[ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Ven 15 Aoû 2014 - 16:08

Mizuki frissonna. Profitant d'être de retour à Nalcia, elle avait eu la soudaine envie d'aller visiter ce lieu rempli d'Histoire qu'était la tombe de Gaïus, toute seule. Il lui avait fallu un certain temps, déjà, pour arriver jusqu'au tombeau du Ptéra antique depuis Alfen. Ensuite, une fois sur place, eh bien... Elle avait vite fait le tour... L'endroit était impressionnant, c'était vrai, et il s'en dégageait quelque chose d'un peu mystique. Mais la présence de quelqu'un capable de lui traduire les inscriptions, ou de lui raconter l'histoire de cette sépulture, n'aurait pas été de trop. Parce qu'au final, la Nalcienne n'avait rien appris... Elle n'était pas une fervente partisane de la connaissance pour la connaissance, mais il y avait quand même de quoi se sentir frustrée, être ainsi, devant la tombe, et ne pas comprendre...

La jeune fille trébucha sur quelque chose posée au sol. Lorsqu'elle se remit en équilibre sur ses deux jambes, elle se retourna, étonnée. Au sol, il y avait une épée... Rangée dans son fourreau, apparemment propre, et aux couleurs du pays de l'Air. La demoiselle se pencha pour la soupeser, regarda autour d'elle... Mais il n'y avait personne. Qu'est-ce que cette arme faisait là ? Son propriétaire ne l'aurait pas... bêtement fait tomber, quand même ? Elle pesait quand même son poids, Mizuki trouvait étrange que quelqu'un ait pu la perdre sans s'en apercevoir. Elle se demanda un instant ce qu'elle devait faire de sa trouvaille... La laisser ici, ou l'emporter ? Mizuki n'y connaissait pas grand chose, mais cette épée semblait plutôt belle, et c'était du gâchis de la laisser rouiller ici. La jeune fille décida de la garder, et la porta dans ses deux bras.

Une nouvelle bourrasque la fit trembler, et, levant la tête, elle constata que les nuages s'étaient accumulés, assombrissant le paysage. Si elle ne se trompait pas, il risquait de se mettre à pleuvoir bientôt... Et la nuit allait tomber plus vite. Rentrer à Alfen sur des chemins sombres ne lui disaient rien, il vaudrait mieux bivouaquer ici... Si possible, assez loin des nids de Ptéra... Dans le sanctuaire, Mizuki avisa une petite cavité, menant à une pièce au sec et à peu près à l'abri du vent. Aucune trace de passage de gros Pokémon comme les dragons rocheux, mais quelques Rattata s'enfuirent en la voyant arriver. Faute de mieux, cela ferait l'affaire. Elle posa son butin au sol et retourna rapidement à l'extérieur chercher de quoi faire du combustible pour un feu, et revint dans sa cachette, alors que le vent se levait pour de bon.

"Pyros ! Brûle-moi ça !"

Le renard de Feu sortit de sa sphère, et, répondant à l'ordre, souffla une Flammèche sur le tas de bois que sa maîtresse avait rassemblé dans la pièce. Cela produisit une douce lueur, qui tanguait lorsque des courants d'air plus violents que les autres rentraient à l'intérieur, ainsi qu'un peu de chaleur. Mais ce n'était pas suffisant, pour le moment, et le Pyroli se glissa dans les bras de sa dresseuse, petit feu de camp à lui tout seul.

Le vent semblait faire gémir la tombe. Mizuki aurait bien voulu que quelqu'un arrive, à cet instant, quelqu'un d'amical qui aurait pu discuter un peu avec elle pour lui changer les idées, car l'ambiance ne se voulait pas rassurante...

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Ven 15 Aoû 2014 - 19:01

Voilà maintenant une semaine que j’étais revenu sur Erasia, et plus précisément, sur Nalcia. Depuis mon retour, j’étais d’une humeur sombre et morose. La vision que m’avait offerte le galet de Reshiram ne cessait d’aller et venir dans mon esprit. Elle… La jeune femme que je recherchais sans succès sur Tenkeï était déjà descendue sur Erasia. Considérant les Pokémon présents dans la vision, essentiellement des félins, j’en avais conclu qu’elle se trouvait dans la forêt du chat. Mais depuis, elle avait eu le temps de faire du chemin. Mon seul espoir était qu’elle ne savait pas où chercher sa sœur. En revanche, je savais plus ou moins où la trouver. Mais je n’étais tout simplement pas en état d’avoir cette discussion avec elle. Silver, ou plutôt son fantôme, me l’avait clairement fait comprendre lors de mon épreuve : je n’étais pas assez fort pour faire face à ce chevalier, ne serait-ce que pour simplement négocier avec elle, comme j’en avais l’intention. Hors, si j’allais au devant d’elle, maintenant, sans préparation et sans entraînement, elle n’aurait aucun mal à nous vaincre, moi et mes Pokémon, et à m’extorquer par la force tout ce que je savais sur sa sœur, même si je ne savais que bien peu d’elle. Et d’après ce que Silver m’avait appris d’elle, elle n’hésiterait pas à recourir à la violence pour me faire parler.

J’étais donc dans une impasse : d’un côté, il m’était inacceptable de ne pas honorer la promesse que j’avais faite à la jeune fille. D’un autre côté, si je mourrais en rencontrant sa sœur, cela ne lui serait pas d’un grand secours… A ce choix cornélien s’ajoutait diverses crises de pyromanies, qui m’avaient frappées dans la semaine, par trois fois. A chaque fois, Yuko avait réussi de justesse à me juguler juste avant que je ne commette l’irréparable. Ces crises étaient semblables à celles qui m’avaient assailli lorsque j’avais visité le Cosmo Canyon : face à l’impatience ou à l’impossibilité d’agir, mon feu intérieur me hurlait de le laisser le libérer pour résoudre tout mes problèmes… Par le feu… Mais ici, en plein milieu des plaines herbues, j’avais failli provoquer une véritable catastrophe.

Finalement, un matin, alors que j’avais passé une nuit très agitée, Tétro vint me soumettre une idée… A sa manière très personnelle, bien sûr.

« Alors, qu’est-ce que vous comptez faire aujourd’hui ? Comme d’habitude ? Vous plaindre ? Gémir ? Ce spectacle m’indiffère complètement, et ce n’est pas comme ça que vous obtiendrez une once de ma pitié. Néanmoins cela semble affecter votre Caninos, qui tire une tête d’un Steelix de long, et même votre garde du corps féline semble encore plus taciturne et renfrognée que d’habitude. Et surtout, vous ne faites RIEN. Nous avons PERDU 7 jours, jours que l’assassin a pu, je vous le rappelle, mettre à profit pour retrouver votre sœur !! Alors par pitié, faites n’importe quoi, mais FAITES QUELQUE CHOSE !!!!!!!!!!
-Je suis… Il me coûte de l’admettre, mais je suis bien trop faible pour faire quoi que ce soit face à cette femme. Surtout maintenant qu’elle est si proche de son but…
-Mais bien sûr que vous êtes trop faible !!! Regardez-vous ! Même au meilleur de votre forme, vous n’étiez pas assez fort pour tirer avec un arc long alors terrasser un chevalier entraîné, n’y pensez même pas pauvre fou !!
-Mais alors…


Je suspendis ma phrase. Mais bien sûr… Le leitmotiv des Zarbi

-Bien, je vois que vous commencez à comprendre, enchaîna Tétro, qui une fois de plus, avait lu dans mes pensées. La connaissance ! La connaissance est une arme ! La connaissance est bien plus puissante que la force brute ! Dois-je vous rappeler que c’est justement pour acquérir cette connaissance que nous avons fait ce voyage à Tenkei ? Et vous avez obtenu ce que vous cherchiez. Certes, ce ne sont pas de bonnes nouvelles, mais quoi ! Il vaut toujours mieux savoir où se trouve l’ennemi, y compris et surtout s’il est proche de nous !

Les paroles de Téro étaient, pour une fois, pleines de bon sens, aussi lui demandais-je :

« En ce cas, que suggérez-vous ?
-Avez-vous seulement remarqué qu’avec vos errances dans les plaines, nous étions arrivés tous près de la tombe de Gaius ? Non, je parie ! Alors je vais vous dire ce que nous allons faire ! Aujourd’hui, nous allons visiter ces ruibnes ! Elles sont remplies du savoir des anciens habitants de Nalcia et j’avoue ne pas avoir eu l’occasion de voir ces inscriptions de mes yeux. De plus, il y a dans cette grotte de nombreux et puissants Ptéra qui feront de parfaits partenaires d’entraînement pour vous !
-Mais vous n’êtes pas sérieux ! Les griffes de BlackJack ne peuvent percer la pierre et le type feu de Yuko l’handicape face à ces dragons. Hors de question qu’elles aillent affronter pour moi cette armée de gargouilles ! Elles sont encore trop faibles !


BlackJack, qui attendait à mes pieds, comme d’habitude, me jeta un regard sombre. Apparemment, elle n’était pas d’accord avec ce que je venais de dire…

-Justement, reprit le Zarbi, elles sont trop faibles… Mais pas vous ! Vu toutes es crises de pyromancie que vous avez eues ces derniers jours, votre feu peut sans problème combattre ces dragons. Vous devez simplement apprendre à le maîtriser ! Et en, prime, cela vous permettra d’éviter les accidents ! Alors, cela vous convient-il ?
-Très bien, allons-y…
-Alors en avant… Marche. Enfin, vous bien sûr, pauvre humain qui ne peut léviter !
Railla-t-il.

Je levai donc le camp, chose que je n’avais plus faite depuis trois jours. J’en profitai pour aller caresser Yuko plus longuement, et surtout, avec bien plus de conviction que durant cette dernière semaine. Grâce à Tétro –qui l’eût cru ?- notre périple reprenait.

***

Enfin, nous étions arrivés dans les ruines, après trois heure de marche. Dès notre arrivée, Tétro s’isola pour aller étudier les inscriptions qui ornaient les murs des ruines du tombeau. Yuko, quant à elle, avait trouvé toute une nichée d’Héricendre qui avaient accepté de jouer avec elle, sous l’œil attentif, toutefois, de leur mère. Tout ceci me fit sourire et me rappela ma première rencontre avec ces Pokémon, qui fut également mon tout premier combat Pokémon. J’avais seulement douze ans à l’époque. Et aujourd’hui, je m’étais fixé comme objectif de reproduire mon exploit de jadis : apprendre à maîtriser mon élément.
Toutefois, je pris garde à ne pas trop approcher de la Typhlosion, connaissant bien l’instinct maternel et l’irascibilité de ces créatures. Je m’assis donc sur le sol, à quelques distances de là, en compagnie de BlackJack, qui malgré son impassibilité, semblait trembler de froid. Aussitôt, je la réchauffais en faisant apparaître sur mon poing fermé une flammèche. Du moins, je souhaitai que cela fût une flammèche. Mais c’est une véritable boule de feu, aussi grosse que ma main, qui se matérialisa. Tétro avait raison. J’étais bien plus puissant que je ne le pensais. Encore me fallait-il apprendre à maîtriser cette puissance…

Soudain, Yuko cessa de jouer avec les hérissons, puis courir vers moi, se fit caresser, et reparti en sens inverse, vers la salle voisine, en jappant joyeusement. Intrigué, je la suivis, BlackJack sur mes talons. De tels aboiements ne pouvaient signifier qu’une seule chose : elle avait trouvé un nouveau camarade de jeu.
Contre toute attente, ce dernier n’était autre qu’une jeune fille, qui tenait un Pyroli dans ses bras. Apparemment, ma Miaouss n’était pas la seule à souffrir du froid.

« Excusez-moi, mademoiselle, m’introduis-je doucement, pour ne pas l’effrayer, tout en me découvrant et m'inclinant comme de coutume, mais puis-je vous être d’une aide quelconque ? Je me présente, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, originaire du Cosmo Canyon, en Flamen. L’étude des ruines est propice aux récits et autres légendes, d’où ma présence ici.

A ce moment précis, Yuko, qui jusque-là tournait autour de la jeune fille en jappant gaiement, libéra quelques filaments de flammes vers le Pyroli. Mais qu’essayait-elle donc de faire ? Mais bien sûr… La Torche du Pyroli convertissait toute attaque flamboyante qui lui était destinée en chaleur pour ses propres attaques. Ainsi, il serait plus efficace pour réchauffer sa dresseuse. Considérant ce que devait être la température interne du Pyroli, son geste n’était pas nécessaire, mais pas non plus inutile : la connaissant bien, je savais qu’à travers ce cadeau, elle souhaitait simplement faire connaissance avec cette demoiselle et son Pokémon.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Sam 16 Aoû 2014 - 23:56

À force de surveiller l'entrée qui conduisait à l'extérieur, Mizuki en avait négligé une autre, qui conduisait à une pièce adjacente. Ce fut pourtant par là qu'un intrus arriva, déboulant à toute vitesse sur ses quatre pattes. Pyros montra les crocs, mais la boule de poils rousse, que la dresseuse identifia comme un Caninos, ne semblait pas belliqueuse, au contraire. Le Pyroli se détendit, comprenant qu'on ne voulait pas de mal à sa maîtresse. Ce chiot ne représentait pas une menace, aussi, il s'en désintéressa. La jeune femme, au contraire, approcha la main du Pokémon, comme pour le caresser. Il ne semblait pas sauvage, et ne semblait pas effrayé par l'humaine.

"Salut, toi. Tu viens d'où ?"

Comme pour répondre, une silhouette humaine s'extirpa de la fente dans le mur. Un homme, un homme assez âgé, même, s'approcha de la jeune Nalcienne et de son Pyroli, qui, de nouveau, signifia qu'il ne fallait pas chercher de noises à sa dresseuse. Mais, à l'instar du Caninos un peu plus tôt, l'inconnu montra qu'il ne venait pas chercher des ennuis, en retirant son couvre-chef, comme c'était la coutume dans certaines régions lors d'une rencontre.

"Excusez-moi, mademoiselle, mais puis-je vous être d’une aide quelconque ? Je me présente, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, originaire du Cosmo Canyon, en Flamen. L’étude des ruines est propice aux récits et autres légendes, d’où ma présence ici."

Bonne surprise ! Mizuki fit un sourire, et joignit ses mains pour effectuer son salut rituel. Si cet homme en savait plus sur les légendes de la tombe de Gaïus, peut-être accepterait-il de partager son savoir avec elle. Mais avant qu'elle ne puisse répondre et se présenter à son tour, le chiot cracha sur Pyros une Flammèche, que le chacal accepta comme une offrande. Sa Torche s'activa, et la chaleur qui se dégageait de lui se fit plus intense, réchauffant une zone plus grande. La Nalcienne salua donc le Caninos à son tour, en remerciement.

"Bonsoir, M. Kiplinger. Je suis ici en visite, mais j'ai été surprise par le brusque changement de météo, donc je pensais établir un campement ici et rentrer à Alfen demain, mais vous êtes le bienvenu si vous voulez me tenir compagnie. Oh, je m'appelle Mizuki Ana, je suis une simple dresseuse qui fait le tour de Nalcia."

Le jeune femme s'écarta, pour laisser l'homme mûr s’asseoir près de son feu de camp de fortune s'il souhaitait la rejoindre. Elle venait de remarquer sa Miaouss, qui, comme elle, semblait souffrir de la fraîcheur ambiante, contrairement à son maître et sa camarade canine. On disait que les Flamenois ne craignaient pas le froid, comme les Pokémon de type Feu. En tout cas, c'était le cas pour les maîtres élémentaux. Mais, pour le chat et la Nalcienne, point de salut dans ce domaine, sans la chaleur dégagée par Pyros et le petit feu. Lorsque l'homme se fut installé, Mizuki reprit la parole.

"Vous êtes ici pour étudier les ruines ? En tant que conteur, vous pourriez peut-être me raconter l'histoire de ce lieu, si vous la connaissez."

La demoiselle ne cherchait pas à dissimuler son ignorance. Au contraire, elle voyait justement, en l'arrivée de cet homme, un moyen de la combler. Et comme l'avait appris Créhelf aux hommes, dans les temps anciens, puis comme l'avaient répété les moines du Temple du Savoir, lorsqu'elle avait passé quelques temps là-bas, toute connaissance était bonne à prendre. Celui qui pose une question semble idiot quelques minutes, celui qui se tait le reste toute sa vie. En échange d'informations, il y aurait probablement quelque chose qu'elle serait à même d'apporter à cet homme venu de Flamen. Car Mizuki n'était pas, non plus, complètement ignorante.

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Dim 17 Aoû 2014 - 20:29

Dès que le Pyroli eut fini de barrer la route à ma Caninos surexcitée, cette dernière commença à tourner autour de la jeune demoiselle en aboyant de plus belle. Il n’était pas bien difficile de comprendre ce qu’elle attendait de la jeune fille. Cette dernière se présenta. Elle se nommait Mizuki Ana. Elle me salua en faisant un geste que j’identifiai comme le salut rituel des maîtres de l’air. En revanche, j’étais trop ignorant des spécificités inhérentes à chaque temple pour en déduire dans lequel d’entre eux elle avait été formée.
Elle m’accueillit fort courtoisement, m’expliquant qu’elle avait entrepris un voyage à travers tout Nalcia et j’acceptai avec plaisir sa proposition :

« Je serais honoré de vous tenir compagnie pour cette veillée, mademoiselle, dis-je tout en m’asseyant auprès du feu, tandis que Yuko venait me rejoindre, et de partager avec vous mes modestes connaissance sur cette tombe, répondis-je avec un sourire. Malheureusement, mes connaissances sur le passé avéré de ce tombeau sont, hélas, quasiment nulles. De fait, très peu de détails le concernant sont arrivées jusqu’à nous.

Cette tombe, disais-je, serait le dernier sanctuaire d’un Ptera très spécial : en effet, ce spécimen, aurait eu les ailes bleues. Certains prétendent également qu’il serait géant, d’une dizaine de mètres d’envergure, ou encore qu’il serait toujoyurs en vie aujourd’hui, malgré le fait qu’il ait vu le jour il ya une éternité de cela, avant même la naissance du Nalcia que nous connaissons. Ce Ptéra aurait eu pour maître Gaïus, et il aurait, par assimilation, prit le nom de son maître, d’où le nom à cet endroit, la « tombe de Gaïus ». Mais je ne vous apprends probablement rien en vous disant tout cela. Ces faits sont connus de la plupart des Nalciens. Mais il existe également de nombreuses rumeurs au sujets de cette tombe, bien que la plupart aient trait à de la légende. Une d’entre elle me paraît plus intéressante et pertinente que les autres, bien que ce mythe en lui-même contienne beaucoup de zones d’ombres : il y a très longtemps en Nalcia, avant même que ce pays ne s’allie avec Mizuhan, la famille royale s’éteignit sans le moindre héritier suite à une épidémie. Lugia se mit alors en quête d’un successeur pour le trône, puisque tel est son rôle. Il finit par arriver dans cette tombe, où vivait un homme du nom de Gaius. C’était un vagabond, un nomade de l’air qui avait voué sa vie aux pérégrinations et aux découvertes et à la connaissance et les habitants de la région vantaient son immense savoir et sa très grande sagesse. Lorsqu’on lui demandait où il l’avait acquise, il répondait pourtant que c’était en discutant avec son vieux compagnon. Son « compagnon », n’était autre que le légendaire Ptéra aux ailes bleues. Certains avancent que Gaius était probablement maître de l’esprit, pour avoir pu communiquer de la sorte avec son Pokémon. D’autres prétendent qu’il possédait un pouvoir autrement plus rare, celui de se transformer lui-même en Ptéra, si bien que, selon eux, le Ptétra et lui ne seraient qu’un seul et même être. Quoiqu’il en soit, cet homme possédfait une sagesse bien supérieure à celle du commun des mortels, une sagesse que certains décrivaient avec admiration comme « antique ». Et il est probable en effet que le fait d’avoir fréquenté aussi souvent un émissaire des temps ancien- ou d’en être un lui-même, qui sait ?- Lui avait permis d’apprendre plein de chose.
Lugia vint donc trouver cet homme et son Pokémon à cet endroit précis, là où nous sommes actuellement. Mais à l’époque, il ne s’agissait pas d’une tombe, non, mais simplement de la modeste demeure d’un homme qui n’était quasiment jamais chez lui, toujours à voyager par monts et par vaux. Le Pokémon légendaire lui proposa la charge royale et Gaius commença par refuser. Il se pensait indigne de ce rôle. Mais le dieu insistant et Gaius ne pouvant aller à l’encontre de la volonté du fondateur de Nalcia, il finit par accepter. Privilégiant négociation et dialogue, Gaius parvint à apaiser les querelles intestines entre les différentes tribus nomades, et sous son règne, l’île du vent prospéra. Certains théoriciens pensent même qu’on peut qualifier Gaius de « père de la Nalcia moderne »… Si, toutefois, il est bien à l’origine de toutes ces actions.


Hélas, l’ère de paix et de prospérité qu’il avait initiée ne pouvait durer : ce serait sous son règne qu’aurait été créée l’alliance militaire entre Flamen et Terros, alors que Nalcia venait tout juste de nouer des contacts avec les autres pays et que les nalciens commençaient tout juste à se sédentariser. Aussitôt, les Mizuhaniens, qui se retrouvaient dès lors sans alliés, cherchèrent à se d’un autre pays pour former eux aussi une alliance. Leur choix se porta logiquement sur le quatrième peuple, les Nalciens. Mais Gaius était un roi profondément pacifiste, et il pensait, à tort ou à raison, que ces alliances ne feraient que précipiter et envenimer les conflits, aussi éconduit-il poliment les messagers mizuhaniens. Le souverain de Mizuhan en personne alla lui demander de prendre part à l’alliance mais Gaius ne céda pas.

Néanmoins, certaines maisons nobles nalciennes, qui voyait déjà d’un mauvais œil d’être gouvernées par un parvenu, aussi sage et compétent fût-il, ne l’entendaint pas de cette oreille et prenaient surtout en considération les immenses bénéfices que leur rapporterait une alliance, notamment commerciale, avec la puissante Mizuhan. Ils manipulèrent alors l’opinion, faisant jaillir le spectre de la guerre contre deux nations inconnues et hostiles, Terros et Flamen, et le peuple, qui adorait son souverain, devint, poussé par la crainte, petit à petit hostile envers lui parce qu’il refusait un pacte, selon eux vital, avec Mizuhan, si bien qu’un jour, alors qu’il était pourtant toujours convaincu de la justesse de ces choix, Gaius, voyant que le plus grand nombre souhaitait le voir partir, abdiqua et retourna chez lui, dans sa modeste cabane située ici, dans les plaines.
Ce soulèvement populaire est un chose tout à fait inhabituelle chez les nalcien, aussi certains spécialistes remettent en cause toute cette théorie. Mais la suite est encore plus intéressante.


Malgré le fait qu’une majorité l’ait rejeté, Gaius continua toute sa vie à dispenser sagesse et conseils à tous ceux qui n’avaient pas perdu foi en lui et qui venaient lui rendre visite. Je parle de foi car certains lui vouaient un véritable culte, le considérant comme l'être le plus sage de leur pays. Il existe une multitude d’hypothèse concernant sa mort : assassiné par un espion de l’alliance Terros/Flamen, afin de déstabiliser ses derniers soutiens, dont quelques nobles influents, assassinat perpétré par un Nalcien révolté ou par un Mizuhanien, qui considérait Gaius comme une menace pour la nouvelle alliance qui venait de se former. Certains prétendent qu’il s’est suicidé en voyant le chaos de la guerre s’emparer de son pays. D’autres qu’il a vécu une vie paisible, remplie de sagesse et de méditation. Pour certain enfin, il aurait repris on apparence de Ptéra, et vivrait toujours, sous forme de Pokémon, ici, accueillant ceux en quête de sagesse.


Mais un autre mythe existe à son sujet concernant sa mort : en effet, alors qu’il senatait que son maître vivait ses derniers instants, le Ptéra aux ailes azur de Gaius (ou Gaius lui-même dans le cas où les deux ne feraient qu’un), aurait poussé un formidable hurlement qui aurait attiré ici tous les Ptéra d’Erasia, afin qu’ils protègent ce lieu. Voilà pourquoi aujourd’hui, selon cette légende, ces ptérodactyles ne se trouvent qu’ici. Les derniers disciples de Gaius le Sage, à la fois roi et philosophe, érigèrent alors ce mausolée à la mémoire de leur maître, mausolée qui serait à jamais gardé par les dragons de pierre, à l’endroit même où il a terminé sa vie.
D’après la légende, le règne de Gaius aurait été intense mais bref, guère plus de cinq ans et les spécialistes arguent que c’est à la fois à cause de sa mauvaise réputation bâtie de toutes pièces et du fait que le roi qui lui a succédé à instauré rien de moins que l’alliance entre les nations de l’air et de l’eau, que le règne de son prédécesseur a été oublié. De fait, nul ne sait si cette théorie est vraie ou pas.


Ce qui est vrai en revanche, c’est que certains hommes en quête de sagesse viennent ici pour s’entraîner. Car à l’instar de Gaius qui continuait à dispenser sa sagesse et ses conseils dans sa misérable cabane, ils viennent tester leur abnégation en se retirant au même endroit que leur guide spirituel, si j’ose m’exprimer ainsi. Selon ces messieurs, seul un véritable disciple de Gaius pourrait vaincre les Ptéra et autres créatures qui gardent ce lieu. Ce faisant, ce tombeau est devenu un lieu d’entraînement réputé, tant sur le plan spirituel que physique, et je dois vous avouer que je suis moi-même venu ici, entre autre, pour parfaire ma maîtrise du feu. Mais, en accord avec la philosophie de Gaius, les belliqueux ne sont pas les bienvenus ici et seuls ceux qui cherchent à protéger et apaiser autrui par leurs actes, leurs pouvoirs ou leurs paroles pourront réussir leur entraînement. C’est d’ailleurs la vocation que j’ai choisie, d’où ma présence en ce lieu Bien j’espère ne pas vous avoir assommée avec mes discours de vieillard ! Cela vous a-t-il éclairé, mademoiselle» Demandai-je en souriant.

Tout à coup, Yuko, qui était restée sagement couchée sur mes genoux pendant son récit, recommença à s’agiter et à tourner autour de Mizuki, sous le regard noir de BlackJack, qui elle, n’avait pas bougé.

« Enfin Yuko, ne vois-tu pas que tu importunes la demoiselle ! Veuillez la pardonner, je vous prie, mais Yuko ne peux résister à quémander des caresses lorsque nous croisons des gens sur notre route. » M’excusai-je avec un soupir résigné.

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Ven 22 Aoû 2014 - 22:35

Constatant, minute après minute, que le vieil homme était parti pour faire un véritable cours d'Histoire, la jeune fille gigota, afin de se mettre à l'aise. Elle ne s'était pas attendue à tant ! Néanmoins, bon public, elle écouta avec beaucoup d'attention le conte de M. Kiplinger. Son père n'avait jamais été très bon en récits légendaires, ou historiques, pour sa part ; mais il arrivait, lorsqu'une antiquité remarquable arrivait dans son magasin, à Alfen, qu'il en fasse à sa famille toute la chronologie depuis sa création. On retrouvait cette passion dans la voix de son accompagnateur.

Cette histoire, connue par nombre de Nalciens, du roi Gaïus pacifique ami avec un Ptéra aux ailes bleus, gagnait aujourd'hui un nouveau souffle, avec des nouveaux détails dont elle n'avait jamais entendu parler. L'histoire du vagabond, ou de l'homme capable de se transformer en dinosaure de pierre... La jeune femme se trémoussa, surprise, lorsque M. Kiplinger aborda ce point, mais n'osa pas l'interrompre pour demander plus d'informations sur cette personne qui, peut-être, possédait le même pouvoir qu'elle. Déjà, il abordait un nouveau point de l'histoire de son pays.

Mizuki se laissa porter par les mots et le récit de son compagnon. Il lui fallut quelques instants pour redescendre sur terre une fois qu'il eût fini.

"Eh bien... Si j'étais venue là pour m'entrainer, je suppose que je serais la bienvenue : il se trouve que je suis une mage de l'air protectrice, et une apprentie Maîtresse des Esprits."

La jeune femme sourit au vieil homme, et libéra de son étreinte son Pyroli. Désormais, elle était réchauffée.

"Je dois admettre que je ne m'attendais pas à une leçon d'Histoire comme celle-ci ! Mais, elle était loin d'être assommante. On sent bien que vous êtes conteur, et non professeur. J'ai beaucoup appris."


La jeune femme s'inclina pour signifier sa gratitude au Flamenois, mais immédiatement, la Caninos de l'homme lui sauta dessus, comme pour combler le vide laissé par Pyros sur les genoux de la Nalcienne. Mizuki, surprise mais pas fâchée, éclata de rire et commença à caresser le chiot, sous le regard apparemment mécontent de son partenaire Miaouss et celui, plus indifférent, de son Pyroli. Tandis que le dresseur s'excusait du comportement de son Pokémon, la Nalcienne se contenta de la caresser amicalement, appréciant la chaleur de la créature au bout de ses doigts. Elle se souvint alors des dernières paroles de son interlocuteur.

"Vous êtes donc un maître du Feu, c'est ça ? Je ne suis peut-être pas la mieux placée pour ça, puisque je suppose... Enfin... Vous devez être plus expérimenté que moi."

Mizuki sentit qu'elle s'y prenait mal. N'avait-elle pas l'air de sous-entendre que cet homme était vieux ? Certes, il ne semblait pas être bien jeune, mais la jeune fille savait que certaines personnes, parmi les aînés, voyaient d'un mauvais œil ceux qui osaient leur rappeler leur âge. Pourtant, c'étaient bien toutes ces années supplémentaires qui leur offraient l'avantage de la sagesse et de l'expérience sur les plus jeunes. La Nalcienne, ignorant sur quel pied danser à ce propos avec M. Kiplinger, n'insista pas sur ce point.

"Enfin, que diriez-vous de nous montrer mutuellement ce que nous savons faire ? Je suppose que vous auriez plus de choses à m'apprendre que moi, mais nous autres, Nalciens, avons quelques techniques propres au vent qui pourraient être utilisées dans la maîtrise du Feu, je pense. Ça vous embêterait de me faire une démonstration ? Pas forcément défensive, d'ailleurs, j'avoue n'avoir jamais eu l'occasion d'étudier la maîtrise de Flamen, et ça m’intéresserait d'en voir."

La jeune femme était prête à en prendre plein les yeux, persuadée qu'elle était que cet homme connaissait une maîtrise défensive qu'elle ignorait, et même une endurance et des aptitudes qu'elle ne pouvait pas imaginer. De son côté, elle essayait aussi de réfléchir aux quelques défenses qu'elle pourrait montrer à son camarade d'entrainement pour un soir.

[L'épreuve commence ! Déjà, tu peux rapidement détromper Mizuki qui est persuadée que, ouaaah il est vieux il doit connaître plein de trucs *o* puis, fais étalage de tes capacités. Dans le cas où ça ne te fait pas assez long, tu peux aussi demander des conseils à la demoiselle, et envoyer tes coups ratés sur Pyros, il t'en voudra pas ^^ ]

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Lun 25 Aoû 2014 - 13:15

Apparemment, la jeune fille avait apprécié mon petit récit, et cela me fit plaisir. Elle m’apprit ensuite qu’elle était une apprentie maîtresse des esprits. Ce détail était intéressant : en effet, mon ami en forme de T m’avait fortement incité à plusieurs reprises à explorer cette voix afin, je le cite, de pouvoir « mieux appréhender le monde qui m’entoure et ainsi compenser la bassesse des mes facultés humaines ». Et j’voue que les possibilités d’une telle maîtrise ne pouvaient m’être que bénéfique au vu de la voie que je m’étais tracée : quoi de mieux pour ressentir l’impact que votre conte avait eu sur l’audience que de pouvoir capter, même de manière imprécise, les émotions du public ?

« Qu’importe les émotions, affirma soudain une voix que je connaissais bien. Seule la connaissance compte ! Si je vous ai suggéré de développer vos talents psychiques, ce n’est pas pour conter la bonne aventure ! C’est uniquement pour augmenter vos perceptions de ce qui vous entoure ! C’est mathématique : plus vous percevez de chose, plus vous en savez et plus vous êtes fort ! La connaissance est la clé de tout !

Comme d’habitude, Tétro, qui avait lu dans mes pensées sans même me demander l’autorisation, avait hurlé psychiquement ses propos indignés de sorte que même la jeune demoiselle avait pu les entendre. Et comme d’habitude, il remarqua avec un temps de retard que je n’étais pas seul :

-Que… Quoi ! Encore une femelle ! Par la Multitude toute entière, pourquoi faut-il que nous ne croisions que des femelles de votre espèce que vous ne pouvez vous empêcher de secourir ? Cela nous fait perdre un temps précieux seigneur…

-Merci pour votre commentaire qui apporte un grand éclairage sur la situation, le coupai-je, mais la jeune demoiselle que voici m’a proposé de faire une démonstration de mes pouvoirs, et je pense que nous pourrions tous deux tirer un bénéfice mutuel de cela.
-Eh bien, si cela sert votre entraînement, je ne peux qu’y souscrire… Hmmmm, bonjour mademoiselle. Je me présente, Tétrocruchamoule, premier Zarbi de la Multitude. Avant tout, je vous remercie d’avoir accepté d’éclairer cet ancêtre sur la maîtrise de son propre élément. Car voyez-vous, bien qu’il maîtrise le feu, il est loin d’être une lumière sur ce sujet,
lâcha le Zarbi d’un ton blasé…
-Mon compagnon a malheureusement raison sur ce point. J’ignore totalement comment les maîtres de l’air tels que vous font pour canaliser leur élément ou le déchaîner mais… Pour ne rien vous cacher, ma maîtrise du feu est pour l’instant plus que sommaire. Il est vrai que je suis vieux, n’ayez pas peur d’employer ce terme me concernant, néanmoins, je n’ai pas mis à profit mon expérience pour développer ma maîtrise. En fait, bien que je sache que je la possède depuis ma plus tendre jeunesse, j’ai appris il y a seulement quelques mois qu’il était possible d’en perfectionner le maniement. Voyez-vous, jusqu’à très récemment, j’étais persuadé que le potentiel de maîtrise était quelque chose d’inné, et je pensais que, puisque les dieux m’avait doté d’un faible pouvoir, il resterait faible toute ma vie…

J’avoue m’être peu intéressé à ma maîtrise sur le plan pratique, mais je peux n néanmoins vous raconter les quelques expériences que j’ai avec elle : enfant, mon père m’a poussé à m’y intéresser : il travaillait dans une mine et il pensait, à raison, que les flammes contenues en moi me guideraient vers les précieux gisements de charbon. J’en ai donc fait pendant très longtemps un usage uniquement passif, si je puis dire, à l’exception du jour où j’ai découvert cette maîtrise. Ce jour là, j’ai affronté avec l’aide de mon Pokémon une Typhlosion dont le petit avait été blessé par accident. Nous avons réussi à la calmer, puis j’ai cautérisé la plaie du petit. Heureusement, elle était superficielle.
C’est la seule et unique fois où j’ai utilisé ma maîtrise dans un but curatif. J’ai parfois réessayé par la suite, mais je n’ai jamais réussi. Pour le reste… »


Je fis apparaître une flammèche de la taille de mon ongle au dessus de mon index tendu. Puis, canalisant mon pouvoir, e fis grossir la flamme jusqu’à lui faire atteindre la taille de mon doigt. Mais tandis que je faisais la petite démonstration, le feu à ‘intérieur de moi s’agitait : il voulait …brûler…se répandre… brûler encore et toujours plus…dévaster… incendier… Je sentis que je perdais le contrôle sur ma création, tandis que la boule de feu grossissait à vue d’œil…

Non, je ne pouvais pas.. Je ne devais pas… Pas ici, surtout pas. Pas alors qu’il y avait des victimes potentielles… Soudain, je sentis un contact rassurant sur ma jambe : Yuko s’était dressée sur ses pattes arrière et me regardait d’un regard encourageant. BlackJack me regardait elle aussi, prête à réagir au cas où je me trouverais mal.
« Merci » murmurais-je à ‘attention de mes deux Pokémon.

Grâce à elles, je repris momentanément le contrôle et expédiai loin de moi et de mon feu intérieur la boule de flamme qui à présent atteignait la teille de ma paume. Hélas, je me rendis compte que, n’ayant pas pris le temps de viser, la sphère fusa sur le Pyroli de la jeune fille, qui heureusement, l’absorba sans mal.

« Je… Je suis profondément désolé. Comme vous le voyez, si les flammes dépassent une certaine taille, j’ai le plus grand mal à les contrôler. Je pourrais en créer de plus grandes, mais en ce cas, je n’aurais plus aucun contrôle sur elles et cela pourrait être dangereux. Pour cette raison, je n’ai jamais pu créer de flammes assez grosses pour ériger un mur de flammes entre mes adversaires et moi. Je vous ai dit que je visais la voie du défenseur et c’est exact, mais c’est uniquement parce que j’ai peur, même si j’ai honte de l’admettre, des ravages que je pourrais causer avec une maîtrise offensive. Pour l’instant, je n’ai aucune affinité particulière avec l’attaque ou la défense. Vous avez beau être plus jeune que moi, je reste persuadé que vous en savez bien plus que moi au sujet du pouvoir des maîtrises. Cela vous ennuierait-il de révéler quelques parcelles de votre art à un vieil homme tel que moi ? Car comme vous avez pu le constater, expérience n’est pas forcément fille de l’âge, conclus-je avec un sourire triste.
-En fait,
remarqua le Zarbi, il veut dire que c’est pas gagné…



_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Mer 27 Aoû 2014 - 19:38

M. Kiplinger et Mizuki furent interrompus par l'arrivée d'un Zarbi de forme T, qui connaissait apparemment le vieil homme et avait son avis sur la question... Quelle question, au juste ? Sa réaction semblait venir de nulle part. Mais la jeune femme n'était pas sans savoir que ces créatures avaient des pouvoirs psychiques, et elle-même avait déjà eu affaire à des déclarations de Latu ou Freezia, lorsque celles-ci lisaient dans sa tête, qui, pour les personnes extérieures, semblaient ne pas avoir de sens. Par discrétion, elle ne demanda pas d'explication supplémentaire. La lettre mouvante remarqua sa présence et sembla penser qu'elle avait besoin d'une aide quelconque, mais avant qu'elle ne puisse la démentir, le Flamenois reprit les rênes de la conversation.

L'échange et la présentation qui suivirent rendirent la Nalcienne quelque peu perplexe. Outre le fait que ses propres Pokémon n'avaient pas pour habitude de parler d'elle ou de ses faiblesses de la sorte - pas même Miaouss -, elle était surprise d'apprendre que le conteur, malgré ses connaissances et son âge avancé, était à ce point moins expérimenté qu'elle dans le domaine de la maîtrise élémentale. Elle n'était pas, pourtant, un prodige ou l'élève d'un grand maître ! Mizuki avait tout appris sur le tas, relativement facilement, certes. Elle n'avait jamais cru que sa maîtrise avait une limite... Ou, plutôt, elle n'avait jamais pris le temps de se poser ce genre de question : en utilisant ses dons, ils avaient gagné en puissance, tout simplement. Le pouvoir de cet homme était-il faible parce qu'il ne s'en était jamais servi, ou ne s'en était-il jamais servi parce qu'il était faible ? En fait, il donnait un peu l'impression à Mizuki de s'être enfermé, des années plus tôt, dans un cercle vicieux, et qu'il était maintenant ardu d'en sortir.

M. Kiplinger tenta de faire une démonstration. Mais on pouvait voir sur son visage ses doutes, les difficultés qu'il rencontrait. Mizuki sentit qu'il y avait en lui une peur qui le bloquait, l'empêchait de maîtriser plus cette boule de Feu qu'il créait, et qu'il finit par repousser loin de lui - Pyros l'attrapa au vol pour éviter tout dommage collatéral. Le Flamenois en sembla fortement contrarié et présenta immédiatement ses excuses à la Nalcienne. Il finit même pas lui demander son aide... La Défenseuse n'était pas forcément la meilleure pour jouer les professeurs, surtout pour un élève tellement plus âgé qu'elle, mais elle accepta de se laisser prendre au jeu. D'abord, elle commença à rassembler tout ce qu'elle savait sur la maîtrise du Feu, à réfléchir à ce qu'elle ressentait lorsqu'elle même domptait le vent.

"Je me demande... Je me demande si vos difficultés ne sont pas plus mentales que physiques. J'ai l'impression qu'il y a un blocage plutôt qu'une faiblesse... Peut-être que votre Zarbi, Tétro... Erf... Je suis désolée, je crois que je n'ai pas bien retenu votre nom... Enfin, peut-être qu'il serait mieux placé que moi pour savoir cela.

Enfin bref. De ce que je sais, la grande différence entre les maîtres de l'Air et du Feu, c'est que ces derniers doivent construire leur élément, en plus de devoir le contrôler. De ce que j'ai vu, ce n'est pas là qu'est le problème. En fait, je pense que vous avez un fort pouvoir latent. Le Feu, comme l'Air, s'il n'est plus sous le contrôle d'un maître, il disparaît. Il se dilue dans son environnement, contrairement à un bloc de Terre qui se serait écrasé au sol. Ce n'était pas votre flamme qui était difficile à contrôler, mais plutôt votre pouvoir intérieur. J'ai déjà eu... quelque chose comme ça."


En effet, quelques années plus tôt, alors qu'elle se pensait relativement expérimentée, capable de contrôler sa force, Mizuki avait déchaîné autour d'elle une tornade. L'échelle en était réduite, heureusement. Mais, même alors qu'elle pensait ne rien contrôler, les vents ne s'étaient pas calmés : c'était bel et bien sa propre force qui le régissait. Son énergie élémentale cherchait à s'échapper, quel qu'en soit le moyen... Tout cela pour une histoire de perte de contrôle d'elle-même...

"Les mages de l'Air ont pour habitude d'améliorer leur contrôle d'eux-même par la méditation. Je pense que, pour toutes les maîtrises, c'est tout à fait bénéfique de savoir méditer, mais je crois savoir que le souffle est ce qui guide le mieux les maîtres du Feu. La maîtrise de cet élément passe par la maîtrise de sa propre respiration... Nous pourrions peut-être commencer par là ? C'est quelque chose d'assez proche dans nos deux maîtrises, alors je pense être en mesure de vous guider."

Pour donner l'exemple, Mizuki s'assit en tailleur et se tint le plus droite possible. Elle se concentra sur tous les organes qui intervenaient dans la respiration... Son ventre, sa poitrine... son nez... Et surveilla le rythme. Inspirer, lentement, profondément, grandir le corps. Une pause... puis l'expiration, le relâchement des tensions, jusqu'à vider les poumons, mais toujours en gardant le contrôle du corps et de la position. En fait, c'était très bien comme exercice, la respiration... Pas si différent de la méditation. Cela détendait tout en forçant le maître à prendre conscience de son corps.

Après quelques minutes, Mizuki considéra que la séance avait suffisamment duré. Elle se sentait plus calme qu'auparavant, et espérait que M. Kiplinger était, lui aussi, dans cet état de sérénité. A côté d'eux, Pyros grattait le sol d'ennui. Ce genre de chose était assez naturel pour un maître du Feu animal tel que lui. En fait, dans de nombreux domaines, les Pokémon pouvaient être d'excellents professeurs, comme ses camarades Abra et Baudrive du Temple de l'Air Boréal. Son apprenti du jour possédait un Caninos... Savait-il seulement qu'il pouvait lui être dans grand secours dans sa maîtrise ? Contrairement aux humains, qui avaient su évoluer en développant de multiples talents, les Pokémon n'avaient que les dons de leurs espèces respectives à disposition. Ils avaient dû survivre avec ceux-là uniquement, et avaient donc atteint un niveau excellent, bien que perfectible chez chaque individu. D'ailleurs, les créatures qui naissaient incapables de se servir des talents de leurs pairs avaient peu de chances de survivre très longtemps.

"Bien... Maintenant, vous devriez être plus conscient de votre respiration. Essayez de garder le contrôle sur ça, en priorité. Avant même de garder le contrôle sur des flammes. D'une part, les deux sont liées, et d'autre part, comme je l'ai dit, si vous cessez de maîtriser, la flamme devrait s'éteindre. Et puis... Entre Pyros, votre Caninos, et moi-même, je pense que nous serons capables de vous contenir en cas de problème, donc... ayez confiance en vous."

Mizuki, en fait, n'était pas trop sûre de comment contenir une dérive de maîtrise du Feu... Mais elle se disait qu'en soufflant bien fort dessus, cela devrait bien se passer. Il ne fallait pas donner l'impression à M. Kiplinger qu'elle n'était pas sûre d'elle, sinon il y avait un risque qu'il se bloque plus ou moins consciemment, par peur de blesser. La Nalcienne sourit donc chaleureusement. Elle n'avait pas peur, donc il n'y avait pas de raison que son compagnon n'ait pas foi en lui.

La jeune femme réfléchit à un exercice à proposer à son élève. Peut-être, pour commencer, quelque chose qui ne nécessitait pas la maîtrise de flammes à proprement parler ? Il avait dit s'en sortir dans le domaine de soins... Mizuki eut une idée. C'était assez flou, et elle n'était pas certaine de la faisabilité de la chose, mais c'était sans douleur - sans trop de douleur - et avec un risque d'échec quasi-nul, à condition d'avoir dans son sac... Oui, il y avait tout. De sa besace, la Nalcienne sortit quelques baies, breuvages et autres aliments, à but nutritif ou curatif selon la nécessité du moment. Puis elle fit sortir de leur sphère sa Mystherbe et sa Momartik. Elle leur expliqua les règles, ainsi qu'à M. Kiplinger, ses Pokémon, et Pyros.

"Alors, hm... Je propose de commencer par un essai de maîtrise de soin. C'est parfaitement expérimental, donc je vais vous laisser des jokers si jamais vous ne voyez pas comment faire avec votre élément. Il va s'agir d'infliger à vos Pokémon des changement d'états, et vous devrez les guérir. Ne vous inquiétez pas, mes Pokémon sont capables de le faire sans infliger la moindre douleur."

Le Zarbi au nom compliqué sembla faire mine de rouspéter, ce que Mizuki trouva légitime. Mais Mystherbe le fit taire rapidement d'une Poudre-Dodo bien placée. Au moins, elle avait bien saisi l'esprit de l'épreuve. La créature psychique ferma les yeux, mais maintint son vol stationnaire à un bon mètre du sol. Considérant les types en question, elle jugea qu'il serait plus efficace de geler le Miaouss, et demanda pour cela l'aide de Freezia. Elle rassura le Pokémon et le dresseur sur l'absence de douleur de la manipulation, même si cela risquait de ne pas être très agréable, et le fantôme de Glace créa autour du félin un cocon gelé qui l'immobilisait. Enfin, elle demanda à la petite plante d'effectuer une attaque Para-Spore sur le chiot, en le rassurant de la même manière. La raideur des muscles ne fut pas des plus confortables, mais elle était assez superficielle.

Devant les trois créatures, Mizuki déposa un onguent à base de Baie Cériz, une poudre d'épices contenant de la Baie Maron, et un fruit Willia entier. Dans le cas où le vieil homme ne parvenait pas à guérir ses camarades, au moins, ils ne resteraient pas affaiblis longtemps.

Restait le problème des deux derniers changements d'états... Car si Mizuki avait promis que l'exercice serait sans douleur pour les Pokémon de M. Kiplinger, elle devait bien reconnaître que l'empoisonnement et la brûlure ne rentraient pas vraiment dans cette catégorie. Comprenant ce qu'elle avait en tête, ses trois propres Pokémon essayèrent d'éviter son regard. Qu'à cela ne tienne... De toute façon, la jeune femme se sentait un peu mal à l'idée de blesser qui que ce soit.

"Eh bien si personne ne se porte volontaire... Pyros, tu vas me brûler localement et superficiellement le bras droit, et toi, Myst, tu vas répandre un peu de ta poudre Poison sur le gauche. J'ai une Baie Fraive et du sirop Pêcha si les choses ne se passent pas bien."

Aucune des deux créatures ne semblaient vraiment apprécier ce qu'on leur demandait de faire, mais ils s'exécutèrent, en faisant attention à faire le moins de mal possible à leur dresseuse. Mizuki sembla ressentir deux brûlures à ses bras, mais c'était, comme elle l'avait demandé, superficiel. Ce double état ne serait donc pas très dur à guérir, a priori, même s'il était douloureux. La jeune fille songea que c'était pour toutes les fois où ses camarades, en match, s'étaient retrouvés dans des situations similaires. Elle allait tenir bon.

"Voilà... Je vous laisse œuvrer. N'hésitez pas si vous avez besoin d'idées ou de conseils, et si vraiment, vous ne vous sentez pas capables de soigner l'un d'entre nous, utilisez le médicament."

[Partie 1 : exercice de respiration. Décris bien comment Sylver gère ça, ce qu'il ressent.
Partie 2 : exercice de soins Very Happy Fais comme tu le sens, mais débrouille toi pour soigner tout le monde comme il faut :3 A priori, l'état de Mizuki ne te met pas un compte à rebours, mais si tu traînes trop, elle risque d'être affaiblie dans la suite Sad
Évidemment, si tu soignes tout le monde uniquement avec les médicaments, tu risques de perdre des points Sad ]

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Jeu 28 Aoû 2014 - 22:48

Ainsi, selon cette jeune fille, j’étais sous l’emprise d’une sorte de blocage mental qui m’empêchait d’accéder à la pleine maîtrise de mon potentiel… Elle n’avait pas nécessairement tort : dans ma jeunesse, je n’avais pas développé mon don tout simplement parce que je pensais que cela était impossible et relativement inutile, ce qui avait engendré un premier blocage. Par la suite, j’avais appris qu’il m’était possible de me perfectionner mais la mort de toute ma famille dans les flammes m’avait à jamais fait craindre ma propre puissance, qui semblait bien me le rendre en se rebellant jusqu’à en devenir incontrôlable.

La méthode proposée par ma professeure improvisée était d’une simplicité surprenante, tellement simple que je n’y avais jamais songé. Et c’est justement parce qu’elle était simple et évidente qu’elle me paraissait avoir de très bonnes chances de réussir. Respirer, tout simplement ? Pourquoi pas, après tout ? Par la suite, elle m’apprit que c’était une technique communément utilisée par les maîtres du feu pour canaliser leur pouvoir.

Je l’observai donc attentivement, puis imitai sa posture : assis à même le sol, jambes en tailleur, dos bien droit, je me concentrai non pas sur le feu qui brulait en moi, mais sur mon souffle. Inspirant profondément, je sentis l’air pénétrer dans mon organisme par mon nez, soulever ma poitrine pour finalement aboutir dans mes poumons. Cela me faisait effectivement du bien, mais pas seulement parce que cet air, comme tout celui présent en Nalcia, était pur. Je sentais autre chose qui se manifestait en moi tandis que je prenais ces longues respirations. Le feu à l’intérieur de moi semblait… Joyeux… Curieusement, il ne semblait pas vouloir se libérer de mon emprise, simplement profiter du comburant que je leur apportait. Peut-être pour la première fois depuis que j’avais découvert ma maîtrise, mon pouvoir et moi étions davantage… synchronisés, oui, c’était le mot : nous… ressentions la même chose, un calme et un apaisement bienvenus que je n’avais pour ma part pas éprouvé depuis le début de ma longue et laborieuse quête.

Plus je pratiquais cet exercice, plus je me sentais en phase avec ma maîtrise. Mais aurai-je pour autant un meilleur contrôle sur elle lorsque je la libèrerai ? J’étais encore bien incertain concernant mais capacités. Cependant, je ne pouvais pas ne pas noter cette avancée : pour une fois, ma maîtrise était en adéquation avec ce que ressentait mon corps. Il fallait maintenant que cette adéquation perdure lorsque le feu jaillirait de mon être. Garder le contrôle sur ma respiration… Cela m’était bien plus facile que de garder le contrôle sur me flammes, et surtout, cela me permettait de contrôler ma puissance ardente…

Je poursuivis cet exercice cinq bonnes minutes pour être sûr de le maîtriser. Mais au fond de moi je ne pouvais m’empêcher de me trouver profondément sot : j’ignorai en effet jusque là tout de cette technique, pourtant basique et indispensable à tout maître du feu. Mais heureusement, j’avais eu l’opportunité de combler cette lacune.
Par la suite, ma jeune professeure m’annonça qu’elle allait m’initier aux arts de la guérison. J’acquiesçai d’un simple signe de tête lorsqu’elle me demanda si elle pouvait utiliser mes Pokémon pour cette expérience. Après que Mizuki leur eut indiqué que c’était sans danger, BlackJack et Yuko acceptèrent sans rechigner de se laisser faire, mais Tétro accepta uniquement à la condition que cela fût bénéfique pour mon entrainement.

En revanche, je fus beaucoup moins serein lorsqu’elle m’annonça sa volonté de se blesser elle-même pour tester mes capacités : mes Pokémon étaient depuis longtemps habitués au combat et aux altérations de statut, mais un humain et à fortiori une demoiselle… Toute mon éducation et tous mes réflexes me hurlaient de mettre fin à cet exercice périlleux sur le champ, et tant pis pour ma formation. Cette dernière ne regardait que moi, et personne d’autre ne devait avoir à en payer le prix ! Mes Pokémon avaient librement choisi de me soutenir dans cette lutte, mais cette jeune fille… Non, personne ne périrait dans les flammes. Pas aujourd’hui !
Mais si… Et si jamais je me retrouvais justement confronté à un cas similaire, mais réel ? Si jamais j’étais justement incapable de soigner une personne qui en avait vraiment besoin ? Si jamais j’étais incapable de secourir Yuko, tout ça parce que j’avais refusé cet entraînement ? Non, si je voulais tenir la promesse que je m’étais fait à moi-même en me lançant dans cette aventure de toujours protéger les miens, je devais me plier à cet exercice.

J’observai sans mot dire, et en refoulant mes émotions, les Pokémon de Mizuki geler, endormir et paralyser les miens, puis bruler et empoisonner leur propre dresseuse. Une telle abnégation me laissait pantois. Mais surtout, vu les risques qu’elle consentait à prendre pour m’apprendre ce qu’elle savait, il était hors de la décevoir.
Une fois ma résolution prise, je dus faire un gros effort pour ne pas écouter mes instincts chevaleresques et me précipiter derechef au secours de la demoiselle. Si je voulais sauver tout le monde dans le temps imparti et sans avoir à utiliser les médicaments, j’allais devoir me servir de ma tête. Celle dont la situation était la plus périlleuse me semblait être BlackJack. En effet, n’étant pas un Pokémon des glaces, sa durée de survie avant hypothermie était de 15 minutes environ. Bien entendu, un Pokémon congelé par un laser glace ne restait jamais prisonnier aussi longtemps, mais tout de même, elle était la seule du lot dont la vie était potentiellement en danger. Venait ensuite Mizuki, qui, même si elle ne semblait pas risquer d’y laisser sa vie, semblait s’affaiblir de plus en plus à chaque seconde à cause du traitement horrible qu’elle s’était infligée. Venait ensuite Yuko, dont la paralysie n’était pas dangereuse, mais dérangeante et handicapante, puis Tétro, qui ne risquait absolument rien, plongé dans son sommeil. Il me fallait toutefois agir assez vite, avant que les effets de la poudre soporifique ne se dissipent d’eux-mêmes. Après tout, mon rôle était de le soigner.

Je commençai donc par m’accroupir auprès du cocon de glace qui retenait ma Miaouss prisonnière. En répétant l’exercice de respiration que m’avais appris la jeune Nalcienne, j’arrivai à repousser mes limites, et à créer une flamme plus grosse que d’habitude, de la taille de ma paume. Pourtant, cela ne fonctionnait pas ! J’arrivai à peine à faire couler quelques gouttes d’eau le long de la prison transparente ! Mais j’avais hélas toujours peur de ce qu’il pourrait se produire si jamais je lâchai la brie à ma maîtrise. Je pouvais certes agrandir ma flamme, mais elle risquait de tout brûler sur son passage… Brûler ? Mais oui bien sûr ! Si je n’y arrivais pas, ce n’étais pas par manque de puissance, mais parce que je ne m’y prenais pas de la bonne manière ! Il ne fallait pas essayer de brûler de la glace. C’était tout bonnement impossible ! Il me fallait la faire fondre. Et pour cela, je n’avais pas forcément besoin de plus de flammes… Il suffisait qu’elles soient plus chaudes.

Je reculai légèrement et me concentrai sur la boule qui rougeoyait au dessus de ma paume. Je n’avais pas besoin d’autant de feu. Il me fallait plus de chaleur. Plus de chaleur et moins de flammes. Tandis que je reprenais mes exercices respiratoires pour amener plus de chaleur à mes flammes, je me projetai mentalement l’image d’une flamme minuscule, mais qui concentrait encore plus de chaleur que mon orbe. Puis, sans me soucier des conséquences, comme dans un état second, de ma main gauche, je saisis la flamme à pleine main pour essayer de la modeler et de la rétrécir. Je ne m’arrêtai que lorsque j’obtins une sorte de mèche de quelques millimètres de large et de cinq bons centimètres de long pleinement alimentée par mon souffle régulier. Paré de cet outil, qui ressemblait plus à une pointe enflammée qu’à une flamme, je revins vers le bloc de glace et commençai à le découper littéralement. L’opération fut assez longue car je dus prendre bien soin d ne pas blesser ma Miaouss avec ma « lame » improvisée, mais j’arrivai de fait bien plus facilement à percer la glace, en utilisant une technique proche de celle des sculpteurs. Approximativement dix minutes s’étaient écoulées lorsque je touchai au but, libérant ma Pokémon. Aussitôt, elle vint se blottir dans mes bras, à la recherche de chaleur, mais aussi d’affection. Sachant combien ces marques étaient rares de la part de BlackJack, j’en profitais pleinement, mais je la sentais trembler contre moi . Visiblement, ma simple chaleur corporelle ne suffirait pas. J’invoquai alors à nouveau le feu au dessus de ma paume, et le maintint cinq bonnes minutes, le temps que le corps de ma Miaouss se soit rechauffé et arrête de trembler. Hélas, il n’y avait rien ici qui aurait pu me servir de combustible pour lui permettre de se maintenir au chaud, aussi me défis-je de mon manteau pour le lui passer sur son pelage humide. Je ne pouvais guère faire mieux pour l’instant…
Je pris néanmoins le temps de récupérer un petit objet qui allait m’être utile pour la suite, si le plan que je venais d’imaginer fonctionnait. Et ce plan impliquait une utilisation très précise de cette pointe ardente que je venais de créer. Je mis donc mes lunettes sur mon nez afin d’améliorer ma vue quelque peu défaillante. A l’orgine, j’avais pensé étouffer la chaleur qui consumait le bras de la jeune demoiselle. Mais je me rendis bien vite compte que malgré ma maîtrise, je n’avais aucun impact là-dessus, aussi expliquai-je mes intentions à ma formatrice :

« Je vais utiliser une pointe de flamme pour détruire les chairs brûlées de votre bras, puis pour cautériser le tout avec cette même flamme. Normalement, cela devrait simplement piquer un petit peu sur le coup, mais rien de trop douloureux. Toutefois, si jamais je vous fais le moindre mal, n’hésitez pas à me le dire. Je viens à l’instant de découvrir cette technique, et bien qu’elle me semble prometteuse, je ne suis sûr de rien concernant sa fiabilité, aussi n’hésitez pas à vous dire si je vous fais le moindre mal. En ce cas, j’utiliserai à la place une de vos décoctions. »


Et je me mis à l’ouvrage. De la précision. Surtout, ne pas trop se hâter : il serait bien plus dommageable pour la demoiselle que je la brûle en essayant de la soigner plutôt que je tardasse à le faire… Heureusement, avec mes lunettes, ma vue était suffisamment bonne pour me permettre de délimiter avec précision les amas de chair à détruire. J’invoquai alors ma flamme en suivant le même rituel gestuel et respiratoire, puis, délicatement, j’effleurai de ma pointe enflammée le bras aux endroits où la chair était endommagée. Mais il ne fallait surtout pas que j’aie la main trop lourde ! Je ne pouvais me permettre de brûler les chairs saines qui se trouvaient sous la brûlure ! Car Mizuki l’avait affirmée, ces plaies n’étaient que superficielles. Une fois mon travail terminé sur une zone, je cautérisais le tout en augmentant brusquement la température de la flamme. Je ne pouvais qu’espérer que Mizuki n’en souffrit pas trop. Mes soins achevés, le bras de la jeune fille était maintenant recouvert d’une chair rose pâle, caractéristique de la peau nouvellement formée. Mais cette peau était également fragile, aussi proposais-je :

« Si jamais une de vos plaies venait à se rouvrir, prévenez-moi immédiatement et j’y poserai un bandage afin d’y remédier »

Venait à présent le bras recouvert de toxine de la jeune fille. A la sueur qu’elle avait sur son front et aux légers tremblements qui secouaient son corps, je crus discernai qu’elle avait de la fièvre. Je n’étais pas médecin, mais j’avais entendu dire que la première chose à faire pour guérir un empoisonnement était de savoir comment la toxine agissait. Hélas, je n’en avais aucune idée… Fouillant dans mes souvenirs, je me souviens d’une phrase qu’avait prononcée mon médecin personnel lorsqu’il m’avait guéri d’une méchante fièvre. Contredisant mes certitudes à ce sujet, il avait affirmé :

« La fièvre est pareille au brasier d’Ho-Oh. Elle détruit par la chaleur le Mal qui nous ronge. »

Détruire le mal par la chaleur ? Les pointes ardentes me permettaient certes d’en générer, mais pas assez pour soigner tout un bras… A moins que j’en crée plusieurs simultanément ? Après tout, ces flammes étaient assez petites pour se loger sur chacun de mes doigts. Recommençant mes exercices respiratoire, j’arrivai à invoquer moyennant un effort conséquent cinq mèches enflammées sur chaque doigt de ma main. Mais il y avait un autre problème : le corps de Mizuki semblait déjà mal réagir au surplus de chaleur, et je comptais justement en rajouter… Fort heureusement, j’avais à disposition un élément tout indiquer pour contrer ce désagrément : je découpai avec ma pointe enflammée une partie encore intacte de la glace qui avait naguère retenu BlackJack et j’obtins ainsi un pain de glace de bonne taille, que je donnai à Mizuki en lui expliquant mes intentions :

« Mademoiselle, voudriez-vous avoir l’obligeance de plaquer ceci contre votre front ? Je vais à présent générer une forte chaleur autour de votre bras empoisonné, ce qui devrait en chasser les toxines. Toutefois, vous allez ressentir cette chaleur sous la forme d’une fièvre plus intense encore, aussi, utilisez cette glace pour rafraichir votre corps. Et je me mis à l’ouvrage, générant simultanément cinq flammèches effilées et extrêmement chaudes sur mes doigts. D’après certain guides sur les cautérisations et autres utilisation du feu dans le milieu médicales que j’avais lues, il fallait maintenir une forte chaleur pendant dix bonnes minutes pour « faire bouillir le sang et le purifier »
. Toutefois, vu les autres pratiques préconisées par ce livre, qui m’avaient paru es barbares, je ne maintins mes flammes autour de son bras que la moitié du temps recommandé. Une fois ceci terminé, je m’enqui de la santé de ma patiente : le « traitement », très expérimental avait-il été efficace ?

Puis vint le tour de Yuko. Elle aboya pour me saluer lorsqu’elle vit que c’était enfin son tour, mais plus faiblement qu’à l’accoutumée. La pauvre ! Après lui avoir assuré que son état ne durerait pas, je commençai par lui masser le corps, afin de repérer les points de tensions au niveau des muscles, autrement dit, là où la paralysie s’était manifestée. J’en repérai deux : un au niveau de la patte avant gauche, et l’autre au niveau des muscles du coup. Il est bien connu que la chaleur détend les muscles. Hélas, alors que je faisais apparaître mes flammèches ardentes pour réchauffer ses zones, je sentis avec mes doigts les zones de tensions se déplacer ! Bien sûr, il n’était pas si facile de se débarrasser de la paralysie ! Pour cela, je ne voyais qu’une solution : générer de la chaleur partout dans son corps en même temps. Et l’avantage était que j’avais à faire à un Pokémon de mon élément. Un Pokémon qui maîtrisait la Torche. Je commençai donc à lu faire des massages sur tout son corps, en augmentant graduellement la taille et la chaleur des flammes qui émanaient des mes mains. Avec elle, je savais que je pouvais relâcher mon contrôle : Yuko avait toujours réussi à absorber mes débordements flamboyants. Finalement, sa Torche s’activa et tout son corps s’embrasa, chassant cette tension. Mais à présent, elle avait dans son organisme une quantité anormale d feu, aussi lui intimai-je :
« Yuko, lance Flammèche ».
L’attaque, lancée dans le vide eut pour effet de rétablir son niveau d’énergie normal.

« Va réchauffer BlackJack, tu veux ? »
» lui demandai-je gentiment. Ma Caninos s’exécuta en battant de la queue et alla se frotter à la chatte, qui pour une fois, se laissa faire.
Il ne restait plus que le dernier de mes « patients ». A son sujet, une chose m’avait frappé d’emblée : la poudre dodo l’avait affecté. Or, jusqu’ici, j’avais toujours cru que ces poudres affectaient les Pokémon via leur nez et leur système respiratoire. Hors, le Zarbi semblait dépourvu d’orifice nasal. Mais en revanche, il devait forcément posséder un point de contact avec l’extérieur. Probablement de tous petits orifices répandus sur son corps. Mais un autre fait était intéressant : malgré son sommeil, le Zarbi continuait de flotter au dessus du sol. Ce qui voulait dire qu’une partie de ses pouvoirs psychiques s’exerçait indépendamment de sa volonté consciente… Donc il avait toujours un lien psychique et physique avec l’extérieur, lien que j’étais tenté d’utiliser pour le réveiller. Mais pour cela, j’avais besoin d’un objet…

« Mademoiselle, je vous emprunte votre fruit Willia, si vous le voulez bien. Il me sera utile pour réveiller Tétrocruchamoule, je pense ».


Un fruit pouvant dégeler n’importe quel Pokémon en quelques bouchées devait théoriquement contenir un fort pouvoir calorifique non ? Et puis, dans tout les cas, c’était le seul objet environnant que je pouvais utiliser comme combustible. Je le plaçai donc à proximité du Zarbi, puis j’y mis le feu grâce à ma maîtrise. Il produisit des flammes de taille respectable. Ce fruit était effectivement recommandé pur allumer un feu. Ces flammes affecteraient physiquement le Zarbi pendant son sommeil. Oh, elles ne le bruleraient pas, mais il sentirait leur chaleur. Maintenant, il me fallait réussir à communiquer avec lui par télépathie pour l’influencer psychiquement… En théorie, cela était possible, puisque ses pouvoirs psy fonctionnaient toujours, du moins en partie. Mais j’ignorais comment m’y prendre exactement, aussi comptais-je sur le stimulus physique pour renforcer ma « suggestion psychique ». Une fois le feu allumé, je m’assis à quelques mètre de mon Pokémon et, apaisant ma respiration, j’orientai mes pensées vers l’épisode auquel j’avais assisté dans le temple de Rehiram : la dévastation des ruines Zarbi par des fanatiques. Puis, je superposai à cette vision les flammes tirées de mon propre imaginaire cauchemardesque, afin de leir ces pensées à ma maîtrise. Si je ne me trompais pas, les sens psychiques du Zarbi, dans leur sommeil, se tendrait automatiquement vers des éléments qui leur était familiers, comme des souvenirs… ou une personne avec qui le Zarbi avait l’habitude de communiquer par la pensée, autrement dit moi. Quant à la vision qu’il allait découvrir dans mon esprit, j’espérai qu’elle le troublerait suffisamment pour qu’il se réveille. Mon plan était certes simple, mais il pouvait marcher. Pour plus de réalisme, je fis correspondre aux flammes que j’ajoutai dans ma vision le foyer que j’avais allumé à proximité du Zarbi. Ainsi, les flammes constitueraient une sorte de pont qui inciterait le Pokémon à sortir de son sommeil, puisqu’elles existaient à la fois dans le rêve et dans la réalité. Un peu comme lorsqu’on confondait un bruit onirique avec le bruit produit par quelqu’un qui venait de pénétrer dans votre chambre par exemple. Bien souvent, ce type de son avait tendance à vous réveiller. Je n’avais plus qu’à prier Sulfura pour qu’il en fût de même avec le Zarbi, tandis que je me repassai mentalement la scène du saccage, en y ajoutant les flammes.

Finalement, au bout de cinq minutes, le Zarbi sortit de sa torpeur en hurlant psychiquement :

« MAUDITS HUMAINS ! JE VOUS MASSACRERAI TOUS ! JE VOUS BRULERAI TOUS !! Hummm quoi ? Hm, veuillez m’excuser pour ce débordement
», enchaîna-t-il le plus naturellement du monde. Quand à moi, fourbu mais assez satisfait, je demandai à Mizuki :
« Et voici, mademoiselle. Cela vous convient-il ? »

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Mar 2 Sep 2014 - 15:08

Mizuki gémit. Elle avait surestimé ses résistances, et la double altération d'état l'affectait plus qu'elle ne l'aurait pensé. Mais elle observa patiemment Sylver s'occuper de ses Pokémon et elle-même, obéissant à ses recommandations comme s'il avait s'agit de son médecin, sans intervenir. Une fois qu'elle fut guérie, elle resta néanmoins affaiblie et enfiévrée. Pyros et Freezia s'approchèrent alors de leur dresseuse, respectivement pour la maintenir au chaud tout en faisant chuter sa température corporelle. Les mains gelées de son fantôme sur son front lui faisaient autant de bien qu'elles ne créaient d'inconfort, et ses bras étaient douloureux, mais elle ne voulait pas tenter quoi que ce soit avant que le Flamenois n'ait fini son exercice.

Ses méthodes de traitement étaient différentes de ce qu'elle aurait imaginé, si elle avait été maîtresse du Feu. En particulier, la technique utilisée pour réveiller le Zarbi était inattendue, bien qu'efficace. Mizuki n'était pas trop sûre de ce qu'avait fait le vieil homme. Avait-il simplement réchauffé son Pokémon ? Pourquoi alors l'avait-il fixé ainsi de longues minutes sans rien faire, assis comme s'il méditait ? Bah, peu importe. L'essentiel était la réussite totale de cette partie de l'entrainement.

La Nalcienne voulait réfléchir à la suite, mais ses tremblements ne s’apaisaient pas. Il lui fallut quelques instants pour réaliser qu'il ne s'agissait plus de frissons de fièvres, mais de fatigue. Le contre-coup de ses blessures s'exprimait par une faiblesse musculaire, d'où résultaient les infimes mouvements qui parcouraient son corps, et sur lesquels elle ne parvenait pas à agir. Néanmoins, elle savait comment changer ça. La Défenseuse sortit de son sac son accessoire fétiche lorsqu'elle pratiquait ses sorts de soin, un Encens Fleur. Habituellement, c'était Nymphéa qui gardait cet objet, dont le parfum semblait booster ses attaques de type Plante. Mais régulièrement, l'humaine s'en servait aussi, et elle l'avait gardé après avoir déposé sa Pokémon à la pension d'Arkan. L'objet avait prouvé son efficacité de nombreuses fois, mais pour ce soir, l'Élémentale décida d'y ajouter quelque chose. Elle ouvrit l'Encens et y déposa quelques gouttes d'huile d'Oran.

Puis, toujours assise en tailleur, elle commença à manier l'Air autour d'elle, afin qu'il traverse l’artefact, portant avec lui les essences et les parfums, ainsi que de petites particules de plantes. Il fallait ensuite que l'éther ressorte et dépose son chargement invisible et fragrant sur les corps à soigner ou à apaiser. Mizuki couvrit ses bras de ce bandage invisible, elle s'entoura de cette brise odorante et en inspira les effluves fleuries. Ce traitement ne soignait pas à proprement parler, il ne pouvait refermer des plaies ou stopper un saignement. Mais il détendait le corps et l'esprit et aidait l'organisme à s'auto réparer. La Nalcienne, après s'être occupée d'elle, diffusa le parfum sur une plus large étendue, si bien que tous les Pokémon purent en profiter, de même que Sylver. Ce soin dissipait la fatigue et réchauffait le corps et le cœur. Comme le vieil homme l'avait sans doute compris, tout ne passait pas par le nez et les poumons, mais aussi par l'épiderme. Aujourd'hui, le souffle qu'elle prodiguait était tiède. Parfois, elle pouvait le faire rafraîchissant.

Après une minute, la jeune femme cessa la danse mystique de ses bras. L'Air et les parfums, désormais libres et sans maîtres, s'évaporèrent au gré des vents. Sans mot dire, elle rangea son attirail dans son sac, puis consentit à exposer à Sylver sa technique.

"Ce que je viens de faire est une capacité fondée sur l'aromathérapie. Je suppose que vous en connaissez le principe : le soin par les parfums. Pour la fatigue ou les petites blessures, c'est idéal, car le corps seul peut se régénérer. Avec ces essences agréables, et en utilisant des ingrédients particuliers, comme l'huile de baie Oran dont je me suis servie, on le met dans de meilleures conditions pour qu'il le fasse vite et bien. En fait, sans cet accessoire, je ne suis pas vraiment capable de soigner... Contrairement à vous, ma maîtrise est plus orientée vers la protection que la guérison."

Mizuki ne considérait pas cette lacune dans ses connaissances comme réellement handicapante. Après tout, si elle faisait correctement son boulot, il n'y aurait personne à guérir ! Évidemment, en conditions réelles, on n'était jamais à l'abri de rien, et les gens comme Sylver devenaient alors indispensables.

Tandis que la pause se poursuivait, la main de Mizuki se posa par hasard sur l'épée qu'elle avait trouvé un peu plus tôt. Peut-être que le conteur saurait lui dire d'où elle provenait ! La Nalcienne n'y connaissait rien en armes, et avait vaguement reconnu les couleurs de son pays sur l'étoffe, mais était incapable de dire s'il s'agissait d'une lame d'un soldat du pays de l'Air, ou construite par un forgeron célèbre d'Alfen... Elle attrapa la garde du sabre et la montra au Flamenois.

"Dites, M. Kiplinger, sauriez-vous..."

Elle se sentit soudainement bizarre et ne parvint pas à finir sa question. L'étoffe de l'objet s'était enroulée sur sur bras, d'une manière tellement régulière qu'on ne pouvait l'expliquer par une simple chute du tissu. Mizuki n'arrivait plus à parler, elle se sentait lasse, comme sur le point de s'endormir, et s'évanouit. Cependant, son corps n'avait pas bougé d'un cil, elle était toujours assise, droite, les yeux ouverts, mais il n'y avait plus d'éclat émeraude dans ses iris ternes. En silence, la jeune femme se leva, tenant toujours son arme fermement, et la retira de son fourreau. L’œil au sommet de la lame s'ouvrit soudain.

"De l'énergie... Il me faut plus d'énergie... Plus de vie..."

C'était la Nalcienne qui semblait parler, mais sa voix était plus grave, plus sourde, et le ton utilisé très différent de ce qu'elle avait montré au cours de la soirée. Ses Pokémon ne comprenaient pas ce qui lui arrivait, mais la première à soupçonner un coup tordu fut Freezia, soudainement incapable de communiquer avec sa dresseuse par télépathie. Elle frappa le corps de la jeune fille d'un Vent Mauvais. Mizuki gémit - avec sa vraie voix, cette fois - et son corps s'affaissa sur ses genoux, avant de se relever, comme si de rien n'était. Elle s'était tournée vers son fantôme.

"On dirait... que tu veux l'achever... encore plus vite..."

Autour d'elle, un bouclier de vent s'était levé, la rendant intouchable. Seule l'épée sortait de cette protection. La raison en fut bientôt révélée, lorsque sa porteuse leva le bras bien haut, devant une Mystherbe terrorisée, pour l'abattre comme la faux de la Mort sur le petit être. La créature ne dut son salut qu'à l'intervention du Fantôme de Glace, qui l'écarta de la trajectoire de la lame à toute vitesse. Mizuki sembla légèrement contrariée d'avoir manqué sa cible, et se mit à la recherche d'une autre source de vie. Ce n'était pas ce qui manquait ici... Un vieil homme, quelques jeunes Pokémon... Sa possédée semblait assez résistante pour tenir le temps qu'il ait absorbé tout ça.

[Coucouuuuu Very Happy
- Tu as une Mizuki possédée qui veut taper tout le monde avec son épée trouvée par terre. Elle est protégée des attaques "matérielles" par une barrière de vent. En contre-partie, les attaques immatérielles (Psychiques par exemple) la frappe directement.
- Au cas où tu te demandes, au besoin, elle peut rentrer son bras dans sa barrière.
- L'indice pour cette partie : rappelle-toi qu'il s'agit d'une épreuve de Défenseur. La solution a donc peu de chance d'être "Allez, Yuki, Tetro, BJ, à l'attaque" Very Happy]

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Jeu 4 Sep 2014 - 23:11

Mon exercice de guérison terminé, la jeune demoiselle sortit de sa poche un objet étrange que j’identifiai comme étant un encens. Mais, étant n néophyte dans les arts de l’élevage Pokémon, j’ignorais duquel il s’agissait. Cependant, il répandit une odeur douce et revigorante dans toute la pièce qui revitalisa mes muscles épuisés. Apparemment, il en était de même pour tous mes Pokémon, qui ne souffraient plus du tout de leur altération d’état.

Mizuki m’expliqua ensuite les effets de son mystérieux charme, et je la remerciai pour ses soins, tout en mémorisant dans ma capricieuse mémoire les informations qu’elle venait d me donner. Ainsi, il existait des objets qui permettaient d’amplifier les pouvoirs de guérisons d’une personne… Existait-il des artéfacts similaires compatibles avec la maîtrise du feu ? Par exemple, certaines herbes contenues dans un récipient similaire à celui utilisé par la jeune fille pouvaient-elles être brûlées pour dégager des senteurs thérapeutiques ? Il faudrait que je lui pose la question une fois ses explications terminées.

Mais malgré ses soins, la demoiselle restait fébrile. De toute évidence, elle n’avait pas encore totalement récupérée de son épreuve. Soutenue par ses Pokémon, elle se promenait dans la pièce où nous étions, lorsque soudain, je la vis s’arrêter et fixer quelque chose sur le sol que je ne pouvais voir. Elle s’accroupit pour la saisir et lorsqu’elle se redressa, je vis la chose en question : il s’agissait d’une épée d’un peu moins d’un mètre de long, pour une dizaine de centimètres de large. Mes maigres connaissances en héraldique étrangères me permirent toutefois d’identifier le blason de Nalcia sur le tissu qui semblait relier la lame à son fourreau. Mais si je n’étais pas au fait de toutes les armoiries nalciennes, je possédai en revanche des connaissances assez étendues sur les lames, art que je pratiquais moi-même. Le forgeron qui avait fabriqué celle-ci était sans conteste un maître : la lame, malgré tout le temps qu’elle avait dû passer en ce tombeau, semblait aussi effilée que si l’on venait d l’affuter. J’ignorais en quel alliage elle avait été fabriqué, mais visiblement, la rouille et les autres ravages du temps l’avaient épargnée. Le fourreau finement ciselé confirmait l’impression de beauté meurtrière qui se dégageait de cette arme.

« Soyez prudent, seigneur Belister,
m’avertit Tétro. Je perçois comme une sombre aura qui se dégage de cette lame. Il serait dommage que vous mouriez si près du but n’est-ce pas ? Alors éloignez-vous d’elle ! »

Comme d’habitude, je ne relevai pas sa provocation. N’ayant pas ses pouvoirs psychiques, je ne percevais rien de suspect qui émanait de cette lame. En revanche, deux détails, hormis l’aspect miraculeusement intact de l’arme : tout d’abord, la poignée de l’arme, l’endroit par lequel on était censé la manier était étrangement petit et fin par rapport à l’épaisseur de la garde et de la lame de l’épée. Une jeune fille, comme Mizuki, pouvait saisir l’arme dans sa main sans problème. Mes doigts état plutôt fis, j‘aurais également pu y arriver. En revanche, les soldats avaient souvent de mains semblables à des battoirs, avec des doigts longs et épais, et je voyais mal une telle main maintenir sa prise sur une poignée aussi fine… Bah, le guerrier qui l’avait maniée, devait avoir de petites mains, tout simplement ! A moins qu’il ne se fut agi d’une épée féminine ?

Un autre détail me gênait au niveau des quillons de l’arme : ceux-ci étaient incurvés en forme d’arc de cercles concaves. Or, si une telle forme avait moins de chances de bloquer la lame ennemie qu’une garde droite et plane, une forme incurvée de la sorte ne déviait pas les coups mais au contraire, les attirait vers la lame, ce qui était le plus sûr moyen de l’abîmer. Cette lame n’avait donc pas été conçue pour la défense, mais pour l’attaque pure. Sans doute devait-elle être utilisée en conjonctions avec ses semblables, dans des tactiques militaires très spécifique, tel le glaive court flaminois, redoutablement efficace lors des attaques en bloc, où un mur très resserré d’hommes, de ong boucliers et de lames s’abattait sur l’ennemi. Les lames étaient conçues pour ne pas entraver les hommes lors des combat, elles sacrifiaient donc la portée à la maniabilité : avec une lame trop longue et une telle proximité, les soldats se seraient gênés pour manier leurs armes, d’où l’utilisation d’armes courte. Ce glaive était a seule comparaison qui me venait à l’esprit lorsque je contemplais cette arme mystérieuse.
Un autre détail, d’ordre esthétique, me chiffonnait : Ce cercle situé en plein centre de la garde. D’ordinaire cette place était réservée à l’incrustation de joyaux. Mais ce renflement métallique ne ressemblait pas du tout à une pierre de valeur…

Soudain, alors que Mizuki la saisissait, le tissu attaché à la poignée de l’épée s’enroula autour du poignet de la jeune fille. Avant que j’aie pu esquisser le moindre geste, il était solidement attaché à son bras. La jeune fille se releva alors et dit d’une voix d’outre-tombe, qui n’était manifestement pas la sienne, tout en dégainant la lame, dont l’œil, qui m’avait tellement intrigué, s’ouvrit :

"De l'énergie... Il me faut plus d'énergie... Plus de vie..."

Non ce ne pouvait tout de même pas être… Un Pokémon ?
La Momartik de la jeune Nalcienne essaya de secourir sa maîtresse en lançant une attaque Vent Mauvais. Mais elle ne fit que toucher sa maîtresse, qui s’affaissa avant de se relever, apparemment sans aucun mal. Toutefois, je frémis e l’entendant gémir à l’impact de l’attaque. Elle avait sans conteste était touchée mais l’épée hantée refusait visiblement d’abandonner. Et elle le signifia clairement à la Pokémon glace par l’intermédiaire de Mizuki :

"On dirait... que tu veux l'achever... encore plus vite..."

Visiblement, la Momartik était en proie au doute : elle voulait libérer sa maîtresse mais ne souhaitait pas pour autant lui faire du mal, et je la comprenais. Soudain, l’épée força la jeune fille à invoquer un bouclier de vent autour d’elle-même. Comme si les choses n’étaient pas déjà assez compliquées… Constatant que les Pokémon de la dresseuse étaient trop hésitant pour intervenir, j’écoutai mes instincts chevaleresque et me résolus à le faire.
Toutefois, cet adversaire semblait redoutable, aussi me devais-je d’estimer sa puissance. Je commençai par une simple flammèche, qui traversa sans mal le bouclier de vent, mais qui s’éteignit avant d’avoir touché la peau de la jeune fille. Cette flamme était juste une sonde, elle n’était pas là pour brûler. Bien, ainsi le bouclier n’était pas imperméable aux attaques élémentaires. En ce cas…

« BlackJack, lance Morsure sur cette épée ! »


De toute évidence, pour posséder ainsi les gens, l’épée était un spectre ou un Pokémon Psy. Une attaque Ténèbre aurait donc de bonnes chances de faire mouche dans les deux cas…
Mais j’avais sous-estimé la puissance de la barrière de vent, qui repoussa BlackJack, qui chargeait tous crocs dehors. Heureusement, l’agilité de cette dernière lui permit d’atterrir sans mal sur ses deux pattes, sans trop souffrir du choc.

« Il se trouve que ce Pokémon est de type Spectre et probablement Acier au vu de sa lame, intervint Tétrocruchamoule dans mon esprit. Cela pourrait vous intéresser je pense… Enfin, si vous êtes assez malin pour en tenir compte AVANT de vous faire transpercer… »

Bien. En effet, ces informations m’étaient précieuses. Car cela voulait dire que cette épée craignait le feu. Mais comment la toucher sans blesser Mizuki ? Un instant, je songeai à abattre la barrière de vent. Il me serait ainsi plus facile de viser l’épée et de fait, j’aurais moins de chance de frapper la jeune fille en dommage collatéral. Mais j’abandonnai rapidement cette idée car le seul plan qui me venait à l’esprit était d’utiliser la chaleur de mes petites flammes afin d’inverser le courant d’air géant qui entourait Mizuki… Mais cela ne ferait qu’attirer davantage les attaques vers elle.
Non, ce n’était définitivement pas la solution. Il me fallait d’abord séparer l’épée de son ôte. D’ailleurs, d’après ce qu’il avait lui-même dit, ce Pokémon cherchait à absorber son énergie vitale. Par conséquent, si j’arrivais à la séparer de la jeune fille, il tomberait rapidement à court d’énergie. Du moins l’espérais-je… Mais cela signifiait aussi que plus je tardais, plus Mizuki s’affaiblissait jusqu’à ce que… Non, je ne devais pas y penser ! Je devais tenter quelque chose !

Pendant ce temps, l’épée s’en prenait à ma Miaouss, qui esquivait tant bien que mal ses coups d’estoc et de taille. Yuko essayait de l’épauler en jetant des Flammèche, mais le spectre semblait prédire les trajectoires de ses attaques et il parvenait toujours à forcer Mizuki à les esquiver de justesse. J‘abandonnai aussitôt tout projet de lutte armée contre cette lame possédée. C’était de toute évidence un maître d’arme, et le corps de Mizuki était plus jeune, plus rapide, plus agile, et guère bien moins fort que le mien. Je ne tiendrais pas plus de quelques minutes face à un tel adversaire.

Ma seule issue résidait dans es flammes, puisque cet agresseur les craignait. Mais il ne fallait pas blesser la demoiselle. Et je venais justement d’avoir une petite idée que je transmis aussitôt à Tétro, qui la compléta judicieusement et l’approuva. Tandis qu’il diffusait mes consignes par télépathie à mes deux autres Pokémon, Yuko et lui s’éloignèrent de l’épée folle, tandis que Miaouss continuait à l’asticoter. Mes malgré ses excellents réflexes, elle avait déjà récolté trois zébrures sanglantes, heureusement superficielles .Une fois que Mister T lui eut transmis les instructions, je reculai lentement vers un coin de la salle, et avec un décalage, ma Miaouss fit de même, suivie par l’épée. Ici, entouré de murs, j’avais moins de chances de recevoir un coup en traître. Soudain, après une esquive particulièrement audacieuse, BlackJack, suivant mes directives, me sauta dessus et s’agrippa à mon épaule avec ses pattes avant, son torse situé juste sur ma poitrine.

Je devais agir. Maintenant. L’épée ne louperait pas une occasion aussi belle de supprimer d’un seul coup deux adversaires. Mais de fait, pendant une fraction de seconde, je fus en mesure de prédire son prochain mouvement, que j’anticipai. Je n’étais ni assez fort ni assez sur de moi pour créer un mur de flammes qui aurait protégé l’intégralité de ma personne, et BlackJack en prime. En revanche, je matérialisai sans trop de mal un cercle de feu grand comme deux fois ma paume à travers lequel l’épée s’engouffra. Lorsqu’elle réalisa le piège, il était trop tard. J’avais largement eu le temps, lorsque la lame était occupée par les acrobaties de ma chatte, de réchauffer l’air ambiant, pour le rendre plus facile à enflammer. Touchée, la lame maudite recula et BlackJack en profita pour se mettre à l’abri, prête à attaquer de nouveau si nécessaire.

Surprise par l’attaque, l’épée relâcha quelque peu son emprise sur Mizuki pendant quelques secondes. C’était plus qu’il n’en fallait à Yuko pour lancer une Flammèche auréolée de la Puissance Cachée de Tétro, tandis que mes deux Pokémon surgissaient de l’ombre. L’attaque psychique permit aux flammes de ne pas être déviées par le vent, tandis que ces dernières frappèrent l’épée au niveau de son œil, qui semblait être son point faible… Du moins l’espérais-je…

La lame hantée, cherchant à esquiver les flammes, fut forcée de lâcher Mizuki. Mais comme je l’avais craint, elle avait absorbé suffisamment d’énergie pour affaiblir la jeune fille, et surtout, se mouvoir d’elle-même et déjà, elle tentait de se rapprocher de sa victime pour la vampiriser à nouveau. Mobilisant mes forces flamboyante, j’érigeai un nouveau disque de feu identique au premier, amis derrière la lame, afin de protéger Mizuki de son emprise. Puis, avant qu’elle ne puisse réagir, je matérialisai des fils de feu qui partaient d’un disque pour rejoindre l’autre. Ainsi enfermée dans ce cocon de feu, l’épée était inoffensive… Mais pour combien de temps ?

Je compris avec effroi que venait de s’engager ce que j’avais essayé d’éviter jusqu’ici, une bataille basée sur l’endurance : si je faiblissais le premier, l’épée, toujours braquée sur mon cœur, n’aurait aucun mal à m’empaler. Mais si elle tombait la première à court d’énergie, alors elle tomberai au sol, entrant de fait inéluctablement en contact avec la paroi de feu du cocon, ce qui suffirait pour la mettre hors combat. Du moins, l’espérais-je…
Après plusieurs longue minutes, alors que j’étais de plus en plus harassé, convaincu que mon propre piège allait se retourner contre moi, l’épée chuta, traversa le rideau de feu et produisit un bruit métallique en tombant au sol. Relâchant ma concentration, je vacillai et le feu disparut. Loin de me réjouir, un horrible doute s’empara de moi ? Avais gagné ou s’agissait-il d’une ruse de mon adversaire qui n’attendait qu’un instant d’inattention de ma part pour mieux m’embrocher ? Mais hélas, je n’avais même pas le temps de me soucier de ça : il me fallait soigner de Mizuki de toute urgence !

[Voilà, comme je sais pas si tu as encore besoin de la Monorpale, je te laisse déterminer si elle peut encore se battre ou pas.]

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Dim 14 Sep 2014 - 15:33

Mizuki n'avait pas perdu conscience, en vérité. Elle était plus dans un demi sommeil, un état intermédiaire dans lequel elle n'avait plus d'énergie et ne parvenait pas à comprendre la situation sous ses yeux. Mais il lui devint vite clair qu'elle était coincée, que les actions qu'elle se voyait faire n'étaient pas les siennes, et qu'elle ne parvenait pas à les empêcher. Elle ne parvenait même plus à se synchroniser avec sa Momartik. La Lieuse ne savait pas, à cet instant, si c'était ça, où le fait qu'elle semblait être en train d'essayer de tuer Sylver et ses camarades, qui l'effrayait le plus. Ses Pokémon semblaient incapables de lui venir en aide, soucieux de ne pas lui faire de mal. Mystherbe s'était cachée derrière Freezia, terrifiée, le spectre cherchait le meilleur angle d'attaque, et Pyros redoutait de brûler une nouvelle fois la jeune femme. Les créatures du Flamenois avaient moins d'états d'âme. C'était une chance pour eux tous : l'immobilité n'était pas une alliée dans le cas présent.

Lorsque le maître du Feu usa de ses pouvoirs pour contre-attaquer la possédée, deux voix se firent entendre, deux gémissements de surprise teintée de douleur distincts. Mizuki reprit le contrôle de ses actions pendant un instant, se connectant de nouveau à son spectre des glaces. La combinaison des attaques de la Caninos d'une part, et un choc spectral créé par la Lieuse et sa Momartik de l'autre firent lâcher prise à l'épée hantée. Déséquilibrée, la jeune femme s'écroula, mais s'occupa malgré tout d'emprisonner la lame maudite sitôt qu'elle chuta, piégée par Sylver. Il n'y avait plus de craintes à avoir... Même si la chose n'était pas encore hors d'état de nuire, comme le prouvaient les tremblements qui l'animaient, elle était sous le contrôle de la jeune femme... et surtout de son spectre gelé. Mesure de précaution supplémentaire, Pyros la tenait en joue, prêt à l'arroser de flammes ardentes au moindre mouvement suspect.

Mizuki se laissa faire avec reconnaissance lorsque le mage de Flamen s'approcha d'elle dans le but de la soigner. Cette expérience, loin d'être la pire qu'elle n'ait vécu, l'avait épuisée sans qu'elle ne soit sûre de la raison. Cette arme... n'avait pas uniquement pris possession de son corps, elle avait aussi puisé dans son énergie. Sans s'approcher de la chose, cette fois, redoutant de ne pas être, une nouvelle fois, capable de se défendre face à ses assauts, la Nalcienne reposa sa question, à quiconque serait capable de lui répondre.

"Qu'est-ce c'est que... cette... chose ?"

Il y avait de nombreux Pokémon capables de prendre possession d'une épéé, ou d'un humain, parmi les créatures de type Psy ou Spectre, et d'autres connaissant des techniques pour absorber l'énergie de leurs victimes. La jeune femme ne pouvait affirmer qu'une chose ; il y avait du spectral dans cette histoire. Ses sens de Lieuse la titillaient. Peut-être que Sylver, ou leurs Pokémon, seraient mieux informés qu'elle, qui avait été sous l'emprise de l'ennemi tout le temps du combat. En tout cas, l'arme se tenait à carreau pour l'instant, même si ses mouvements de protestation donnaient l'impression étrange qu'elle était vivante...

[Petite pause syndicale pour se reposer et discuter Smile /me repasse en mode "RP simple"]

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Mar 16 Sep 2014 - 1:18

Epuisé par l’effort que je venais de fournir, je m’approchais néanmoins de Mizuki afin de m’enquérir de son état. La touchant légèrement pour m’assurer de sa santé, je m’aperçut qu’elle était gelée, aussi fis-je apparaître ma fine flamme dans le but de la réchauffer quelques peu, mais aussi de détendre ses muscles probablement endoloris par des manœuvre que son corps n’était sans doute pas habitué à effectuer… Elle devait à peu près être dans l’état dans lequel j’avais été après mon premier cours d’escrime, fourbu et fatigué, avec une faiblesse supplémentaire due à l’agression de l’épée.

Tandis que je m’affairai, elle me posa une question, me demandant si je savais quelque chose au sujet de cette lame. Aussitôt, Térocruchamoule, qui n’attendait que cette occasion pour faire parler de lui, lança :

« Cette lame est un Pokémon. Un Pokémon que je n’avais jamais vu auparavant, ni en vrai, ni dans les écritures Zarbies. J’en conclue donc qu’il s’agit soit d’une espèce de Tenkei, soit d’un des Pokémon qui est apparu à la fin de l’épisode de folie de Mewtwo. Etant donné que les Midgardiens n’auraient pas manqué de nous informer si une épée voleuse de vie sévissait chez eux, vu toutes les questions que nous leur avons posées, je penche pour la deuxième option. Ce Pokémon, dont j’ignore le nom, est de type acier, comme le montre sa lame, et spectre, comme le prouve le sale tour de possession qu’il nous a joué. Vous comprenez maintenant pourquoi j’exècre les spectres, maintenant, et ce, malgré votre intellect limité, non ? ajouta-t-il à mon intention.

Mais je continue. Malgré ses résistances, j’ai réussi à lire une partie de son esprit maintenant qu’elle est étalée au sol comme une vulgaire Limonde. Apparemment, cet épée aurait l’esprit d’un défunt. Ce serait… Le sanctuaire, le réceptacle de son âme. L’intellect humain est bien trop atrophié pour comprendre ce type de nuances, hélas pour vous. Toutefois, je n’ai pas eu l’heur de pousser plus en avant mes investigations, aussi ignore-je s’il s’agit d’un homme qui a péri en visitant cette tombe, d’un guerrier tombé au combat, ou d’un simple habitant de la région mort depuis des siècles.

Il y a eu une sorte de… fusion… faute d’un meilleur terme humain existant, et l’âme du mort a fusionné avec une épée, créant ainsi un Pokémon. Mais si le mort est décédé depuis un certain temps, cette fusion est, selon toute probabilité, plutôt récente puisque ces nouveaux Pokémon que personne, pas même les Midgardiens, n’avait encore vus, sont apparus il y a seulement quelques mois.

Sur ce, le Zarbi se tut, satisfait de sa tirade, nous laissant digérer ce qu'il venait de nous apprendre.
Je terminai de m’occuper de la jeune fille, puis j’allais ensuite examiner BlackJack qui avait toujours de longues estafilades sur son coprs très spectaculaires, quoique superficielles. Tandis que je m’occupais d’elle tant bien que mal, je demandais à Mizuki :

-Avez-vous jamais pratiqué l’art de l’escrime, mademoiselle ? Car si tel est le cas, vous êtes un des maîtres d’armes les plus doués qu’il m’ait été donné de rencontrer. Quoi qu’il en soit, je ne pense pas que cette épée soit excessivement dangereuse. Elle l’est, bien sûr, mais pas plus que certains Pokémon psy ou spectre erasiens aux capacités similaires, comme les Soporifik. Du moment que nous nous en méfions, il n’arrive rien de grave. Néanmoins, vous étiez déjà affaibli avant cette attaque, alors si vous ressentez la moindre faiblesse, n’hésitez surtout pas à me le faire savoir. De plus, je vous remercie infiniment pour tout ce que vous m’avez déjà appris, mais je pense qu’il vaut mieux mettre un terme à mon entraînement. Vous êtes déjà blessée et… Même s’il m’en coûte de le reconnaître, j’ai été incapable de vous protéger de cette attaque. Cet endroit est dangereux, et je refuse que vous risquiez votre vie pour moi…


-Pensez-vous que le monde sera plus sûr à l’extérieur ? Non, n’est-ce pas ? Et vous le savez ! Alors RETOURNEZ VOUS ENTRAINER ESPECE DE TIRE AU FLANC ! Hurla Tétro ! Comment voulez-vous protéger qui que ce soit si vous renoncez à la première difficulté !!
ajouta-t-il sur un ton radouci.

-Je… Je ne sais pas quoi faire, avouais-je.

Soudain, je sentis une pression au niveau de ma jambe droite. C’était Yuko qui s’appuyait dessus et qui voulait visiblement des caresses. Maisalors que j’abaissais lamain pour la câliner, elle commencça à me lécher les doigts, et à me pousser gentiment en avant. Voulait-elle elle aussi que je continue ?

-Vous voyez, même votre chien est d’accord avec moi !!!! S’énerva le Zarbi. Alors vous réveillez la morte et vous y retournez !
-Soit… Mais je ne le ferai qu’à la condition qu’elle accepte de continuer
!

Puis, me tournant vers Mizuki, j’ajoutai :

« Qu’en dites-vous, mademoiselle ? Souhaitez-vous poursuivre ? Je comprendrais tout à fait si vous ne le souhaitez pas. »
Ajoutais-je. Quoiqu’il en soit, la décision finale en revenait à Mizuki. Elle était ma professeure, après tout…

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Mer 24 Sep 2014 - 22:58

La chaleur prodiguée par M. Kiplinger faisait beaucoup de bien à Mizuki. La pièce, déjà fraîche un peu plus tôt, s'était considérablement refroidie maintenant que la nuit était tout à fait tombée, et l'absorption de sa force vitale n'avait pas aidé la jeune femme à aller mieux. Mais elle se réchauffait peu à peu, et reprenait des couleurs, soutenue par le vieil homme et ses propres Pokémon. Le Zarbi de son compagnon lui expliquait ses théories concernant l'épée animée. L'histoire des nouveaux Pokémon apparus récemment fit un écho avec ses souvenirs de ces dernières semaines : Mizuki avait déjà rencontré des cas simillaires, avec Témis et Lénos, ses Psystigri. Mais elle n'aurait pas pu imaginer que cette lame fût elle-même un Pokémon, et pas un objet contrôlé à distance par une telle créature. Mais il lui fallut se rendre à l'évidence : l'oeil sur l'arme s'ouvrit, un grincement moqueur s'en échappa. Et elle regardait la Lieuse, qui se tendit alors que Pyros grognait, prêt à mordre. Cependant, la créature ne bougea pas d'un pouce et n'essaya pas de se libérer ou d'attaquer. Il écoutait simplement la conversation. Quand à ce qu'il en pensait... La Nalcienne n'était pas capable de le dire.

Lorsque la lettre mouvante cessa de réprimander son dresseur, Mizuki se releva, souriante. Même si elle se sentait fatiguée comme après une longue journée d'entrainement, son esprit était réactif.

"Je n'ai jamais manié une arme de ma vie, mais je suppose que ce n'était pas le cas de... cette âme dont a parlé votre Zarbi. Ce Pokémon m'a entièrement prise sous son contrôle, mais je ne me laisserai plus avoir."

"Ooh ? Tu serais capable de me tenir sans te soumettre à mon pouvoir, petite demoiselle ?"

Mizuki se tourna vers l'épée, sans être réellement surprise de l'entendre "parler" à l'assemblée aussi simplement que s'il avait s'agit d'un Pokémon Psychique. Elle avait toujours cette petit voix grinçante qu'ils avaient entendue lors de son petit tour de passe-passe avec la dresseuse. Habitué qu'il était aux discours de son Zarbi, M. Kiplinger n'avait pas dû être choqué outre mesure non plus. Etonné, peut-être, du ton sarcastique et sûr de lui pris par l'objet vivant. La jeune fille ne lui adressa pas un regard, se contentant de répondre avec une intonation neutre.

"C'est un défi ?"

Si c'était le cas, il était stupide de tenter de le relever, et elle n'allait même pas s'y risquer. Même si elle savait reconnaître, et contrer dans une certaine mesure, l'aura de ce Pokémon, elle n'était pas suffisamment en forme pour y résister totalement. Et malgré le fait que tous connaissaient le point faible de la créature désormais, elle n'avait pas envie de revivre l'expérience de perte de contrôle sur son corps. Néanmoins, cette créature l'intéressait, et risquait de se montrer dangereuse s'ils la laissaient ainsi en liberté. La Nalcienne demanda donc à Freezia de créer un cocon spectral autour de la lame, pour la maintenir sous son contrôle. Ce ne fut pas bien difficile pour le fantôme, qui vit là l'occasion de prendre sa revanche pour le coup en traitre subi un peu plus tôt. Aussi prisonnier qu'il l'aurait été d'une camisole de force, le spectre inconnu était devenu inoffensif.

Après cet interlude, la jeune femme se concentra de nouveau sur l'épreuve de M. Kiplinger. L'homme n'était manifestement pas motivé par la continuation de son épreuve, tandis que son Zarbi, au contraire, l'encourageait vivement à poursuivre. Mizuki fit une moue. Elle n'était plus en grande forme, en effet, mais surtout elle ne savait plus trop quoi demander à son élève d'un soir. A son humble avis, ce n'allait pas être en une soirée qu'il allait obtenir les capacités nécessaires, soudainement, à protéger et guérir les siens. Il avait commencé les exercices en étant presque incapable de maîtriser, après tout ! Le Flamenois avait déjà fait de gros progrès. Il avait même été capable de la soigner et de les protéger, tous, d'une attaque ennemie.

"Vous savez, je ne sais pas trop ce que je peux vous apprendre de plus. Je ne suis moi-même qu'une apprentie dans ce domaine. Ce qu'il vous manque, je pense, c'est de la puissance et de la maîtrise pures ; et ça, personne ne peut les développer pour vous, et encore moins en une seule soirée. Il vous faudra de longues séances d'entrainement, seul, ou avec votre Caninos, elle sera parfaite pour vous aider !"

Mais tandis que Mizuki finissait son discours de motivation, la nouvelle épreuve qu'ils allaient devoir affronter se présenta d'elle-même, sous la forme d'un rugissement tonitruant. Manifestement, le chahut qu'ils avaient fait lors de l'épisode de l'attaque de l'épée avait réveillé et dérangé l'un des légendaires résidents de la Tombe de Gaïus. Le plafond se mit à trembler, et de gros blocs de pierre s'effondrèrent sur le groupe, contraint de sortir de la pièce, et se retrouvant à découvert, dehors, à la merci du vent vif de Nalcien... et surtout d'un jeune mais robuste Ptéra, toutes dents dehors.

Malgré la présence dominante de son élément, la Nalcienne sentit son souffle coupé un instant, choquée par cette vision d'un géant de pierre la menaçant. Même avec l'expérience qu'elle avait de la maîtrise de l'Air défensive, elle savait qu'elle ne pourrait pas protéger tout le monde d'un tel Dragon. La fuite était impensable aussi, connaissant la vitesse de ces fossiles vivants. Terrifiée, Mizuki était incapable de réfléchir, de même que Mystherbe, qui commençait déjà à s'enterrer dans le sol de frayeur, mais Pyros et Freezia, poussés par leur instinct, se préparaient déjà à réagir. De l'épée vivante, toujours sous le contrôle du spectre gelé, un grincement étrangement semblable à un rire moqueur semblait s'échapper.

[Tadaa ~ Vous avez, avec Mizuki, un Ptéra à affronter, dont le niveau est assez clairement loin au dessus du vôtre. La technique pour cette partie va donc être d'apaiser ou de faire fuir/effrayer la bestiole plutôt que de simplement vous défendre face à ses assauts, auxquels vous ne résisterez pas longtemps. Tous les coups sont permis même si, bien sûr, c'est l'élément qui doit être mis en avant le plus possible. Pour ton prochain post, je t'autorise à powergamer légèrement la team de Mizuki - et Mizuki elle-même - concernant votre défense, par exemple si tu es attaqué, tu peux faire intervenir quelqu'un pour te protéger si besoin. Dans le doute tu pourras toujours me demander si la réaction est cohérente ^^ Et si tu t'en sors sans, très bien aussi Smile]

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Sylver Belister le Dim 28 Sep 2014 - 2:25

-Je vois, répondis-je. En ce cas, soyez assurée que je vous remercie infiniment pour tous vos conseils et le temps que vous m’avez consacré. Et…
-Attention, un danger en approche !
Signala Tétro

Juste après qu’il ait transmis ces mots par télépathie, des blocs de pierre commencèrent à tomber du plafond. L’instant d’après, une grande partie de celui-ci s’effondra à quelques mètres de ma personne, laissant apparaître la gueule rugissante et garnie de croc d’un Ptera.
« Par Sulfura », jurai-je sous le coup de la surprise, mais aussi de la peur.

Car la bête, de bonne taille, semblait tout sauf amicale. A l’inverse, il semblait prêt à tous nous dévorer pour avoir envahi son territoire. Je fis un bon précipité en arrière tandis que le monstre amorçait un piqué droit sur moi, mais me réceptionnai mal et perdis l’équilibre. Je serais sans doute tombé, et aurais péri dévoré si Tétro ne m’avait pas rétabli in-extremis avec ses pouvoirs psy

« Vous me remercierez plus tard, enchaîna-t-il. Pour le moment, trouvez un moyen de vaincre ce monstre. Vous n’allez pas laisser cette file tout le travail ! De toute manière, elle ne pourra pas s’en charger seule ! Ses Pokémon donnent tout ce qu’ils ont, mais ils ne font que le retenir. Nous ne faisons que gagner du temps…
-Je… Je ne peux pas le vaincre,
répondis-je, effondré. Je… Je ne suis pas assez fort…
-BIEN SUR QUE NON ! JE VOUS L’AI DEJA DIT,me hurla-t-il mentalement, VOUS NE L’ETES PAS ET NE LE SEREZ SANS DOUTE JAMAIS. AVEZ-VOUS DEJA OUBLIE POURQUOI JE VOUS AI CHOISI ? JE L’AI FAIT PARCE QUE VOUS ETIEZ UN PEU PLUS MALIN QUE LA MOYENNE DE VOTRE ESPECE, ET JE VOUS INTERDIT DE ME FAIRE DOUTER DE MON CHOIX ! PRIMO PARCE QUE CE N’EST PAS LE MOMENT, ET DEUZIO, PARCE QUE JE NE ME TROMPE JAMAIS !!!!!!!

Dubitatif, je décidai malgré tout d’écouter la Tempête vociférante et de rassembler le peu de choses que je savais de ces créatures. A le voir attaquer les Pokémon de Mizuki depuis les airs, ainsi que Yuko et BlackJack, qui étaient venues leur prêter main-forte, j’approuvais les anciennes légendes qui décrivaient ces monstres comme les seigneurs des cieux anciens. De plus, le Pokémon de pierre était également incroyablement rapide en vol. Toute tentative de fuite basée sur la vitesse seule était donc raisonnablement à exclure. Un simple coup d’œil au combat en cours aurait suffi à n’importe qui pour affirmer que nous n’étions pas en mesure de le vaincre. Il ne restait qu’une seule solution : le forcer à partir, en l’effrayant par un moyen quelconque. Même si actuellement, aucun plan n’émergeait dans mon esprit…

Cependant, une évidence s’imposa bien vite à moi : le Ptéra profitait de sa position aérienne dominante. La première chose à faire pour affaiblir sa confiance était de lui retirer cet atout. Fort heureusement, il existait un moyen assez simple pour cela…

« Mademoiselle Mizuki,
criai-je, vous tous ! Vous ne pourrez pas le battre à découvert, il est bien trop avantagé dans les airs ! Repliez-vous vers le couloir ! A terre, il sera moins rapide et perdra l’avantage tactique de sa position élevée ! »

Le couloir en question faisait un peu moins de deux mètres de haut, soit environ la taille de notre agresseur aux ailes de pierre. Ce dernier aurait donc du mal à passer. Je demandai à Tétro, qui était resté à mes côtés de relayer mon message par la pensée pour être sûr que tout le monde l’ait entendu. D’après l’embryon de plan qui commençait à se former dans mon esprit épuisé, notre survie dépendait essentiellement de notre capacité à rester groupé et à agir en faisant preuve de coordination.

Aussitôt mon message émis, je me dirigeai le plus vite possible vers le couloir par lequel j’étais entré dans cette salle, suivi de tous mes Pokémon, ainsi que de ceux de Mizuki et de leur dresseuse. A l’entrée du passage, j’avisai un trou dans le mur de gauche, au niveau du sol, d’une vingtaine de centimètres de haut, sans doute foré par le passage des ans.
Aussitôt, ma stratégie se compléta, intégrant cet élément.

« Yuko, BlackJack, venez, je vais avoir besoin de votre aide. »


Mes deux Pokémon s’approchèrent de moi, afin que je leur explique mon idée. Peu après, elle se mirent en position, tandis que le Ptéra, qui avait été un moment désorienté par ce passage fort étroit pour lui, décida de se courber légèrement pour pouvoir passer et nous donner à nouveau l’occasion pour admirer ses magnifiques crocs. Mais tandis qu’il passait à la hauteur de Yuko, ma Caninos lui lança une attaque Flammèche en visant son visage. Cette dernière était bien trop faible pour lui faire le moindre mal, mais elle eut néanmoins l’effet que j’escomptais : elle détourna son attention, et le monstre de pierre braqua ses yeux sur Yuko.

Je demandais alors à Tétro par la pensée de faire passer un message aux Pokémon de Mizuki : ils ne devaient rien tenter avant mon signal. En effet, il ne fallait surtout pas attirer le monstre, qui était occupé par ma Caninos. Rugissant sous le coup de la colère, et sans doute outré qu’une si petite proie ait osé l’attaquer, le monstre se plia en deux pour tenter de la mordre. Mais BlackJack, qui se trouvait déjà dans le trou, tira d’un coup sec sur les pattes arrière de ma Caninos, la précipitant ainsi dans l’orifice, hors de portée de la redoutable mâchoire. Parfait. C’était l’instant que j’attendais.
Les Ptéra avaient deux ailes immenses qui leur conféraient un avantage essentiel quand ils évoluaient dans les cieux. Mais sur terre, et particulièrement dans les espaces confinés comme celui-ci, leurs larges appendices les handicapaient plus qu’autre chose, et ils devaient en permanence les garder replier sous peine de rompre leur équilibre bipède assez précaire. Mais en voulant attraper Yuko, le Ptéra se pencha dangereusement en avant, amenant ainsi ses ailes au-devant de son corps, dans une position où il me serait plus facile de le déséquilibrer.

J’avais eu, grâce à cette petite diversion, tout le temps nécessaire pour respirer et focaliser mon pouvoir. Aussi fis-je apparaître mes fameuses cordes de feu, dont je m’étais servi face à l’épée hantée et les envoyai s’enrouler autour des pieds du monstre. Pas un instant, je ne songeais avoir la force nécessaire pour terrasser ce robuste Pokémon en tirant dessus seul. Aussi, je demandai comme prévu aux Pokémon de Mizuki de l’attaquer. Je comptais avant tout sur la chaleur et la brulure pour le déstabiliser. Le faire chuter n’était pas mon objectif principal. Le désarçonnait et le bruler légèrement servirait amplement pour la suite de mon plan.

Car je ne disposai peut être pas d’une force herculéenne, ni de la puissance ardente du tout puissant Sulfura, mais comme l’avait sous-entendu Térocruchamoule, j’avais pour moi l’intelligence suffisante pour me tirer de ce genre de situations. Mais j’avais également autre chose, qui m’avait toujours permis de me tirer de ce type des mauvais pas : des alliés. Et des amis. Et cette fois-ci, je n’aurais pas à lutter contre Mizuki, puisqu’elle était à mes côtés. Mais elle était affaiblie…
Finalement, sous l’effet combiné des attaques, des liens et de la brulure, le Ptéra s’effondra au sol, sur le côté. Oh, pas pour longtemps, à peine tombé, il se débattait déjà pour se remettre debout, mais comme prévu, ses immenses ailes le gênait dans ses mouvements.

Avec un peu de chance, j’avais déjà instillé dans son esprit une certaine méfiance vis-à-vis du feu. J’allais maintenant devoir jouer là-dessus pour tenter de l’effrayer… Je commençai alors à invoquer une myriade de boule de feu de taille moyenne, qui se posaient un peu partout sur le sol. En elles-mêmes, elles n’avaient rien d’effrayant, et je fus bien vite confronté à un problème de taille : j’étais tout bonnement incapable d’en invoquer et d’en maintenir assez pour mener à bien mon plan ! Les épreuves précédentes m’avaient trop affaibli…
Alors que mes flammes vacillaient, Tétro me lança :

-Je crois que j’ai compris ce que vous faites. Ne vous occupez pas de jeter vos flammes ! Contentez-vous d’en invoquer une seule et de la maintenir !

Je n’avais plus ni le temps, ni l’énergie de douter, aussi fis-je ce qu’il me demandait : j’invoquais une seule flamme de bonne taille dans le creux de ma paume. Tétro lança alors une attaque Puissance Cachée sur cette même flamme, ce qui eut pour effet de répandre des flammèches un peu partout. C’était… brillant ! Exactement ce que je comptais faire !

Mais ces petites flammes ne suffiraient pas à effrayer le mastodonte de pierre, qui ne semblait pas non plus indisposé par les attaques dont il était victime. Mais il me restait une dernière carte à jouer. La plus importante de toute…

« Mademoiselle, je vous en prie, pouvez-vous s'il vous plait utiliser votre maîtrise du vent pour amplifier mes flammes ? Il devrait y en avoir assez pour créer un mur enflammé assez spectaculaire. J’espère que cela suffira à effrayer notre agresseur… »


Bien sûr, la couche de flamme dudit mur ne serait que superficielle. Mizuki et moi-même étions bien trop affaiblis pour ériger un obstacle capable de résister aux assauts du Pokémon fossile. Je comptais avant tout sur l’avantage psychologique pour le faire fuir et retourner vers les cieux, son domaine, dans lequel le feu était peu présent. Cette méconnaissance de mon élément de la part de notre assaillant pourrait aussi jouer en notre faveur.

Hélas, je n’avais plus qu’à espérer que cette petite ruse l’effraierait vite, car comme me l’avait appris Mizuki, ni le feu ni le vent ne perduraient une fois que ceux qui les avaient appelés retiraient leur pouvoir. Aussi, si le monstre ne partait pas tout de suite, la supercherie serait vite éventée… Je ne pus m’empêcher de remarquer l’ironie de la situation : ce feu, qui m’avait fait tant de mal et me terrorisait était aujourd'hui le dernier espoir qui me restait pour demeurer en vie…

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1780

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Mizuki Ana le Sam 11 Oct 2014 - 23:50

Trop heureuse de voir que quelqu’un maîtrisait la situation, Mizuki suivait à la lettre les directives de M. Kiplinger: lorsqu’il lui cria de retourner à découvert, dans la tombe, la jeune fille lança une ultime diversion, un Jet de Sable, puis attrapa Mystherbe avant de se ruer dans le temple, suivie par Pyros et Freezia, ignorant et esquivant tant que possible les morceaux de plafond qui s’effondraient. Loin de se décourager, le monstre s’engouffra à leur suite, malgré le handicap causé par l’espace réduit et ses grandes ailes désormais inutiles.

Une nouvelle fois, le Flamenois prenait les rênes. Via son Zarbi, il indiqua à Mizuki et son équipe de ne pas agir, afin de leur permettre de mettre leur plan en place. La jeune fille ne comprenait pas trop quel genre de plan nécessitait de mettre ainsi en avant, et donc en danger, la petite Caninos qui pouvait difficilement tenir tête au Ptéra, mais elle obéit. Malgré tout, elle restait prête à réagir en cas de pépin. Néanmoins, la diversion fonctionna sur le Dragon aussi bien qu’elle avait leurré la jeune femme. Le chiot de feu disparut de leur vue, échappant de peu au coup de mâchoire. Le Ptera s’en retrouva surpris, mais surtout en équilibre très précaire qu’un rien pouvait rompre. Aussi, lorsque le vieil homme leur redonna la permission d’attaquer, l’équipe s’en donna à cœur joie. Mizuki, Freezia et Mystherbe agirent de concert pour envelopper la créature d’un vent poussiéreux et empli de spores paralysant ou énergie spectrale. Pyros imitait le maître du Feu et attaquait avec leur élément. Mais cela ne faisait pas reculer le Pokémon, et le blessait à peine.

Ce fut la lettre mouvant de son compagnon qui inspira la dresseuse. Le Feu ne blessait pas suffisamment la bête pour espérer l’achever avec, mais les flammèches qu’on lui projetait dessus semblaient pourtant l’effrayer. Mizuki fit apparaitre sa Natu qui vint se percher sur sa tête, visiblement prévenue du capharnaüm. Lorsque M. Kiplinger lui demanda d’amplifier le Feu avec le Vent, elle souriait et ses yeux se teintaient déjà de bleu.

« Je peux faire mieux que ça, si Pyros, votre Zarbi et votre Caninos m’aident. »

Utiliser son élément, l’Air, était trop aléatoire dans cette situation. L’atmosphère était pleine de poussière, menaçant d’exploser, et une bourrasque trop puissante aurait pu avoir l’effet inverse et éteindre la flamme plutôt que l’alimenter. D’un signe, elle demanda à son Pyroli d’assister l’Élémental et de créer du Feu, tandis qu’aidée de Latu, elle le maîtrisait. Bien entendu, on ne pouvait pas parler de maîtrise comme un Flamenois l’entendait. Il s’agissait de forces psychiques dans son cas. Les flammes, alimentées par les créatures et M. Kiplinger, étaient soumises au contrôle mental de la Lieuse et prirent une étonnante couleur bleutée sur leur extérieur. Avec le soutien des Pokémon Psy, elle modelait comme de la pâte la source de lumière et de chaleur en une créature similaire au Ptéra. L’illusion était imparfaite mais semblait faire son effet – la créature fit un pas en arrière, puis un autre…

« Yahaha ! »

L’épée mouvante, que tout le monde avait oubliée avec l’arrivée du monstre de Roche, fit une nouvelle apparition derrière le Ptéra, flottant au-dessus de lui telle Damoclès. Mais plutôt que de se tourner une fois de plus contre le petit groupe, elle préféra tomber et s’enfoncer dans la peau rocailleuse de leur adversaire, le faisant rugir de douleur. Tandis que le monstre s’affaissait et s’affaiblissait, la lame, au contraire, semblait se régénérer, son étoffe tourbillonnant au bout de sa garde comme les cheveux d’un maître élémental déchaîné. Bientôt le Pokémon s’effondra, vaincu, vidé de son énergie vitale – mais toujours vivant, au premier coup d’œil, et la créature d’Acier s’extirpa du corps de sa victime.

« Aaah… Me voici rempli d’une telle force vitale… »

Mizuki n’aimait pas trop le regard que semblait leur lancer l’œil unique du Pokémon. Allaient-il devoir l’affronter une nouvelle fois, mais au meilleur de sa forme ? Non, cette fois-ci, la créature ne semblait plus vouloir s’opposer à eux. Il se rangea d’ailleurs lui-même dans son fourreau qu’il tenait par son étoffe. Vision étonnante de la part d’une épée. Mizuki s'attendait presque à la voir se tapoter le "ventre" d'aise, tant elle semblait repue.

_________________
~

1 RP Simple - 0 RP Supervisé - 0 RP Superviseur
avatar
Mizuki Ana
Modo' • Respo Flamen
Informations
Nombre de messages : 2122

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Épreuve de Défenseur [Sylver]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum