[ Clos ] Yuu [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Yuu [Solo]

Message par Yuu le Mer 20 Mai 2015 - 12:19

« Shark… commença Y tandis qu’elles avançaient le long du Chemin Sinueux
-Moui ?
-Pourquoi est-ce que tu m’as sauvé la vie ?
-Eh bien par solidarité féminine, je suppose. Ou parce que j’aime trop ta cuisine pour pouvoir m’en passer… Je te laisse choisir l’explication qui te convient le plus.
-Bon… Si tu ne veux rien me dire, il va me falloir deviner, comme d’habitude… Tu es une pirate. Pas aussi sanguinaire que les forbans des légendes, mais une pirate quand même. Et tout pirate qui veut survivre un minimum en ce monde cruel se doit de se montrer pragmatique. Ce qui inclut ne pas s’encombrer d’une jeune aveugle qui connait son identité réelle et son secret.
-Donc ?
-J’ai effectivement confié ton secret à Yin peu après l’avoir rencontrée.
-Donc tu bluffais quand tu m’as affirmé que si je te supprimais, mon secret serait aussitôt découvert par les autorités parce que tu l’avais révélé à quelqu'un de confiance ?


Elle ne paraissait pas spécialement surprise. Rien de bien étonnant à tout ça. Elle était loin d'être idiote.

-Au début, oui.
-Je vois.
-Bref en fait, tout bien pesé, il n'y a que très peu de personnes pour qui tu accepterais de te mettre en danger. Mais parmi celles-ci, on peut citer les membres de ton équipage. Et encore pas tous. Seulement ceux que tu as laissé en vie après la mutinerie... Pourquoi eux et pas d'autres? Si j'ai bonne mémoire, ton second se vantait toujours de t'avoir sauvé la vie... Et il a été épargné. Donc j'en déduis que les seuls à t'avoir survécu sont ceux qui t'ont rendu un grand service par le passé. Tu as beau être une Vandale, j'ai souvent remarqué que tu ne te laissais jamais emporter par la rage lors des batailles. Tu as donc choisis avec soin tes victimes. Et puisque tu m'as moi aussi sauvé la vie, j'en déduis que je t'ai moi aussi rendu un "grand service". Et je ne pense pas que ma cuisine ait quelque chose à voir avec ça. Mais depuis que je suis sur ton bateau, j'ai plus été une gêne pour toi et l'équipage qu'autre chose. Donc si je t'ai sauvé la mise... C'est forcément dans une partie de mon passé que je ne connais pas. Alors? Quand m'as-tu rencontrée pour la première fois?
-Impressionnant! Mais ce n'est pas tut à fait exact: ce n'est pas toi que j'ai rencontré, mais un membre de ta famille.
-Un membre de ma famille? Qui ça?


L'impatience ne se faisait pas sentir dans la voix monocorde de la jeune fille, mais il était clair qu'elle la ressentait.

-Pour que tu comprennes bien tout, vu que tu ne te souviens de rien, il faudrait que je te raconte tout depuis le début. Mon passé, je veux dire.
-Comme tu veux. Et je suppose que c'est pour ça qu'on est venu à Flamen? Tu as finalement décidé de vider ton sac?
-Maintenant que j'ai mon trésor, ouais. Tu peux t'asseoir si tu veux. Mon histoire va durer un petit moment."


La pirate prit une grande inspiration puis se lança:
« Avant de devenir pirate, j’ai eu une autre vie. Beaucoup moins reluisante. J’étais esclave – le mot tomba comme un couperet – Je ne suis pas devenue esclave, je suis née esclave, mes parents étaient des « prises de guerre » d’un clan Mizuhannien rival. Mais autant cela ne les dérangeaient pas que leurs objets animés copulent, autant mes « maîtres » ne voulaient certainement pas avoir une bouche de plus à nourrir. Ils m’ont donc vendue un bon prix à un riche bourgeois Flamenois. J’avais six ans, et j’ai découvert l’enfer des mines. Les enfants étaient une main d’œuvre assez recherchée là-bas : docile, agile… Bref, les parfaits ouvriers pour aller agrandir les galeries les plus petites avec de la poudre. Et tant pis si un ou deux explosaient pendant l’opération, il y en avait tellement d’autres… »

Elle sourit après avoir dit ces mots, mais Y, qui ne vit pas son expression, sentait néanmoins parfaitement l’ironie dans son ton. Elle ne dit rien, laissant la pirate continuer :

« J’ai vécu là-bas 10 ans. Dix années de cauchemar, où je prias chaque jour de ne pas exploser avec les galeries que j’étais censée ouvrir, que je subissait les coups et le mépris des gardiens… Et  un jour, Il est arrivé. Un jeune garçon d’à peu près mon âge aux cheveux rouges. Il n’avait pas vingt ans, mais sa musculature était déjà impressionnante et la hache qu’il maniait l’était tout autant. Je me souviens, il est entré dans la mine en hurlant qu’il allait libérer les esclaves. Bien sûr, il n’avait aucune chance de réussir, mais ce jour-là, la moitié des gardiens de la mine a péri sous ses coups, ou sous ses flammes. Mais il a finalement été maîtrisé par la garde.
-C’était Vedred, n’est-ce pas ?
-Oui
-Il parlait parfois de toi.
-Ah bon ?
-Oui. Il me disait souvent que j’étais aussi têtu qu’ « elle ». Sans mentionner ton nom. Mais on voyait bien que vous vous connaissez vu les mots que vous avez échangé lorsque vous vous êtes battus
-Je vois. Mais sais-tu seulement qui il est ?
-Vedred Hallcliff, fils aîné de la famille du même nom, dont le père est général des armées du roi.
-Alors tu savais ?
-Je connais bien les membres influents de la noblesse erasienne. Même si je ne sais pas pourquoi, comme tout le reste. Mais je savais qu’il avait été renié par sa famille pour avoir osé lever la main sur eux. Ainsi c’était ça. Il n’a pas supporté que ses parents se lancent dans le trafic d’esclaves…
-Eh bien puisque tu es si rusée, devine pourquoi je t’ai proposé de venir à Flamen ?
-Parce qu’un élément de ton passé dans ce pays pourrait me concerner ?
-Exactement. Parce que ce n’est pas Vedred, malgré tout le respect que j’ai pour lui, qui m’a sauvé de l’esclavage. A l’époque, ce n’était qu’un petit gamin rebelle qui était outré d’avoir découvert que ses parents avaient trahi les idéaux de grandeur qu’ils lui avaient inculqués depuis tant d’années… Remarque, il n’a pas vraiment changé. Non, le jour où sa tentative de révolte, chez un proche allié de son père, faut-il préciser, à échoué, la mine a tout bonnement été rachetée.
-Et qui était le nouvel acquéreur ?
-Une femme.


Une femme ? En soi, ce détail était assez étonnant, mais Y n’ajouta rien, laissant Jalousie poursuivre :
-Une femme, d’une quarantaine d’année. Assez grande, les cheveux d’un blanc immaculés et des yeux verts. Je n’avais jamais vu des yeux pareils. On aurait dit qu’ils brulaient de rage lorsqu’elle a découvert les esclaves. Cette femme a posé les yeux sur moi. A cet instant, j’aurais voulu disparaître sous terre. Puis elle s’est tournée vers l'ex-propriétaire, qui arrivait en catastrophe- il faut dire qu’elle ne l’avait pas prévenu de son arrivée- et lui a dit :
« -Pourquoi ces travailleurs sont-ils entravés ?
-Ils ont désobéi, lui a répondu l’autre affreux, c’est une punition tout à fait méritée. Nous nous montrons juste et impartiaux avec nos travailleurs sous contrat »


Y comprenait ce qu’il s’était passé. L’esclavage était malheureusement monnaie courante dans ces grandes compagnies minières, mais cette femme devait, vu le ton sur lequel Jalousie racontait cette anecdote, avoir l’esclavage en horreur, tout comme elle. Dans ce genre de cas, on préférait le terme, moins polémique, de « travailleur sous contrat » lors des négociations.

« La femme, poursuivit la pirate, m’a alors montrée du doigt et lui a demandé ce qu’une enfant faisait enchaînée. Le propriétaire est alors devenu blanc comme un linge, et il a bredouillé quelques trucs inaudible. La femme l’a alors traité de tous les noms pendant vingt bonnes minutes. On aurait dit un monstre acharné qui massacrait sa victime. Puis quand elle a eu vidé son sac ,elle est redevenue calme et froide, comme tu le fais si bien, et lui a ordonné de partir avec ces gardes. Ce qu’il a fait. Elle a alors libéré tous les esclaves, et leur a donné de quoi se lancer correctement dans la vie. Ce n’est que des années plus tard que j’ai enfin appris son nom. Elle s’appelait Yuu. Yuu Belister. »

Yuu Belister… Ce nom ne disait absolument rien à Y. Mais elle comprenait une chose dans les actions de cette femme : si elle était comme elle, d’un naturel glacial, alors seule une rage immense avait pu la faire sortir de ses gonds. Une rage causée par l’horreur de ce qu’elle avait subie. Bref, Y aurait mis sa tête à couper que Yuu avait elle-même été esclave dans sa vie. Et les anciens travailleurs forcés n’étaient jamais tendres avec leurs anciens bourreaux ou leurs complices. Il suffisait de voir ce que Jalousie faisait lorsqu’elle croisait un navire esclavagiste sur sa route…

-Y ! Hé, Y, tu m’écoutes ? Je te disais que tu pourrais très bien être la fille ou la petite fille de cette femme. Ca s’est passé il y a dix ans, mais tu lui ressembles comme deux gouttes d’eau.
-Alors c'est pour ça que nous sommes ici? Tu penses que ce lieu a un lien avec mon passé?
-Oui...


Y n'ajouta pas un mot tandis qu'elles s'approchaient de la mine, analysant tous les éléments qu'elle venait d'apprendre. Tandis qu'elles n'étaient qu'à un mètre du puit qui permettait d'accéder à l'intérieur de la mine, un bruit leur remonta en écho, bruit que l'une et l'autre n'eurent aucun mal à identifier: un claquement. La claquement d'un fouet...

-On dirait bien que cette Yuu n'est plus la propriétaire des lieux... Ou qu'elle a changé de politique salariale, commenta Y de son ton glacé.

Mais en son for intérieur, elle doutait vraiment que la deuxième hypothèse fut la bonne. Vu son caractère, cette femme n'aurait jamais toléré des esclaves chez elle. Jamais. Y en était convaincue, mue par une inspiration dont elle avait du mal à saisir la source. Après tout, elle ne connaissait pas cette femme...

-Que fait-on? demanda Jalousie. Tu veux aller voir... Enfin, pour autant que tu peux...
-Je ne sais pas si je pourrais le supporter... Moi non plus je n'aime pas spécialement l'esclavage, et me retrouver face à des esclaves... Quelqu'un approche!


Son ouïe très fine l'avait avertie du danger. L'air de rien, Jalousie sortit ses mains de ses poches, prête à matérialiser son terrible espadon de glace. Au cas où... Mais deux autres invitées se joignirent à la fête. Yin, qui jusqu'ici faisait une sieste dans sa noigrume, mais aussi Luppy, la jeune Hypotrempe que Y avait capturée à la suite de son sauvetage dans la grotte sous-marine. Mais la jeune Pokémon avait tellement été effrayée par l'attaque des Sharpedo qu'elle n'était quasiment jamais sortie de sa ball depuis sa capture. La voir sortir ainsi, spontanément, pour autre chose que manger était une nouveauté pour Y. Une nouveauté encourageante. Le poisson se jeta dans la chevelure de sa dresseuse où elle s'accrocha solidement.

-Ils sont deux, informa Yin par télépathie. Deux hommes.
-Merci .


Elle n'eut pas besoin des conseils de l'étoile tandis que les deux hommes avançaient vers elles. Avec son ouïe supérieure à la moyenne, elle les entendait distinctement malgré les fait qu'ils chuchotaient:

-Donc c'est là que se trouve notre homme, commissaire?
-Ne m'appelle plus commissaire, gamin, ça fait un moment que j'ai plus droit à ce titre!
-Pour moi vous resterez toujours le commissaire, monsieur...
-Bref. Pour en revenir à ta question, oui, il se planque bien par ici.
-C'est un esclavagiste n'est-ce pas?
-Hélas oui. Cette fâcheuse pratique à tendance à se répandre de plus en plus à chaque chaos qui frappe Erasia... Comme s'ils faisaient retourner les hommes à un état bestial et primaire...

Le "commissaire" semblait être un homme d'une cinquantaine d'années, nota Y. L'autre était plus jeune, environ trente ans. Mais tandis qu'elle réfléchissait à la meilleure manière des les aborder, cachée avec Jalousie et Yin derrière un rocher, les deux hommes poursuivaient leur conversation tout en se rapprochant:

-Mais je suppose que ce n'est pas pour ça que nous allons lui rendre visite? questionna le jeune.
-Non en effet. Il est soupçonné de quelques crimes bien plus graves, notamment un trafic de poison qui sévirait entre Flamen et Terros.


Cette dernière phrase fit tilt dans l'esprit de la Mizuhannaise... Un trafic de poison... Comme celui qu'elle avait surpris à Palma?

-C'est pour ça que vous avez requis mon aide, commissaire? Parce que je travaille pour Terros maintenant?
-Officiellement, mon garçon, officiellement! Mais oui, c'et pour ça.
-Et comment comptez-vous arraisonner cet homme?
-La routine. On se fait passer pour l'inspection du roi, j'ai une jolie lettre qui le prouve...
-... Et on fouine jusqu'à trouver quelque chose. C'est pour ça qu'il vous fallait un policier en activité dans votre mission. Mais vous pouvez m'en dire un peu plus sur notre client?
-Dalren? Ce bourgeois n'est qu'un imbécile dont la seule qualité est de savoir bien s'entourer. Mais ce qui me trouble, c'est qu'il est devenu bien plus ambitieux qu'il ne l'était si cette histoire de poison s'avère fondée. Qu'est-ce que... Soen l'a senti aussi, n'est-ce pas?
-Oui Commissaire, comme votre Démolosse. Nous ne sommes pas seuls dans le coin.

Et merde, elles étaient repérées... Y sentit que Jalousie faisait appel à sa maîtrise.... Si elle n'intervenait pas rapidement, il allait y avoir de la casse. Elle rappela Yin et Luppy dans leurs balls. Inutile de paraître menaçant... Apparemment, les deux policiers possédaient des Pokémon chiens dotés d'un excellent flair... Cependant, si sa théorie était exacte, alors elle avait des informations qui pourraient intéresser les deux hommes... A elle de savoir les utiliser!

-Je serais vous, intervint-elle en sortant de la cachette, je chercherais dans les bouteilles de vin. One ne sait jamais ce qu'on va y trouver...

Le jeune homme fut le premier à reprendre ses esprits. Il lui demanda d'une voix surprise:
-Mais qui... Qui es-tu?
-Je m'appelle Y et je viens de Mizuhan!
-Et comment tu sais tout ça, Y?
-Vous êtes de Terros vous c'est ça? Oui, j'ai entendu votre conversation. Vous n'avez pas entendu ce qui est arrivé au dernier gouverneur de Palma? Il a été gentiment remercié parce qu'on a retrouve chez lui des bouteilles empoisonnées dont il faisait le trafic.
-Et comment tu le sais? Cette information est secrète. Officiellement, il a démissionné pour cause de maladie!
-Peut-être, mais moi j'étais à Palma quand la peste blanche s'est déclarée.
-Et qu'est-ce que tu fiches ici dans ce cas?
-Je voyage. Y-a-t-il quelque chose de mal à cela?
-Tu m'as l'air assez futée pour ton âge... Alors voilà un conseil: garde tout ça pour toi et file d'ici! Ca pourrait devenir dangereux!

Ce fut ce moment que choisit Jalousie pour se montrer, arme au poing:
-Et pourquoi cela monsieur?
-Du calme Jalousie. Ces messieurs en ont après la même personne que nous on dirait...

Face à des agents envoyés pour enquêter sur un criminel, mieux valait leur laisser penser qu'elles poursuivaient le même objectif. Au pire, elles risquaient de servir d'alliées provisoire aux deux hommes, mais au moins elles ne passeraient pas pour des ennemis aux yeux de ces deux soldats déterminés. Quand tu ne peux pas vaincre un adversaire, convertis-le... Encore un de ces principes bizarres qui émergeait parfois à l'esprit d'Y...
Le jeune homme n'était pas convaincu. Mais Y s'en moquait. Si elle réussissait à convaincre le plus âgé, l'autre suivrait...

-Commissaire, que pensez-vous de son histoire... Commissaire?
Mais étrangement, le plus âgé des deux semblait ne pas pouvoir bouger. Il était complètement immobile. Et Y avait la désagréable impression qu'il regardait dans sa direction. Puis soudain, il lâche d'une voix neutre:

-Yuu...
-Vous aussi vous la connaissez?
Enchaîna Y de sa voix glacée. Il paraît que je lui ressemble...

Ce que Y ne pouvait pas savoir , c'est que l'homme la fixait sans rien dire depuis maintenant dix bonnes secondes. Puis il aouta, sur un ton sans timbre:
"Je peux t'assurer que tu fais bien plus que lui ressembler... J'ai connu Yuu quand elle avait ton âge. Tu es son portrait craché.
-Mais monsieur, intervint le jeune, elle n'est pas censée avoir été tuée il y a un peu plus d'un an?

Et un peu plus d'un an auparavant, Y avait été sauvée de l'esclavage par Zenekaïnos après avoir perdu ses souvenirs. Etait-il possible que... Soudain, quelque chose dans la voix de l'homme lui sauta aux yeux. Et elle comprit.

-Vu comment vous en parlez, c'est une de vos amies, n'est-ce pas? Vous avez plus ou moins le  même âge et elle a disparu il y a un an. Elle vivait par ici. Puis-je supposer que vous pensez que ces trafiquants de poison dont vous parliez sont à l'origine de sa disparition? Et que c'est cela qui explique votre présence ici? Plus que n'importe quelle enquête?
-Les mêmes facultés de raisonnement à ce que je vois. Tu lui ressembles vraiment beaucoup...
-Excusez-moi, capitaine, mais si vous comptez poursuivre cette conversation, nous ferions mieux de nous éloigner... Et si votre objectif était d'enquêter sur cette disparition, pouvons nous considérer la mission comme une réussite, maintenant que nous avons trouvé cette fille?


Il s'adressa ensuite à Y:

-Je ne sais pas si tu le sais, mais quelques mois avant la disparition de cette femme, un terrible carnage avait eu lieu chez elle. J'ai enquêté dessus. Elle était la seule rescapée. Mais on dirait que l'assassin est revenu finir son travail... On devrait peut-être regagner son manoir, non? Cette gamine peut nous apprendre des choses intéressantes, commissaire.
-Tu as raison, Telz.... Allons-y...

-Cette fille n'ira nulle part sans moi! tonna soudain un autre voix féminine. Shark, arme au poing, semblat ne pas faire confiance aux deux hommes.

-Attends Jalousie. Je crois qu'il est temps pour nous de faire les présentation. Je m'appelle Y. Je suis amnésique, et je n'ai pas souvenir de mon vrai nom. Donc j'utilise cette lettre en attendant. Jalousie est une de mes amies que je me suis fait lors de mes voyages. Et vous?
-Je m'appelle Kern Ellrod, et je suis commissaire de police à la retraite. Et voici le lieutenant de police Telz Offson.


Des policiers... Un commissaire... L'ex-pirate n'allait pas être ravie.
-Venez. Ne restons pas ici.
Pouvait-elle leur faire confiance? Elle décida que oui.

Shark n'était pas ravie mais elle ne protesta pas. L'homme les mena à travers la montagne, jusqu'à un immense manoir. Il sortit simplement de sa poche un trousseau de clé et ouvrit la porte principale. Les lieux étaient envahis par la poussière. Personne n'y avait mis les pieds depuis un moment...

Y s'attarda devant un portrait situé dans l'entrée... Elle ne pouvait pas le voir, simplement distinguer la forme du cadre...

-Tu es aveugle, pas vrai? Lui demanda Kern. Et pourtant tu as trouvé son portrait. Oui, c'est bien elle. Yuu Belister. Une des femmes les plus belles que j'ai jamais vues... Derrière mon épouse, bien entendue. Et assurément la plus intelligente...
Voyant qu'il ne souhaitait pas poursuivre, Y se risqua à poser la question qui lui brulait les lèvres:
-Est-ce que vous pensez... Que je puisse être sa fille?
-Yuu n'a jamais eu de compagnon attitré. Elle était assez volage en la matière. Il est donc possible que tu puisses avoir un lien de parenté avec elle, même si tu viens de Mizuhan. Mais dis-moi... Ce Y, d'où vient-il?
-Vous avez du papier et une plume?

Kern se dirigea vers une pièce voisine et en revint quelques secondes plus tard avec les objets demandés.
-Vous semblez bien connaître les lieux...
-J'ai grandi ici. Mes meilleurs amis étaient le fils et la fille du propriétaire des lieux, Lucius Belister. Mais c'était il y a longtemps... Alors ce Y?


La jeune fille ne répondit pas, prit le papier et la plume et signa.
-Je vois, commenta Kern. Yuu avait une signature similaire. Et c'est la seule chose qui te rattaches à ton passé, c'est ça?
-Je vois que vous n'avez pas volé votre charge, commissaire. Encore que vos activités sont assez curieuses pour un officier à la retraite... Ce ne serait pas plutôt de l'espionnage pour le compte de la cour de Flamen?
-On ne peut rien te cacher... Inutile de te dire de garder ça pour toi? Viens, je dois encore te montrer quelque chose.


Et il la conduisit dans une autre pièce où il s'empara d'une fiole dans un placard.
-C'est une fiole de sang de Yuu. Tu sais à quoi elle sert?
-Les familles nobles utilisent ces fioles pour lever les doutes concernant leur descendance. Je suppose qu'avec l'aide d'un maître du sang, vous pourrez savoir si je suis sa fille ou non?
-Exact. Je vais te faire une prise de sang... Et il n'y aura plus qu'à attendre..."


Y passa la semaine suivante dans le manoir, à découvrir toutes les pièces, et toute l'histoire du lieu et de cette famille. Jalousie et Kern restèrent avec eux, mais Telz repartit chez lui dès le lendemain de leur arrivée. Contrairement aux deux autres, il avait toujours un emploi et sa présence était requise ailleurs.

Une semaine plus tard le verdict tomba. La correspondance sanguine effectuée par la maître mandé par Kern était tout simplement parfaite. Avec le document que le spécialiste leur avait envoyé, Y avait de quoi prouver sa filiation. Mais surtout, elle avait par la même occasion découvert l'identité du mystérieux Y. Dans les familles nobles, il n'était pas rare qu'enfants et parents portent le même prénom. C'était désormais officiel. Même si elle n'avait toujours pas retrouvé la mémoire, elle était désormais Yuu. Peut-être pas celle du portrait, mais Yuu quand même. Yuu Belister.
avatar
Yuu
Informations
Nombre de messages : 170

Fiche de personnage
Points: 1
Âge du personnage: ? (15 ans en apparence)
Pokémon sur soi:

Contact

 Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum