[ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Sylver Belister le Dim 20 Avr 2014 - 22:00

[HRP: Tétrocruchamoule, alias Mister T communique avec Sylver par télépathie, seul ce dernier l'entend. Si tu veux en savoir plus sur Sylver et sa quête, c'est par ici. N'hésite pas à me MP s'il y a le moindre souci^^]

Je jetai un regard à la dérobée à Yuko qui marchait à mes côtés. Cette dernière s’en aperçut et remua sa queue. Sa manière à elle de m’encourager. Comme n’avait cessé de me le répéter Tétrocruchamoule, le voyage que j’avais entrepris était fort dangereux, et les résultats, non garantis. Mais j’avais accepté ce risque depuis le départ des monts Efferos. Mais un point ne pouvait être nié dans l’argumentation du Zarbi : pour la première fois, j’allais pénétrer en territoire hostile. Toutefois, je ne pouvais m’empêcher de me demander si Mister T ne me cachait pas des informations à propos de ce qu’il avait découvert dans la cabane où nous avions passé la nuit précédente. Après tout, c’était lui qui m’avait poussé à voguer jusqu’à Mizuhan alors qu’initialement, je pensai me rendre en priorité à Nalcia. Aurait-il découvert quelque chose de si terrible qu’il refusât de m’en faire part ? Toujours est-il que depuis quelques heures, il avait coupé tout contact télépathique avec moi.

Mes pensées s’orientèrent une fois de plus vers l’étrange message qui se trouvait auprès de la dépouille de mon aïeul. Comme elle était écrite en langage commun, elle n’offrait aucun indice quant à la provenance de celui qui l’avait écrite. Mais son contenu était fort mystérieux-et confus. Apparemment, mon grand-père avait utilisé ses dernières forces pour graver dans le roc un ultime message : Lame Noire. Cependant, les lettres étaient tremblantes et il y avait un trait entre le « a » et le « e » du mot « lame », si bien que l’inscription pouvait tout aussi bien signifier « larme noire ». Mais si l’expression « larme noire » ne m’évoquait absolument rien, j’avais déjà entendu parler de la Lame Noire : il s’agissait d’un style de combat ninja propre aux habitants de Loukai. Mais hélas, comme chacun sait, ces derniers ne partagent pas leurs secrets… Pis encore, si l’homme que mon grand-père avait vu était, par le plus grand miracle, le même que la personne au foulard noir aperçu par le jeune garçon au Rapasdepic, Feldor aurait tout simplement pu le confondre, à cause de sa tenue sombre, avec un Ninja. Malgré tout, c’était là la seule piste dont je disposai, je n’avais donc guère le choix.

Alors que j’avançai dans la forêt, à la recherche du village caché, je tombai, au détour de mon chemin, nez à nez avec un jeune Ponyta. Aussitôt, Yuko entrepris de jouer avec lui. Apparemment, le dresseur du petit équidé n’était pas dans les parages, je pouvais donc laisser Yuko jouer avec lui sans me sentir coupable d’importuner le maître du cheval de feu. Soudain, une petite voix retentit :

« Phoebus ! Phoebus ! Ah te voilà ! Allez, reviens ! On s’est déjà trop éloigné du village. Maman va nous gronder si on revient pas bientôt !

L’équidé hennit et après un dernier jeu avec Yuko, revint vers son maître qui se trouvait être un jeune garçon qui ne devait pas avoir fêté ses 10 ans.

-Et un autre être stupide à guider… Vous êtes conscient que tout le temps que vous passez à aider ce gens, l’assassin de votre famille peut le mettre à profit pour vous faire du mal, à vous et à vos proches ?

Je connaissais hélas trop bien cette voix désagréable. Au moins, cette rencontre avait-elle fait sortir le Zarbi de son mutisme. Comme à mon habitude lorsqu’il me provoquait, je ne lui répondis pas. Au lieu de cela, j’engageai la conversation avec le garçonnet :

-Bonjour, jeune homme, commençai-je tout en effectuant une révérence. Je me présente, je m’appelle Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, originaire du Cosmo Canyon en Flamen.

Le garçon avait-il seulement compris la moitié de ce que j’avais dit ? Savait-il où se trouvait Flamen ? Peut-être pas, mais cela ne me dispensait aucunement de faire montre de la politesse la plus élémentaire.

-Seriez-vous par chance originaire du village de Loukai ? Il me plairait de m’y rendre pour récolter des informations à propos d’une vieille légende qui me serait fort utile pour ma prochaine histoire. Auriez-vous, je vous prie, l’amabilité de m’y conduire ?

Le garçon me regarda un moment sans rien dire. Puis :

-Vous êtes un étranger. Les étrangers sont pas les bienvenus à Loukaï ! Si vous voulez, je peux vous guider jusqu’au village mais cessera pas gratuit ! Et une fois là-bas, vous attendez pas à ce que les gens aient envie de parler avec vous. On fait pas facilement confiance, nous.

Le discours du jeune homme semblait un peu trop mécanique pour être naturel. Sans doute récitait-il un texte appris par cœur à l’attention des potentiels visiteurs du village caché. Et cela voulait dire que malgré leurs mises en gardes, les habitants de Loukai souhaitaient que les gens viennent découvrir leur domaine. Mais dans quel but ? Il me faudrait rapidement me faire une idée sur la question si je voulais obtenir des réponses sur la lame noire…

-Soit, répondis-je,  Quel est votre prix ?
-Une pièce d’or.


En temps normal, j’aurais marchandé. Non seulement par principe mais aussi parce que le prix était ridiculement élevé. Mais je ne pouvais décemment pas discutailler avec un enfant. Aussi lui remis-je la pièce demandée sans discuter. L’enfant ne dit mot et d’un geste de la main, m’invita à le suivre, tandis qu’il passait des rennes autour du cou de son Ponyta. Finalement, après une demi-heure de marche, alors que j’avais perdu tout sens de l’orientation au milieu de tous ces arbres, j’arrivai dans le village de Loukai. Mon arrivée me surprit : en effet, à aucun moment je ne m’étais rendu compte que j’approchais d’un lieu d’habitation. De fait, j’avais beau être en plein cœur du village, j’avais toujours l’impression de me trouver au beau milieu des bois.

-Mais vous avez pris un Choc mental en pleine tête ou quoi ? Vous ne voyez pas que c’est un piège ? Les habitants de Loukai sont à peines enclins à laisser entrer dans leur village les gens qu’ils y invitent ! Alors s’inviter en soudoyant un gamin… Je doute qu’ils apprécient ! Fulmina le Zarbi qui avait jusqu’ici contenu sa colère.

-Ces gens ne sont peut-être pas heureux de me voir arpenter leur village mais ils voulaient que je vienne ici. Sinon, ils n’auraient jamais demandé à cet enfant de m’y conduire.

Le Zarbi réfléchit à mes propos avant de répondre :

-Et bien sûr, je suppose que vous avez remarqué les deux ninjas qui nous suivaient alors que le petit vous guidait ? Si vous avez raison alors je peux vous dire une chose : ces gens sont en train de vous tester en ce moment même. Ils veulent que vous fassiez quelque chose pour eux. Jamais ils ne vous auraient conduit chez eux sans obtenir quelque chose en retour. Et jamais ils ne vous diront quoi que ce soit sur la Lame Noire si vous ne leur rendez pas service !


Et sur cette déclaration, Tétrocruchamoule replongea dans son mutisme. De fait, je dus reconnaître qu’il avait probablement raison : sur les 8 personnes que j’interrogeai à propos de la Lame Noire, pas une n’accepta de répondre ne serait-ce qu’à mes salutations. Certains m’étudiaient en détail avant de détourner leur regard, tandis que d’autres faisaient comme si je n’existais tout bonnement pas. Mon guide m’avait abandonné dès mon entrée dans le village. A force de tourner en rond, je revins à mon point de départ, à la grande joie de Yuko, qui retrouva Phoebus, le jeune Ponyta et recommença ses jeux avec lui. Tandis que je les regardais faire, attendri, une conclusion s’imposa à mon esprit : Tétrocruchamoule avait raison, si je voulais des renseignements, il me faudrait tout d’abord découvrir ce que les ninjas attendaient de moi…


Dernière édition par Sylver Belister le Jeu 26 Juin 2014 - 16:27, édité 2 fois

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1771

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Invité le Lun 21 Avr 2014 - 11:49

Orinius et Insecateur se tenaient côte à côte dans la forêt enneigée, comme s'ils se réchauffaient mutuellement par leur simple contact. Ce bois était bien trop froid pour que cette banale liaison puisse leur redonner chaud. C'est à ce moment là que le guerrier regrettait de ne pas avoir de pokémon feu ou de quoi allumer une quelconque petite braise. Les pas de son amie insecte dans la neige s'enfonçait jusqu'à 10 centimètres parfois, et les arbres gelés gisaient par terre ou ne tenaient que provisoirement. Orinius ne pourrait -même si on le lui demandait- identifier quels arbres étaient toujours en vie. Pas beaucoup pensait-il. Les plus robustes pouvaient tenir l'hiver, mais l'humidité les fragilisaient et ils tombaient généralement vers l'été. Ainsi allait la flore dans la forêt de neige.

Mais l’état de la végétation importait peu à Orinius. Il cherchait le village Loukaï. Ici, il espérait trouver des ninjas qui lui apprendrait peut-être l'origine d'Insecateur. En effet, il ne s'était jamais demandé d'où venait cette experte en lames. Il n'y avait que de très maigre chance que Lacrima ait appris à manier aussi bien la lame toute seule. De plus, cette dernière tenait absolument à retourner là-bas. Et Orinius dût reconnaître que, si elle ne lui avait pas demandé, jamais il n'aurait songé à s'aventurer dans le froid, à ses risques et périls. D'un regard étendu, Lacrima regardait souvent la forêt depuis qu'ils y avaient pénétré. Elle semblait la connaître mieux que nul autre, et tantôt elle tournait au coin d'un arbre, une autre fois elle reculait à la vue d'une pierre. La nature la guidait se disait Orinius. Elle avançait tout de même calmement l'air de dire "je connais le chemin, c'est mon domaine, je sais où aller". Soudain, Orinius, exténué ne pût s'empêcher de demander :

* C'est encore loin Loukaï ? Je me gèle Lacrima ! *

Se retournant, l'Insectateur le fusilla du regard, avant de se retourner à nouveau vers son chemin. Elle n'aimait pas être interrompue lorsqu'une chose semblait importante pour elle. Orinius n'aimait pas ce caractère mais ne pouvait s'y opposer, elle était sa meilleur et seule amie. Il ne pouvait pratiquement rien lui refuser, et vice versa. Mais Orinius ne pouvait s'empêcher de se poser quelques questions...

~Lacrima était-elle sûre de l'endroit où elle allait ? Loukaï était-elle sa vraie origine ? Qu'adviendrait-il d'elle si Lacrima retrouvait ses origines là-bas et qu'elle y restait ? Que deviendrait-il ?~

Mais, d'un geste de main, il chassa ses questions de sa tête, bien qu'intelligentes, il avait peur de s'y confronter et préféra les oublier. Brusquement, son amie s'arrêta devant un gros tronc d'environ 1 mètre 50 de diamètre, et environ 8 bons mètres de hauteur. C'était sans doute le plus gros et fort qu'il verrait dans ce bois.

* Lacrima ? Pourquoi s'arrête-t-on ici ? *

Elle ne se retourna pas, dévisageant toujours l'arbre dans toute sa longueur, comme si c'était le monument de la forêt, son but. Durant 30 secondes, l'insecte verdâtre resta là, devant, à moins d'un mètre de lui. Toujours immobile, elle le contemplait. Puis, elle commençait à tourner autour à 360° avant de reculer un peu et de s'arrêter à nouveau. Orinius qui s'était assis sur la neige se releva et alla voir se qui obstinait à nouveau Lacrima. Puis, il remarqua se qu'elle observait. Une longue marque, incrustée dans le tronc verticalement. Puis, Lacrima souleva sa lame droite, et la posa délicatement dans la marque. Avec étonnement Orinius regarda la scène. La marque correspondait à la lame de son amie.

* Qu'est-ce que... Lacrima ? Ça veut dire que tu es déjà passé par là ? Qu'est-ce qu'il c'est passé avec cette trace ? Je veux des réponses. *

Soudain, elle sauta, prit appui sur ces pattes et s'envola brièvement avant d’atterrir sur le sol et de se mettre à courir si vite que Orinius eut du mal à distinguer sa direction. Mais, quelques instants plus tard, des individus l'encerclèrent et l'amenèrent dans une sorte de village. Loukaï, devina Orinius. Ses hommes avaient en effet l'apparence ninja. Mais la disparition de son amie l'inquiétait. Où pouvait-elle bien être allé ? Aussitôt, il l'aperçu, Lacrima était dans le village, et les habitants se tournaient vers elle, l'air mélancolique, impressionné ou encore heureux. Pour des hommes qui avaient réputation de ne pas aimer les étrangers ils avaient l'air de bien l'apprécier.

Il y avait un autre homme dans le village, non ninja, apparemment un étranger, comme Orinius. Mais ce dernier semblait avoir moins de problèmes. À vrai dire, Orinius s'en fichait, il voulait simplement savoir se qu'il se passait avec Lacrima, il voulait des réponses à ses questions.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Sylver Belister le Mar 22 Avr 2014 - 1:12

Un attroupement me tira de mes pensées : des gens faisaient cercle autour de quelqu’un que je ne pouvais voir. Intrigué, je m’approchai, imité par Yuko. Mais ma Caninos était bien plus curieuse-et agile- que moi : elle bondit sur l’épaule d’une des femmes qui était regroupée et prenant son élan, atterrit au pied de l’objet de tant de curiosité. Un tel geste ne pouvait signifier qu’une chose : ma jeune amie avait identifié un camarade de jeu potentiel. Pourtant, à ma grande surprise, alors que j’arrivais en vue du centre de l’attention, je remarquai que ce dernier n’était pas humain. Non, c’était un Insécateur !

Aussitôt, cela éveilla en moi en sentiment de peur diffus. Il m’était encore difficile de chasser ces souvenirs pénibles de ma mémoire : Alakazam et ses Insécateur… De fait, les dernières mantes dont j’avais croisé la route avaient essayé de me couper en tranches… Mais Sufura soit loué, depuis, le maléfice avait été brisé. De plus, le Pokémon aux lames jumelles ne semblait pas hostile : il paraissait fort apprécier l’attention dont il était l’objet…

Quoi de plus normal au fond ? Un Pokémon ninja était à Loukaï ce qu’un Chartor était aux mines des monts Efferos… Il devait être l’un des leurs… Profitant de la cohue, Tétrocruchamoule survola les badauds, disparut de ma vue quelques secondes, puis revint vers moi.

-D’après ce que j’ai compris, expliqua-t-il, ce Pokémon est « originaire » de ce village mais cela peut vouloir dire plusieurs chose : qu’il est né, que son clan est passé par là, qu’un membre de son clan y est né… C’est toujours pareil avec les Pokémon Insecte ! Ils n’ont aucune notion d’individu ! Du coup, quand l’un d’entre eux communique, on ne sait jamais si c’est en son nom propre ou pour son groupe ! Pour eux, c’est du pareil au même !
-Donc vous n’êtes sûr de rien… Et pourquoi ce Pokémon est-il autant adulé ?
-Je n’en sais rien, la tête de ces imbéciles d’humains est remplie d’une joie béate et stupide !!!! Je n’ai absolument rien de cohérent à lire dans leurs pensées ! Et comme ils sont aussi ouverts que la carapace d’un Crustabri, je vous souhaite bonne chance pour trouver une explication à cette attitude incongrue ! Mais j’ai malgré tout repéré un détail qui pourrait vous intéresser : cet Insécateur porte au niveau de son œil une marque en forme de larme. Elle n’est pas noire mais…


Je réfléchis quelques secondes aux explications de ce que je venais d’entendre.

-Vous pensez que la Larme Noire peut tout aussi bien désigner une personne qu’une technique, c’est cela ?
-Précisément. Je suis heureux de constater que l’apparition de cette mante ne vous a pas liquéfié la cervelle à vous aussi.
-Il semblerait que je ne sois pas le seul à ne pas être enchanté par la situation…


Je faisais référence à un homme que je venais tout juste de remarquer. Mince, grand et musclé, il ne semblait pas avoir bien plus de 30 ans. Une impression de force se dégageait de lui. Cet homme, je pouvais l’affirmer même en ne l’ayant aperçu que quelques secondes, cet homme savait se battre et n’hésiterai pas à le faire si nécessaire. Mais j’étais un peu plus dubitatif quant au type de guerrier auquel il appartenait : son armure plutôt lourde me faisait pencher pour un chevalier. Mais contrairement aux membres de cet ordre, il ne portait ni arme lourde, ni bouclier : ses seules armes visibles étaient de longues machettes qui pendaient de chaque côté de sa taille… Un style de combat qui n’était pas sans rappeler celui des Insécateur… Sauf que cet homme n’avait rien d’un ninja. Mais avant même que j’aie eu le temps de m’approcher de lui pour engager la conversation et en savoir plus, une tornade de poil roux se jeta sur moi. Apparemment, Yuko en avait terminé avec l’Insécateur, qui de toute évidence, n’avait pas voulu jouer avec elle. Mais je savais mon Pokémon trop perspicace pour commettre ce genre d’erreurs. Je la soupçonnais plutôt d’avoir voulu savoir à quoi s’en tenir avec ce Pokémon qui pouvait être une adversaire formidable… Après tout, ma Caninos non plus n’avait pas un excellent passif avec les Insécateur…

-Plus tard Yuko. Promis, dès que j’aurai achevé ce que j’ai à faire ici, nous nous amuserons ensemble !

Elle parut se satisfaire de ma proposition… Non sans avoir toutefois quémandé quelques caresses
Tandis que je m’approchai de l’homme aux deux machettes, je distinguai de mieux en mieux ses traits : la perplexité se lisait sur son visage. Lui aussi paraissait ne pas comprendre ce qu’il se passait…Si un homme à Loukaï pouvait m’ne dire plus au sujet de la lame noire, il y avait fort à parier que ce ne serait pas lui. Il semblait autant familier avec ce curieux village sylvestre que je l’étais moi-même. Ceci étant, ce n’était en aucun cas une raison valable pour me montrer discourtois. Et puis, peut-être serait-il plus ouvert que les autochtones ? Peut-être avait-il obtenu d’eux des renseignements ?

-Alors comme ça, cette tôle gondolée avec deux jambes vous intrigue ? Je dois avouer qu’un chevalier dans un village de ninja, c’est comme un Cerfrousse au milieu d’une meute de Grahyena : ce n’est pas vraiment sa place et aussi puissant qu’il soit, il ne fera pas long feu…

Je n’avais rien d’approprié à répondre à cela, aussi fis-je le choix de me taire… et de me répéter mentalement les questions que j’allais poser à cet homme. Derrière moi, la foule continuait à s’exclamer devant la mante à la cicatrice en forme de larme. Finalement, j’engageai la conversation avec l’étranger, tout en effectuant la révérence de rigueur :

-Bien le bonjour, monsieur, permettez-moi de me présenter, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, pour vous servir. Récemment, j’ai entendu parler d’une curieuse légende ninja, liée à ce village, nommée la lame noire. Mais jusqu’ici, malgré mes efforts, je n’ai pu obtenir le moindre renseignement des locaux. Auriez-vous par hasard un quelconque indice à apporter à mes recherches ? Je vous en serai infiniment reconnaissant. Mais je m’égare et j’en oublie la politesse la plus élémentaire ! Si jamais je peux vous être d’une aide quelconque, n’hésitez pas à faire appel moi !

Je marquai une pause. Puis :

-Excusez-moi, je vous prie, si je vous importune avec mes questions mais… Vous semblez troublé, quelque chose ne va pas ? Y-aurait-il quoi que ce soit qui vous déplait dans toute cette animation ? Demandais-je en faisant allusion à l’Insécateur et à ses admirateurs.

Contrairement à son habitude, Yuko attendit cette fois-ci que j’aie terminé mon discours d’introduction pour se présenter elle-même à l’inconnu. Mais elle ne demanda point d’attentions, ce qui était plutôt rare... Elle se contenta de se placer entre moi et l’autre homme, le jaugeant du regard. Tout cela était décidément fort mystérieux…

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1771

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Invité le Mar 22 Avr 2014 - 15:50

Les habitants affluaient pour voir le pokémon. Bientôt une foule l'entourait. Insecateur les regardait tous un par un, comme s'il cherchait quelqu'un dans l'attroupement. Peut-être y était-il venu pour retrouver son ancien maître. Maître... Un terme jamais utilisé pour parler de Orinius et Insecateur. Ils étaient amis, il n'y avait dominé, ni dominant. C'est d'ailleurs pour cette raison que Insecateur avait mit du temps à accepter la noirgrume de Orinius. Il ne voulait pas qu'il y ait cette notion.

Les individus qui l'avaient traîné jusqu'au village s'était à présent rués vers Lacrima, comme si elle était un trésor enfoui depuis des années redécouvert soudainement. Laisser son amie insecte dans la foule ne dérangeait pas Orinius et encore moins cette dernière qui avait l'air de s'y plaire. Le guerrier scruta les alentours à la recherche de quelque chose d'intéressant. L'étranger qui était là à son arrivée venait vers lui, son caninos à ses pieds. Le pokémon de ce dernier semblait assez juvénile, de plus, il courrait partout en quête de jeu ou de nourriture. Le dresseur de ce dernier lui marmonna quelque chose. Je retourna mon regard vers l'attroupement, Lacrima n'avait pas trouvé ce qu'elle cherchait. Elle sortit de la masse d'autochtones et, sans même prêter un regard à Orinius, continua sa route à travers le village. À ce moment-là, Orinius sentit une arrière pensée de dégoût envers le comportement d'Insecateur. Après tous ces moments passés ensemble, c'est ainsi qu'elle le lâchait lorsqu'elle eut terminé "sa quête". Soudainement il fut tiré de ses pensées par l'étranger au caninos qui se présenta à Orinius.

* -Bien le bonjour, monsieur, permettez-moi de me présenter, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant, pour vous servir. Récemment, j'ai entendu parler d'une curieuse légende ninja, liée à ce village, nommée la lame noire. Mais jusqu'ici, malgré mes efforts, je n'ai pu obtenir le moindre renseignement des locaux. Auriez-vous par hasard un quelconque indice à apporter à mes recherches ? Je vous en serai infiniment reconnaissant. Mais je m'égare et j'en oublie la politesse la plus élémentaire ! Si jamais je peux vous être d'une aide quelconque, n'hésitez pas à faire appel moi ! *

Orinius préféra marquer un temps de silence que de répondre tout de suite à cet homme. Il semblait assez âgé, mais en pleine forme. La lame noire avait-il dit ? Non, aussi loin que remontait les souvenirs d'Orinius le terme "lame noire" ne lui évoquait qu'une lame tâchée un sang sombre. Une pensée propre à lui-même soit dit en passant. Il n'avait strictement aucun renseignement à lui fournir là-dessus. Puis, il continua à parler.

* -Excusez-moi, je vous prie, si je vous importune avec mes questions mais... Vous semblez troublé, quelque chose ne va pas ? Y-aurait-il quoi que ce soit qui vous déplaît dans toute cette animation ? *

Orinius, qui ne lui avait guère prêté d'attention jusqu'à maintenant, lui répondit sur un ton lointain, de sa voix froide et grave sans détourner son regard de Lacrima :

* - Cette insecateur là-bas est mon amie, elle a désiré venir ici, et maintenant qu'elle y est, me rejette comme un vulgaire magicarpe. Elle s'est mise à se comporter bizarrement depuis son arrivée dans la forêt, je ne sais pourquoi elle agit ainsi, ni pourquoi elle a voulu venir dans la forêt. *

Orinius l'avait dit si machinalement qu'on aurait presque cru entendre un texte déjà préparé. Son attention était accaparée par son amie, les questions se bousculaient à nouveau dans sa tête, si bien qu'il vacilla et manqua de tomber.
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Sylver Belister le Mer 23 Avr 2014 - 11:17

L’homme marqua un silence avant de me répondre, comme s’il ne m’avait pas entendu. Puis, après quelques secondes, il répliqua :

- Cette Insecateur là-bas est mon amie, elle a désiré venir ici, et maintenant qu'elle y est, me rejette comme un vulgaire Magicarpe. Elle s'est mise à se comporter bizarrement depuis son arrivée dans la forêt, je ne sais pourquoi elle agit ainsi, ni pourquoi elle a voulu venir dans la forêt.

Le ton avec lequel il avait dit cela semblait dénué de tout sentiment. Pourtant, je n’avais pas besoin des pouvoirs télépathiques de Tétrocruchamoule pour déterminer que cet homme était bien plus affecté par le comportement de son « amie », selon ses propres termes, qu’il ne voulait l’admettre. Comme pour confirmer mes dires, une fois son explication terminée, l’homme tituba et un instant, j’eus peur qu’il ne s’écroulât.

Yuko aussi l’avait remarqué mais, ne pouvant être d’un grand secours à cause de sa petite taille, elle aboya pour me prévenir de la chute imminente. Pourtant, le guerrier ne chuta pas.

-Pathétique… Si perdre une amie de cette manière le trouble à ce point, alors qu’est-ce que ce sera si elle se fait tuer sous ses yeux ? Quel guerrier de pacotille !

Comme à mon habitude, je laissai le Zarbi éructer ses méchancetés sans rien dire. Je savais très bien que s’il réagissait ainsi c’était avant tout pour masquer sa propre incompréhension face à ces événements. Mister T détestait ne pas comprendre quelque chose. Après tout, telle était sa mission en tant que membre de la Multitude : appréhender la marche du monde et la retranscrire…

Soudain, alors qu’il me parlait par télépathie, un frisson parcourut la foule : l’Insécateur était en train de fendre cette dernière, comme si elle souhaitait aller explorer le village. Mais mon attention se reporta bien vite sur l’homme en armure :

-Tout va bien monsieur ?
-Mais laissez-le donc ! Vous ne voyez pas que sa présence ici n’a aucun rapport avec la nôtre ? Dans son état, il ne ferait que nous ralentir. Et n’oubliez pas que chaque seconde perdue est une seconde de plus que l’assassin peut mettre à profit pour nous faire du mal !
-Vous me l’avez déjà dit, et comme convenu, je tiendrai compte de votre avertissement. Mais vous avez remarqué vous-même que cet Insécateur avait une marque e forme de larme sous l’œil. A l’heure actuelle, c’est la meilleure piste que nous ayons. Et cela me convient on ne peut mieux puisque je comptais aider cet homme de toute façon !


Le Zarbi marmonna quelques paroles inintelligibles et coupa son lien mental avec moi. Que faire à présent ? Le plus évident aurait été de suivre la mante mais pour en savoir plus sur un Pokémon, il fallait en apprendre davantage sur son dresseur. Ou plutôt, comme c’était le cas ici, sur son compagnon. Yuko n’avait pas bougé de sa position, toujours à proximité du guerrier. Je la connaissais assez maintenant pour savoir qu’elle éprouvait de la compassion pour cette homme et s’il n’avait pas été aussi froid et distant, elle lui aurait aussitôt sauté au cou pour le réconforter.
Elle tenait vraiment à l’aider, et à bien y réfléchir, elle pouvait effectivement lui rendre un petit service.

-Yuko, s’il te plaît, suis l'Insécateur. Il me faut savoir où elle va et ce qu’elle fait.

Ravie d’avoir une mission à accomplir, mission qui aiderait le guerrier, Yuko s’élança dans la direction qu’avait prise la mante.
Quant à moi, je comptais en apprendre un peu plus sur ce mystérieux homme en armure. Mais hélas, je n’en eus pas le temps d’engager la conversation avec lui que deux hommes apparurent derrière moi, un à ma gauche, l’autre à ma droite, comme par enchantement. Les légendes concernant Loukaï n’exagéraient nullement l’habileté et la rapidité de ses habitants. L’un d’entre eux prit alors la parole :

-Lequel de vous deux pose des questions à propos de la Lame Noire, étrangers
-Moi-même,
répondis-je d’une voix sûre. Aurais-je dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? SI c’est le cas croyez bien que j’en suis navré…
-Veuillez nous suivre, coupa l’homme. Votre ami peut venir avec vous si ça lui chante.
-Je vous prie de m’excuser pour cette marque de curiosité mais… Où allons-nous ?
-Le chef du village veut vous voir, Monsieur Kiplinger. Maintenant suivez-nous !


Considérant le ton employé, il était on ne peut plus clair qu’il venait de mettre fin à la discussion. Ma foi, je n’avais guère d’autre choix que d’obtempérer. En outre, il n’était pas exclu que le chef se montrât plus disposé à répondre à mes questions que ses administrés.

-Souhaitez-vous que je ravage leur corps de l’intérieur, seigneur Belister ?

Le ton employé par Tétrocruchamoule était légèrement moqueur. Je savais pertinemment qu’il n’avait pas la puissance nécessaire pour briser un corps en deux. Pas s’il était seul. Mais il raillait surtout ma situation quelque peu inconfortable. Je rentrai dans son jeu:

-Cela ne sera pas nécessaire pour l’instant, merci bien. Mais si jamais les choses se corsent, je vous autorise à recourir à la violence. Après tout, nous pourrions tirer avantage de cette entrevue.
-J’ignorais que vous aviez le sens de l’humour, Seigneur Belister. Voilà qui risque d’égayer nos joutes futures ! Sachez toutefois une chose qui pourrait vous être utile au sujet de ces deux hommes : les mots « Lame Noire » les font littéralement crever de trouille !


_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1771

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Invité le Mer 23 Avr 2014 - 16:27

*-Tout va bien monsieur ? *

Demanda l'homme après qu'Orinius ai vacillé. Le guerrier hocha si faiblement la tête qu'il se demanda si le dresseur l'avait vu. Il prit ensuite quelques secondes pour reprendre ses états.

~ Si Lacrima a l'air si bien ici, alors qu'elle y reste, je ne la traînerai pas derrière moi. Mais, elle me doit des explications. Elle ne s'en irait pas comme ça. ~



Puis, il vit le caninos partir vers elle. Sûrement un ordre de son dresseur, Orinius allait suivre la chienne. Soudain, il fut interrompu par deux guerriers qui apparurent dans la scène si soudainement qu'on aurait pût associer leur apparition à la magie ou à une téléportation de pokémon psy. Ils s'empressèrent de demander :

* -Lequel de vous deux pose des questions à propos de la Lame Noire, étrangers *

* -Moi-même, répondit le dresseur d'une voix assurée. Aurais-je dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Si c'est le cas croyez bien que j'en suis navré...

*-Veuillez nous suivre, dit l'autochtone. Votre ami peut venir avec vous si ça lui chante.*

* -Je vous prie de m'excuser pour cette marque de curiosité mais... *

Orinius s'arrêta d'écouter, là. Cette discussion ne le concernait pas et la lame noire était un sujet auquel il ne s'intéressait pas. Il partit vers Lacrima. En passant il arriva plus nettement à distinguer le décor des maisons, elles étaient pour la plupart enveloppée de neige pour un meilleur camouflage extérieur. Le village comportait les mêmes arbres que la forêt. D'ordinaire les gens lui auraient sûrement jeté des regards méfiants et l'aurait suivi du regard tout le long du trajet mais là, une distraction nommée Lacrima n'avait laissé pratiquement personne à son foyer. Puis, à l'angle d'une rue il l'aperçue.

Elle semblait en pleine discussion avec un homme vêtu de noir, un katana dans le dos : d'apparence un ninja parfait. La foule était assemblée devant eux, en un parfait arc de cercle, quelques ponytas étaient rassemblés dans la foule, mais le feu ne dérangeait pas les habitants, en effet, les flammes de ce pokémon n'affectaient que ceux en qui il n'avait pas confiance. Autrement dis, ils avaient foi en tous les ninjas de Loukaï. Orinius se faufila parmi la foule en faisant garde d'éviter les ponytas. Il resta à l'écart pour ne pas éveiller les soupçons de Lacrima, mais suffisamment près pour entendre la discussion.

* ...ainsi tu nous as manqué dans de beaucoup de cas Olesurio... Aussi bien dans le combat, que dans notre coeur. J'espère que tu vas rester dans le village cette fois. Maintenant que Ereguiso est parti tu n'as plus rien à craindre. *

L'interlocuteur de Lacrima lui tendit la main en guise de réponse. Orinius s'interposa.

* - Non ! Il ne restera pas ici ! Sa place n'est pas ici ! *

Tous les habitants de Loukaï se tourna vers lui l'air outragé. Le ninja qui était quelques instants auparavant en train de discuter avant son amie, sortit son katana, mais Lacrima lui fit signe de ne pas le menacer avec son arme et de le mener au chef du village. Son amie insecte lui jetait un regard plein de colère et de regret. Orinius interpréta ce regard comme un : "pour une fois, tu ne pouvais pas te mêler de ce qui te regarde." Puis, entouré des villageois, de Lacrima et mené par celui qui avait appelé Lacrima "olesurio", ils arrivèrent dans la demeure du chef où le précédé déjà celui qui se faisait appeler Sylver Kiplinger.

[HRPG : Si quelque chose ne va pas, n'hésite pas à me contacter en MP]
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Sylver Belister le Ven 25 Avr 2014 - 19:27

« Alors c’est donc vous l’homme mystérieux qui pose des questions sur la Lame noire ?

Les deux ninjas m’avaient accompagnés jusqu’à une demeure en tout point semblable aux autres mais située un peu à l’écart, davant celui qui ne povait être que le chef du village. Il sembalit un peu plus agé que moi, mais son corps restait en très bonne forme, au vu de son âge. Les katanas qui reposaient sur des rateliers dans un coin de la pièce ne devaient pas servir que pour la décoration… Les seuls signes extérieurs de son âges avancés étaient ses cheveux de couleur neige qui lui tombaient jusqu’aux épaules, et les fines rides qui marbraient son visage fin. Son regard était aussi acéré que la lame des sabres présents dans la pièce et son expression était sérieuse et légèrement hostile. On eut dit un Airmure qui toisait un agresseur potentiel, juste avant qu’il ne passât à l’attaque…

Au-dessus de l’épaule gauche de l’homme se tenait immobile, en suspension dans les airs, un Munja. Il restait placide mais je savais pertinemment que je ne devais pas m’y fier. Comme la plupart des Pokémon Spectres, il ne prévenait jamais quand il attaquait… Sa présence semblait mettre le Zarbi mal à l’aise, chose qui n’arrivait pas souvent.

-Ce Pokémon vous effraie à ce point ?
-Je suis un Pokémon Psy !!! En tant que tel, je hais les Pokémon Spectre et j’exècre le Insectes ! Ca ira ou il vous faut un dessin ?
-Alors votre attitude n’a rien à voir avec ce que vous avez pu lire dans ses pensées, je présume ?
-Lui aussi sait lire dans les pensées, je vous signale ! Si j’essayais, j’aurais autant de chance de lire en lui que lui en moi. Sauf que le cerveau atrophié de cette coquille vide est loin d’être digne d’appréhender tous les trésors de connaissances que je recèle ! De tels renseignements pourraient faire de moi le maître du monde !


A cet instant précis, une ombre jaillit de derrière le chef de village et frappa le Zarbi au niveau de son appendice. Puis, aussi rapidement qu’elle était apparue, elle disparut. A présent, un Ninjask se tenait aus dessus de l’épaule du chef de village.

-Votre Zarbi devrait savoir qu’il est impoli d’espionner les pensées des gens. Mon Munja n’est peut-être pas très rapide mais il est expert en pouvoirs psychiques et mon NInjask, comme vous avez pu le remarquer, est suffisamment rapide pour deux.

Ainsi, malgré on beau discours, Mister T avait essayé de lire dans les pensées de l’exuvie… Il avait dû présumer de sa supériorité un peu trop vite…

-Je vous prie de bien vouloir excuser sa conduite.

Etant donné que je n’étais pas responsable des actes, je ne pouvais rien ajouter. Le Zarbi ne semblait d’ailleurs pas enclin à présenter ses excuses : actuellement, il débitait un chapelet de jurons plus colorés les uns que les autres à l’encontre de son agresseur.

-Permettez-moi de me présenter, je me nomme Kiplinger, Sylver Kiplinger, conteur itinérant et je suis venu ici pour recueillir des informations au sujet de la Lame Noire pour un de mes récits. Avnt tout, je tenais à vous remercier pour votre hospitalité
-Bonjour à vous, Sylver. Je vous souhaiterais volontiers la bienvenue mais pour l’instant, rien ne m‘indique que vous soyez un ami et que vous soyez bien celui que vous prétendez. Après tout, à notre âge, on ne survit pas en se fiant au premier venu, n’est-ce pas ?
-Exact. Et pour cette même raison, vous comprendrez, je l’espère, que je ne puis placer en vous et en la bienveillance de vos hommes qu’une confiance limitée…
-Pourtant, il vous faudra me faire confiance si vous voulez en apprendre plus sur l’objet de votre quête. Et pour cela, commencez donc par me remettre votre arme, la lame qui se trouve dans cette canne.


Cet homme était bien trop intelligent pour qu’une dénégation fût utile. Aussi obtempérais-je sans discuter, et tendis ma canne à ses hommes, qui la remit à son chef. Ce dernier tira la lame de son fourreau et l’inspecta :

-Une arme de très belle facture. Flaminoise si je ne me trompe pas. Oui, très jolie rapière, finement ouvragée… Et je vois là certains éclats qui indiquent qu’elle a servi récemment. Mais il n’y a pas la moindre goutte de sang dessus. De deux choses l’une : ou bien cette arme n’est qu’une arme d’apparat, ou bien vous êtes suffisamment redoutable pour ne pas avoir à faire couler le sang. Auquel cas j’ai bien fait de vous la retirer. La qualité de cette lame dénote de plus votre appartenance à la noblesse. Vous seriez donc un de ces conteurs itinérants qui vont de château en château pour tenter d’obtenir l’appui de seigneurs plus puissants que vous. Vous auriez eu dix ans de moins, j’aurais trouvé cette hypothèse crédible. Mais vous êtes un peu vieux pour déambuler à travers le pays pour obtenir des alliés, non ?

J’étais littéralement sidéré par la quantité d’informations que cet homme avait pu réunir sur moi simplement en examinant mon arme. Mon maître d’escrime m’avait souvent répété que l’arme était la sgnature d’un épéiste. Jusqu’à aujourd’hui, j’ignorais à quel point il avait raison. Et il avait presque percé ma couverture en quelques instant. Presque mais pas tout à fait…

-Il se trouve que si tel était au début le motif de mes pérégrinations, je dois avouer que j’ai pris goût aux voyages et aux légendes et que j’ai décidé d’y consacrer ma vie. Actuellement, mes neveux dirigent le domaine qui a appartenu à feu mon frère aîné, si bien que les responsabilités familiales ne pèsent plus sur moi.

Le chef du village parut se satisfaire de cette réponse, fort simple mais qui grâce à sa simplicité justement, était difficile à infirmer. Le chef me jaugea pendant un moment, sans rien dire. A son crédit, il n’utilisa pas son Munja pour s’introduire dans mes pensées. Sans nul doute, Tétrocruchamoule l'en aurait empêché s'il avait essayé.

-Ainsi, c'est uniquement la soif de connaissance qui vous pousse à vous intéresser à cette légende?
-Pour être tout à fait honnête avec vous, non. Lors de mes pérégrinations dans la forêt, j'ai découvert un cadavre calciné et à ses côté se trouvait une curieuse inscription: la « lame noire ». Toutefois, elle était écrite de telle sorte qu'elle eut tout aussi bien pu signifier « larme noire ». Je me dois d'avouer que cet élément singulier a piqué ma curiosité. D'où ma présence en ce lieu...
-Je vois... Je n'ai aucine raison de ne pas vous donner les réponses à vos questions. Toutefois, sachez ceci: la quête que vous poursuivez est jonchée de périls. Nombreux sont ceux qui ont disparu parce qu'ils se sont intéressés de trop prêt à la lame noire.
J'étais conscient du risque depuis longtemps déjà...
-Je comprends le risque.
-Fort bien. Comme vous le savez sans doute vu votre profession, la Lame Noire désigne à l'origine une école de ninjutsu propre à notre communauté. La voie du ninja. Là est l'origine de la lame noire. D'ailleurs, qu'est-ce qu'un ninja pour vous?
Quoique légèrement surpris par la question, je n'en laissais rien paraître et répondis:
-Eh bien, je ne suis pas expert en la matière mais il me semble que les ninjas sont les pratiquants du ninjutsu, une école d'arts martiaux mais aussi de vie extrêment stricte, où ils subissent un entraînement des plus sévères en vue de devenir de redoutables assassins à la solde de celui qui les paiera le mieux. Il peut arriver, comme c'est le cas ici, que des ninja se regroupent en communauté. Toutefois, ces communautés ne sont pas forcément bien perçes par le voisinage...
-Je vois que vous maîtrisez l'art subtil de la diplomatie, monsieur Kiplinger. Oui, il arrive parfois que les ninja se regroupent en clans. Mais ces clans sont autrement plus dangereux que le clan lambda de Mizuhan. Et ils font peur, inexorablement. Oh, rassurez-vous, un village de la taille de Loukaï n'est un menace pour personne. C'est bien pour cela que nous le cachons, d'ailleurs. Mais aussi redoutable que soit le ninjutsu, aussi redoutables que soient les ninjas qui le manient, cette technique souffrait d'u gros défaut lors de guerre de clans: le ninjutsu que nous pratiquons repose avant tout sur des techniques indivduelles, ce qui n'est pas l'idéal dans une armée composée uniquement de ninjas, pour lutter contre une armée ennemie. C'est ainsi que les techniques dites de la lame noire ont été mises au point. L'objectif était de considérer chaque ninja comme une partie d'une formidable lame fatale. Mais un ninja ne se caractérise pas que par les techniques quil emploie et son entraînement. Il obéit également à un code d'honneur au moins aussi strict que sa formation. Pour des raisons de cohésion, certaines de ces règles ont été assouplies, par exemple la discrétion. Il était impossible de demande rlaors à nos fantassins de ne pas communiquer entre eux. Cela nous aurait totalement désorganisé. Mais au vu de nos victoires qui s'enchaînaient, certains d'entre nous ont commencé à penser qu c'était là la bonne méthode; que notre code était désuet et dépassé. Ils ont alors abandonné a voie du ninja. Ils ne portent plus ni notre tenue, ni nos armes et ne s'embarassent plus de discrétion. Tous les moyens sont désormais bons pour eux pour atteindre leurs objectifs. LA plupart oeuvrent seuls, comme mercenaires mais ici, les esprits les plus crédules racontent que ces derniers forment en fait un seul et unique clan disséminé dans tout Erasia. Bien sûr, ils ont été chassés de Loukai pour leur inepties mais ils ont juré de se venger. Ces êtres ne sont plus des ninjas ordinaires, ils ne maîtrisent plus leurs émotions et sont extrêment violents pour la plupart. Enfin, certaines rumeurs racontent qu leur signe de reconaissance serait une larme noire, tatouée sur le corps, afin que jamais ils n'oublient la honte qu leur a ifligé Loukaï en les banissant et la haine qu'ils ont envers le village et ses habitants. Voilà pourquoi le nom de la lame noire est si crait dans ce village.


L'histoire du chef expliquait beaucoup de choses, à un détail près: j'avais, lors de mes études, attentivement étudié l'histoire de Loukaï car les ninjas et leurs mystères me fascinaient. Pourtant, je n'avais jamais entendu parler de cette mystérieuse lame noire, ou même d'une guerre des clans impliquant Loukaï: si ce dernier était l'ultime village ninja d'envergure sur Erasia, c'était justement parce qu'il était toujours resté caché et reclus. En outre, en tant que conteur, je voyais bien qu'i utilisait les mêmes artifices que moi lorsque je m'adonnais à la narration. En conséquence, son récit devait contenir une part de vérité. Mais jusqu'à quel point?

Soudian, un aboiement bien connu me tira de mes pensées.

Yuko?! Que fais-tu ici? demandais-je, tandis qu'elle insistait pour que je la caresse, ce que je fis volontiers. De fait , ma Caninos n'était pas seule dans la pièce: une véritable procession venait d'entrer dans la demeure du chef de village, composée de l'Isécateur à la marque en forme de larme, de ses admirateurs, et de ninjas en armes et uniformes qui encadraient le mystérieux guerrier que j'avais aperçu un peu plu tôt...

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1771

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Invité le Ven 2 Mai 2014 - 19:41

Les habitants  suivaient Orinius et Insecateur ainsi que celui avec qui discutait auparavant son amie. Apparement ce genre de cas était considéré comme une marque d'irrespect et d'autant plus pour cette scène là. Pour eux, c'était sûrement une offense. Il en saurait plus en arrivant.
Ils zigzagaient entre les maisons typiques du lieu vers la demeure du chef qui n'avait pas l'air très différente des autres. C'est là que Orinius serait présenté au chef et que la situation serait analysée.

* - Pardon de vous... importuner mais comment vous nommez-vous ? Pouvons-nous trouver un arrangement ? *
*- Je me nomme Irfilio, le fils de l'ancien maître de l'insecateur à mes côtés. C'est à moi d'en prendre soin et...
* - Tout d'abord, l'interropit Orinius, les pokémons n'ont pas besoin de maîtres, ils sont autonomes et doivent être libres et égaux à nous, il n'y a pas de notion de maître et esclave pour les vrais relations avec les pokémons. *
* - L'humanitée n'existe que par ce principe, celui de la domination. Sans chef se serait l'anarchie. Et pour vous répondre, non, nous ne pouvons pas trouver d'arrangement. Un étranger ayant passé autant de temps avec Olesurio au point de ne pas vouloir s'en détacher ne relève pas de ma fonction. *

C'est ainsi qu'ils arrivèrent à la maison adminsitrative du village où se tenait déjà Sylver Belister. Irfilio se positionna face au chef et lui expliqua.

* - Cet étranger est pris d'affection pour Olesurio, à tel point qu'il ne désire pas la laisser ici. Or, tout le monde sait combien nous en avons besoin, combien de fois nous l'avions désiré, tant de fois elle nous a manqué. La dernière fois que nous l'avons vue elle était entre les mains de Ereguiso. Désormais ce dernier est exilé, il y n'y a donc aucune raison pour qu'il ne reste avec nous. Mais cet étranger, si têtu soit-il ne partira pas sans Olesurio à moins de subir de lourdes blessures. *

Le chef du village, robuste et âgé, réfléchit quelques instants à la situation avant de répliquer :

* - Bien que Loukaï ne soit pas favorable aux étrangers, ce guerrier a le droit de se défendre, lui et sa cause. *
* - Le choix de Lacrima de quitter ce village a était sien et...*
* - C'est quoi Lacrima ? * Questionna le chef confus.
* - Olesurio si vous préférez. Donc je disais que le choix d'Olesurio de quitter son village était sien or elle a choisi l'exil. C'est alors que je l'ai rencontré. Nous nous sommes liés l'un à l'autre et pendant longtemps nous sommes restés ensemble. Nous avons tissés des liens. Je ne compte pas les abandonner maintenant. Vous comprenez je pense. *

Après avoir écouté attentivement les deux parties, le chef donna son verdict.

* - Bien que voulant garder avec nous Olesurio, je pense qu'il est préférable de la laisser décider par elle-même. *

Toute la foule ne regarda soudain plus que le pokémon. Ce dernier se sentit soudain tourmenté. Et son visage se crispa soudainement après la fin de la phrase du chef. Si bien qu'on aurait pu croire qu'il n'arrivait pas à faire sortir des larmes. Puis soudain dans un cri qui déchira le silence il abattit sa lame entre Orinius et  Irfilio avant de s'en aller brutalement par une ouverture laissant tout le monde étonné et béant devant la scène.
La marque rappella à Orinius la trace de sa lame laissée sur le tronc qu'ils avaient croisés au début. La même scène s'était sûrement passée avec quelqu'un d'autre. Pour autant de monde dans la salle, on n'entendait aucun bruit. Puis, le chef rompit le silence pour dire :

* - Puisque Olesurio ne peut décider, alors il va se remettre à errer dans la forêt, s'exclama le chef, puis il haussa le ton en regardant Orinius. Nous avions besoin de lui ! Nous l'attendions depuis des années et voilà que quand il revient, il s'en va moins d'une heure après ! Expulsez-le de cette demeure, je ne veux pas de lui dans ma maison ! *
avatar
Invité
Invité
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Sylver Belister le Sam 3 Mai 2014 - 23:36

Mais qui pouvait donc être ce Pokémon pour déclencher un tel émoi ? Quel rôle avait pu jouer cet Olésurio dans l’histoire du village de Loukaï ? Apparemment, l’homme aux deux machettes l’ignorait tout autant que moi. Inutile donc de lui poser la question.

« Vous souhaitez plus d’informations sur cet insecte, Seigneur Belister ? Dans ce cas, demandez à votre toutou de réduire en cendres le Munja du chef et je me ferais une joie de vous les apporter, dit-il d’une voix faussement suave en insistant sur le mot « joie »
-Merci, mais ce ne sera pas nécessaire. En revanche, j’aurais bien un service à vous demander.
-Et quel est-il ?
-Prenez Yuko avec vous et rattrapez cet insecte. J’ai un mauvais pressentiment à son sujet. Comme si elle s’apprêtait à commettre un acte particulièrement regrettable, à la fois pour elle-même et pour autrui.


Puis j’appelai Yuko, qui vint se blottir contre mes jambes. Je la pris dans mes bras et l’élevai au niveau de ma poitrine. Aussitôt, elle appuya ses petites pattes avant contre mon torse et commença à me lécher le visage. Malgré la gravité de la situation, je ne pus m’empêcher de sourire, puis lui dit, non sans lui gratter l’arrière des oreilles, l’endroit qu’elle préférait :

« Ecoute, j’ai besoin de tes talents. Pars avec Tétrocruchamoule et retrouvez Insécateur. J’ai peur qu’elle ne fasse quelque bêtise. Tu veux bien faire ça pour moi ? »

Yuko me regarda fixement, non pas qu’elle n’avait pas compris ce que venais de lui demander, au contraire, mais elle hésitait sans doute à me laisser ici, tout seul, sans arme, dans un lieu potentiellement hostile. Tout ce temps passé à voyager en sa compagnie m’avait permis de prévoir ses réactions, mais ce lien fonctionnait dans les deux sens : elle me décryptait aussi bien que je la comprenais. Puis finalement, elle aboya gaîment en remuant la queue et sorti de la pièce en se faufilant entre les jambes de la foule.

« Et vous, cher Mister T, ce plan vous convient-il ?
-Ah tout de même, vous daignez me poser la question ! Eh bien, oui, cela me va. Cette Insécateur est la mieux à même de nous renseigner sur toute cette histoire et bien qu’il y ait très peu de chance que celle-ci ait quelque chose à voir avec la Lame Noire, nous n’avons pour le moment pas d’autre piste et de toute évidence, le chef ne nous dira plus rien tant que cet incident ne sera pas réglé. Aussi vais-je accompagner votre chien. Avec son flair et mes pouvoirs Psy, nous aurons tôt fait de la retrouver. Je suppose d'ailleurs que tel était votre plan ? En ce cas, soit, j’y souscris. Maintenant, si vous le permettez, je vais rattraper votre canidé !


Après ce long discours, Tétrocruchamoule sortit lui aussi, non sans lancer quelques Puissance Cachée aux badauds qui ne s’écartaient pas assez vite de son chemin à son goût. Aucun doute possible, il se prenait vraiment pour le maître du monde…
J’avais assisté sans rien dire à la discussion entre le mystérieux chevalier, le chef du village et un habitant qui se présentait comme le fils de l’ancien maître de L’Insécteur, prénommée Olesurio ou Lacrima, qui était au centre de cette querelle. Finalement, l’échange s’était envenimé et le chef avait fini par lancer, passablement irrité :

- Puisque Olesurio ne peut décider, alors il va se remettre à errer dans la forêt, s'exclama le chef, puis il haussa le ton en regardant Orinius. Nous avions besoin de lui ! Nous l'attendions depuis des années et voilà que quand il revient, il s'en va moins d'une heure après ! Expulsez-le de cette demeure, je ne veux pas de lui dans ma maison !

Il semblait avoir oublié ma présence. Vu son état actuel, je doutais fort qu’il acceptât de reprendre notre conversation. En outre, il eût été fort grossier d’insister. Je décidai plutôt de sortir moi aussi pour rejoindre l’homme que les deux gardes ninjas avaient expulsé manu militari de la demeure. Peut-être serait-il maintenant plus enclin à répondre à mes questions et à accepter mon aide ?

Alors que je sortais, personne ne fit attention à moi. Tous n’avaient que le nom d’Olesurio en bouche. S’il voulait le récupérer, d’après ce que mes lectures m’avaient appris des coutumes ninjas, l’homme devrait gagner le privilège d’être le dresseur de l’Insécateur lors d’un duel, très souvent mortel pour le perdant… Mais ce duel n’avait de sens que si le Pokémon acceptait de se choisir un maître. Or, ce dernier s’était enfui en laissant une curieuse cicatrice sur le visage des deux hommes.
Il était grand temps de réfléchir un petit peu… Le guerrier avait dit qu’il l’avait trouvé dans la forêt et le chef que cet Insécateur avait déjà fui le village un fois. Bien vite, des idées naquirent dans mon esprit et un scénario se forma. Scénario qui  aurait d’ailleurs pu appartenir à un de mes contes : plus jeune, cet Insécateur avait été tiraillé entre deux maîtres, tous deux appartenant à ce village, pour lequel elle aurait joué le rôle de gardien. Mais, ne supportant pas la querelle entre les deux hommes qui voulaient être son maître, l’Insécateur avait…tranché pour eux en mettant fin à leur dispute d’un seul coup de sa lame, avant de partir dans la forêt, où elle avait rencontré cet homme avec qui elle avait fini par se lier. Cet homme qui aujourd’hui, comme son ancien propriétaire, n’acceptait pas de la voir partir… Certes, tout ceci n’était que pur produit de mon imagination mais il devait tout de même y avoir une part de vérité là-dedans… Finalement, je trouvai l’homme dans le village et lui demandai :

« Veuillez m’excuser, monsieur, si je vous importune à nouveau mais… Puis-je vous être d’une aide quelconque ? Voyez-vous, j’ai le pressentiment que la raison qui vous a poussé à venir dans ce village et le motif de ma présence en ce lieu sont liés, aussi si je puis vous être utile… »

Tout en disant ces mots, je vis que mon interlocuteur ne s’ouvrirait pas si facilement à moi j’espérais que mes Pokémon auraient plus de succès avec ce mystérieux Insécateur…

_________________
Ancien Sylver:



Avant j'étais vieux et gentil. Mais ça... C'était avant !
avatar
Sylver Belister
Informations
Nombre de messages : 1771

Fiche de personnage
Points: 47
Âge du personnage: 56 ans (en paraît 30)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] La La(r)me Noire [Sylver/Orinius]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum