[ Clos ] La Sorcière du Nord et la Sorcière du Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] La Sorcière du Nord et la Sorcière du Sud

Message par Anthere Osarian le Dim 3 Avr 2016 - 2:29

Jurassic Park Theme composed by John Williams, arranged by L-san

   
   
   

Après des jours de péripéties, Anthere arriva enfin vers la langue de terre qui formait les terres enneigées, mais qui n’étaient rien face aux véritables plaines du même nom. Elles les connaissaient bien et pu apprécier d’autant plus la traversée. Un voyage qui s’avéra assez court, puisque peu de temps après, le sol se dénuda, faisant voler au gré des vents, de temps à autre, une myriade de flocons de neige. Dans cette lande désertique, pareille à ses pouvoirs, la jeune femme ne sentait plus le poids de son fardeau. Il fallait dire que même si ses pouvoirs se déchainaient sans plus aucun contrôle, elle ne risquait pas de faire grand-chose, ici… En fait, elle ne serait qu’une goutte dans l’océan. Et c’était très bien ainsi. Plus apaisée, elle cessa de courir. Il lui semblait que ces derniers jours, elle ne s’était pas arrêtée. Parfois, elle se réveillait en sursaut quand elle dormait, couverte de sueur froide et s’enfuyait, se sentant prise en chasse, sans qu’elle sache pourquoi. Dans ces moments-là, une peur inexpliquée la prenait au ventre et elle devait fuir car elle savait que si « ça » la rattrapait et prenait le dessus, elle n’y survivrait pas. Cette chose qui la poursuivait, la menaçait de mort.

Anthere s’essuya largement le front avec sa manche, elle était fatiguée. Aujourd’hui, le temps était merveilleux et bien qu’elle se trouva sur la banquise, il y faisait bon, il n’y avait pas de vent du tout. La neige, comme la mer, scintillaient au soleil, comme si des enfants avaient renversés des seaux entiers de paillettes. La neige était aveuglante d’ailleurs. Enfin peu importe, car pour la première fois depuis longtemps, très longtemps, elle pouvait s’extasier sur ce qui l’entourait. Les terres enneigées qui bordaient la banquise étaient vastes et s’étendaient à perte de vue, ce qui n’avait rien d’étonnant, parce que maintenant, elle pouvait voir la mer. La mer ! Anthere courut pour mieux la voir, sur une espèce de falaise. Elle atteignit un parterre de perce-neiges. Elle était ravie. Il y avait des fleurs d’hiver partout autour d’elle ! Lâchant à plusieurs reprises des exclamations, elle découvrit alors la vie qui s’animait sur la glace. Assez loin, elle distingua un énorme Pokémon aux allures d’ours en peluche, le pelage blanc, suivit de ses petits. Leur pelage était si semblable à la neige, qu’elle les perdit de vue dès qu’ils s’y engagèrent. Il n’y avait que les petits points noirs, leurs yeux et leur museau, qui les avaient trahit, mais ils étaient trop loin maintenant.

Autre chose attira son attention, en bas de la falaise. En tournant le regard, elle vit un groupe de Démanta, flottant gracieusement au-dessus de l’eau. Certaines d’entre-elles étaient très grandes, leur peau d’un bleu plus clair que la mer. Soudainement, une ombre absolument immense passa en dessous d’elles, deux longues nageoires… Et soudain, un énorme geyser dispersa les Démanta ! Un cri harmonieux se fit entendre et le Pokémon géant remonta à la surface. Il était du même bleue que l’océan et relativement rond, vu sa taille et sa forme, Anthere reconnu sans mal un Wailmer. On aurait dit que la baleine déclencha une mini tornade avec sa respiration… Finalement, il replongea. Anthere le suivit du regard, son immense ombre mit du temps à disparaître. Pour le suivre jusqu’à la fin, elle s’assit et se pencha, passant son bras sur le bord du glacier. C’était magique, elle était déjà venue sur la banquise, mais pas aussi près de la mer et surtout, sans vraiment prendre le temps de regarder les choses. Penchée, elle regarda les vagues s’effondrer l’entement sur la rive, une dizaine de mètres en dessous. Incroyable ! Il y avait des Pokémon partout !

Elle distinguait sans mal un groupe d’Otaria et de Lamantine et même un autre groupe d’Otaria tout rond, comme des ballons. Dans l’immédiat, elle ne se souvenait pas de leurs noms, mais elle savait qu’ils n’étaient pas de la même espèce. Elle voyait passer aussi, dans l’eau limpide et plus pure qu’elle n’en avait jamais vu ailleurs, de nombreux Poissirène et sur les rochers ou sur les galets, des Stari et des Kokiyas réuni en groupes plus ou moins épars. Vu leur taille, il devait y en avoir de tout les âges. La banquise avait une terrible réputation, car elle était souvent le centre des tempêtes, de vents cinglants et de typhons impressionnants. Tels qu’on la décrivait, la banquise semblait vide. Pourtant, quand on la voyait sous un jour comme aujourd’hui, il n’en était rien, la banquise était merveilleuse. Dommage que ça ne soit pas plus souvent. La mizuhanaise se redressa, regarder en bas, du haut de la falaise lui donnait une sorte de vertige. Elle saisit le bord de la falaise pour se relever, quand quelque chose lui grignota les doigts, sans lui faire mal du moins. Surprise, elle retira sa main, jusqu’à entendre des petits grognements. Curieuse malgré tout, elle fini par saisit la roche à deux mains et se pencha prudemment.

La tête en bas, ses longs cheveux glissèrent dans le vide. Anthere découvrit alors des tas de stalactites… Avec des yeux. Ooooh ! Des Grelaçon ! Sa découverte la fit sourire, pour de vrai. Elle marmonna un « salut ! » aux Pokémon, qui la regardèrent les yeux ronds. Un Grelaçon étonné essaya même de tourner la tête pour se mettre lui aussi à l’envers et tomba. Il fut rattrapé par une patte énorme, en glace. Anthere ne sut d’abord pas très bien, c’était très gros en même temps… Ce n’est que quand la créature bougea la tête qu’elle distingua enfin le corps du Pokémon de la vraie glace. C’était un Seracrawl en fait. Comme le sang lui montait à la tête -et qu’elle n’avait pas envie de tomber-, elle repoussa la falaise avec ses bras et se redressa. Ouh ! Elle voyait des petites mouches partout et avait la tête qui tournait. Cette sensation désagréable disparut très vite. Là, elle se sentait bien et elle était contente de pouvoir se reposer, aussi resta-elle assise et s’allongea un peu, en appuie sur un coude. En soupirant, de soulagement, de fatigue aussi,  Anthere fini par se laisser retomber et elle resta un bon moment, immobile à plonger son regard sarcelle dans le ciel, essayant d’en scruter la profondeur. Il n’y avait aucun nuage. Elle le sentait depuis un moment, quand elle prit conscience que le sol tremblait. La jeune femme se redressa.

Plus loin, ce qu’elle vit lui arracha une expression surprise, mais aussi charmée. Un chant mélodieux et cristallin  se fit entendre, sous le pas lent des géants. Il y avait, à une grande distance, des créatures aussi merveilleuses qu’elles étaient grandes et puissantes. Et paisibles. Il s’agissait des Pokémon les plus étranges qu’elle avait jamais vus. Ils se déplaçaient en troupeau et on aurait dit des espèces de dragons. Ils avaient un corps musculeux et bien fait, se tenaient sur quatre pattes et ne possédaient pas d’ailes, comme la plupart des dragons. Ils avaient aussi un long cou porté à la verticale et une queue tout aussi longue. Ils avaient la peau bleue et on aurait même dit qu’à certains endroits, elle était incrustée de diamants. Ce qui ne devait pas être le cas bien sûr. Mais surtout, c’était la collerette qu’ils arboraient. Anthere avait posé ses yeux sur un grand, le plus grand des Pokémon, il les dépassait tous de plusieurs têtes. C’était probablement l’un des mâles du troupeau, peut-être même, le mâle dominant ?

Cette collerette, Anthere aurait pu la confondre avec de la soie aux couleurs d’une aurore boréale. Le grand mâle qu’elle observait lui inspirait une grande force, une grande confiance et en même temps une sérénité. Le Pokémon chanta, tournant sa tête gracieuse en arrière. Suivant son regard, Anthere vit accourir des mini-lui, minuscules, vers les adultes. La jeune femme ignorait complètement le nom de ces Pokémon-là. Elle essaya d’estimer leur taille, le plus grand devait faire trois mètres ! Admirative de  la beauté et de la grâce du Pokémon, complètement hypnotisée…

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 980

Fiche de personnage
Points: 119
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La Sorcière du Nord et la Sorcière du Sud

Message par Lyssa le Dim 3 Avr 2016 - 2:31

Halo Main Theme composed by Martin O’Donnell





Absorbée dans sa contemplation, elle ne voyait pas arriver sur elle, une silhouette élancée, galopant à pleine vitesse. A grandes enjambées, des pattes puissantes faisait jaillir des flammèches par moment, faisait fondre la glace sur son passage. Un grand Arcanin galopait à en perdre haleine, les oreilles couchées sur son crâne, quelque chose de perché sur son dos, à moitié caché dans sa fourrure. Derrière le chien, il y en avait un autre, bien différent. Celui là n’avait pas le rouge du chien de flamme, il était plutôt jaune, la fourrure hérissée de toute part. Il n’avait pas non plus l’allure gracieuse et souple de l’Arcanin. Il était plus inquiétant, avec ses yeux grands ouverts et sa langue pendante. Il ne courait pas droit non plus, à plusieurs reprises, l’Élecsprint fit un crochet, sans raison visible. Il avait l’air un peu fou, mais pas dans le bon sens du terme. La petite chose perchée sur l’Arcanin releva le visage, le détachant de la fourrure soyeuse de sa monture.

Une jeune fille blonde, aux cheveux très longs, l’air sauvage, dirigeait l’Arcanin droit vers la jeune fille posée sur la glace. Si Anthere s’était sentie prise en chasse depuis des jours, ce n’était pas un hasard. En fait, c’était même de sa faute. En quittant la ville où avait eu lieu la cérémonie pour les disparus de la folie de Mewtwo, Lyssa s’était retrouvée dans un village minable, elle s’était aperçue alors, que sa route vers Comodo avait largement dévié vers l’Ouest. En temps normal, elle aurait passé son chemin. Mais en arrivant dans le village qu’un panneau nommait Yiling, elle avait découvert des gens en pleine panique et certains blessés. Elle avait reconnu les effets du gel, déjà parce qu’elle n’était pas crétine et ensuite parce qu’elle maniait elle-même la magie. Du feu certes, mais elle avait reconnu les effets de la magie. En entrant brutalement dans l’auberge, elle avait surprit la garde du village affairé autour d’un Phyllali, entièrement congelé. Par la suite, un couple l’avait emporté avec eux, mais ce qui intéressait d’avantage Lyssa, c’était de savoir ce qui s’était passé et surtout, s’il y avait une prime…

Les témoignages des villageois affolés avaient été confus à vrai dire. Si elle s’en tenait à ce qu’elle avait compris, une inconnue avait déboulé dans l’auberge et avait lancé des attaques de glace, exterminant toute une équipe de Pokémon, gelé une partie de l’auberge et s’était enfuie. La Sorcière avait prit la fuite vers le Nord. D’un ton détaché, Lyssa avait demandé s’l y avait une prime, les gardes s’étaient regardés et lui avaient avoués, en hésitant, que vu les dégâts et les témoignages, il y en aurait probablement une dans les jours à venir. La blonde avait donc « généreusement » accepté l’affaire, à l’avance. Pas tant pour éviter d’autres blessés, comme elle avait pu le laisser entendre, mais surtout pour lui mettre la main dessus, avant toute une bande de mercenaires débiles ! Alors, à l’aide de son Arcanin, elle avait pisté la Sorcière. Cette garce lui avait fait traverser les Piémonts, encore enneigés à cette période de l’année. La neige, ça n’était pas encore trop grave et plusieurs fois, elle l’avait rattrapé sans mal, lançant des sorts de feu pour se dégager un chemin.

Malheureusement, la nuit souvent, alors que Lyssa s’apprêtait à donner l’assaut, la Sorcière avait fuit. Ensuite, comme par hasard, s’était ensuivit une période de pluie. Cela avait mit la pyromancienne particulièrement de mauvaise humeur, car il se trouvait que sous la pluie, ou mouillée, elle semblait « perdre » ses pouvoirs. Incapable de les utiliser, pister et retrouver la fille était déjà plus difficile. Sans compter qu’elle était tombée nez-à-nez avec un titanesque troupeau de Tauros. Mais monté sur son Arcanin, ils avaient slalomé entre les bovins, puis laissés loin derrière eux. Après ça, Lyssa avait perdu la trace de la Sorcière. Dans la pluie et la boue, les sabots des Tauros qui avaient martelés le sol, inutile d’espérer repérer ses traces… Néanmoins, Lyssa avait pu noter que cette idiote se dirigeait en ligne droite vers le Nord, donc la banquise. Elle espérait donc se cacher là-bas. En soi, c’était logique, mais loin d’être très malin. En toute confiance, la blonde s’était donc jetée à sa poursuite. Cela faisait des jours qu’elle lui courait après et qu’elle n’avait plus de traces d’elle. Jusqu’à récemment.

Comprenant qu’elle était sur le point de la rattraper, elle avait lancé sa chienne au galop. Et maintenant, elle allait lui mettre la main dessus ! Elle la voyait très nettement, bêtement assise, regardant en l’air. Est-ce qu’elle se croyait à l’abri ou bien s’imaginait-elle assez puissante pour ne pas avoir besoin de se méfier ? Lyssa avait parfaitement confiance en ses capacités. Il lui était impossible de s’imaginer échouer, elle allait ramener la tête de la Sorcière –personne ne lui avait demandé de la ramener vivante-. Elle se rapprochait à toute vitesse et la Sorcière ne semblait même pas l’avoir repérée, elle l’ignorait donc ? Lyssa prit cela comme une insulte à sa personne. Qui avait-il de plus vexant qu’un ennemi qui vous ignore ? Arrivant à quelques dizaines de mètres, elle enfonça ses talons dans les flancs de l’Arcanin, qui se jeta en avant et fit un bond formidable, pour atterrir à quelques mètres de la jeune femme. Lyssa sauta en route tout en générant ses premières flammes. Sans aucune pitié, elle commença par une énorme boule de feu.

Pour faire simple, elle allait l’assommer d’attaques rapides, la harceler jusqu’à ce qu’elle flanche. Elle ne lui laisserait aucun répit pas une seule seconde pour lui permettre de réfléchir à la manière dont elle allait s’y prendre pour se défendre. Ne doutant absolument pas de ses capacités, elle se laissa tomber sur la glace et se releva, une lueur sauvage dans le regard. Elle se mit à courir vers elle et incanta. Des disques de flammes blanches apparurent dans sa main, deux, qu’elle envoya immédiatement sur la Sorcière. Elle ne se séparait plus de ce sort, depuis qu’elle en avait fait la découverte accidentelle. Les disques, à pleine vitesse, allaient la percuter… En enchaînant, Lyssa envoya sa bonne vieille Décharge Aveuglante, dont elle savait l’efficacité, même sur un type en armure. En fait, la plupart du temps, une armure ne servait à rien contre cette attaque, même si ce n’était pas la plus meurtrière. Jouant sur la vitesse, elle voulu reprendre et dédoubler ses disques, ce qu’elle fit, puis, empêcher la Sorcière de s’enfuir ou même, de bouger. S’arrêtant un instant pour voir où les choses en étaient, elle reprit rapidement le combat et généra des fils de foudre qui partirent dans tous les sens… Ce n’était pas une attaque au hasard. Lyssa tissait une toile.

Les disques n’étaient pas les formes d’attaques les plus directes que possédait Lyssa, mais ils étaient terriblement efficaces. Ils possédaient la même puissance de feu que les boules qu’elle envoyait généralement, mais leur forme les rendait plus rapides. Les deux disques lancés, leurs trajectoires décrirent d’abord un arc de cercle, et semblèrent passer à coté de la Sorcière, avant de brusquement bifurquer vers elle, comme s’ils étaient muent d’une volonté propre. Tout juste avant l’impact, deux autres disque, plus petits, sortirent des premiers et suivirent la même danse étrange. Leur couleur blanche était aussi annonciatrice de malheur, leur chaleur était bien plus intense qu’une bête boule de feu. La Sorcière avait donc intérêt à réagir vite si elle voulait se protéger. Enfin, comprendre par là, si elle tenait à la vie quoi ! Rapidement, l’air s’était rempli d’électricité, de molécules dansantes qui facilitèrent la mise en place de la Toile. Elle formerait un dôme, afin d’empêcher toute fuite et dans sa grande bonté, Lyssa avait bien l’intention de la faire se refermer petit à petit…
avatar
Lyssa
Informations
Nombre de messages : 136

Fiche de personnage
Points: 88
Âge du personnage: 18 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La Sorcière du Nord et la Sorcière du Sud

Message par Anthere Osarian le Dim 3 Avr 2016 - 2:32

Reclamer composed by Martin O’Donnell

   
   
   

Touchée par la sérénité du troupeau, ses sens s’étaient engourdis, ou plutôt, occupés ailleurs. Ce n’est effectivement qu’au dernier moment qu’elle vit une espèce de furie blonde se jeter sur elle et juste en arrière deux énormes molosses. Comme une décharge, elle ressentit toute l’hostilité et l’agressivité de cette personne et une confusion l’envahit, mais ce fut la peur qui prit le dessus. Certaine que les monstres allaient se jeter sur elle, Anthere eut le reflexe de se pencher en arrière et de porter son bras devant son visage. Comme on aurait pu s’y attendre, un rayon de glace s’échappa d’elle, en même temps que le cri qu’elle poussa. Le rayon s’écrasa contre le feu que lui envoya la fille blonde et une autre partie vers les chiens. Les questions et les idées se bousculaient dans sa tête. D’où sortait cette folle ? Pourquoi s’en prenait-elle à elle comme ça ? Elle ne la connaissait pas et ne se souvenait pas plus de l’avoir rencontré. Son rayon de glace fondit au contact de la boule de feu qu’elle lui avait jeté au visage, mais l’eau qui la composait l’éteignit. Si elle reconnaissait qu’il y avait parfois du bon, c’était loin d’être le cas dans ce qui allait suivre.

Anthere essaya bien de se défendre, mais son cerveau était comme paralysé, c’était comme si elle n’arrivait plus à rien. En essayant de repousser l’assaut suivant avec une Vague, elle fit un horrible flop. Premièrement parce que sa vague tomba comme d’un verre d’eau, donc, d’une parfaite inutilité et ensuite parce que les deux disques s’enfuyaient chacun de leur côté. Les yeux agrandis par la peur, Anthere ne savait pas ce qu’elle devait faire pour se protéger de cette furie. Le problème, c’est qu’en suivant l’un des deux disques, elle avait perdu l’autre. Pire, alors qu’elle sentait venir la fin, elle eu tout juste le temps de voir que celui qui allait la percuter en plein visage s’était dédoublé. Anthere cria encore et leva la main devant le visage. Posant la paume à plat, de bas en  haut, elle aspira la neige à se genoux et entendit le roulis caractéristique. Elle risqua un coup d’œil et vit alors un mur. Reprenant un peu confiance, elle y mit les deux mains, tout en essayant de se relever, et leva le Mur devant elle, tout en essayant de l’étendre autour. Parce qu’elle ne savait toujours pas où était l’autre disque.

Elle sentit alors une force s’exercer contre le mur. Comme s’il faisait partit de son propre corps, elle sentit une force opposée s’appuyer contre et finalement… La repousser. Le disque scinda en deux le mur avec violence et s’abattit sur elle, la brûlant au passage, malgré l’élément de son mur. Sentant trois autres brûlures, elle vit passer les disques une nouvelle fois sous ses yeux. Cette fille avait l’air plus jeune qu’elle et pourtant, elle sentait ses pouvoirs écraser les siens. Revenant comme des boomerangs, Anthere ne sut quoi faire contre ces choses-là. Elle n’avait plus rien du Défenseur qu’elle était autrefois, mais quelque chose lui disait que de toute façon, cette fille était bien plus forte qu’elle. Elle le lui prouva d’ailleurs, car elle n’arrivait pas à se débarrasser des disques de flammes et plus les secondes passaient, pourtant infimes, et plus Anthere paniquait.  Il ne fallut qu’un deuxième passage aux disques pour que le Mur de se dissolve entièrement. Vu la violence de l’impact et comme les deux objets blancs   n’avaient absolument pas faiblis, la mizuhanaise, terrorisée, en conclut que la manieuse de feu était bien plus puissante qu’elle ; elles ne jouaient pas du tout dans la même cour, elle n’avait aucune chance !

Terrifiée, tant par l’attaque soudaine que par sa violence et sa gratuité,   la jeune femme se sentit paralysée. Elle reçut une Décharge qui lui traversa le corps et la plaqua au sol. Elle avait crié, le corps engourdi, sans pouvoir se maîtriser. Ses pouvoirs psychiques se déclenchèrent alors comme un raz-de-marée. Une onde invisible se propagea d’elle, vers la banquise, droit devant. Anthere s’effondra, a demi-consciente. Elle voulait se relever et défendre sa vie, mais la foudre qu’elle avait reçut l’en empêchait, son corps ne voulait plus lui obéir. Le sol tremblait et affalée sur le sol, elle vit des éclairs entrelacés se rejoindre et se resserrer dangereusement vers elle… Anthere pleura tant la peur la prenait, elle se sentait très mal, avait de puissants haut-le-cœur et sa tête semblait se vriller. Elle n’arrivait pas à comprendre, mais elle n’était pas en état de réfléchir, paralysée, engourdis. Anthere avait l’impression de s’endormir malgré elle, comme pour lui épargner la souffrance d’une mise à mort. Son instinct le lui disait, c’était la fin, cette inconnue allait la tuer.

Il y eut un cri horrible. Si Anthere avait toujours reçut les émotions des autres et les avaient subit, elle venait, inconsciemment, de faire le contraire. L’onde d’énergie qu’elle envoya était ses propres émotions et droit devant elle se trouvait le troupeau de Dragmara. Aussitôt que la vague de psychisme les avaient percuté, les Pokémon avaient relevés la tête et s’était resserrés les uns contre les autres, les jeunes au centre, les adultes en dehors. Le grand mâle qu’Anthere avait admiré s’était porté en avant. Faisant face au danger, il avait alors aperçut et tout de suite compris. Pokémon intelligent, il avait vu l’humaine blonde s’approcher à grande vitesse de celle qui se tenait tranquille et qui lui avait parut tout de suite plus sympathique par son calme. Il avait toujours protégé son troupeau, mais il arrivait de temps en temps que des humains se perdent sur la banquise. Pokémon paisible et pacifique, il lui arrivait de se faire remarquer pour les aiguiller dans la bonne direction. Il n’avait rien contre eux, du moment qu’ils les laissaient tranquilles. Il savait aussi qu’à l’occasion, les humains pouvaient se montrer bons avec les Pokémon. Il était donc d’une nature bienveillante à leur égard.

Mais cette humaine de type feu, il le savait d’instinct, n’était pas de ce genre là. Et en crachant ses flammes un peu partout, elle fragilisait la banquise, qui commençait déjà à craqueler. Le grand mâle poussa un rugissement et le troupeau se mit en mouvement, s’éloignant vers les terres enneigées. Pour sa part, il prit un galop massif et lourd. Il n’allait pas laisser cette frêle et hargneuse petite créature empiéter de cette manière sur son territoire et il devait l’avouer, il avait de la peine pour celle qu’elle allait mettre à mort. Il n‘était pas rare que les Pokémon, même d’espèce différentes, s’entraide face à un prédateur, alors pourquoi pas un humain ? Il ouvrit la gueule et envoya une onde boréale. L’arc-en-ciel détruisit net les disques de lumière, ce qui lui laissa le temps d’arriver, alors qu’une étrange toile se formait. Il pila devant l’humaine prédatrice et cria. Il prit soin de garder sa tête hors de porter, mais donna un coup de fouet de sa queue. Usant de Force-Nature, un Blizzard se déclencha, se mélangeant à la grêle qui se mit à tomber drue. Le ciel s’était soudainement assombrit et de véritable balles de glace martelaient la terre.

Avec le feu, la foudre et probablement un peu de sa faute avec sa charge, la banquise craqua alors complètement, séparant le prédateur des proies. Un iceberg se dressa comme un pic, empêchant le grand Dragmara de regagner la banquise. Il tomba alors, voyant l’humaine-proie tomber elle-même. Anthere, avait pu reprendre un peu son propre contrôle, mais l’énorme créature qu’elle avait aperçut plus tôt avait fini par les charger. Ayant terriblement peur, elle s’était jetée en arrière, sans grande vivacité et l’avait vu la défendre. C’est du moins ce qu’elle avait interprété. Malheureusement, cela avait aussi eu raison de la grande étendue de glace, qui avait cédé. Anthere tomba et ressentit une vive douleur à la tête, le choc. Et plus rien. C’était bien ce qu’avait vu le Dragmara, l’humaine brune ne semblait pas consciente, car elle ne tenta ni de se rattraper quelque part, ni de nager pour ne pas se noyer. Le Dragmara lutta, pour ne pas s’enfoncer dans l’eau, mis il n’était que peu doué pour la nage, cependant, ses pattes parvenaient à toucher parfois, un morceau de glace. Contre infortune bon cœur, il plongea la tête dans l’eau et rattrapa l’humaine. Mais cela ne l’avançait à rien, la falaise était trop haute et il n’y avait aucun rivage dans les environs, l’effondrement de la banquise avait défiguré le paysage. Mais nous l’avons déjà dit, parfois, les Pokémon s’entraidaient.

Heavy Price Paid composed by Martin O’Donnell

   
   
   

Un banc de Démanta s’était enfui dans l’eau, lors du choc, mais l’une d’elle, voyant le géant des glaces en difficulté, fit un demi-tour gracieux et s’envola. Seulement quelques centimètres au-dessus de l’eau, mais c’était assez pour filer comme le vent. Rattrapant un vol de Lakmécygne descendant droit de la terre-qui-vole, quelques heures plus tôt, il vit les grands oiseaux nager paresseusement, en attendant de reprendre quelques forces pour reprendre leur migration. Ils étaient déjà très loin des côtes. De bons cœur, les cygnes se regardèrent et s’envolèrent. Il leur faudrait bien des efforts pour remettre le géant sur glace ! Ce dernier, qui s’épuisait à essayer de rester hors de l’eau, alors que le courant l’emportait irrémédiablement vers l’horizon. Volant à tire d’ailes, précédé par le Démanta, les Lakmecygne arrivèrent enfin. Qu’elle étrange situation, en convinrent-ils, en particulier le patriarche de la horde. Mais le Démanta se rendit bien vite compte que le Dragmara ne s’en sortirait pas. Trop lourd. Trop loin des côtes. Pendant de longues minutes, ils cherchèrent une solution, en vain. Jusqu’à ce que le patriarche émette une idée. Lui avait connu bien des humains et il savait qu’ils aiment à avoir des Pokémon avec eux. Si c’était le cas de celui-là, peut-être possédait-il l’une de ces horribles boules ?

L’une de ses compagnes s’approcha sans crainte et pinailla dans la large ceinture de l’humaine. Effectivement, il en tomba une Pokéball. La seule chance de survit du Dragmara. Brave, il ne se posa aucune question et consentit à y entrer de lui-même. La lumière l’engloba et il disparut, laissant Anthere, inconsciente, à la mer. Ne pouvant décemment pas laisser un humain se noyer, surtout que le Dragmara dépendait aussi de sa survie, le plus grand des cygnes plongea et ressortit de l’eau sous Anthere, la portant sur son dos. Intéressé par la suite des évènements, le Démanta suivit les cygnes. D’après eux, et écoutant le récit du Démanta qui avait pu observer la scène, le patriarche Lakmecygne savait exactement où cette humaine serait en sécurité, où son prédateur ne le retrouverait pas de si tôt. Ce qui était une bonne chose, car le lieu en question était aussi sur leur route. Le groupe se remit en route, s’envolant vers les cieux. Bientôt, ils disparurent.

_________________


Spoiler:
avatar
Anthere Osarian
Informations
Nombre de messages : 980

Fiche de personnage
Points: 119
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact
http://lsanas.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La Sorcière du Nord et la Sorcière du Sud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum