[ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par PNJ le Ven 26 Déc 2014 - 16:02

Lorsqu’il crut entendre des mots venant de la jeune Nalcienne qui lui étaient adressés, Ganjo s’interrompit dans son action pour essayer d’en saisir le sens. Son hésitation lui couta cher car il encaissa ainsi un Poing de Feu du Darumacho fou. A moitié sonné, il finit pourtant par comprendre ce que la jeune fille venait de lui dire : qu’il s’écarte ? Il ne se demanda même pas pourquoi et s’exécuta aussitôt. Le mur de vent qui l’entourait lui avait donné des indications sur la puissance de cette personne. S’il restait en plein milieu de sa prochaine attaque, ce serait à ses risques et périls. Aussi il sauta au sol sur sa gauche et se reçu en un roulé-boulé parfaitement exécuté. C’est alors qu’une onde sonore particulièrement désagréable lui lacéra les tympans. Et encore, il s’était légèrement éloigné de la trajectoire de l’attaque sonique, tandis que le Pokémon de feu la prit de plein fouet.
Mais Ganjo ressentait tout de même la douleur. Et cette dernière lui donnait encore plus envie d’en finir. Au plus vite.

« Profites-en ! Tu as une ouverture ! »

Oh que oui, il en avait une ! Pas besoin de le lui dire deux fois ! Une belle, et il n’allait pas la laisser filer. De toutes ses forces, il décocha à son adversaire une Vendetta magnifiée par sa douleur, qui envoya son opposant s’écraser trois mètres plus loin contre le mur de vent. Mais déjà, le Pokémon secouait sa tête écarlate. Il voulait retourner au combat !

Ganjo ne perdit pas de temps : pendant que l’ennemi retrouvait ses esprit, il gonfla ses muscle à leur maximum, accumulant sa Puissance. Puis, tandis que le Darumacho se remettait debout, il lui sauta dessus, bras croisé, déchaînant une terrible attaque Coup-croix en plein sur la tête du Pokémon fou, qui s’écroula, assommé pour le compte.

Puis, avant que la fille ne tente autre chose, il se dirigea vers le mur le plus proche, et lança un Casse-brique dessus. Il n’était pas prétentieux au point de croire qu’il pourrait briser le mur entier en un seul coup : ses attaques combat avaient peu de prise sur le vent et il était bien trop affaibli pour cela. Cependant, il créa une brèche par laquelle il s’engouffra, puis il alla se planter devant la jeune manieuse du souffle céleste.

Que faire d’elle ? Amie ou ennemie ? En tout cas, une chose était claire : elle n’était pas des leurs. C’était donc une intruse. Et les ordres de son maître avaient été clairs : les gêneurs ne devaient pas retarder la construction de son magnifique palais. Mais d’un autre côté, elle l’avait aidé… Sans elle, la construction aurait pu ne jamais avoir lieu… Finalement, la Colosse, comme à son habitude, laissa parler son honneur et en quelques rugissements, il fit comprendre à la jeune fille qu’il la laissait repartir libre et qu’il la remerciait mais aussi qu’elle n’avait pas intérêt à se fourrer dans ses pattes à l’avenir. Les ordres de Numérus étaient implacables. La prochaine fois, Ganjo serait bien moins conciliant…

Après un dernier salut, il fit demi-tour et se dirigea vers l’endroit où Gus était parti. Il devait absolument avertir son chef des derniers bouleversements, et le tenir informé de la présence d’intrus. Numérus aviserait ensuite. Oui, c’était bien. C’était ça qu’il devait faire. Ca, et aller avoir si les autres groupes n’avaient pas eu de soucs… Car après tout, peut-être étais-ce ces mêmes intrus qui étaient à l’origine de la folie de ce Darumacho… Mais pour l’instant, comme l’aide de la jeune fille lui avait été précieuse, il préférait lui accorder le bénéfice du doute. Après tout, ce Pokémon avait toujours été assez instable…

Avançant dans la forêt, il vit plusieurs zones calcinées, mais heureusement, le feu avait été éteint ou au moins maîtrisé. Arrivé devant le géant, qui portait son frère évanoui sur son immense épaule, Ganjo remarqua que les flammes avaient frappé là aussi, mais, fait plus étonnant, une autre jeune fille se trouvait aux côtés du géant… Encore une intruse. Mais voyant le bêta lui faire un grand sourire, le colosse en conclut qu’elle avait aidé son compagnon, aussi la laissa-t-il en paix après l’avoir jaugée d’un seul regard.

Les deux montagnes de muscles se mirent donc en route à travers la forêt. Ganjo devait aller inspecter les autres sites de coupe, puis il irait faire son rapport au chef.

[La prochaine phase est une phase d’infiltration : vous devez suivre Ganjo et Gus jusqu’à la cabane du chef, le QG actuel de la bande. Ne prenez pas le QG d’assaut^^ Arrêtez votre post quand vous serez aux abords. Donc soyez discrètes et attention : Ganjo dispose de la capacité Clairvoyance qui lui permet de vous repérer immédiatement si vous vous trouvez dans son champ de vision. Par conséquent, restez derrière lui et ne lui donnez pas l’occasion de se retourner. Gus en revanche est du genre distrait. Autre point d’importance : Ganjo va tout d’abord aller visiter deux sites où se trouvent des duos de bandits. Inutile de préciser qu’eux-non plus ne doivent pas vous repérer. En plus de vos dons naturels et magiques pour la discrétion, n’oubliez pas d’utiliser vos Poké pour faire diversion et autre. Bonne chance Wink ]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1075

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Anthere Osarian le Sam 3 Jan 2015 - 17:29

Le courant l'avait traversé d'intensité moyenne, lui faisant faire un bond sur place, comme à chaque fois que cela la saisissait. Son coeur s'affola sur l'instant. Un orbe dans une salle sombre dont sortait des nuances multicolores que personne ne semblait voir, sauf celle qui regardait d'un oeil extérieur. La salle était glacée, l'ambiance, la matière... Trois personnes et leurs Pokémon se démenant inutilement. Deux personnes et son double. Un éclair blanc et son double s'intéressait à présent à une bibliothèque, surveillée par une de ses deux autres accompagnatrices, qui n'avait pas l'air d'apprécier du tout sa curiosité. La vision s'estompa en même temps que le courant qui l'avait traversée de part en part. Cet orbe, Anthere l'avait déjà vu... Ce double, c'était elle, évidemment, il y avait de cela trois ans, dans le palais de glace. Mais... Toutes ses lueurs... Elle ne se souvenait pas de les avoir vus avant, peut-être parce qu'à l'époque, elle n'avait pas ce don qu'elle possédait aujourd'hui. Vu comme cela, cet épisode de sa vie prenait un tout autre sens.

Mais la réalité ramena Anthere, le tronc se mit à grincer. Déployant plus d'énergie, comme si elle projetait une partie d'elle en avant, deux colonnes serpentines se séparèrent et s'entrecroisèrent, poussées par la jeune fille. Le bonhomme ne se réveillait toujours pas, mais une personne apparut brusquement près d'elle. D'un coup d'oeil, Anthere se douta qu'il faisait parti de la bande. Elle se retrouva en position délicate, elle ne pourrait pas se défendre s'il venait l'agresser, mais elle ne pouvait pas lâcher ses serpents d'eau, ondulant autour du tronc. Par chance, le gaillard attrapa seulement le bonhomme au sol, en lui adressant un sourire. Enfin à elle ou pas, car il semblait regarder ailleurs, mais il disparut si vite qu'elle ne put en savoir plus et entreprit de lâcher doucement le tronc. Il s'effondra, la base calcinée. Anthere lâcha prise et les fines colonnes d'eau retombèrent comme des lassos et s'écrasèrent au sol en éclaboussant ce qui se trouvait à côté. Anthere posa un regard indécis autour d'elle.

Quel désastre ! Le départ d'incendie était éteint, mais il avait abîmé la forêt. Ce qui ne serait pas arrivé si elles n'avaient pas terrorisé le Pokémon de feu. Pour protéger la forêt, c'était un peu raté. Gardevoir les avaient appelées pour l'aider à sauver la forêt, pas pour aider à la détruire... Autour d'elle, Anthere aperçut un drôle de amas par terre, hésitante, elle finit tout de même pour s'en approcher, bientôt rejointe par ses Pokémon. Des Chrysacier ! Elle reconnut leur forme en demi-lune et leur couleur presque émeraude. Avec la fumée dégagée par l'incendie et sa chaleur, ils étaient tombés de leurs arbres et souffraient de brûlures. Anthere se sentit coupable, c'était de sa faute. Immobiles et silencieux, les Chrysacier la regardaient. Leur regard était gênant... Elle devait rejoindre Miku, mais elle ne pouvait pas laisser ces pauvres Pokémon sur place sans rien faire, d'autant plus qu'elle ne les retrouverait pas une fois partie de là. Que faire ? Elle avait dépensé pas mal d'énergie pour maintenir l'arbre et éteindre le feu et préférait en garder un peu au cas où. Enfin si elle le pouvait, car elle ne savait absolument pas où était la limite. Si ce n'était qu'elle ressentait de la fatigue, comme après une course, sauf que ce n'était pas physique, ni moral.

La jeune fille sortit donc sa boite. Elle contenait tout ce qu'il fallait en baie, herbes, graines et huiles essentielles pour soigner beaucoup de maux. Les brûlures en faisaient partie. Elle s'excusa très sérieusement auprès des Chrysacier tout en soignant leurs nombreuses blessures, avec une épaisse couche d'une mixture pâteuse collante. Elle les enveloppa ensuite dans de grandes feuilles, comme pour faire un cataplasme. Puis, elle alla les placer dans un bosquet, à l'abri. Elle remonta ensuite sur le dos du poney qui l'emmena tout droit vers Miku et les autres Pokémon. En quelques mots, elle lui assura que l'incendie était éteint et que quelqu'un était venu chercher le bonhomme endormi pendant qu'elle empêchait un arbre calciné de lui tomber dessus. Et qu'il faisait probablement partie de leur bande. Tout le monde était présent et sans bobos, ce qui était plutôt encourageant. Le Roucool était toujours là, entre les feuilles d'Akasie qui s'était couchée près de plusieurs arbustes, se fondant parfaitement dedans. Malheureusement, Anthere doutait de pouvoir laisser le moineau à l'abri pour l'instant, ses parents n'étaient pas revenus et les bandits pouvaient revenir ou une autre catastrophe pouvait encore se produire...

« Je suis désolée, mais tu seras plus à l'abri ainsi. »

Elle sortit un Pokéball et la lança sur l'oisillon, qui, toujours endormit, ne put se défendre. La balle se scella et Anthere la serra à sa ceinture, derrière les autres, mais pas trop derrière pour être sûre qu'elle ne tomberait pas et qu'elle ne risquait rien. Maintenant, il fallait suivre le gaillard qu'elle avait vu plus tôt. Anthere entraîna Miku là où elle l'avait vu, mais elles durent se contenter de marcher en se passant du poney, qui n'appréciait toujours pas la société humaine (mais au moins, il s'était contenté de coucher les oreilles et de pincer les naseaux, sans essayer de mordre). Essayant de rattraper rapidement le gaillard, Anthere faillit tomber d'un contrehaut, où elle serait directement tombée sur un autre Pokémon massif qui marchait derrière lui. La jeune fille se retint. Malheureusement, elle ne pouvait pas éliminer le bruit qu'elles faisaient en marchant (et elle en manquant de tomber). Quidam cependant, sentant le danger, partit droit en avant et se redressa fièrement du sommet du contrehaut, toisant le Pokémon. Ce n'était pas qu'il faisait dix fois sa taille qu'il lui faisait peur ! Immobile dans les buissons, la jeune fille espéra que cette sortie soudaine, couverte par l'initiative du vénépic passerait inaperçu. Après tout, il croirait peut-être à un Pokémon sauvage dérangé...

Une idée éclair la prit et Anthere chassa Akasie en avant, qui comprit plus ou moins ce qu'elle avait en tête, car elle se retrouva à quelques mètres du Nidoran qui fut surprit. C'est là qu'elle comprit. La renarde lui lança un jet de sable avant de s'enfuir un peu plus loin où elle se coucha dans l'herbe haute une fois hors de vue du Machopeur. Quidam n'apprécia pas tellement la blague, mais comme il s'entendait plutôt bien avec elle, il se doutait qu'elle ne l'avait pas 'attaqué' pour rien, mais probablement comme lui, pour protéger sa dresseuse... Il attendit que le Machopeur s'éloigne pour faire demi-tour, papillonnant des oreilles. Il faudrait être prudentes à partir de maintenant. Les deux filles pourraient profiter de l'ouïe super-fine du Nidoran pour avancer à pas de loup. D'ailleurs, la renarde ne réapparaissant pas, Anthere se demanda si elle ne profitait pas de son camouflage naturel et idéal pour filer le Pokémon sans se faire repérer et aider le Nidoran à leur faire connaître sa position. Pour plus de sécurité, elle fit rentrer Ourasi, qui était tout sauf discret ici, laissant en revanche Persik survoler la zone, haut dans le ciel.

Ainsi, Anthere avait un garde-fou dans le ciel, une espionne devant, suivit d'un pisteur de talent et d'elle-même encore derrière. Et au besoin, son Natu pouvait l'aider à libérer un peu son pouvoir d'Empathie, pour sentir la présence d'humain près d'elles. En bref, elles disposaient, en plus de l'équipe Miku, une parfaite escouade d'espionnage ! Elles marchaient depuis un moment, quand Anthere attendit Miku et lui chuchota :

« Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Qu'est-ce qu'on fait si on se retrouve en face de leur chef ? Ils sont sûrement plus nombreux que nous... »


[Donc Phyllali devant, mais pas non plus collée au Machopeur, Nidoran derrière qui piste grâce à son ouïe ultra-sensible pour donner le feu-vert à Anthere et Miku, plus Altaria en l'air au cas où pour surveiller, il se balade l'air de rien. Les autres rentrés sauf Natu. Si problème ou quoi, MP ou Skype ^^]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1476

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Miku Hatsune le Dim 4 Jan 2015 - 17:49


« Ombres et lumières »



Avec l’aide de Miku, le Machopeur put vaincre le Darumacho déchaîné, et il remercia la jeune femme avec quelques rugissements que Promantis traduisit rapidement via télépathie. Alors qu’il s’éloignait, la prêtresse se dirigea, prudente, vers le Pokémon Feu étendu au sol. Ganjo n’y avait pas été de main morte... La pauvre bête avait été sortie de ses gonds par sa faute, en plus... Miku s’accroupit et, d’un geste ample, généra une brise apaisante au-dessus de la créature inconsciente, afin de soulager un peu sa douleur, sans la réveiller pour autant. Ce n’était pas grand-chose, et la Nalcienne ne pouvait pas prendre le risque de la revigorer suffisamment pour la rendre de nouveau capable de l’attaquer. Mais elle refusait de la laisser là sans lui prodiguer au moins les soins les plus basiques. Puis, elle créa l’un de ses fameux Fragments de Vent, avant de le dissimuler sous un petit tas de terre calcinée, tout près du Darumacho. Ainsi invisible, il n’alerterait pas son dresseur lorsqu’il viendrait le chercher, mais permettrait à l’apprentie du Temple de suivre la trace de son ancien ennemi et de s’assurer qu’il retournait auprès de son maître.

Un bruit de pas étouffés sur le tapis de feuilles désormais mortes prévint Miku que quelqu’un approchait, et elle fut rassurée de constater qu’Anthere était de retour, avec ses Pokémon. La fille aux cheveux bleutés hocha la tête avec un sourire triste. Si tout le monde allait bien, c’était le principal, mais la forêt avait perdu une partie d’elle-même à cause de leur excès de zèle... Elle regarda la sphère où Anthere avait enfermé le Roucool d’un air absent. Elle songeait déjà à la suite.


« Tu as bien fait. On ne sait pas ce qui peut arriver à un Pokémon aussi jeune, ici, avec ces individus dans les parages. Maintenant... Je compte sur vous. »

Miku donna quelques instructions à ses Pokémon, puis rabattit sa capuche sur sa tête, dissimulant ainsi ses longs cheveux. Même si dans cette époque, on ne pouvait que considérer leur couleur comme une teinture, malheureusement pour la Nalcienne, elle ne pouvait pas changer le bleu naturel de sa longue crinière (à moins de la teindre, justement), et elle était donc forcée de la cacher quand elle ne voulait pas trop attirer les regards. Or, le duo était précisément dans le cas d’une filature, qui se devait d’être discrète. Pas question d’être imprudente. Mieux valait la faire disparaître temporairement, afin d’éviter de laisser une tache bleue dans le champ de vision des bandits.

Tandis que les deux jeunes filles avançaient, Elaphos, le Vivaldaim de Miku, longeait le chemin emprunté par le Machopeur, un peu à l’écart, mangeant un peu d’herbe au passage, et en effectuant quelques bonds par moments, de manière apparemment anodine, mais toujours pour ne pas perdre l’humanoïde de vue. Nebula, elle, avait rejoint Persik dans les airs, voletant avec lui comme le ferait une petite famille de Pokémon, avec insouciance, mais sans quitter Ganjo des yeux.

Cependant, Anthere faillit trébucher et tomber, et malgré la distance qui la séparait d’elle, Miku s’immobilisa, craignant le pire. Le Nidoran de la Mizuhanienne, ainsi que la Phyllali, tentèrent de faire diversion, pour masquer le bruit occasionné par cette « presque chute ». Visiblement, cela fonctionna, car Ganjo, pas perturbé pour un sou, ne remarqua pas le manège et fila tout droit, en saluant deux bandits qui avaient établi un camp relais dans la forêt. Il venait sans doute aux nouvelles...

Mais il y avait un problème avec ce petit imprévu. Non seulement il allait falloir composer avec deux nouvelles personnes à éviter, mais en plus, le Machopeur ne semblait pas vraiment disposé à s’éterniser là. Plissant les yeux, Miku échangea un regard avec son Xatu, perché sur une branche non loin de là, en lui transmettant le message « ne bouge plus, je vais les occuper ». Elle lui demanda alors de faire passer le mot à Khan, puis à Anthère (le tout mentalement, dans la mesure du possible), puis se concentra et leva une brise douce et innocente. Tout en modelant le vent pour le faire souffler dans la zone qu’elle voulait couvrir, la Nalcienne saisit un sachet de tissu fin dans ses affaires, puis l’ouvrit délicatement, laissant la poudre d’herbes qu’il contenait se répandre dans l’air. C’était un médicament puissant, qu’elle avait appris à reconnaître et à cueillir dans la forêt de l’Île du nord de Terros, quand elle travaillait pour le couple de vieux herboristes. Infusé dans de l’eau bouillante et avec une autre poudre médicinale, il permettait de dégager les voies respiratoires encombrées en un rien de temps. Mais, respiré tel quel, ou en contact direct avec la peau, il avait un tout autre effet...

Le souffle balaya le camp, tandis que Ganjo et Gus, déjà loin, sortaient du champ de vision de Miku. Mais la prêtresse devait faire confiance à leurs Pokémon pour ne pas perdre sa trace. Elle avait d’autres préoccupations... Comme, par exemple, d’éviter à tout prix que sa brise ne se répande sur leurs propres Pokémon. Avec sa maîtrise, son petit tour eut l’effet escompté : les deux hommes, jusque-là nonchalamment appuyés contre un tronc massif, se mirent à se gratter, d’abord doucement, puis avec insistance, pris de terribles démangeaisons. D’un signe, Miku indiqua à Anthere que c’était le moment de passer discrètement. En jetant un œil aux deux compères, la Nalcienne vit que l’un d’eux avait commencé à éternuer comme un dément, alors que l’autre, se griffant jusqu’au sang, tentait néanmoins de venir en aide à son binôme, qui finit par s’affaler, glissant au sol, épuisé et à bout de souffle, en pestant contre « cette putain d’allergie de merde ». La jeune femme fit cesser son vent urticant pour en faire souffler un nouveau, apaisant et bienfaiteur, conjugué avec l’Aromathérapie de son Vivaldaim : calmés et soulagés, les deux gaillards se laissèrent aller à une torpeur bienvenue.


« Désolée. »

Navrée d’avoir dû utiliser ce subterfuge pour s’assurer de passer discrètement, dans un murmure, elle avait formulé ses excuses, inaudibles cependant. Elle se rapprocha donc lentement d’Anthère, sans cesser d’avancer, constatant avec soulagement que leur équipe avait tenu bon et avait poursuivi leur filature sans perdre Ganjo dans le bois. Se fiant à l’ouïe de Quidam, elles purent avancer sans encombre... Jusqu’au prochain camp, où le Machopeur s’arrêta de nouveau.

« Encore... »

Cette fois, les deux truands étaient accompagnés par des Pokémon. Le premier avait un Écrapince à l’air niais, qui dévisageait la créature qui accompagnait le second. La bête ne ressemblait à rien de connu de Miku : dotée de couleurs vives et de rayures, elle avait d’énormes griffes et une tête fine et allongée dont sortaient des flammes, par moments. Un Aflamanoir, qui tentait visiblement d’allumer un feu pour le repas des deux hommes...

L’apprentie du Temple regarda rapidement autour d’elle. Ce camp-là était dans une zone déjà déboisée, ils ne risquaient donc pas de causer un départ de feu, comme l’avait fait le Darumacho un peu plus tôt. De plus, les bandits, pas vraiment futés, avaient décidé de monter leur tente tout près du petit bois destiné à les réchauffer et à faire cuire leur dîner... Le cœur battant, Miku posa la main sur son Caninos, qui comprit où elle voulait en venir. Ils attendirent que l’Aflamanoir fasse plusieurs essais pour allumer le feu, sans succès. Cela dura un moment. Mais finalement, sur une tentative un peu meilleure que les autres, Hermélios ajouta sa touche personnelle en laissant sa propre Flammèche se joindre à celle du tamanoir. Cette fois, le feu démarra bel et bien... Mais il embrasa la tente en toile avec, dans un concert de craquements sonores et sinistres. Aussitôt, l’Écrapince cracha de nombreuses bulles pour éteindre la catastrophe... Et, alors que l’épaisse fumée noire s’élevait dans les cieux, une violente dispute éclata entre les deux bandits, le propriétaire du Pokémon aquatique reprochant à l’autre d’avoir « ramené son bestiau pourri et exotique d’on ne savait où, et d’avoir pris le plus nul du lot, qui ne savait même pas allumer un feu sans cramer le reste autour ». Les deux gaillards en vinrent rapidement aux mains, les mandales volèrent, et Miku, en se mordant la lèvre, passa discrètement en contournant néanmoins le camp. Elle avança encore un moment, puis rejoignit Anthere, qui l’avait attendue, un peu plus loin.

Que faire à présent ? La Mizuhanienne avait raison, ils étaient sans aucun doute en supériorité numérique. En même temps, ce n’était pas difficile, elles n’étaient que deux... Aplatie dans les taillis, toujours encapuchonnée, Miku chuchota :


« Pour le moment, attendons... Le Machopeur et l’homme sont arrêtés un peu plus loin. Regarde, il y a quelqu’un qui porte des vêtements différents. C’est peut-être leur chef... Pour le moment, le mieux est d’observer ce qu’ils font, et d’essayer d’estimer leur nombre. C’est inutile de se jeter tête baissée. Nous ne ferions que leur donner l’occasion de nous mettre hors d’état de nuire, et nous serions incapables de protéger ce qu’il reste de la Vallée. Et puis, si je peux éviter de blesser encore quelqu’un... Je préfère. »

Elaphos et Hermélios, collés à Miku, se firent également discrets. Nebula s’était posée sur un arbre proche, tandis que Promantis, lui, avait disparu du champ de vision de la prêtresse. Elle lui faisait néanmoins confiance : s’il avait une fâcheuse tendance à mettre sa maîtresse dans la mouise en l’emmenant un peu là où il en avait envie, il n’était pas assez stupide pour la mettre en danger. Du moins, pas volontairement. En silence, Miku observa les allées et venues des malfrats, tentant par tous les moyens de trouver une brèche dans la surveillance du quartier général.

[Long post is long. XD J’espère que ça ira, et que j’ai bien respecté les consignes. ^^]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

0 RP -  1 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 356

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par PNJ le Lun 5 Jan 2015 - 17:44

« … Et c’est avec une grande joie, mes amis, que je vous annonce la construction de mon palais qui est la preuve éclatante de notre triomphal triomphe »… Oui, pas mal comme conclusion à son discours de victoire… Quoiqu’un peu trop triomphant à la réflexion. Il allait devoir peaufiner encore un peu les détails. Soudain, on frappa à la porte.

« Entrez », lâcha Numérus, agacé qu’on vienne l’interrompre à un moment aussi crucial.

C’était Ganjo accompagné du gros abruti là… Comment il s’appelait déjà ? Ah oui, Gus !
En quelques cris, le Machopeur résuma à son maître tout ce qu’il avait vu lors de son inspection. Numérus, qui connaissait et comprenait bien son Pokémon, garda le silence pendant cet exposé. A la fin, il lâcha seulement, froidement :


« Et tu n’as pas pensé à te débarrasser de ces deux gêneuses hein ! Tête d’imbécile ! Deux gamines apparaissent dans la forêt et aussitôt pouf ! Comme par enchantement, un Darumacho est pris de folie furieuse ! Et t’as pas pensé que ça pouvait être lié, hein ? Et non seulement tu leur as laissé la vie sauve mais en plus tu les as même pas foutues dehors ! T’as pensé qu’elles avaient pu te suivre jusqu’à moi, hein ? Ça t’a pas traversé l’esprit ? »

Rouge de colère, Numérus envoya une décharge électrique à son Pokémon. Ça lui apprendra à se montrer imprudent ! Comme à son habitude, le Machopeur ne broncha pas pendant son châtiment. Ce n’était pas la première fois que son maître le punissait. Et ce ne serait pas la dernière. Et comme a chaque fois, il l’avait mérité.
Puis, aussi subitement qu’il s’était énervé, Numérus se calma et un sourire mauvais apparut sur son visage.


« Dis-voir, tu m’as bien dit que ces deux filles étaient des dresseuses… Et que l’une d’entre elle avait ses Pokémon en liberté quand tu l’as croisée, là où il y avait le frère de Gus, hein ? »

Le Machopeur hocha la tête en signe d’approbation. Bien. Parfait même !

« Cheesy » ! Appela-t-il !

Aussitôt, un immense Couafarel, à la fourrure blanche cotonneuse tachetée de rose apparut. Elle mâchouillait dans sa gueule un bout de tissu qui avait jadis appartenu à l’arrière du pantalon d’un des bandits. Ganjo connaissait bien les deux autres Pokémon de son maître. La Caniche, qui servait de noble destrier à Numérus, n’avait pas un mauvais fond, mais elle adorait traquer des proies. Et sa battre aussi .Et surtout mordre des derrières. Et si elle était de la partie, cela voulait dire que…
« Forcené  ! Toi aussi ! » glapit Numérus en jetant sa ball. Le Chimpenfeu sortit en hurlant. Ganjo n’aimait ce Pokémon. Avant de rejoindre Numérus, il avait travaillé comme manutentionnaire dans les monts Efferos. Là, il avait cotôyé un Simiabraz. Le singe possédait une puissance qui dépassait de loin celle de Ganjo, et le colosse avait été ébloui par sa force. Et quand il lui avait demandé comment il était devenu aussi fort, le simien lui avait expliqué que ce n’était pas la force brute qui lui avait permis d’évoluer et de devenir aussi fort, mais la sagesse. Il savait quand se battre, et quand ne pas se battre. Ganjo avait retenu la leçon. Forcené, malgré tout son potentiel, ne l’assimilerait jamais. Ganjo aimait se battre en tant que guerrier et en tant que Machopeur. Il aimait comparer sa force à celle d’autrui pour devenir de plus en plus fort. Forcené n’aimait que deux choses : humilier et détruire…

« Ganjo, tu restes ici et tu gardes mes plans ! Ils sont vitaux pour mon œuvre, comprends-tu ? VI-TAUX ! Leur perte retarderait de plusieurs années ma domination de cette région… Enfin bref ! Cheesy en avant toute ! »

Qu’il reste donc à l’écart pendant que lui, le GRANDISSIME Numérus, allait régler son cas aux rebelles ! Ça lui apprendrait à se montrer trop tendre ! Avec son flair, la chienne géante, qu’il avait capturé récemment, ne mettrait pas cinq minutes à trouver les deux intruses, si toutefois elles avaient suivi Ganjo. Mais à leur place, c’est ce que lui, Numérus à l’intellect supérieur, aurait fait. Car il avait bien conscience qu’en tant que chef, il était l’objectif final de ces défenseures des Pokémon à la manque ! Sauf que, et c’est là où ça devenait intéressant, Ganjo avait, un peu plus tôt dans la journée, chassé tous les Pokémon du coin sur son ordre ! Numérus s’était d’ailleurs personnellement chargé de la dernière d’entre elles, cette foutue Gardevoir ! Encore une chieuse ! Par conséquent, ce serait un jeu d’enfant pour Cheesy de retrouver les Pokémon de ces deux filles, donc les filles, puisqu’elles voyageaient innocemment aux côtés de leur Pokémon ! Hé, les Pokéball n’étaient pas faites pour les chiens ! Et il allait le leur montrer !

Quelques minutes plus tard, Cheesy retroouva leur piste. Apparemment, c’était une odorante Phylalli qui lui avait permis de les retrouver ? Parfait !


« Alors les gamines, on veut jouer à sauver les gentils petits Pokémon ? Mais vous savez, il existe aussi les grands méchants Pokémon ? Vous voulez que je vous montre ? Cheesy, beugla-t-il en sautant de sa monture, occupe-toi de la dresseuse de cette Phyllali ! Forcené, tu prends l’autre ! Et surtout, faites-les bien souffrir pour leur montrer ce qui arrive quand on me met des bâtons dans les roues ! »

[Donc Miku tu dois te charger du Chimpenfeu sadique et Anthère du Couafarel géant. Un combat classique sauf que cette fois-ci, du fait de la présence de Numérus qui épaule ces troupes, les ruses que vous avez employées ne marcheront pas. Il s’agit avant tout d’un combat de Pokémon standard, avec des adversaires à votre niveau, ne les sous-estimez pas. Ensuite, vous devez trouver un moyen de contraindre Numérus à partir de la forêt sachant que la ruse ne marche pas,  la force non plus. Utilisez plutôt la négociation. Si jamais vous avez besoin de faire intervenir Ganjo, la ruse ne marche pas sur lui, puisqu’il vous a déjà vues à l’ouvre et seule Miku, qui l’a aidée, peut le persuader si besoin. Autrement, faudra lui taper dessus. Un indice est glissé dans le post pour savoir comment marchander avec Numérus. Votre post déterminera la réussite de la mission. Bonne chance !]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1075

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Anthere Osarian le Mer 7 Jan 2015 - 19:09

[Voilà ^^ Bonne lecture mdr 5h de rédaction xD
Cette réponse et la suivante constituent une seule et même réponse écrite à 4 mains par Nina et moi, on poste une partie chacune de taille équivalente ^^]


Au bout d'un long moment, la Phyllali s'arrêta net et se coucha dans les hautes herbes, transmettant du même coup l'information au Nidoran, en arrière garde. Le Machopeur venait d'entrer dans le camp ennemi. En le voyant s'éloigner, Miku chuchota, tout près d'Anthere :

« Ce Pokémon, il est fort. Je l'ai aidé, mais il a réussi à vaincre le Darumacho, et il ne plaisante pas... Par contre, même s'il est puissant, il a aussi de l'honneur. Mon Xatu m'a traduit ce qu'il me disait, et il m'a remerciée de l'avoir soutenu, tout en me précisant qu'il me laissait tranquille parce que je l'avais aidé. En fait, il semble très honnête et, même si son maître est un idiot, je pense qu'il est suffisamment intelligent pour qu'on puisse lui parler sans qu'il ne parte au quart de tour. »

Un Pokémon avec de l'honneur ? Anthere n'était pas une experte, mais c'était plutôt bon signe... Si ça se trouve, il n'avait pas très envie dans le fond, d'obéir à ce genre d'individus... Pour ne pas faire de bruit, Anthere fit un signe de tête affirmatif. Elle avait compris et c'était plutôt un fait à leur avantage. Mais pour le moment, elle pensait surtout au chef de la bande, en se demandant sur quoi elle allait tomber. Par prudence, elle renvoya Nidoran dans sa Pokéball. Elle avait le sentiment que sa présence allait plus poser problème qu'autre chose... Phyllali revint vers les deux filles en toute discrétion.

Hormis les craquements dans les buissons, il n'y avait plus aucun bruit, et le calme qui s'installa devint presqu'angoissant. Le silence pesant mit Miku mal à l'aise mais, en l'absence d'ennemis dans leur champ de vision, elle songea qu'il était peut-être temps d'avancer... Elle échangea un regard avec sa camarade, et elles marchèrent avec lenteur, progressant avec prudence dans les taillis. Mais alors qu'elles se rapprochaient peu à peu du camp, une ombre, massive et imposante, jaillit devant elle, leur barrant le passage.

Anthere fit un bond en arrière, les yeux grands ouverts, un bras en avant pour se protéger. Un immonde truc blanc venait de leur bondir dessus, enfin juste sous leur nez mais c'était pareil. Qu'est-ce que c'était que ça ?!!! Ça ressemblait vaguement à un Caninos atrophié tout chelou avec une lavette en guise de pelage. Beuârk ! Mais il était aussi beaucoup plus gros... Et il avait un cavalier. Une espèce de nabot, heu enfin bref. Miku à côté d'elle se mit immédiatement en position défensive, retirant de ses cheveux ce qui ressemblait à une barrette. Avec une expression aussi surprise que larguée, Anthere se demanda ce qu'elle comptait lui faire avec une épingle à cheveux ?

Miku, non moins surprise qu'Anthere, fut donc plus pragmatique que sa camarade, qui la dévisagea lorsqu'elle sortit sa barrette de ses cheveux. Oui, c'était sûr que pour une non-initiée, son geste pouvait paraître bizarre... Mais la prêtresse éclaira Anthere sur ce point en appuyant sur le mécanisme du bijou. Aussitôt, il se changea en un bâton long et métallique, qui vibrait de pouvoir, et que la Nalcienne tendit en avant, prête. La Mizuhanienne, une fois l'étonnement premier passé, imita Miku et se tendit, prompte à se battre (ou presque, mais l'essentiel, c'était de faire illusion, n'est-ce pas ?). Près de l'apprentie du Temple, l'oiseau énigmatique se matérialisa, immuable, plantant son regard dans celui du Chimpenfeu.

Au même instant, la Phyllali s'interposa devant le canidé, enfin ça avait l'air d'en être un du moins. Anthere comprit tout de suite en revanche, pour une fois, que le petit bonhomme engageait un combat Pokémon. Et ça, c'était carrément son domaine ! Sans sourire, tout de suite en concentration, Anthere reprit ses marques de Dresseur Pokémon. Phyllali se positionna, le couple donnant ainsi l'exemple à suivre pour Miku. Le duel était engagé...

En face d'elles, le chien bizarre et un Chimpenfeu qui avait l'air pressé de leur faire mordre la poussière. Le Couafarel, sur ordre de son maître, se jeta sur Akasie sans préambule, la prenant à revers pour lui faire un Coup Bas, jouant sur l’effet de surprise. La Phyllali, pourtant prête à lancer sa Vive-Attaque, ne vit rien venir et prit l’attaque de plein fouet, sonnée, faisant plus ample connaissance avec le sol. Anthere vit Akasie rouler sur le sol, prise de vitesse et autant qu'elle, au dépourvu non seulement par la vitesse de ce Pokémon inconnu, mais par la puissance et la vitesse de l'attaque. Sonnée, la renarde mit plusieurs secondes à retrouver ses esprits. À cet instant, Promantis émit aussitôt une aura qu'Anthere sentit pleine de chance et de promesse. C'était un Air Veinard ! Ce qui était bien joué de sa part et Xatu, très rapide, enchaina avec un Vent Arrière. Excellent !

« Miku, en duo ! » S'exclama Anthere.

Le Chimpenfeu, trop lent, s'était roulé trop tard en une boule de feu pour écraser l'oiseau psychique, et il se dirigea à vive allure vers lui. Malheureusement pour le singe, Promantis n'avait aucunement l'intention de se laisser faire. Pire encore, si Miku le savait assez borné et retors, elle ignorait que son Pokémon avait la tête dure, dans tous les sens du terme. Alors que la chaleur de la Roue de Feu faisait miroiter l'air dans son sillage, Promantis, pas perturbé pour un sou, accueillit son assaillant avec un Psykoud'Boul bien placé. La Nalcienne regarda son Xatu envoyer valdinguer son ennemi, tout en répondant d'une voix qui se voulait assurée :

« Oui, ensemble ! »

Le Chimpenfeu avait pris beaucoup de vitesse, hélas pour lui, le coup de boule qu'il reçut n'en fut que plus douloureux. Il venait de faire une erreur psychologique, si l'on pouvait dire... Une erreur qui le renvoya en arrière avec une violence à en décrocher la tête.

À trois mètres de là à peine, Anthere avait repris les rênes du combat, Akasie sur pattes, elle lui avait ordonné d'entamer une Danse-Lames, une petite danse élégante, mais agressive, qui était tout à fait de circonstance, la Phyllali était très contrariée que ces personnes détruisent la forêt... Elle termina de se trémousser et fonça sur le sale cabot pour lui envoyer une Lame-Feuille bien placée à cette sale touffe de poils ! Sauf que, pas de bol pour Akasie, Couafarel était une véritable éponge physique. Malgré toute la bonne volonté de la renarde, la Lame-Feuille ne fit que chatouiller la fourrure de Cheesy, qui toisa la Phyllali comme si elle était la dernière des idiotes. Akasie rebondit sur l'épaisse toison de la créature, comme renvoyée par une paroi caoutchouteuse, alors que Promantis, perplexe, se détournait déjà du spectacle pour se concentrer sur son propre opposant. Anthere ouvrit des yeux ronds sans comprendre. Que se passait-il? La Lame-Feuille n'avait eu aucun effet malgré la Danse-Lame et d'accord, Akasie n'était pas une bête de combat, mais quand même ! Akasie rebondit, mais elle eut le bon goût, cette fois, de retomber sur ses pattes. Peut-être que cette vilaine chienne ne craignait pas le type Plante ? Pour ne pas se faire surprendre par la vitesse du chien, Anthere commanda une Vive-Attaque combinée avec une Morsure.

Trois mètres en amont, le Chimpenfeu reprenait ses esprits et se relevait péniblement, mais déjà, ce sale piaf disparaissait pour réapparaître juste sous son nez et venir le piquer avec son bec. Mais l'oiseau commençait à lui taper sur les nerfs et si on en jugeait par une veine sur sa tempe qui commençait à battre le rythme, son agacement était sévère ! Il profita de l'occasion pour l'attraper d'une patte et le maintenir, tout en lui envoyant une volée de Poing-Éclair en pleine face. D'abord surpris et sonné, Promantis retrouva ses esprits au bout d'un moment et eut la présence d'esprit de disparaître de nouveau pour se soustraire à son assaillant, cette fois. Lorsqu'il redevint visible, un peu plus loin, son visage d'habitude inexpressif affichait à présent un masque de colère. Piqué au vif et carrément vexé d'avoir été pris pour un mannequin d'entraînement au combat, le Xatu fit gonfler ses plumes, et là, Miku sentit qu'il y avait danger. Le piou était énervé. Vraiment. Une lueur vive émana de lui, filant vers les cieux en une prière silencieuse, alors qu'une Onde Folie fonçait, non pas sur le Chimpenfeu, mais sur le Couafarel ! Sitôt après, Forcené se fit enfermer dans un carcan électrique généré par celui qu'il avait OSÉ frapper. Il aimait les éclairs ? Il allait en avoir !

Le Chimpenfeu, qui cognait le Xatu, se retrouva soudainement dans le vide et par un effet de la gravité, se vautra au sol sans grâce. Le singe pesta et profita de la fuite de son lâche d’adversaire pour augmenter sa puissance de frappe dans une concentration. Mais le Xatu ne revint pas tout de suite et mieux, il semblait l'avoir oublié en s'en prenant au Couafarel ! C'était parfait, il allait voir lequel des deux était le vrai super guerrier ! Il était le singe le plus puissant du monde ! Au même moment, une immense cage faite de filaments d'électricité se leva autour de lui, tétanisant ses muscles par moments. Ah ! Il voulait jouer à ça le poulet ? Il allait le rôtir et le servir à a son maître au dîner ! Entre deux paralysies, il parvint à cracher une immense gerbe de flammes ardentes, une Canicule qui se scinda pour toucher ses deux adversaires... Et les Dresseuses avec.

Miku, avec une angoisse mal contenue, jeta un regard à son Xatu qui, alerte, vola en vitesse jusqu'à sa partenaire pour l'envelopper dans ses ailes et disparaître avec elle. Dans le même temps, la Nalcienne saisit la main de son binôme de Mizuhan, dressant un début de bouclier d'air solide pour les protéger du feu ardent.

De leur côté, les deux Pokémon, sains et saufs (à part peut-être une petite mèche cramée, mais c'était négligeable) venaient de se rematérialiser un peu plus loin, à l'écart de la vague de chaleur. Alors qu'il lâchait Akasie, Promantis sentit une caresse bienfaitrice l'effleurer, fermant la plupart de ses plaies. Son Vœu venait d'être exaucé.

Anthere vit les flammes arriver et eut un geste de recul. Et comme souvent quand la peur prenait le dessus, ses pouvoirs se manifestèrent, au même moment, Miku lui prenait la main. Obéissant à son geste, l'eau contenue dans le sol s'éleva devant les deux filles pour les protéger des flammes, un mur d'embrun, encore un... Mais un vent protecteur balaya les environs et quelque chose d'indéfini se fit sentir, visuellement, à peine un reflet rosâtre, fugace... Le reflet enveloppa le tout, mais l'eau semblait s'être évaporée sans se laisser de traces. Un puissant bouclier flottait devant les Dresseuses et les protégeaient du combat Pokémon.

Du côté des Pokémon justement, Akasie avait eu chaud. Ce sac à puces avait failli la faire brûler ! Liée par une très forte amitié de longue date avec Anthere, elle savait, même si cette dernière était indisponible, qu'elle pouvait utiliser une attaque Retour sur le singe de feu, il allait comprendre, lui, ce que c'était que d'avoir un dresseur aimant, respectueux, qui était plus un ami qu'un maître. Et puis grâce à cette attaque, elle allait pouvoir l'empêcher de lui faire du mal ! Akasie n'en oubliait pas ses blessures, comme piquée au postérieur, elle se retourna vers la Couafarel, qui ne semblait ne plus savoir où elle en était et s'apprêtait même, on dirait, à charger le Chimpenfeu ! La Phyllali en profita, une grosse boule verte se forma pour toucher le tas de poils blancs, une boule qui lui revint et la soigna en partie de ses blessures. Elle se sentait déjà beaucoup mieux !

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1476

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Miku Hatsune le Mer 7 Jan 2015 - 19:19

[Bonne lecture !]

Tandis que le combat faisait rage, Ganjo, lui, inquiet par le temps que prenait son maître à en finir avec les deux gêneuses, osa jeter un œil à la scène. S’approchant de la fenêtre, il vit, en contrebas, la Phyllali emportée par le Xatu, et les deux filles qui s’entraidaient pour faire front contre Numérus. Lorsqu’Akasie exécuta son attaque Retour contre Forcené, quelque chose étreignit la poitrine du Machopeur. Alors que les Pokémon de son Dresseur à lui ne se souciaient pas des copains quand ils attaquaient et ne cherchaient pas à se protéger mutuellement, les deux binômes ennemis, eux, fondaient leurs chances sur leur coopération... Curieux et attiré par cet improbable duo, il saisit le coffre-fort qui contenait les plans, se conformant aux instructions de son maître (après tout, il lui avait dit de garder les plans, mais il ne lui avait pas vraiment interdit de bouger un peu s’il remplissait son rôle de surveillant, pas vrai ?) et sortit, en restant néanmoins à l’écart.

La cohésion entre les deux humaines et leurs Pokémon était d’autant plus frappante qu’elles ne semblaient pas se connaître. Comment deux personnes qui ignoraient tout l’une de l’autre pouvaient travailler ensemble sans réellement se concerter ? Lui qui appartenait à la bande de Numérus depuis un moment, il n’avait de lien de cette sorte avec personne...

Anthere se rendit alors compte que les attaques physiques n'avaient aucun effet sur le Couafarel... Ce Pokémon si ordinaire et anodin, semblait avoir une défense d'enfer. Dans ce cas, elle devait tout miser sur les attaques de distance. Anthere demanda donc à Akasie de faire briller le soleil, ce qu'elle fit dans l'immédiat, un splendide Zénith qui inonda cette partie de la forêt d'une chaleur et d'une lumière intenses. À l'instant même où les rayons du soleil touchèrent les feuilles du Phyllali, elle sentit une vague de chaleur l'envahir et son pelage de mousse devint plus luxuriant, trahissant le réveil d'un Talent du Pokémon. La Phyllali, en se déplaçant, se révéla aussi rapide que le Couafarel ! La Chlorophylle qui circulait en elle la rendait plus alerte. Mais ce qu'Anthere n'avait pas anticipé, c’était que le Chimpenfeu tirerait un avantage considérable du Zénith... Il sentit la force de ses flammes augmenter. Furieux après la Phyllali qu'il aurait dû réduire en salade cuite, il se roula en boule et visa pourtant le Xatu, qui jusqu’à présent s’était concentré sur la défense de sa maîtresse. Cependant, Promantis montra une fois de plus à quel point il était tordu et sadique. Alors que le singe se gonflait et se préparait à lancer sa Roue de Feu, l’oiseau, lui, leva une aile, l’agita devant son opposant comme pour lui dire « non, non, non ! » et, rapide, se roula en boule avant l’autre pour lui rentrer dedans, avec une puissance augmentée. Le principe de « Moi d’Abord » était simple, mais terriblement efficace... Les deux comètes se percutèrent avec violence, et le Xatu profita du choc pour asséner un nouveau Psykoud’Boul à son adversaire. Si Promantis se sentit un peu assommé après cette rencontre douloureuse, Forcené, en revanche, sentit ses dernières forces l’abandonner et s’effondra, vaincu. L’oiseau, imperturbable, maintenant que le Chimpenfeu était au tapis, arracha ses plumes grillées, s’ébouriffa le crâne et se remit en position contemplative. Il n’était clairement pas au mieux de sa forme, mais comme d’habitude, l’essentiel, c’était de faire croire le contraire.

Pendant ce temps-là, on avait laissé Couafarel se taper toute seule la tête dans les arbres ou tout autre support. La Couafarel reprit enfin ses esprits, furieuse et vexée. D'un coup d'œil, elle put voir que ce débile de singe sans cervelle venait de se faire battre et voir l'oiseau parader fièrement la mit en colère. Elle décida de tirer profit de la défaite de son "camarade" et de se venger de la Phyllali qui avait osé la délester de sa vitalité. Grognant hargneusement après la renarde, elle exécuta une Vengeance bien placée qui frappa Akasie de plein fouet. Si celle-ci résistait bien aux attaques de contact, celle-ci ne lui fit pourtant pas du bien. Akasie sentait ses forces s'épuiser et elle savait qu'elle ne tiendrait pas longtemps la distance... En réponse, Phyllali profita de sa vitesse nouvellement acquise pour lui envoyer un bon Damoclès dans la tête, de front. Akasie savait que la toison du chien la protégeait efficacement, mais grâce au mouvement de recul, la renarde se retrouva à une distance raisonnable du Couafarel.

Appuyée par Anthere et bien décidée à battre ce vilain chien, Phyllali forma une nuée de bulles vertes qu'elle envoya s'écraser sur Couafarel. Mais Couafarel était rapide, elle aussi, et évita une partie des Éco-Sphère. Même si cela lui faisait mal de le penser, elle se rendait compte que la renarde résistait et commençait à mettre en doute sa confiance en elle... Pour la première fois depuis le début du combat, la chienne opta pour une réponse défensive, gonflant son pelage et s'entourant de coton pour se protéger. Mais Akasie n'avait pas l'intention de perdre le petit avantage qu'elle venait de prendre ! Épuisée, à bout de résistance, elle donna tout ce qu’il lui restait dans une dernière attaque, posant un regard entendu sur Promantis pour prendre la relève si besoin était. Elle lui confiait Anthere, la forêt et Miku. Elle allait se sacrifier. La renarde puisa au fond d'elle, avec toute la force qu'elle avait, des années d'entraînements et des liens d'amitié, d'amour même pour ses compagnons et sa dresseuse dans un Dernier Recours, frappant de plein fouet la Couafarel. La violence de l'impact parvint à percer un peu la défense naturelle du Couafarel, largement  renforcée par sa Cotogarde. Mais elle en paya le prix et tomba inanimée sur le sol après un mini vol plané, aux pieds des deux Dresseuses.

Quand la Phyllali tomba, inconsciente, Miku sentit son cœur se serrer. C’était Anthere qui avait mené son propre Pokémon, mais elle... Elle n’aimait pas combattre, et elle avait laissé Promantis se débrouiller seul. Et puis, voir des Pokémon blessés par sa faute... Lorsqu’elle aperçut Ganjo, un peu à l’écart, la Nalcienne, décidant que cela n’avait que trop duré, n’attendit pas que Cheesy se relève pour la clouer au sol avec des Liens d’Argent, des Gin no Kizuna. Des filaments de vent brillants s’entremêlèrent pour lier les pattes de la chienne entre elles, l’entravant totalement. Et puis, dans son état, elle ne pouvait guère faire plus que de grogner en sourdine...


«Ça suffit. »

La voix de la prêtresse était tranchante, coupante comme du vent déchaîné.

« Machopeur, est-ce que c’est ça, la vie que tu désires ? Être aux côtés d’un tel maître, et de tels compagnons ? Ton dresseur se fiche de détruire toute la forêt, et des dizaines de vies, simplement parce qu’il veut assouvir ses propres désirs. Ne peut-il pas construire son palais ailleurs, dans un endroit où il ne ferait pas de mal aux autres ? Toi qui étais mon ennemi tout à l’heure, je t’ai pourtant aidé, par égard pour la forêt, et pour les Pokémon qui y vivent. Et toi, tu m’as laissée repartir, parce que nous étions, l’espace d’un instant, des alliés. C’est ce que j’appelle avoir le sens de l’honneur. Je vois bien que tu es dévoué à ton maître, et que tu fais tout ce que tu peux pour lui plaire. Mais lui, t’a-t-il remercié une seule fois pour tout ça ? Est-ce qu’il te montre que tu comptes pour lui, que tu es son camarade ? Que vous êtes tous des compagnons, et non pas des mercenaires ? Je sais que le Pokémon Feu de tout à l’heure t’a occasionné des brûlures légères, mais je ne crois pas qu’il soit responsable de la légère paralysie de ta jambe gauche, que j’ai remarquée quand j’ai commencé à m’adresser à toi. Que t’apporte un maître pareil ? Te permet-il de t’épanouir, et d’emprunter la voie que tu souhaites parcourir ? À te rabaisser et à t’évincer parce que tu as fait ce que tu croyais juste ? Je suis désolée que tu aies été blessé par notre faute. Parce que je pense que je ne me trompe pas en disant que c’est à cause de ton honneur, qu’il a pris pour du laxisme, que tu as récolté cette blessure-là. Mais je crois aussi que tu n’es pas fait pour cette vie, que tu n’es pas un mauvais Pokémon. Il n’y a pas de mauvais Pokémon. Il n’y a que de mauvais maîtres. Je ne t’encourage pas à te retourner contre qui que ce soit, parce que la vengeance n’apporte que du malheur. Mais... Je crois vraiment... Que tu mérites mieux que ça. Que ce que j’ai vu du toi, ce n’est pas ta vraie nature. Tes vrais sentiments. Ce Machopeur qui obéit, mais qui m’épargne parce qu’il respecte ses convictions... Qui est-il, réellement ? C’est à toi qu’il revient de décider de ce qu’il en est. En fin de compte... Le choix t’appartient. »

Anthere ramassa sa pauvre Phyllali, caressant ses feuilles sans rien dire. Jamais elle ne lui avait demandé de se sacrifier, et si elle s’était doutée de ce que la renarde avait en tête, elle l’aurait ramenée dans sa balle, quitte à l’y forcer. Mais jamais, jamais elle ne l’aurait fait combattre jusqu’à cet extrême. En la prenant avec elle, Anthere pouvait seulement lui assurer une protection grâce à leur bouclier combiné à elle et Miku… Mais c’était tout, le moment n’était pas vraiment adéquat pour sortir tout son petit barda médicinal et elle craignait qu’un geste de trop ne déclenche une catastrophe. La chienne resta au sol un moment, semblant incapable de se relever, bien que profondément contrariée par ce combat et surtout cette issue qui n’était pas pour flatter son orgueil. Elle vit arriver ensuite le Machopeur qui ne les quittait pas des yeux et Miku prit la parole, aussi secouée qu’elle par la fin du combat. Car pour Anthere, le combat était terminé. Bien sûr, elle pouvait encore envoyer n’importe lequel de ses Pokémon pour finir de mettre K.O le chien blanc, mais elle n’en avait vraiment pas envie. Pas comme ça. Ce n’était pas un duel honorable comme l’était un duel de Dresseurs ou dans une arène…

Non là, c’était d’une réalité dure et glaciale comme elle n’en avait jamais connue. Parce que justement, Anthere avait toujours eu la chance d’être protégée de ce genre de choses… Mais il semblait que cette fois-ci, la chance ne la protégeait pas. Heureusement, ses Pokémon et Miku étaient là. Miku d’ailleurs, qui n’en finissait plus de parler. Anthere ne chercha pas à l’interrompre, ni même à souligner ses propos… La fille de l’eau se releva, s’étant baissée auprès de sa Pokémon et la serra dans ses bras en guettant la réaction du Machopeur. Elle n’avait, de toute façon, pas grand-chose à dire, elle était complètement d’accord avec elle… Cette folie avait assez duré et ce bonhomme ne serait jamais un seigneur ni quoi que ce soit d’honorable ! Mais s’il voulait régner sur des arbres et des mousses, grand bien lui en fasse si seulement il ne faisait pas autant de mal autour de lui ! Anthere n’était pas en colère, mais ce genre de méchanceté, elle était incapable de le comprendre… Quand Miku souligna la blessure qu’avait Ganjo, Anthere regarda de plus près. C’est vrai ça, elle remarqua qu’il n’avait pas l’air de se tenir normalement…

Grâce aux nombreux sports et à l’équitation notamment qu’elle pratiquait, elle savait repérer les gênes physiques chez les gens ou les Pokémon. La maltraitance, elle commençait à en connaître un rayon grâce à Ourasi, qui en avait lui aussi subi les conséquences, ce qu’elle avait déduit de son comportement. Alors ce fou, ce méchant homme avait battu son Pokémon, l’avait blessé délibérément parce qu’il avait décidé de les laisser tranquilles pour l’avoir aidé à sauver ses compagnons ? Répugnant… Elle n’avait pas d’autre mot. Elle écoutait le discours de Miku, qui reflétait aussi sa pensée profonde. Les deux filles ne se connaissaient pas spécialement, depuis quelques jours à peine et encore, jusque-là elles n’avaient fait que se croiser pour ainsi dire… Et pourtant. Ce Machopeur méritait mieux, et même les autres… Anthere jeta un œil compatissant au Chimpenfeu qui gisait au sol et à la Couafarel furieuse… C’était de sa faute à ce bonhomme raccourci s’ils avaient un mauvais comportement.


« Elle a raison, tu vaux mieux que ça. » Ajouta-t-elle simplement.

[Voilà, après 5h de rédaction ^^
Cette réponse et la précédente constituent une seule et même réponse écrite à 4 mains par Anthere et moi, on poste une partie chacune de taille équivalente Wink]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

0 RP -  1 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 356

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par PNJ le Ven 9 Jan 2015 - 17:28

Ganjo contempla le spectacle qui s’offrit devant lui. Contrairement à ce qu’il aurait cru, les Pokémon de son chef avaient salement dérouillé. Donc ça allait être à son tour de se battre, et peu importait que son maître fût fâché envers lui. A moins qu’il ne décide de régler cette affaire lui-même ? De toute manière, cela ne changeait rien, au bout du compte : les deux filles étaient condamnées. Elles avaient fait montre, avec leur Pokémon, d’une résistance surprenante dont il ne les aurait pas crues capables, et il était bien possible qu’elles réussissent également à le vaincre lui. Mais elles ne pouvaient rien contre un Vandale du feu. Pas en plein milieu d’une forêt. Elles ne pouvaient pas maîtriser suffisamment vite un homme qui avait le pouvoir de dévaster les alentours sur des kilomètres à la ronde en claquant des doigts. Et ça, Numérus le savait pertinemment. Et voilà que la fille aux cheveux bleus lui faisait un long discours sur l’honneur… L’honneur du guerrier… Malgré l’assurance de sa voix, Ganjo compris bien vite qu’elle manquait de structure dans ses propos. Et pour cause, s’il avait pu constater que la jeune fille savait précisément ce qu’était l’honneur, il lui manquait cependant un élément pour qu’elle puisse pleinement le convaincre : elle ignorait tout de lui.

Pour commencer, son sens de l’honneur, il ne l’avait pas acquis en devenant un guerrier, non. Il l’avait acquis bien avant, en travaillant en compagnie de camarades mineurs qui, comme lui, risquaient leur vie en permanence. Dès lors, la solidarité était en ce lieu une règle d’or : peu importait si vous aimiez ou non votre collègue, si jamais il était en danger, vous deviez aller l’aider coute que coute. Et c’est ce que Numérus avait fait. Ganjo lui devait la vie. Petit à petit, en découvrant l’art du combat, Ganjo avait construit son honneur de guerrier mais uniquement à partir de cette base. Il ne pouvait tout simplement pas abandonner son maître, et ce quelles que soient les horreurs qu’il avait commises jusqu’à présent. Parce qu’il lui avait sauvé la vie et que pour le moment, il n’en avait ôté personnellement aucune. Et puis, ce qu’elle disait sur l’inexistence des mauvais Pokémon… C’était tout simplement faux. Sur bien des aspects, les Pokémon étaient les égaux des humains, et pas leurs inférieurs, comme le croyaient nombre de ces bipèdes. Mais à ce titre, sur le plan de la moralité, les Pokémon n’étaient pas meilleurs que les hommes. Et de la même façon qu’il existait des hommes bons et d’autres horribles, certains Pokémon étaient bon et d’autres, affreux !

Mais Ganjo devait prendre en considération un autre fait. Cette fille… Lui avait probablement sauvé la vie tout à l’heure avec le Darumacho. S’il ne ‘aidait pas, elle ne survivrait pas, il en était convaincu. Et son maître en serait responsable Mais s’il l’aidait, alors il trahirait son premier sauveur… Que faire ? Devait-il reconsidérer son allégeance ?

« … ALORS TU ATTAQUE ESPECE DE DEBILE INUTILE ! NON MAIS ALLO QUOI !!!!! T’ES UN MACHOPEUR ET TU VEUX PAS TE BATTRE ? TU SERS VRAIMENT A RIEN ! Bien, reprit-il sur un ton plus clame, non sans afficher une moue sadique, je vais vous carboniser, ça vous apprendra à m’ignorer ! Personne ne dénigre le GRAND seigneur Numérus premier, je vais vous… »

Mais un événement imprévu interrompit sa phrase : en effet, le singe de feu, dans un ultime accès de rage, fit voler sa cage électrique en éclat et, tout en s’embrasant, il fonça droit sur Miku, son Poing de Feu déjà armé. Mais comme à son habitude, il était bien trop hâtif et avait commis une erreur : complètement focalisé sur son membre supérieur enflammé, il ne prêtait plus attention à ses membres inférieurs et il ne vit pas arriver la Balayette de Ganjo dans ses jambes, qui le renvoya au tapis pour de bon.

« Espèce de traitre ! Beugla le nain ! Alors c’est pour ça que t’as rien fait, hein ? Tu voulais les aider ! Je suis entouré de traitres ! Et tu vas payer pour eux tous ! »

Aussitôt, tous les arbres autour du colosse explosèrent, et il se retrouva enseveli sous les morceaux de troncs encore intacts. Puis il se tourna à nouveau vers les jeunes filles en leur disant :
« A votre tour, maintenant ! » Mais tandis qu’l était sur le point de leur envoyer une immense boule de feu, un bras gigantesque sortit du tas de bois qui recouvrait le colosse et il projeta un des copeaux géants en direction de son ancien maître. Ce dernier n’eut la vie sauve que grâce à quelque chance diabolique : sentant plus qu’il ne vit le projectile foncer sur lui, il l’incinéra avant qu’il ne le touche.

« C’est tout ce que tu sais faire ? Très bien, alors il est temps d’allumer ce beau bûcher que je vois là ! Rit-il tout en enflammant les buches.

Mais alors que les flammes léchaient le corps du combattant, un deuxième bras émergea des buches, rapidement suivi par deux autres. Ganjo avait bel et bien changé d’allégeance. Parce que son honneur ne pouvait être mis en péril par un homme qui ignorait jusqu’au sens de ce mot. Les flammes avaient beau torturer son corps, elles élevaient dans son corps une énergie née de ses brulures, et son Cran lui permettait de tenir bon. La fumée l’aveuglait, mais lorsqu’il frappa son ancien maître avec sa plus puissante attaque Vendetta, ce fut son instinct, et non ses yeux, qui guidèrent son geste. Nul ne pouvait échapper à l’Annule-Garde. Lorsqu’il vit son ancien esclave se jeter sur lui malgré ses brûlures, Numérus le Grand fut trop surpris pour réagir. Il prit donc deux des quatre poings du colosse dans la face. Il venait de sous-estimer les « faibles » une fois de trop.

Le nabot décolla dans les airs en hurlant : » JE ME VENGERAAAAAIIIIII ! »
Epuisé, le Mackogneur soufflait bruyamment en regardant tour à tour les deux filles, lorsqu’un léger bruit se fit entendre : Gardevoir venait de se téléporter à ses côtés, mais contrairement à la première fois, elle n’était pas seule : six petits Tarsal l’accompagnaient, accrochés à sa robe. Elle regarda un instant autour d’elle, puis, ne sentant la présence du nabot maléfique nulle part, un sourire éclaira son visage d’ivoire et elle déclara, émue, aux deux jeunes filles :
« Vous avez… Vous avez chassé ce montre de la vallée. Je… Je ne sais comment vous remercier. Je… Merci ».

Soudain, un grand bruit de ferraille interrompit son discours. Ganjo était en train de transformer, à la force de ses poings, le coffre-fort qu’il avait amené avec lui en boîte de conserve écrasée. Pour finir, il la projeta en direction de l’ouest, vers l’océan, là où personne n’irait récupérer les plans maudits. Gardevoir remarqua alors sa présence. Machopeur lui fit alors un geste signifiant clairement qu’il ne comptait pas attaquer, et il laissa même la Pokémon psy lire dans ses pensées, pour lui prouver sa bonne foi. Cette dernière lui dit :
« Oh, c’est toi ! Tu es ce Machopeur que… que j’ai combattu tout à l’heure… Et tu les as aidées à chasser cet horrible humain… Laisse-moi soigner tes blessures » Et elle lança un Vibra-Soin sur le Mackongneur pour le soigner. Puis, elle fit de même avec les Pokémon des deux filles, et enfin avec ceux de Numérus. Toutefois, elle prit bien soin de lancer un Hypnose sur le Chimpenfeu avant de le soigner. Mais lorsqu’elle s’approcha de la Couafarel pour la soigner, cette dernière, bien que meurtire, se redressa en reniflant et elle plongea sa truffe sur la robe de la Gardevoir, qui après un instant d’hésitation, se laissa faire. La caniche ne lui voulait pas de mal. Aussitôt, la chienne commença, la truffe au sol, à fouiller les buissons alentours.

Ganjo la regarda faire. Pour sa part, s’il en avait eu la possibilité, il aurait abandonne Forcené à son sort. Non seulement ce Pokémon n’apprenait pas de ses erreurs, mais en plus, il était une menace sérieuse pour tous les habitants de la forêt. A la place de Gardevoir, il l’aurait tout simplement envoyé au même endroit que son maître. Loin. Très loin. Mais il ne comptait pour autant pas ruiner le travail de la Pokémon psychique. Elle avait fait son choix et elle avait sa propre manière de voir les choses. Comme ces deux filles.
Il fut soudain interrompu dans ses réflexions par un aboiement joyeux. Cheesy était de retour, et dans son épaisse toison se trouvaient deux eux tachetés de verts, qu’elle plaça sous le nez de la Gardevoir, en aboyant de nouveau.

« Mais, mais ce sont… » Soudain, elle se souvint des personnes qui l’entourait et leur expliqua : « Tout à l’heure, dans la ^précipitation, je n’ai malheureusement pas eu le temps d’évacuer deux de mes huit œufs et tu… Tu les as retrouvés ! Merci ! »

Cheesy, toujours aussi satisfaite d’avoir accompli sa mission, accueillit ces remerciements en battant de la queue. Elle avait beau aimer le combat, elle restait d’abord et avant tout une pisteuse hors-pair, se remémora Ganjo. Pour sa part, le colosse avait aussi des choses à dire aux deux filles, en guise d’adieu, et il demanda à Gardevoir d’assurer la traduction.

« Il dit qu’il vous remercie pour toute l’aide que vous lui avez apporté, et pour lui avoir ouvert les yeux. Numérus était son dernier maître. Désormais, il ne servira plus que ceux qui le mérite. Néanmoins, il tient à vous mettre en garde. De ce qu’il a vu, il trouve que vous avez les capacités pour protéger les autres et que vous savez vous défendre. Mais se défendre ne suffit jamais à vaincre un ennemi, alors il vous conseille de toujours vous faire accompagner par un guerrier pour les missions périlleuses. Que ce soit une tierce personne, ou le guerrier qui sommeille au fond de vous… Et il vous souhaite bonne chance pour la suite. »

« Pour finir, continua Gardevoir, j’aimerais moi aussi vous présenter mes plus sincères remerciement, et… Je vous en pris, prenez un de mes œufs chacune. Autrefois, j’ai moi aussi été liée à un dresseur. Un homme merveilleux. Hélas, il est mort de la seule manière que je ne pouvais pas éviter, de vieillesse. Si je me suis depuis habituée à la vie dans la nature, j’ai toujours souvenir de cette période merveilleuse, et j’aimerais que mes enfants aussi en fassent l’expérience avec des personnes de confiance telles que vous. S’il vous plait, chérissez-les comme vous aimez chacun de vos Pokémon et montrez-leur que les humains savent être bons. Je… Merci encore, au nom de tous les habitants de cette forêt ».

Et la Pokémon psy fit léviter ses œufs jusqu’aux jeunes filles. Mais la solennité de ce moment fut de nouveau troublée par Gus, qui, bravant le dernier ordre de Ganjo, était sorti de la cabane.
« Ben, il est où le chef ? demanda-t-il au Mackogneur, qu’il reconnut, malgré son intellect limité. Il est parti ?
Ganjo acquiesça de la tête.
« Mais alors, on sera pas payé ? »
Le colosse lui confirma que non. Aussitôt, retourna vers la cabane avant d’en ressortir en beuglant, accompagné de son frère, enfin réveillé :
« Hé les gars, le chef, il nous a menti ! On sera pas payé ! »

Ganjo était satisfait. Aucun des autres bandits n’avait la folie des grandeurs. Ces brutes voulaient seulement être payées, et déboiser toute une forêt pour des baies Oran ne les tentait certainement pas. De toute manière, il allait s’assurer personnellement qu’ils plient bagage. Ayant lu les fameux plans, il savait où les trouver, et ils-lui compris- avaient déjà fait asse de dégâts comme ça. Ganjo s’avança donc vers la partie dense de la forêt, ramassant au passage Forcené par la queue. Mieux valait garder un œil sur lui, et au besoin, il pourrait l’étaler sur le sol sans effort. Maintenant qu’il avait évolué, le primate ne pouvait plus lui résister. Mue par son instinct de meute, Cheesy le suivit. Parfait. Avec la chienne géante, les bandits se montreraient plus coopératifs sous peine de perdre leur dignité… Et un bout de chair en prime.

Après avoir expliqué son plan à Gardevoir, il se retourna une dernière fois vers les deux filles et leur fit un dernier geste de la main, puis il disparut entre les arbres. Quant à la Pokémon psy, elle remercia les deux humaines une ultime fois, puis elle se téléporta avec toute sa petite famille en lui laissant ses précieux œufs.

[La mission est donc réussie, je vous laisse conclure et récupérer votre oeuf]

_________________
avatar
PNJ
Informations
Nombre de messages : 1075

Fiche de personnage
Points: 0
Âge du personnage: C'est malpoli de demander (ne sait pas)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Anthere Osarian le Ven 9 Jan 2015 - 19:59

Le combat fini... Anthere savait qu'il restait le problème de ce petit homme hargneux, mais elle attendait partagée entre la curiosité et l'appréhension, la décision de Ganjo. Le reste se passa très vite, le Chimpenfeu se réveilla au moment où Numérus (sans déconner c'est son vrai nom ça ?!) se mit à hurler et décida de faire payer à Ganjo son absence de réaction. Et alors que le Pokémon feu allait de nouveau se déchaîner, le Machopeur leur sauva la mise, entraînant du même coup la colère de Numérus. Anthere hésita, entre apporter son aide via ses pouvoirs et autre chose (mais elle ne savait pas quoi.) Finalement, immobilisée par Akasie qu'elle tenait toujours serrée dans ses bras, Persik fit entendre son chant et soutint comme il put le Mackogneur. Quoi ? Anthere afficha un air surpris en constatant en effet que ce n'était pas deux poings qui allaient se battre contre Numérus, mais quatre. Il avait évolué pour les aider... Elles avaient donc vu juste, il n'était pas mauvais. Et quoi qu'il en pense, la jeune fille était de toute façon très persuadée qu'aucun Pokémon n'avait de mauvais fond, même s'ils devaient s'accorder avec leur nature. Mais dans ce cas, c'était donc la nature elle-même et non de la méchanceté... Et comme elle en était absolument convaincue, il n'y avait aucune chance de lui faire penser le contraire ! Quoi qu'il en soit, Ganjo l'envoya valdinguer rapidement et d'une façon plutôt impressionnante. Numérus avait beau hurler en gesticulant, il n'avait plus rien de très convainquant. Anthere pouffa de rire.

« He will be back ? »

Persik projeta son ombre au-dessus du champ de bataille et entama un plané gracieux pour rejoindre les autres. L'instant d'après, la Gardevoir réapparut. S'ensuivit un échange avec la Gardevoir et le Mackogneur qu'Anthere ne voulut pas interrompre. Elle eut cependant un doute quant à la Couafarel, mais d'un autre côté, son ancien maître parti... Non, comme elle vit, la chienne n'était plus une menace. Encore une fois, elle n'avait fait qu'obéir à un mauvais maître. La chienne disparut un instant et revint avec deux oeufs.

« Oh ! » Fit Anthere.

Ils avaient eu de la chance ces deux-là... Il aurait suffi d'un rien pour les casser et tuer les deux petits êtres qui grandissaient à l'intérieur. Pauvre Gardevoir, en plus de sa maison, elle avait failli perdre ses petits, dont deux n'étaient même pas encore nés... Elle comprenait mieux pourquoi elle avait été tellement insistante et pourquoi elle avait sans doute réussi à « joindre » Khan et Promantis et organisé un Téléport conséquent ! C'est qu'elle venait de loin et Miku, elle ne savait pas, mais sûrement aussi. Enfin, le Mackogneur tint à leur dire quelques mots, par le biais de la Gardevoir. Anthere eut un sourire, elle déplorait qu'il ait eu une mauvaise expérience... Mais s'il en tirait quelque chose, cela n'aurait pas servi à rien. Mais son conseil laissa un peu perplexe la jeune femme. Elle n'avait jamais eu l'intention de vaincre qui que ce soit... Elle n'était pas une guerrière et n'avait aucune ambition à ce sujet. Mais, il n'avait pas complètement tord, face à quelqu'un comme Numérus, de gentils Pokémon de sport ne pouvaient pas faire grand-chose. Pour la 'tierce personne' pas de problème c'était clair, mais, le 'guerrier qui sommeille en vous' ? C'était déjà beaucoup moins clair pour elle. Puis, Gardevoir reprit la parole.

« Oh ! Tu n'es pas obligée... » Bredouilla Anthere, les joues subitement en feu.

Mais la Gardevoir sembla y tenir et leur confia les oeufs. Les voyant venir, Anthere fit rentrer sa Phyllali dans sa Pokéball et attrapa l'oeuf qui lui était destiné. Jamais de toute sa vie elle n'aurait osé, jamais, être un jour le dresseur d'un futur Gardevoir ! Elle était aux anges. L'intervention du gaillard cependant, la tira de sa rêverie extatique. Il ne sembla pas du tout surprit de voir le comité que formait les dresseuses et les Pokémon et repartit sans aucune réaction de plus dès que Ganjo leur confirma qu'ils ne seraient pas payés. Anthere en resta coite. C'était bizarre de penser que des gens qui avaient fait autant de dégâts, n'avaient pas l'air d'être de mauvais gars dans le fond... Les gens étaient vraiment bizarres parfois...

« Merci Ganjo, j'espère que ça ira et que tu trouveras ce que tu cherches. » Dit-elle simplement, après avoir suivi du regard Gus et après un moment de silence. « Gardevoir, merci... »

Puis, Anthere se souvint subitement, le Roucool ! Elle décrocha la sphère de sa ceinture et ouvrit. Le bébé moineau était réveillé et semblait se demander ce qu'on lui voulait.

« Aller, va rejoindre ta maman maintenant, tu es libre ! »

Anthere serra son oeuf contre elle, regardant le Roucool qui ne se le fit pas dire deux fois. Toute son équipe était H.S et elle savait qu'il fallait à tout le monde un peu de repos avant de repartir. D'autant que, elle ne savait toujours pas où elle était ! Donc elle ne pouvait compter que sur Khan, qui n'avait plus bougé une plume depuis des heures. Ganjo et ses compagnons s'en allèrent, comme la Gardevoir quelques secondes plus tard.

« Bon... On a sauvé la forêt on dirait... » Anthere garda le silence un moment. « Je vais aller replanter des graines là où il y a eu l'incendie, je pense pas que Khan soit prêt à nous faire repartir tout de suite. Tu peux venir si tu veux ! »

Puisque tout danger était écarté, elle fit sortir sa petite équipe, à l'exception d'Akasie. Anthere monta sur son poney et partit en direction du lieu de l'incendie. Une fois sur place, elle commença par faire sortir Akasie et à lui prodiguer quelques soins, c'était suffisant pour l'instant, mais de retour à Seian, elle la ferait examiner et elle aurait besoin de repos (où elle ne manquerait pas de faire un tour au poste de garde pour parler de tout ça). Et puis la jeune femme étala ses flacons, vida les tiroirs de sa boite et enleva le double fond. Il était plein de graine de toutes sortes. Persik s'était allongé dans l'herbe et recueillait la Phyllali endormie dans ses plumes de cotons, pendant qu'Ourasi se lançait dans le broutage intensif. Anthere confia son oeuf à Persik qui se retrouva donc à le couver et pris une poignée de graine. Quidam creusait les trous, Anthere jetait les graines et Marill, tout content d'être utile à quelque chose et désirant imiter Quidam, rebouchait les trous et arrosait les futurs arbres et arbustes.


[Merci à vous deux et à la prochaine ^^]

_________________

   
   
   


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Staff • Respo PNJ
Informations
Nombre de messages : 1476

Fiche de personnage
Points: 60
Âge du personnage: 23 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Miku Hatsune le Ven 9 Jan 2015 - 21:31


« Watashi wa Miku. »


Ganjo ne bougeait pas, semblant partagé entre les deux camps. Mais, visiblement trop long à agir, il se fit hurler dessus par son maître, alors que Forcené, ne s’avouant pas vaincu, fonçait sur Miku. Celle-ci se remit en position de défense, son Tenbuki à la main, mais elle n’eut pas le loisir de se frotter de nouveau au singe, puisque ce fut le Machopeur qui s’occupa de le renvoyer par terre. Les arbres autour furent réduits en cendres, alors que Numérus déchaînait sa colère, mais Ganjo, fort de ses quatre bras, l’envoya valdinguer si loin que Miku le perdit de vue.

La Gardevoir réapparut alors, avec tous ses petits – enfin, c’était ce que pensait la Nalcienne. Six Tarsal se cramponnaient à elle, probablement terrifiés et encore peu habitués à la téléportation, et l’apprentie du Temple, en rangeant son Tenbuki dans ses cheveux, après lui avoir fait reprendre sa taille d’origine, leur fit un sourire doux, bien que fatigué. Un peu dépassée par le calme soudain qui régnait désormais après la tempête Numérus, la prêtresse laissa, elle aussi, discuter les deux Pokémon, alors qu’elle s’approchait de Promantis pour vérifier s’il n’avait rien de grave. Mais, comme toujours, l’oiseau fixait le vide, perdu, malgré les brûlures et les plumes arrachées sur son corps. Tandis qu’elle examinait avec soin son Pokémon pour repérer les lésions les plus inquiétantes, Cheesy revint avec deux œufs. Des œufs qui étaient en réalité la progéniture encore à l’état d’embryon de la malheureuse Gardevoir. Le cœur de Miku rata un battement. Cette pauvre bête... Cette pauvre « humaine », songea-t-elle-même, tant la créature psychique tenait de l’homme. Enfin, la cruauté et la barbarie en moins...

Ganjo s’exprima alors par le biais de la Gardevoir, et la jeune fille, silencieuse, attendit la fin de son discours pour prendre la parole à son tour.


« Je comprends ce que tu veux dire, et j’ai voué ma vie à la protection et à la défense d’autrui. Mais malgré les apparences, je suis aussi une Tireuse. J’ai un arc, des flèches, et je sais m’en servir. C’est par choix que j’évite de les utiliser pour faire du mal aux autres. Aujourd’hui, c’est grâce à eux que j’ai pu éviter de me faire remarquer. Hypnose, suggestion, sommeil, démangeaisons... Tout a été véhiculé par mes flèches et par mes pouvoirs aériens. Par ailleurs, je sais que si je le dois, un jour, même si ce sera contre mes convictions, pour protéger quelqu’un, je tirerai. Et ma flèche ne tremblera pas. De plus, j’ai une amie, une amie proche, qui ne me quitte jamais, et qui sera prête à prendre ma place si mes doigts ne peuvent prendre la bonne décision. Elle les guidera, et m’aidera à diriger mon trait sans ciller. Mais je te remercie pour ces conseils. Même si cela fait partie de ma formation de prêtresse guerrière au Temple de l’Air Boréal, je ne rechigne pas à réapprendre, ni à me souvenir de ce que mes maîtres m’ont enseigné. »

Puis, elle se tut, en s’inclinant devant Ganjo, en signe de reconnaissance. La Gardevoir s’adressa alors à elles, en leur racontant son expérience passée auprès d’un Dresseur, et en leur expliquant qu’elle voulait donner une chance à deux de ses enfants de vivre la même chose. Quand l’un des œufs lévita vers Miku, celle-ci saisit doucement le précieux don, qu’elle regarda d’un air bienveillant, avant de s’incliner profondément, une fois encore, mais devant le Pokémon Étreinte.

« Arigatô gozaimasu. J’aime tous mes Pokémon de la même manière, et je ne ferai pas de différence avec celui qui sortira de cet œuf. Nous reviendrons vous voir quand il aura grandi, avec tous mes autres Pokémon. Et vous pourrez même venir me voir au Temple de l’Air Boréal, ou au Lac de la Liberté, là où j’élève tous mes compagnons, si vous en avez envie. »

Doucement, la mystique de l’Air fit voler, avec une brise légère, un pendentif jusqu’à la Gardevoir. Le bijou qui le composait était en Kazecristal, le verre de Nalcia solide et réputé pour ses propriétés magiques. Le cercle de verre contenait en effet un Fragment de Vent, la signature élémentale de Miku, qui lui permettait de retrouver les gens qui en portaient un exemplaire sur eux, tant qu’ils n’étaient pas trop éloignés d’elle.

« C’est un petit fragment de mon Vent intérieur. Quand mes pouvoirs seront plus développés et plus puissants, je pourrai peut-être entrer en résonance avec ce Fragment-là en étant chez moi, à Nalcia. Et puis, Promantis m’aidera sûrement à canaliser cette énergie pour la rendre plus précise. Je pense qu’à ce moment-là, il sera temps de nous retrouver. Alors, quand cela arrivera, j’espère que ce petit aura progressé. Et, qui sait, peut-être que nous nous reverrons dans nos rêves. »

Miku regarda les autres bandits s’en aller, un peu atterrée, elle aussi, qu’ils ne soient préoccupés que par leur paye... Mais une fois qu’ils furent partis, elle libéra tous ses Pokémon, afin qu’ils puissent tous remercier la Gardevoir, ainsi que Ganjo, à qui la jeune prêtresse adressa un sourire et un signe de tête. La mystique considérait qu’ils s’étaient tout dit, et il en était visiblement de même pour le Mackogneur. Elle vit le Roucool partir et regagner la forêt : Anthere l’ayant fait sortir de la sphère, il était désormais libre.

Finalement, elle se tourna vers sa camarade et acquiesça. La grande majorité de la forêt avait été épargnée, en effet, malgré la perte d’une partie des bois. Évidemment, la Nalcienne s’en voulait, car elle se sentait responsable de cette « mort ». Mais elle avait appris qu’on ne pouvait jamais tout sauver, et que l’essentiel, c’était toujours de faire son possible pour venir en aide à un maximum de gens et de Pokémon.

D’un pas plus calme, Miku suivit Anthere, qui était partie loin devant avec son Ponyta. Sur leur sillage, la mystique de l’Air, aidée de Nebula, Elaphos et Promantis, répandit une fragrance apaisante et salvatrice, comme pour calmer la forêt et ses habitants, et pour leur apporter un peu de quiétude et de sérénité. En poursuivant sa marche, Miku entonna son chant de paix, « Taihei » qui résonna dans les bois meurtris, et il ne cessa de s’étendre en ondes bienfaisantes que lorsque les deux jeunes filles eurent achevé leur tâche. Son oiseau à elle non plus n’était pas en état de repartir dans l’immédiat, alors autant rester dans la Vallée un moment. La jeune fille jeta un œil à l’œuf d’Anthere. Liées par les jumelles Tarsal ? Pourquoi pas. Elle qui s’entendait bien avec la Mizuhanienne, un tel rapprochement n’était pas pour lui déplaire. Loin de là.


[Merci pour cette mission ! À la prochaine Wink]

_________________
Et le Rêve s'ouvrit à ToiTaihei

0 RP -  1 mission - 0 event - 0 épreuve - 0 match

Spoiler:

Service de vente de Pokémon d'Élevage : c'est par ici !
avatar
Miku Hatsune
Informations
Nombre de messages : 356

Fiche de personnage
Points: 146
Âge du personnage: 24 ans
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] [Mission] Jaillir la lumière (Miku)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum