avait appris à bien voler pendant la période de convalescence de son dresseur, en une journée ils avaient déjà dit adieu aux hauteurs périlleuses. L'îlien passa la nuit dans l'auberge miteuse d'un village repéré depuis le ciel.

_________________
Même la pluie ne donne plus l'illusion que je pleure...



En cours :
- 2 RP en cours
- 1 RP solo
- 0 mission
- 0 contrainte
- 0 évènement
avatar
Minato Nakamura
Informations
Nombre de messages : 355

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 20-23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Mais où ai-je atterri ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum