[ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Rey Kinomoto le Sam 18 Déc 2010 - 13:03

Episode Deuxième : Un voyage plein de surprise....

Contrainte => insister sur la psychologie du personnage



Kashim, ramassé sur lui-même, déploie ses ailes. Instinctivement, je cale Hepha entre mes bras et je passe ces-derniers autour du cou du Libegon. Puis Kashim donne un premier coup d'ailes... Puis un deuxième plus puissant.... Et lors du troisième, il se propulse en même temps avec ses pattes postérieurs, luttant si soudainement avec la gravité que cette dernière ne peut empêcher le pokémon de s'élever de plus en plus à chaque battement de ses ailes puissantes.

Ecrasé à chaque nouvelle prise d'altitude, j'ai l'impression que ça ne va jamais finir et que s'il monte trop je vais mourir écrasé avant d'être asphyxié par le manque d'oxygène en haute altitude.... Sonné par cette ascension brutale, je ne m'aperçois pas tout de suite que mon transporteur écailleux s'est mis à faire du surplace et qu'il m'observe d'un œil amusé.

Je me redresse doucement, absolument pas en confiance, et vois son air amusé.

* Toi, mon bonhomme, tu ne perds rien pour attendre.... *

[i]A bout de souffle, je cherche à calmer ma respiration saccadée en jetant un œil sous moi. Belle erreur de ma part.... Comment puis-je espérer calmer un cœur qui bat la chamade en lui offrant une ville vue du ciel ? Le résultat est un nouveau bond de mon pauvre organe vital dans son coffre d'os et de chair, suivie d'une poussée d'adrénaline je suppose vu qu'il repart de plus belle, faisant pulser le sang dans mes tympans.

Quelle vue magnifique.... Je n'aurai jamais imaginé que la région de Flamen était si belle vue du ciel. C'est au dessus de tout ce que j'imaginais....

Juste en dessous de moi s'étend la ville que je viens de quitter, Omatsu. Le quartier générale de la puissance militaire flamenoise est vraiment gigantesque quand on le compare à Otaï, mon village natale. On pourrait le faire rentrer en entier 6 ou 7 fois largement au sein de la muraille de pierre volcanique entourant le Rubis Flamenois. Je ne m'attarde pas sur les détails des fortifications, n'ayant pas particulièrement envie de devoir me justifier devant le capitaine de la garde.


- C'est vraiment magnifique.... T'es pas d'accord Hepha ?
- Hériceeeeeendre !!! jappe le petit pokémon installé devant moi.
- Hey ! Kashim ! C'est tout ce que tu sais faire ?
- Liiii !! crie le Libégon indigné.
- J'espère bien !! Allez, montres moi ce que tu as dans le ventre !!

Le pokémon à la fois de type sol et dragon fais pivoter sa tête dans ma direction et ouvre grand la gueule... L'air de dire : « Tiens, je te montre ce que j'ai dans le bide ! »... Puis il s'esclaffe comme un Libegon peut s'esclaffer et est suivi par mon Héricendre.

- Ah c'est malin tiens ! dis-je en ne pouvant retenir le sourire qui cherche à étirer mes lèvres. Si vous avez fini de faire les zouaves, on pourrait ptete y aller, non ?

La seule réponse que m'offre Kashim est un « LIBEGOOOOON !!! » accompagné par deux battements d'ailes rapprochés. Le pokémon volant s'incline légèrement et s'immobilise.

Ne sachant pas vraiment ce qu'il attend, je coule un regard vers Hepha qui me le rend, tout aussi nerveux et impatient que moi.


* Mais qu'est-ce qu'on attend comme ça ?.... Peut-être qu'il attend une indication sur la direction à suivre... *

Me sortant de ma réflexion, Hepha tire sur mon polo. Dès qu'il s'aperçoit qu'il a attiré mon attention, le petit pokémon hérisson commence à s'agiter dans tout les sens, comme s'il essayait de me faire comprendre quelque chose.

- Je comprends rien à c'que tu racontes Hepha !! Et cesse de t'agiter, tu vas tomber !

Voulant le calmer un peu et surtout l'immobiliser, le pose ma main sur la tête de mon Héricendre. Soudain, une étrange sensation m'envahit la main. C'est comme s'il y avait une rivière sous ma main... Non plutôt comme s'il y avait un flot continue dans la tête d'Hepha...

Me rappelant ce que m'avait dit il y a quelques jours le professeur Hitoshi sur les pouvoirs d'Elémental, je tilte sur une information en particulier qui est apparu dans la conversation.


* Le professeur Hitoshi m'a dit que la plupart des Elémentaux apprennent à maîtriser leur pouvoirs en visualisant les lignes de puissance qui correspond à leur élément dans la nature. *

* Il a aussi ajouté qu'en tant que Elémental de Feu, mon pouvoir serait plus fort à proximité d'une source de chaleur naturelle, mais aussi que je ne pourrai pas puiser de l'énergie si je n'en ai pas à proximité. Tout cela à cause du fait que, au naturel, les lignes de puissances élémentaires pour le feu sont les veines de magma courant sous la croûte terrestre..... Super... *

* En y réfléchissant, si je peux visualiser les veines magmatiques naturelles, je peux peut-être visualiser les veines de puissances des pokémons de type Feu, vu que ces derniers sont issus de la nature elle même... Ça coûte rien d'essayer.... *

Fermant les yeux, je fais le vide dans mon esprit pour faire appel à l'énergie qui coule à l'intérieur de mon corps et j'en concentre une petite partie au niveau de mes yeux. Puis je les ouvre de nouveau. Et là, une nouvelle vision du monde s'offre à moi !

Devant moi, Hepha est devenu un maelström d'énergie élémentaire et lorsque je regarde ma main, je m'aperçois que la même énergie, en certes moins grande quantité, coule dans mes veines d'humain. Je jette un oeil vers le sol par simple curiosité et je remarque les fines lignes brillant d'une couleur rouge « lave » qui filent à travers Omatsu et qui prennent la direction du volcan situé sur la terre de Flamen. Lorsque je repose mon regard sur Hepha, je me rends compte que son énergie vibre au diapason de la mienne, mais qu'elle semble troublée par quelque chose.


- Hepha ? Qu'est-ce qu'y a ? Ça va pas ? m'exclamai-je en posant la main sur sa tête.

Et c'est alors que tout bascule devant moi et que ma vision se trouble. Une série d'image apparaissent devant moi, montrant tour à tour Kashim tournant en rond, puis moi faisant apparaître une boule rouge devant Kashim, et enfin ce-dernier suivant la boule rouge et arrivant au dessus d'Otaï. Puis tout bascule à nouveau et je retrouve alors ma vision naturelle.

Reprenant peu à peu mes esprits, j'essaie de comprendre ce qu'il vient de m'arriver en émettant bon nombre d'hypothèse plus farfelues les unes que les autres.... Il n'y a qu'une seule explication plausible : je viens de connecter mon esprit et celui de mon Héricendre. J'ai ainsi pu voir ses pensées.

Hepha, qui me fixe depuis un bon moment maintenant, incline la tête sur le côté d'un air de dire : « Eh bien ? Tu as vu ce qu'il fallait que tu fasses... T'attends quoi ? Le déluge ? ».... Bon quand faut y aller, faut y aller !! Je ferme les yeux une nouvelle fois et je replonge dans l'état que j'avais avant d'entrer dans l'esprit de mon compagnon cendré. Une fois mon énergie interne trouvée, j'en concentre une partie au bout de ma main droite.


- Kashim ! Je vais faire apparaître une sphère rouge devant toi ! Tu vas devoir la suivre, ok ?
- Begooon !

Et j'embrase donc mon énergie, faisant apparaître une sphère incandescente au creux de ma main. Puis j'appelle à ma vision l'image de mon village natale, et projette la sphère devant moi. Cette dernière fuse droit devant nous et Kashim se lance à sa poursuite.

Je ne m'en rends pas compte, mais le crépuscule pointe déjà le bout de son nez. Malheureusement pour moi, je ne peux pas relâcher la tension histoire de l'observer et de graver la vision du territoire Flamenois baigné dans une lumière crépusculaire au fond de ma mémoire.

Après plusieurs de vol à très haute altitude et très haute vitesse, durant lesquelles je n'ai eu de cesse de diriger la sphère vers mon village, ce-dernier fait enfin son apparition au milieu du désert. Repérable par les multiples braséros répartis dans l'ensemble du village, Otaï contraste avec l'obscurité glaciale du désert l'entourant. Avec une dernière poussée, je propulse la sphère vers la fontaine au centre de la place principale du village. Et Kashim change de trajectoire pour suivre son guide lumineux et pique donc vers le sol.

Alors que la sphère s'abîme dans l'eau de la fontaine et disparaît d'un « plop », Kashim redresse soudainement et bats fortement des ailes pour freiner sa descente rapidement. Il finit par se poser au milieu de la place juste à côté de la fontaine.

Ankylosé par le voyage, je glisse du dos de Kashim plus qu'autre chose et m'étale sur le sable. Je me redresse péniblement et m'époussette le pantalon avant de recevoir sur l'épaule mon petit compagnon tout feu tout flamme. Légèrement déçu de ne voir personne pour mon arrivée, je percute qu'ils doivent tous être couchés vu l'heure avancée de la nuit qu'il est.

Entrainant Kashim à ma suite, je me dirige vers l'une des maisons situées sur le bord de la place et frappe à la porte en voyant les lumières encore allumées...... Soudain la porte s'ouvre en grandet Hepha eut juste le temps de grimper sur ma tête avant que deux bras m'entourent le cou et que la propriétaire de ces bras s'y pende.


- Je suis rentré Sakura...
- Bon retour chez toi, Rey !!
-..... Bonsoir fiston....

Tels sont les mots que prononce l'ombre apparue dans l'encadrement de la porte quelques secondes plutôt.

- Bonsoir, papa...

Desserrant l'étreinte de ma sœur, je la repousse légèrement pour avoir une vue d'ensemble sur cet événement si rare : nous sommes tous les trois réunis.

Ma soeur, copie conforme de moi au féminin, chevelure plus longue et poitrine en plus, debout à côté de notre père. Cela fait plus de deux mois que je n'ai pas vu un tel spectacle.

Soudain, le bruit de grattement derrière moi me rappelle la présence de Kashim et d'Hepha posé sur ma tête.


- Papa, Sakura, voici Kashim ! C'est le Libégon du professeur Hitoshi et c'est lui qui m'a permis de rentré aussi vite. dis-je en désignant le pokémon derrière moi. Et voici Hepha ! Mon nouveau compagnon ! enchainai-je de plus belle en faisant descendre le petit pokémon de son perchoir.
- Nous t'attendions pour fêter ton retour, ainsi que tes nouveaux titres.
- Mes nouveaux titres ?
- Bah oui gros bêta ! Tu es devenu un Dresseur Pokemon... Mais tu es également le premier Elémental de la famille depuis plusieurs génération !

Et c'est ainsi qu'après avoir remercié encore une fois Kashim et l'avoir vu repartir en direction d'Omatsu, j'entre dans notre maison et fait la fête avec ma famille pour fêter mes nouvelles attributions.

Je profite aussi de ce moment pour parler avec mon père de ce que le professeur Hitoshi a découvert sur le fossile, mais également de l'avancement des fouilles. J'apprends également par ma sœur qu'un l'un des Caninos des voisins vient de donner naissance à une petite famille et qu'elle a besoin d'aide au magasin pour accueillir les clients à cause des nouvelles fourrures que nous avons reçu et qu'ils faut transformer. Elle m'annonce aussi que le village va recevoir demain la visite de deux jeunes demoiselles convoquées pour passer une épreuve dans le désert, pas très loin du village et qu'il a été interdit aux villageois de fournir la plus petite aide à ces deux voyageuses tant que leur épreuve n'ait pas terminée.

Mon père m'apprend qu'il retourne sur le site de fouilles dès demain à la première heure avec Toboe et Feunard, mais qu'il n'a plus besoin de mon aide maintenant. C'est donc à contre cœur que j'annonce à ma sœur que je tiendrai la boutique demain le temps qu'elle finisse les vêtements de la nouvelle collection.

Voyant mon état dépité, mon père me reparle de sa jeunesse et du fait qu'il est maintenant temps pour moi de quitter le nid pour découvrir le monde, de rencontrer de nouvelles personnes, de visiter de nouveaux lieux...


- .... Et qui sait.... Tu découvriras peut-être des ruines qui te feront te sentir chez toi. Ce jour là, tu remercieras le destin de t'avoir conduit jusqu'ici..... Fais-moi confiance, mon fils.... Le monde est vaste.... Tu as énormément de chose à découvrir et de gens à rencontrer !

C'est sur ces bonnes paroles que nous sommes allés nous coucher. Mais je n'ai pas trouvé le sommeil et j'ai passé une bonne partie de la nuit sur ma fenêtre à méditer à ce que mon père venait de me dire, en observant l'immense voute céleste clairsemée d'étoile...
[/i]
avatar
Rey Kinomoto
Informations
Nombre de messages : 48

Fiche de personnage
Points: 31
Âge du personnage: 15
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Kairy le Jeu 23 Déc 2010 - 0:13

La ville d’Otaï semblait plus accueillante maintenant le soleil descendait à l’horizon et Sunshine d’un côté et ma jeune amie de l’autre nous avancions vers la ville. Le soleil semblait amorcer sa course descendante et commençait à s’allonger sur le paysage, ses rayons déjà moins présents on sentait la température baissée après la canicule de la journée.
Nous avions prévues d’échanger les vêtements que nous nous étions procurés pour le désert en échange de vêtements adaptés au rude climat de Mizuhan qui était notre prochaine destination pour participer au festival d’hiver.
J’observais les maisons d’où les habitants sortaient et vaquaient à leurs occupations sans nous prêter attention, et même si on ne trouvait pas de portes closes comme plutôt dans la journée l’ambiance n’était pas très détendue. Je restais sur mes gardes, après tout nous avions juste besoin de vêtements pas d’une bagarre, mais le fait d’être en terrain inconnu me rendait nerveuse.
Les maisons se trouvaient à l’intérieur d’une enceinte faites d’un mur de terre assez imposant probablement pour protéger le village des tempêtes de sable du désert dont les vents violents devaient charrier des tonnes de sable. Je regardais les Pokemons présents et les Caninos semblaient eux aussi sur leurs gardes, ils n’aimaient vraiment les étrangers dans ce village.
Le sentiment d’être observée et jugée me suivait et faisait parcourir des frissons sur tout le dos, je puisais dans ma concentration pour me calmer afin de réduire les signaux de nervosité que je devais produire et n’aidait certainement pas les Pokemons feu à se détendre.
Une grande inspiration suivit d’une longue expiration me remis quelque peu en confiance et mon cheval de feu s’ébrouant continuais à trotter à mon côté rejetant sa tête d’avant en arrière de temps en temps histoire de montrer qu’il ne craignait pas les chiens de feu. Se semi cabrant par moment il défiait du regard tout les Caninos présent sur notre chemin et ne voulant pas nous attirer je finit par saisir la longe du Pokemon et de la raccourcir pour l’empêcher de se cabrer tout en lui laissant suffisamment d’amplitude pour marcher à mes côtés.
Je soupirais de fatigue je n’avais qu’une hâte c’était acheter les vêtements et se rendre de suite à notre destination suivante et de m’écrouler sur un lit dans l’un des hôtel d’Arkan. La journée semblait interminable à mes yeux et j’aperçue au bout de la rue une échoppe indiquant la vente de vêtements en fourrure de Caninos, pile ce dont nous avions besoin.
Me tournant vers ma compagne de voyage je lui montrais l’enseigne du doigt et soupirais :
« Je pense que nous trouverons notre bonheur dans cette boutique, qu’en penses tu ? »
Je m’arrêtais quelques secondes rejetant la tête en arrière pour essuyer la sueur qui coulait le long de mon front et dans le cou, j’utilisais alors un mouchoir de tissu pour m’essuyer tout en attendant la réponse de ma jeune amie.

_________________
Sunshine par Ishi
Spoiler:


avatar
Kairy
Petite Étoile
Informations
Nombre de messages : 286

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 15
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Lenneth Tyrsen le Sam 25 Déc 2010 - 3:38

L'épreuve était terminée. Et étonnamment, Lenneth se fichait pas mal du résultat. Qu'elle est réussi ou non, cela n'avait pas d'importance pour elle, finalement. Sa prise de conscience, la vision de son but dans la vie, voyager avec Kairy, la protéger, voila ce qui comptais pour elle. Être avec elle. Ne jamais la quitter. La jeune fille rougit, se demandant si ce sentiment était bien légitime envers son ainée. De ce qu'elle en savait, cela se rapprochait de l'amour. Mais.. L'amour, c'était avec un garçon et une fille non? Avec des gens de sexe opposés? Cela ne pouvait pas être ca. Pas avec une fille. C'était juste de l'amitié. Oui, juste de l'amitié. Mais alors, pourquoi cette douleur dans la poitrine en se disant cela... Lenneth était perdue. Elle ne comprenait pas vraiment son corps, et en ce moment elle ne comprenait pas non plus ni son cerveau, ni ses envies, ni ses sentiments. Elle nageait dans un océan d'incertitude totale a son propre sujet.. Elle était raccrochée a la seule bouée insubmersible. Elle voulait la protéger. Et elle voulait être avec elle. Pensée en boucle, sempiternelle, martelée en rythme avec le sang battant dans ses tempes. Le soleil lui avait taper sur le casque toute la journée, et bien qu'il commençât a se coucher, il n'en était pas pour autant plus clément. Au moins, cela avait l'avantage de camouflé la rougeur de ses joues...
La valkyrie leva ses yeux pâles sur sa compagne de route. Ses cheveux semblaient se fondre dans le sable doré du désert, et ses yeux dans la beauté du ciel, encore bleu. Elle semblait tendue, sur ses gardes. Regardant alentour, la fillette s'aperçut qu'elles étaient maintenant a l'orée du village, et que ses habitants avaient déverrouillé leur masures, arpentants les rues de manière animale, presque hostile. Après un petit moment a parcourir le village, Kairy lui indiqua une echoppe, portant une enseigne plutot usée par le sable et le soleil.
" Je pense que nous trouverons notre bonheur dans cette boutique, qu’en penses tu ?
- Notre bonheur? Peut être pas. Mais sans doute ce que nous cherchons pour l'heure, tu as raison... Entrons"

Elle ouvrit la porte a son amie, et entra a sa suite dans la boutique. Et, force était de constater qu'effectivement, il y avait de quoi faire le bonheur des aficionados de fourrure. Du rouge, de l'or, du noir. Les couleurs des Caninos étaient a l'honneur. Mais certaines étaient également teintée, découpées, misent en forme. Une vraie caverne aux merveilles. Un Héricendre se prélassait sur le comptoir, enroulé sur une peau brute, alors qu'un jeune homme était posté derrière. La guerrière ne fit pas attention a eux, et commença a tâter la fourrure. Sa vie dans la montagne l'avait endurcie, et le mot d'ordre des Tyrsen était de ne ployer devant rien, pas même le climat. Ainsi, elle pouvait facilement supporté le froid de ses montagnes natales, même peu vêtue. Mais, vis a vis de la Cité d'Arkan, elle n'en savait rien. Il devait y faire plus froid que chez elle, du moins, il était plus prudent de le supposer. Cependant, elle n'y connaissait fichtrement rien a la fourrure, et elle était bien incapable de savoir quel type de vêtement il valait mieux avoir sur place.

_________________
Spoiler:

*Oui, je sais, tu aurais têtedemulé de ce geste, mais ta pas le choix, nous, on tiens a toi! Merci a qui qui a fait la sign'*
avatar
Lenneth Tyrsen
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage:
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Rey Kinomoto le Lun 27 Déc 2010 - 22:04

Episode Troisième : Une rencontre... qui changera mon futur

Contrainte => Insister sur un style de texte : Journal de bord.


Jour 78

Réveil brutal après une nuit de réflexion sur mon avenir. Encore un coup de Sakura... Si un jour elle paie toutes les crasses qu'elle me fait, elle va souffrir la pauvre... J'ai donc entamé mon ptit déj avec un bol de sable... C'est pas vraiment nourrissant...
La fin de matinée s'est passée sans accroc. Je suis allé chercher les fourrures chez les voisins qui s'occupent de les « récupérer » sur les Caninos et de les teindre. Accompagné d'Hepha.

Je me suis retrouvé sur le sol après n'avoir fait que deux pas dans leur atelier. J'aurais du me douter que mon vieux camarade de jeu m'attendrait avec impatience. Et ce brave Rayearth m'a refait le portrait à coup de langue pendant facile 10 minutes... Jusqu'à ce qu'Hepha se fasse remarquer. Je crois qu'ils vont bien s'entendre ces deux là, vu le temps qu'ils ont passés à jouer ensemble... Ça me fait penser que je ne sais toujours pas combien de temps je vais rester à Otaï...

Après avoir récupéré les fourrures que ma sœur avait commandés, j'ai du l'aider dans la confection de vêtements pour la boutique.... Après voir passé deux mois dans le désert et les ruines, à fouiller dans le sable, déblayer des pans de murs effondrés, nettoyer les artefacts déterrés. Il n'y a rien de plus ennuyant. C'est aussi le truc le plus motivant pour partir à l'aventure que je connaisse. Je n'ai jamais eu autant envie de quitter la maison pour découvrir le monde et réaliser mon rêve que durant cette matinée.

Et je dois avouer que la rencontre que j'ai faite cet après-midi est assez motivante également. En début de soirée, deux jeunes demoiselles sont entrées dans la boutique. Surement les deux personnes dont m'a parlé Sakura hier, celles qui devaient passer une épreuve dans le désert. Installé derrière le comptoir, j'ai d'abord essayé d'ignorer leur entrée, puis je n'ai pu m'empêcher de les observer.

L'un d'elles, la plus jeune, m'a jeté un regard indifférent en entrant et a commencé à tester les sensations des fourrures sous ses doigts. Son visage, bien que juvénile et ambrée -comme tout son corps d'ailleurs-, semblait marqué par la fatigue d'une journée sous la chaleur solaire permanente ainsi que par l'énergie fourni lors de leur épreuve. Elle ne portait guère plus d'une armure de plaques partielles faite en acier, qui ne recouvrait que les parties vitales de son corps. Elle portait contre elle un Galekid qui semblait épuisé et qui, à mes connaissances en Pokémon acier, avait du souffrir le martyr avec le ciel dégagé que l'on avait eu aujourd'hui.

Sa compagne, une jeune fille aux cheveux éclatant comme les blés, semblait avoir à peu près mon âge. Elle n'est pas rentré tout de suite parce que son Ponyta voulait l'accompagner à l'intérieur. Lorsqu'elle m'a souri, elle m'a parut aussi vidée que sa camarade. Étrangement, ses vêtements m'ont fait penser à des vêtements flamenois. Je pense qu'elle m'a un peu émoustillé avec son sourire aussi chaleureux qu'un brasier.

En bon « commerçant », je suis allé me renseigner sur ma possibilité de les aider. La jeune demoiselle ambrée à essayer de refuser mon aide du tac au tac -par pure fierté, je pense- mais elle n'a pas été assez rapide... Sa compagne m'a annoncée qu'elle devait se rendre à la cité d'Arkan, dans le pays de Mizuhan, pour un festival en l'honneur de Suicune, le légendaire chien aquatique...

Arkan.... La capitale du pays de l'eau et de la glace... Ca pourrait faire une belle première étape de voyage...
avatar
Rey Kinomoto
Informations
Nombre de messages : 48

Fiche de personnage
Points: 31
Âge du personnage: 15
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Kairy le Mar 28 Déc 2010 - 16:37

[désolée c'est un peu court mais je suis pas très inspirée ; p]

Lenneth avait acceptée de pénétrer dans la boutique avec moi pour voir si il était possible de troquer nos vêtements achetés pour l’épreuve contre des fourrures pour supporter notre prochaine destination située dans les profondeurs glacées de Mizuhan dans la ville à la frontière de la banquise la grande Cité d’Arkan.
Lenneth m’ouvrit la porte et Sunshine fit des siennes voulant entrer à son tour mais dans un magasin de fourrure cela me semblait peu judicieux, s’ensuivit un court dialogue entre mon Ponyta et moi qui finalement choisi de garder l’entrée de la boutique se cabrant en faisant face à d’invisibles adversaires, il paradait pour bien montrer qu’il ne laisserai personne entrer tant que nous ne l’aurions pas rejoint.
Entrant dans la boutique en précédant ma compagne, je m’habituais peu à peu à la différence de luminosité par rapport à l’extérieur pour découvrir un endroit remplis de fourrures diverses et variées de toutes les couleurs, de toutes les formes de toutes les tailles. Jamais encore je n’en avais vu autant de différentes, à la fois en textures qu’en type, on aurait dit un arc en ciel de douceurs travaillées avec soin pour rendre la beauté de la palette d’un prisme et de ses multiples nuances.
Je me tournais vers Lenneth qui semblait elle aussi perplexe sur le choix que nous devions faire, je n’avais aucune idée de ce que nous devions choisir. La seule chose que je savais était que le climat auquel j’étais habitué était plus chaud que sur les autres continents Flamen étant après tout le pays du soleil.
J'avançais entre les rangées regardant les fourrures, en soulevant une, hésitant devant le choix multiple puis j’aperçus sur le comptoir un Héricendre roulé en boule sur ce qui semblait une peau brute pas encore travaillée. J’amorçais un pas dans sa direction quand je me rendis compte qu’un jeune homme, de mon âge à vu d’œil, se tenait derrière ce qui semblait être le comptoir.
Il commença à proposer son aide à une Lenneth pas très engageante, il faut dire qu’il ne s’adressait pas à elle avec toute l’étiquette à laquelle la jeune fille devait être habituée, j’en avais moi-même été très surprise lors de notre première rencontre et d'ailleurs j'avais toujours du mal à me souvenir de tous les titres de mon amie.
Je me tournais vers le jeune Flamenois, plus grand que moi il paraissait presque frêle mais je me demandais jusque dans quelle mesure cette apparence était véritable, après tout ma camarade avait l’apparence d’une enfant mais possédait pourtant plus de force et de courage que certains adultes de ma connaissance.
Continuant mon observation, je notais les yeux de couleur noisette avec des reflets que je n’arrivais pas à définir, ses habits composés de beige et de noir semblait pratique pour le désert, mais il n’avait pas le physique d’un guerrier et contrairement aux autres habitants du village ne semblait pas nous dévisager avec suspicion.
Jugeant que nous ne craignions pas grand-chose de ce garçon qui même si il nous dépassait en taille ne devais pas faire le poids face à une guerrière telle que Lenneth et une élémentaire comme moi. Espérant ne pas froisser ma compagne qui faisait semblant de savoir ce qu’elle voulait et répondait du tac au tac au jeune homme, je posais une main apaisante sur son épaule et pris la parole m’adressant au Flamenois je lui souriais je exposais notre recherche.
« Bonjour, nous sommes de passage et nous cherchons à échanger les vêtements achetés pour notre épreuve dans ce désert pour des fourrures pouvant supporter le froid de la Cité d’Arkan où nous devons nous rendre pour assister au festival d’hiver. Je ne sais pas si vous pratiquez ce genre de troc et je voulais m’en assurer avant de parler plus avant. »
J’observais la réaction du jeune homme que mon sourire semblait avoir troublé, je regardais Lenneth avec perplexité ne sachant ce que j’avais fait ou dit de mal pour qu’il me regarde comme ça. Haussant un sourcil je lui demandais gentiment si le magasin était peu être en train de fermé ce qui nous obligerait à passer la nuit ici.
Bien que l’idée d’un peu de repos et d’un bain soit tentante, rien que de savoir que nous étions encore dans ce village où notre présence n’était pas la bienvenue faisait se hérisser es poils de ma nuque. Mes sens me poussaient à avancer, à ne pas rester sur place comme si tant que nous étions dans ce lieu nous pouvions nous faire attaquer.

_________________
Sunshine par Ishi
Spoiler:


avatar
Kairy
Petite Étoile
Informations
Nombre de messages : 286

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 15
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Lenneth Tyrsen le Mer 5 Jan 2011 - 9:48

Le jeune vendeur faisait apparement de son mieux pour les conseiller, et il se perdait quelque peu dans son discours. Ou bien, c'etait Lenneth qui n'avait pas réellement envie de suivre. Quoiqu'il en soit, la filette fini par decrocher, au moment ou il parlait de la texture de la fourrure. Depuis un petit moment elle tenait dans sa main son collier, qu'elle avait trouvé dans les vielles mines de la montagne, chez son maitre. Du moins, elle y avait trouvé la pièce principale, la pierre. Et son maitre l'avait monté en bijou. Il s'agissait d'une pierre aube. Une pierre bleue verte, profonde, qui semblait refleter bien d'autres choses que son environnement immédiat. En l'observant a travers la lumière, on pouvait constater sa transparence presque surnaturelle, devoilant des nuances subiles, restant dans le camaieu principal. Cette pierre était belle, elle semblait absorber ce qui l'entourait, puis le restituer, magnifié. Le regard de la guerriere se noyait presque dedans. Cet eclat, ce sentiment de bien être, cette profondeur. Cette beauté, a la fois froide, distante, mais également si proche et si chaude. Cela lui rappellait quelque chose. Cela lui rappellait les yeux de Kairy. Son myocarde accelera légerement lorsqu'elle fit le rapprochement, et ses joues s'empourpèrent furtivement. Mais elle reprit vite le controle sur ses manifestations physiologiques. Elle avait deja constaté que les yeux de sa camarade était sublimes. Mais elle n'avait jamais pris note de cette éclat, de cette similitude avec cette pierre semi precieuse. Elle n'avait pas fait attention a cette profondeur, a cette sensation de noyade. Ils semblaient tout simplement etre infinis, connecté a une entité superieure, au cosmos. Ses yeux... Qu'ils etaient beaux...
"Marché conclu"
La Paladine sorti de ses pensées a ces deux mots. Ils étaient donc parvenus a un accord. Apparement, le vendeur les invitait chez lui. Plutot surprenant. D'ailleurs, le regard du jeune homme semble quelque peu... pétillant, lorsqu'il regarde la jolie blonde. Sans doute un effet de ses hormones. Mais après tout, toutes deux était des jeunes filles pleines de ressources, et elle doutait que ce garcon soit capable de leur faire le moindre mal. Elles étaient trop bien entrainées pour cela. Elle ne protesta donc pas a cette invitation saugrenue. Kairy régla les derniers détails concernant le troc, puis ils suivirent l'homme hors de la boutique.
Le petit groupe raversa le village désert, et sombre, dans cette nuit tombante. La temperature commencait déja a chutter de manière drastique. Et un étau malsain les assaillait. Une impression de maletre, la ensation d'etre malvenues. Sa camarade avait d'ailleurs l'air tendue. très tendue. En caressant la tête de Mjo', elle tenta de la rassurer.
"Ne t'inquiètes pas. Il parait que dans les petits villages, c'est l'un des deux aceuils possibles. Soit toute personne ai acceuillie a bras ouvert, soit les etrangers sont regardés avec suspition. Les deux cas sont légitimes. La premier sert a essayer de capter de nouveaux membre pour la meute, en se les attachant, et permet ainsi un renouvellement genetique au sein de la tribu. Le second est un mécanisme de défence du groupe, afin d'eviter sa destruction par l'arrivée l'elements exterieurs de leur propre tribu. Il ne faut pas leur en vouloir pour cela. C'et plutot naturel. Et puis, je suis la."
Ils finirent par arriver devant une maison, et le jeune homme fit halte, et frappa a la porte. Quelques instants plus tard, elle s'ouvrit...

_________________
Spoiler:

*Oui, je sais, tu aurais têtedemulé de ce geste, mais ta pas le choix, nous, on tiens a toi! Merci a qui qui a fait la sign'*
avatar
Lenneth Tyrsen
Informations
Nombre de messages : 120

Fiche de personnage
Points: 2
Âge du personnage:
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Rey Kinomoto le Mar 18 Jan 2011 - 20:11

Episode Quatrième : Demande inattendue...

Contraite => Changer de narrateur, Sakura (jumelle de Rey)


L'avantage de l'arrière boutique, quand on y est, c'est que l'on entend tout ce qui se passe dans le magasin. En ce qui me concerne, cela me permet d'entendre mon frère lorsqu'il essaye de vendre nos produits. Et ce n'est jamais très brillant....

Encore aujourd'hui, il essaye de conseiller les deux personnes qui sont rentrées tout à l'heure. Et comme d'habitude, il dit n'importe quoi quand il entre dans les détails... Et comme à chaque fois il s'emmêlent les pinceaux, ça va finir par...


- Sakura ? Peux-tu venir me donner un coup de main ? Je suis un peu limité sur tes techniques de coutures et de teintures....
- ....
- Sakura ! Je sais que tu écoutes....


Et voilà.... Va encore falloir que je lui vienne en aide... Je me lève en soupirant et entre dans la boutique.

- Bien le bonsoir Mesdemoiselles. Je vous prie d'excuser mon frère pour son incompétence..... D'ailleurs, Rey, j'ai fini la commande des voisins. Apportes leur, s'il te plaît !
- Bien, Chef !


Et c'est ainsi que mon frère disparaît dans l'arrière salle et retraverse la boutique au pas de course en réveillant son pokémon au passage pour qu'il l'accompagne.

- Alors, que puis-je faire pour vous ?

La plus âgée des deux jeune filles me répéta qu'elles venaient de passer leur épreuve pour devenir Défenseur Elemental et qu'elles espéraient pouvoir troquer les vêtements qu'elles avaient achetés pour venir dans le désert contre des habits plus appropriés à leur prochaine destination : Arkan.

- Bien sûr ! Disons que la majorité de nos ventes se fait en exportation parce que nos fourrures sont de très bonnes qualités et très résistantes. Après au sein même du village, il s'agit plus de troc que de ventes...
- Dites, je peux vous poser une question ? Votre frère m'a semblé troublé lorsque nous sommes entrées et que je lui ai demandés si nous pouvions faire du troc... Vous n'étiez pas sur le point de fermer, j'espère ?


Prenant le temps de vérifier la luminosité extérieure, je lui fait remarquer que nous ne fermons jamais vraiment étant donné que tout le monde peut passer nous voir chez nous et j'en profite pour lui demander si elles ont une solution pour la nuit qui arrive car vu l'heure, il est peu probable qu'elles aient encore des montures disponibles pour faire leur voyage ce soir.

N'obtenant pas de réponses franches et précises, je me permets de couper mes clientes pour leur proposer de venir manger chez nous et d'y passer la nuit. Et c'est à ce moment précis que mon frère revient de sa course.

Je profite donc de son arrivée pour ne pas laisser le choix aux deux jeunes filles et commence à prendre la direction de la sortie de la boutique.


- On fait comme ça ! Rey, nous avons deux invitées ce soir ! Je te laisse t'occuper de ces demoiselles.... Oublies pas de fermer ensuite !
- Hein ? De quoi ?.... Sakura, attends !!!......


Sans même me retourner, je file en direction de notre maison et voit Rayearth, le Caninos élevé par les voisins depuis plusieurs années, assis devant notre porte. Depuis que ce Caninos nous connait, il ne nous jamais quitté et il tient énormément à mon frère. Je le fait entrer en même temps que moi et à peine la porte refermée, je me met en cuisine.

Quelques minutes plus tard, j'entends frapper à la porte. M'essuyant les mains, je vais ouvrir à mon frère et à nos deux invitées. C'est le moment que choisit Rayearth pour sortir de l'ombre et sauter vers la porte. J'ai juste le temps de me baisser pour qu'il me passe au dessus...

Et au bruit que j'entends la seconde suivante, mon frère n'a pas eu le temps de l'esquiver, lui. Et lorsque je me relève je contemple, en soupirant, Rey en train de se faire refaire le broching. Et sans que l'on comprenne comment, Rayearth devient tout rouge et est aspiré à l'intérieur d'une des pokéballs de Rey qui s'est décrochée de sa ceinture....

Les secondes durant lesquelles la pokéball se balance de droite à gauche, me paraissent interminables. Et c'est lorsque je soupire en la voyant se stabiliser que je m'aperçois que j'ai retenu ma respiration.

Encore abasourdi par cette « capture » des plus grotesques, mon pauvre frère ne bouge pas d'un pouce durant les quelques secondes qui suivirent mon soupir. Puis en voyant mon regard insistant, il revient à la réalité et remarque qu'il est allongé sur le perron, la tête entre les cuisses écartées de la jeune demoiselle blonde qu'il a du bousculer en se faisant renverser. Le rouge lui montant aux joues, il se relève comme il peut avant que la demoiselle ne se rende compte de quelque chose et file dans la cuisine...


- Je me charge de la suite !!!
- Reviens là, toi ! Tu pourrais t'excuser et l'aider à se relever !
- ...
- ET TU DOIS ALLER PREVENIR LES VOISINS POUR RAYEARTH !!
- J'IRAI DEMAIN MATIN....


Je me tourne vers la jeune fille et lui tend la main.

- Vous allez bien ?

Une fois cela fait, je m'excuse encore une fois pour ces idiots de Rey et Rayearth. Puis en attendant que mon frère finisse de préparer le repas, je demande aux jeune filles si elles préfèrent dormir ensemble que séparément et les emmène donc dans la chambre de notre père, la seule a avoir un lit double. Et soudain, j'entends la « mélodieuse » voix de ma frère nous signaler que le repas est prêt...

- A TABLE !!!

Nous revenons donc dans la salle a manger et je découvre avec étonnement que la table a été mise. Et lorsque mon frère sert le repas, je découvre également, mais avec plaisir ce coup ci, que mon frère nous a mitonné un ragout de Tauros avec le cuissot que j'avais commencé à dessaler. De plus, je remarque que mon imbécile de frère à même prévu de quoi nourrir le Ponyta et le Galekid accompagnant nos invitées, ainsi que son Héricendre et « son » Caninos.

Le repas se passe dans la bonne humeur étant donné que je monopolise l'attention de la jeune Kairy en lui parlant fourrures et autres vêtements. Mais c'était sans compter l'intervention de mon pauvre frère.


- Excusez moi de vous poser cette question aussi soudainement, mais est-ce que cela vous dérange si je décide de vous accompagner dans votre périple ? A dire vrai, j'envisage de quitter Otaï pour prendre mon destin en main et parcourir le monde pour découvrir les secrets encore inconnus qu'il recèle. Et pardonnez mon esprit simple, mais je vois en votre passage dans ce village le signe du commencement.

Encore sous le choc de cette révélation, je regarde les deux jeunes demoiselles et remarque qu'elles sont dans le même état que moi...

- Certes, je pourrais partir seul et découvrir le monde par moi-même, mais j'estime que faire le voyage à plusieurs ne peut que le rendre plus agréable. De plus, je suis plutôt bon cuisinier car je m'entraine depuis que notre mère est morte et je suis prêt à mettre toutes mes compétences à votre service.... Je vous en prie, laissez moi vous accompagner dans votre voyage !

Il avait terminé sa phrase en baissant la tête, prêt à se frapper la tête contre la table, et avec une détermination dans la voix qui ne laissait aucunement pensée qu'il avait réagi sur un coup de tête.

Étrangement, je me suis toujours dit que je ne garderais jamais mon frère jumeau près de moi pour toujours... Consciente de ce fait, je ne peux m'empêcher de sourire et de soupirer en le regardant dans cette position....




Dernière édition par Rey Kinomoto le Sam 16 Avr 2011 - 12:27, édité 1 fois
avatar
Rey Kinomoto
Informations
Nombre de messages : 48

Fiche de personnage
Points: 31
Âge du personnage: 15
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Kairy le Jeu 20 Jan 2011 - 17:54

Le jeune homme ne semblait pas savoir comment répondre à ma question et appela quelqu’un dans l’arrière boutique qui se révéla être la sœur de celui-ci. La ressemblance frappante entre eux deux ne pouvait signifier qu’une chose : se devait être des jumeaux ; comme son propre frère et elle. La jeune femme semblait plus au courant des pratiques de la boutique et aida les deux étrangères dans le choix de ce qui conviendrait de porter dans la cité des glaces.
Rassurée quand la vendeuse leur assura que la boutique n’était pas sur le point de fermer la jeune Nalcienne pris plaisir à essayer diverses fourrures toutes plus délicieusement douces et agréables que les autres pour se décider finalement sur une fourrure atypique de couleur bleue. Une fois leur choix fait et le troc effectué, les jeunes filles se préparèrent à prendre congé quand elles se retrouvèrent inviter à passer la nuit chez la vendeuse qui leur offrit l’hospitalité. Sans écouter les protestations des jeunes filles la jeune Flamenoise quitta la boutique laissa les deux demoiselles en compagnie de son frère. Tendant la main vers le jeune homme, la Nalcienne se présenta.

« Je m’appelle Kairy et mon compagnon qui monte la garde devant la boutique est mon Ponyta, son nom est Sunshine. Enchantée de vous avoir rencontré Rey, votre sœur Sakura est quelqu’un de très énergique », ajouta la jeune fille avec un sourire en coin. « Si cela ne vous dérange pas, je vais de ce pas rejoindre mon Pokemon et vais vous attendre dehors. »


Le laissant fermer la boutique, Kairy sortit rejoindre Sunshine qui commençait à s’impatienter. Lui flattant l’encolure elle le félicita pour sa patience, le cajolant et le grattant sur le chanfrein qui était son endroit préféré. D’habitude toujours à ses côtés, elle comprenait que le Pokemon avait du mal à supporter le fait de devoir rester à l’écart pour éviter de mettre le feu dans l’échoppe. Une raison de plus pour passer un peu de temps avec lui, lui faire comprendre que cette nuit il ne pourrait pas rester avec elle, elle ne savait pas comment il serait logé et le Ponyta était assez encombrant. Même si l’invitation était surprenante et qu’elle ne sentait pas tellement en confiance dans cette ville, elle ne désirait pas incommoder ses hôtes. De plus le Pokemon était parfois difficilement contrôlable en compagnie de garçons, ses réactions semblaient parfois disproportionnées à la jeune fille.
Elle aimait son Pokemon mais celui-ci était un tantinet trop jaloux, cela allait finir par poser un problème un jour. L’épisode avec Zack lui revint en mémoire, c’est vrai que le Ponyta avait faillit piétiner un Flamenois déjà et c’était un risque qu’elle ne voulait pas reprendre.
Après quelques minutes d’attente le jeune homme avait fermé la boutique et ils prirent la route vers la maison de celui-ci. Au prix de nombreuses palabres et de caresses multiples elle parvint à faire revenir le Pokemon dans sa ball. Elle devait se féliciter de sa décision quelques instants plus tard quand, ayant suivi le Flamenois chez lui, elle se retrouva à terre car celui-ci s’étant fait percuter par une boule de fourrure orangée avait entraîné la Nalcienne dans sa chute.
Etourdie par le choc celle-ci rassembla ses esprits et se massa la tête ; se relevant à demi elle remarqua tout d’abord la disparition du Caninos apparemment capturé par un Pokéball au sol puis relevant la tête, rougie jusqu’aux oreilles prenant une carnation digne d’un Magicarpe en réalisant la situation dans laquelle elle se trouvait. Le jeune homme était tombé sur entre ses jambes, à un endroit que l’on qualifie ordinairement de privé. Il se releva en hâte attrapa sa Pokéball et disparut avant que la jeune fille réalise quoi dire ou faire. Ne sachant pas comment réagir, la jeune fille se crispa et essaya de relativiser la situation, après tout ce n’était qu’un accident, il ne fallait pas dramatiser le fait que le Pokemon ait percuté Rey qui l’avait fait tomber à son tour n’était qu’un des fruits du hasard. Saisissant la main tendue de la Flamenoise elle se releva et épousseta sa tunique en tentant de retrouver une contenance après cette chute.
Kairy écouta d’une oreille distraite les excuses présentées et restait dans ses réflexions. Il avait fuit comme s’il avait un troupeau de Taurros qui chargeaient sur lui, et la Nalcienne se demandait si c’était à cause d’elle. Peut être cette dure journée sous ce soleil de plomb avait rendu son corps odorant et que l’indisposition du jeune homme venait de là. Rouge de honte et de gêne mêlées Kairy ne savait comment interpréter la volatilisation du jeune homme. Repoussant ses sombres pensées elle remercia le ciel de lui avoir fait enfermer le Ponyta dans sa Pokéball. Leur hôtesse leur présenta le choix de différentes chambres et après la scène qui venait d’avoir lieu Kairy ne se sentait pas du tout d’attaque à affronter la nuit seule. Attrapant discrètement la main de Lenneth elle demanda de partager la même que la guerrière, la peur que ses cauchemars reviennent après toutes les évènements de la journée était plus grande que la peur de paraître infantile de ne pouvoir dormir seule.
Alors qu’elles pénétraient dans la chambre qui leur était donnée, encombrée de livres et de parchemins, une voix les prévint que le repas est servi. Probablement le jeune homme de tout à l’heure, pensa la jeune fille en rougissant de nouveau en pensant à la situation dans laquelle elle s’était retrouvée. Posant son sac, elle profita de quelques instants pour se passer rapidement le visage sous l’eau et se laver les mains, juste histoire de rafraîchir ses joues brûlantes et écarlates. Prenant son courage à deux mains pour affronter le jeune homme et le repas, Kairy suivi Lenneth et leur hôtesse jusqu’à la salle à manger ou la table était dressée et le repas servi. Il y avait même de quoi satisfaire l’appétit de leur Pokemon, la Nalcienne libéra le Ponyta qui s’approcha du repas en renâclant soulevant quelques brindilles et commença à manger.
Contrairement aux appréhensions de la jeune fille le repas se déroula le mieux possible, la jeune fille était fascinée par les connaissances de la jeune vendeuse et écoutait le savoir de celle-ci avec plaisir. Bien que Kairy ne saches pas grand-chose à ce sujet elle découvrait que parler avec des jeunes de son âge qui ne la regardait pas bizarrement, avec suspicion ou avec méchanceté était vraiment réconfortant. Le sourire aux lèvres, Kairy appréciait le fait d’être en bonne compagnie et de papoter de tout et de rien et surtout entendre quelqu’un discuter de sa passion était très instructif. Le repas approchait de sa fin quand Rey prit la parole.

Spoiler:
- Excusez moi de vous poser cette question aussi soudainement, mais est-ce que cela vous dérange si je décide de vous accompagner dans votre périple ? A dire vrai, j'envisage de quitter Otaï pour prendre mon destin en main et parcourir le monde pour découvrir les secrets encore inconnus qu'il recèle. Et pardonnez mon esprit simple, mais je vois en votre passage dans ce village le signe du commencement.
- Certes, je pourrais partir seul et découvrir le monde par moi-même, mais j'estime que faire le voyage à plusieurs ne peut que le rendre plus agréable. De plus, je suis plutôt bon cuisinier car je m'entraine depuis que notre mère est morte et je suis prêt à mettre toutes mes compétences à votre service.... Je vous en prie, laissez moi vous accompagner dans votre voyage
!
Tout d’abord, abasourdie, Kairy ne sut quoi répondre sur le coup, regardant le jeune homme baisser la tête sur la table elle regarda Lenneth et la sœur de Rey tout aussi étonnées qu’elle. A bien y réfléchir cela ne la dérangeait pas d’accepter la compagnie du jeune homme, il faudrait juste lui expliquer que la chasse aux kidnappeurs de son frère était pour l’instant son seul objectif, des indices l’attendait peut être au festival, bref elle n’était pas en découverte d’Erasia et sa route serait probablement dangereuse. Lenneth était libre de son chemin mais semblait désirer l’accompagner, en fait elle n’en avait pas réellement parlé avec la Terrosienne, et quand leurs convocations à l’épreuve étaient tombées au même endroit elles avaient pris le même chemin. Le principal problème viendrait probablement avec son Pokemon. Cela laissait présager une grande discussion avec le poney de feu, de laquelle là jeune fille ne savait pas comment elle allait sortir. Celui-ci d’ailleurs ne semblait pas particulièrement ravi de la demande du Flamenois et alla se placer derrière sa dresseuse, la tête relevée les naseaux dilatés. Posant une main apaisante sur le Ponyta, Kairy exprima son opinion en prenant la parole à son tour.

« Si tu désires te joindre à nous, je ne vois pas d’inconvénient, toutefois je tenais seulement à te faire savoir que je ne me promène pas à travers le monde pour le découvrir comme toi. Je suis à la recherche de mon frère, mon jumeau exactement. »

Souriant tristement Kairy retint ses larmes. Voir une famille aussi unie aussi que celle là lui faisait ressentir cruellement le manque que la disparition de Kaoru avait laissé dans sa vie. Secouant la tête, elle tenta de revenir à ce qu’elle disait.
« Il a été enlevé et je tente de le retrouver, la seule piste que j’ai est le blason qui était sur les vêtements et les boucliers de ses gens. Nous n’en avons pas rediscuté depuis Kabana mais il me semble que tu désires m’accompagner dans ma recherche Lenneth, si je ne me trompe pas bien entendu. Chacun choisit son chemin Rey et si tu vois dans un signe du destin notre présence ici ce soir peut être as-tu raison. Après si tu désires toujours nous accompagner demain, la nuit porte conseil. Si ton souhait est toujours nous accompagner libre à toi, sur ce, excusez moi, je vais me retirer la journée à été dure… »

Laissant les autres jeunes gens sur place, rappelant Sunshine dans sa Pokéball, Kairy quitta la pièce le plus rapidement possible sans un regard en arrière. La douleur était trop forte et menaçait de la submerger, elle devait s’isoler pour laisser toute sa rage sortir et son impuissance face à la situation actuelle. Ce n’était pas la faute des autres, son mal être la prenait entière et effaçait tous les bienfaits qui étaient dans sa vie. Etouffant presque la jeune fille avisa la fenêtre et l’ouvrit en grand respirant à pleins poumons l’air du soir. Remarquant un léger rebord la jeune fille se rappela en souriant les virées nocturnes avec son Ponyta et comment elle s’éclipsait par la fenêtre.
Jugeant que les autres devaient être encore en train de parler la jeune fille s’élança souplement par la fenêtre, trouva ses appuis et grimpant sur le toit puis s’allongea sur celui-ci. Les bras repliés sous sa tête elle admira le ciel étoilé et les magnifiques constellations visibles qui répandaient une lumière douce et diffuse. Sans vraiment s’en apercevoir la Nalcienne sombra dans le sommeil, ses yeux se fermant tout seul, la fatigue et les émotions de la journée emportèrent la jeune fille au pays des songes.
Rêve
Se redressant, Kairy reprenait peu à peu conscience de son environnement, des gouttes de sueur perlaient à son front malgré la fraicheur de la nuit vestige du rêve troublant qu'elle venait de faire. Mais qu'elle était donc ce jeune homme qui lui était apparu, sa couleur de cheveux restait gravée dans la mémoire de la jeune fille, c'est vrai que des cheveux verts et blanc cela sort de l'ordinaire, de plus les paroles énigmatiques de celui-ci interpellait Kairy. Ce jeune garçon n'était peut être pas ce qu'il semblait être...
[finit pour moi]

_________________
Sunshine par Ishi
Spoiler:


avatar
Kairy
Petite Étoile
Informations
Nombre de messages : 286

Fiche de personnage
Points: 29
Âge du personnage: 15
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Otaï.... la ville des nouveaux départs [Lenneth/Kairy/Rey]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum