[ Clos ] « Là » [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] « Là » [Solo]

Message par Eeva Slanzar le Mar 25 Nov 2014 - 14:21

Contrainte : 2. Insister sur la psychologie du personnage.

Cela faisait des mois maintenant... Pourtant, Hellébore ne cessait d'y penser. Elle avait rêvé toute la nuit et quand elle se réveilla en sursaut, le soleil n'était toujours pas levé. Perturbée par sa nuit agitée, l'hybride décida de sortir de la maison et en contournant les rues, se rendit sur la banquise qui servait presque de terrasse à l'immense bâtiment qu'était l'arène de Fla'Or. Il faisait glacial, polaire. Ce qui était normal, pour une ville du pôle, mais surtout, l'hiver frappait de nouveau. Mais elle, elle n'avait pas froid, même sous sa forme humaine, ce qui était normal aussi, après tout, la glace était son élément. Hellébore soupira en regardant l'horizon, à cette heure de la nuit, la mer n'était qu'une couche noire et insipide. Elle était calme et pas un souffle de vent ne venait la perturber, une mer d'huile comme on disait et même quand elle venait s'échouer sur la glace elle ne faisait pas de bruit. Un sas s'ouvrit, quelque part derrière et Hellébore devina la présence d'Eeva, que le froid arctique ne rebutait pas.

La rousse ne lui avait pas posé plus de question qu’elle ne l’avait fait la dernière fois, il y avait de cela un an maintenant. Hellébore avait fini par comprendre que c’était à elle de faire le pas suivant, quand elle se sentirait prête. Depuis, pas une nuit ne s’était écoulé sans qu’Hellébore ne rêve de son ancien maître, des jours tristes, des jours heureux et le temps passant sans pouvoir passer une nuit reposante où la Pokémon s’épuisait. Des mois et des mois… Ses yeux lui brûlaient continuellement et elle ne combattait plus. Mais ce soir, elle était persuadée qu’elle devait maintenant avancer, faire un pas dans une direction quelle qu’elle soit. Ça ne serait pas pire que ce qu’elle avait déjà vécu de toute façon. Et puis ce n’était plus comme avant, elle ne se sentait pas seule, elle n’était plus seule. C’était maintenant, elle devait lui dire. Pourtant, elle sentait un poids, comme si quelque chose aurait voulu l’empêcher. Ce n’était pas palpable, ni raisonnable, Hellébore ne pouvait pas l’expliquer, mais elle en avait assez d’angoisser et d’avoir peur continuellement.

« Eeva, je veux aller à la tombe d’Adearic. C’est dans les plaines. » Dit Hellébore, sans se retourner et attendit.
« O.K. »
« Maintenant ? »


Hellébore se retourna, prête à entendre le refus de la championne et préparait déjà sa réponse, comme quoi s’il le fallait elle irait seule. Mais à sa surprise, Eeva n’en fit rien, elle acquiesça sans rien dire, fermant à peine les yeux pour donner son accord. La rousse disparut une vingtaine de minutes et revint. Elle avait troqué son vieux pantalon brun et sont haut rouge pour sa tenue de championne. Hellébore la soupçonnait de l’apprécier particulièrement. Elle avait aussi une nouvelle cape fourrée, qu’elle avait été obligée d’acheter après avoir prêté sa cape en fourrure de Typhlosion qu’elle aimait tant et qui était un sacré avantage dans ces contrées contre le froid. Cela faisait bien deux ans maintenant, elle ne la reverrait sans doute jamais… Mais ce n’était qu’un vêtement, rien d’important. Alors pourquoi les humains mettaient-ils des sentiments dans des tissus ? Un autre objet, elle comprenait, mais un vêtement ? Il s’use et se désagrège et on le jette.

Dictame cria, rappelant à Hellébore que contrairement à elle, il n’était pas insensible au froid. Elle avait de plus bien choisi  son heure, puisque c’était justement le moment le plus froid de la nuit, le plus insupportable, où le froid vous agressait tellement qu’il semblait être fait de piques qui vous transperçait la peau avant d’atteindre vos os. Mais il s’envola de bonne grâce. Il avait toujours été un Pokémon intelligent, il n’y avait donc pas de raison qu’il ne comprenne pas maintenant que son aide était précieuse. Le vampire s’éleva assez haut dans le ciel, battant frénétiquement de ses deux paires d’elle, Eeva et Hellébore sur le dos, qui devaient se cramponner comme elles pouvaient, mais du moment qu’on ne regardait pas trop en bas et qu’on ne faisait pas état de la vitesse à laquelle il allait, il n’y avait pas de problème. Son vol était assez confortable, du moment qu’il ne changeait pas trop de direction, sans quoi, ses cavalière iraient manger la neige.

Hellébore donna la direction à suivre et en un rien de temps grâce à Dictame, ils furent sur place. Hellébore sauta de son dos avant même qu’il n’atterrisse et chercha du regard. Son cœur se mit à battre plus fort et ses mains commencèrent à trembler, elle se sentait fébrile, mais ne voulait pas reculer, pourtant elle avait peur. Mais elle avait envie d’y aller. L’hybride chercha une cabane, mais après des heures passées sous la neige qui tombait, où se trouvait-elle ? Si seulement… Et après toutes ses années, sous le poids des orages, du vent, des gens et des animaux, de la neige, des tempêtes et du temps, était-elle toujours là ? Dans le fond, elle s’en fichait de cette cabane, mais c’était un point de repère, car maintenant, elle ne se souvenait plus très bien. Pourtant dans ses rêves, elle le retrouvait toujours. Elle n’y arriverait pas comme ça, sous toute cette neige… Il n’y avait qu’une seule solution et maintenant, elle se sentait prête. Et puis, elle était là pour ça. Mais l’un ne pouvait se faire sans l’autre. Elle devrait faire l’effort avant. C’était difficile, elle ne savait pas à quoi s’attendre et elle avait peur. Mais elle en avait envie. Hellébore tremblait, mais ce n’était pas la neige.

« Eeva, je veux évoluer… » Ce qui signifiait, qu’elle devrait revenir plus tard, mais est-ce qu’elle en aurait la force après ?
« J’attendais que tu me le demande, je m’y attendais ces derniers temps. »

La fillette se retourna brusquement vers Eeva qui sortait de sous cape une pierre étrange, au reflet bleu ciel. Elle ouvrit grand les yeux et s’apprêta à poser une question, mais elle n’arriva pas à la formuler.

« Des amis chercheurs m’en ont procuré une. » Répondit simplement Eeva en lui tendant la pierre aube.

Hellébore hésita, elle ne pourrait plus revenir en arrière. Mais qui pouvait avoir envie de revenir en arrière ? Cela faisait encore plus peur, mais sauter dans le néant, dans l’inconnu… Mais rester comme ça… D’un geste décidé, Hellébore reprit sa forme naturelle et attrapa avec ses pattes la pierre. L’effet fut immédiat, un vent se leva, faisant s’envoler la neige et une intense lumière se dégagea de la Stalgamin. Eeva, dont les yeux brûlaient d’aveuglement, s’efforça de les garder ouvert, elle ne voulait rien manquer de l’évolution. La bouche ouverte, la créature retomba légèrement, n’ayant plus rien à voir avec le petit Pokémon triangle. A présent, elle avait le pelage blanc, satiné, des allures de geisha fantôme, de dame blanche. Elle lui sembla soudainement à la fois très lointaine et si proche. Hellébore se sentit entre deux mondes, pas entre deux états, comme lorsqu’on ne se sentait pas bien, mais pas mal non plus. Elle se sentit flotter. En fait, elle comprit qu’elle venait de gagner le don des morts. Pourquoi se sentait-elle beaucoup plus légère à présent ? Et cela n’avait rien à voir avec le fait que ses pattes, qu’elle n’avait plus, ne touchaient pas le sol.

Tant qu’elle se sentait dans cet état, elle voulait le faire et chercha la tombe d’Adearic, qu’elle trouva en un battement de cil. Son emprunte était toujours là, comme un coup de griffe dans la pierre. La dame blanche flotta vers elle, soulevant au passage la poudreuse qui l’enveloppa comme un voile. Il était là, sous la neige, sous la pierre et ailleurs. Il y était bien, puisqu’elle était bien. Si elle avait eu un souffle, Hellébore aurait soupiré, elle était rassurée, son cœur ne battait plus et ses pattes ne tremblaient plus. Elle sentait la quiétude. Il était à elle, elle était la seule à lui être restée fidèle. La dame blanche leva les pattes et souleva la neige, qui découvrit une vieille tombe. Usant de ses nouveaux pouvoirs, Hellébore en sortit, sans l’abîmer, un petit objet qui brilla à la lueur spectrale de la créature. C’était un anneau, un simple anneau, celui de celui qu’elle avait toujours considéré comme un père. Elle le garderait pour l’éternité et elle saurait pour l’éternité où il se trouvait. Il était « là ».

Hellébore décida de reprendre une forme hybride, qu’elle voulait découvrir. Elle n’était plus une enfant, elle avait grandi. Elle portait maintenant une jupe blanche vaporeuse et une belle ceinture rouge qui flottait au vent. Sa chevelure s’était allongée et deux barrettes bleues retenaient des mèches sur les côtés et elle portait un bijou de la même nature sur le front. Mais en plus, elle sortit une longue chaîne en or qu’elle enfila dans l’anneau et passa à son propre cou et le dissimula sous sa robe, contre son cœur. Elle fit un sourire, pour Adearic, pour elle.

« Eeva, je crois que j’aimerais savoir où son les autres. »
[Détails vus avec Kajin]
avatar
Eeva Slanzar
Informations
Nombre de messages : 391

Fiche de personnage
Points: 216
Âge du personnage: 32 ans.
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum