[ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Mar 20 Sep 2016 - 23:39

Du haut de son arbre, Mako observait silencieusement le soleil qui commençait à décliner sous la ligne de l’horizon. D’ici deux heures, il ferait complètement nuit. Les jours raccourciraient et l’été touchait à sa fin. Bien que la température ne soit jamais vraiment très élevée dans ces terres inhospitalières, le climat avait tendance à se rafraîchir encore que seuls les indigènes fussent capables de percevoir cette différence. Les indigènes… ou les autochtones d’adoption comme elle. Elle se considérait maintenant comme faisant pleinement partie du village. Pourtant, cela faisait moins d’un an qu’elle y vivait et elle n’avait pas encore terminé sa formation de médecin… Mais elle ne s’en faisait pas outre-mesure à ce sujet. Elle progressait bien, comme le lui avait quelquefois confirmé sa mère.

Bien qu’elle entende des bruits de pas provenant de son dos, elle ne se retourna pas. Seul un ninja pouvait courir aussi vite sur une branche recouverte de neige. Et plus précisément celui qui venait prendre sa relève. Elle ne serait pas de garde la nuit aujourd’hui. La kunoïchi échangea un salut rituel avec son remplaçant puis rentra au village par la voie des airs. A sa grande surprise, alors qu’elle rejoignait sa cabane arboricole, elle remarqua que la cheminée fumait. Or, elle était certaine d’avoir éteint le feu avant de sortir de chez elle…

Un ennemi ? Non, ridicule ! Jamais une personne mal intentionnée ne signalerait aussi stupidement sa présence. Il devait plutôt s’agir d’une de ses connaissances venues l’attendre chez elle. Et Mako n’avait confié de double de sa clé qu’à une seule personne : sa mère adoptive.

La jeune femme entra malgré tout chez elle la main posée sur le pommeau de son katana – un excès de prudence ne pouvait pas faire de mal – mais se détendit dès qu’elle aperçut Suzu occupée à attiser les flammes dans l’âtre.

« Bonsoir, mon enfant » la salua la vieille femme sans se retourner.
-Bonsoir, mère.
-Tu te demandes probablement ce que je fais ici ? Je suis venue t’apporter quelque chose, et comme il allait bientôt faire nuit et que je savais que tu rentrerais bientôt de ton tour de garde, j’ai décidé de t’attendre à l’intérieur.
-Oui mère ».


Mako voulait effectivement savoir pourquoi sa mère adoptive était là. Mais elle était bien trop respectueuse pour le lui demander avant qu’elle ait fini de parler. Malgré tout, elle trouvait l’explication de l’ancienne assez mince… Il devait s’agir d’un colis important pour qu’elle -une ancienne du village- se soit déplacée en personne.

En réponse à sa question informulée, la vénérable guérisseuse sortit des plis de son kimono une lettre. Le premier réflexe de Mako fut de trouver cet objet très étrange. Qui avait bien pu lui écrire ? Depuis qu’elle avait refait sa vie à Mizuhan, toutes ses connaissances étaient ici, à Loukai, à vingt minutes à pied de chez elle grand maximum. Dès lors, il n’y avait nul besoin de lui écrire… Et vu que sa mère ne lui avait pas encore signifiait qu’elle était prête, elle doutait qu’il s’agisse d’une convocation à une nouvelle épreuve.

« Je ne l’ai pas lue, expliqua Suzu, mais je pense que son contenu te fera plaisir ! » Et avec un de ses rares sourires, elle tendit la lettre à sa fille.

Si elle n’avait pas lu la lettre, comment pouvait-elle savoir tout ça ? Mais la kunoïchi remarqua bien vite les quelques mots griffonnés sur l’enveloppes qui indiquaient le destinataire. Il était écrit : « pour mamzelle Mako « ! La graphie était bien lisible, quoi que très nerveuse comme si l’auteur avait un peu trop forcé sur sa plume pour écrire, ou qu’il avait voulu écrire bien trop vite pour lui. Se doutant de ‘identité de l’expéditeur, ou plutôt de l’expéditrice, elle supposa que c’était un peu des deux.

Comme elle s’y attendait, le contenu de la lettre était aussi dynamique que son auteure ! Luce lui écrivait combien elle était heureuse d’avoir appris plein de « trucs super trop géniaux » au village de Loukai et combien elle était contente de l’avoir rencontré elle. Elle lui donnait de ses nouvelles, lui parlait de sa mère, de ses Pokémon et annonçait même son prochain départ pour Tenkei. Cette lecture aussi animée et vivace que la petite fille qui l’avait écrite fit du bien à Mako. Elle se surprit même à sourire lorsqu’elle arriva à la fin du courrier.

« Te voir dans cet état me fait plaisir, commenta alors Suzu. Tu sais, ce n’est pas parce que nous sommes ninjas que l’expression des sentiments nous est interdite. Même pour une ninja, tu as la réputation d’être très froide… Dis-moi quand t’es-tu rendue au village la dernière fois ?
-Ce matin même, pour soigner un Ponyta blessé…
-Je veux dire quand as-tu interagi avec un autre être humain dans ce village pour la dernière fois ?
-… Il y a trois jours, lors de mon entraînement au sabre, avec père.
-C’est bien ce que pensais. Tu sais, ton caractère discret et sérieux t’as permis de facilement t’adapter à la vie de ninja, c’est indéniable. Mais tu n’as pas encore tout à fait saisi le paradoxe qui règne à Loukai.
-Un… Paradoxe ?
-Nous sommes des ninjas. Nous nous devons donc d’être discrets pour ne pas dire fermés, et perspicaces. Une telle conduite, je le conçois, favorise facilement l’isolement. Mais nous sommes aussi une communauté qui sait faire front comme un seul homme face à n’importe quel agresseur. Et à ce titre, un ninja doit autant cultiver son esprit de corps que sa faculté à s’isoler et à agir seul.
-Mais… Loukai n’est pas un petit village de campagne…
-Ce n’est pas ce que j’ai dit. Pense plutôt à une armée. Un mode d’organisation que tu connais bien je crois. Les soldats qui s’y côtoient ne se connaissent pas forcément. Ils ne sont pas nécessairement amis. Mais en cas de danger, ils savent pouvoir compter les uns sur les autres. Et leurs chefs, s’ils sont doués font le nécessaire pour entretenir ce sentiment de fraternité et de camaraderie. Me trompé-je ?
-… Non…
-Si tu fréquentais un minimum le village et ses bâtiments, tu apprendrais bien des choses utiles. Comme par exemple que cette lettre est arrivée à la poste il y a déjà deux semaines et que la responsable de la poste allait la jeter car tu ne passais pas la récupérer. Heureusement, j’y suis passée ce matin pour récupérer mon propre courrier.
-… Je vois… "


Mako connaissait bien l’esprit de corps qui liait des camarades au combat… Pour l’avoir d’abord connu lors de sa formation de soldat avant de le fouler allègrement aux pieds lorsqu’elle-même était devenue officier… C’était d’ailleurs probablement pour cela, par honte, qu’elle ne voulait plus entendre parler de coopération.

« Je ne dis pas que tu es une paria du village. Tu as gagné le respect des habitants du village par tes actes et tes missions couronnées de succès, sans parlé des indigents que tu as soignés. Tu as depuis longtemps dépassé ce stade. Mais ils doivent maintenant mettre un nom sur ton visage. Si tu veux pleinement devenir une ninja de Loukai, les autres doivent faire confiance à Mako, et non pas simplement à une apprentie guérisseuse. Comprends-tu ce que je veux dire ?
-Oui. »


Malheureusement, sa mère avait raison. Jusqu’ici, elle avait mené ses missions en solo, ou en tout cas sans l’aide d’autres ninjas. Si jamais elle devait coopérer avec certains d’entre eux pour des enjeux cruciaux, il faudrait qu’elle ait PLEINEMENT confiance en eux et vice-versa…

« Comment puis-je m’améliore, mère ? »
Demanda humblement la jeune femme.
« En te montrant en public. Ce soir, j’ai entendu dire qu’une veillée sera organisée sur la place du village pour fêter l’équinoxe. Tu devrais t’y rendre.
-Est-ce un conseil ou l’ordre d’une ancienne du village ?
-S’il faut en arriver là…
-Ce ne sera pas nécessaire. Je vais voir comment va le Ponyta blessé. Puis je reviendrai manger ici et je me rendrai à cette… Veillée.
-Fort bien. Nous nous retrouverons là-bas. A plus tard. »


Et elle sortit. Mako se rendit ensuite, songeuse, jusqu’à l’infirmerie du village où le cheval blessé se reposait. Comme elle l’espérait, sa patte allait mieux. D’ici trois jours, il serait à nouveau en état de galoper. Elle eut également la surprise d’y croiser Léo qui visiblement l’y attendait. Ces derniers temps, sa Grenouille se livrait souvent à des entraînements stricts en solitaire qui duraient la journée et parfois même la nuit. Mako ne comprenait pas bien les raisons de son zèle, mais comme le but principal du ninja était de devenir toujours plus puissant pour protéger le village, elle n’allait pas le blâmer pour son comportement. Et puis, elle aussi travaillait dur, très dur pour réussir. Alors ce n’était pas une simple veillée en compagnie de quelques ninjas qui allaient l’effrayer… N’est-ce pas ?

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Ven 23 Sep 2016 - 22:39

Akatsuki revenait de son petit voyage de quelques mois, déjà fatiguée d'avoir marché pendant tout se temps. Après avoir vécu se petit voyage, elle se demandait comment faisaient les gens comme son maître, qui marchaient comme ça tout le temps. Mais au moins, elle n'était pas revenue les mains vides, de son voyage.

Après toutes ses péripéties, Akatsuki décida de faire un tour chez elle avant de repartir. Elle se dirigeait donc au village caché ninja  de Loukaï . Elle sautait  d'arbres en arbres dans la forêt enneigée, comme tout ninja qui se respecte. Elle n'avait pas besoin de sa maîtrise de l'air pour atteindre une vitesse élevée. Car avant de manier l'air, elle était avant tout, une ninja. Kumo, préfèrait clairement quand Akatsuki n'utilisait pas sa maîtrise, ils couraient à peu près à la même vitesse sans elle.

Pendant sa course sur les branches, Akatsuki se retourna vers son Arcko et dit:

- Ça fait du bien de revenir ici, on se sent bien chez sois!

Et Kumo affirma:
-Arckooo!

- Ça me rappelle de bons souvenirs!

Puis Akatsuki perdait soudainement cette joie éphémère.

- Des souvenirs....d'enfance...

Puis se fut le tour de Kumo.

-.....

- Ne fait pas cette tête! Je te promets qu'on le retrouvera cet homme à l'écharpe violette.... Mais pour l'instant, tout ce qu'on peut faire, c'est de rendre visite à Papas et Maman.

- Koo!

- On arrive bientôt dans le périmètre du village, reste sur tes gardes!

- Arcko!


Akatsuki et Kumo continuèrent leur route boisée et soudainement, un homme sortit de l'ombre et fonça sur Akatsuki. Mais les réflexes de la ninja n'étaient pas moindres, elle avait déjà sortit son katana et contra celui de son assaillant. Puis il prit la parole.

- J'ai vraiment pas de chance, je viens juste de prendre mon tour de garde et il y a déjà une intruse. Je même sûr que celle qui faisait la sentinelle avant moi n'avait vu personne. Tu n'as vraiment pas de chance d'être passée par ici ma petite, car c'est ici que s'arrête ta vie!

- Je vois une sentinelle du village... Kumo!reste en retrait et observe! Vous!même si vous êtes mon supérieur hiérarchique, une attaque lancée est un défi à relever!

Après avoir répété une phrase qu'elle avait si souvent entendue sortir de la bouche de son maître, Akatsuki se prépara à votre utiliser sa maîtrise. Accompagnée de son air, elle fonçait sur son adversaire à une vitesse inatteignable pour un humain normal ou même pour un ninja.  La sentinelle fut surpris de la vitesse de la gamine mais ça ne l'empêchait pas de réagir à temps. Il lui lança un kunaï spécial.

C'était aussi une arme exclusive à ce village, car à ce kunaï il y avait un parchemin explosif qui y était attaché.  Le système du parchemin explosif est très complexe car il est en réalité deux parchemins différents bien attachés. Entre eux, il y a une poudre très explosive qui pourrait te faire perdre un bras si tu ne fais pas attention.  Les ninjas les frottent avant de s'en servir car cela cause un embrasement à retardement qui finit en explosion.

Akatsuki, qui connaissait bien  cette arme très commune aux ninjas avancés, se contenta de dévier le kunaï explosif en envoyant  un autre kunaï. Puis elle se posa sur une branche avant de tomber par terre.

- Un kunaï? Donc tu es une ninja? T'aurais pus me le dire avant de lancer ce combat.

- Je suis bien une ninja de Loukaï mais vu que tu m'a attaqué en premier, je ne décline jamais un combat. D'ailleurs, celui-ci n'est pas finit!

- On continuera ce combat si tu veux, en plus tu m'as l'air douée. Mais dis moi, je ne pense pas te connaître. T'es une de nos soldats?

- Une soldat? Non je suis trop jeune, je n'ai que 13 ans!

- 13 ans? Je ne te crois pas! Ton niveau est trop élevé, à cet âge, nos ninjas apprennent à peine à se servir des shurikens de l'ombre !

Akatsuki sortit soudainement de derrière la sentinelle  et la petite ninja plaça son katana sous la gorge du garde.

- Tu devrais me croire pourtant. Et au faite, on ne t'a jamais appris à ne jamais baisser ta garde, ta dernière phrase... Elle à créé une ouverture. Viens Kumo on y va!

Akatsuki rangea son katana se remit en route.

- Attends! Ne serais-tu pas Akatsuki? Des rumeurs ont tournées dans notre village l'année dernière, comme quoi une de nos étudiantes serait revenue. Elle était la fille d'Hanzo l'hermite et à ses huit ans, elle avait atteint le niveau d'un de nos soldats. Juste après la mort de Hanzo, elle partit s'entraîner avec un Maître de l'air. On en entendit plus parler jusqu'à son retour. Et récemment, vers Mai, elle serait repartie. Personnellement, je ne l'ai jamais vu, mais si je compte bien, ça lui fait 13 ans comme toi.

Le regard assombrit d'Akatsuki se tourna vers le ninja.

- Je ne te conseille vraiment pas de me rappeler de mauvais souvenirs, tu pourrais vite le regretter!

Akatsuki partit cette fois à toute vitesse ne laissant pas la sentinelle la stopper de nouveau.
La petite ninja arriva au village très rapidement, elle se posa sur les emménagements qui avaient été faits pour le village et c'est là que quelqu'un d'autre l'interlocuta.

- Akatsuki? C'est toi ? T'as pas changée en cinq ans. C'est moi, Yukino!

- Yukino? Ça fait tellement longtemps, par contre toi t'as changée. Comment va ton Poussifeu?

- Il va très bien, récemment il a évolué et Galifeu et il est devenu super rapide. Parfois je n'arrive même pas à le suivre, la honte pour une ninja. Je vois que Kumo va bien lui aussi!

- Ne dis pas ça! Lui aussi c'est un ninja donc faut pas avoir honte. Ouais Kumo est en bonne forme!

- Ah oui j'avais oublié, il y a une fête ce soir promets moi d'y venir!

- Pour l'instant j'ai un truc à faire mais je serais là pour ce soir, promis!


Dernière édition par Akatsuki le Mer 23 Nov 2016 - 1:16, édité 1 fois

_________________
8E3557

La nuit, un shinobi peut être partout. Et partout là nuit s'étend.
 
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Sam 24 Sep 2016 - 14:15

Mako arriva sur la place où se déroulerait la veillée alors que le feu nocturne était sur le point d’être allumé. Il n’y avait pas encore beaucoup de monde, pourtant, mue par de vieux réflexes, elle évita soigneusement de se mêler au groupe qui commençait à se former, préférant s’adosser au mur d’une cabane non loin de la place en seule compagnie de Léo.

On n’avait pas besoin de son aide pour allumer le feu et sa mère n’était apparemment pas encore arrivée aussi elle n’avait aucune raison de s’approcher. Et puis, la célébration n’avait même pas commencé, n’est-ce pas ? Et au fond, qu’avait-elle de si important cette veillée ?

Mako n’avait jamais participé à un tel événement. Son enfance avait été bien trop solitaire pour lui permettre de prendre part à ce genre de manifestations. Ensuite, son travail et son devoir avaient pris le pas sur le reste, et elle ne s’était jamais permis de participer à ce genre de « futilités ».

Que faisait-on normalement lors d’une veillée ? De ce qu’elle avait entendu dire, on discutait, on échangeait, et surtout, on racontait des histoires des temps passés devant un grand feu chargé d’éclairer mais aussi de réchauffer les spectateurs lors des nuits glaciales. Pour un village aussi attaché à ses traditions que Loukai, Mako comprenait que cette fête soit importante, mais cela ne lui donnait pas davantage envie de s’y impliquer.

Au fur et à mesure que la nuit tombait, de plus en plus de gens arrivaient. A la fin, il y avait un peu moins de cent personnes mais Mako n’avait toujours pas bougé de son mur. Ici, elle était suffisamment proche pour écouter tout ce qui se dirait et comme elle ne comptait pas prendre la parole elle-même, elle n’avait pas besoin d’être plus près.

Sa mère arriva parmi les derniers par le chemin en face du poste d’observation de la jeune femme et lorsqu’on s’aperçut de sa présence, les conversations qui se tenaient jusqu’ici moururent. Le feu était déjà haut mais Mako comprit que e veillée ne débuterait réellement que lorsque l’ancienne aurait parlé. Pourtant, elle ne prononça pas vraiment un discours :

« Bonsoir à tous", dit-elle de sa voix calme mais pourtant extraordinairement captivante. "Dois-je vous rappeler que l’assemblée ce soir n’a rien d’officiel ? Il est tout à fait naturel de vouloir se rassembler pour marquer l’entrée dans une nouvelle saison, mais je suis ici en tant que simple spectatrice et participante, non en tant qu’ancienne et encore moins en tant que maître de cérémonie ! Je vois parmi vous quantité d’homme et de femmes sages qui ont, j’en suis sûre, bien plus à raconter que moi pour animer cette soirée ! A ces personnes, je leur demande de ne pas hésiter à venir ici, devant le feu pour prendre la parole. Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée. »

Et elle regagna, toutes proportions gardées, l’anonymat de la foule, non sans avoir jeté un regard lourd de sens à Mako. Le message était clair, elle devait se rapprocher des autres spectateurs. Se doutant qu’il s’agissait d’un ordre, sa fille adoptive obéit à contrecœur mais sans hésitation, tandis qu’un homme âgé s’approchait du feu dans le but de prendre la parole.
Suzu, l’observant approcher, lui désigna une place assise à côté d’elle sur un des troncs qui avait été tiré jusqu’à la place pour servir de banc à l’assistance. Bien évidemment, la place que sa mère venait d’attribuer à la jeune femme n’était pas en bout de rangée, de sorte qu’un autre ninja se tenait assis à sa gauche, un jeune homme qu’elle connaissait pour avoir déjà fait des patrouilles avec lui dans la forêt. Il s’appelait Kazuto, mais elle n’aurait pu en dire davantage sur lui, l’homme étant presque aussi discret et taciturne qu’elle. Il la salua d’un simple signe de tête qu’elle lui rendit. Pour un début de socialisation, c’était amplement suffisant, décida-t-elle.

Au grand déplaisir de Mako, une voix criarde s’éleva dans l’assistance, une voix qu’elle ne connaissait que trop et qu’elle avait espéré ne plus entendre de sitôt…

« Mais enfin, peut-on commencer, oui ou non ? Je n’ai pas toute la soirée moi ! »

L’ancien Kamya… Le plus irascible et acariâtre des anciens. Mako s’étonna de sa présence en ces lieux. Malgré son mauvais caractère, il en savait beaucoup sur Loukai et donc connaissait probablement toutes les légendes qui seraient narrées ce soir… Dès lors, pourquoi venir ici ? Mais elle eut rapidement sa réponse lorsque la plupart des ninjas se retournèrent pour voir qui venait de parler. En temps normal, l’imprudent aurait été réprimandé voire exclus de l’assemblée.

Mais les regards, dès qu’ils captaient la présence de l’ancien, se remplissaient de déférence, comme ils l’avaient fait pour Suzu. Même le locuteur, qui n’avait pourtant rien à envier à Kamya sur le plan de l’âge, s’excusa platement de l’avoir mécontenté avant de commencer son récit. Habituée aux sarcasmes du vieillard pour l‘avoir escorté plus d’une fois, la jeune femme ne laissa rien paraître mais elle serra néanmoins mentalement les dents. Quel grossier personnage ! L’âge, pas plus que la position sociale, n’excusait tout ! Elle-même avait durement appris ce précepte ! Et cette manière de se gorger de la reconnaissance des gens, comme un Nosféralto se nourrissait du sang de ses proies ! C’était d’ailleurs probablement pour ça qu’il ne s’était pas présenté devant tout le monde à son arrivée, comme la vielle guérisseuse l’avait fait ! Il vouait ménager son effet ! Sa mère, sentant probablement son malaise grâce à ses pouvoirs psychique, posa une main sur la sienne pour la calmer. Mais Mako n’avait pas l’intention de s’énerver. Elle se sentait simplement soulagé que Kamya, assis trois rangées devant elle, n’ait pas remarqué sa présence.

Heureusement, le premier narrateur de la soirée prit la parole d’une belle voix de basse, et son récit fit bien vite oublier à Mao l’odieux vieillard. En effet, pour introduire cette veillée, il leur narra l’histoire de… Mako, son homonyme à qui elle devait son nom de ninja. Il leur raconta comment elle avait fait ses preuves en tant que guerrière et tacticienne en coordonnant les forces du village pour qu’ils repoussent une horde de mercenaires cinq fois plus nombreux que les ninjas.
A la fin du récit, Suzu signala à Mako, qui avait été captivée tout du long, que bien que cette légende ait un fond de vérité, quelques détails et notamment le nombre d’assaillants, s’était probablement enjolivés au fil du temps et des différentes versions, quoique les envahisseurs fussent réellement plus nombreux que les ninjas de l’époque. Mais pour Mako, ce détail n’importait pas. Elle avait entendu la confirmation de ce qu’elle voulait entendre. Le prénom qu’elle avait choisi était celui d’une femme forte mais aussi intelligente et surtout très sage, exactement ce qu’elle voulait devenir. Mais la Mako du passé savait communiquer avec ses hommes pour les inspirer et les mener à la victoire, elle…

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Mer 28 Sep 2016 - 23:43

Akatsuki courrait vers sa maison qui se trouvait un peu plus loin en continuant après le village. Toute la zone où se trouvait la maison d'Hanzo était considérée comme appartenant au village de Loukaï, malgré la distance qu'il y avait entre ces deux endroits. Akatsuki venait de sortir du village et il ne lui  restait plus qu'une ligne droite  jusqu'à   sa maison.

Akatsuki sautait d'arbre en arbre jusqu'à se poser sur le plancher qu'il y avait autour de sa maison. La plateforme qui supportait toute l'habitation était soigneusement accrochée aux arbres . Hanzo avait fait cette maison lui-même pendant sa jeunesse, avec quelques uns de ses amis. C'est bien après qu'il a obtenu le statut "d'hermite" car ses amis étaient devenus trop vieux pour voyager et qu'il n'avait personne dans le village.

Akatsuki et Kumo visitaient chaque pièce de leur maison pour être sûr que rien n'avait changé. Puis ils descendirent de leur maison en hauteur pour fouler l'herbe. Il y avait là trois tombes . Ces trois tombes situées sous la maison d'Akatsuki, appartenaient aux parents d'Akatsuki et de Kumo.

Leurs épitaphes précisaient : "Ci-gît Hanzo Shusui un excellent ninja et un de nos meilleurs atouts. Il avait le statut d'ancien et d'hermite."

"C'est la tombe du Jungko le plus courageux, le père d'Akatsuki et de Kumo"

"C'est la tombe de la Jungko la plus généreuse, la mère d'Akatsuki et Kumo"


Akatsuki avait pris l'habitude depuis sa tendre enfance, de venir prier sur la tombe de ses parents à chaque fois qu'elle passerait devant. Et maintenant que celui qui l'avait adopté en faisait partie, elle n'allait pour autant arrêter cette tradition. Akatsuki et Kumo s'agenouillèrent devant les trois tombes et fermèrent les yeux. Ils restèrent silencieux pendant deux bonnes minutes et se relevèrent.

- Bon, le soleil commence à se coucher, on ferait mieux d'y aller si je veux tenir ma promesse!

Akatsuki courut jusqu'au lieu de rassemblement où aurait lieu la veillé. Quand elle arriva sur place, son amie était déjà assise sur les bancs qu'il y avait tout derrière. Ces derniers étaient confortables mais ont ne pouvait pas voir grand chose à cause de la foule de gens debouts. Yukino avait gardé deux places pour Akatsuki et Kumo, il y avait beaucoup de monde donc ça aurait pu être difficile pour Yukino.

Les cent personnes ou plus qui étaient présentes, préféraient discuter calmement en petits groupes rassemblés en cercle. Et comme ça n'était pas facile en étant assis, tout le monde préférait rester debout. Les groupes parlaient de tout, aussi bien de relations amoureuses que de deuils.

Mais tout se stoppa quand quelqu'un arriva sur le lieu de la veillée. Akatsuki ne savait pas qui elle était, elle ne connaissait pas trop les personnes importantes du village. Elle avait consacré son enfance à étudier les techniques ninjas et à jouer avec ses amis le temps des récréations. Elle devait vite se renseigner sinon ça irait mal si elle devrait passer des épreuves.

-C'est Suzu-sama, s'exclama Yukino, c'est l'une des anciens du village. Elle est la plus vieille guérisseuse encore en vie. Elle devra animer la veillée de tout-à-l'heure. Regarde là-bas, au mur.

Yukino tourna la tête vers l'endroit qu'elle voulait montrer. Il y avait une personne adossée au mur juste derrière Suzu .

- Tu vois cette fille là-bas? C'est la fille adoptive de Suzu-sama, Mako-san . Elle est arrivée quelques mois avant le décès d'Hanzo-sama.

- Ah...je n'étais pas au courant.

- Tu devrais pourtant. À chaque fois qu'une personne n'était pas natale de ce village, devient un ninja officiel. Cette personne arrive toujours à se différencier des autres et à être reconnue. Mais rares sont les personnes comme Mako-san. Elle a put intégrer le village alors qu'elle avait la trentaine. Alors que tout les autres ninjas ne venant pas de Loukaï, sont là depuis leur enfance, où ils sont encore innocents.

- J'en connais un autre de nom, il s'appelait Kaminari.

- Ah je vois, l'éclair jaune de Loukaï, ont à étudié son parcours de ninja il y a pas très longtemps.

- L'éclair jaune de Loukaï, je ne comprends pas ce surnom.

- C'est pourtant très simple, Kaminari pour éclair, jaune pour la couleur de ses cheveux et la suite n'a pas besoin d'explications. En Mizuhanien, ça devient Rukai No Kiiroi Senkô. Il aurait put t'apprendre des trucs vu que toi aussi t'es nalcienne.

- Yukino? Je crois que la veillée à commencée sans nous, il y a déjà quelqu'un qui s'apprête à parler!

En effet, le temps n'allait pas s'arrêter pendant la discussion des deux amies. Il suivait son cours normalement et Suzu avait déjà invité quelqu'un à leur raconter une histoire...

- Quand est-ce que ça commence? J'ai pas tout mon temps!



- Akatsuki, lui c'est l'ancien Kamya-sama. Quand je te disais que les personnes non originaires de Loukaï sont vite réconnues, et bah  Kamya-sama possède un ami du même genre. Comme toi , il est Nalcien , maître de la vitesse mais à un niveau supérieur, c'est un vandale. Il maîtrise aussi les ombres. On dit que quand il est en mission, il porte toujours le même accessoire mais je ne l'ai jamais vu avec. Cet ami se nomme  Squale. Des rumeurs disent que Kamya-sama ne fréquente pas trop les gens ne venant pas de Loukaï, pourtant Squale fait partie de son cercle d'ami. C'est pour cela qu'il est spécial.

L'ancien Kamya-sama avait calmé toute l'Assemblée et le narrateur s'excusait alors qu'il n'avait rien fait.

- Il a l'air de se faire respecter dit-donc!

- Il faut bien, c'est un ancien. Imagine un ancien qui ne se fait pas repecter!

- Je dois avouer que tu n'as pas tord.

- Il se fait respecter grâce à ses différentes actions du passé, à la gloire qu'il a put recevoir grâce à cette dernière et grâce à son titre d'ancien. Donc ne te dis pas que l'on acquiert le respect, juste en étant un ancien. Ce statut se mérite il ne faut pas juste atteindre un certain âge. Les autres adolescents comme nous ou encore des adultes dans la vingtaine ou trentaine l'admirent.

- Il est si puissant que ça ?

- Il a perdu la fougue de la jeunesse, du coup sa puissance à été amoindrie.

L'homme qui s'était fait interrompre commença son histoire sur l'une des héroïnes du passé de ce village. Et à la fin de son histoire, une autre personne se fit remarquer en arrivant sur le lieu de la veillée.

- Alors mon vieux Kamya, on ne m'invite pas à l'accompagner pour la veillée. Ça n'est pas très amical dis-moi!




[(HRP) Squale... ça lui va plutôt bien!]
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Dim 2 Oct 2016 - 21:37

Après avoir terminé l’histoire de l’ancien stratège du village, le vieil homme se tut, avant de repartir sous quelques applaudissement polis. Les ninjas n’étaient pas coutumiers des déferlements d’émotion. Mako l’applaudit quelques secondes avec les autres, sincèrement reconnaissante pour ce qu’elle venait d’entendre. Elle alla même jusqu’à se demander si sa mère n’était pas à l’origine de cette petite narration, histoire d’attirer subtilement l’attention des villageois sur sa fille et de forcer gentiment cette dernière à s’intégrer.

Finalement, le silence revint dans l’attente d’un nouvel intervenant. Mako n’écoutait ni ne regardait vraiment ce qu’il se passait, encore occupée à graver dans sa mémoire les détails de l’histoire qu’elle venait d’apprendre. Mais soudain, à l’extrémité de son champ de vision, son œil perçut un mouvement infime qui la fit pourtant frissonner… Un danger ?
Aussitôt sur le qui-vive, elle inspecta attentivement les alentours et trouva bien vite la cause de sa tension : c’était Kazuto, son voisin, qui depuis tout à l’heure, fixait intensément une autre personne située devant eux. Et tout en regardant cet homme, il venait de crisper la mâchoire.

Mako fixa à son tour l’homme. Elle ne le connaissait pas, pourtant, avec son physique, il ne devait pas passer facilement inaperçu à Loukai, à moins d’être un maître des ombres avec sa longue chevelure d’un blond presque blanc. Elle se souvenait vaguement de l’avoir déjà croisé deux ou trois fois dans les rues du village, mais ignorait jusqu’à son nom. Mais apparemment, Kazuto semblait en savoir plus que lui au sujet de l’homme mystérieux…

En tout cas, ce dernier semblait assez proche de Kamya : assis juste à côté de l’ancien, il se pencha vers lui pour lui murmurer quelques mots à l’oreille, ce qui sembla faire plaisir au vieillard qui sourit. Puis l’homme se pencha ensuite vers sa voisine de droite, qui n’avait pas quitté Kamya des yeux depuis le début de la soirée. Elle n’était plus toute jeune mais faisait indubitablement partie des admiratrices de l’acariâtre ancien. Sans doute l’admirait-elle depuis sa jeunesse, songea Mako. Lorsque le jeune ninja aux cheveux blancs lui parla, son visage s’éclaira et elle rougit. Puis elle se dirigea vers la zone que venait de quitter le précédent narrateur.

Une fois face au public, elle annonça en bégayant de timidité qu’elle allait leur raconter la grande histoire du merveilleux ancien Kamya. Mako crut qu’elle allait vomir, et ce, d’autant plus lorsqu’elle dut se lever avec tous les autres spectateurs, à l’initiative de Kamya lui-même, pour acclamer sobrement la nouvelle animatrice de la soirée.

Malgré tout, alors qu’elle se rasseyait, elle eut le temps d’apercevoir que le jeune homme aux cheveux blancs… N’était plus là ! Il avait profité de la direction pour partir ! De nouveau, elle capta un mouvement de la part de Kazuto. Il lâcha une de ses Poké-ball au sol et un Limaspeed en sortit. D’un geste de la main, il lui ordonna d’aller dans une direction et le Pokémon s’exécuta aussitôt, utilisant sa fabuleuse vitesse pour disparaître dans la nuit.

Il lui avait demandé de suivre le fuyard, devina Mako. Kazuto n’avait pas été dupe de son manège, contrairement au gros de la foule, elle y compris. Mais il ne pouvait pas partir lui-même sans attirer l’attention. Et cette filature prouvait clairement qu’il ne faisait au minimum pas confiance à l’ami de Kamya. Et dans une communauté aussi soudée que Loukai, un tel comportement revenait à accuser quelqu’un d’un crime. Le collègue de Mako avait de bonnes raisons de se montrer prudent… Et elle aussi. La jeune femme analysait les moindres souvenirs qu’elle avait de cet homme. Intérieurement, elle bouillait. Hélas, elle ne pouvait pas bouger. Pas tant que la groupie de Kamya n’avait pas fini son histoire !

L’attente devint vite insupportable. La vieille narratrice en faisait des tonnes, exagérant le moindre acte de bravoure de l’ancien. Mako doutait fort par exemple, qu’il ait pu vaincre trente Polagriffe à lui tout seul dans sa jeunesse alors que ces ours étaient apparus sur Erasia moins de cinq ans auparavant. Mais le public buvait ses paroles, captivé par la présence et la prestance magnétique de l’ancien qui n’avait à l’heure actuelle rien du vieux grincheux que Mako ne connaissait que trop.
Il rayonnait et semblait empli de sagesse, aussi calme et perspicace que le disait sa « légende ». Pour être parfaitement honnête, Mako devait reconnaître que certains passages du récit, comme celui racontant l’apprentissage de la maîtrise de la lame de l’ancien auprès de ses condisciples de l’armée Mizuhannaise, qu’il avait tous vaincu ou presque, semblaient plus crédibles et de fait bien plus intéressants. Ils montraient aussi que Kamya n’avait pas usurpé sa réputation. Malgré tout, Mako doutait qu’il ait les qualités requises pour être un bon ancien comme ses parents l’étaient. Léo, lui, se désintéressa bien vite du récit et préféra s’en aller gambader dans le village. Etant un Pokémon, son absence ne serait pas remarquée. Et l’homme mystérieux qui ne revenait toujours pas…

Finalement, ce fut Léo qui revint le premier, peu avant la fin du récit de la vieille femme. Sa dresseuse vit tout de suite que quelque chose clochait : d’un naturel calme et posé, la grenouille bleue était bien trop excitée, ne cessant d’émettre des croassements. Quelque chose de grave avait dû se produire. Une fois auprès de sa dresseuse, il lui montra sa patte droite, tâchée de sang. Suzu surprit son geste et déclara, d’un ton expert :

« Ce n’est pas le sien. C’est celui d’un Pokémon insecte, je dirais. »

Utilisant ses pouvoirs psy pour lire les pensées du batracien bleu, elle ajouta, tout en portant la main à sa bourse d’herbes qui ne la quittait jamais :

« Je ne connais pas cette espèce de Pokémon, mais apparemment, il s’agit d’une limace bleue à la tête rouge non loin de là. Elle est blessée et a perdu beaucoup de sang. Je vais…
-Je préférerais y aller moi, mère. »


Sachant que sa mère lisait probablement ses pensées pour connaître ses motivations, elle ajouta dans sa tête :

« Ce Pokémon a été attaqué. Ca peut être dangereux. Pensez-vous que je puisse soigner ses blessures ?
-Tout bien réfléchi, reprit Suzu, tu ferais mieux d’y aller toi. C’est dans tes cordes, mais fait vite. Et toi,
ajouta-t-elle en direction de Kazuto, accompagne-la. Laissez-les passer !»

Mako aurait préféré une sortie plus discrète mais au moins, elle gagnait du temps en faisant ainsi. Sa mère avait probablement perçu l’inquiétude de Kazuto et savait maintenant que le Limaspeed était son Pokémon. Mais elle n’en savait pas plus sur l’agresseur de la limace sinon elle le leur aurait dit… Logique puisqu’elle avait lu les pensées de Léo, qui ignorait aussi qui était l’agresseur. Mais la jeune femme avait déjà son idée sur la question.

Sa grenouille les guida jusqu’au blessé que Mako commença immédiatement à soigner. Il saignait énormément, à tel point qu’elle eut peur d’être arrivé trop tard. Mais son cœur battait toujours. Elle se mit alors au travail, sondant le corps de la bête avec l’eau de sa maîtrise pour déterminer rapidement où elle avait été touchée et donc où stopper le saignement.
Kazuto, fidèle à la réputation des ninjas, ne réagit pas directement devant son ami blessé. Mais Mako s’aperçut du coin de l’œil qu’il serrait les poings. Enfin, après de longues secondes de silence, il déclara :

« Je le savais, ce Squale n’est pas digne de confiance. Pardonne-moi Fumigori. »

La limace, reconnaissant son dresseur, réussit à cligner des yeux. C’était bon signe, car cela signifiait que Mako pouvait encore agir.

[Voilà, j'ai pas voulu en dire plus sur les activités de Squale, je te laisse détailler les activités de ton perso^^ Si ça te convient pas, n'hésite pas à me laisser un MP Wink ]

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Mar 4 Oct 2016 - 0:06

Quand Akatsuki vit Squale, elle fut surprise puis elle sentit un choc . Le peu d'instinc animal qu'elle avait gardé, venait juste de la prévenir. L'homme qui venait d'arriver était largement au-dessus de son niveau. Elle ne pourrait rien lui faire en un contre un. L'homme était très proche de Kamya, il se tenait à lui comme à un frère. Yukino affirmait alors:

- C'est lui Squale! On le reconnait facilement avec ses cheveux!

- T'es sûre? Il n'a pas une seule ride et puis quand je l'ai vu, j'ai sentit un frisson me traverser, alors que Kamya... Je sens que ce Squale est à un niveau supérieur!

- Comme je te l'ai dit, c'est un maître de l'ombre donc sa puissance n'est pas à douter mais pour ses rides, c'est un mystère , il est pourtant un ami d'enfance de Kamya-sama. Et on ne peut pas dire que Kamya-sama ait une peau de pêche.

Akatsuki ne faisait pas vraiment attention aux évènements qu'il y avait non loin d'elle, parce-qu'elle  discutait avec son amie. Une  vieille dame se proposa pour conter une histoire, celle de l'ancien Kamya. Tout le monde se levait alors pour applaudir et encourager la fan de l'ancien. Akatsuki s'addressa alors à son Arcko.


- Je crois qu'il faut applaudir, Ku...mo?

C'est à ce moment-là qu'Akatsuki remarquait avec effroi la disparition de son Pokémon Plante. Elle guettait alors pour voir où son Arcko avait put disparaître. Quand tout le monde s'assit, elle remarqua un Pokémon foncer à toute vitesse vers une direction précise. La narration de la vieille femme commença , c'est alors qu'Akatsuki remarqua une ombre tenait un truc vert dans ses bras, partir dans la même direction que le Pokémon qui l'avait précédé.

Akatsuki reconnaissait tout de suite Kumo et elle courut vers cette ombre. Mais au tournant d'un bâtiment, Akatsuki fonça dans un énorme amât d'ombre. Et quand l'ombre disparut, Akatsuki l'accompagnait.

C'est un peu plus tard, assez loin de la place de la veillée, que l'on retrouve Squale accompagné d'un inconnu.



Squale prit la parole.

- Ma mission d'il y a treize ans va enfin s'achever. Après ça je pourrais me consacrer à mon véritable but. Bien sûr, lorsque je créerai mon nouvel Empire, tu sera un de mes commandants au même titre que les onze autres. J'ai mis tu temps à la retrouver cette maudite Fay de la famille Maylaw de Nalcia.

Qu'elle imagination il avait ce vieux Hanzo, l'appeller Akatsuki. Et dire que j'ai cherché cette fille sur tout le continent pendant quatre ans et qu'au final elle était dans mon village. Je n'ai plus qu'à attendre le retour de ma création d'ombre.


C'est par un heureux hasard que le désigné arriva avec le Pokémon Plante de Akatsuki dans les bras. Il s'adressa donc à son créateur.



- La cible à foncé tout droit dans un couloir obscur menant au repaire. Mais j'ai son Arcko, j'en fait quoi?

- Jète le dans un couloir obscur quand tu en auras le temps, pour l'instant occupé toi du Pokémon caché derrière cet arbre. Sterbben, rentrons .

Sterbben et Squale partirent dans un portail d'ombre qui venait juste d'apparaître. Et la créature d'ombre fonça vers le Pokémon qui était caché, il lui suffit de quelques coups pour en finir avec le Limaspeed. Le monstre d'ombre se préparait à partir et venait de créer un portail d'ombre. Mais un Grenousse apparut, il remarqua le Limaspeed et alla voir son état. Puis il répartit aussitôt.

- Il est sûrement partit chercher des renforts, il pourrait se passer quelque chose d'intéressant, je ferais mieux de rester. Et puis ce Arcko n'est pas près de ce réveiller, si il est trop embarrassant, je le jetterais dans un couloir obscur.

La créature ce coucha non loin sous un arbre, et sans remarquer, elle fit une sieste. Quand elle se réveilla, elle vit qu'il y avait déjà quelques personnes et elle se dirigea vers eux avec le Arcko à la main.


[ Bonne chance et n'hésite pas à demander les capacités et les pouvoirs de la créature.]

_________________
8E3557

La nuit, un shinobi peut être partout. Et partout là nuit s'étend.
 
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Mar 4 Oct 2016 - 22:42

N’étant pas une spécialiste de la physionomie des limaces, Mako dut commencer par localiser précisément l’hémorragie au travers de tout le sang qui s’était répandu sur le corps de Fumigori, en importante quantité. La moitié du corps du Pokémon était désormais imbibée d’un liquide jaunâtre opaque et malodorant que Mako devinait être son fluide vital, fluide qui masquait l’emplacement exact de la plaie. Pour s’y retrouver, elle utilisa une technique toute simple que lui avait enseignée sa mère : elle généra un peu d’eau avec son pouvoir, qu’elle laissa s’écouler à travers le fluide sanguin de la bête. Elle sut qu’elle touchait au but lorsqu’elle sentit l’eau entrer dans le corps

Enfin elle finit par la localiser. La bestiole avait été touchée à la tête. Le pire endroit possible. C’était un miracle qu’elle soit encore en vie !

La blessure de l’insecte était si impressionnante que la jeune femme avait du mal à savoir où elle avait été touchée à l’œil nu mais heureusement, l’eau lui révéla avec précision l’endroit où les vaisseaux sanguins de la bestiole avaient été lacérés. Lavant le sang de l’animal pour pouvoir accéder à sa peau, Mako nota de profondes entailles, comme si elle avait été lacérée par des griffes particulièrement affûtées.

Elle sortit alors ses aiguilles de sa sacoche de guérisseuse et se mit au travail. Maintenant qu’elle savait où se trouvait la blessure et qu’elle la voyait, elle allait pouvoir recoudre.

Debout derrière Mako qui était accroupie auprès du Pokémon blessé, Kazuto ne disait rien, soucieux de ne pas déranger la soigneuse qui s’occupait de son Pokémon. Mais il ne quittait pas son compagnon des yeux.

Suturer la plaie fut relativement aisé pour la kunoïchi, mais elle dut tout de même anticiper les soubresauts irréguliers de l’animal qui se tordait de douleur. Malheureusement, il était trop mal en point pour absorber quoi que ce soit et il fallait absolument arrêter l’écoulement du sang. Si sa mère était venue, elle aurait pu soigner le Limaspeed en un rien de temps et sans le faire souffrir… Mais elle aurait probablement été mise en danger…

Soudain, alors qu’elle commençait le dernier point de suture – le septième, Léo qui n’avait jusqu’ici pas bougé, croassa et se retourna. Kazuto fit de même, tout en dégainant son katana. Mako avait dû résister à son instinct pour ne pas lâcher l’aiguille et porter elle aussi la main à son arme… Merde ! Dans sa position, elle ne pouvait rien faire, même pas accélérer, ou elle risquait de saboter son propre travail ! Et vu l’état de la limace et sa faiblesse, une blessure mal refermée lui serait probablement fatale… Elle jura alors à voix basse.

Il ne se passa rien pendant les trois secondes suivantes, mais cela ne suffit pas aux spectateurs de cette scène pour relâcher leur vigilance. Bien leur en prit. Une ombre jaillit soudain du sol et fonça sur Mako et la Limaspeed. Désirait-elle achever sa proie blessée ou s’en prendre à l’humaine la plus vulnérable des deux ?

Heureusement, Mako n’eut pas besoin d’ériger un boucler d’eau pour éviter de connaître la réponse : utilisant la prodigieuse vitesse propre aux ninjas, Kazuto interposa sa lame entre la monstrueuse griffe de la bête et sa cible.
Comme elle était de dos, occupée à terminer ses soins, Mako ne pouvait pas la voir, mais elle pouvait l’entendre grogner. Cela ne ressemblait pas au jappement d’un Pokémon. Plutôt au râle d’une personne souffrante ou en plein effort… Elle entendit la… Patte ? de la créature heurter l’arme du ninja, ce qui la fit simplement râler plus fort. Elle entendit alors leur adversaire bondir en arrière, puis reconnut le bruit des bulles d’eau de l’attaque de Léo… Qui ne sembla pas non plus faire réagir la bête. Enfin, elle termina son travail et se releva d’un bond tout en dégainant. Pour la première fois, elle put voir la… Chose… Qu’ils affrontaient.

« Chose » était le meilleur qualificatif qu’elle aurait pu trouver pour la décrire : à la lueur des quelques flammes du grand feu de la veillée qui frayait jusqu’à eux, elle ne perçut qu’une vague silhouette humanoïde entourée par ce qui semblait être une chape de brume noire et mouvante… Dans laquelle la créature sombre disparut pour se fondre dans le sol !

Un maître des ombres ? Probablement. Mais cela n’expliquait pas son incroyable résistance aux coups : alors qu’elle ressortait furtivement des ténèbres derrière Kazuto ce dernier l’entendit arriver et se retourna, lui donnant un bon coup de sabre dans les côtes au passage. Cela suffit à écarter la bête qui ne put pas le lacérer de ses serres – car elle se battait apparemment à mains nues, à moins que l’ombre autour d’elle ne dissimule une courte lame, Mako n’aurait sur le dire – mais pas à la ralentir puisqu’elle repartit aussitôt à l’assaut d’un bond, mais en changeant de cible pour égarer son adversaire !

Néanmoins, Mako était prête à la recevoir : puisque les coups physiques semblaient ne pas avoir d’effet, elle généra un bouclier d’eau devant elle qui stoppa la créature. Mais ce n’était pas la densité du liquide qui l’avait arrêté. Vu comment elle avançait et reculait devant le bouclier, la jeune femme aurait plutôt avancé que la bête ne comprenait pas ce qui se trouvait devant elle… Un humain n’aurait jamais hésité de la sorte face à un simple bouclier d’eau n’est-ce pas ? Mais s’agissait-il vraiment d’un humain ?

Mako n’avait pas le temps d’y réfléchir davantage. Même si elle était debout, elle souffrait toujours d’un inconvénient de taille : elle faisait rempart de son corps entre le Pokémon blessé et son agresseur, ce qui lui interdisait de bouger, au contraire de l’assaillant qui était étonnamment rapide !

Enfin, la chose parut comprendre que le bouclier n’était pas un danger pour lui et commença à forcer dessus pour essayer de le détruire. Exactement ce que la jeune femme attendait. Elle n’avait même pas eu besoin de déplacer son bouclier pour forcer le monstre à s’y intéresser. Aussitôt, d’un geste de la main, elle ordonna à sa construction de se séparer en deux puis l’une des deux parties se scinda en plusieurs fins filaments qui s’accrochèrent à plusieurs endroits sur le corps de brume. Mako s’attendait à moitié à ce que sa technique échoue, mais ce ne fut pas le cas. De toute façon, ces fils n’avaient qu’un seul but : obtenir des informations. Et elle venait d’en obtenir une : même si la bête pouvait se rendre intangible et disparaître dans les ombres, sous sa forme de base, elle possédait bien un « corps » solide, caché sous la brume, corps qui ne se limitait pas à ses griffes.

Elle décida de pousser son avantage et consacra toute sa maîtrise à immobiliser son adversaire, aidée en cela par Léo qui bombarda leur ennemi mystérieux d’attaques aquatiques. Kazuto essaya également de porter à la créature un coup dans le dos, mais ce dernier n’eut pas plus d’effet que les précédents. Alors que la créature se débattait pour se débarrasser des liens, Mako lança :

« Kazuto, récupère ton Pokémon et va prévenir les autres ! »

Cette simple phrase fut suffisante. Le ninja hocha la tête, montrant qu’il avait compris puis rappela son Pokémon dans sa ball tout en courant vers la place où se tenait la veillée. Si la bête disparaissait et réapparaissait là-bas, elle ferait un carnage avant d’être maîtrisée. Si même un guerrier de la trempe de Kazuto ne pouvait pas l’égratigner, Mako doutait que quiconque puisse en venir à bout par la seule force physique. En revanche, le montre semblait plus démuni face aux assaut élémentaux. Ces derniers le surprenaient plus qu’ils l’affaiblissaient, mais ce serait suffisant… Pour le moment. Maintenant, Mako et Léo étaient seuls. Kazuto n’étant pas un élémental, il ne pouvait pas les aider sur ce terrain-là. Mieux valait qu’il aille donner l’alerte en profitant de la diversion offerte par la jeune femme. Elle raffermit la prise de ses liens d’eau. Elle et son Grenousse allaient devoir tenir jusqu’à l’arrivée des renforts car Mako doutait d’être capable de vaincre la chose avec la seule aide de Léo.

[Voilà, MP si souci ! ]

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Mar 11 Oct 2016 - 23:14

Akatsuki se réveillait dans une pièce sans fenêtre, ayant pour seule issue une porte en bois sans poignée. Akatsuki comprit tout de suite qu'elle s'était faite capturée et qu'elle n'allait pas sortir de suite. Elle ne savait pas qu'il l'avait capturé mais elle savait qu'elle venait juste de se faire piégé par l'ombre qu'elle avait poursuivie.

Cette ombre avait osé se servir de Kumo comme appât. Akatsuki n'allait pas rester  ici sans rien faire. Même si la pièce était close jusqu'au moindre centimètre, Akatsuki ne tenait pas à perdre de nouveau un membre de sa famille.

Un membre de sa famille..... Akatsuki venait juste de comprendre qui était derrière tout ça. La seule personne qui s'en était pris à sa famille jusqu'à maintenant, était l'homme à l'écharpe violette. C'est là qu'une colère sans nom envahit Akatsuki, son état était tel qu'elle ne réagissait plus comme une humaine.

Son instinct animal avait repris le dessus. Les quatre années passées en tant que Pokémon sauvage qu'Akatsuki avait vécues, devenaient la seule façon de vivre qu'elle connaissait. Les réflexes et le "sixième sens" qu'elle avait perdus depuis le temps étaient revenus. Non seulement elle avait retrouvé ce qu'elle avait perdu mais elle avait aussi gardé toutes ses compétences de combat. Akatsuki était devenue un animal sauvage à qui on avait donné la combativité et le savoir d'un Ninja aérokinésiste.

La régression de Akatsuki lui permettait de ne plus comprendre aucun langage. Elle avait complètement perdu la tête, elle ne différenciait plus le bien du mal. Elle pourrait attaquer et tuer tout ce qu'il bougerait dans ses environs. Peu importe la personne qui serrait devant Akatsuki, elle serait en danger mais pas forcément de mort.

"Animal sauvage" n'était pas suffisant  pour qualifier l'état présent d'Akatsuki. Elle réagissait plus comme un animal sauvage apeuré ou énervé. Son regard était noir et le ruban qui jusque là attachait ses cheveux, avait glissé jusqu'aux pointes des ces derniers. Cet événement était dû à la seule force de ses cheveux qui commençaient à s'hériser. Ils finirent par former une sorte de crinière qui descendait jusqu'aux hanches de Akatsuki.

Akatsuki se mit à rôder dans la pièce vide où elle se trouvait, comme un Léopardus autour de sa proie où comme un Couafarel avant de se coucher. Puis soudainement elle fonçait sur la porte de bois et la découpait en quelques secondes . Celui qui l'avait enlevée n'avait pas pensé à lui retirer son katana. Sans lui, Akatsuki n'aurait sûrement pas pu sortir de la pièce sans blessures.

Pendant ce temps, du côté de Squale...

Le maître des ombres était tranquillement assit sur son trône, celui qu'il avait fait pour prévenir sa future domination du monde. Il commençait à s'impatienter car sa créature n'avait toujours pas donné de nouvelles. Alors qu'elle ne devait juste se débarrasser d'un petit Pokémon gênant.

Il utilisa une technique de maîtrise très puissante pour se projeter dans l'esprit de sa bête. Squale vit alors une femme et un Grenousse qui faisaient face à son monstre d'ombre. Squale se concentra pour communiquer avec sa créature.

- Tu fais quoi? Je t'ai dis de revenir après en avoir fini avec le Pokémon qui nous espionnait. Et là tu te bats avec une femme et un Grenousse,  comment se fait-il que tu ne les ais pas encore tués?

- Je ne les comprends pas, la femme fait des choses avec ses mains.

- Comment ça?

Puis à travers sa bête, Squale vit la femme maîtriser l'eau et il comprit. Squale créa un couloir obscur derrière sa créature et lui dit:

- Jette le Pokémon plante dans ce couloir obscur et prends le toi aussi. Tu ne peux rien contre cette femme, je ne t'ai pas encore conditionné aux combats contre les élément aux. Le couloir mène directement dans la salle des trônes. Dès que tu y es, referme le couloir, une fois à la base la femme ne pourra plus te retrouver. Après ça, rejoins moi au laboratoire, je dois t'améliorer. Évite d'être suivi!

Squale arrêta sa projection dans l'esprit de sa créature et descendit de son trône pour sortir de la salle et se diriger vers la laboratoire. Mais Sterbben le rejoignit pour lui annoncer quelque chose.

- Maître Squale, vous avez reçu une lettre de la part de la famille Maylaw.


Dernière édition par Akatsuki le Sam 15 Oct 2016 - 18:55, édité 1 fois

_________________
8E3557

La nuit, un shinobi peut être partout. Et partout là nuit s'étend.
 
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Mer 12 Oct 2016 - 22:31

Mako était toujours aux prises avec la bête, essayant désespérément d’empêcher ses griffes de la découper le temps que les renforts arrivent. Mais la créature était bien trop forte pour elle. Elle allait devoir rompre l’engagement… Cependant, alors qu'elle était sur le point de céder, elle sentit que la créature relâchait la pression sur ses liens. Etrange, pourquoi s’arrêter alors qu’elle ne pouvait pas ne pas avoir senti qu’elle gagnait et que la jeune femme faiblissait ?

La bête resta un instant interdit, comme si elle réfléchissait… Ce qui était d’ailleurs probablement le cas au vu de son attitude perplexe, que Mako trouva bien incongrue. Ils étaient quand même en plein combat. Ceci dit, leur différence de force expliquait pourquoi la bête ne prenait pas ce duel au sérieux… Celle-ci finit par se dégager d’un puissant bond arrière qui surprit la jeune femme, puis elle ramassa quelque chose dans la neige que la kunoïchi ne put identifier à cause de l’obscurité.

Finalement, la sombre silhouette disparut alors que la jeune fille entendait le bruit des bottes qui battaient la neige. Les renforts arrivaient mais la bête avait déjà fui en passant à travers un couloir aussi noir qu’elle… Qui semblait s’être matérialisé comme par enchantement.

Une seconde plus tard, une quinzaine de ninjas avaient investi le champ de bataille, et tous regardaient avec suspicion Mako et le tunnel.

« Qu’est-ce qu’il se passe ici ? » Demanda alors une voix que l’apprentie guérisseuse aurait donné cher pour ne pas entendre : malgré son âge avancé, Kamya avait suivi ou plutôt mené le mouvement.

« Une… Bête a blessé le Pokémon de Kazuto. Puis alors que nous sommes partis à sa recherche, elle nous a attaqués aussi, Kazuto aussi. Elle vient de s’enfuir par ce tunnel. »

Le compte rendu de Mako était bref mais complet, typique des rapports des ninjas… A un détail près : elle n’avait pas précisé pourquoi la limace s’était éloignée de la veillée… Et elle savait également que sa mère lirait l’omission dans son esprit tôt ou tard. Et qu’elle comprendrait pourquoi sa fille adoptive n’avait pas tout dit.

« Hum, tu as effectivement l’air en nage jeune fille. Et ce tunnel n’a rien à faire ici ! Détruisez-le ! Quoi qu’il y ait à l’intérieur, ça ne menacera plus Loukai ! » Ordonna le vieillard aux guerriers qui l’accompagnaient.

Sur la quinzaine de personne qui s’étaient déplacée, seuls cinq ou six étaient des guerriers dans la force de l’âge, sans pour autant être les plus doués de Loukai : ceux-là patrouillaient de nuit, lors des heures de garde les plus difficiles ou étaient en mission hors du village. Les autres personnes présentent étaient soit trop jeune, soit trop vieux pour se battre. Quant au reste de l’assemblée de la veillée, ils avaient dû rester en arrière sous la protection es autres guerriers présents dans le public…

Aussitôt, les élémentaux du groupe s’avancèrent et firent s’écraser d’immenses vagues sur le vortex sombre. Mais comme Mako avait pu le constater avec sa propre maîtrise face à la créature, ce fut tout à fait inutile. C’est alors qu’un des hommes qui était venu avec Kamya, un villageois assez âgé pour être un ancien, prit la parole :

« Inutile. Ce tunnel ne sombrera pas même sous le plus violent de vos assauts. C’est un couloir sombre, et à ce titre, il n’est pas matériel. On ne peut donc pas le détruire comme on brise un verre… Et il conduit très probablement quelque part dans notre monde. Ce n’est qu’un passage en somme.
-Comment sais-tu cela Vizaki ? Demanda Kamya
-Parce que je suis un maître des ombres moi-même, Kamya-sama. Et je peux vous assurer que celui qui a bâti cette construction est rudement doué. Il n’est pas aisé de maintenir un tel passage ouvert aussi longtemps, et ce tunnel n’a pas bougé depuis que nous sommes arrivés…
-Ah oui, c’est vrai, excuse ma paresseuse mémoire,
reprit l’ancien avec un sourire. »

Mako sourit intérieurement. Bien que trop solitaire pour vouloir être un ancien, Vizaki en connaissait beaucoup sur les arts mystiques et il était une des personnalités du village, à l’image de tous les ermites qui avaient choisi de perfectionner leur art en périphérie de Loukai. Sa grande connaissance des mythes anciens expliquait sa présence à cette soirée. A cet égard, il en imposait, même à un ancien comme Kamya.

« Reculez, ordonna alors le maître des arts sombres. Je vais voir ce que je peux faire. Prêt Fury ? »

Demanda-t-il à l’Absol qui l’accompagnait. Ce dernier hocha la tête puis le viel homme se concentra pendant une bonne minute. Enfin il déclara :

« Je n’avais jamais vu ça. C’est… Le maître de l’Ombre qui a fait ça est très probablement plus puissant que moi, et c’est assez rare pour être souligné. Néanmoins, il ne l’est pas autant que Fury et moi. Je pense pouvoir fermer le tunnel… »
Mako n’entendit pas la fin de la phrase, son attention attirée par Léo qui faisait des bonds et croissait à ses pieds. Voyant que sa dresseuse l’avait remarqué, il pointa quelque chose avec sa main. Mako ne voyait rien à ‘endroit indiqué, mais elle comprit ce que le batracien voulait dire. C’était là que le monstre avait ramassé quelque chose dans la neige avant de fuir par le portail. Léo était très calme de nature. Sa dresseuse savait qu’il ne s’agitait pas ainsi sans une excellente raison. QU’avait-il vu qui lui avait échappé ? Et si…
« Attendez ! »
intervint alors Mako.
« Quoi encore ? » Grogna Kamya, tandis que Vizaki, qui était sur le point de commencer, suspendit son geste.
« Le monstre a emporté un corps à travers le tunnel. Si c’est l’un des nôtres… »

Et un deuxième mensonge. Mako n’avait aucune preuve qu’il s’agisait d’un corps. Mais si c’était le cas, alors la solidarité des ninjas les empêchaient de ne pas tenter quelque chose pour le sauver. Et Léo ne se serait pas autant démené si cela avait été un simple objet de valeur. Ils devaient au minimum voir si une mission de secours pouvait s’avérer fructueuse sans prendre trop de risque. Si la réponse était négative, le malheureux serait abandonné à son sort…

« Qui est-ce ? » Demanda Kamya, soudain alerté.
« Je ne sais pas, je n’ai pas pu voir…
-Ah tu n’as pas pu voir, railla le vieux. Cela ne me surprend pas de toi, Mako !
-Si l’agresseur était un maître des Ombres,
intervint Vizaki, ce qui est possible vu ce tunnel, il est normal qu’elle n’ait rien vu. Nous autres, nous sommes les maîtres de la dissimulation… Mais tout de même, une telle puissance… C’est bien simple, dans toute l’assemblée de ce soir, hormis moi-même, je n’ai ressenti qu’une seule aura qui aurait pu invoquer un tel couloir… Ce dénommé Squale…
-Vizaki, tu n’insinuerais tout de même pas que mon ami serait responsable de l’attaque de cette fille ? »
Dit-il en pointant Mako du doigt.

Un plus et il allait l’accuser elle d’avoir créé ce passage ! Heureusement, la jeune kunoïchi avait une idée pour calmer l’irrascible ancien :

« Si, comme le dit Vizaki, ce portail mène à un autre endroit de notre monde, alors l’agresseur a pu venir depuis n’importe quelle contrée d’Erasia en passant par là. Ce n’est pas nécessairement quelqu’un du village. Et Loukaï ne manque pas d’ennemis…"

Et pourtant, même le placide Kazuto avait explicitement dit qu’il ne faisait pas confiance à Squale…

-Oui, tu as raison, reprit Kamya, ravi qu’on abonde en son sens, même s’il s’agissait d’une femme qu’il méprisait. Mais sans savoir ce qu’il y a de l’autre côté, pas question d’y envoyer une escouade. On ne sait même pas s’il y a eu rapt ! C’est trop dangereux !
-Alors je me porte volontaire,
proclama Mako, qui guettait cette occasion. Si Vizaki m’aide en stabilisant le passage, je peux aller voir et…
-NON !
Trancha l’ancien d’un ton qui ne souffrait aucune réplique. C’est trop dangereux ! »

Mako savait que lui répondre serait vu par toutes les personnes présentes comme un affront innommable. La parole d’un ancien, en l’absence du chef, avait force de loi. Et malheureusement, sa mère était probablement restée en arrière pour soigner le Pokémon de Kazuto…

« Cette fois-ci, ta mère n’est pas là pour te sauver la mise, reprit Kamya, comme s’il lisait dans ses pensées… Et qu’il s’adressait à une gamine de huit ans. Alors tu vas… »

Mako n’écouta la suite qu’à moitié. Merde ! Elle ne pouvait pas laisser quelqu’un se faire enlever même si elle n’était pas sûre que le quelqu’un fut vivant ! Elle comprenait parfaitement les règles ninja, mais ne supportait pas de laisser la créature s’en tirer à si bon compte avec son prisonnier !Et puis, elle avait beau étudier les arts de la guérison, elle restait une guerrière ! Pas question de rester derrière alors que quelqu’un s’était peut-être fait enlever ! Elle n’allait pas laisser l’agresseur s’en tirer à si bon compte ! Et puis, stricto-sensu, les lois de Loukai ne lui interdisait pas d’agir. Mais Kamya, si… Mais que faire… Elle n’avait aucune preuve qu’elle avait raison… Simplement la parole de Léo…

Alors qu’elle cherchait désespérément une issue, une autre voix qu’elle connaissait se fit entendre :

« Est-ce qu’une jeune fille nommée Akatsuki est parmi vous ? Ses voisins de banc m’ont affirmé qu’elle avait disparu lorsque l’alerte a été donnée. »

C’était Kazuto, qui revenait de la place. Apparemment, Suzu s’était déjà occupée de lui car il avait l’air en meilleure forme que lorsqu’il avait évacué son Pokémon. C’était une bonne chose.

Mako remercia les dieux de cette chance inespérée puis fixa Kamya sans rien lui dire. Parmi les personnes qui l’avaient accompagnées, certaines commençaient à poser des question sur la dénommée Akatsuki. Finalement, le vieillard grommela :

« D’accord, tu peux y aller… Mais tu iras seule ! Conclut-il ! Vous connaissez nos lois comme moi : pas question de sacrifier plus d’une personne pour tenter d’en sauver une seule des nôtres, aussi haut-placé soit-il ! Vous autres, ajouta-t-il aux cinq guerriers et à Kazuto, vous gardez ce portail. Tuez quiconque en sort s’il ne s’agit pas des nôtres ! »

Mako aurait juré que Kamya ne pensait pas ce qu’il disait lorsqu’il sous-entendait qu’à Loukai toutes les vies se valait et donc que celle de l’ancien avait autant de valeur que celle de la jeune fille. Mais elle garda cette réflexion sarcastique pour elle. D’un point de vue tactique, l’ancien avait parfaitement raison. A ce qu’on savait, il n’y avait eu qu’une seule disparue, et il était tout à fait probable qu’il s’agisse d’un piège. Qui sait si une horde de montres similaire à celui qu’elle avait combattu ne l’attendaient pas à l’autre bout ? Mais elle ne poussa pas plus en avait cette hypothèse.

Vizaki lui expliqua rapidement les choses : il allait maintenir le portail pour qu’elle puisse le traverser sans risque, mais il ne pouvait rien pour elle une fois de l’autre côté. Il ne put également lui garantir qu’il pourrait maintenir le portail ouvert pour assurer son retour. Mako lui signifia d’un simple signe de tête qu’elle comprenait les risques, puis elle attendit que Léo ait sauté sur son épaule avant de rentrer dans le couloir, tandis que les guerriers se mettait en position pour empêcher tout intrus d’en ressortir.

[Le corps aperçu par Léo n'est pas celui d'Akatsuki mais plutôt celui de Kumo. MP si ça te convient pas, je modifierai Wink ]

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Lun 17 Oct 2016 - 1:21

La créature d'ombre sortit finalement du couloir obscur. Comme elle était arrivée dans la salle des trônes, elle décida de fermer le couloir qu'elle venait d'emprunter. Mais pas moyen elle n'y arrivait pas, le couloir restait ouvert et la bête su tout de suite qu'il y avait truc qui se préparait.

Par un coup du destin, une personne s'aventura dans la salle des trônes et vit le monstre alerté.

- C'est quoi ton problème encore?



L'homme qui venait d'arriver était entièrement vêtu de noir. Il portait une armure et avait une épée accrochée à sa taille. La garde et le manche de cette épée étaient eux aussi entièrement noirs, exactement comme le fourreau de cette épée.

- J'ai croisé Maître Squale sur le chemin, tu ne devais pas le rejoindre au labo dès ton retour?

- Si, mais le couloir...

- Il est encore ouvert? Je ne sais ce qui t'arrive  mais t'as de la chance que je ne sois pas Maître Squale. Il t'aurait détruis et remplacé par un autre de suite. Car tu accumules trop d'erreurs . Referme moi ce couloir obscur tout de suite. Si un inconnu s'y aventure et arrive jusqu'ici, maître Squale vas nous faire passer un sale quart d'heure.

En plus ce couloir mène directement au village ninja de Loukaï, ce qui veut dire qu'il y a plus de risque que ce soit un ninja.


- Le couloir ne veut pas se fermer!

- Qu'est-ce que tu me racontes-là? Si c'est vraiment le cas, on est à moitié foutus!

L'homme essaya lui aussi de fermer le couloir obscur, mais sans succès, le couloir demeurait ouvert.

- C'est vraiment bizarre. Le couloir ne se ferme vraiment pas. Dans ce cas, deux scénarios s'offrent à nous. Le premier: Il y a un maître des ombres ou un Pokémon ténébres dans le couloir et par conséquent il ne peut pas se fermer ton qu'il reste à l'intérieur . Le deuxième: il y a un maître des ombres ou un Pokémon ténébres de l'autre côté du couloir et il tient le couloir ouvert.

Dans le deuxième cas, on est mal car le maître des ombres pourrait nous localiser et prendre d'assaut notre repaire. On ferait mieux de surveiller ce couloir . Mais tu dois rejoindre le maître et je ne tiens pas à attendre ici pendant une durée indéterminée.

Je sais! Je vais laisser une dizaine de sentinelles d'ombres devant la sortie du couloir obscur. Si un Pokémon en sors, il sera vite surbmergé par le nombre. Mais si c'est un humain qui en sort,  cette il pourra tuer toutes les sentinelles mais il ne fera pas le poids face à un général de mon niveau. Maintenant que le problème est résolu, rejoins vite Maître Squale, il s'impatienter facilement.


La créature d'ombre sortit de la salle des trônes . Et l'homme mystérieux fit venir de petites bébêtes noires une par une.



Après qu'il eût fini de les appeler, il leur donna des instructions.

- Vous devez surveiller cette sortie et attaquer tout ce qui en sors. Après trente minutes, vous avez l'autorisation de rentrer dans le couloir obscur pour sortir de l'autre côté et attaquer ce qui retient le couloir.

Soudain une personne venue de la pièce adjacente arriva.

- Phantöm! Tu étais là, je t'ai cherché partout!

- Tu sais, Yuri, tu n'est pas obligée de me suivre partout où je vais!

- Tu sais très bien comment marche notre organisation et le système des généraux! Il y a onze généraux classés par ordre de puissance et en groupe de deux qui est sont eux aussi par ordre de puissance. Le numéro un étant le général le plus puissant et qui fait équipe avec maître Squale. Chaque groupe se doit de rester un groupe donc je dois rester avec toi quoi qu'il arrive.

- Je sais très bien comment nous marchons . Mais je dis juste que nous sommes dans notre repaire et donc qu'aucun événement n'oblige vraiment à ce que l'on reste groupé.

- Justement! Je pensait comme toi juste avant d'apprendre que notre dernière prisonnière venait de s'échapper!

- Notre dernière prisonnière? Qui c'est?

- Tu te souviens de la gamine que maître Squale traque depuis treize ans? Bah il l'a retrouvé et arrêté. Mais là elle a détruit la porte et elle fait un carnage. Même si elle a tué que des sentinelles, elle découpe tout ce qui bouge. Et si elle voyait un général, elle le blesserait gravement avant de se faire arrêter.

- C'est pour ça que nous, le duo d'immateriels devont nous en charger ?

- Oui! Exactement, nous sommes comme qui dirait immunisés contre sa sauvagerie.  Pour le moment elle n'a pas beaucoup bougé, elle est toujours dans le secteur des prisons. Donc quand on sera dans les environs, il faudra se préparer.

- Je viens avec toi, de toute façon, je venais de finir ce que j'avais à faire ici. Et quelque chose me dit que nous allons avoir besoin de refaire le plein de réceptacles pour d'autres sentinelles.

Le duo de dirigea vers la zone où se trouvait Akatsuki.

Pendant ce temps, du côté d'Akatsuki...

Akatsuki marchait lentement dans les couloirs d'un bâtiment inconnu. Elle rencontrait de petites bébêtes noires tous les dix pas. Et à chaque fois elle les découpait au moment où elle les voyait. Et après les avoir découpés , elle continuait sa route. Elle ne faisait même pas attention au nombre de cadavres qu'elle avait accumulé depuis sa sortie de prison.

Ça c'était pas la première fois qu'elle était dans cet état. Après la mort de Hanzo, son deuxième père, elle avait adopté une Phobie de son propre sang et une haine profonde envers l'homme à l'écharpe violette. À chaque fois qu'elle se coupait ou se blessait et saignait, elle se rappelait la mort de ses parents. Le liquide rouge qui quittait leurs corps lors de leur mort, engendrait chez Akatsuki une peur sans nom et la mettait dans cet état.

Heureusement pour tout le monde, quand Akatsuki se blessait, Kumo était là pour l'assommer avant même que celle ne remarque sa blessure. Puis il l'a couvrait pour éviter le désastre au réveil de Akatsuki. Kumo avait pris conscience de la phobie de sa maitresse quelques mois après la mort de Hanzo.

C'était quand Riku apprennait la maîtrise de la vitesse à Akatsuki. Lors d'un entraînement à la course poussée par le vent, Akatsuki avait courut trop près d'un arbre et s'était coupée à cause d'une branche trop pointue. Akatsuki ne remarqua pas sa blessure de suite, c'est seulement quand elle revint vers son maître que ce dernier lui fit remarquer.

Akatsuki fixa l'entaille pendant une dizaine de secondes, puis elle cria et se tenant la tête pendant un bon moment. Riku s'inquiétait pour elle à cause de ces cris de souffrance. Mais quand il voulut s'approcher d'elle, Akatsuki se mit à l'attaquer. Riku savait assez bien se défendre pour éviter chacunes de ses attaques.

Mais il su que ça ne serait pas le cas pour le petit Arcko qui n'était pas très loin. Riku fonça alors vers la ninja et il posa sa main sur son front. Puis il lui chuchota quelque chose et la petite se calma de suite. Kumo ne su expliquer cet événement mais peu après, Riku lui dit en personne qu'il fallait assommer Akatsuki à la moindre de ses blessures. Et le Pokémon plante le fit à chaque fois.

Cette fois-ci, ça n'était pas une de ses blessures qui la mettait dans cet état, mais le fait que Squale s'en soit prit à Kumo. La peur de la mort n'est pas toujours ce qui la mettait dans cet état, parfois elle se mettait dans le même état quand Kumo se blessait au point de saigner. Mais à l'époque de ces accidents, il y avait Riku pour la stopper. Peu après Riku dit à Kumo de couvrir ses blessures avant qu'Akatsuki ne le voient. Et cette fois encore , Kumo lui obéit sans sourciller.

Cette ridicule peur du sang et de la mort ne touchais qu'elle et sa famille et c'est le fait de savoir Kumo entre les mains de l'homme à l'écharpe violette qui l'avait mit dans cet état.


[Les sentinelles fonctionnent comme la bestiole d'ombre mais sont beaucoup moins puissantes et moins solides. Sinon pour les généraux qui sont potables à combatre, il y a le duo 8-9 et le 10-11. Mp si tu veux plus de renseignements sur eux pour plus tard. ]

_________________
8E3557

La nuit, un shinobi peut être partout. Et partout là nuit s'étend.
 
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Lun 17 Oct 2016 - 21:36

Mako continuait de courir à l’intérieur du couloir noir. C’était une sensation très étrange : d’un côté, cette matière noire semblait parfois aussi visqueuse que de la boue et collait à ses bottes. De l’autre, elle avait de temps en temps l’impression inverse, comme si la couche noire sur laquelle elle avançait était si fine qu’elle risquait de passer à travers. Elle progressait à bonne allure mais ralentit jusqu’à s’immobiliser complètement lorsqu’elle entendit les voix. Il n’était peut-être pas prudent de rester dans les ombres plus longtemps, mais si elle sortait maintenant, elle risquait fort d’y passer car ses ennemis étaient plus nombreux. Aussi, elle attendit tout en écoutant le dialogue et en restant parfaitement silencieuse… Tout en priant pour que le corridor ne se referme pas sur elle !

Apparemment, les hommes de l’autre côté n’avaient pas déterminé avec précision pourquoi le portail n’était pas fermé. Et puisqu’ils s’interrogeaient sur la possible présence d’un intrus à l’intérieur, cela voulait dire qu’on ignorait encore qu’elle était ici, même si l’un d’eux avait des soupçons. C’était une bonne chose. De ce qu’elle entendit, Mako en déduisit qu’il y avait des gardes de l’autre côté du couloir. Et pas n’importe qui. Des « créatures », comme les avaient appelées l’homme. Et visiblement, ce dernier discutait avec la… chose qu’elle avait combattu ; d’après ce qu’elle comprenait de leur dialogue. Puis un autre homme, dénommé Yuri les rejoignis. Et… Tiens tiens ! Voilà qu’ils mentionnaient un « maître Squale ». Donc l’ami de Kamya était bel et bien un traître. Mais pour le moment, la jeune femme ne pouvait pas faire grand-chose.
Si elle sortait maintenant, elle se retrouverait face à deux hommes qu’elle soupçonnait d’être d’un niveau supérieur au sien, à une bête invincible et à des créatures qui l’étaient peut-être tout autant, pour ce qu’elle en savait. Il lui fallait donc une stratégie pour attaquer. Elle eut rapidement une idée pour vaincre les deux humains. Mais cette dernière ne s’appliquait ni à la chose, ni aux « créatures ».

Et puis il y avait Akatsuki. C’était donc bien elle qui s’était fait enlever. QU’avaient-ils dit à son sujet déjà ? Que cela faisait treize ans que Squale la traquait ? Qu’elle était dans le secteur des prisons… Au moins elle savait où chercher… Mais un détail troublait toujours la jeune femme : pourquoi les deux hommes s’étaient-ils appelés les « immatériels » ? Etaient-ils aussi intouchables que la chose sombre ? Et qui étaient donc les sentinelles ? Et les réceptacles ??

Enfin Mako les laissa partir. Elle entendit distinctement trois paires de pieds s’éloigner. Probablement les deux humains qui s’éloignaient de leur côté – pour patrouiller ?- et le monstre qui retournait voir son maître comme on le lui avait ordonné. Un bruit de fourmillement provenait maintenant de l’autre côté du couloir, comme si plusieurs petits Pokémon foulaient le sol en même temps. Mais ce n’étaient pas des Pokémon.

Lentement et silencieusement, Mako se rapprocha de ses proies. Elle n’était pas sûre de pouvoir vaincre les créatures, mais elle devait malgré tout essayer. Le portail ne resterait ouvert que trente minutes, ce qui lui laissait peu de temps pour secourir la jeune fille. Mais il y avait pire. La seule raison pour laquelle ses ennemis n’avaient pas cherché à refermer la porte tout de suite, selon Mako, était qu’ils cherchaient encore à savoir qui empêchait la fermeture du portail et comment. Si jamais ils trouvaient la réponse avant les trente minutes, la jeune femme était sûre qu’ils ne manqueraient pas de passer à l’attaque pour éliminer le gêneur qui empêchait la disparition du passage.

Enfin, elle arriva à moins de vingt mètres de la fin du tunnel noir. Cette distance serait suffisante pour prendre de l’élan. Aux dernières nouvelles, elle bénéficiait toujours de l’effet de surprise, et il aurait été fort sot de le gâcher face à un ennemi supérieur en nombre. Aussi, elle ne courut de nouveau que sur cette dernière ligne droite. Léo, sur son épaule se tenait prêt.

Lorsque lui et sa dresseuse émergèrent dans ce qui se trouvait être une pièce en pierre grise, il sauta de son perchoir et tandis qu’il se projetait dans les airs, il forma de ses main une boule d’eau qu’il projeta sur la première créature à sa portée. Ces dernières ressemblaient un peu à des Branette mais en plus sombre et avec des pieds. La bête qu’il toucha explosa sous l’impact, ce qui rassura complètement Mako. Ces créatures-là étaient loin d’être aussi puissantes que celle qu’elle avait affronté. Malgré tout, elles étaient plus nombreuses. Pour éviter que leur nombre ne la submerge, la jeune femme érigea rapidement un mur d’eau autour d’elle. Toute créature qui tentait de le franchir était aussitôt happée par le courant intérieur du mur qui la faisait se fracasser sur le mur le plus proche. Le poids quasi nul des ombres facilitait grandement la manœuvre. Mais pour être la plus rapide possible, Mako n’attendait bien souvent pas que la pierre ait fait son ouvre et tailladait les bestioles à sa portée avec son katana dès qu’elles touchaient le mur tandis que Léo les bombardait de Vibraqua dévastateurs. Heureusement, les bestioles étaient aussi bêtes que frêles mais un détail gênait néanmoins Mako : lorsqu’elle les « tuait », les bêtes ne s’évaporaient pas dans le néant dont elles étaient issues, mais se contentaient de former des sortes de flaques sombres sur le sol, flaques qui remuaient dangereusement.

Ignorant s’il s’agissait d’un talent de régénération ou non, Mako accéléra encore la cadence, et bondit finalement à travers son propre mur pour découper purement et simplement les deux dernières ombres survivantes avec son Katana. Comme elle était plus lourde que ses agresseurs, le mur d’eau n’avait heureusement que peu dévié sa trajectoire. Une bonne chose de faite, même s’il convenait de ne pas traîner : si jamais les créatures se reformaient, elle n’avait qu’une demi-heure maximum pour trouver Akatsuki et repartir. Heureusement, cette dernière s’était libérée, ce qui leur ferait gagner du temps. Ne sachant pas exactement où aller, Mako se dirigea vers le couloir de gauche, puisqu’elle avait entendu deux bruits de pas s’éloigner dans cette direction un peu plus tôt. Si elle avait bien compris ce qu’elle avait entendu, alors es « immatériels » cherchaient la jeune fille. Et ils la conduiraient donc logiquement à elle.

[On se rejoint au prochain post ? ]

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Ven 21 Oct 2016 - 23:13

Akatsuki continuait son massacre dans le repaire de son pire ennemi. Elle avançait sans même savoir où elle allait . Pendant-ce-temps quelques dizaines de mètres plus loin, Phantöm et Yuri marchaient en direction de Akatsuki.

- Phantöm, on s'approche de la zone des prisons, la petite fugitive meurtrière ne devrait pas être très loin. C'est le moment d'utiliser notre maîtrise.

- On doit vraiment utiliser notre technique Méta-élémentale sur cette gamine? On peut pas plutôt utiliser un de mes séismes ou une de tes tornades de glace, dès qu'on la voit?

- Non! Le temps de préparer notre attaque, elle nous aurait déjà découpés. Et n'oublie pas que si on casse un mur ou le sol on est mal! C'est préférable d'être déjà invulnérable face à ses attaques dès le premier regard.

- Ouais mais c'est fatiguant! Du coup on prend qu'elle maîtrise? Toi en glace et moi en terre?

- Surtout pas! Imagine qu'elle essaye de nous découper et que son arme reste coincée dans ta terre ! Quand tu vas reprendre ton apparence normale, tu auras une arme blanche qui t'infligera une grosse blessure peut-être mortelle. Alors que si son arme  nous traverse simplement, il n'y aura aucun dégât.

- Ah ouais je vois le genre donc c'est vraiment sous ces deux formes qui nous ont valus le nom de notre duo, que l'on doit rencontrer cette fille. Elle doit être vraiment particulière.

- Ce n'est pas que l'on ne la battrait pas sans cette forme mais sans elle, nous ne sommes pas sûrs de rentrer sans égratignures.

- Je dis juste que nous sommes les numéros quatre et cinq, et que nous n'avons pas besoin de notre meilleure technique pour battre une gamine.

- Bah justement! Je suis la numéro quatre donc c'est moi qui décide! Maintenant tais-toi et passe sous ta forme sable!

- Ok madame la cheffe!

Comme ordonné, Phantöm passa sous sa forme Méta-élémentale de sable et Yuri sous sa forme Méta-élémentale d'eau et ils continuèrent leur chemin. Puis finalement ce qui devait arriver arriva.

Akatsuki avait sous ses yeux deux personnes étranges, mais sa ne changeait rien pour elle car dans son état présent, réfléchir est impossible, elle savait juste découper et courrir à une vitesse folle.

Elle fonçait sur l'homme tout jaune de gauche et lui coupa la jambe sans pression. Akatsuki ne voyait pas la différence avec une jambe normale car elle s'était habituée à découper les sentinelles d'ombres. Donc quand elle se retournait pour finir le découpage qu'elle venait de commencer. Elle vit les deux personnes tournées vers elle , et l'homme qui était à gauche était maintenant à droite mais aussi intacte.

Akatsuki ne comprit pas mais ça ne l'empêchait pas de foncer de nouveau sur l'homme de sable et lui découper son bras. Quand elle se retournait, l'homme était de nouveau intacte. Akatsuki fonçait de nouveau vers lui , et restait en face de lui. Puis elle enchaînait les coups de katana, mais sa lame traversait tout simplement l'homme et sans plus.

- Elle commence à m'agacer cette gamine, pas toi Yuri?

- Faut dire qu'elle est pas très futée, elle est même carrément idiote. Elle voit bien qu'elle ne peut pas te découper mais elle continue . Mais vu qu'elle est concentrée sur toi, je vais me changer en glace et l'assommer.

Yuri fit ce qu'elle dit et se changea en glace, pour assommer Akatsuki.

- Bon maintenant que tu l'as assommée, on en fait quoi?

- Je sais pas faudrait demander à maître Squale, c'est sa prisonnière.

- Il est au labo donc pas besoin de le chercher très loin

- Ouais mais on va pas la laisser ici comme ça , imagine elle se réveille alors qu'on est toujours sur le chemin du labo. Et si on la prend et qu'elle se réveille pendant qu'on la tire, on va se faire découper à cause de l'effet de surprise. Et ne pense même pas rester sous forme Méta-élémentale pendant tout le trajet car c'est épuisant d'aller jusqu'au labo comme ça. Et si on utilise un couloir obscur, on va pas pouvoir tenir dix secondes sous notre forme Méta-élémentale. Utiliser deux maîtrises de deux totalement différentes en même temps c'est très très épuisant.

- Au pire, on l'attache ici , on reprend notre forme normale et on utilise un couloir obscur jusqu'au labo. Comme ça si elle se réveille elle ne pourra rien faire de nuisible.

- Pas bête! Je me charge de l'accrocher au mur avec maîtrise de la glace. Toi, reprends ta forme normale et ouvre un couloir obscur jusqu'au labo!

Chacun fit sa part du boulot et Yuri reprit sa forme normale. Finalement le duo des immatériels emprunta le couloir obscur qu'ils venaient juste de créer, laissant seule Akatsuki endormie.

Quelques minutes après, Akatsuki se réveilla. Le fait de se faire assommer lui avait remis les idées en place et elle avait repris son état normal. Elle se demandait juste qu'est-ce qui s'était passé et qu'est-ce qu'elles faisait attachée à un mur. Puis Akatsuki entendit un bruit.


[Je te laisse faire pour la rencontre. ]

_________________
8E3557

La nuit, un shinobi peut être partout. Et partout là nuit s'étend.
 
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Sam 22 Oct 2016 - 13:03

Mako avançait silencieusement dans les couloirs, à l’affût des bruits de pas qu’elle suivait toujours. Depuis qu’elle s’était débarrassée des bestioles d’ombre, elle n’avait rencontré personne d’autre, que ce soit des humains, des Pokémon ou… Autre chose. Ce silence quasi-total ne lui rendait pas service car elle devait se concentrer en permanence pour différencier les pas des deux « immatériels » de l’écho de ses propres déplacements. Alors qu’elle allait déboucher dans ce qui semblait être une artère principale du complexe, Léo la retint en posant sa patte avant sur son épaule. Qu’avait-il entendu ?

Faisant malgré tout confiance à son Pokémon qui avait une bien meilleure ouïe que lui, Mao resta en arrière, dans le corridor qu’elle s’apprêtait à quitter, faisant de son mieux pour se dissimuler dan ce couloir vide. Malheureusement, elle débouchait sur une intersection avec deux accès -l’une à droite, l’autre à gauche – et était donc facilement repérable.
L’instant d’après, des bruits de course furieuse se firent entendre, s’ajoutant aux bruits de pas du duo des ombre. Quelqu’un arrivait quelque part par la gauche. Et il fonçait droit sur les immatériels.

Mako avait entendu le dialogue de ces deux derniers. Deux méta-élémentaux. Un homme et une femme, et non pas deux hommes comme elle l’avait cru au départ. Sa soif de combattre lui dictait de profiter de la surprise offerte par le nouvel arrivant pour attaquer les deux kidnappeurs par derrière. Mais la prudence eut raison de ses pulsions agressives. Ces deux personnes étaient des Méta-Elemental et peut-être également des maîtres des Ombres. Elle avait déjà beaucoup de chance que la cherche d’Akatsuki accapare toute leur attention. Une simple Défenseure comme elle n’avait aucune chance… A moins que celui qui fonçait au combat soit extrêmement puissant. Vu qu’il ne semblait pas ralentir, Mako en déduisit qu’il allait probablement attaquer. Que faire avec ce type ? L’aider en espérant vaincre puis ensuite extorquer aux vaincus des informations sur Akatsuki ? Ou bien voir ce qu’il se passait et continuer à filer les deux ravisseurs ?

La jeune femme décida de rester encore un peu en arrière pouvoir comment le combat se déroulait. L’inconnu n’était peut-être pas un allié. Et s’il était trop faible alors Mako se mettrait inutilement en danger et compromettrait la mission. Jugeant que les deux immatériels étaient maintenant en plein combat, la jeune femme se risqua à regarder… Et réalisa avec surprise que l’inconnu qu’ils affrontaient était très probablement Akatsuki. Une gamine qui se battait avec des techniques ninja… Pas d’erreur, c’était bien elle. En revanche, elle se battait avec une sauvagerie qui tranchait avec le stoïcisme habituel des guerriers de Loukai. Mais malgré sa vaillance et sa brutalité, Mako comprit très vite qu’elle ne serait pas à la hauteur même avec son aide : aucun de ses coups ne portait ou même ne ralentissait ses adversaires. Cet affrontement était perdu d’avance.

L’apprentie guérisseuse décida qu’elle serait bien plus utile à Akatsuki en restant cachée pour le moment. Les ninjas n’aimaient globalement pas la passivité, mais ils ne pardonnaient absolument pas la stupidité. Akatsuki finit par se faire assomer, et les deux Méta-élémentaux évoquèrent ensuite le fait de l’entraver avant de la transférer vers un « labo ».
Finalement, après l’avoir enfermée dans un cocon de glace accroché au mur, ils disparurent par un couloir obscur semblable à celui que Mako avait emprunté pour venir ici. Ils étaient donc bien maître des ombres… La jeune femme ne comprenait pas bien la logique des deux ravisseurs : ne pouvaient-ils pas entraver Akatsuki pour éviter toute tentative de rébellion avec de la glace par exemple puis la prendre avec eux ?

L’inattention liée à l’excitation d’avoir remporté un combat facile sans doute. Et la jeune femme n’allait certainement pas cracher dessus. Cela lui facilitait grandement la tâche. Elle attendit une bonne minute pour être sûre que les deux maîtres des ombres n’allaient pas revenir sur leur pas, puis elle sortit à découvert devant Akatsuki qui avait entretemps reprit connaissance et semblait beaucoup plus calme.

Ne voulant ni l’effrayer, ni l’énerver, Mako utilisa sa maîtrise de l’eau plutôt que son sabre pour détruire les entraves de glace qui immobilisaient la jeune fille. Celle qui les avaient créées n’était apparemment pas défenseur car ses liens n’avaient rien à voir avec la solidité des cordes que pouvait créer un défenseur de la glace.
Une fois ce travail terminé, Mako demanda :

« Tu es Akatsuki, n’est-ce pas ? Tu as besoin de soins »

Elle pouvait compter sur son excellent sens de l’orientation pour revenir sur ses pas. Il n’y avait qu’à espérer que le « labo » ne se trouvait pas dans la partie du complexe qu’elle avait déjà visitée. Mais la jeune femme en doutait car au cours de son exploration, elle n’avait rien vu qui ressemblait de près ou de loin à un laboratoire. En revanche, il y avait toujours ces créatures d’ombres devant le portail. Mako craignait qu’elles ne se soient reformées avec le temps. Pour les vaincre avant que le délai de trente minutes mentionné par Vizaki ne soit écoulé, elle allait avoir besoin de l’aide d’Akatsuki. De ce qu’elle avait vu, la petite savait parfaitement se battre, et elle était prête à passer quelques minutes supplémentaires ici pour la soigner si cela pouvait leur permettre de franchir le portail de sortie dans les temps.

Léo poussa alors un croassement d’inquiétude que Mako interpréta correctement mais qu’elle ne comprit absolument pas. Avait-il peur que le temps ne vienne à leur manquer ? Mako avait déjà réfléchi à cette hypothèse. Dans ce cas, le mieux à faire était de capturer un de ces maîtres des ombres -le complexe semblait en être rempli – et de le forcer à leur ouvrir un passage. Et les ninjas savaient être très… Convaincant malgré leur introversion si nécessaire. Mais tant qu’à faire, mieux valait ne pas prendre de risques inutiles. Le portail de Vizaki était toujours ouvert.

« Suis-moi. » Conclut-elle tout en se détournant de la jeune fille pour vérifier si l’accès au couloir qu’elle venait de quitter était toujours dégagé. Inutile de préciser qui elle était. Le katana à sa ceinture parlait pour elle. Elle était une ninja de Loukai. Une alliée.

[Si tu veux rester pour récupérer ton Pokémon par exemple, il va falloir en parler à Mako^^ MP si souci Wink ]

_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Akatsuki le Ven 28 Oct 2016 - 2:13

Le bruit qu'elle venait d'entendre était en fait une femme qui venait libérer Akatsuki du cocon de glace qui entravait tous ses mouvements. Akatsuki comprit grâce à son katana attaché à la hanche, que cette mystérieuse inconnu était non seulement une alliée mais aussi une ninja de Loukaï. Akatsuki ne comprenait toujours pas ce qui lui était arrivé et elle commençait à y réfléchir.

* Comment suis-je arrivée ici ? Qui m'as attachée à ce mur?
La seule chose d'ont je me rappelle, c'est que j'étais dans une prison ....prison de ......de.....l'homme à l'écharpe violette.....*

Akatsuki eût une migraine soudaine, elle n'avait plus aucun souvenir de ce qu'il s'était passé. Et son mal de crâne voulait sans doute signifier que son cerveau s'était conditionné pour ne pas retourner dans cet état sauvage pour la même raison. Ce qu'il n'avait pas pu faire pour la peur d'Akatsuki par rapport à son sang et à celui de Kumo. Une Phobie ne se soignait pas comme ça contrairement à un mauvais souvenir.

La ninja en face d'Akatsuki lui demanda si elle était bien Akatsuki. Et Akatsuki lui répondit: Oui, je suis bien Akatsuki!

Mais Akatsuki se demandait bien comment cette ninja connaissais son nom alors qu'elle ne l'avait jamais rencontrée. S'était-t-il passé quelque chose au village? Pourquoi cette femme était dans le repaire de son ennemi le plus dangereux? Comment a-t-elle fait pour venir ici? Ces questions trottaient dans sa tête, il y avait qu'une seule façon d'y trouver les réponses.

Sans qu'Akatsuki n'eût le temps de poser ses questions, la ninja lui demanda de la suivre.

- Attendez! Vous savez mon nom mais comment vous appelez vous?

Akatsuki avait bien vu de la femme en face d'elle était plus vieille qu'elle, donc elle se devait d'être respectueuse envers une senpai.

- Comment avez-vous su que j'étais ici ? Par quel moyen êtes-vous venu?

Akatsuki attendait la réponse de sa senpai avant de continuer de parler. Même si les paroles qui allaient suivre n'avais sûrement aucun rapport avec les réponses données.

- Je ne compte pas vous suivre, je dois retrouver mon Pokémon. Il a été pris par l'homme à l'écharpe violette et j'ai l'intention de le récupérer puis de faire payer cet homme pour tout ce qu'il a fait. Si vous voulez bien me laisser le temps de faire tout ça avant de rentrer au village, je ferais de mon mieux pour reprendre l'honneur de Loukaï à l'homme qui a tué un de ses ninjas et qui en a kidnappé un autre!

Pendant ce temps-là, au laboratoire de Squale...

Phantöm et Yuri arrivaient à peine au près de leur maître. Qui lui demanda:
- Qu'est-ce qui vous presse tant pour venir au laboratoire en couloir obscur?

Le duo s'inclina face à leur maître et Yuri prit  la parole en tant que supérieure dans le duo des immatériels.

- C'est à propos de votre prisonnière, la dernière en date.

- Ma prisonnière? Akatsuki?

- Oui maître, elle s'est enfuie de sa prison et nous l'avons emprisonnée dans un concon de glace vers l'aile Ouest du repaire. Et nous voulons savoir ce que nous devons en faire.

- Relâchez-la et ramenez-la chez elle via un couloir obscur!

- Maître, je ne comprends pas votre décision,  pour l'avoir enfermée si c'était pour la libérer juste après?

- J'ai reçu une lettre de sa tante qui est aussi la dirigeante actuelle de la famille Maylaw. Tenez lisez-la et vous comprendrez.

Squale leur tendit alors la lettre que Sterbben lui avait donnée il y a quelques moments.

_________________
8E3557

La nuit, un shinobi peut être partout. Et partout là nuit s'étend.
 
avatar
Akatsuki
Informations
Nombre de messages : 81

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: 14 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Mako le Ven 28 Oct 2016 - 21:34

« Mako »

Ce fut le seul renseignement qu’elle donna immédiatement à Akatsuki. Elle n’allait pas perdre du temps à lui expliquer le fonctionnement du portail noir alors qu’elle ne le comprenait pas elle-même. La jeune fille comprendrait mieux une fois face au tunnel. Et pour les créatures, elle le lui expliquerait devant la salle du portail. Mieux valait s’éloigner de ce couloir un peu trop fréquenté au plus vite.

Alors qu’elle ouvrait la marche en revenant sur ses pas, elle s’arrêta net lorsque sa cadette mentionna son Pokémon. La jeune défenseure était restée complètement insensible à la tirade d’Akatsuki sur l’honneur des ninjas. Elle ne partageait pas sa vision. Pour elle, le premier honneur d’un ninja était de protéger le village ; Et cela requérait de rester en vie le plus longtemps possible sans mettre en danger la vie des autres villageois. Mais son Pokémon… Et puis il y avait ce meurtre dont elle avait parlé. Personne n’avait rapporté la découverte d’un corps au village… De qui parlait-elle ? Mais les morts ne risquaient plus rien et Mako ne pouvait plus rien pour eux. Cette discussion attendrait donc qu’elles soient en sécurité.
Actuellement, Mako pouvait considérer qu’elle était sur le point de terminer sa mission. Elle était dans les temps et pouvait très bien franchir le portail avec la jeune fille avant que ce dernier ne se ferme, et tout le monde au village considèrerait que son sauvetage était une réussite. Si elle décidait d’aider Akatsuki à récupérer son Pokémon, elles pouvaient très bien ne pas s’en sortir toutes les deux… Finalement, elle déclara à sa jeune compagne :

« Le premier honneur du ninja c’est de défendre Loukai. C’est pour cela que nous devons rester en vie le plus longtemps possible… Et cela vaut aussi pour ton Pokémon. »

Et tant pis si certains villageois, Kamya en tête, ne partageaient pas son point de vue. Elle avait déjà un plan de secours pour quitter les lieux si jamais le portail se refermait. Mais cela modifiait ses plans. Plus question de retourner au portail. A moins de retrouver le Pokémon d’Akatsuki dans les cinq prochaines minutes, le portail se fermerait avant qu’elles n’atteigne la salle gardée par les créatures. Mieux valait donc prendre un peu de temps pour expliquer la situation à Akatsuki. Elle se retourna et lui dit :

« Les personnes que tu as attaquées sont des maîtres des ombres capable de créer un portail qui nous a conduit jusqu’ici. Ils peuvent également invoquer des créatures d’ombres. Certaines sont quasi invincibles, d’autres plus faibles mais elles se régénèrent avec le temps. Aussi, soit prudente si nous devons les affronter.

J’ai suivi la créature qui t’a capturée à travers leur passage, mais leur portail va bientôt se refermer. Il nous faudra trouver un autre moyen de nous enfuir. Je propose de capturer l’un de ces maîtres et de le forcer à nous ouvrir un passage.
Tu sais dans quel endroit ils ont mis ton Pokémon ? Où était ta cellule ? Et qui est ton Pokémon ? »


Pour ne pas se faire repérer au beau milieu d’un couloir désert, Mako décida de continuer à avancer dans la direction qu’avaient prises les deux immatériels avant qu’Akatsuki ne les attaque. Ils se dirigeaient vers les prison, donc il y avait des chances que le compagnon d’Akatsuki se trouve dans les environs…

Tandis qu’elle se dirigeait vers les cellules, elle entendit des bruits de pas en provenance d’un couloir adjacent. Aussitôt, elle revint sur ses pas, jusqu’au corridor où elle était précedemment. Mieux valait mettre le plus de distance possible entre elle et cette sentinelle !

Mais le nouvel arrivant avait quelque chose de… Bizarre : ces pas émettaient un bruit de ferraille, comme s’il portait des bottes métalliques… Un chevalier ? Etrange, cela différait beaucoup du style de combats des deux méta-Elementaux… Mais après tout, rien n’indiquait que tous les sbires de « maître Squale » possèdent les mêmes aptitude… Mais elle se trompait, comme le lui confirma une voix nasillarde qui retentit juste après :

« Eh bien Sacalproie, pourquoi t’arrêtes-tu ? Je ne t’en ai pas donné la permission il me semble ! Contente-toi d’ouvrir la marche ! Tu es mon garde du corps, tu es là pour agir, pas pour réfléchir ! Ca c’est MON domaine ! Et celui de Solaroc ! »

Un drôle de bruit de rochers qui s’entrechoquent ponctua cette déclaration. Probablement le fameux Solaroc, devina Mako. Et le bruit de bottes provenait du Scalproie. Comme il était de type acier, cela expliquait les bruits métalliques… Mais pourquoi n’avait-elle pas entendu les bruits de pas de l’homme ? Marchait-il trop silencieusement par rapport à son Pokémon… Ou bien… Etait-il perché sur son Solaroc ? La jeune femme écarta aussitôt cette hypothèse ridicule.

Le dresseur mystérieux reprit son monologue :

« J’espère que maître Squale acceptera de me prêter un nouveau cobaye pour mes… Expériences… Mais bon, il devrait être d’accord ! C’est déjà très gentil à lui de m’avoir confié quelques créatures d’ombres pour me servir d’assistants lors de mes expériences… Parce que ce n’est pas avec toi que je vais réussir quoi que ce soit, n’est-ce pas Scalproie ? Avoir des ciseaux à la place des mains n’est pas une bénédiction, loin de là… »

Nouveau bruit de choc de rochers. Apparemment, le Solaroc tenait à réagir à cette déclaration.

« Oui, je suis d’accord Solaroc. Et je sais que tu te demandes ce que nous allons faire. Vois-tu, j’ai entendu dire qu’un nouveau… Specimen venait d’arriver. Et il se trouve que son espèce est reconnue pour ses capacités d’auto-guérison… Ah, l’immortalité… Bientôt, mon cher Solaroc, ça ne sera plus un rêve ! Dépêchons-nous ! AHAHAHA ! »

Et Mako entendit à nouveau les bruits de métal s’éloignait. Pas d’erreur, il n’y avait qu’une seule paire de pieds. Et ce nouveau spécimen que l’homme avait mentionné… Pouvait-il s’agir de…


_________________
avatar
Mako
Informations
Nombre de messages : 69

Fiche de personnage
Points: 110
Âge du personnage: 31 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Nocturnes Ninjas [Akatsuki/Mako]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum