[ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Mer 3 Fév 2016 - 12:57

"Alors, à quoi il ressemble ?
- Je te l'ai déjà dit non ? Et puis, tu l'as lu dans mes pensées !
- Oui, mais est-ce qu'il sent bon ? Et puis, je veux pas juste voir son image moi ! Je veux savoir ce que TOI tu en penses. Mais c'est un peu le bazar dans ta tête à ce sujet, et je n'arrive pas très bien à te lire..."

La dernière remarque de Lily me fit piquer un fard. Comment ça j'avais des pensées confuses à son sujet ! Ce n'était pas parce qu'il s'agissait d'Hugo que... Que... Que...Avec horreur, je réalisai que Lily avait raison. Depuis que j'avais annoncé à ma nouvelle équipe que nous allions à Alfen afin que je puisse y retrouver un garçon, la Chovsourir s'était montré extrêmement intéressée et curieuse, à tel point qu'elle avait fini par découvrir la relation qu'il existait entre Hugo et moi.
Flèche avait simplement hoché la tête, l'air pas plus motivée que ça, et Doc avait simplement tournoyé sur elle-même pour marquer son approbation. Depuis qu'elle avait évolué, elle avait tendance à danser quasiment en permanence, et j'avais entendu dire que pour une Kirlia, il s'agissait d'un signe de bonheur et de bonne santé, la preuve qu'elle était heureuse avec son dresseur. Cela m'avait rassuré quant à mes qualité de dresseuse.

Hugo et moi nous étions donnés rendez-vous à Alfen, devant les marches de l'arène. J'étais assise sur l'une d'entre elle, Doc se trouvait à mes pieds occupée à valser, Lily voletait au-dessus de moi tout en me bombardant de questions, et Flèche se tenait une marche en dessous, un peu à l'écart.

Je n'étais pas inquiète du comportement de la petite chatte, qui agissait ainsi en grande partie par anxiété, mais cela ne m'empêchait pas de réfléchir à un moyen de lui rendre le sourire. Malheureusement, jusqu'ici, j'avais fait chou blanc.
Le lieu de nos retrouvailles, que j'avais choisi, ne l'avait pas été par hasard : après tout, maintenant que Doc avait évolué, que j'allais retrouver Hugo, et surtout qu'un nouveau champion était arrivé à Alfen, il était peut-être temps que je... Mais je n'étais toujours pas sûre de la conduite à tenir. Pour le moment, je préférais attendre l'arrivée d'Hugo.
Sentant mon malaise, Doc m'envoya quelques pensées positives, et je lui adressai un sourire pour la rassurer. Après tout, il s'agissait simplement de savoir si j'allais entrer dans un bâtiment ou pas, j'avais déjà connu bien pire comme épreuve. Soudain, Lily lança :

"Il est là ! Je le vois !"

Et avant que j'aie pu lui répondre, elle se dirigea à-tire d'aile vers le garçon qu'elle avait aperçu, qui n'était autre qu'Hugo ! Mais enfin, qu'est-ce qu'elle comptait lui faire ? Un instant j'eus peur que Sophos, le chat de mon petit-ami, n'interprète son approche comme une agression et ne l'intercepte, mais heureusement Lily ne volait pas assez vite pour ça. En revanche, elle finit par heurter de plein fouet la nuque du Garçon, puis elle s'exclama :

"Hmmmm ! Tu sens très bon !"

Pour finir, elle se retira trois seconde plus tard, non sans avoir laissé une marque de coeur caractéristique sur le cou de sa "victime".

"Voilà, ajouta la chauve-souris, maintenant vous êtes pareils, Violette et toi ! Et il paraît d'après vos croyances humaines, que mon symbole porte bonheur aux couples !"

Si elle avait pu, je crois qu'elle aurait gratifié Hugo d'un clin d'oeil. Pour ma part, je n'en menais pas large. Dès qu'Hugo fut à portée de vue, je me levai et me dirigeai vers lui, la mine contrite malgré toute la joie que j'éprouvai à le revoir.

"Hugo, ça va ? Tu n'as pas... Je... Je suis vraiment désolée, Lily est mon Pokémon mais elle est assez...
-Assez libre de faire ce que je juge bon pour ma dresseuse ! Sourit Lily.
-Enfin bref, si tout va bien alors..."

Et tandis que mon visage reprenait ses couleurs naturelles, je laissai le sourire que je retenais depuis que j'avais aperçu ce garçon s'exprimer, et je me blottis dans ses bras et l'embrassai.
Cette sensation, qui n'était pourtant pas nouvelle, me fit comme à chaque fois réaliser à quel point je tenais à ce jeune homme, et à quel point sa présence me rassurait. Avec lui, j'avais l'impression de pouvoir enfin être moi-même, de pouvoir enfin extérioriser mes sentiments.

Mais ce petit moment de plénitude passé, l'hésitation reprit ses droits sur moi. Je fixai alors le sol pendant quelques secondes, réfléchissant à la manière dont j'allai présenter les choses à Hugo, puis finalement, je me lançai :

"Hugo, est-ce que je pourrais avoir ton avis sur quelque chose ?"

Devant son sourire qui m'incitait à continuer, je poursuivis :

"Voilà, je ne t'en avais encore jamais parlé mais... En fait, j'ambitionne de devenir maître dresseur. Ca m'est venu un peu par hasard, il faut dire, lorsque Doc et moi avons dû nous défendre de l'attaque d'un Rattatta. Jusqu'ici, j'étais persuadée que j'étais nulle pour toutes les formes de combat mais... Je dois dire que ce combat Pokémon m'a beaucoup plu. Et en plus, une fois vaincu, le Ratatta nous a même offert une baie pour se faire pardonner, je suppose. Je sais que c'est un peu ridicule comme motivation mais... En fait, j'ai bien aimé gagner, me prouver à moi-même que je pouvais le faire et j'ai envie de continuer, et même de faire en sorte que mon talent soit reconnu. Et puis, j'aime aussi le fait que ces combats restent amicaux.

C'est pour ça que Doc nous a conduit devant un terrain de combat quand nous étions au festival d'Omatsu d'ailleurs, parce qu'elle sait que j'aime les combat Pokémon. Sauf que..."


Pourvu qu'il ne me trouve pas ridicule, pourvu qu'il ne me trouve pas ridicule !

"Sauf que si je veux être maître dresseur un jour, il me faut commencer à gagner des badges ! D'après ce que tu m'as raconté, tu ne vises pas vraiment cette voie, mais nous avons fait un combat côte à côte, et tu as plus d'expérience que moi puisque tu voyages depuis plus longtemps. Alors euuuh... Réponds-moi franchement s'il te plaît ! Est-ce que tu penses que j'ai le niveau pour affronter l'arène qui est derrière nous ? "

Malgré le peu de confiance en moi que j'avais réussi à acquérir au cours de mes voyages, et malgré ma détermination sincère à atteindre mon but, je me sentais actuellement comme une toute petite fille en attente du jugement de son paternel. Non ce n'était pas ça, c'était encore pire ! Si mon père m'avait interdit de partir en quête des badges, j'aurais été anéantie, mais je pense qu'avec le temps, j'aurais fini par passer outre et lui désobéir, comme mon frère l'avait fait, mais là, il s'agissait d'Hugo. Et je voulais absolument qu'il soit d'accord avec moi. J'avais un besoin viscéral de son consentement... Et tandis que j'attendais sa réponse, le rouge me montait de plus en plus aux joues...


Dernière édition par Violette le Dim 21 Fév 2016 - 11:11, édité 1 fois

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Dim 7 Fév 2016 - 20:08

Hugo s’était réveillé le sourire aux lèvres. Aujourd’hui, il retrouvait Violette. Cela faisait quelques jours qu’il séjournait à Alfen, vagabondant d’une auberge à l’autre. Il aimait l’ambiance de cette ville, plus légère que celles des autres capitales d’Erasia. Il était un peu plus de  midi quand il empaqueta une dernière fois ses affaires, avant de payer l’aubergiste qui l’avait hébergé la nuit précédente. Les retrouvailles entre le Terrosien et sa petite amie n’étaient pas prévues avant un peu moins deux heures, c’est pour cela qu’il prit la décision de traîner sur le chemin, se perdant dans les ruelles pavées de la ville. Le blond finit par s’installer à la terrasse d’une taverne pittoresque et y commanda un repas composé de viande et légumes en tout genre. En attendant son plat, le dresseur libéra ses Pokémon de leur sphère, et observa avec attention le lionceau qui s’était immédiatement terré contre la façade de la maison qui faisait face à la taverne.

Tandis que les doigts du jeune homme caressaient la fourrure de son plus vieux compagnon, il réfléchissait à une méthode pour apprivoiser sa dernière recrue. Le petit n’avait jamais tenté de fuir, preuve qu’il devait quand même éprouver une certaine confiance, ou reconnaissance envers son dresseur. Alors pourquoi Diable-t-il continuait-il à fuir tout contact ? Hugo lâcha un soupir las tandis qu’il s’enfonçait plus profondément dans son siège inconfortable. Le serveur apporta alors le plat que le Terrosien paya immédiatement.

« Leio, viens ici, tu dois manger. » tenta le dresseur, sur un ton se voulant avenant.

Le jeune homme découpa alors plusieurs morceaux de sa pièce de viande qu’il disposa à ses pieds avant de se focaliser à nouveau sur son plat. Il savait très bien que s’il regardait l’Hélionceau manger, ce dernier arrêterait immédiatement. L’élémental resta à cette terrasse jusqu’à ce que des cloches lointaines sonnèrent treize coups. N’en pouvant plus d’attendre, il se leva sans disant qu’il serait en avance. Avant de repartir, Hugo rappela son lionceau, puis se mit en en route vers l’arène d’Alfen.

Le jeune homme marchait d’un pas pressé, régulier, ses Pokémon à ses côtés, le cœur battant la chamade. Il commençait à discerner de bâtiment abritant l’arène au loin, quand il aperçut une petite créature volante se diriger droit sur lui. Posant une main sur la nuque de son puma dont le joyau commençait déjà à luire, Hugo attendait. La petite chauve-souris émanait quelque chose de positif et ne semblait pas vraiment être une menace. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il la laissa se coller à sa nuque. Le sourire qui naquit sur le visage du jeune homme ne cessa de grandir quand il entendit la petite créature évoquer le nom de Violette. Le Terrosien avait vu juste, il n’était pas le seul à s’être fait un nouvel ami lors de leur séparation.

Hugo et la petite inconnue avancèrent alors au même rythme tandis qu'ils entamèrent la discussion. Le jeune homme apprit qu’elle était une Chovsourir, une espèce assez commune à Nalcia, qu’elle s’appelait Lily et que Violette était venue la capturer lors d’un détour au Mémorial. Le Terrosien rit de bon cœur quand la petite chose lui déclara avec beaucoup d’intonation à quel point elle aimait son odeur.

Violette venait de faire à son tour son apparition dans champ de vision d’Hugo. Ce dernier ouvrit grand ses bras, y accueillant sa dulcinée avant de la faire tourner délicatement. Les amoureux partagèrent alors un tendre baiser tandis qu’Hugo serrait Violette contre lui. Une fois l’euphorie passée, le Terrosien qui brisa l’étreinte, se rendant compte qu’ils n’étaient pas seuls sur la place. Il plongea alors son regard dans celui de Violette avant de replacer une mèche violine derrière son oreille.

« Ne t’inquiètes pas, tout va bien ! Lily est un peu brute de décoffrage mais je comprends que tu aies voulu qu’elle fasse partie de ton équipe, elle a l’air très gentille. » lança le blond, tout en adressant un clin d’œil taquin à la concernée.

« Oh, mais c’est un autre Pokémon que je vois sur les marches ? Lui aussi fait partie de ton équipe ? Tu n’as pas chômé à ce que je vois ! Quant à toi Doc, tu es toujours aussi ravissante ! »

Après avoir salué chacun des Pokémon de sa petite-amie, Hugo reprit Violette dans ses bras, lui embrassant chastement le front. L’élémental n’avait été séparé de la Nalcienne que pendant deux semaines, et pourtant, elle lui avait manqué comme s’ils ne s’étaient pas vus durant plusieurs mois.

« Tu m’as manqué, tu sais. » dit-il en souriant.

Savourant leurs retrouvailles, Hugo ne parla pas immédiatement du déroulement de son épreuve, préférant écouter Violette sur ses interrogations. Il se contenta alors de répondre un simple « hmm hmm» d’encouragement lorsqu’elle lui demanda si elle pouvait avoir son avis. Il était prêt à lui répondre en toute honnêteté.

« Les champions d’arène sont de redoutables dresseurs… Je pense que si Lily et Flèche étaient autant entraînées que Doc, tu pourrais sans soucis relever le défi de l’arène d’Alfen… Enfin, ce que je veux dire, c’est que je suis persuadé que tu as le potentiel pour devenir une formidable maître dresseur, mais que pour le moment, à part Doc, tes autres Pokémon n’ont peut-être pas l’expérience pour relever de tels défis. Mais j’ai vu comment tu te débrouillais lors du festival d’Omatsu, tu es très douée pour les combats, il manque juste un peu d’entraînement à tes compagnons. En tout cas, il faut que tu saches que je serai toujours là pour te soutenir dans ta quête, tu pourras toujours compter sur moi, même si comme tu l’as dit, je ne vise pas personnellement cette voie. »

Il espérait profondément ne pas l’avoir vexé, ni même blessé. Il avait été honnête et dit ce qu’il pensait. Violette était une très bonne dresseuse, mais elle avait capturé Flèche et Lily il n’y a même pas deux semaines. Ce manque d’expérience ne pardonnerait pas dans un match officiel…

« J’espère que tu ne m’en veux pas trop… »

Le jeune homme chercha Doc du regard. Il savait que cette dernière lui donnerait une indication des sentiments de Violette et comme à son habitude, la petite ballerine dansait. Il était alors quelque peu rassuré quant à l’état de Violette. Voulant changer de sujet, Hugo en aborda un autre qui lui tenait à cœur.

« Sinon, tu sais, lors de mon épreuve, j’ai rencontré un jeune homme qui m’a énormément fait penser à toi… Il s’est présenté sous le prénom d’Ombre, il est un magicien, originaire de Nalcia. Je me fais peut-être des films, mais j’ai vraiment été troublé par votre ressemblance physique… Alors je me demandais… Je n’aurais pas passé mon épreuve avec un membre de ta famille sans le savoir ? »

Hugo était curieux, mais sa curiosité avait des limites, celles du bien-être de Violette. Il ne voulait pas remuer des souvenirs douloureux, ni gêner sa moitié. Si elle désirait ne pas en parler, il comprendrait. Mais après tout, tout ce que le Terrosien désirait était de mieux connaître celle qui faisait battre son cœur.

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Mer 10 Fév 2016 - 0:46

J'écoutais attentivement la réponse d'Hugo à ma question. Même si je percevais ses réticences quant à mon projet dans l'immédiat dans ses propos, une seule idée tournait en boucle dans ma tête : Hugo pensait que je pouvais devenir un maître dresseur ! Et encore, il avait dit "une FORMIDABLE maître dresseur" ! Bien sûr, il avait aussi sous-entendu que le niveau des membres de mon équipe était assez disparate, et que cette dernière était pour le moment trop faible pour faire face à un champion, ce que je savais déjà plus ou moins de toute manière, mais tout de même !

Hugo pensait que j'étais douée ! Hugo avait confiance en moi ! Mais comment lui pouvait-il avoir foi en moi sur ce sujet alors que moi-même je n'y arrivais pas ? Bizarrement, cette contradiction ne douchait pas mon enthousiasme. Au contraire, elle le renforçait : qu'importe mes doutes, puisque Hugo, lui, croyait en moi ? Un adjectif me vient alors en tête pour qualifier ce jeune homme, un mot qui revenait beaucoup lorsque je pensais à Hugo ces derniers temps : "merveilleux" !

"Oh merci, merci mon amour ! Tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir de t'entendre dire ça ! Je ne t'en veux pas du tout, au contraire !" Et mue par ma gaîté, je le gratifiai d'un second baiser. Doc, ressentant ma joie, se mit alors à esquisser par plaisir quelques gracieux pas de danse. Mais alors que je la regardai faire, sa vision me fit penser à mes Pokémon... Et cette pensée me fit aussitôt descendre de mon petit nuage pour regagner la terre ferme avec grand fracas :

"Ah oui euuuh c'est vrai... Je suis vraiment désolée, j'ai complètement oublié de te présenter mes deux nouvelles amies tellement j'étais obnubilée par ce match d'arène" m'excusai-je en rougissant en braquant mon regard sur le sol. Mais bien vite, la gaité revint :

"Donc la chauve-souris facétieuse qui t'as euuuh cavalièrement salué tout à l'heure, c'est Lily ! Elle a un flair exceptionnel, et son aide dans mes travaux d'herboriste m'est très précieuse. Quand il s'agit de localiser une plante à son odeur, elle est infaillible. Et voici Flèche, qui est assise en bas des marches. C'est une jeune Psystigri. Mais ça euuuh, tu le savais peut-être déjà ? Elle est venue avec moi pour que je l'aide à retrouver sa petite soeur, Félicie. C'est une Psystigri, comme elle..."

Suite à ma dernière phrase, je me sentis profondément idiote. Non mais sérieusement, avec quelle espèce mon cher Hugo aurait-il pu confondre la seour d'un Pokémon chat ? Une Wailord ???

Vint ensuite le moment fatidique. Celui où Hugo me parla de son épreuve. C'est avec une grande honte et de nouvelles rougeurs sur les joues que je réalisai que j'avais complètement oublié de lui demander comment cet examen s'était déroulé. La joie de le revoir avait complètement éclipsé le reste... Pourvu que... Non ma fille, ce n'est pas le moment de bafouiller, tu peux encore te rattraper ! Désireuse de bien faire, je me promis de lui poser des question à ce sujet dès qu'il aurait fini d'en parler.

C'est alors qu'il mentionna cet homme, son partenaire pour l'épreuve, qui me ressemblait. Un membre de ma famille ? Jusqu'ici, cela ne me surprit pas. Malgré tout ce que Hugo pouvait dire d'extraordinaire à leur sujet, j'étais persuadée pour ma part que mes traits étaient relativement communs. Ce fut le mot "magicien" qui déclencha tout.

Mon expression changea alors du tout au tout : de rieuse et joyeuse, je devins terne et immobile, comme frappée de stupeur. L'ombre de la peur pouvait probablement se voir dans mes yeux. Pourtant ce n'était pas de la peur que je ressentais. Je... Non, c'était impossible. Non... Je ne pouvais pas y croire. Hugo s'était trompé... Ou alors... Oui, oui, c'était ça, il devait s'agit d'une simple coïncidence. Une simple coïncidence... Une coïncidence... Coïncidence...
Mais au fond de moi, je savais qu'Hugo disait la vérité. Je l'avais vu dans ses yeux. Les miens se remplirent alors de larme devant cette froide révélation, et je me blottis de nouveau dans les bras d'Hugo. Hélas, cette fois, ce n'était pas pour partager la joie des retrouvailles...

Comment lui expliquer.... Et surtout comment expliquer... Qu'il ait croisé cet homme. Cet homme qui... Qui avait tout été pour moi... J'étais si proche de lui à l'époque... Plus qu'un frère, il avait été un véritable père pour moi bien plus présent et protecteur que mon géniteur. C'est bien simple, entre sa disparation et ma rencontre avec Hugo, je ne m'étais jamais vraiment sentie en sécurité, et ce malgré la présence de Nelly, malgré tous les soins que me prodiguais ma très chère Doc.
D'ailleurs, cette dernière, comme mes deux autres Pokémon, fut très surprise de ce revirement d'attitude et Doc essaya de m'aider en m'envoyant des pensées agréables. Mais cette fois-ci, je savais que malheureusement, toutes les pensées positives de ma fée ne réussiraient pas à me faire retrouver le sourire. Mais je ne pouvais pas rester indéfiniment à pleurer. Le pauvre Hugo devait se ronger les sangs pour moi, et c'était entièrement ma faute ! Il méritait de connaître la vérité.

"Je... Je suis vraiment désolée Hugo... Cet homme... Dis-moi, cet homme, est-ce qu'il était accompagné de Po... De Pokémon oiseaux ? Parce... Parce que s'il me ressemble... S'il me ressemble et qu'il est...magicien..."

Le chagrin brouillait ma voix, et mes larmes troublaient ma vision tandis que la tristesse s'emparait de plus en plus de moi au fur et à mesure que je revivais la scène dans sa cruelle simplicité : un matin, mon père était entré dans ma chambre alors que je dormais encore à moitié, et m'avait annoncé de but en blanc que mon frère était mort, et que je ne le reverrais plus jamais. Je crois que j'avais pleuré autant qu'aujourd'hui.

En quelques mots, j'avais perdu mon meilleur et seul ami, mon confident et mon défenseur. Mon frère. Et voilà que je le perdais de nouveau en boucle, revivant cette scène à l'infini en esprit... Mes pensées s'embrouillaient, mais heureusement, aujourd'hui, Hugo était là et ses bras puissants enlacés autour de ma poitrine étaient autant de rochers auquel mon esprit épuisé pouvait s'agripper pour ne pas partir à la dérive provoquée par mes sentiments déchaînés. Focalisant mes pensées sur mon bien-aimé, je réussis à poursuivre à travers mes pleurs :

"Mon frère... Mon frère me ressemblait beaucoup et... Il était ma... Magicien... Avec des oiseaux... Tours... De magie... Mais... Il est... Mort..."

Ce n'était pas seulement l'horrible scène de l'annonce de sa mort qui me mettait dans un tel état. Il y avait également la terrible question que soulevait l'hypothèse où il avait survécu :

S'il était bien en vie aujourd'hui, pourquoi ne m'avait-il jamais plus reparlé ? Pourquoi m'avait-il purement et simplement effacée de sa vie ? Je redoutais de connaître la réponse : je n'était pas digne de lui, pas digne d'être la sœur du grand magicien qu'il désirait devenir et était devenu.

A cette pensée, mes larmes redoublèrent, et sans Hugo pour me retenir, je crois que je me serais effondrée.

[Pour le prochain post, n'hésite pas à poser toutes les question que tu veux, j'y répondrai^^]

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Sam 13 Fév 2016 - 12:20

Si le jeune homme avait soupçonné une telle réaction, il n’aurait sans doute pas posé cette question qui lui paraissait si banale. Et pour cause, à peine avait-il fini sa phrase que Violette s’était littéralement effondrée en larmes. Dans un réflexe de surprise, le Terrosien avait réussi à la rattraper contre lui avant qu’elle ne s’écroule. Il ressentait les spasmes qui secouaient le corps frêle de sa petite amie, littéralement impuissant, la mine blême. Il jeta désespérément un coup d’œil à Doc qui arborait la même mine interdite. Si même la ballerine n’arrivait pas à calmer sa dresseur, il n’y avait plus qu’à la laisser extérioriser sa tristesse et se calmer d’elle-même.

Hugo posa alors sa joue droite sur le sommet du crâne de Violette tout en la serrant contre lui. Elle tressaillait, tremblait et Hugo sentait son cœur s’emballer.

« Chhhh… Je suis là Violette, je suis là, je ne bouge pas. Tu peux me parler… »

Hugo prononçait chacun de ses mots à voix basse, pour qu’elle seule puisse les entendre. Le Terrosien se dit qu’il avait finalement vu juste lorsqu’il était arrivé sur le plateau des monts tempêtes, qu’il avait finalement vu juste lorsqu’il avait aperçu Ombre pour la première fois. Le mystérieux magicien avait bien un lien, quel qu’il soit, avec la jeune femme qu’il aimait le plus au monde.

La jeune fille aux cheveux violets se mit alors à bredouiller quelques mots, tous interrompus par un  flot de larmes intarissable. Suite à la question de la Nalcienne, Hugo se fit une rapide représentation mentale de l’équipe de son coéquipier d’un jour. Il y’avait eu Caillou, le spectre qui portait un masque morbide sur le visage, il y’avait également eu Jester l’ectoplasme, Félicie la petite chatte semblable à celle de Violette et Fiesta, le ballon volant.

« Euh… Pas vraiment, il était plutôt accompagné de Pokémon de type spectre… »

Il allait ajouter « et une Psystigri comme la tienne », mais se ravisa à la dernière seconde. Il n’était sûrement pas bon de rajouter une couche à cette situation. Hugo caressait les cheveux de Violette, lui répétant constamment des mots qui se voulaient rassurant. Le jeune homme s’était assis sur les marches de l’arène d’Alfen, gardant Violette sur ses cuisses, contre lui. La jeune herboriste était alors nichée dans son cou, entourée de ses Pokémon et de ceux d’Hugo.

Progressivement, elle rassembla ses forces et se mit à reparler, à expliquer la situation. C’est à cet instant qu’Hugo en saisit alors toute l’importance. S’il avait effectivement soupçonné Ombre d’être le frère de Violette suite à la réaction de cette dernière, il ne s’attendait effectivement pas à ce qu’il soit son frère mort. Il fut lui-même secoué par cette nouvelle… Comment un frère pouvait-il se faire passer pour mort aux yeux de sa petite sœur ? S’il était vivant, pourquoi ne l’avait-il jamais fait savoir à Violette ? Des tonnes de questions se bousculaient dans la tête du Terrosien, mais ces dernières attendraient que la principale intéressée se calme un peu.

« Calme-toi… Respire profondément et calme-toi… Je suis là Violette, je t’aime et je reste là… »

Hugo patienta alors jusqu’à ce que la respiration de Violette se fasse un peu plus régulière et que les larmes commencèrent à sécher. Le temps était comme suspendu, comme s’il avait arrêté de s’écouler. Il n’avait absolument aucune idée de combien de temps ils étaient restés dans cette position, elle, fragile, recroquevillée dans les bras du jeune homme qui lui, se voulait protecteur.

« Tu sais… Je ne voulais pas… Je ne pensais pas… Enfin, je ne soupçonnais pas la situation… Tu ne m’avais jamais vraiment parlé de ta famille avant aujourd’hui, et j’aurais espéré que ça se fasse dans de meilleures conditions… Depuis combien de temps… Ombre a-t’il disparu ? Parce que même s’il n’était pas accompagné d’oiseaux, je pense vraiment que c’était lui… »

Un léger silence s’installa, rajoutant de la gravité à la situation qui pourtant n’en manquait pas.

« Je sais que tu dois te poser beaucoup de questions et que ce que je vais te dire te paraîtra ridicule, mais essaie de voir le bon côté des choses… Maintenant que nous avons découvert toute cette histoire, ça sera pour toi l’occasion de peut-être revoir ton frère ? Comment étaient les relations entre ton père et lui? Parce que ça doit être ton père qui t’a annoncé la présumée mort de ton frère… Peut-être il n'est jamais revenu parce qu'ils se sont disputés et que ton père le lui avait interdit ? Je suis certain que tu lui manques énormément… Comment pourrait-il en être autrement ? »

Hugo clôtura sa phrase par un baiser sur le sommet du crâne de sa chère et tendre. Depuis son malaise lors du festival des lumières, il n’avait jamais vu Violette aussi vulnérable. Ses yeux étaient rougis par les larmes et une énorme tristesse en émanait. Le cœur du jeune homme se comprima instantanément quand il vit le visage de Violette, habituellement si heureux et souriant, dévasté par le chagrin. Hugo leva la tête et remarqua qu’un groupe de quatre jeunes les observaient au loin tout en se moquant de la scène. Le sang du Terrosien ne fit qu’un tour et d’une impulsion légère du pied, il fit surgit au loin quatre stalagmites de terre du sol. Il ne les avait pas blessés, bien entendu, il ne s’agissait que d’adolescents, mais le jeune homme les avait juste assez effrayés pour qu’ils s’enfuient en courant.

Hugo se releva alors et déposa Violette sur ses pieds. Il prit la main gauche de sa bien-aimée dans sa main droite et entrelaça leurs doigts. Il jeta ensuite un coup d’œil à leurs Pokémon, leur faisant signe de les suivre.

« Viens, on va un peu bouger, ça va te changer les idées… »

Hugo entraîna alors Violette dans les ruelles pavées d’Alfen, espérant trouver quelque chose qui lui remonterait le moral.

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Sam 13 Fév 2016 - 16:50

A force d'entendre les paroles réconfortantes d'Hugo, je finis plus ou moins par me calmer, du moins en apparence, et cessai de pleurer. Mais je n'allais pas mieux pour autant : les yeux dans le vide, je regardai vaguement le sol sans le voir, dans un état proche de la catatonie, si bien que je ne remarquai même pas les jeunes moqueurs, jusqu'à ce qu'Hugo ne leur envoie des pierres pour les disperser. Mais à dire vrai, à ce moment-là, je me fichai comme d'une guigne de ce qu'on pouvait bien penser de moi.

Mécaniquement, je saisis la main tendue par Hugo, et me laissai entraîner au hasard des rues. Mes oreilles entendaient ses paroles, mais mon cerveau refusait d'analyser le message qu'elles contenaient, bloqué sur une seule information : IL était vivant et m'avait abandonné. Seule la voix familière d'Hugo faisait un pont entre moi et la réalité, me permettant de suivre machinalement son rythme de marche, mais rien de plus. Doc essayait désespérément d'entrer en contact avec moi pour me réconforter, mais même elle ignorait quasiment tout de mon frère, aussi ne savait-elle pas quoi faire pour m'aider. La mort supposée de mon frère avait marqué un tournant décisif dans ma vie, et j'évitais au maximum de repenser à la période qui précédait cet épisode funeste, y compris avec Hugo ou elle.

Si les Pokémon d'Hugo me regardaient d'un air neutre ou contrit suivant leur personnalité, Doc et Lily semblaient réellement inquiètes pour moi. Néanmoins, ma relation avec la Chovsourir était bien plus récente que celle que 'entretenais avec ma fée, aussi se contentait-elle d'afficher une mine inquiète, le groin plissé, sans tenter d'intervenir plus que ça, de peur sans doute d'aggraver des choses.

Mais alors que nous débouchions, Hugo et moi, sur une belle place ornée d'une magnifique fontaine, je n'avais toujours pas dit un mot. Mes pensées restaient bloquées sur cet épisode, et tant que je n'aurais pas trouvé la réponse, je savais qu'il me serait impossible de passer à autre chose. Hélas, je ne déchiffrait même pas la question floue qui pourtant m'obsédait...

Hugo continuait de parler, mais après les quelques mots qui avaient fuités maladroitement au travers de mes larmes, je m'étais tue complètement cherchant à m'isoler sans succès de ces terribles souvenirs... Soudain, je ressentis à l'intérieur de mon crâne un choc violent, comme si quelqu'un venait de m'asséner une magistrale gifle mentale. C'est alors qu'une voix autoritaire se fit entendre dans mon esprit, balayant mon chagrin, et me força à sortir de ma prostration.

"Ca suffit !" Tonna la voix.

Ces deux mots me firent aussitôt relever la tête, comme si j'avais été frappée par la foudre, et je compris aussitôt qui venait de me parler.

Flèche était debout à deux mètres d'Hugo et moi, mais elle ne ressemblait pas à la mignonne petite chatte qu'elle était d'habitude : ses oreilles étaient complètement dépliée, ce qui la faisait paraître deux fois plus grande qu'elle ne l'étaient réellement, mais surtout, une aura d'un bleu brillant auréolait tout son corps, et remplissait l'intégralité de ses orbites ordinairement violets.

On aurait presque dit un esprit fait de pure énergie psychique, et celle qu'elle dégageait laissait clairement entrevoir sa colère à mon égard. Devant mon air interdit face à sa réaction, elle reprit :

"Calme- toi. Tout de suite !"

Face à une telle assurance, je ne pus qu'obéir : non seulement, aucun son ne sortait de ma bouche, mais même mes pensées semblaient s'être tues.

- Bien, reprit mentalement Flèche d'une voix plus calme mais tout aussi autoritaire. Toi et moi nous allons discuter de ce qui vient de se passer. Si j'ai bien compris ton histoire décousue et ce que je viens de lire dans ton esprit, ton père t'as dit un jour que ton frère avait disparu et qu'il était mort, et tu l'as cru jusqu'à aujourd'hui. Et comme tu viens d'apprendre qu'il est vivant, tu penses qu'il est parti à cause de toi, ou du moins qu'il n'est pas revenu te voir parce qu'il t'estime indigne de lui. Me trompé-je ?
-...
- J'attends une réponse ! Exigea la chatte
-... Non...
- Idiote ! Crois-moi, je connais parfaitement ta situation, parce que j'ai exactement le même problème que toi ! Moi aussi je recherche un frère qui est parti sans raison ! Et je peux te dire que je suis à mille lieues de penser que Félicie ou moi-même sommes la cause de son départ, et que nous ne sommes pas assez bien pour lui ! C'est même plutôt le contraire ! Si je recroise cet imbécile un jour, il trouvera à qui parler. Mais laisse-moi te poser une autre question. Hormis ce que t'as dit ton père, as-tu jamais eu une véritable preuve de sa mort ?"

Cette hypothèse eut le mérite de me faire réfléchir rationnellement quelque seconde, arrachant mon esprit à la tentation de replonger. Et je dus me rendre à l'évidence :

"... Non... Mais s'il n'était pas mort, alors pourquoi n'est-il pas revenu ? Pourquoi ne pas avoir démenti ?
- Ton père t'as dit qu'il était mort, et il t'a menti. Donc lui et ton frère ne s'entendaient pas, pas vrai ? A partir de là, on peut trouver plein d'explications. Ils se sont peut-être violemment séparés, et ton père n'a plus voulu de lui dans la famille. Alors ce fameux Ombre est parti. Et si lui n'est pas au courant pour la mort de ton père, puisque sa "mort" supposée est intervenue avant celle de ton père, alors il pense peut-être que cette interdiction de revenir tient toujours. N'oublie pas que lui non plus ne sait pas que les choses ont pas ma changé pour toi ces derniers temps. Et c'est exactement ce que cet homme blond auquel tu sembles tant tenir essaie de t'expliquer depuis tout à l'heure ! Si tu n'étais pas aussi enfoncée dans tes certitudes stupides, tu l'aurais entendu !"

Les propos de Flèches me plongèrent dans une intense réflexion mêlée de culpabilité face à mon attitude...

***

La chatte avait dû se faire violence pour avancer cette explication à sa dresseuse. Et la fée et la chovosouris ne l'aidaient pas ! Elles étaient bien trop douces ! Ce dont Violette avait besoin, c'était de discuter, et tant pis si pour cela, elle avait dû lui balancer un Choc Mental pour provoquer le dialogue !

Comme elle l'avait dit, elle aussi avait "perdu" son frère, mais elle ne comptait certainement pas se laisser faire. Lorsqu'elle le retrouverait, son aîné aurait intérêt à avoir préparé une explication TRES longue et TRES convaincante. Mais malgré toute sa rancoeur pour son propre frangin, Flèche était assez sage pour faire la part des choses : "Ombre" était parti alors que Violette avait encore son père pour veiller sur elle, il n'avait pas abandonné deux membres de sa famille dont il était censé s'occuper. Et surtout, en ce qui concernait cet humain , Flèche pouvait trouver des explications à son geste alors que ce maudit Psystigri mâle n'en avait aucune. Oh, il verrait ce qu'il verrait ! Mais en tant voulu. Pour le moment, Flèche voulait que sa dresseuse soit en pleine forme pour l'aider dans sa quête. Et puis de toute façon, elle ne pouvait pas la laisser dans cet état, car bien qu'elle ne le reconnût qu'à contrecœur, elle aimait bien cette humaine...


***

Le traitement de choc de la Psystigri me calma d'un coup. Après tout, je ne savais même pas pourquoi il était parti et je n'avais peut-être rien à voir là-dedans ! Le calme -et l'espoir - revenus, je me mis à réfléchir intensément à tout ce que m'avait appris Hugo pour tenter d'y voir plus clair...

Soudain, à cette pensée, je me mis à rougir fortement en regardant mes pieds. Par Lugia, le pauvre ! Je lui avais fait une telle scène ! J'avais été tellement pathétique ! Il fallait absolument que je m'excuse, ce que je fis en bafouillant :

"Je... Je... Je suis vraiment désolé mon amour pour tout ce qui vient de se passer. Je... Je crois que j'ai perdu l'esprit, ais ça va mieux. Je suis vraiment désolée que tu te sois inquiété pour moi alors que... Alors que je suis la seule responsable de mon état... En... En fait, c'est plutôt une bonne nouvelle. Maintenant que je sais que mon frère est en vie, je vais pouvoir essayer de le retrouver ! Après tout, lui ne sait probablement pas où me trouver...

Encore une fois, je suis désolée, et je te remercie de tout cœur pour ta patience. Tu es si... Merveilleux...".


Et je m'assis sur le rebord de la fontaine, mes rougeurs disparurent et j'osai enfin le regarder à nouveau dans les yeux. Puis je me blottis une nouvelle fois dans ses bras, savourant la chaleur de sa présence et le simple bien-être d'être à ses côtés près un long moment d'absence. Je regardai ensuite chacune de mes Pokémon, et m'excusai platement de les avoir inquiétées.

Puis mon regard revint se poser sur mon cher Hugo, tandis qu'une question venait de germer dans mon esprit. Mais d'abord, je lui devais des réponses, que je fournis d'une voix apaisée et qui se voulait rassurante sur mon état :

"Mon frère et mon père... Ne s'entendaient pas très bien, surtout durant les dernières années que mon frère a passé au domicile familial. Lui voulait devenir magicien, mais mon père s'y opposait farouchement, même si je n'ai jamais su quelle destinait mon paternel avait prévue pour lui, où même s'il avait planifié quelque chose. Donc tu as raison, il aurait pu s'enfuir à cause de ça, et mon père aurait pu lui interdire de revenir. C'est que Flèche vient de m'expliquer... Quant à savoir s'il tient encore à moi... S'il est encore l'adolescent que j'ai connu, alors oui c'est sûr. Mais il y a quand même quelque chose qui me chiffonne encore, tu as dit qu'il était accompagné de spectres. Or, quand il est parti, il avait toute une troupe d'oiseaux avec lui qu'il utilisait pour ses tours, et il les aimait beaucoup, tout comme moi. Alors, s'il a changé au point de ne plus les avoir avec lui..."

Pourtant, je ne pensais pas qu'il les ait volontairement abandonnés. Hugo et Flèche m'avaient rappelé que ce n'était pas du tout son style. Mais toute cette histoire sur sa supposée mort, plus le fait qu'il soit désormais accompagné de spectres me fit entrevoir une autre explication tout aussi sombre : et si ses précieux oiseaux étaient... Morts ?

Mais alors que j'entamai cette hypothèse, je me retint d'aller plus loin pour ne pas alarmer Hugo, et pour lui montrer que mon chagrin était bel et bien terminé, je lui fis le sourire radieux que je réservai à sa seule personne qui montrait à la fois combien je le trouvais merveilleux, et combien j'étais heureuse en sa présence.

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Mar 16 Fév 2016 - 20:08

Hugo n’avait aucune idée de comment faire sortir Violette de la torpeur dans laquelle elle s’était plongée. Elle était à ses côtés, bien présente physiquement, mais pourtant absente. Le Terrosien soupirait de lassitude, impuissant devant la situation qui s’offrait à lui. Doc avait cessé de danser et Lily, d’habitude si loquace, s’était tue avant de se poser sur la tête de Sophos. Le jeune homme caressait la chevelure soyeuse de la Nalcienne, attendant qu’elle émerge de son silence quand soudain elle se releva brusquement.

« Violette, est ce que ça va ? »

Mais encore une fois, la question du jeune homme demeura sans réponse. Hugo jeta alors un regard circulaire autour de lui et vit la petite chatte violette entourée d’une aura bleue, les oreilles dépliées, l’air mécontente. Hugo jeta un coup d’œil sur Flèche avant de revenir sur Violette… Flèche, Violette, Flèche, Violette… Le félin semblait être occupée de sérieusement discuter avec sa dresseuse, tant est si bien qu’Hugo se contenta d’observer la scène sans intervenir, haussant les épaules lorsque son regard croisa celui de la ballerine, tout aussi surprise que lui.

Puis l’esprit de Violette se remit à occuper le corps qui était le sien. Hugo regardait avec inquiétude sa petite amie qui semblait revenir de loin… Après de plates excuses auxquelles Hugo répondait qu’il comprenait totalement la situation et qu'elle n'avait pas à s'excusez de quoi que ce soit, Violette se mit à confirmer les doutes que le Terrosien portait sur la relation père/fils. Le père de Violette devait avoir mis son fils à la porte pour une obscure raison, le faisant passer pour mort aux yeux de sa fille. Ainsi, il se débarrassait du fils désobéissant tout en continuant de paraître honorable.

« Tu sais, peut-être… Enfin, je suis presque certain que si ton frère apprenait que ton père est… décédé, il déciderait de te rencontrer. Je n’ai pas eu l’occasion de beaucoup discuter avec lui durant l’épreuve, mais il m’a paru être quelqu’un de bien, quelqu’un qui a des valeurs. Quant à ses Pokémon oiseaux… Peut-être ne les avait-il tout simplement pas amenés avec lui ? D’ailleurs, il n’avait pas que des Pokémon de type spectre maintenant que j’y pense… Il avait également une Psystigri comme Flèche… »

Hugo avait fini sa phrase et se réfugia alors à son tour dans ses pensées… Il voulait aider sa petite amie, lui être utile. Et comment pourrait-il l’être plus en lui permettant de retrouver le frère qu’elle croyait perdu depuis tant d’années ? Après tout, si quelqu’un pouvait l’aider à le retrouver, c’était bien lui, le Terrosien étant une des dernières personnes à l’avoir vu. Le maître de la terre se refit alors le scénario de l’épreuve dans son esprit, réfléchissant aux multiples épreuves que l’archère mal assurée avait fait passer aux deux jeunes hommes. Le blond passa alors sa main sur son menton où une légère repousse de barbe lui frotta la main quand un éclair de lucidité le frappa.

« Je sais ! Je n’avais pas pensé à ça mais en réussissant l’épreuve d’élémancien, j’ai été répertorié dans les citoyens Terrosien ayant passé l’épreuve avec succès, au cas où une guerre éclate, ou un scénario du genre… »

Le jeune homme se tut alors un instant, perdant le fil de ses pensées dans les yeux couleur améthyste de Violette… Si un jour une telle guerre venait à se reproduire, leurs deux nations s’affronteraient dans des bains de sang barbares… Deviendraient-ils des fugitifs, apatrides pour éviter une séparation qui deviendrait inévitable ? Le cœur serré, le blond balaya ses interrogations de sa tête avant de serrer Violette contre son torse.

« Là où je veux en venir… C’est que si désormais je suis dans les bases de données de l’armée de Terros, Ombre doit être dans celles de Nalcia… Et qui dit armée Nalcienne… Dit la caserne d’Alfen ! Nous ne sommes pas dans la capitale du pays pour rien, je suis certains que si on s’y rendait, ils seraient capables de nous renseigner sur la position de ton frère, tu ne penses pas ? »

Le Terrosien était tellement fier de son idée qu’il ne laissa pas à petite amie le temps de réagir. Le blond sauta à pieds joint, se redressant pour faire face à sa chère et tendre, lui prit sa main délicate dans la sienne et l’attira contre lui avant d’interpeller un homme d’une quarantaine d’années qui passait sur la place.

« Excusez-nous monsieur, pourriez-vous nous indiquer où se trouve la caserne militaire d’Alfen, s’il vous plait ? »

« Bien sûr, vous y êtes en moins de cinq minutes ! Sortez de la place par cette sortie puis prenez la deuxième à droite, vous ne pourrez pas manquer le bâtiment ! »
s’empressa de répondre le Nalcien avant de s’empresser de reprendre sa route.

« Tu as entendu Violette ? Allons-y, je suis certain qu’ils nous aideront là-bas. » fit le blond avant de commencer à se diriger vers la sortie de la place que l’homme leur avait indiqué quelques instants auparavant.

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Mer 17 Fév 2016 - 11:03

Hugo était vraiment formidable, je venais de lui offrir une scène pathétique, et lui faisait de son mieux pour m'aider et répondre à mes questions. Il était tellement merveilleux... Lorsqu'il mentionna une Psystigri avec le mystérieux "Ombre", les oreilles de Flèche tressaillirent discrètement. Bien qu'elle fut de dos, je savais qu'elle aussi pensait à sa famille en ce moment même. Mais tout de même, ce serait une sacré grosse coïncidence si cet homme qui était peut-être mon frère disparu se promenait en compagnie de la soeur évaporée de ma Pokémon !

Pour le reste, l'explication d'Hugo se tenait. Après tout, rien ne prouvait qu'il n'avait pas laissé attendre ses oiseaux en plaine pendant son épreuve. En effet, les volatiles n'aimaient pas particulièrement le rude climat montagnard.
C'est alors qu'Hugo avança l'idée, judicieuse au demeurant, d'aller se renseigner auprès des autorités au sujet de son camarade d'épreuve. Bien évidemment, cela fit remonter dans ma mémoire d'autres souvenirs douloureux, plus récents ceux-ci, mais tout aussi troubles et pénibles que la mort supposée de mon frère... Non, mieux valait ne pas approcher la garde de trop près...

"Euuuh je ne sais pas si..." Commençai-je d'une petite voix, mais Hugo, convaincu d'agir pour mon bien, ne m'entendit même pas et m'entraîna en direction de la caserne, ou plutôt d'un badaud qui nous en indiqua le chemin. Porté par son enthousiasme, il ne se retourna même pas vers moi. S'il l'avait fait, il aurait pu remarquer ma mine inquiète. Mais cela n'échappa pas à deux de mes Pokémon : Doc me regarda d'un air surpris et inquiet. Elle ne connaissait pas non plus cette partie de mon passé. Quant à Flèche, elle me jeta un simple regard sévère. Vu son autoritarisme habituel, de sa part, cela équivalait à un simple conseil dont le sens était clair : mieux valait jouer cartes sur table...

Une grande peur s'empara alors de mon esprit, et celle-ci me réduisit au silence. Tandis que nous avancions, je réfléchissais intensément à ce qui allait se passer. Si j'avais été seule, je pense que je n'aurais pas pu vivre avec ce poids sur la conscience bien longtemps, et je serais aller me rendre bien plus tôt, sans regret. Mais là il y avait Hugo... Mon Hugo... Il allait me trouver monstrueuse lorsqu'il apprendrait ce que j'avais fait... Sur le coup, j'eus envie de pleurer à nouveau. Avant de partir de chez moi, je n'étais particulièrement attachée à rien, depuis la disparition de mon père et de mon frère, hormis peut-être Nelly. Puis il y avait eu Doc, dont j'avais trouvé l'oeuf abandonné en pleine montagne. Puis Hugo mon cher Hugo et enfin Lily et Flèche. Et je risquais de tout perdre si jamais j'entrais dans cette caserne et que je commençais à poser des questions... Mais d'un autre côté... Hugo... Mes Pokémon... Ne méritaient-ils pas de connaître la vérité ?

A ce moment précis, Doc m'envoya une bouffée de pensées positives pour me donner du courage, et l'assurance s'afficha sur mon regard. Alors que nous étions presque arrivés, je saisis fermement le bras d'Hugo et tirai légèrement dessus en m'exclamant : "Hugo... Attends !" Je crus lire l'incrédulité dans son regard. Le pauvre... Il faisait de son mieux pour m'aider, et voilà que je rejetai son aide... J'étais décidément bien ingrate...

Doc pointa alors de ses bras effilés une petite ruelle adjacente à la caserne, et ce fut à mon tour d'y entraîner Hugo. Comme l'avait pressenti la Kirlia, la ruelle débouchait sur une impasse, mais je n'étais pas inquiète outre mesure. Aussi près de la caserne locale, les rues devaient être sûres, et par bonheur, celle-ci était déserte.
Je fixai quelques instants le sol pour me concentrer et réfléchir à ce que j'allais dire, puis me lançai en regardant le jeune Terrosien qui faisait battre mon coeur droit dans les yeux :

"Attends, Hugo, avant qu'on entre dans cette caserne, je dois te dire quelque chose. Tu vas probablement me trouver monstrueuse après ça et je... Je comprendrais si tu ne souhaitais plus jamais me revoir mais tu... Tu as le droit de connaître la vérité... De savoir quelle horrible femme je suis !"

Contrairement à ce que j'aurais cru, les larmes ne vinrent pas entacher mon discours. Au contraire, je ne ressentais qu'une froide détermination. Il était temps pour moi de payer...

"Tout à l'heure, je t'ai dit que mon père était mort, mais je n'ai pas précisé quand et comment. Il était marchand itinérant et gagnait bien sa vie. Il est mort il y a trois ans, empoisonné dans un bar à Terros. Les autorités ont conclu à une tragique erreur - à la base, son assassin visait une autre personne et avait versé son poison dans le mauvais verre - et l'enquête s'est arrêtée là. On n'a jamais retrouvé le commanditaire. Mais à l'ouverture du testament, on a trouvé une lettre de mon père qui m'était adressée.

Elle expliquait que si jamais il était mort de mort violente et mystérieuse, alors il y avait de grandes chances qu'un de ses clients soit le responsable. Apprendre que mon père se sentait menacé m'a fait un choc, et malgré le fait que sa derrière lettre m'ordonnait de ne pas me mêler de tout ça, je n'ai pas pu m'y résoudre. Mon père, croyais-je en cette époque, ne m'avait jamais menti de sa vie, donc s'il disait qu'un de ses clients risquaient de l'assassiner, c'était la vérité, et c'était ce qui s'était produit... J'ai ressenti à ce moment une colère que je ne soupçonnais pas en moi. Il fallait... Il fallait que le meurtrier paie pour son crime. Je ne pensais plus qu'à ça, cette simple phrase obsédait mon esprit nuit et jour.
Alors j'ai commencé... Ma vengeance... J'ai repris toutes les affaires de mon père. Il était marchand, mais n'avait aucune spécialité, il vendait un peu de tout partout, aussi bien sur les places publiques qu'en privé à de riches seigneurs. Etant sa seule héritière, j'ai récupéré ses registres de vente, qu'il tenait scrupuleusement à jour, et j'ai découvert que non seulement, ses plus gros clients étaient des nobles venant des quatre pays, mais aussi qu'il leur vendait... De la drogue... Et peu avant ça mort, il avait rendu visite à tous ces seigneurs...

Alors j'ai mis au point un plan : j'ai repris le commerce que mon père avait avec ces gens mais je leur ai fait parvenir de nouvelles substances addictives, bien plus fortes que celles auxquelles ils étaient habitués. J'ai... J'ai utilisé mes connaissances en herboristerie pour me procurer des Fleurs de Lune, des fleurs puissamment hallucinogènes, et je les ai proposées à ces hommes. Je... Je suis même allée jusqu'à leur décrire les symptômes, mais la plupart étaient tellement accros qu'ils m'ont acheté ma marchandise sans réfléchir.

Le pire, c'est que techniquement, ce que j'ai fait n'est pas illégal, m^me si c'est tout à fait immoral: il n'y a qu'à Nalcia que le commerce de cette plante est strictement interdit, mais mon père n'y avait aucun business peu avant sa mort et puisqu'il est mort à Terros, j'ai concentré mes ventes sur cette zone, sans vendre une seule fleur au pays du vent. Je voulais... Je voulais faire payer le coupable... En le tuant à petit feu... Mais bizarrement, aucun des consommateurs ne se sentait mal, et tous repassaient même commande. Et puis au bout d'un moment, je n'ai plus supporté ce commerce diabolique. Ca correspond à peu près à l'époque où j'ai trouvé Doc. Je... Je ne sais pas ce qui m'a pris, de céder comme ça à la vengeance. Je... Normalement, je suis totalement contre de tels comportements, mais en lisant la lettre de mon père, je m'étais découvert une telle force, une telle haine...

Et un beau jour, l'armée Nalcienne est arrivée devant chez moi, sans doute pour que je réponde de mes crimes, alors j'ai pris peur, j'ai mis au point un stratagème pour me faire passer pour morte et je me suis enfuie avec Doc. La vie en pleine nature a rapidement douché toute l'assurance que j'avais pu gagner en menant mes affaires depuis mon petit cocon douillet en montagne, mais pourtant, cette combativité n'a pas disparu en moi, mais maintenant, je m'efforce de l'utiliser de manière plus morale et productive : c'est pour ça que je me suis lancée dans les combats Pokémon, et que je veux gagner des badges !"


Ma longue tirade finie, je me tus quelques instants pour reprendre mon souffle. Puis je repris d'une voix plus faible avec un triste sourire, tandis que mes trois Pokémon me regardaient avec inquiétude :

"Voilà, maintenant tu sais tout. Si jamais tu voulais... Partir.... Je comprendrais..." Sans le Vibra-Soin de Doc, je crois que je n'aurais pas eu la force de finir cette phrase, tellement j'attendais avec anxiété que s'ouvre sous mes pieds la trappe du bourreau...

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Mer 17 Fév 2016 - 19:27

Alors qu’Hugo se dirigeait d’un pas sûr vers la caserne d’Alfen, il finit par ressentir une pression sur son bras qui entravait sa progression. En se retournant pour découvrir la source de cette gêne, le jeune homme se rendit compte qu’il ne s’agissait de personne d’autre que Violette… La jeune femme serrait le bras du Terrosien de ses mains frêles, essayant tant bien que mal de l’arrêter… L’élémancien était interloqué par le voile de panique qui masquait le regard de sa moitié, à tel point qu’il dû s’arrêter pour s’assurer que tout allait bien.

« Quelque chose ne va pas ma chérie ? »

Et la réponse de Violette ne se fit pas attendre et prit Hugo de court... Mais de quoi pouvait-elle bien parler ? Monstrueuse ? Femme horrible ? Elle comprendrait qu’il ne veuille plus la revoir ? Hugo était complètement perdu, déboussolé, l’estomac retourné par les termes employés et pour finir, il se sentait  devenir plus blême de seconde en seconde. Que pouvait-elle avoir commis pour qu’elle se décrive ainsi ?

« Mais de quoi tu parles Violette… ? »

Puis la jeune fille se mit à tout déballer d’une traite. Elle lui raconta son histoire, mais aussi celle de son père, son plan de vengeance, son trafic de fleur de lune, ses motivations et les buts qu’elle voulait atteindre… Hugo dut reculer de quelques pas et s’appuyer sur une des façades qui formait l’impasse pour ne pas tomber. Le maître de la terre ne voulait pas prendre de décision irréfléchie et se répéta alors le contexte. Le père de Violette, la seule famille qui lui restait depuis la présumée mort de son frère, était retrouvé décédé sans que rien ne pousse à croire qu’il était la cible de l’empoisonneur. Cependant, une lettre indiquait le contraire. Un client Terrosien était alors probablement à l’origine de l’assassinat du patriarche et pour se venger, Violette reprit les affaires de son père et utilisa ses compétences en herboristerie pour rendre les hypothétiques meurtriers de son père accro à une plante qui les tuerait à petit feu.

Hugo était sous le choc des révélations. Sa Violette, la jeune fille que son cœur avait choisie comme élue aurait été une trafiquante de drogue ? Le jeune homme se mit alors à faire quelques exercices de respiration pour faire le vide dans sa tête. Il n’était pas énervé, loin de là, mais il avait juste besoin de calme pour digérer les lourds secrets que Violette avait décidé de partager.

Premier point pour elle, personne n’était mort. Deuxième point, elle avait averti les clients des effets addictifs de la plante, ils la consommaient donc en connaissance de cause. La Nalcienne n’avait jamais vendu de fleur de Lune dans son pays d’origine, elle n’avait donc jamais enfreint la loi. Hugo se repassait les réflexions en boucle dans sa tête quand il finit par se poser la question fatidique « et toi, tu aurais fait quoi ? »

Et c’est à cet instant exact qu’Hugo savait qu’il avait accepté le passé de Violette. Il l’avait accepté tout simplement parce que ce dernier savait exactement ce qu’il aurait fait si, comme elle, il avait eu l’occasion de retrouver la trace des assassins de sa mère. Il fut alors replongé dans ce jour de guerre où deux soldats Mizuhanien avaient mis à sac son village, où il s’était caché dans sa chambre, jeune et impuissant, tandis que sa mère se faisait trancher la gorge dans la pièce à côté. Hugo savait très bien, au plus profond de son âme, que s’il avait l’occasion de retrouver les soldats, ils mourraient, tout simplement. Cette pensée commença à secouer le jeune homme de légers spasmes tandis que ses poings se crispaient et que des pierres se mettaient à léviter autour de lui. Le Terrosien était bloqué dans le passé et revivait cette scène encore et encore, les cris, le sang, la mort, partout… Il était sur le point de perdre la tête mais finit par revenir à lui quand il se sentit submergé d’émotions positives que Doc venait de lui envoyer, soucieuse de l’état de santé mentale du jeune homme.

L’élémental gratifia alors la petite fée d’un sourire avant de reprendre les mains de Violette qu’il avait lâché quelques instants auparavant.

« Je t’accepte, Violette. Je t’accepte comme tu es, comme tu seras, et comme tu as été. Personne sur cette terre n’est parfait, et nous ne faisons pas exception à la règle. Nous avons tous un passé, tous des fantômes qui nous hantent. Pour certains, ils vivront aux côtés de leurs fantômes toute leur vie, pour d’autres, il y’a de l’espoir, et il y’a de l’espoir pour toi Violette. Comme tu l’as dit, tu n’as pas vendu de fleur de lune à Nalcia, tu n’as donc techniquement rien fait d’illégal... Après, je comprendrais si tu ne voulais pas aller dans la caserne, auquel cas j’irai pour toi, mais je pense que ça serait bien qu’on y aille ensemble, pour clarifier ta situation. Tu en penses quoi ? »

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Jeu 18 Fév 2016 - 19:46

Cette horrible attente ne dura que quelques minutes, mais ces dernières me parurent des heures tandis que j'observai d'un oeil inquiet le doute qui avait envahi les traits d'Hugo. Il était en proie à une intense réflexion, ne sachant vraisemblablement pas ce qu'il devait penser d'une personne comme moi...

Finalement, le doute laissa place à un intense soulagement et à une joie que j'aurais cru ne jamais plus pouvoir éprouver après les terribles événements de cette journée. Et bien sûr, la délivrance sortit de la bouche de mon amoureux. Il disait... Il disait... Qu'il m'acceptait telle que j'étais même avec ma part d'ombre ? Oh, il était tellement... Je n'avais pas d'adjectif assez fort pour décrire à quel point je le trouvais extraordinairement merveilleux en cet instant précis.
Finalement, il me proposa de se rendre seul dans la caserne pour plaider ma cause, mais je balayai cette alternative :

"Non, je ne veux pas que tu y ailles seul. Cette affaire me concerne moi avant tout, et cela fait trop longtemps que je vis avec ce fardeau. Et puis, j'en profiterai pour poser des questions sur mon frère. On ne sait jamais..."

Inutile d'en dire plus. Les mots n'auraient pas suffi pour exprimer l'ambigüité de la situation dans laquelle je me trouvais. D'un côté, j'appréhendais de ne pas pouvoir sortir de cette caserne si j'y entrais mais de l'autre, éviter toute ma vie toute forme d'autorité à cause de mes activités passées me faisait tout autant peur, sinon davantage. Pire, à terme, cela risquait de sérieusement menacer ma relation avec Hugo, ainsi que la confiance que ce dernier et mes Pokémon plaçaient en moi. Je n'avais pas le droit de fuir. Pas si je ne voulais pas les perdre. Doc m'envoya alors des pensées positives pour m'aider.
Je finis donc par entrer dans le bâtiment au bras d'Hugo. Devant les immenses portes, je me sentais minuscule, tel un Chenipan face à un Roucarnage, et lorsque je les passai, j'eus l'impression qu'elles allaient définitivement se refermer sur moi, dans un claquement tonitruant. Mais il n'en fut rien. Avant de m'adresser au garde de service, assis derrière un bureau, je chuchotai à Hugo :

"J'ai une dernière chose à te révéler, rien de bien grave par rapport au reste : je m'appelle bien Violette Heaver, mais Heaver est le nom de jeune fille de ma mère, et je l'ai adopté après la mort de mon père. C'était un des conseils qu'il m'a transmis via sa lettre testamentaire. Ainsi, son assassin aurait plus de mal à faire le lien entre lui et moi. Enfin je suppose. Mais le nom de mon père et de mon frère -et le mien aussi en un sens - était Belister. C'est juste pour que tu ne sois surpris..."

Je me dirigeai ensuite vers le garde le plus proche, qui était assis derrière un bureau, et lui demandai :

"Excusez-moi, mais je suis à la recherche de mon frère, il s'appelle Silver Belister et il a passé une épreuve d'Elemancien dans les monts tempête il y a quinze jours. Et j'ai également des informations à vous transmettre concernant Violette Heaver..."

J'avais parlé à cet homme d'armes avec une assurance qui me surprenait moi-même. Comme si l'envie d'en finir avec ces mensonges me poussait à prendre des risques que j'aurais évités en temps normal.

L'homme me jeta à peine un regard, me fit répéter les deux noms puis farfouilla dans un immense registre pendant dix bonnes minutes, un air de profonde lassitude sur son visage. Puis il releva les yeux vers moi et me dit d'une voix monocorde :

"C'est exact, votre frère a bien passé l'épreuve dont vous parlez, mais rien n'indique dans mon registre sa position actuelle. Et nous n'avons rien concernant une dénommée Violette Heaver dans nos avis de recherche.
- Vraiment ? Mais...

Un deuxième homme, bien plus grand et plus musclé que mon interlocuteur qui passait justement derrière son collègue intervint alors. Il portait une fine moustache brune et ses cheveux étaient parfaitement taillé. Son grade l'identifiait comme étant lieutenant. Il me dit alors :

"Excusez-moi, mademoiselle, mais vous connaissez Silver Beslister ?
- Oui, je suis sa soeur, Vi... Violette Belister...
- Intéressant. Il se trouve que votre frère a pendant un temps été sous mes ordres. Mais il a démissionné de son poste il y a bientôt un an. Quelques fois, il m'avait parlé de vous... Oui, vous correspondez exactement à sa description. Venez, nous continuerons dans mon bureau cette conversation. Nous y serons plus à l'aise...
- Euuh l'homme qui m'accompagne est un très cher ami à moi et il m'aide dans ma quête. Est-ce qu'il peut venir avec nous ?"

Le lieutenant jaugea Hugo un moment avant de répondre d'un bref "Soit."

Alors que je suivais le gradé, une foule de questions m'assaillit : pourquoi mon frère, qui avait une personnalité assez... fantasque avait-il rejoint l'armée ? Et pourquoi en était-il parti ? Grand Lugia, faites qu'il n'ait pas eu de problème ! A moins que... Et si tout ceci n'était qu'un piège ? Et si le lieutenant ne connaissait pas son frère, et s'il recherchait simplement Violette Heaver pour qu'elle paie pour ses crimes ? Allais-je subir un interrogatoire ?

Mais Doc me rassura immédiatement sur ce point : elle me fit comprendre que si jamais cet homme me voulait du mal, jamais il n'aurait permis à Hugo de me suivre... Mais bien vite, l'inquiétude reprit ses droits : et si l'homme d'armes souhaitait également inculper mon amoureux comme étant mon complice ?

La belle assurance que je ressentais tout à l'heure s'était évanouie, et c'est d'un pas tremblant que je pénétrai dans le bureau de l'officier, Hugo à ma suite.

Le soldat moustachu sembla remarquer mon malaise, car il me sourit et se présenta d'un ton posé :
"Je suis le lieutenant Julius Zénitar, et rassurez-vous, je ne vais pas vous manger ! Je vous ai fait venir ici car il se trouve que moi aussi je recherche votre frère, mademoiselle Belister.
- Il... Il est recherché ? Il a fait quelque chose de mal ?"

Déjà que ma réputation n'était pas brillante, si mon frère aussi était devenu un criminel...

- Non, non, rassurez-vous. En fait, c'est même le contraire. Votre frère m'a tiré d'un bien mauvais pas le jour où nous sommes rencontrés. En fait, on peut dire qu'il m'a sauvé la vie. Mais j'avoue ne pas avoir compris sa décision de quitter l'armée... Cela s'est passé si vite... Quoi qu'il en soit, il était un très bon élément, et comptait parmi mes amis. Ce n'était pas le meilleur combattant de Nalcia, mais il était extrêmement malin et n'avait pas son pareil pour pister un suspect... Et donc vous aussi vous le recherchez ?
- Oui mais... Donc vous connaissez son vrai nom ? Je pensais qu'il se faisait appeler Ombre... C'était le nom de scène qu'il prenait quand nous étions enfants...
- En effet, et la plupart de ses camarades ne le connaissaient que dans ce nom... Mais c'est moi qui lui ai fait signer son embauche, j'ai très bien lu son vrai nom à ce moment-là. La plupart de mes hommes pensaient qu'il était ce jeune magicien prometteur qui se produisait un peu partout à Nacia il y a une dizaine d'années. Ce garçon n'avait pas plus de seize ans et il se faisait appeler Ombre, le magicien aux oiseaux... Mais dites moi, mademoiselle, vous ne semblez pas très bien renseignée sur votre frère ? Questionna-t-il d'un ton soupçonneux.
- C'est que... Il a quitté le domicile familial il y a dix ans, justement. Je n'avais que huit ans l'époque. Je ne l'ai plus jamais revu et je n'ai entendu parler de lui que très récemment. Il se trouve que mon ami ici présent a passé une épreuve avec un dénommé "Ombre", un magicien, et je vouais savoir si cet homme était bien mon frère...
- Bien, cela concorde avec ce qu'il m'a dit de vous. Vous êtes donc bien sa soeur. Il est tout à fait possible que le magicien qui a passé cet épreuve soit votre frère. Tout comme il est possible que le Ombre qui se produisait à Nalcia il y a dix ans soit le même qu'aujourd'hui. Votre frère ne me l'a jamais confirmé, mais j'ai toujours eu des doutes à e sujet. Si c'est bien lui, alors cette période a dû être très difficile pour lui...
- Comment ça ? Quelle période ?
- La carrière du jeune magicien nommé Ombre a connu une fin tragique. Je m'en souviendrai toute ma vie, c'était ma première enquête, et elle était particulièrement horrible et déroutante. Alors qu'il allait entamer son ultime numéro en plein avec ses oiseaux, le corps de votre frère a commencé à prendre feu. Comme ça, d'un coup. Malheureusement, ce soir là, aucun hydrokinésiste ne se trouvait dans l'audience.
- ... Et ? - Je tremblais comme une feuille...
- Ses oiseaux se sont alors relayés pour lui sauver la vie en le transportant jusqu'à un lac proche. Mais le feu qui consumait Ombre se comportait bizarrement...
- Comment ça ?
- Il brûlait bien plus vite qu'un feu normal, d'après les témoins. A peine un des oiseaux prenait-il son dresseur dans ses serres qu'il se consumait. Tous les cinq ont dû se relayer pour atteindre le point d'eau. Votre frère a survécu, mais ses Pokémon... Ses Pokémon sont tous morts...

Cette révélation déclencha mon chagrin, et c'est au travers des larmes que je posai laborieusement la question suivante :

- Mais... Vous avez dit les cinq... Mais son Pijako... Il était bien trop frêle pour le transporter n'est-ce pas ? C'était lui son sixième Pokémon ? Est-ce qu'il a...
- Il était sur l'épaule de votre frère quand le feu s'est déclenché. Il a... Il a été le premier à mourir. Quoi qu'il en soit, ce feu anormal nous a mis la Puce à l'oreille, aussi avons nous cherché du côté des pyrokinésistes présents dans l'assemblée... Mais il n'y en avait que deux, et ils étaient à peine assez puissants pour enflammer des brindilles... Bref, nous avons échoué, j'ai honte de le dire, et je pense que c'est ce qui au final, a motivé votre frère a rejoindre l'armée. Il voulait profiter de son engagement pour retrouver les coupables et les punir. J'ignore s'il y est arrivé... Peut-être a-t-il réussi et une fois son objectif atteint, a-t-il quitté l'armée ? Quoi qu'il en soit, c'est dommage, car il avait obtenu une promotion et son nouveau poste de garde-chasse royal semblait beaucoup lui plaire..."

Il me fallut un bon moment pour me calmer, mais grâce à l'aide combinée de Doc et d'Hugo, j'y parvins. Mais je n'avais plus la force d'aborder plus en avant ce sujet. Et puisque j'avais atteint le fond, autant en finir tout de suite !

"Excusez-moi lieutenant, mais si je vous ai parlé de Violette Heaver tout à l'heure c'est parce que... C'est parce que c'est mon deuxième nom de famille, et que je pense que vous me recherchez...
- Vraiment ? Zénitar semblait surpris. Et pourquoi donc seriez-vous recherchée ?
- Parce que... Je me suis livrée à un commerce de Fleur de Lune..."

Le gradé fronça les sourcils. A un moment, j'eus peur qu'il ne lève une arme sur moi, et je me recroquevillai sur mon siège. Mais il se contenta de me demander d'une voix neutre :

" Si ce que vous dites est vrai mademoiselle, alors l'avez-vous distillée et mélangée ? Et vous l'avez vendue sur le territoire nalcien ?
- Pardon ? Non, bien sûr que non Pourquoi aurais-je fait ça ?"

Aussitôt, le visage de l'officier se détendit et il reprit d'une voix plus amicale :

"Je vois. Donc vous n'êtes pas au courant. Ca me rassure. Je n'aurais pas été à mon aise d'arrêter la soeur d'un ami. Du moment que vous ne l'avez pas vendue à Nalcia, vous n'êtes pas hors-la-loi. Et vu que vous ne l'avez pas distillée, vos clients ne risquent rien...
- Excusez-moi mais... Je ne comprends pas...
- La consommation de ce produit stupéfiant est interdite à Nalcia parce qu'un beau jour, il y a une dizaine d'années, le fils aîné d'une influente famille noble en a consommé, et pour "s'amuser" davantage, il a distillée des fleurs de lune puis a mélangé la mixture obtenue avec des champignons hallucinogènes. Il est mort trois jours plus tard, et depuis, sa famille a utilisé toute son pouvoir pour faire interdire la consommation et la vente de ces fleurs à Nalcia. Mais fumées pures dans une pipe par exemple, elles ne sont pas plus nocives que le tabac, et on les cultive toujours pour l'exportation. Vous pouvez vous rassurer, vous n'avez commis aucun crime, et ce n'était pas illégal", conclut-il.

Je mis du temps à comprendre ses propos. Pas plus dangereux que le tabac ? Aucun crime ? Pas Illégal ? Mais alors pourquoi... Je mis de l'ordre dans mes idées et posai la question qu me brulai les lèvres :

"Mais alors... Pourquoi avoir envoyé l'armée Nalcienne à mes trousses ?
- L'armée ? Mais vous n'êtes pas recherchée miss Belister ! Pourquoi aurions-nous fait ça ? Et je peux vous assurer que si une patrouille s'était rendue chez votre frère et vous, j'aurais été du nombre, pour tenter de le revoir !"

Comme il n'avait pas de réponses, la conversation dévia sur des sujets plus légers, et le lieutenant me raconta des anecdotes au sujet de mon frère. Cela me fit du bien d'entendre parler de lui après toutes ces années, mais malgré tout, cela ne dissipa pas l'horrible malaise qui commençait à s'installer en moi. Finalement, sa pause terminée, Zénita alla reprendre son service non sans nous avoir raccompagnés, et une fois dehors, je demandai à Hugo :

"Je suis soulagée de m'en être sortie sans problème mais... Dis-moi, qu'est-ce que tu penses de tout ça ? Tu crois qu'il ait possible que la personne qui a tué mon père soit la même que celle qui a tenté d'empoisonner mon frère ?"

Ne voulant pas effrayer mon cher et tendre, j'omis volontairement de lui parler de la suite logique de mon interrogation : et si la troupe qui s'était présentée devant chez moi en portant des uniformes nalciens n'étaient qu'une bande de mercenaires payés pour me tuer ou pour traquer mon frère par cette même personne ?

Cette pensée me fit frissonner et je me réfugiai doucement dans les bra d'Hugo pour y puiser du courage. Quelque chose me disait que j'allais en avoir besoin...

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Sam 20 Fév 2016 - 13:17

Hugo était tendu lorsqu’il passa la porte de la caserne Nalcienne. Si Violette se trouvait placée en état d’arrestation après ses aveux, le jeune homme ne pouvait garantir son calme. Il serra délicatement la main de celle qui faisait battre son cœur et la regarda dans les yeux une dernière fois, comme pour s’assurer qu’elle était bien certaine de sa décision. La dernière révélation de Violette sur son identité n’eut pour seul effet de faire sourire légèrement le Terrosien. Après tout ce qu’il avait encaissé et digéré cette dernière heure, il n’était plus vraiment à un détail près. Il se demanda néanmoins si un jour il connaîtrait entièrement sa petite amie, avant de balayer cette interrogation et de se diriger vers l’homme qui se trouvait derrière le guichet des visiteurs.

Leur premier interlocuteur était des plus las et des plus lents. Il feuilletait son registre avec une telle paresse que le poing de jeune homme le démangeait. Il n’y avait pas dû se dérouler des centaines d’épreuves d’élémancien ces quinze derniers jours tout de même ? Après de longues minutes de silence uniquement troublé par le bruit que produisait le froissement des feuilles, le badaud leva le nez de son registre pour confirmer qu’Ombre avait bien passé une épreuve d’élémancien et qu’aucune démarche de recherche après Violette n’avait été entamée. Hugo adressa alors un sourire discret à la Nalcienne avant qu’un deuxième homme ne débarque. Il prétendait connaître Ombre, Silver de son vrai nom, et accueillit le couple dans son office.

Le lieutenant apporta énormément de réponses aux questions qui étaient restées en suspens. C’est lui qui donna une explication quant à l’absence des Pokémon oiseaux du magicien lors de son épreuve. La révélation de la mort de la troupe aérienne fit fondre une nouvelle fois Violette en larmes. Hugo l’accueillit alors contre son torse et la laissa pleurer sans tenter de la stopper. Après plusieurs crises de larmes, Hugo pensait que sa présence seule pouvait suffit à la calmer. Il jeta un coup d’œil au militaire qui semblait quelque peu surpris de cette réaction.

« Violette tenait beaucoup aux oiseaux de son frère… Elle les aimait énormément. »

Hugo posa sa joue contre le crâne de Violette, la serrant contre lui, comme si cette position lui permettait de lui transmettre son courage. L’aide combinée de Doc et du Terrosien finirent par permettre à Violette de poser son ultime question et de confesser ses délits. À nouveau, le lieutenant Zénitar apporta des nouveaux éléments à la situation que les deux jeunes gens croyaient connaître. En la vendant pure et hors du territoire Nalcien, la vente de fleur de Lune était… Parfaitement légale ? Elle qui avait cru être une hors la loi, une criminelle, avait uniquement fait ce qu’on attendait de ces fleurs ? Les cultiver pour les exporter ?

Un sentiment d’euphorie intense envahit Hugo quand il comprit qu’il repartirait de la caserne, sa chère et tendre aux bras, l’esprit en paix. Il se renfonça alors dans son siège, un sourire aux lèvres et se contenta d’écouter Julius et Violette partager leurs anecdotes sur le magicien qu’Hugo avait rencontré quinze jours auparavant. Une fois sa pause terminée, le lieutenant raccompagna les deux amoureux hors de la caserne et promit à Violette de la prévenir si des nouvelles informations sur Silver voyaient le jour.

Le maître de la terre regarda alors Violette et fut surpris de la mine fermée qu’elle arborait. La jeune femme finit par lui faire part de ses interrogations.

« Tu sais… L’attaque de ton frère s’est déroulée il y’a environ dix ans si l’on en croit le lieutenant Zénitar, et la mort de ton père remonte à environ un an… Je ne pense pas que les deux attaques soient liées ou commanditées par la même personne… Mais je pense qu’à partir, nous allons être un peu plus prudent… Vu que ton père avait l’air d’avoir de sérieux ennuis et qu’il t’a carrément conseillé de changer de nom… Enfin, tu as compris le fond de ma pensée. »

Hugo ne voulait pas trop s’avancer mais la perspective que quelqu’un veuille s’en prendre à Violette lui faisait bouillir le sang tandis que la terre se mettait à légèrement trembler autour des tourtereaux. Le jeune se ressaisit rapidement et se voulait plus rassurant pour Violette dont la vie venait de changer radicalement.

« Enfin, dans tous les cas je suis vraiment heureux que tu t’en sortes sans problème, je ne sais pas ce que j’aurais été capable de faire si ça n’avait pas été le cas... Zénitar a été vraiment compréhensif en plus, sous ses airs de grand dur, il semble vraiment tenir à Ombre… Du coup, j’espère qu’il mettra quelques-uns de ses hommes sur sa piste, ils seront sûrement plus efficaces que nous… Enfin bref ! Changeons un peu de sujet pour le moment… Maintenant que ta situation est mise au clair et que tu ne penses plus être une hors-la-loi, qu’est-ce que tu aimerais faire ? »

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Sam 20 Fév 2016 - 18:32

Malgré mes appréhensions, une fois sortie de la caserne, je restai un long moment blottie dans les bras d'Hugo à savourer notre bonheur retrouvé. Finalement, je n'étais coupable d'aucun crime ! Et mon frère non plus ! Mieux encore, il n'était pas parti à cause de moi ! Hélas, de terribles prémonitions venaient assombrir notre ciel, qui sans cela aurait été sans nuage : malgré l'assurance d'Hugo, je doutais que les meurtre et tentative de meurtre ne soient pas liés. Et même si c'était le cas, l'"armée nalcienne" qui était venue frapper à ma porte ne l'avait fait qu'un an après la mort de mon père.

Et si, malgré mon changement de nom, je n'avais pas pris assez de précaution alors que je menais mon commerce ? Après tout, comme mes clients étaient les mêmes que ceux de mon défunts paternel, son assassin aurait pu me retrouver en suivant cette piste... Et si justement mon frère avait renié mon père non pas pour le punir, mais pour le protéger ? Pour que lui non plus ne soit pas relié à notre famille, et qu'il puisse vagabonder à travers Erasia sans souci ? Si c'était vrai, alors ces précautions s'étaient là aussi révélées vaines...

Peut-être étais-ce pour ça que mon frère ne cherchait pas à me contacter et qu'il ne restait apparemment pas en place ? Afin de toujours farder de l'avance sur ses poursuivants ? Car même si le meurtre de ses Pokémon n'était pas lié à celui de notre père, ses oiseaux avaient bel et bien été tués par quelqu'un qui lui en voulait, que ce soit à cause de son nom de famille ou pas...

Réflexion faite, j'étais tout à fait d'accord avec mon cher et tendre, et je le lui fis savoir :

"Je pense que tu as raison, à partir de maintenant, nous allons devoir être prudents... Je... Je suis vraiment désolée d'avoir à t'imposer tout ça... Je ne suis pas la fille la plus facile à supporter d'Erasia", dis-je avec un pauvre sourire d'excuse.

Je m'adressai ensuite à mes trois Pokémon :

"Je vous dois aussi des excuses à toute les trois. Vous m'avez toutes suivie et protégée sans savoir que vous couriez un réel danger... Je n'en étais pas consciente moi-même, je pensais avoir été assez prudente, mais j'ai bien peur que ça ne soit pas le cas... Alors si vous voulez partir..."

Les larmes me montèrent aux yeux une nouvelle fois. Je crois que je n'avais jamais autant subi l'ascenseur émotionnel en une seule journée, ni jamais autant pleuré qu'aujourd'hui. Même lorsque j'avais cru mourir dans cette tente sombre lors du festival des lumières, mon esprit était plus paisible, attendant simplement la mort. Mais là... D'autres personnes auxquelles je tenais risquaient de sombrer avec moi, et, bien qu’indirectement, par ma faute, parce que je n'avais pas été assez sage pour voir venir le danger...

Lily fut la première à me répondre, avec son insouciance coutumière :

"Tu sais Violette, moi toutes tes histoires de famille, j'y ai absolument rien compris et c'est pas faute d'avoir essayé. En gros, ton père a été tué, ton frère a failli y passer et toi tu as reçu la visite de drôles de bonhommes, c'est ça ? Bon, je comprends que ce soit triste, mais ya rien qui prouve que tout ça soit lié, comme l'a dit Hugo, ni même que cette troupe qui est venue chez toit te voulait du mal. Alors ben moi, comme je rencontre plein de gens qui sentent bon quand je suis avec toi, je reste ! Et puis, je t'aime bien aussi, tu sais !"

La déclaration, simple mais sincère et pleine de bon sens de ma Chovsourir me remonta le moral, et je la pris dan mes bras pour la remercier. Bien sûr, elle en profita pour me renifler une fois de plus, mais ce contact me fit du bien. Ce fut ensuite au tour de Flèche de me faire part de sa décision, sur un ton plus mesuré que celui de Lily :

"Lorsque je t'ai rencontrée Violette, Doc et toi m'avez sauvé la vie. Sans toi, je ne serais probablement plus de ce monde. Et nous sommes toujours liée par la promesse que tu m'as faite, de m'aider à retrouver ma soeur. Un Pokémon en milieu sauvage risque sa vie tous les jours, et ce n'est pas parce qu'une menace pèse sur les épaules de ma dresseuse que je serai plus en danger. Par contre, si ma dresseuse devient une très bonne dresseuse, alors j'aurais plutôt tendance à me sentir plus en sécurité... Et puis, tu seras plus à même de t'aider dans ma quête. Et pour ça, je pense que tu as raison de vouloir faire les arènes et que tu devrais te concentrer là-dessus. Bien sûr, notre relation n'est pas à sens unique, et je veux que tu saches que tu peux compter sur mon aide aussi souvent que tu en auras besoin, comme ce fut le cas aujourd'hui."

A travers les larmes, j'offris un sourire plein de reconnaissance à ma chatte. Doc fut la dernière à s'exprimer. Bien qu'elle soit comme les deux autres un Pokémon psychique, elle ne m'avait jamais parlé par l'intermédiaire de mots humains, préférant transmettre directement ses sentiments. Mais vu que les Kirlia étaient des Pokémon très liés aux émotions, cela me semblait tout à fait logique.

Dans ma tête, elle fit donc défiler des images qui retraçaient notre relation : son éclosion, la première fois que nous nous étions vues, le début de notre voyage, notre premier combat, la fois où elle m'avait sauvé la vie dans la nouvelle Gilnéas, sa rencontre avec Hugo, son premier combat en double avec Irémia, au cours duquel elle avait évolué... Et chacun de ces épisodes transportait un ineffable sentiment de joie. Je compris sans peine le message qu'elle voulait me dire : elle était heureuse et fière que je sois sa dresseuse, et comptait bien rester avec moi coûte que coûte. Une telle marque de dévotion activa à nouveau mes glandes lacrymales, mais ce coup-ci, il ne s'agissait que de larmes de joie, ce qui fit rire et danser ma chère petite fée.

Et enfin, il y avait Hugo. Mon merveilleux, mon formidable amour... L'homme que j'avais choisi et qui, chose encore plus importante, m'avait choisie moi, pauvre fille malade venue du fin fond des montagnes nalciennes. Enfin apaisée, c'est avec ce sourire spécial que je lui réservais je lui demandai :

"Et maintenant qu'on en a fini avec tout ça, où allons nous mon amour ?"

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Jeu 25 Fév 2016 - 19:07

Hugo attendait patiemment, religieusement que les Pokémon de Violette répondent aux excuses de leur dresseur. Le jeune homme fut d’ailleurs abasourdi quand il entendit la fin de la tirade sa chère et tendre. Ils n’allaient quand même pas la quitter, tout de même ? Hugo savait que la fidélité de Doc était assurée, mais comment pouvait-il être sûr pour les deux autres que lui-même venait de rencontrer il y’a de ça à peine une heure ? Le jeune homme déglutit difficilement, il savait que si l’une des deux décidait de quitter Violette, cette dernière serait inconsolable. Le jeune homme prit alors une nouvelle fois son mal en patience tandis que les deux Pokémon psychiques s’entretenaient avec leur dresseur. Lily, puis Flèche, établirent un lien télépathique avec Violette, empêchant Hugo de suivre le fil de leurs conversations.

Le jeune homme fut finalement rassuré quand, à tour de rôle, Violette enlaça et remercia ses compagnes de route. Elle posa finalement son regard sur Hugo pour lui demander ce que lui désirait faire, maintenant qu’ils étaient libres et que le monde leur tendait les bras. Le Terrosien avait bien une petite idée derrière sa tête, mais la retint pour plus tard, une fois qu’ils seraient en tête à tête. Quatorze coups de cloches retentirent à travers Alfen et des dizaines de personnes affluaient dans les rues de la capitale. Hugo et Violette se poussèrent pour laisser un escadron militaire rentrer à la caserne tandis que les deux amoureux optèrent finalement pour s’installer à la terrasse d’une brasserie populaire.

Le couple, tout en dégustant le breuvage qui leur avait été servi, se mit à parler de tout et de rien. Ils étaient désormais un couple… Normal, complice, sans secret l’un pour l’autre. Hugo observait les cheveux de Violette qui flottaient au rythme des brises Nalcienne. Il se demandait comment avait-elle fait pour vivre tant de temps avec de tels secrets, un tel fardeau sur les épaules, et surtout, comment ne s’en n’était-il pas rendu compte par lui-même ? Ils avaient partagé tant de beaux moments ensemble, et tant d’autres étaient à venir… Lui aurait-elle avoué la vérité si l’épreuve qui les avait amenés au pays du vent s’était déroulée ailleurs ? Ne désirant pas se torturer l’esprit plus que de raison, il décida d’amener la conversation sur un sujet plus léger et qui, à n’en pas douter, passionnerait Violette.

« Sinon, pour revenir à ce que tu m’as dit avant… Toute cette histoire. Tu t’es un peu renseignée sur les différents champions d’arène d’Erasia ? Je n’en ai jamais rencontré pour ma part, mais j’en connais certains, de par leur réputation. J’ai entendu dire pendant les jours qui ont suivi mon épreuve que le champion d’Alfen était nouveau à ce poste, tu le savais ? Il s’appelle Ziham, Zaim, ou quelque chose comme ça ? Je t’avoue que je n’ai pas vraiment pris la peine de retenir son nom. Dans tous les cas, il a la réputation d’être extrêmement violent, et ce, même envers les dresseurs… Tu t’imagines ? Si cette rumeur est fondée, je me demande comment la ligue organisatrice peut laisser passer de tels comportements… »

Le Terrosien sourit devant l’intérêt que suscita le sujet auprès de Violette. Le jeune homme, pour l’avoir déjà vu combattre à ses côtés, appréciait énormément le style de combat très réfléchi et recherché de l’herboriste. La synchronisation dont elle et Doc faisaient preuve était d’ailleurs un de ses plus gros atouts et Hugo était certain qu’un tel lien s’établirait également chez les petites nouvelles. L’élémental écoutait attentivement les propos de Violette, acquiesçant à la plupart. Elle semblait déterminer à devenir un grand dresseur Pokémon, et le maître de la terre était de tout cœur avec elle.

Le Terrosien observait Violette, et balayait les Pokémon de la petite amie du regard quand soudainement, horrifié, il se rendit compte d’un oubli qu’il avait commis lors de leurs retrouvailles. Gêné au possible, il sentit lui aussi le rouge monter à ses joues, lui donnant l’air d’un jeune enfant prit la main dans le sac.

« Euh… En fait je viens de me rendre compte que j’ai oublié de te parler de quelqu’un ! Tu as vu Sophos et Irémia tout à l’heure, mais je ne t’ai pas donné de nouvelles du petit dernier… »

Le jeune homme fouilla alors frénétiquement dans son sac et en sortit une Pokéball dont surgit le lionceau peureux qui se réfugia immédiatement sous une table inoccupée, voisine à celle du couple. Sentant le regard interrogateur de Violette, Hugo croisa ses mains pour les passer derrière son crâne avant de soupirer.

« Ce petit doit avoir une histoire compliquée… Depuis qu’il s’est réveillé pour la première fois après sa capture, il ne s’est pas apaisé, pas même un peu… Il a vraiment été traumatisé par le Séviper, à tel point que je n’ai pas pu le toucher depuis, ni même l'approcher... Il fuit constamment le contact, c’est frustrant à un point que tu n’imagines pas… »

Hugo observait le lionceau qui s’était couché et qui observait les deux adultes d’un œil méfiant. Le petit était allongé, le museau mollement posé sur ses pattes avant, les oreilles alertes. Le jeune homme regarda à nouveau Violette et souffla, légèrement déçu. Hugo avait secrètement espéré qu’en la présence de Doc et de ses bonnes ondes, il se serait calmé et aurait accepté de l’approcher.

« Au moins, tu n’as pas ce problème avec Lily et Félicie*. »

[Rassurez-vous cher noteur, l'erreur est présente exprès! ]

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Violette le Ven 26 Fév 2016 - 13:52

Alors que nous nous étions installés à la terrasse d'un café et que nous prenions enfin un peu de repos après ces horribles déclarations, Hugo me posa une question sur les champions d'arène. Et effectivement, je m'étais un peu renseignée sur le sujet :

"Moi non plus je n'ai jamais rencontré de champion, mais j'ai entendu parler de ce nouveau champion d'Alfen. J'ai posé quelques questions à son sujet tout à l'heure en t'attendant au personnel de l'arène. Apparemment, cela fait peu de temps qu'il est en poste, moins de six mois et il est spécialisé dans les Pokémon Vol mais il ne dénigre pas non plus les Pokémon Insecte.

Il n'a pas bonne réputation parce qu'il utilise des méthodes de dresseur des rues, comme tu l'as dit, comme blesser directement le dresseur adverse lors d'un match Pokémon. Habituellement, c'est formellement interdit en combat Pokémon, mais vu que c'est son arène, c'est lui qui commande... Pour ce qui est de la ligue... Je n'en sais rien... Peut-être qu'elle ne dit rien parce que c'est la parole du champion contre celle d'un challenger lambda, et tant qu'il ne leur inflige pas de dommages visibles ou irréversibles, les blessures peuvent être considérées comme un accident survenu en plein match... Mais de toute façon, comme mon but ultime est de collecter tous les badges, il me faudra me frotter à lui à un moment ou à un autre, et comme les champions adaptent les Pokémon qu'ils utilisent à ceux de leur challenger, si j'attends d'avoir des Pokémon beaucoup plus puissants, il utilisera simplement des Pokémon beaucoup plus puissants...

Mais je pense que tu as raison quand tu m'as conseillé un peu plus tôt d'entraîner davantage Lily et Flèche avant de me lancer. Je pense que ce ne serait pas plus mal qu'elles apprennent d'autres attaques avant de commencer les combats..."


Si Lily appréciait sans plus les combats Pokémon, Flèche m'avait en revanche implicitement demandé de l'entraîner. Dans les deux cas, mes Pokémon n'étaient pas réticentes à quelques affrontement. Malgré tout, j'avais très peur qu'elles soient blessées... Car si ce Zahim n'hésitait pas à attaquer les dresseurs, il existait d'autres champions, ailleurs, dont j'avais entendu parler, qui n'hésitaient pas à mettre en pièce les Pokémon du challenger pour les évaluer. Personnellement, je n'aurais jamais accepté de les soumettre à un tel traitement, mais Flèche semblait justement rechercher une telle confrontation.

Doc, bien que plus pacifique, m'avait déjà fait comprendre que de tels combats ne la dérangeaient pas. Restait Lily. La petite Chovsourir avait déjà combattu à mes côtés, mais plus pour me faire plaisir et par jeu qu'autre chose. Si la lutte dépassait le simple cadre du duel amical, ce que moi-même je ne souhaitais pas, accepterait-elle encore d'y prendre part ?
Hugo me tira de mes réflexion lorsqu'il me donna des nouvelles de son dernier Pokémon, le petit lion de feu. Dès qu'il me vit, il fila se cacher sous la table voisine à la notre... Il était toujours aussi craintif que quand je l'avais rencontré pour la première fois. Cela me peinait de le voir aussi apeuré, mais hélas, il n'y avait pas grand chose à faire... A moins que...

"Doc, tu veux bien essayer de communiquer avec lui s'il te plait ? Si on arrive à savoir ce qui ne va pas, peut-être qu'on pourra l'aider..."

Ma fée me répondit par un sourire, signe qu'elle allait essayer. En restant à bonne distance du lionceau, pour ne pas l'effrayer davantage, elle essaya d'entrer en contact avec lui par télépathie. Je ne saurais dire si son entreprise réussit ou pas. Les trait du petits semblaient moins tirés, plus apaisés, mais il ne nous approchait pas pour autant. Pour le moment, seul Hugo réussissait à avoir quelques contacts avec lui, et malheureusement, tant que nous ne découvrions pas la raison de ses craintes, son état ne s'arrangerait pas. Cela me peinait, mais je n'y pouvais pas grand chose. Mais tout de même.. Cela faisait un moment que Hugo l'avait sauvé des crocs du Seviper... Un esprit si jeune pouvait-il être marqué si durement ? Ou bien y avait-il autre chose ?

Je me fis alors la promesse de veiller sur le bébé, afin d'essayer de comprendre la raison de son état de frayeur, et de l'en délivrer. Après tout, si même moi j'avais été capable de surmonter mes peurs alors que j'étais au seuil de la mort, tout le monde pouvait y arriver !

Hugo conclut cette tentative infructueuse par un trait d'humour souhaitant dédramatiser la situation :
"Au moins, tu n’as pas ce problème avec Lily et Félicie
- Félicie ? Flèche tu veux dire ! Félicie, c'est sa soeur, et Flèche est justement à sa recherche..."

Mais alors que pour moi, Hugo n'avait fait qu'un petit lapsus très compréhensible puisque j'avais évoqué Félicie lorsque je lui avais présenté Flèche un peu plus tôt, ma chatte ne semblait pas du tout de cet avis.

L'aura psychique bleue quasi aveuglante qui émanait de son corps me força à me tourner vers elle. Ses yeux remplit d'un éclat menaçant, elle semblait prête à déverser sa fureur sur le premier venu. Avant même que j'ose lui demander si quelque chose n'allait pas, elle prit la parole par télépathie, de manière parfaitement audible pour tous les humains présents. Elle était tellement effrayante que Lily se réfugia dans mes cheveux et que Doc se place devant moi, bras écarté, faisant courageusement barrage de son corps. Pourtant, lorsque ma chatte parla, ce fut avec sa voix habituelle, toujours aussi sèche, mais qui ne contenait aucune trace de colère :

"Non. Il s'est effectivement trompé mais pas parce que tu as parlé de ma soeur. Il s'est trompé parce qu'il l'a déjà rencontré elle, avant moi. Et s'il l'a rencontrée, c'est parce qu'elle était en compagnie d'un humain que ton petit-ami a rencontré récemment. Je l'ai lu dans sa tête. Et cet humain qui était avec ma soeur est celui qui se fait appeler Ombre le magicien..."

Quoi ? Ombre ? Avec Félicie ? Non, c'était impossible... Qu'allait penser Flèche après tous les doutes que j'avais émis au sujet de mon frère ?
Mais ma chatte se contenta d'une simple déclaration lourde de sens à mon intention :

"J'espère qu'il est aussi bon dresseur que tu le penses, Violette..."

_________________
avatar
Violette
Informations
Nombre de messages : 112

Fiche de personnage
Points: 41
Âge du personnage: 19 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Hugo le Ven 26 Fév 2016 - 20:43

À peine Hugo avait fini sa phrase qui se voulait bégnine qu’il sentit une entité psychique tenter de forcer les barrières de son esprit afin de tenter de s’y infiltrer. N’aimant que peu cette sensation intrusive, le Terrosien se crispa au possible avant se rendre à l’évidence, il ne pouvait pas lutter contre une connexion psychique avec un Pokémon. Quand il se rendit compte que la chatte de Violette était à l’origine de cet espionnage mémoriel, le jeune homme se laissa complètement aller, offrant le moindre de ses souvenirs à Flèche. Bien qu’il ne la connaissait que depuis peu, le blond se douta que le félin ne s’attarderait pas sur ce qu’elle ne jugerait pas essentiel.

Le maître de la terre vit alors une succession de souvenirs récents défiler devant ses yeux. Les images étaient tellement nettes qu’il se serait cru occupé d’observer une scène réelle. Il revécut donc son arrivée sur le plateau des monts tempêtes où il rencontra Ombre, il revécut également la présentation des Pokémon du magicien. Ces derniers défilèrent un à un, quand soudain, l’image se figea sur la Psystigri timide et discrète du maître du vent. Les recherches de la petite chatte laconique dans les souvenirs du Terrosien s’arrêtèrent aussi net.

Flèche prit alors la parole d’un ton calme et concis pour confirmer que l’erreur du jeune homme n’en était pas réellement une, et que la Psystigri d’Ombre était bien Félicie, la sœur que Flèche recherchait désespérément. Bien que la situation ne prêtait pas à rire, Hugo esquissa un léger sourire sur son visage. Combien de chance y’avait-il pour que Violette capture la sœur du Pokémon d’Ombre ? Si la dresseuse et son Pokémon avaient du mal à se trouver des points communs, en voilà un qu’elles ne pouvaient ignorer.

« Si ça peut te rassurer Flèche, Félicie semblait aller bien. Elle était discrète, plus que tous les autres Pokémon d’Ombre, mais elle avait l’air d’aller bien… »

Voyant la mine impassible du chat de Violette, Hugo se mordit timidement la lèvre inférieure. Le Terrosien redéposa son regard sur son tendre amour et glissa ses doigts entre les siens, affichant un sourire légèrement désolé.

« Vu ton état émotionnel de toute à l’heure, je pensais que te dire qu’Ombre avait un Pokémon en commun avec toi n’était pas la meilleure idée… Mais je n’avais vraiment pas fait le rapprochement entre la Psystigri d’Ombre et Flèche…  Après… Cela te donne encore plus de raison de partir à sa recherche, non ? » dit Hugo, un sourire légèrement naïf sur le visage.

Les deux amoureux quittèrent ensuite la taverne à laquelle ils s’étaient installés alors que le crépuscule commençait à apparaître timidement dans le ciel. Ils allaient devoir passer la nuit à Alfen, mais avaient-ils vraiment envie de s’y attarder par la suite ? La réponse d’Hugo était sans appel et c’était un non catégorique. Il avait énormément apprécié l’atmosphère spirituelle de la capitale Nalcienne, mais toutes ces révélations entacheraient le souvenir qu’il en aurait. Passant sa main dans ses cheveux au couleur des blés, Hugo finit par avoir une idée qui lui arracha un sourire jusqu’aux oreilles.

« Dis Violette, et si on allait à Terros ? J’ai beaucoup aimé Nalcia et sa capitale, mais j’ai besoin de... De bouger, de changer d’environnement après une journée pareille. Que dirais-tu qu’on aille dans mon pays et que je te fasse un peu visiter là où je suis né, où j’ai grandi… »

L’élémantal aurait rajouté « où j’ai tout perdu » si cela ne comportait pas de risques de plomber l’ambiance… Or… Ce n’était pas vraiment le cas. Le jeune homme prit alors un regard de Ponchien battu, avant de faire déborder sa lèvre inférieure sur celle supérieure et de faussement supplier sa chère et tendre avec un « s’il te plaiiiiit » qui se voulait attendrissant.

Cette moue fit plus rire Violette qu’autre chose, cette dernière ayant immédiatement accepté l’idée de partir visiter Terros aux côtés du natif. Une fois l’accord de la jeune femme obtenu, le jeune homme sortit une carte plus ou moins détaillée du pays qu’il tordit dans tous les sens avant de demander à Violette d’en tenir un côté tandis que lui tenait l’autre. Il pointa alors du doigt l’île d’I’maï d’où il était originaire.

« Là c’est I’maï mais je ne sais pas si je t’y emmènerais. C’est joli hein, même très joli, mais il n’y a pas grand-chose à y faire… Sinon, hmmmmmm, ici, se trouve la ville lunaire, et là par contre ça peut valoir le coup d’y aller, parce que c’est assez animé et vraiment atypique! Ma mère m’y amenait parfois quand j’étais plus petit. Là c’est la capitale, Omashu, et là c’est Palma, où j’ai rencontré Léanne. Oh, on pourra peut-être aller lui rendre visite ? Je suis certain qu’elle aimerait avoir de nos nouvelles ! »

Le jeune homme jubilait d’avance de faire connaître son héritage culturel à sa moitié. Il avait tant de souvenirs dans son pays natal… Il ne voulait plus attendre avant de s’en faire des nouveaux. Maintenant que leur prochaine étape était déterminée, les tourtereaux louèrent une chambre dans une auberge où ils s’endormirent comme des masses, tous les deux épuisés par les évènements de la journée.

_________________


Twinkle twinkle little star...:


♥':



1 RP - 0 évent - 0 épreuve - 0 mission - 0 match
avatar
Hugo
Informations
Nombre de messages : 283

Fiche de personnage
Points: 30
Âge du personnage: 22 ans
Pokémon sur soi:

Contact

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ Clos ] Rendez-vous devant l'arène ! [Hugo/Violette]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé
Informations


Contact

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum