[ Clos ] Sous le Joug de l'Hiver [Tyrande]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] Sous le Joug de l'Hiver [Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Dim 13 Mai 2018 - 22:50

Tandis que nous observions le petit oiseau en discutant de son cas, j'eus un regard pour Dori'thur à nouveau confortablement installée sur mon épaule. J'avais tissé un lien fort avec elle au cours de mes nombreuses gardes, et elle n'avait jamais été aussi grièvement blessée que ce Roucool, mais nul doute que je l'aurais aidée sans la moindre réserve si le cas s'était présenté. Je hochai la tête à la remarque de Cassandra concernant les Guérisseurs, en précisant :

« Oui, je pense bien que vous avez des Guérisseurs en ville, ça ne fait aucun doute. J'espère pouvoir m'entretenir avec eux et apprendre quelques techniques qui pourraient m'être utiles pour la suite, même si la maîtrise de l'air est à l'opposée de la mienne. »

L'Aliphyroise s'inquiéta alors de la possibilité de faire soigner le Pokémon par les médecins locaux, et je fronçai les sourcils, très surprise par l'objet de ses craintes.

« Nous sommes en paix, il n'y a eu aucune attaque récente, à ma connaissance, et je ne crois pas que la Tribu de l'Air soit habituée à refuser d'aider quelqu'un qui a besoin de soins. Je ne vois donc rien qui justifierait qu'on nous renvoie dans nos pénates concernant la nécessité de réparer les blessures de ce Roucool ou de le laisser dans cet état. »

J'avais vraiment du mal à comprendre pourquoi Cassandra se faisait autant de souci pour la prise en charge de notre petit patient. D'un côté, elle semblait affirmer qu'a Linaewen, les Guérisseurs étaient nombreux et très compétents, mais de l'autre, elle n'était pas sûre que l'oiseau soit considéré comme une urgence vitale... C'était curieux.

« De toute manière, en cas de problème, je pourrai toujours argumenter en notre faveur en expliquant que je voyage pour devenir Guérisseuse, entre autres, et que je serais très honorée de voir une démonstration de la maîtrise de l'air appliquée à la guérison d'une blessure grave. Non seulement c'est la vérité, mais en plus, cela pourrait servir notre dessein, alors je n'hésiterai pas à justifier notre requête ainsi. »

Le Roucool se laissa faire, ayant probablement compris que sa survie se jouait sur notre décision de l'emmener avec nous, et une fois installées sur notre monture lunaire, il nous suffit de nous concentrer pour nous maintenir à notre place pour éviter de tomber. Profitant enfin d'un déplacement paisible et sans danger, je laissai courir mon regard sur les ravins et le paysage accidenté en contrebas. Peut-être parce que je me laissais porter sans fournir d'effort, je sentis subitement la fatigue accumulée me tomber dessus, dans un désagréable contrecoup dont je me serais bien passée. Ériger cette protection m'avait demandé énormément d'énergie, et notre petite glissade avait été l'exercice de trop, à mon goût. J'avais beau être entraînée et habituée à naviguer dans la Canopée en passant d'arbre en d'arbre, la journée que je venais de subir valait au moins plusieurs nuits de garde ! Pensive, je me demandai si je serais capable un jour de dresser des murs de plantes et de terre efficaces sans avoir à encaisser la douloureuse contrepartie. J'avais mal absolument partout, mes membres me hurlaient que j'avais clairement abusé et tiré sur la corde, et je sentais le sang battre à mes tempes, comme si les végétaux que j'avais fait pousser puisaient encore en moi l'énergie nécessaire à leur croissance accélérée. Un peu plus loin devant moi, ma chouette sillonnait gaiement les cieux, retrouvant une certaine insouciance, et je m'autorisai un sourire doux. Finalement, nous étions encore en vie, et c'était tout ce qui comptait.

Lorsque Linaewen se dessina finalement, je ne pus m'empêcher de lâcher un soupir de soulagement. Nous avions un blessé, certes, mais nous étions aussi épuisées, éprouvées par nos deux expériences qui avaient failli nous coûter la vie. Peut-être que le Roucool ne serait pas le seul à avoir besoin d'un Guérisseur, en fin de compte ! Le Soleil commençait à décliner, et déjà, les lueurs rougeâtres du crépuscule s'étalaient sur la ville. Je sentis mon visage se crisper à l'idée de montrer mes yeux si particuliers une fois la nuit tombée à Cassandra, mais me rassurai en me disant qu'après ce que nous avions traversé, elle ne serait probablement plus à ce détail près.


« Tant mieux. J'aime autant ne pas dormir dehors ce soir. En temps normal, cela ne me dérange pas, j'y suis habituée, mais là, je crois qu'un bon lit ne nous fera pas de mal. »

Une fois descendue, je remerciai chaleureusement le Séléroc, qui continua de me suivre tandis que je me dirigeai vers le bâtiment que m'avait désigné Cassandra.

« Je crois qu'il m'aime bien, ce Pokémon. »

Sans m'attarder davantage sur l'attirance manifeste de la créature pour moi, je m'avançai jusqu'à l'édifice, attendant d'abord de savoir s'il y avait une manière particulière de procéder pour demander de l'aide, ou une coutume locale dont j'ignorais l'existence. Je me tournai donc vers Cassandra pour l'inviter à prendre les choses en main.

« Après toi. C'est toi la mieux placée pour solliciter le soutien des Guérisseurs de la Tribu de l'Air, et puis, le Roucool est avec toi. Je te suis ! »

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 1 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 107
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Sous le Joug de l'Hiver [Tyrande]

Message par Cassandra Lair le Dim 13 Mai 2018 - 23:55

Tyrande ne comprenait pas trop où Cassandra voulait en venir. Ce n’était pas du tout une question de paix entre tribu. Après tout, elle était d’Aliphyr, alors si elle demandait de l’aide, elle l’aurait… mais parfois les gens de la tribu étaient si fiers de leurs si merveilleux Guerriaigle, que, comme son père, ils avaient tendance à dénigrer d’autres Pokémon moins impressionnants. En ayant vécut toute sa vie en sachant cela, Cassandra ne pouvait pas laisser dire qu’il ne s’agissait que de son imagination. Mais pour toute réponse et n’ayant pas envie de se lancer dans une longue explication, elle haussa les épaules. Elles verraient bien. Dans le pire des cas, il fallait espérer que le Roucool tienne bon cette nuit. Elle laissa Tyrande finir sa tirade, en sachant déjà qu’elle n’aurait pas besoin d’en faire tant : des soins ils en auraient, mais les Guérisseurs ne prolongeraient peut-être pas leur longue et dure journée de travail pour un simple Pokémon sauvage. Cassandra ne répondit rien et suivit le mouvement.

Une fois en ville, Tyrande lui parut nettement soulagée. Mais elle-même était bien contente d’être arrivée. Elle avait l’habitude de la montagne bien sûr… Mais le grand air, la belle trouille qu’elles s’étaient faites avec l’avalanche, que Cassandra avait presque oublié, puis la glissade le long des Monts d’Obsidienne… Cassandra avait marché longtemps dans une neige épaisse… Mais pour l’instant, elle ne devait pas se laisser aller, il fallait encore trouver les Guérisseurs, puis une place à l’auberge ! Une fois qu’elle (ou elles) aurait une chambre, elle pourrait se reposer. Droite et fière, Cassandra arpentait les rues de Linaewen. Elle était déjà venue ici, à l’occasion et se souvenait à peu près de l’endroit. Par chance, le soleil était toujours levé, il leur restait du temps avant le crépuscule. Cassandra marchait vite et d’un pas décidé. Son regard s’accrocha à la large enseigne annonçant les locaux où l’ont amenaient les blessés. Ce n’était pas un hôpital à proprement parler, mais si ça convenait aux meilleurs guerriers de Tenkei, cela conviendrait aussi au Roucool. Cassandra poussa la porte.

L’intérieur, qu’elle n’avait jamais vu, était immaculé. S’approchant du comptoir, elle vit passer quelques médecins, des infirmières surtout et quelques guerriers blessés. Le hall où ils se trouvaient était très calme et assez vide. Ce qui était plutôt une bonne chose. La jeune fille s’approcha du comptoir en déclipsant la noigrume de sa ceinture et fit sortir le Roucool, prenant garde à ne pas toucher son aile cassée, ni bouger l’attèle de fortune.

« Bonsoir, j’ai trouvé ce Roucool, il doit avoir une aile cassée. » dit simplement Cassandra.

Ne montrant aucune émotion, l’hôtesse saisit le Pokémon sans craindre de se faire mordre et lui saisit l’extrémité des plumes pour étendre l’aile du moineau. Il résista, bougeait les pattes dans le vide et tentait de se débattre de son aile valide. Sans s’émouvoir, elle passa un doigt sur les os et émit un grognement. Puis, elle rendit le Pokémon à Cassandra.

« Troisième à gauche. » dit-elle d’un ton monocorde.

Cassandra échangea un regard avec Tyrande. Cet air blasé ! Mais au moins, on acceptait de les recevoir ! Portant le Pokémon avec précaution, Cassandra chercha du regard le couloir d’abord, puis la « troisième » et laissa Tyrande lui ouvrit la porte. La pièce était simple, mais lumineuse. Plusieurs lits étaient alignés, en face d’un bureau. Il y avait un homme, dans cette salle et l’un des rideaux était tirés. Il y avait peut-être un patient, là-derrière. Le Guérisseur leva la tête, un peu surprit d’avoir la visite de personnes en pleine santé dans ce bureau.

« Bonsoir, répéta Cassandra, j’ai trouvé ce Roucool sauvage dans cet état. »
« Posez-le là » Grogna l’homme en poussant d’un geste les papiers sur son bureau.

Cassandra s’exécuta et le laissa examiner le Pokémon, qui se mit dans la même position dans laquelle elles l’avaient trouvé. Le Guérisseur avait un certain âge et passait ses longs doigts le long des plumes du Roucool, sans les toucher. Après une série de murmures, il brisa le silence.

« C’est cassé. La fracture est propre, il s’en remettra. »

Le vieux Guérisseur chercha des traces de plaies, mais n’en trouva aucune. Il grogna quelque chose et demanda à Cassandra de l’aider à maintenir l’oiseau en place. Elle s’exécuta, pendant qu’elle regardait faire le vieil homme, qui sortait des ciseaux, des bandages. Il saisit l’aile avec délicatesse et la plia, arrachant un cri au Roucool, que Cassandra dû maintenir. Mais d’un geste rapide et sûr, il banda l’aile de manière à la maintenir étroitement pliée. Le Roucool pouvait toujours la bouger, mais pas la déplier. Et elle ne pendait plus. Puis, le Guérisseur posa deux doigts sur le bandage, mais rien ne se produisit. Ou rien de visible en tout cas.

« C’est tout ? » demanda t-elle, un peu surprise.
« Oui. Les os sont bien placés maintenant et ils vont se ressouder, j’ai accéléré un peu le travail. Garde-le au calme, il en à pour un mois. Si la bande est sale, change-là. Ensuite, il devra réapprendre à voler. Donne-lui ces herbes, c’est de la consoude et celle-là, du fenugrec, ça l’aidera à guérir. »

Cassandra était un peu surprise. En tout, ils n’étaient là que depuis quelques minutes ! Mais elle ne pouvait que croire le médecin, si celui-ci disait qu’il n’y avait rien d’autre à faire. Un simple bandage !  Avait-il réellement utilisé une quelconque maîtrise ? Elle n’avait rien remarqué en tout cas. Cassandra remercia le Guérisseur.  Sachant que maintenant, elles n’avaient plus qu’à se rendre à l’auberge, elle avait hâte de s’y trouver, devant un bon repas
chaud, un bain chaud et un lit… bien chaud !

_________________

   
   
   


Mp Anthere pour plus de réactivité ♥
avatar
Cassandra Lair
Informations
Nombre de messages : 16

Fiche de personnage
Points: 33
Âge du personnage: 18 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Sous le Joug de l'Hiver [Tyrande]

Message par Tyrande di Neralitha le Sam 19 Mai 2018 - 17:18

Alors que nous entrions dans les locaux du grand dispensaire, je pris le temps de regarder la bâtisse et d'apprécier l'organisation des lieux. Des médecins vaquaient à leurs occupations, certains pressés, d'autres plus détendus et plus enclins à échanger avec nous. L'un d'entre eux me fit même un sourire, que je lui rendis avec un hochement de tête. Tous les murs étaient d'un blanc immaculé, si bien que je dus plisser les yeux pour m'habituer à la luminosité de l'endroit. J'étais plus habituée à évoluer dans un milieu nocturne et sombre, ce genre de choses m'avait toujours un peu gênée, mais je savais que la majorité des humains préféraient vivre dans la lumière. La vie de Sentinelle m'avait octroyé une meilleure acuité visuelle de nuit, mais en contrepartie, j'avais hérité d'une légère photophobie avec laquelle j'avais appris à composer.

« C'est grand... »

Cassandra semblait parfaitement à l'aise ici, peut-être parce qu'elle arpentait un établissement de sa tribu. Pour ma part, j'étais quelque peu impressionnée, mais je m'avançai vers l'hôtesse d'accueil sans appréhension. Après tout, j'étais dans un endroit où travaillaient des dizaines de Guérisseurs, j'étais donc plus curieuse et avide de savoir qu'effrayée !

En revanche, la réponse de la femme, et le ton sur lequel elle nous indiqua le chemin à emprunter, me surprirent et me laissèrent sans voix. Avec ma camarade, nous eûmes un échange de regards qui en disait long... La force de l'habitude, peut-être ? Finalement arrivées dans le bureau d'un vieil homme visiblement peu aimable, ou probablement trop occupé, nous regardâmes faire le médecin, avec une participation un peu plus active de la part de l'Aliphyroise, sollicitée pour aider le Guérisseur à maintenir l'aile du Roucool en place. Mais tout se passa si vite que je n'eus pas le temps d'observer un quelconque processus.


« Déjà ? »

Non pas que je sois déçue que le Pokémon se sente déjà mieux, loin de là ! Mais... J'étais à la fois déçue de constater la simplicité de la méthode employée et frustrée de ne pas avoir pu décomposer l'opération dans mon esprit. Je m'étais attendue à quelque chose d'un peu plus visible et grandiose, mais au final, c'était comme s'il ne s'était rien passé.

« Pardonnez-moi, mais pourriez-vous... »

Je m'apprêtais à demander au Guérisseur de m'expliquer comment il avait convoqué les vents pour réduire la fracture, comment il avait insufflé sa maîtrise dans le corps blessé du Roucool et surtout comment il avait pu aller aussi vite, mais en le voyant replonger le nez dans sa paperasse, je compris que je n'aurais sans doute pas de réponses à toutes mes interrogations. Résignée, je me résolus donc à reprendre poliment :

« Hm... Non, tant pis. Merci beaucoup pour votre aide. »

Quand même, quelle malchance. J'avais eu l'opportunité de voir une maîtrise qui m'était inaccessible en action et utilisée à des fins de guérison, et voilà que j'étais tombée sur un médecin taciturne, bougon et dont le temps était trop précieux pour être gaspillé en explications à une apprentie. Enfin, j'en avais peut-être trop espéré, après tout !

« Bon... Prochaine étape, l'auberge ? »

Néanmoins soulagée pour le petit Pokémon, je sortis pour rejoindre le Séléroc amical, qui m'avait attendue dehors, avant de me diriger vers le premier établissement aux allures d'auberge que j'aperçus.

« Je compte sur toi pour me conseiller pour le repas de ce soir, parce que je meurs de faim. »

Avec un sourire amusé à l'attention de Cassandra, j'entrai dans le bâtiment, mon compagnon en forme de croissant de Lune sur les talons. La journée avait été épuisante, et j'espérais vraiment qu'elle se terminerait dans le calme... Et en sécurité.

[Merci pour le RP, et à très vite ^^]

_________________

0 RP - 0 mission - 0 event - 1 épreuve - 0 match
avatar
Tyrande di Neralitha
Informations
Nombre de messages : 71

Fiche de personnage
Points: 107
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Sous le Joug de l'Hiver [Tyrande]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum